Desktop versionMobile Version

Silva et saltus en Gaule Romaine : Dynamique et gestion des forêts et des zones rurales marginales

 | 
Vincent Bernard
, 
François Favory
, 
Jean-Luc Fiches

3. L’exploitation de la forêt

Recherches dendroarchéologiques sur la fin de l’âge du Fer et le début de l’époque romaine en Champagne-Ardenne

Willy Tegel und Jan Vanmoerke

Volltext

1. Introduction

1En Champagne-Ardenne, les sites témoignant d’une conservation des restes ligneux sont très nombreux, notamment dans les plaines alluviales et en Champagne humide, mais aussi en Champagne pouilleuse où leur existence inattendue est démontrée par les découvertes récentes. Le développement de l’archéologie préventive, sur la base de sondages systématiques et de fouilles extensives, a permis la mise au jour de séries importantes de bois de la fin de l’âge du Fer et du début de l’époque gallo-romaine.

2Le premier objectif de ces recherches concernait la datation par la dendrochronologie qui permet de déterminer la date d’abattage de l’arbre (Hollstein 1980). La construction de chronologies locales et régionales a constitué la base de diverses études et a notamment contribué à la saisie de l’évolution de l’architecture et des formes de l’habitat en général. Des chronologies suffisamment étayées sont maintenant disponibles pour les bassins de la Seine (dép. Aube), de la Meuse (dép. Ardennes, Haute-Marne et Meuse) et de la Marne (dép. Marne, Haute-Marne).

3À partir de la datation dendrochronologique précise des artefacts archéologiques et de la constitution de référentiels, des informations sur le développement technologique peuvent être obtenues. Sur la base de l’analyse dendrotypologique, des conclusions concernant l’intensité de la déforestation, et les formes de l’exploitation de la forêt (taillis sous futaie, futaie et haute futaie), peuvent être proposées (Rohmer, Tegel 1999 ; Billamboz 1985 ; Bernard 1998).

4L’information extraite des assemblages dendrochronologiques et des séries de croissance permet également de répondre à des questions d’ordre paléoécologique (Schweingruber 1993).

5En ce sens, la dendroarchéologie est une discipline complémentaire à la palynologie et à l’étude des sources écrites quant à la reconstitution de l’évolution de la variabilité régionale et de la gestion des forêts dans l’Antiquité.

6Cet article présente, à l’échelon régional, l’état de la recherche livré par les études dendroarchéologiques sur de grandes séries de bois relatives à deux époques considérées comme fondamentales pour l’histoire des techniques.

2. Corpus

7Ces dernières années, plus de 1500 bois de la fin de l’âge du Fer et de l’Epoque romaine ont pu être prélevés en Champagne-Ardenne. Ces pièces relèvent de 28 fouilles préventives et concernent essentiellement des bois de construction en chêne provenant de puits, d’installations de rives et de voirie ainsi que de bâtiments (tab. 1). A ce jour, 870 échantillons ont été analysés.

8Après la documentation photographique, on procède par sciage au prélèvement d’un échantillon sous la forme d’un disque d’une épaisseur de 5 cm. Cette section est dessinée à l’échelle 1 : 5 avec indication schématique du contour des cernes et des rayons, ainsi que de la limite entre bois de cœur et aubier.

9Les planches ou madriers constituent environ 75 % des bois, les pieux ou poteaux 20 % et les poutres et les autres formes indéterminées 5 %. La prépondérance de planches ou madriers s’explique par l’importance des cuvelages de puits dans le corpus. En effet, ces derniers, construits le plus souvent selon le mode du ″Blockbau″, livrent essentiellement des planches. Sur les 22 puits étudiés, seul celui de La Saulsotte (Aube) a été fabriqué dans un tronc évidé, tandis que tous les autres attestaient l’utilisation de planches ou de poutres (fig. 1). Pieux et poutres de bâtiments proviennent exclusivement de Vendresse (Laurelut, Tegel, Vanmoerkerke 2002a).

Tab. 1. Liste des sites et des types de structures en bois de la fin de l’âge du Fer et de l’époque romaine en Champagne-Ardenne.

Fig.1. Construction en « Blockbau » d’un puits à Troyes (Aube) « Place de la Libération » (fouille Philippe Kuchler, Inrap). Les chênes ont été abattus en 27 AD.

3. Chronologie et datation

10La première étape de cette étude consistait à élaborer un référentiel dendrochronologique applicable à la Champagne-Ardenne et aux régions limitrophes pour ces deux époques. Les nombreux sites de Lorraine, qui ont pu être étudiés ces dernières années, avaient dejà permis de constituer un référentiel pour le nord-est de la France. Dans le futur, il est prévu de redistribuer les référentiels par unités géographiques plus petites, ce qui, d’une part, permettra de confirmer les résultats de la datation et, d’autre part, de développer l’exploitation des données au plan dendroécologique et climatologique.

11Le référentiel a été construit exclusivement à partir de nos propres travaux. En principe, notre attention s’est portée sur les séries bien marquées par le climat. En effet, les arbres qui se situent encore au stade juvénile dans leurs 50 à 60 premières années, témoignent d’une croissance nettement déterminée par les conditions stationnelles. Ces séries ne doivent pas être intégrées à la base comparative que constitue un calendrier dendrochronologique. Les courbes qui présentent des phénomènes cycliques de croissance, comme peut en produire une attaque de hannetons, ne sont pas davantage à prendre en considération (Rohmer, Tegel 1999). Toutefois, celles-ci ne se rencontrent que très rarement dans l’ensemble du matériel étudié. Au vu du nombre de sites et d’échantillons représentés, il s’agit d’une chronologie bien étayée (fig. 2).

12D’après les bois à disposition, la meilleure couverture du référentiel se situe à la fin de l’âge du Fer et au début de l’époque romaine, ce qui traduit aussi deux phases de forte activité constructrice.

13Une grande partie des bois archéologiques relève en effet de phases de développement ou, tout du moins, de forte activité des sociétés humaines. En effet, on peut supposer que pendant les époques plus difficiles, les opérations de construction sont plus limitées. Cela semble le cas pour toute la période entre la fin du 3e et le début du 6e siècle, et cela dans toute l’Europe occidentale et centrale. En revanche, la réduction de la couverture dendrochronologique pour les deux premiers siècles de notre ère, par comparaison aux deux siècles précédents, est probablement le fait de l’utilisation croissante de la construction en pierre à partir du milieu du premier siècle de notre ère.

14La couverture dendrochronologique réflète donc plutôt la quantité totale des bois retrouvés, et en conséquence, la qualité des référentiels, tandis que son interprétation en termes historiques ne peut être envisagée sans les précautions nécessaires.

15À la fin de l’âge du Fer, les premières dates d’abattage apparaissent vers 200 av. J.C, ce qui est cohérent avec l’idée de nouvelles installations, formulée par certains chercheurs (fig. 3) et ce qui est clairement démontré dans quelques secteurs. À partir de cette date et jusqu’à la période romaine, l’activité constructrice est attestée dendrochronologiquement pour chaque décade avec, semble-t-il, une intensification à partir de 55 av. J.-C., date de la conquête. Le boom économique de l’époque augustéenne est très nettement marqué par une forte représentation des restes ligneux et se prolonge jusque vers 50 ap. J.-C. En revanche, quelques phases courtes, et en particulier celles entre 130 et 110 et 74 et 55 av. J.-C. se caractérisent par l’absence ou la rareté des constructions : ces observations doivent cependant être confirmées par de nouvelles fouilles.

Fig. 2. Couvertures des chronologies régionales de la période 1000 BC - 1000 AD.

Fig. 3. Présentation des chronologies locales des régions Champagne-Ardenne et Lorraine. Les datations sur aubier et cambium sont indiquées. B : Trois courbes moyennes de sites du département des Ardennes et deux du département de la Marne montrant une croissance annuelle particulièrement forte entre 180 et 170 BC.

4. Les techniques de travail du bois

16Quand la partie externe du bois est très bien conservée, ce qui est souvent le cas, des traces de travail peuvent être examinées sur l’ensemble ou une partie de sa surface. Cela permet notamment d’identifier les outils utilisés et les techniques adoptées. L’analyse systématique des assemblages entre les pièces de bois (cheville, tenon et mortaise, etc.), nous informent également sur les techniques de construction. Les traces liées au transport et à l’abattage ne seront en revanche pas traitées ici.

17On n’analysera qu’une partie de la chaîne opératoire, du tronc abattu jusqu’aux opérations de façonnage. Seulement 35 % des bois de construction ont une section ronde, les autres ont été fabriqués à partir de produits de fente. Le débitage d’un tronc s’effectue en relation directe avec la fonction de l’artefact désiré. Sur la base de la forme obtenue, on peut reconstruire le diamètre originel des troncs et par association de données, obtenir des informations sur le type de peuplement forestier et son exploitation. Un choix sélectif des arbres peut cependant réduire les possibilités de l’analyse dendrotypologique. Pour certaines pièces de construction telles que pieux de palissade ou poteaux de maison, des rondins et des perches de faibles dimensions peuvent être employés directement sans débitage, si les matériaux appropriés sont à disposition dans les forêts. Les taillis et les taillis sous futaie se prêtent très bien à l’exploitation de bois d’œuvre et de feu. Ces types de traitement forestier, surtout sous leur forme simple, semble avoir été favorisés dès le Néolithique moyen dans les zones proches des habitats (Billamboz 1985).

18Le débitage du tronc peut s’opérer par fendage ou sciage. On réalise la première opération à l’aide d’outils en forme de coins, la séparation des fibres ayant lieu dans le sens du fil. Cette technique pour fendre les troncs dans les formes et dimensions désirées a été couramment utilisée jusque dans les temps modernes. Le fendage et le façonnage sont plus aisés à l’état frais et se déroulent la plupart du temps en forêt, ce qui facilite le transport des matériaux vers le lieu de transformation ultérieure.

19L’utilisation de scies pour la segmentation de troncs est seulement attestée par la présence de traces caractéristiques à partir de l’époque romaine. Ainsi dans l’est de la France, une partie infime des vestiges relatifs à cette époque témoigne de telles traces. L’invention de la scie hydraulique date de l’époque romaine : une scie à marbre de la région mosellane est décrite par Ausone dans sa Mosella (Simms 1983). Cependant il n’est pas sûr que cette technique ait été employée pour le débitage de troncs d’arbres.

20En Champagne-Ardenne, seuls deux cuvelages contenaient des planches montrant des traces de scie sur les surfaces radiales de débitage. Dans le premier cas, il s’agit d’une planche provenant d’une latrine de Troyes (Aube) « Place de la Libération » (première moitié du 1er siècle), l’autre cas concerne un puits du début du troisième siècle à Villechetif (Aube) « Les Bordes » (fig. 4).

21Bien que le nombre d’échantillons pour la fin de l’âge du Fer soit plus important, toutes les planches ou poutres étudiées ont été obtenues par fendage. Il s’agit de la technique la plus courante à l’âge du Fer et à l’époque romaine, et cela aussi bien sur quartier (plan radial) que sur maille (plan tangentiel) (Bernard 1998).

22L’examen des traces de travail pour la découpe du tronc en segments apporte des éléments importants dans l’argumentation se rapportant à l’emploi de bois vert pour la fabrication des pièces de construction et de l’outillage. Cet aspect est essentiel pour une datation archéologique précise. Une date d’abattage ne donne qu’un terminus post quem pour l’utilisation du bois. Il ne s’agit en fait que de la date de prélèvement du bois dans la forêt. Celle-ci n’est pas forcément en relation directe avec le moment de la mise à profit du tronc. Des traces de travail lisses et à arêtes vives, sur les sections transversales et perpendiculaires aux fibres constituent les indices d’une transformation immédiate sans stockage intermédiaire des billes de bois (Hollstein 1980). Pour sectionner le bois, l’utilisation de la scie n’est documentée qu’une seule fois. Il s’agit d’une planche provenant du remplissage d’un puits à Novy-Chevrière (Ardennes), « La Haye/La Meunière » et tirée d’un arbre abattu vers 1 ± 10 de notre ère (Tegel 2005).

23Pour la plupart, les traces sur les surfaces transversales des bois sont le résultat d’un travail à la hache ou à l’herminette, ce qui laisse supposer l’utilisation de bois vert (Laurelut, Tegel, Vanmoerkerke 2002b).

24Dans l’état actuel des recherches, il ne semble pas que la conquête romaine ait directement provoqué des changements fondamentaux dans les techniques du travail du bois. Seule l’utilisation exceptionnelle de la scie a pu être démontrée à partir de cette époque. Le fendage des troncs, plus souvent dans le sens tangentiel, évolue aussi.

25Cela suppose un meilleur choix des arbres (troncs droits, sans nœuds) et nécessite un plus grand nombre de coins pour fendre le tronc. On constate également un gain de qualité avec des planches à épaisseur et section constantes.

5. Gestion de la forêt

26En général, on considère que, dès la fin de l’âge du Fer, une certaine pénurie de bois aurait été provoquée, d’une part par la densité de l’habitat et la demande en bois de construction, et d’autre part par les besoins en bois de feu, essentiellement nécessités par les besoins de la métallurgie.

Fig. 4. Traces de scie sur la surface radiale d’une planche provenant d’une latrine de Troyes (Aube) « Place de la Libération » (33 après J.-C.).

27Avec l’occupation romaine, cette pénurie serait devenue encore plus importante en fonction de l’augmentation de l’activité constructrice tant au plan civil que militaire. Mais cette idée est-elle confirmée par les données dendroarchéologiques ? Y a-t-il des preuves d’une utilisation plus intensive de la forêt et peut-on parler d’une véritable gestion, voire d’économie de la forêt ?

28La distribution des bois de construction selon l’âge des arbres utilisés, ainsi que leur forme de croissance peuvent nous donner des informations sur l’exploitation de la forêt (cf. analyse dendrotypologique Kaennel, Schweingruber 1995). Mais cela ne peut être réellement envisagé que sur de grandes séries de bois, provenant de différentes structures sur un seul et même site. Il faut aussi que l’approvisionnement en bois relève de l’échelon local.

29En Champagne-Ardenne, le site de Vendresse « Les longues Fauchées », ainsi que celui de la fouille récente de Troyes « Libération », autorisent de telles approches.

30Sous l’emprise démographique et en fonction du développement de l’activité constructrice, la forte demande en bois peut conduire à une surexploitation de la forêt. Ceci peut se traduire par un fort éclaircissement de la forêt. Une autre caractéristique est le développement de la pratique du taillis (simple ou plutôt du taillis sous futaie) dans les peuplements forestiers aux alentours des sites. En raccourcissant les cycles d’exploitation, la production de bois augmente, mais diminue en qualité. Mais cela n’est pas du tout observé sur les séries de La Tène finale.

31Des troncs de chêne de grandes dimensions, probablement de haute valeur et provenant de forêts denses, sont souvent utilisés pour la construction.

32Il n’y a qu’à Vendresse que quelques vieux chênes à croissance rapide ont été utilisés pour la construction. Mais il s’agit probablement de bois spécialement sélectionnés destinés à supporter de très importantes charges dans la fondation des bâtiments. En effet, ces chênes à cernes larges ont une plus grande résistance et sont plus à même de remplir une telle fonction.

33Les grandes séries de bois permettent d’affirmer que les deux derniers siècles avant notre ère ne sont pas caractérisés par un manque de matière première. Ce même phénomène est encore très clair au premier siècle de notre ère. Ce constat est d’ailleurs aussi valable sur de multiples sites de la France orientale, ainsi que dans l’Allemagne du Sud et la Suisse du Nord. Les différences de qualité des bois de construction deviennent frappantes quand on les compare avec ceux du bas Moyen Âge de Troyes. Dans cette ville, à la seule exception de l’utilisation du bois d’aulne dans les fondations, la plupart des constructions du début de l’époque romaine sont fabriquées dans de vieux chênes de croissance lente. Les bois de construction médiévaux utilisent en grande majorité des bois provenant de futaie ou taillis sous futaie (64 % avec moins de 50 cernes).

34Pour les IIe et IIIe siècles, le nombre de bois disponibles est encore trop faible pour bien étayer les hypothèses. Il semble cependant, au moins pour le IIIe siècle, que le bois de construction soit de moindre qualité et provienne de forêts gérées, type futaie. Des données en ce sens, ne sont cependant actuellement disponibles qu’en Lorraine et dans le Bassin Parisien (Rohmer, Tegel 1999 ; Bernard 1998).

35Pour les IVe et Ve siècles, les bois de construction sont très rares dans toute l’Europe occidentale et centrale.

Fig. 5. Traces d’enlèvements, travail à l’herminette sur la base d’un poteau d’un bâtiment de La Tène finale à Vendresse.

36Cette contradiction apparente entre des besoins importants en bois, liée à une densité d’occupation croissante ou au moins stable, et l’absence d’indications d’une véritable gestion de la forêt, au moins jusqu’au IIe siècle de notre ère, pourrait s’expliquer par l’exploitation de forêts plus éloignées. Dès l’époque romaine, des indications archéologiques et dendrologiques en faveur du flottage de bois existent (Bauer 2002).

37La gestion de la forêt n’est pas encore une véritable nécessité ; l’organisation et l’infrastructure gallo-romaine ont ainsi pu pallier pendant une certaine durée les besoins importants en bois par l’exploitation de forêts plus éloignées des habitats.

38En revanche, à la fin de l’âge du Fer, ce sont surtout les forêts environnant les habitats qui ont été mises à profit. Il semble donc que l’occupation plus intensive dans les plaines alluviales pendant la première moitié du second siècle avant notre ère ait provoqué une consommation plus forte de bois, ce qui a laissé des traces dans les forêts proches des habitats. Dans quelle mesure ces forêts ont reculé n’est pas encore clairement établi. De nouveaux champs devaient être créés aux dépens des forêts. Celles-ci assuraient un rôle de réservoir d’eau et empêchaient ainsi les inondations et l’érosion.

39Une illustration de ce changement de dynamique fluviale est fournie par le site d’Autrécourt-et-Pourron, dans la plaine alluviale de la Meuse, à une vingtaine de kilomètres de Vendresse. Les exploitations de gravières ont mis au jour de nombreux troncs de chêne. Les datations de ces arbres, morts par inondation et piégés dans des chenaux fossiles, montrent bien ce phénomène (fig. 6). Treize des vingt arbres récupérés ont pu être datés de la fin de l’âge du Fer. Un autre indice pour une ouverture rapide des forêts de la fin de l’âge du Fer provient des séries de cernes des bois de construction de cette période. Il ressort très nettement que la croissance annuelle augmente fortement entre 180 et 170 avant notre ère (fig. 3). Cette augmentation peut avoir deux origines : un changement climatique (par exemple éclaircie à la suite de tempêtes) qui serait cependant régional puisque cela n’a pas été observé sur les séquences allemandes, ou une ouverture de la forêt, par l’Homme, ce qui aurait provoqué une croissance plus forte et donc des cernes plus larges. Dans deux sites du département de la Marne, il s’agit de changements brusques de croissance. Si on se réfère aux études de peuplements actuels, de tels effets sont généralement liés à l’exploitation de la forêt.

40En résumé, les séries de cernes des bois de construction des régions Champagne-Ardenne, ne démontrent pas que les forêts étaient épuisées à la fin de l’âge du Fer et au début de l’époque romaine. Aucun des sites étudiés n’indique une rareté du bois. Tous les types de forêt avec une qualité de bois satisfaisante ont été utilisés. Pour La Tène finale, la déforestation et l’ouverture des forêts semblent locales, probablement près des habitats. Au début de l’époque romaine, le déficit en bois était compensé par l’exploitation de forêts plus éloignées qui étaient probablement encore peu utilisées par l’Homme.

6. Conclusion

41Les nombreux diagnostics et fouilles réalisés dans le cadre de l’archéologie préventive permettent aujourd’hui d’aller largement au-delà de la datation des bois. Le corpus, sans cesse renouvelé et augmenté, autorise une approche de plus en plus ambitieuse quant à l’interprétation de l’environnement en général et l’évolution et la gestion des forêts en particulier. À ce jour, trop de lacunes empêchent encore de proposer des interprétations poussées, mais celles-ci devraient se combler très rapidement.

Fig. 6. Autricourt (Ardennes) : bloc-diagramme des troncs subfossiles datés par dendrochronologie. Chaque bloc représente la position des séries de croissance dans le temps. L’aubier est marqué en gris.

42La principale conclusion proposée ici est celle d’une pratique très opportuniste d’exploitation de la forêt jusqu’à une date avancée de l’époque romaine. En effet, à la fin de l’âge du Fer et au Ier siècle de notre ère, les choix des troncs semblent en contradiction avec l’idée d’une réelle gestion de la forêt, comme on l’entend pour les époques modernes.

Literaturverzeichnis

Références bibliographiques

BAUER S., 2002 – Römische Floßhölzer und Fässer aus Mainz – Auf den Spuren der Flößer und Böttcher in Obergermanien, in : L. Wasmer, B. Steidl (dir.), Neue Forschungen zur römischen Besiedlung zwischen Oberrhein und Enns, Kolloquium Rosenheim 2000, p. 207-221.

BERNARD V., 1998 – L’homme, le bois et la forêt dans la France du Nord entre le Mésolithique et le Haut Moyen Âge. BAR International Series 733. Oxford.

BILLAMBOZ A., 1985 – Premières investigations archéodendrologiques dans le champs de pieux de la station de Hornstaad-Hörnle I sur les bords du lac de Constance. In : Becker et al., Berichte zu Ufer- und Moorsiedlungen Südwestdeutschlands 2, p. 125-147 (Materialhefte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 7).

HOLLSTEIN E., 1980 – Mitteleuropäische Eichenchronologie. Trierer Grabungen und Forschungen, Band XI. Mainz.

KAENNEL M., SCHWEINGRUBER F.H., 1995 – Multilingual Glossary of Dendrochronology. Terms and definitions in English, German, French, Spanish, Italian, Portuguese and Russian. Swiss Federal Institute for Forest, Snow and Landscape Research, Birmensdorf. Paul Haupt Publishers, Berne, 467 p.

LAURELUT C., TEGEL W., VANMOERKERKE J., 2002a – Vendresse (Ardennes) : Une agglomération de la fin de l’âge du Fer et du début de l’époque romaine en zone humide, Mémoire de la Société Archéologique Champenoise 16, p. 105-113.

LAURELUT C., TEGEL W., VAN MOERKERKE J., 2002b – Repères dendrochronologiques et aspects de la technologie du bois pour la fin de l’âge du Fer dans les bassins de la Meuse et de la Moselle, Mémoire de la Société Archéologique Champenoise, 16, p. 15-22.

ROHMER P., TEGEL W., 1999 – Aménagements en bois dans un ancien lit de la Seille (Metz, Boulevard Paixhans). Étude d’un ouvrage en milieu fluvial et aspects dendroécologiques du bois d’oeuvre. Nachrichtenblatt Arbeitskreis Unterwasserarchäologie, 6, p. 21-25.

SCHWEINGRUBER F.H., 1993 – Jahrringe und Umwelt – Dendroökologie, Birmensdorf.

SIMMS D. L., 1983 – Water-driven saws, Ausonius, and the authenticity of the Mosella. Technology and Culture, in : The International Quarterly of the Society for the History of Technology, vol. 24/1, p. 635-644.

TEGEL W., 2005 – Apport de la dendrochronologie, Bilan Scientifique 2002. Champagne-Ardenne, Service régional de l’archéologie, Châlons-en-Champagne, p. 42-45.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Tab. 1. Liste des sites et des types de structures en bois de la fin de l’âge du Fer et de l’époque romaine en Champagne-Ardenne.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8453/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 126k
Bildunterschrift Fig.1. Construction en « Blockbau » d’un puits à Troyes (Aube) « Place de la Libération » (fouille Philippe Kuchler, Inrap). Les chênes ont été abattus en 27 AD.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8453/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 24k
Bildunterschrift Fig. 2. Couvertures des chronologies régionales de la période 1000 BC - 1000 AD.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8453/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 34k
Bildunterschrift Fig. 3. Présentation des chronologies locales des régions Champagne-Ardenne et Lorraine. Les datations sur aubier et cambium sont indiquées. B : Trois courbes moyennes de sites du département des Ardennes et deux du département de la Marne montrant une croissance annuelle particulièrement forte entre 180 et 170 BC.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8453/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 45k
Bildunterschrift Fig. 4. Traces de scie sur la surface radiale d’une planche provenant d’une latrine de Troyes (Aube) « Place de la Libération » (33 après J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8453/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 35k
Bildunterschrift Fig. 5. Traces d’enlèvements, travail à l’herminette sur la base d’un poteau d’un bâtiment de La Tène finale à Vendresse.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8453/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 37k
Bildunterschrift Fig. 6. Autricourt (Ardennes) : bloc-diagramme des troncs subfossiles datés par dendrochronologie. Chaque bloc représente la position des séries de croissance dans le temps. L’aubier est marqué en gris.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8453/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 20k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search