Version classiqueVersion mobile

Silva et saltus en Gaule Romaine : Dynamique et gestion des forêts et des zones rurales marginales

 | 
Vincent Bernard
, 
François Favory
, 
Jean-Luc Fiches

3. L’exploitation de la forêt

L’Exploitation forestière dans les cités Gallo-Romaines du sud du massif Central. Le bois et ses produits dérivés (charbons de bois, poix) dans les activités artisanales et l’économie des cités des Arvernes, des Gabales, des Rutènes et des Vellaves

Alain Trintignac

Texte intégral

Melrand, Lann Gouh (Morbihan).

Cliché Vincent Bernard.

1. Introduction

  • 1 Cette étude s’inscrit dans le cadre d’un travail universitaire en cours (Trintignac à paraître). L’ (...)
  • 2 Seul le tiers sud du Puy-de-Dôme (territoire arverne) sera pris en compte ici, tout comme je ne tra (...)

1Lors du précédent colloque AGER (Compiègne, 2002), j’avais mis l’accent sur la fabrication de la poix dans la cité des Gabales. Cet éclairage sur une production artisanale atypique avait permis, de manière plus générale, de montrer comment la région des Grands Causses du massif Central avait connu la sylviculture dès l’Antiquité (Trintignac 2003). Le thème du présent colloque portant sur la forêt en Gaule, en particulier sur la gestion de ce milieu naturel à des fins économiques, il m’a paru intéressant de présenter ici, dans le cadre de mes recherches1, une première synthèse, non exhaustive, sur l’exploitation des ressources forestières dans les cités gallo-romaines du sud du massif Central. Cette région de moyenne montagne est circonscrite entre la partie septentrionale du massif Central (monts d’Auvergne et du Forez), la vallée du Rhône à l’est, la plaine languedocienne au sud et les vallées de l’Aquitaine à l’ouest. On inclut dans cette aire géographique les départements de l’Aveyron, du Cantal, de la Haute-Loire, de la Lozère et du Puy-de-Dôme (partie sud). Leurs territoires coïncident avec ceux des cités antiques des Arvernes (Cantal, Puy-de-Dôme, ouest de la Haute-Loire), des Gabales (Lozère), des Rutènes (Aveyron) et des Vellaves (est de la Haute-Loire), incluses dans la province d’Aquitaine, aux confins de la Narbonnaise (fig. 1)2.

  • 3 Je n’évoquerai pas les besoins en bois de chauffage des villes, notamment des monuments publics (th (...)

2J’aborderai la question de l’exploitation de la forêt dans ces quatre cités en très grande partie de manière indirecte, sous l’angle des activités économiques, artisanales essentiellement, grandes consommatrices de bois. En effet, le sud du massif Central recèle des ressources naturelles variées, minérales (argile, eau, minerais) et végétales (bois), qui ont donné lieu à une exploitation du milieu naturel par les Gallo-Romains. La mise en œuvre de ces matières premières a permis le développement de plusieurs artisanats au cours du Haut-Empire, au premier rang desquels on trouve la céramique, la métallurgie et le travail du bois. Or ces activités sont connues pour utiliser de grandes quantités de bois. Les multiples découvertes archéologiques et les études paléobotaniques effectuées dans certains secteurs de la zone d’étude, en Aveyron et en Lozère particulièrement, démontrent que le bois représentait une matière première d’une importance majeure dans l’économie de ces cités, une source de revenus conséquents, grâce notamment à son commerce et celui de ses produits dérivés. C’est particulièrement le cas pour les Gabales et les Rutènes, peuples pour lesquels, il est vrai, nous sommes le mieux renseignés. Les cités ont su tirer profit de leurs ressources forestières à travers les productions de bois d’œuvre (artisanats, construction, boisages des mines), de combustible (métallurgie, terres cuites, chauffage3), notamment dérivé (charbon de bois) et la fabrication de poix.

Fig.1. Le cadre géographique de l’étude : le sud du massif Central. Cette région incluait dans l’Antiquité les cités des Arvernes (chef-lieu : Augustonemetum/Clermont-Ferrand), des Gabales (chef-lieu : Anderitum/Javols), des Rutènes (chef-lieu : Segodunum/Rodez) et des Vellaves (chef-lieu : Ruessio/Saint-Paulien).

3Cette étude a pour finalité première de mettre en évidence les besoins importants en bois nécessités par les activités économiques, au Haut-Empire principalement, période la mieux documentée. Mon propos vise ainsi à mettre en lumière les fortes potentialités en ressources forestières dont bénéficiaient ces cités mais également à essayer d’évaluer l’impact des pratiques économiques sur la dynamique (évolution/régression) du couvert forestier.

2. Exploitation du bois et artisanats métallurgiques

2.1. Productions de bois d’œuvre et de combustible liées aux activités minières (fig. 2)

  • 4 Ce mode d’extraction est attesté par les découvertes de charbons de bois dans les galeries : mines (...)

4Les territoires des cités du sud du massif Central recelaient des gîtes métallifères variés (or, argent, plomb, cuivre, étain, fer). Ces ressources minérales ont fait l’objet d’une exploitation dès la fin du second âge du Fer et au cours de la période gallo-romaine, surtout au Haut-Empire. Cette activité est attestée par Strabon (Géographie, IV, 2, 2) qui mentionnait, à la fin du Ier siècle av. J.-C., la présence de mines d’argent chez les Gabales et les Rutènes. Le bois servait d’élément de soutènement des ouvrages miniers (boisages des galeries et puits) et de combustible pour les ateliers métallurgiques liés à la transformation des minerais en métaux. Il était également employé dans l’un des modes d’extraction du minerai : l’attaque de la roche par le feu4.

Arvernes

5Trois sites miniers localisés entre les vallées de l’Allier et de l’Allagnon ont fait l’objet d’une exploitation pour l’argent et le plomb : « La Rodde » (Ally), « Chazelle-Haut » (Saint-Just-près-Brioude, Haute-Loire) (Pegère 1989 : 283-309), les « Anglais » (Massiac, Cantal). À « La Rodde », l’analyse par le radiocarbone de charbons de bois prélevés dans les galeries a démontré que les travaux d’extraction avaient débuté dès le second Age du Fer et qu’ils s’étaient poursuivis au cours du Haut-Empire (Ier-IIe siècles) et de l’Antiquité tardive (Ve s.). Une étude dendrologique des boisages a révélé l’emploi du chêne et du sapin argenté (Vialaron 1998). La mine des « Anglais » a fonctionné de La Tène finale au Haut-Empire (Ier siècle) (datations 14C sur des boisages). Le cuvelage d’un puits était en chêne (Tixier 1978 : 32).

Gabales

  • 5 Des découvertes anciennes (Villefort, Saint-Léger-de-Peyre) (Trintignac 2001b : 233) et récentes (L (...)

6Les parties sud-est (mont Lozère) et ouest du territoire recelaient des gisements de galène argentifère qui ont été exploités dès La Tène finale pour l’argent (Le Bleymard, Mont Lozère), puis au cours du Haut-Empire, pour l’argent et le plomb (Villefort, Saint-Léger-de-Peyre, Le Bleymard) (Prassl 1997 : 217-223 ; Trintignac 2001a : 131-134 ; à paraître)5.

Rutènes

  • 6 Les galeries de la mine de « La Boule » étaient étayées (Abraham, Léchelon, Morasz 2001 : 432) ; ce (...)

7Ce peuple s’est livré à une intense activité minière dans l’Antiquité, principalement à la fin de la période gauloise et au début du Haut-Empire. La frange occidentale de son territoire possédait des gisements de plomb argentifère et de cuivre. Les secteurs d’Asprières-Peyrusse-le-Roc (Serres 1995) et de Villefranche-de-Rouergue (mines de « La Baume », la « Maladrerie ») (galène argentifère) (Morasz 1989 : 8) ont été exploités de La Tène finale au Haut-Empire (Ier siècle) (Abraham, Léchelon, Morasz 2001 : 411-413). À Najac, l’extraction du cuivre est attestée pour le Ier siècle ap. J.-C. (Morasz 1989 : 9). La partie septentrionale était riche en minerais de plomb argentifère, fer et étain. Au nord-ouest, la région de « Kaymar » a abrité un district minier et métallurgique polymétallique (plomb, argent, fer). Les mines d’argent de « La Boule » (Pruines), des « Bordes » (Conques) et de « Grandval » (Saint-Cyprien-sur-Dourdou) ont fonctionné de La Tène finale au Haut-Empire (Ier siècle) (datations 14C réalisées sur des charbons de bois prélevés dans des galeries des trois mines) (Abraham 2000 : 123-127 ; 2003, 185-186)6. Les gisements de fer ont été exploités du Haut-Empire (Ier siècle) à l’Antiquité tardive (Ve-VIe s.) (Abraham 2000 : 450-467). Sur le plateau de la Viadène, la recherche des gîtes stannifères est avérée pour la fin du second âge du Fer et peut-être pour le début de l’époque gallo-romaine (Abraham, Morasz 1997 : 219-231). La partie sud de la cité disposait de gisements cuprifères exploités dans les régions de Millau (mines de « Galès », « Azinières ») et de Camarès (mines de « Bouche-Payrol », « Cénomes ») de La Tène finale au Haut-Empire (Ier s.) (Hedan, Vernhet 1975 : 72-75).

Fig. 2. Les productions de bois d’œuvre et de combustible liées aux activités minières et métallurgiques

  • 7 Analyses effectuées sur des charbons de bois découverts dans les mines des « Bordes » et de « La Bo (...)
  • 8 À « Bouche-Payrol », les analyses par le radiocarbone des charbons de bois prélevés dans les galeri (...)

8Dans le secteur de « Kaymar », aux époques gauloise et gallo-romaine, les essences utilisées comme combustible dans les mines d’argent pour attaquer la roche étaient le chêne à feuilles caduques et le hêtre7. A « Bouche-Payrol » (Brusque), le hêtre était également employé dans la technique de l’exploitation au feu (Léchelon 1997 : 168-169)8.

  • 9 Comme l’a entrepris avec succès Béatrice Cauuet (2000, 128- 146) pour les mines d’or gauloises du L (...)
  • 10 La région de « Kaymar » est localisée à 20 km au nord de Rodez. Elle forme ce que l’on appelle le p (...)
  • 11 Analyses effectuées sur les ateliers de réduction des « Blanquies » (Sénergues) en activité entre l (...)
  • 12 Dans la région de la Viadène, de nombreux charbons de bois associés à des creusets et des scories s (...)

9La plupart des sites miniers ont livré les vestiges d’installations artisanales liées à l’étape de la post-extraction (prétraitement du minerai : broyage, lavage ; grillage/réduction). Les ateliers métallurgiques étaient implantés aux abords des lieux d’extraction (« Les Anglais », « La Rodde », « Kaymar », Villefranche-de-Rouergue, Camarès, Viadène). Le bois, employé à la fois dans la technique de l’exploitation au feu, comme combustible (charbons de bois) des bas-fourneaux et comme élément de soutènement, provenait très vraisemblablement des environs des mines puisque le minerai était traité sur place. Cela sous-entend un approvisionnement proche en bois d’œuvre et de combustible et donc l’exploitation des ressources forestières locales9. Dans le secteur de « Kaymar »10, des analyses anthracologiques effectuées sur des sites sidérurgiques antiques (datations 14C : IIe-IVe siècles ap. J.-C.) ont révélé que les métallurgistes avaient employé presque exclusivement le hêtre comme combustible, mais aussi le chêne (Bargiel 2001 : 481 ; Abraham 2003 : 185)11. Or les recherches récentes ont démontré que le choix d’implantation des ateliers avait été dicté par la présence à proximité, dans un seul et même secteur (plateau de Campuac), des matières premières indispensables à la production de fer (minerai de fer sédimentaire bréchique, eau, argile pour la construction des fours de réduction, bois). Ceci démontre la présence de zones boisées (chênaies, hêtraies) au voisinage des installations de réduction et leur exploitation par les artisans gallo-romains12.

2.2. Le bois comme combustible des ateliers métallurgiques

10Il s’agit ici des ateliers localisés dans les chefs-lieux de cité, les agglomérations secondaires et en milieu rural, à l’exception des ateliers de forge présents dans les établissements ruraux (fig. 2). Pour la zone d’étude, on dispose de peu de renseignements sur les activités métallurgiques. Pour les Arvernes, les Gabales et les Vellaves, aucune étude anthracologique n’a été menée à ce jour sur des charbons de bois provenant de foyers artisanaux.

Arvernes

11L’agglomération secondaire de « La Masse » (Ambert) a livré des vestiges d’ateliers de métallurgie du bronze et du fer du Haut-Empire (Gagnaire 1992 : 230-231).

Gabales

12Dans le chef-lieu de cité, Anderitum-Javols, le travail du fer (forge) et du bronze est attesté au Haut-Empire (Trintignac 2002 : 228-229).

Rutènes

13Des ateliers métallurgiques sont attestés dans le chef-lieu de cité (Segodunum-Rodez) (forges, bronziers : époque gallo-romaine précoce, Haut-Empire) et dans les agglomérations secondaires de Millau (fer : réduction ; bronziers : La Tène finale, Haut-Empire) et de L’Hospitalet-du-Larzac (fer : réduction-forge : La Tène finale, Haut-Empire) (Vernhet 2001 : 267-271). À Rodez, lors de recherches menées en 1996 près de l’amphithéâtre, une analyse anthracologique de charbons de bois provenant de la vidange d’un foyer artisanal, probablement une officine de bronzier du Ier siècle ap. J.-C., a révélé l’emploi quasi-exclusif du hêtre comme combustible métallurgique (Gruat, Marty 2003 : 105). En milieu rural, le minerai de fer sidérolithique présent à la surface des Causses était réduit dans des bas-fourneaux. Une dizaine d’ateliers est recensée sur le Larzac (Vernhet 2001 : 269-270). Cette activité est attestée de La Tène finale à l’Antiquité tardive. L’habitat de hauteur du « Puech-de-Mus » (Sainte-Eulalie-de-Cernon) a livré deux bas-fourneaux de l’Antiquité tardive (fin IVe-Ve siècles). L’étude des charbons de bois contenus dans les foyers a démontré l’utilisation du chêne à feuilles caduques et du hêtre (Gruat, Marty, Abraham 2001 : 472).

3. Exploitation du bois et artisanat de la terre cuite

14Un certain nombre d’ateliers de terres cuites est référencé dans la zone d’étude, surtout chez les Rutènes (fig. 3). Au Haut-Empire, le sud du massif Central se caractérise par la présence d’importants centres producteurs de sigillées. Pendant deux siècles, ces ateliers vont produire et exporter en masse des poteries à travers l’Empire (Hofmann 1986 : 110 ; Vernhet 1986 : 102-103 ; Mees 1995 : 108 ; Trintignac 2001a : 197-200). Cette activité va entraîner d’énormes besoins en bois pour la chauffe des fours à céramiques. À côté de ces grands complexes artisanaux, les cités ont abrité des officines secondaires dont la production était tournée vers le commerce local et régional.

Arvernes

  • 13 On peut citer les ateliers de potiers de « Varennes » (Ferrussac) (céramiques communes, Haut-Empire (...)

15On dénombre une dizaine d’ateliers seulement : la moitié a produit des poteries et l’autre des terres cuites architecturales. Le site le mieux renseigné et le plus important est celui de Manglieu (Puy-de-Dôme), centre producteur de sigillées entre 140 et 180 ap. J.-C. (groupe des ateliers de la Gaule du Centre) (Bet, Delage, Murat 2000 : 511-514). Pour les autres officines, nos connaissances sont très lacunaires (période d’activité, production) (Trintignac à paraître)13.

Fig. 3. L’exploitation du bois et l’artisanat de la terre cuite. Les ateliers les plus importants liés à la production de céramiques sigillées étaient situés dans la région des Grands Causses (La Graufesenque, Banassac, Le Rozier). Par souci de clarté, n’apparaissent sur la carte que les principaux ateliers.

Gabales

16On recense six ateliers de terres cuites, la moitié produisant des poteries et l’autre des terres cuites architecturales (Trintignac 2001b : 223-226). Les deux plus importants ont fabriqué des sigillées : Le Rozier et Banassac. Le Rozier, à la limite des cités des Rutènes et des Gabales, au confluent du Tarn et de la Jonte (bordure ouest du Causse Méjean), était une succursale de La Graufesenque en activité dans la seconde moitié du Ier siècle (Thuault 1996 : 18-19). Banassac, loti entre la vallée du Lot et le Causse de Sauveterre, a fonctionné au IIe s. (Hofmann 1986 ; Mees 1995 : 101-112). La présence d’une officine de céramiques communes du Haut-Empire est attestée à Florac (Trintignac 2001b : 225). On dispose de peu de renseignements sur les trois tuileries implantées en milieu rural : « La Tuilerie » (Monastier-Pin-Moriès), « Roudils » (Serverette) et « La Croix-de-Berthel » (Saint-Maurice-de-Ventalon : Haut-Empire) (Trintignac 2001b : 225-226 ; à paraître).

Rutènes

  • 14 L’« Auzéral » (Savignac) (céramiques fines, début du Ier s. ap. J.-C.) (Bénévent 1997) ; « Blanquef (...)
  • 15 L’« Alzou » (Bournazel) (Gruat et al. 1999), « Poujols » (Laissac) (Gruat, Maniscalo 1992) et « Cad (...)

17De nombreux ateliers sont attestés, au premier rang desquels on trouve le complexe artisanal de La Graufesenque (Millau) et ses officines satellites (Espalion, officines millavoises : Rajol, Vivier, la Pomarède, la Maladrerie) (Bet, Delage, Vernhet 1994). Aux Ier et IIe siècles, La Graufesenque était, avec Lezoux, le plus important centre de production de sigillées de l’Empire romain (Vernhet 1986 ; 1991). On dénombre également des ateliers de potiers de moindre importance dont la production s’échelonne de l’époque gallo-romaine précoce à l’Antiquité tardive14 et des officines de terres cuites mixtes en activité au Ier siècle de notre ère15.

  • 16 L’exploitation de la forêt est perceptible dès le Néolithique final/Chalcolithique, pour le pin not (...)
  • 17 A La Graufesenque, des études ont montré que pour une cuisson de 25 000 vases (fournée moyenne dans (...)
  • 18 Des études paléobotaniques établissent bien la présence de Pinus silvestris sur les Causses Noir, d (...)
  • 19 Les productions de masse des ateliers requéraient des structures de cuisson adaptées. À La Graufese (...)
  • 20 La superficie de l’aire d’approvisionnement en bois des officines peut être estimée à 700 km2 (Vern (...)

18Des études archéologiques (Balsan 1938 ; Viré 1943 ; Albenque 1948 ; Balsan 1951 ; Vernhet 1981 ; 1986 ; 1993 ; Trintignac 2003) et des analyses paléoenvironnementales (anthracologie, palynologie, dendrochronologie) (Loir 1940 ; Vernet 1969 ; 1970 ; 1973 ; 1981 ; Bazile 2002 ; Marty et al. 2003) sont menées depuis maintenant plus de 70 ans dans la région des Causses. Les résultats de ces recherches démontrent que les forêts de conifères (pins) de ce secteur ont fait l’objet d’une exploitation à grande échelle, à la fois intensive et extensive, au Haut-Empire16. On a vu qu’aux Ier et IIe siècles, des ateliers de sigillées étaient implantés dans les vallées du Lot et du Tarn, au pied des plateaux des Causses. Les troncs d’arbres servaient à alimenter en bois de chauffe les fours à poteries. Or, le combustible provenait préférentiellement, sinon exclusivement, des forêts de pins des plateaux caussenards (Vernhet 1981 : 42 ; 1986 : 96). En effet, la pratique intensive de l’artisanat céramique a nécessité en amont une main-d’œuvre et une surface boisée suffisamment importantes pour l’approvisionnement en combustible des officines. Or les seules zones capables de répondre à une telle demande en bois de chauffe étaient les forêts des Causses. Des études menées par Alain Vernhet (1986 : 96 ; 1993 : 117-119) à La Graufesenque et par Jean-Louis Vernet (1969 ; 1970 ; 1973 ; 1981) sur le couvert végétal des Causses dans l’Antiquité démontrent bien, d’une part, l’importance de l’exploitation des ressources ligneuses par les potiers et, d’autre part, l’énorme potentiel en matériau bois que recelaient ces plateaux. À l’époque de l’acmé de l’activité céramique à Millau (entre 80 et 120 ap. J.-C.), Alain Vernhet estime en effet à près d’un million de tonnes la quantité de bois nécessaire au fonctionnement des fours, ce qui équivaut à 10 000 ha de forêt17. Or des études paléobotaniques menées par Jean-Louis Vernet ont montré que les forêts de pins caussenardes couvraient alors environ 50 000 ha (Vernhet 1993 : 117)18. Une analyse anthracologique de charbons de bois provenant de la vidange d’un four découvert en 1979 à La Graufesenque a d’ailleurs révélé que le bois utilisé était le pin sylvestre (Vernhet 1981 : 41)19. Le combustible des fours des officines de Millau, de Banassac et du Rozier provenait donc assurément des pineraies des Causses Noir, du Méjean et du Sauveterre20.

19À la même époque, dans cette aire géographique, on extrayait la résine des pins pour obtenir de la poix. Il devait exister une complémentarité entre l’activité des bûcherons fournisseurs des potiers et celle des artisans-résiniers (Albenque 1948 : 182). Les premiers débitaient les troncs d’arbres qui étaient ensuite très probablement acheminés par schlittage puis par flottage jusqu’aux officines de terres cuites (Loir 1940 : 154). Les seconds distillaient les menus déchets (branches) inutilisables par les potiers afin d’obtenir un goudron végétal : la poix (Vernhet 1981 : 42).

Fig. 4. La production de poix dans les cités du Sud du Massif Central. 1 : stations de résiniers de « Fonboine-la-Marus » (Saint-Jean-d’Aubrigoux, Haute-Loire). 2 : « Les Théoules » (Craponne, Haute-Loire). 3 : « Souchou » (Langogne, Lozère). Chez les Gabales et les Rutènes, les forêts de pins de la région des Causses (Sauveterre, Méjean, Causse Noir) ont été exploitées pour approvisionner en combustible les ateliers de sigillées de Gaule du Sud (La Graufesenque, Banassac, Le Rozier) et pour l’artisanat de la poix.

4. La production de poix

20Cet artisanat est attesté par l’archéologie chez les Gabales, les Rutènes et les Vellaves. Les différentes étapes de la chaîne opératoire se déroulaient dans des aires artisanales appelées des « stations de résiniers » (Trintignac 2003 : 241). 70 sont référencées à l’heure actuelle, la plupart en territoires gabale et rutène (région des Causses) (fig. 4).

Gabales

21Trente-six stations sont attestées (Trintignac 2003 : 242, fig. 2). Elles se situent toutes, à une exception près (Margeride) (fig. 4, n° 3), sur les Causses Méjean et de Sauveterre, dans la partie sud-ouest du territoire. Une quinzaine de stations a été repérée sur le Méjean et une dizaine sur le Sauveterre. Sur le Méjean, les ateliers sont localisés dans la moitié occidentale du Causse, en bordure de la vallée du Tarn pour la majorité. Sur le Sauveterre, les stations sont également situées dans la partie occidentale du plateau, certaines bordant le Tarn.

Rutènes

  • 21 Sur la bibliographie portant sur les stations de résiniers en territoire rutène, se référer à : Tri (...)

22On dénombre à l’heure actuelle trente et une stations, toutes situées dans le secteur des Causses (Vernhet 1981 : 42 ; Trintignac à paraître). Vingt-six ateliers ont été repérés sur le Causse Noir et cinq sur le Sauveterre. Sur le Causse Noir, les aires artisanales sont localisées sur la partie sommitale du plateau et sur les rebords surplombant les vallées. La moitié des stations est située à proximité des vallées du Tarn, de la Jonte et de la Dourbie. Sur le Sauveterre, les ateliers sont situés à la limite sud-ouest du plateau, près du Tarn21.

Vellaves

23On recense seulement trois ateliers, à la limite nord de la cité (Boithias 1991 : 102 ; Provost, Rémy 1994 : 118) (fig. 4, n° 1-2). Deux étaient liés à un établissement agricole du Haut-Empire (Ier-IIe siècles) (Figuet 1987 : 104-108) (fig. 4, n° 1).

  • 22 Cette couleur résulte de la présence, parfois en grande quantité, de charbons de bois. Les agricult (...)
  • 23 Sur le fonctionnement d’une station et le procédé d’obtention de la poix, se référer à : Trintignac (...)
  • 24 Dans les années 1930, des charbons de bois prélevés sur plusieurs ateliers gallo-romains des Causse (...)

24Les ateliers de résiniers sont des unités de production de superficie moyenne (800 à 3000 m2) gérées par des exploitations agricoles pratiquant la sylviculture, l’agriculture et l’élevage (Trintignac 2003 : 242 ; à paraître). Beaucoup de stations ne sont connues que par des prospections (tessons d’urnes en surface ; couleur noire du sol22). Les rares sites étudiés ont livré les mêmes structures de production (urnes à résine enfouies dans le sol) (Trintignac 2001b : 227) et les mêmes déchets issus de cette activité (aires charbonneuses résultant de la combustion du bois lors du processus de pyrogénation). Dans les cités du sud du massif Central, l’artisanat de la poix se caractérise par un même savoir-faire de la part des artisans-résiniers gabales, rutènes et vellaves. Le mode de fabrication était analogue d’une cité à l’autre. Cette matière s’obtenait par la distillation de la résine des conifères par le feu (pyrogénation) en vase clos appelés urnes à résine23. Dans la région des Causses, il est fort probable que le pin sylvestre ait été l’essence principale employée dans la chaîne opératoire de cet artisanat, à la fois comme combustible (distillation par le feu) et comme matière première (résine des pins) pour obtenir la poix (Trintignac 2003 : 244)24. Cet artisanat est attesté pour toute l’époque gallo-romaine, dès le début de notre ère (Trintignac 2003 : 245 ; à paraître). Certaines stations ont fonctionné du Haut-Empire à l’Antiquité tardive ; cependant, si une grande partie des ateliers a livré la preuve d’une production au cours du Haut-Empire, en revanche, on est moins bien renseigné pour l’Antiquité Tardive.

25Beaucoup de stations étaient localisées en bordure du Tarn et de ses affluents (Dourbie, Jonte). Cette implantation topographique ne doit probablement rien au hasard mais confirmerait plutôt les liens étroits entre la production de poix et celle de combustible pour les fours de potiers (Albenque 1948 : 181). Les troncs d’arbres étaient descendus des plateaux caussenards vers les vallées par schlittage puis étaient acheminés sur le Tarn et la Dourbie jusqu’au complexe artisanal de La Graufesenque, à la confluence des deux cours d’eau (Loir 1940 : 153). Le flottage du bois sur le Tarn et ses affluents est attesté par les textes dès le XVe siècle (Loir 1940 : 154 ; Delmas 1975 : 256-280). Les pins servaient donc à la fois à produire de la poix et de combustible pour cuire les vases.

5. Exploitation forestière et artisanat du bois

26Enfin, la forêt a fait l’objet d’une exploitation pour approvisionner en matière première les différentes corporations des métiers du bois. L’artisanat du bois est attesté chez les Gabales, les Rutènes et les Vellaves, à la fois par l’archéologie et par des études paléobotaniques (dendrologie). Cependant, seul le chef-lieu de la cité des Gabales (Javols) est assez bien renseigné.

Gabales

  • 25 Deux autres divinités semblant personnifier Sucellus ont été retrouvées dans la civitas, à Canilhac (...)

27À Javols-Anderitum, le travail du bois est attesté pour le Haut-Empire ; par contre, les données concernant l’Antiquité tardive font défaut. Plusieurs témoins archéologiques plaident en faveur de l’existence d’une corporation des métiers du bois, des tonneliers en particulier (Trintignac 2001b : 229-233 ; 2002 : 223-224 ; Ferdière 2003 : 217- 218). Cet artisanat est caractérisé à la fois par les découvertes de déchets de travail du bois, d’objets ébauchés et ouvrés, par la mise au jour d’outils (signaculum, herminette) et par celle d’une statue identifiée à Silvain-Sucellus (Béal, Peyre 1987 : 349- 368), dieu de la forêt et du bois, patron des tonneliers25. Des bois gorgés d’eau (rejets de taille, objets ouvrés) ont été découverts en 1998 dans un dépotoir de berge scellé à la fin du Ier ou au début du IIe siècle (datation 14C sur les bois) (Ferdière 1998 : I, 26). Ils ont fait l’objet d’une étude dendrologique au laboratoire de Chrono-Écologie de Besançon (Girardclos 2000). La détermination de l’essence des rejets de taille a permis d’identifier des espèces d’arbres très probablement utilisées dans les activités artisanales et la construction. Le hêtre semble avoir été largement employé, ainsi que le sapin et le pin sylvestre noir. De nombreux déchets de taille en bois de hêtre pourraient correspondre soit à des pièces d’architecture, soit à des copeaux résultant de la fabrication d’objets ouvrés (sellerie, charronnerie), soit à du bois de feu (combustible).

  • 26 Des carporestes (graines de céréales) découverts dans plusieurs tombes à incinération du Haut-Empir (...)
  • 27 Un paléosol préromain datant probablement du Ier siècle av. J.-C. a été mis au jour en 2000. Les sé (...)

28La pression exercée par l’Homme sur le milieu durant l’Antiquité est sans doute à l’origine d’une phase intense d’érosion touchant le vallon du Triboulin postérieurement à l’Antiquité. Plusieurs indices tendent à placer ce phénomène érosif au haut Moyen Âge (VIe-VIIe siècles). Cette pression anthropique s’est très vraisemblablement traduite par une déforestation massive et une mise en culture des terres environnant la ville (Ferdière, Poupet 2005)26. Ces déboisements ont probablement permis d’alimenter en matériau bois les diverses corporations d’artisans27.

Rutènes

29Un cippe du Haut-Empire a été découvert en remploi à « Boyne » (Rivière-sur-Tarn, Causse de Sauveterre). Ce monument funéraire portait l’épitaphe d’un charpentier nommé Marinus (Albenque 1948 : 295).

Vellaves

30Une stèle funéraire découverte au XIXe siècle près du Puy-en-Velay atteste la présence, dans l’agglomération secondaire du Puy, au Haut-Empire (IIe siècle), d’une corporation d’artisans des métiers du bois (fabri tignarii) (Provost, Rémy 1994 : 71-72). Elle portait l’épitaphe d’un magistrat, Ciltica, patron d’un collège de charpentiers (C.I.L., XIII, 1606).

6. Conclusion

31En premier lieu, on constate une inégalité des sources documentaires entre le Haut-Empire et l’Antiquité tardive. Si l’on est bien renseigné sur la période qui couvre les deux premiers siècles de notre ère, et même sur la fin de l’époque gauloise (activités minières et métallurgiques) ; en revanche, les renseignements sur l’Antiquité Tardive font très largement défaut. On remarque également une disparité des informations archéologiques d’une cité à l’autre. Si l’on dispose d’une bonne documentation pour les Rutènes et les Gabales et, à un degré moindre, pour les Arvernes ; par contre, les données sur les Vellaves sont quasi-inexistantes.

  • 28 L’artisanat de la poix était en grande partie lié à l’activité céramique dans la région des Causses

32Il ressort de cette étude qu’au Haut-Empire, les forêts du sud du massif Central ont été largement exploitées afin de pourvoir en matériau bois les mines, d’une part, et, d’autre part, les différents artisanats qui s’étaient développés dans les cités grâce à la présence en quantité d’autres matières premières (argile, eau, minerais). Le bois était notamment employé dans les chaînes opératoires de plusieurs activités (métallurgie, terres cuites, poix), parfois complémentaires28, à l’origine des expansions économique et commerciale des cités du sud du massif Central au Haut-Empire. La recherche des ressources ligneuses visait aux productions de bois d’œuvre, de combustible, dont dérivé (charbons de bois), et à celle de poix.

  • 29 A la fin du second Age du Fer, l’argent a sans doute eu, entre autres fonctions, celle de monnaie d (...)
  • 30 Rares sont les sites miniers à avoir livré les vestiges d’une activité extractive dans l’Antiquité (...)
  • 31 En Limousin, Béatrice Cauuet (2000) a bien mis en évidence la pression exercée sur le couvert fores (...)
  • 32 Aucune étude paléobotanique n’a été entreprise à ce jour chez les Gabales.
  • 33 Dans la région de « Kaymar », les recherches archéologiques (prospections, sondages, datations14C) (...)

33L’activité minière est attestée dès La Tène finale29 (argent) et les travaux d’extraction se sont poursuivis au Haut-Empire30. Les Gallo-Romains ont très probablement eu recours à de grandes quantités de bois afin d’exploiter les filons (attaque de la roche par le feu), d’étayer les réseaux souterrains et de pourvoir en combustible les ateliers de grillage-réduction. En l’état actuel des connaissances, pour le secteur d’étude considéré, on ne peut pas quantifier précisément les besoins en bois faute d’études paléobotaniques poussées réalisées (palynologie, dendrochronologie)31. Pour les mines, les seules informations dont nous disposons (dendrologie, anthracologie) proviennent des cités des Arvern (emploi du chêne et du sapin comme étais) et des Rutènes (hêtre et chêne utilisés comme combustible pour faire éclater la roche)32. Pour la métallurgie, des études anthracologiques réalisées sur plusieurs sites rutènes ont révélé l’utilisation du chêne et du hêtre comme combustible (travail du fer et du bronze) au Haut-Empire et dans l’Antiquité tardive. L’exemple du district minier et métallurgique (fer) de la région de « Kaymar » démontre que l’implantation des ateliers de réduction a été dictée par la présence à proximité immédiate de la matière première indispensable au fonctionnement des bas-fourneaux (combustible : hêtre et chêne). Les diverses études menées dans cette zone attestent l’exploitation des ressources locales en bois de hêtre et de chêne durant l’Antiquité (de la fin de la période gauloise à la fin de l’Antiquité). Ces bois étaient employés (comme étais et combustible pour faire éclater la roche) à la fois dans les mines de plomb argentifère et de fer (extraction à ciel ouvert) et dans les ateliers métallurgiques (combustible). Les travaux de recherches entrepris par Philippe Abraham démontrent bien la présence d’un boisement, sans doute important, en hêtres et en chênes à l’époque gallo-romaine dans une zone s’étendant sur une grande superficie, la région de « Kaymar »33.

34Aux deux premiers siècles de notre ère, la présence dans le secteur des Causses de grands ateliers de sigillées a entraîné une demande croissante en combustible. L’exemple de La Graufesenque permet de quantifier les formidables besoins en bois des potiers et pose, d’une part, la question de la gestion des ressources forestières et, d’autre part, celle de l’évolution du couvert végétal sur le long terme. N’a-t-on pas avancé l’hypothèse que l’émergence du centre de Banassac au IIe siècle, au détriment de celui de La Graufesenque, pourrait être due à la raréfaction des ressources en bois dans la région de Millau (Causses Noir et du Méjean) ? A côté de ces énormes complexes artisanaux, on trouve des officines secondaires dont la demande en combustible a été moindre, mais réelle. Enfin, l’exemple de Javols démontre aussi les besoins en bois des diverses corporations d’artisans travaillant ce matériau dans les agglomérations.

  • 34 La poix était employée principalement pour la conservation du vin (poix mélangée au moût) et comme (...)
  • 35 Les métaux, les poteries, notamment les sigillées, les tonneaux et la poix ont permis aux cités de (...)

35Le bois et ses produits dérivés ont représenté des ressources essentielles dans l’économie des cités du sud du massif Central, notamment à l’exportation. On peut mentionner les exemples de la poix (Gabales, Rutènes) et des tonneaux (Gabales). Ces deux productions étaient en partie liées puisqu’elles servaient au conditionnement du vin34. Ces cités étaient localisées aux portes de la Narbonnaise. Cette situation géographique privilégiée a été un atout pour le commerce de ces deux produits vers les grands domaines viticoles de cette province35. Celle-ci entourait sur deux côtés les civitates des Arvernes, des Gabales, des Rutènes et des Vellaves : la moyenne vallée du Rhône à l’est, avec la cité des Helviens (Ardèche) ; le Languedoc au sud, avec celle des Volques Arécomiques (Gard) (Ferdière 2003 : 218-219). Les artisans (tonneliers, résiniers) ont su, à n’en pas douter, tirer parti de cette position géographique de premier plan pour exporter leurs produits nécessaires au conditionnement des productions viticoles des civitates circonvoisines de la Vallée du Rhône (Helviens, Tricastins, Voconces, Allobroges) et du Languedoc (Volques Arécomiques). On sait en effet que le transport et le stockage du vin dans des tonneaux se développent à partir de la seconde moitié du Ier siècle de notre ère au détriment des amphores (Marlière 2002). De plus, à la même époque, on assiste à un accroissement important de l’activité viticole dans la Moyenne Vallée du Rhône (Brun, Laubenheimer 2001).

  • 36 À titre d’exemple sur l’exploitation des matières premières dans l’Antiquité dans des régions de mo (...)

36L’intégration de la Gaule dans l’empire romain et, dans une certaine mesure, dans « l’économie de marché », a incontestablement entraîné dans les territoires du sud du massif Central, notamment dans la région des Causses, un accroissement de l’exploitation des ressources forestières à des fins économiques. Le développement des activités minières, métallurgiques et céramiques au Haut-Empire a été à l’origine de l’amplification de la pression anthropique sur le couvert végétal. De l’âge du Fer à l’époque gallo-romaine, l’exemple des Causses le prouve, les besoins en bois ont vraisemblablement évolué de manière prodigieuse, ce qui a nécessairement entraîné des modalités de production et d’exploitation des forêts toutes différentes. Cet essor suggère une organisation complexe de cette économie du bois (gestion des forêts, abattage des arbres, transport du bois vers les lieux de consommation, stockage et vente). Malheureusement, mis à part pour la production de poteries dans les Causses, cette pression de l’homme sur le milieu naturel ne peut pas être réellement quantifiée faute d’études approfondies réalisées à ce jour dans le Sud du Massif Central pour la période considérée36.

Bibliographie

Références bibliographiques

ABRAHAM Ph., 2000 – Les mines d’argent antiques et médiévales du district minier de Kaymar (nord-ouest de l’Aveyron), in : Domergue Cl. et Leroy M., dir., p. 123-127.

ABRAHAM Ph., 2001a – Un district sidérurgique antique et médiéval : la région de Kaymar, in : Delmas J., Gruat Ph., 2001, p. 450-466.

ABRAHAM Ph., 2001b – Archéologie minière, métallurgique, antique et médiévale de la région de Kaymar. Prospection thématique annuelle, année 2001, S.R.A. Midi-Pyrénées, inédit.

ABRAHAM Ph., 2003 – Prospection thématique annuelle d’archéologie minière, métallurgique, antique et médiévale de la région de Kaymar, période 2001/2003, Cahiers d’Archéologie Aveyronnaise, 17, p. 185-187.

ABRAHAM Ph., MORASZ J.-G., 1997 – Occurrence d’une métallurgie de l’étain en Viadène (nord-Aveyron), prospections archéologiques et recherches de gisements, in : Mélanges offerts à Claude Domergue, 1, Pallas, 46, p. 219-231.

ABRAHAM Ph., LECHELON B., MORASZ J.-G., 2001 – Mines et métallurgie en Rouergue, in : Delmas J., Gruat Ph., 2001, p. 393-449.

ALBENQUE A., 1948 – Les Rutènes. Études d’histoire, d’archéologie et de toponymie gallo-romaines, Carrère, Rodez.

BALSAN L., 1938 – L’industrie de la poix sur les Causses, Procès-verbal de la Société des Lettres, Sciences et Arts de l’Aveyron, 33, p. 381-384.

BALSAN L., 1951 – L’industrie de la résine dans les Causses et son extension dans l’Empire romain, Gallia, 9, p. 53-55.

BALSAN L., 1963 – Nouvelles découvertes d’exploitations minières dans la région de Millau, Procès-verbaux de la Société des Lettres, Sciences et Arts de l’Aveyron, 38, p. 254-256.

BARGIEL D., 2001 – Expérimentation sidérurgique, in : Delmas J., Gruat Ph., 2001, p. 480-486.

BAZILE F., 2002 – Hérault-Lozère : Causse Méjean et Causse du Larzac Sud, in : Bilan scientifique de la région Languedoc-Roussillon 2001, D.R.A.C./S.R.A. Languedoc-Roussillon, Montpellier, p. 219-220.

BEAL J.-C., PEYRE P. , 1987 – Une statue antique de Sylvain-Sucellus à Javols (Lozère), RAN, 20, p. 349-368.

BENEVENT Ch., 1997 – Un atelier de potiers gallo-romains à L’Auzéral (Savignac), Cahiers d’Archéologie Aveyronnaise, 11, 1997, p. 119-153.

BET Ph., DELAGE R., MURAT R., 2000 – En Gaule centrale, le centre de production sigillée de Manglieu (Puy-de-Dôme), in : SFECAG, Actes du Congrès de Libourne (juin 2000), Marseille, p. 511- 514.

BET Ph., DELAGE R., VERNHET A., 1994 – Lezoux et Millau, confrontation d’idées et de données, in : SFECAG, Actes du Congrès de Millau (mai 1994), Aix-en-Provence, p. 43-62.

BEYRIE A., FABRE J.-M., SABLAYROLLES R., 2000 – Les hommes de fer du dieu Ageio. Exploitation antique du fer dans les Hautes Baronnies (Hautes-Pyrénées), in : Domergue Cl. et Leroy M., dir., 2000, p. 37-52.

BOITHIAS J.-L., 1991 – Aspects archéologiques de l’industrie résinière en Livradois-Forez, Chroniques Historiques d’Ambert, 13, p. 101-109.

BRUN J.-P. , LAUBENHEIMER F., dir, 2001 – La viticulture en Gaule, Gallia, 58.

CAUUET B., 2000 – Techniques de boisages dans les mines d’or gauloises du sud-ouest du Massif Central, in : Domergue Cl. et Leroy M., dir., p. 128-146.

CHASSAING M., 1986 – Deux statues de tradition archaïque de la Lozère, in : Le dieu au maillet, p. 75-86.

Collectif, 2001 – Les ressources naturelles des Pyrénées. Leur exploitation durant l’Antiquité (textes rassemblés par Robert Sablayrolles), Entretiens d’archéologie et d’histoire, Saint-Bertrand-de-Comminges, (EAHSBC, 6).

DELMAS J., 1975 – Le flottage du bois sur les rivières du Rouergue, Revue du Rouergue, p. 256-280.

DELMAS J., GRUAT Ph., 2001 – Du silex au métal, Mines et métallurgie en Rouergue, catalogue de l’exposition du Musée du Rouergue, Montrozier, 516 p. (Guide archéologique n° 9).

DOMERGUE CL. ET LEROY M., dir., 2000 – Mines et métallurgies en Gaule, Gallia, 57, CNRS éditions, Paris.

FERDIERE A., dir., 1998 – Programme Collectif de Recherches sur Javols- Rapport d’activité 1998, 2 vol., UMR Archéologie et Territoires, Tours.

FERDIERE A., ODE B., dir., 2000 – Programme Collectif de Recherches sur Javols (1996-2002), Rapport d’activité 2000, UMR Archéologie et Territoires, Tours.

FERDIERE A., ODE B., dir., 2002 – Programme Collectif de Recherches sur Javols (1996-2002), Rapport d’activité 2002, UMR Archéologie et Territoires, Tours.

FERDIERE A., 2003 – Le territoire gabale, poste avancé de la Gaule intérieure aux confins de la Narbonnaise, in : Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne, Hommage à Guy Barruol, RAN, Suppl. 35, Montpellier, p. 215-222.

FERDIERE A., POUPET P., 2005 – Une ville romaine de moyenne montagne : évolution du paysage et de l’environnement à Javols-Anderitum (Lozère), in : A. Bouet, Fl. Verdin dir., Mélanges offerts à Philippe Leveau, Ausonius Éditions, Bordeaux, p. 155-169.

FIGUET M., 1987 – Marus-La Fontboine, un site gallo-romain du Ier au IIIe siècle après J.-C., O.P.U.S. archéologie, p. 103-113.

GAGNAIRE J., 1992 – Ambert. Vicus gallo-romain, Revue Archéologique Sites, Chroniques Historiques d’Ambert, hors série n° 19.

GIRARDCLOS O., 2000 – Rapport préliminaire d’étude dendrologique d’objets en bois et de rejets de taille provenant du site de Javols (Lozère), in : Ferdière A., Ode B., dir., 2000, vol. 2 : Annexe n° 26.

GRUAT Ph., MANISCALO J., 1992 – Fouille de sauvetage du dépotoir de l’atelier de tuilier des Poujols (Laissac), Cahiers d’Archéologie Aveyronnaise, 6, p. 95-109.

GRUAT Ph., MARTY G., 2003 – Vivre et mourir à Segodunum durant l’Antiquité, Musée du Rouergue, Montrozier (Guide archéologique n° 10).

GRUAT Ph., MARTY G., ABRAHAM Ph., 2001 – Les fosses à griller le minerai de fer sidérolithique des Causses : l’exemple du Puech de Mus à Sainte-Eulalie-de-Cernon, in : Delmas J., Gruat Ph., 2001, p. 468-475.

GRUAT Ph., BENEVENT Ch., MARTY G. et al., 1999 – L’Alzou : un atelier de tuiliers rutène du Ier siècle, Cahiers d’Archéologie Aveyronnaise, 13, p. 65-103.

HEDAN E., VERNHET A., 1975 – Notes sur le cuivre et ses alliages au premier siècle avant J.-C. chez les Rutènes et les Gabales, in : Archéologie minière - Forez et Massif Central, Actes du 98e Congrès national des Sociétés Savantes, Saint-Etienne, 1973, section archéologie, Paris, p. 71-78.

HOFMANN B., 1986 – Banassac, in : Bémont C. et Jacob J.-P. (dir.), La Terre sigillée gallo-romaine : lieux de production du Haut-Empire : implantations, produits, relations, FMSH, Paris, p. 103-110 (DAF, 6).

LAUBENHEIMER F., 1990 – Le temps des amphores en Gaule : vins, huiles et sauces, Paris, Errance.

LECHELON B., 1997 – La mine d’argent médiévale de Bouco-Payrol (Aveyron), in : « Mines et Métallurgie de la Préhistoire au Moyen-Age en Languedoc-Roussillon et Régions périphériques », Actes du Colloque de Cabrières (mai 1997), Archéologie en Languedoc, 21, p. 167-182.

LLECH L., 1990 – L’atelier de tuiliers de Cadayrac (Salles la Source), Cahiers d’Archéologie Aveyronnaise, 4, p. 95-114.

LOIR E., 1940 – L’industrie de la résine dans les Causses à l’époque gallo-romaine, Nancy.

MARINVAL Ph., 2002 – Offrandes végétales de la sépulture gallo-romaine à incinération de Javols (Lozère), in : Ferdière A., Ode B., dir., 2002, vol. 2 : Annexe n° 26.

MARLIERE E., 2002 – L’outre et le tonneau dans l’Occident romain, Monographies Instrumentum, n° 22, Montagnac.

MARTY P. , LEPART J., PELAQUIER E., VERNET J.-L., et al., 2003 – Espaces boisés et espaces ouverts : les temporalités d’une fluctuation. Le cas du Causse Méjean (Massif Central, France), in : Muxart T., Vivien F.-D., Villalba B. et al. dir., Des milieux et des hommes : fragments d’histoires croisées, p. 103-114.

MATTERNE V., 2003 – Restes végétaux associés aux sépultures à incinération 1, 2, 5 et 7 du site de Javols (Lozère), in : Ferdière A. (dir.), Rapport final de synthèse, Programme pluriannuel d’évaluation du site de Javols (1996-2003), UMR 6575, Tours, vol. 3 : Annexe n° 14.

MEES A. W., 1995 – Modelsignierte dekorationen auf Südgallischer Terra Sigillata, Forschungen und Berichte zur Vor-und Frühgeschichte in Baden-Württemberg 54, Stuttgart.

MORASZ J.-G., 1989 – Mines et métallurgie en Aveyron, perspectives d’études, in : Mines et métallurgies antiques et médiévales de la France méridionale, Actes des Journées de Perpignan (20-22 février 1987), Perpignan, p. 5-11.

PEGERE G., 1989 – Découverte d’un habitat gallo-romain et d’une minéralisation argentifère à la mine d’antimoine de Chazelle-Haut, commune de Saint-Just près Brioude, Almanach de Brioude, 69, p. 283-309.

PRASSL J.-A., 1997 – Exploitation antique dans le secteur minier du Bleymard (Lozère), in : Mines et Métallurgie de la Préhistoire au Moyen-Age en Languedoc-Roussillon et Régions périphériques, Actes du Colloque de Cabrières (mai 1997), Archéologie en Languedoc, 21, p. 217-223.

PROVOST M., REMY B., 1994 – La Haute-Loire - 43, Carte Archéologique de la Gaule, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres-FMSH, Paris.

PROVOST M., VALLAT P., 1996 – Le Cantal - 15, Carte Archéologique de la Gaule, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres-FMSH, Paris.

RICHARD H., 2002 – Javols (48), JPN 00 - Analyse pollinique, in : Ferdière A., Ode B., dir., 2002, vol. 2 : Annexe n° 19.

SABLAYROLLES R., 1992 – Les dieux des bûcherons dans les Pyrénées à l’époque de la domination romaine, in : Protoindustries et histoire des forêts, Actes du Colloque de Loubières (Ariège, octobre 1990), Les Cahiers de l’ISARD, n° 3, p. 15-26.

SERRES G., 1995 – Les mines de plomb argentifère de Peyrusse-le-Roc, Études aveyronnaises, 1995, Recueil des travaux de la Société des Lettres, Sciences et Arts de l’Aveyron, p. 118-127.

STRABON – Géographie, t. II, (Livre IV), texte établi et traduit par F. Lasserre, Les Belles Lettres, Paris (CUF).

THUAULT M., 1996 – Un atelier campagnard : Le Rozier, in : Les potiers gaulois et la vaisselle gallo-romaine, Les Dossiers d’Archéologie, n° 215, p. 18-19.

TIXIER L., 1978 – A Massiac (Cantal). Une exploitation minière gallo-romaine, Archéologia, n° 117, p. 30-37.

TRINTIGNAC A., 2001a – L’économie des cités du Sud du Massif Central à l’époque gallo-romaine. L’exemple de la civitas des Gabales (Lozère), Mémoire de DEA, Univ. Paul Valéry Montpellier III, 2001, inédit.

TRINTIGNAC A., 2001b – Évolution de l’artisanat dans la cité des Gabales (Lozère) du Haut-Empire à l’Antiquité tardive, in : Polfer M., dir., L’artisanat romain : évolutions, continuités et ruptures (Italie et provinces occidentales), Actes du 2ème Colloque d’Erpeldange (Luxembourg, 26-28 octobre 2001), Monographies Instrumentum, 20, Montagnac, p. 221-242.

TRINTIGNAC A., 2002 – État des connaissances sur l’artisanat à Javols/Anderitum, capitale de la cité des Gabales (département de la Lozère), à l’époque gallo-romaine, in : Béal J.-C. et Goyon J.-C., dir., Les artisans dans la ville antique, Actes du Colloque de Lyon, 16-17 novembre 2000, De Boccard, p. 221-234 (Collection Archéologie et Histoire de l’Antiquité, Université Lumière-Lyon 2, vol. 6).

TRINTIGNAC A., 2003 – La production de poix dans la cité des Gabales (Lozère) à l’époque gallo-romaine, in : Cultivateurs, éleveurs et artisans dans les campagnes de Gaule romaine - matières premières et produits transformés, Actes du VIe Colloque AGER (Compiègne, juin 2002), Revue Archéologique de Picardie, n° 1/2, p. 239-248.

TRINTIGNAC A., à paraître. – L’économie des cités du Sud du Massif Central à l’époque gallo-romaine. Étude des civitates des Arvernes, des Gabales, des Helviens, des Rutènes et des Vellaves, Thèse de doctorat d’Histoire, Univ. Fr. Rabelais, Tours, à paraître.

VERNET J.-L., 1969a – Étude des charbons de bois de Serre del Moussu, Revue du Gévaudan, des Causses et des Cévennes, 15, p. 31-32.

VERNET J.-L., 1969b – Remarques sur la flore et la végétation post-glaciaires des Cévennes méridionales (Causses et Monts de l’Espinouse), Revue du Gévaudan, des Causses et des Cévennes, 15, p. 136-139.

VERNET J.-L., 1973 – Étude sur l’histoire de la végétation du sud-est de la France au Quaternaire, d’après les charbons de bois principalement, Paléobiologie Continentale, vol. IV, n° 1, Montpellier.

VERNET J.-L., 1981 – Analyses anthracologiques dans les Grands Causses et vallées périphériques, in : Le milieu naturel au Quaternaire dans les Causses et vallées périphériques, Paléobiologie Continentale, vol. XII, n° 1, Montpellier, p. 111-115.

VERNHET A., 1981 – Un four de La Graufesenque (Aveyron) : la cuisson des vases sigillés, Gallia, 39, p. 25-43.

VERNHET A., 1986 – La Graufesenque, in : Bémont C. et Jacob J.-P. (dir.), La terre sigillée gallo-romaine : lieux de production du Haut-Empire : implantations, produits, relations, FMSH, Paris, p. 96-103 (DAF, 6).

VERNHET A., 1991 – La Graufesenque, céramiques gallo-romaines, éd. du Beffroi, Millau.

VERNHET A., 1993 – Exploitation de la résine et du bois de pin dans les Causses à l’époque gallo-romaine, in : Échanges, catalogue de l’exposition du Musée du Rouergue, Montrozier, p. 116-119 (Guide archéologique, n° 2).

VERNHET A., 2001 – La métallurgie en Rouergue à l’époque gallo-romaine, in : Delmas J., Gruat Ph., 2001, p. 266-309 (Guide archéologique n° 9).

VIALARON C., 1998 – Mine de La Rodde d’Ally - Haute-Loire, Rapport d’opération. Campagne 1998, S.R.A. Auvergne, inédit.

VIRE A., 1943 – La résine des Causses à l’époque gallo-romaine. Tombeau, habitation et four gallo-romains à Montpellier-le-Vieux, commune de la Roque-Sainte-Marguerite, Aveyron, REA, 45, p. 241-252.

Notes

1 Cette étude s’inscrit dans le cadre d’un travail universitaire en cours (Trintignac à paraître). L’auteur tient à remercier Philippe Abraham, Bernard Léchelon, Alain Ferdière, Emmanuel Marot et Benoît Ode.

2 Seul le tiers sud du Puy-de-Dôme (territoire arverne) sera pris en compte ici, tout comme je ne traiterai que de la moitié nord de la cité des Rutènes (Aveyron), la partie sud correspondant à l’actuel département du Tarn.

3 Je n’évoquerai pas les besoins en bois de chauffage des villes, notamment des monuments publics (thermes).

4 Ce mode d’extraction est attesté par les découvertes de charbons de bois dans les galeries : mines d’argent de « La Rodde » (Vialaron 1998), du Bleymard (Trintignac 2001a : 131), des « Bordes » (Abraham 2003 : 185), de « Grandval » et de « La Boule » (Abraham, Léchelon, Morasz 2001 : 431) ; mines de cuivre « d’Azinières » (Balsan 1963 : 254-256) et de « Bouche-Payrol » (Hedan, Vernhet 1975 : 73).

5 Des découvertes anciennes (Villefort, Saint-Léger-de-Peyre) (Trintignac 2001b : 233) et récentes (Le Bleymard, mine de « Neyrac ») (Prassl 1997) de mobilier dans des galeries attestent une activité extractive à l’époque gallo-romaine.

6 Les galeries de la mine de « La Boule » étaient étayées (Abraham, Léchelon, Morasz 2001 : 432) ; cependant, les boisages n’ont jamais fait l’objet d’une étude dendrologique. Pour les sites de « Grandval » et des « Bordes », on ne dispose d’aucun renseignement sur la présence éventuelle de boisages.

7 Analyses effectuées sur des charbons de bois découverts dans les mines des « Bordes » et de « La Boule ». Informations inédites transmises par Philippe Abraham.

8 À « Bouche-Payrol », les analyses par le radiocarbone des charbons de bois prélevés dans les galeries ont démontré que les travaux avaient débuté au second Âge du Fer (IIe siècle av. J.-C.) et qu’ils s’étaient poursuivis au Haut-Empire, jusqu’à la seconde moitié du Ier siècle (Léchelon 1997, 168).

9 Comme l’a entrepris avec succès Béatrice Cauuet (2000, 128- 146) pour les mines d’or gauloises du Limousin, des analyses palynologiques réalisées sur des sédiments piégés à l’intérieur des mines, lorsque les conditions de conservation sont réunies (milieu saturé en eau pour la conservation des pollens et des boisages), permettraient de restituer le couvert végétal environnant, contemporain des travaux d’extraction. Partant de là, on pourrait comparer les essences d’arbres présentes dans les diagrammes polliniques à celles employées comme boisages afin de déterminer avec certitude si les bûcherons/boiseurs ont exploité les ressources forestières locales pour étayer les ouvrages miniers.

10 La région de « Kaymar » est localisée à 20 km au nord de Rodez. Elle forme ce que l’on appelle le plateau de Campuac, délimité au nord et à l’est par le Lot, au sud et à l’ouest par le Dourdou (Abraham 2000).

11 Analyses effectuées sur les ateliers de réduction des « Blanquies » (Sénergues) en activité entre les IIe et IVe siècles ap. J.-C. (les « Blanquies » n° 2A et 2B : IIe s. ; les « Blanquies » n° 1 : IIIe-IVe s.) (Abraham 2001a).

12 Dans la région de la Viadène, de nombreux charbons de bois associés à des creusets et des scories stannifères ont été découverts sur un atelier métallurgique de La Tène Finale (Abraham, Morasz 1997, 224) ; cependant, aucune analyse anthracologique n’a été réalisée.

13 On peut citer les ateliers de potiers de « Varennes » (Ferrussac) (céramiques communes, Haut-Empire), de « Neyrecombe » (le Vigean), de « La Rochette-Félines » (Massiac) (Haut-Empire), de Riom-ès-Montagnes (céramiques fines, Bas-Empire ?) et ceux de terres cuites architecturales des « Loubières » (Rageade) et du « Vert » (Maurs) (Provost, Rémy 1994 ; Provost, Valat 1996 ; Trintignac à paraître).

14 L’« Auzéral » (Savignac) (céramiques fines, début du Ier s. ap. J.-C.) (Bénévent 1997) ; « Blanquefort » (Saint-Laurent-d’Olt) (céramiques fines, Haut-Empire) (Trintignac à paraître) ; « le Maubert » (La Roque-Sainte-Marguerite) (céramiques communes, Antiquité Tardive) (Viré 1943).

15 L’« Alzou » (Bournazel) (Gruat et al. 1999), « Poujols » (Laissac) (Gruat, Maniscalo 1992) et « Cadayrac » (Salles-la-Source) (Llech 1990). Une vingtaine d’officines de terres cuites architecturales est référencée, souvent liées à des établissements agricoles, dont une grande partie a fonctionné au Haut-Empire (Gruat et al. 1999 : 97).

16 L’exploitation de la forêt est perceptible dès le Néolithique final/Chalcolithique, pour le pin notamment (Vernet 1973 : 55-56 ; Marty et al. 2003 : 112). Mais la pression anthropique sur le couvert végétal ne s’amorce véritablement qu’au premier Age du Fer (Vernet 1969b : 138 ; 1973 : 56 ; Bazile 2002 : 220) pour s’accentuer formidablement au Ier siècle de n. è. (Marty et al. 2003 : 109).

17 A La Graufesenque, des études ont montré que pour une cuisson de 25 000 vases (fournée moyenne dans un grand four), 40 tonnes de bois étaient nécessaires, soit, pour 50 fours (nombre de fours fonctionnant à la même époque lors de la phase intensive de production : 80 à 120 ap. J.-C.) pendant une quarantaine d’années (les ateliers fonctionnent environ 6 mois par an, d’avril à septembre, à raison de 2 cuissons par mois et par four), plus de 900 000 tonnes de bois, ce qui équivaut à 10 000 ha de forêt (Vernhet 1993 : 117).

18 Des études paléobotaniques établissent bien la présence de Pinus silvestris sur les Causses Noir, du Méjean et du Sauveterre dans l’Antiquité, où il cohabite avec le chêne et le hêtre (Vernet 1969a : 31-32 ; 1973 : 56-57 ; 1981 : 114 ; Bazile 2002).

19 Les productions de masse des ateliers requéraient des structures de cuisson adaptées. À La Graufesenque, l’accroissement de la demande en sigillées dans le courant du Ier siècle a nécessité l’augmentation des capacités de production. De grands fours capables de cuire jusqu’à 40 000 vases ont donc été construits. Or ceux-ci imposaient l’emploi de bois à flamme longue comme combustible, tels que les pins (Vernhet 1981 : 41).

20 La superficie de l’aire d’approvisionnement en bois des officines peut être estimée à 700 km2 (Vernhet 1981 : 42, fig. 12 ; 1986 : 96).

21 Sur la bibliographie portant sur les stations de résiniers en territoire rutène, se référer à : Trintignac 2003 : 244, n. 4

22 Cette couleur résulte de la présence, parfois en grande quantité, de charbons de bois. Les agriculteurs désignent ces terrains sous le nom de « brûlades » (Albenque 1948 : 177).

23 Sur le fonctionnement d’une station et le procédé d’obtention de la poix, se référer à : Trintignac 2003 : 243-245.

24 Dans les années 1930, des charbons de bois prélevés sur plusieurs ateliers gallo-romains des Causses firent l’objet d’analyses en laboratoire. Celles-ci démontrèrent que tous les échantillons étudiés appartenaient au genre Pinus (Loir 1940 : 51).

25 Deux autres divinités semblant personnifier Sucellus ont été retrouvées dans la civitas, à Canilhac (Causses) et au Born (vallée du Lot) (Chassaing 1986, : 75-86). Cette divinité a pu faire l’objet d’un culte important dans la cité. Les ressources en bois devaient être importantes et les divers acteurs vivant de la forêt (artisans, résiniers, bûcherons) devaient remercier la divinité pour cette richesse en matière première qu’elle leur apportait.

26 Des carporestes (graines de céréales) découverts dans plusieurs tombes à incinération du Haut-Empire témoignent de cette céréaliculture locale (offrandes alimentaires composées de blé tendre-dur, d’orge polystique vêtue, d’avoine à chapelet) (Marinval 2002 ; Matterne 2003).

27 Un paléosol préromain datant probablement du Ier siècle av. J.-C. a été mis au jour en 2000. Les sédiments le constituant ont fait l’objet d’une analyse palynologique qui a révélé un paysage déjà très largement ouvert (prairies, cultures de céréales) avec cependant la présence de pollens d’arbres (hêtre, sapin, chêne, pin, aulne, noisetier) caractérisant la présence d’un couvert forestier (Richard 2002).

28 L’artisanat de la poix était en grande partie lié à l’activité céramique dans la région des Causses.

29 A la fin du second Age du Fer, l’argent a sans doute eu, entre autres fonctions, celle de monnaie d’échange pour les peuples gaulois de la région (Arvernes, Gabales et Rutènes). En effet, ce métal précieux a pu jouer un rôle dans les importations massives de vins italiens (amphores Dressel 1) en Gaule Celtique (Laubenheimer 1990 : 75 ; Ferdière 2003 : 219).

30 Rares sont les sites miniers à avoir livré les vestiges d’une activité extractive dans l’Antiquité tardive (« La Rodde », « Kaymar ») : abandon d’exploitation ? effet de source ?

31 En Limousin, Béatrice Cauuet (2000) a bien mis en évidence la pression exercée sur le couvert forestier par l’activité minière à l’époque gauloise pour l’extraction de l’or.

32 Aucune étude paléobotanique n’a été entreprise à ce jour chez les Gabales.

33 Dans la région de « Kaymar », les recherches archéologiques (prospections, sondages, datations14C) et les études paléobotaniques (anthracologie) entreprises depuis 1995 par Philippe Abraham démontrent qu’une activité métallurgique liée à la réduction du minerai de fer s’est déroulée dans ce secteur en quasi-continuité de la période gallo-romaine (dès le Ier siècle ap. J.-C.) à l’époque moderne (XVe siècle). Plus d’une soixantaine d’ateliers de réduction sont référencés (Abraham 2000 ; 2003). Le hêtre et le chêne ont été les essences exclusivement employées comme combustible durant cette longue période (Bargiel 2001 : 481 ; Abraham 2003 : 185). Cette métallurgie du fer a dû avoir des conséquences sur le couvert forestier local (régression des espaces boisés), effets qu’on ne peut pas évaluer en l’état actuel des connaissances. Cependant, les effets de cette pression anthropique ont peut-être été atténués, voire annihilés, par une gestion raisonnée des ressources en combustible. Cela ne semble pas avoir été le cas sur le site minier de « Bouche-Payrol », mais pour une époque postérieure à l’Antiquité. En effet, dans cette mine, les travaux d’extraction sont attestés pour les époques gauloise (La Tène finale), gallo-romaine (période gallo-romaine précoce, Haut-Empire) et médiévale (XIIe-XIIIe siècles). Les mineurs gaulois, gallo-romains, puis médiévaux (XIIe siècle), ont employé la technique de l’ouverture par le feu pour l’exploitation des filons. Or, d’après Bernard Léchelon (1997 : 172), au XIIIe siècle, survient un changement radical dans les techniques d’abattage de la roche : l’usage de la pointerolle et du pic remplace le procédé traditionnel d’ouverture au feu, grand consommateur de bois, alors que la roche encaissante est très dure. Bernard Léchelon voit dans cette modification les conséquences de la raréfaction du bois aux abords de la mine suite à une mauvaise gestion des ressources forestières.

34 La poix était employée principalement pour la conservation du vin (poix mélangée au moût) et comme agent d’étanchéité (bateaux, tonneaux, amphores, dolia).

35 Les métaux, les poteries, notamment les sigillées, les tonneaux et la poix ont permis aux cités de s’enrichir grâce à l’exportation de ces produits vers les marchés de consommation de Gaule, mais aussi de l’Empire. Une partie des revenus tirés de leur vente devait servir aux cités à payer le tribut provincial (impôt dû à l’empereur) (Ferdière 2003, 220).

36 À titre d’exemple sur l’exploitation des matières premières dans l’Antiquité dans des régions de montagne, on se référera aux travaux actuels entrepris dans les Pyrénées (Beyrie, Fabre, Sablayrolles 2000 ; Collectif 2001), notamment aux publications de Robert Sablayrolles (1992 ; 2001).

Table des illustrations

Légende Melrand, Lann Gouh (Morbihan).
Crédits Cliché Vincent Bernard.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8433/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig.1. Le cadre géographique de l’étude : le sud du massif Central. Cette région incluait dans l’Antiquité les cités des Arvernes (chef-lieu : Augustonemetum/Clermont-Ferrand), des Gabales (chef-lieu : Anderitum/Javols), des Rutènes (chef-lieu : Segodunum/Rodez) et des Vellaves (chef-lieu : Ruessio/Saint-Paulien).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8433/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 2. Les productions de bois d’œuvre et de combustible liées aux activités minières et métallurgiques
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8433/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 3. L’exploitation du bois et l’artisanat de la terre cuite. Les ateliers les plus importants liés à la production de céramiques sigillées étaient situés dans la région des Grands Causses (La Graufesenque, Banassac, Le Rozier). Par souci de clarté, n’apparaissent sur la carte que les principaux ateliers.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8433/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Fig. 4. La production de poix dans les cités du Sud du Massif Central. 1 : stations de résiniers de « Fonboine-la-Marus » (Saint-Jean-d’Aubrigoux, Haute-Loire). 2 : « Les Théoules » (Craponne, Haute-Loire). 3 : « Souchou » (Langogne, Lozère). Chez les Gabales et les Rutènes, les forêts de pins de la région des Causses (Sauveterre, Méjean, Causse Noir) ont été exploitées pour approvisionner en combustible les ateliers de sigillées de Gaule du Sud (La Graufesenque, Banassac, Le Rozier) et pour l’artisanat de la poix.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8433/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

Auteur

Archéologue, Conseil Général de la Lozère, membre associé du LAT Laboratoire Archéologie et Territoires (UMR 6173 - CITERES, Tours). al.trintignac@infonie.fr

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search