Version classiqueVersion mobile

Silva et saltus en Gaule Romaine : Dynamique et gestion des forêts et des zones rurales marginales

 | 
Vincent Bernard
, 
François Favory
, 
Jean-Luc Fiches

2. Du Massif Armoricain à la haute Montagne

Occupation des espaces montagnards et gestion des ressources dans les Alpes à l’époque romaine

Maxence Segard

Texte intégral

1Parmi les travaux s’intéressant aux modes d’occupation de la montagne, l’époque romaine fait partie des périodes qui ont peu suscité d’attention, en dehors de l’intérêt pour le réseau routier et le passage. Le contraste est particulièrement flagrant avec l’attention marquée des préhistoriens, pour lesquels la conquête de la montagne et de ses ressources est une problématique à part entière. Cette désaffection procède de l’importance de la recherche dans les zones basses, riches en vestiges archéologiques, et de la rareté des sources littéraires et épigraphiques concernant les zones de montagne. En réalité, lorsque la recherche s’est intéressée à la montagne à l’époque romaine, c’est d’abord comme zone de passage, en se concentrant sur les manifestations les plus spectaculaires que sont les voies, les ouvrages routiers et les mansiones situées à des cols, notamment celles des deux cols du Petit et du Grand-Saint-Bernard. Par ailleurs, la montagne véhicule une image négative largement développée par les auteurs latins. C’est particulièrement vrai pour les Alpes qui, jusqu’à la conquête des provinces transalpines, constituaient la limite septentrionale du monde romain, et donc de la civilisation (Tarpin 1990 et 1991). Ces sources littéraires donnent la vision d’une montagne hostile et répulsive qui n’est parcourue qu’en cas de nécessité. C’est le point de vue romain, qui voit la chaîne alpine comme un obstacle aux communications.

2Pourtant, les espaces de montagne sont caractérisés par une grande diversité de milieux, et offrent ainsi des ressources variées qui ne pouvaient pas être négligées (agriculture, exploitation forestière, prés de fauche, pâturage dans les alpages, minerais). Les découvertes anciennes ont d’ailleurs bien montré, dès le XIXe s., que les grandes vallées alpines avaient connu une occupation importante à l’époque romaine. Des travaux récents l’ont confirmé et ont en outre permis de mieux caractériser cette occupation. Les nombreux vestiges découverts dans les vallées du Buëch et de la Durance, dans les Alpes du Sud, la moyenne vallée de l’Isère (Combe de Savoie) ou la région entre Aix-les-Bains et Annecy, dans les Alpes du Nord, montrent l’émergence à l’époque romaine d’agglomérations et d’un réseau dense d’établissements ruraux, dont de grandes villae aristocratiques. Cette implantation relève parfois de choix stratégiques (le long des voies) et de l’attachement des élites alpines à leur territoire d’origine. Mais elle montre avant tout l’attrait que constituent ces espaces, propices aux activités agricoles. L’exploitation des zones basses alpines s’inscrit donc dans la dynamique de réorganisation économique qu’on observe dans les plaines. La documentation archéologique concernant les espaces de moyenne et haute montagne est en revanche beaucoup moins abondante, et surtout très dispersée dans l’espace. L’enquête archéologique et paléoenvironnementale menée dans les Alpes du Sud depuis la fin des années 1990 a apporté un éclairage nouveau sur l’occupation et l’exploitation de la montagne. L’objectif ici est de discuter ces données en y intégrant les nombreux indices dont on dispose sur les Alpes à l’époque romaine (fig. 1).

3L’ouverture de grandes voies et l’organisation d’un réseau routier de grande envergure contribuent à faire du passage une activité importante des zones de montagne. Cette fréquentation particulière de la montagne n’est documentée que dans certains cas exceptionnels, lorsque les ouvrages routiers ou d’étapes ont été conservés. Les vestiges de voies creusées dans le rocher, de mansiones et de sanctuaires découverts aux cols du Petit et du Grand Saint-Bernard (2200 et 2475 m d’altitude) en sont les meilleurs exemples. Mais à côté de cette fréquentation occasionnelle et exceptionnelle, qu’en est-il de l’occupation quotidienne et « ordinaire » de ces espaces marginaux ?

4Il est indiscutable que l’agriculture constituait une activité majeure pour les communautés humaines en moyenne montagne. Les indices archéologiques et paléoenvironnementaux attestent ainsi la culture et la consommation de céréales (blés, seigle, orge), mais également de légumineuses (lentilles, fèves). Il est impossible de déterminer l’importance de ces cultures ou même leur extension, mais certaines espèces de céréales rustiques peuvent être cultivées jusqu’à des altitudes élevées (le seigle par exemple, dont il existe aujourd’hui des champs près de Zermatt, à 2100 m d’altitude). De même, de nombreuses cultures pratiquées en plaine ou dans les vallées pouvaient également l’être sur les versants de moyenne montagne. La vigne par exemple, était sans doute plus diffusée que ne le laissent penser les données polliniques. En témoignent les nombreux pépins découverts en fouille dans différents sites alpins (sites du Valais par exemple) ou les vestiges de pressoir de l’agglomération de Mons Seleucus dans la vallée du Buëch (Leveau et al. 2002 : 122-123 ; Mermod 2004).

  • 1 Travaux de V. Py, Laboratoire d’Archéologie Mediévale Méditerranéenne, Aix-en-Provence.

5Mais traditionnellement, les zones de moyenne et haute montagne sont surtout considérées comme les espaces par excellence des activités pastorales et de l’exploitation opportuniste de certaines ressources (pierre, minerais). Les modalités de leur occupation sont très mal connues. Il y a quelques années, la découverte de nombreuses bergeries dans la Crau avait conduit à l’hypothèse d’une origine antique de la Grande Transhumance (Badan et al. 1995). C’est l’une des raisons qui avait conduit à entreprendre des recherches pluridisciplinaires dans les Alpes du Sud (Beaulieu et al. 2003). Les travaux menés dans le Champsaur et la vallée de Freissinières depuis la fin des années 1990, suivant des méthodes qui avaient fait leur preuve dans les Pyrénées, ont apporté les premières réponses à ces questionnements (Palet et al. 2003 ; Walsh et Mocci 2003). Leurs apports sont d’autant plus importants qu’ils permettent d’appréhender l’époque romaine dans la longue durée. Les nombreuses occupations mises au jour dans les alpages actuels (au-delà de 2000 m d’altitude) s’étendent du Mésolithique à l’époque moderne. En dehors des occupations préhistoriques, souvent caractérisées par des concentrations en surface de mobilier lithique, les sites correspondent à des structures en pierre sèche. Leur typologie (cabanes et enclos) permet de leur attribuer une fonction pastorale. Certaines structures plus complexes, situées à des altitudes moindres, peuvent être liées à l’exploitation de prés de fauche, dont l’importance récente est marquée dans le paysage par un parcellaire très segmenté. Enfin, il est probable que certaines cabanes sont liées à l’exploitation médiévale et moderne des gisements de plomb argentifère situés à proximité1.

6Dans cette histoire de l’occupation de la haute montagne, l’époque romaine est caractérisée par une grande discrétion. Elle n’est représentée que par trois occupations, dont la mieux caractérisée est celle de Faravel XIV, cabane ovoïde de 10 m2 située à 2450 m d’altitude (Walsh et Mocci 2003 : 192-193). Cette occupation peu dense contraste avec le Mésolithique, l’âge du Bronze ou le Moyen Âge, qui correspondent à des périodes de conquête et d’exploitation intense de la haute montagne. Ces données archéologiques posent donc la question des modalités d’exploitation de ces espaces durant l’époque romaine. Elles sont de toute évidence en contradiction avec ce qu’on observe dans les fonds de vallées. Elles infirment en tout cas l’idée d’une montagne alpine intensément exploitée à partir de l’époque romaine. Les données paléoenvironnementales vont d’ailleurs dans le même sens. Les analyses polliniques en particulier montrent une stabilité des activités humaines, en moyenne comme en haute montagne (Court-Picon 2003). C’est une réalité pour ce secteur particulier des Alpes du Sud. Un inventaire critique de l’ensemble des données paléoenvironnementales montre que ce constat peut être appliqué à une grande partie de l’arc alpin (fig. 2).

7Les données archéologiques et paléoenvironnementales acquises à l’occasion de ces travaux montrent de toute évidence que l’époque romaine ne correspond en rien à une intensification notable de la pression pastorale, en moyenne comme en haute montagne. Il faut donc sans doute chercher ailleurs les lieux d’estive des troupeaux de la Crau (Leveau et Segard 2004). Les rares indices dont on dispose attestent une occupation peu importante en haute montagne ; en même temps, la discrétion des indicateurs paléoenvironnementaux plaide pour une exploitation de ces espaces dans la continuité de ce qu’on observait durant les périodes précédentes. Cette idée demande à être examinée à la lumière de découvertes réalisées dans d’autres régions alpines. Certains sites du Valais et des Alpes centrales méritent en effet d’être intégrés ici, car ils viennent compléter et préciser la vision offerte par les données acquises dans les Alpes du Sud. Ce qu’on y observe conduit à penser que, dans certains secteurs, les modes de vie et l’économie se sont peu modifiés. L’un des sites les mieux connus est sans doute celui de Brig-Glis/Walmatte, dans le Valais, où une vaste agglomération a été découverte et fouillée à l’occasion de travaux autoroutiers (Paccolat 1997). Occupée depuis le début de l’âge du Fer jusqu’au haut Moyen Âge sans interruption, elle est marquée par une continuité exceptionnelle des modes de construction : pendant près de mille ans, les différents bâtiments sont érigés suivant des traditions de construction nées durant la Protohistoire : organisation en terrasses, base semi-enterrée en pierre sèche, et élévation en matériaux périssables. On retrouve le même modèle dans d’autres secteurs du Valais, mais également dans les Alpes centrales, en particulier dans de nombreux sites de la vallée de l’Adige : c’est le modèle de la « casa retica » connu dès l’âge du Bronze (Ciurletti et Marzatico 1999). Ce type de construction, souvent mis en évidence lors de fouilles d’urgence, n’est pas documenté pour la partie occidentale des Alpes (Alpes françaises et Piémont). Il est sans doute en partie vrai que ce modèle est le résultat d’une adaptation à la pente et aux rigueurs du climat. Mais l’argument est insuffisant pour expliquer la remarquable continuité qu’on observe dans les façons de bâtir entre l’âge du Fer et l’époque romaine. Plusieurs sites de moyenne montagne, bâtis sur ce modèle à l’âge du Fer, adoptent après leur intégration dans l’Empire des modes de construction romains, démontrant ainsi que la casa retica n’est pas la seule forme d’habitat adaptée à la vie en montagne. L’évolution de l’architecture des sites de Bressanone (au nord de Bolzano) ou de Castelraimondo (Frioul) le démontre parfaitement (Dal Ri et al. 1999 ; Santoro Bianchi 2001 : 428-436). Les exemples sont par ailleurs nombreux de sites de pente bâtis en dur. Bien que situé à l’autre extrémité de l’arc alpin, le site du Magdalensberg (1058 m) en est peut-être l’exemple le plus parlant (Piccotini 1998). Cette ville-comptoir a été bâtie à la fin de la République par des commerçants romains sur une terrasse à flanc de montagne (1058 m), dans le royaume du Norique (Autriche). Elle présente les édifices dont sont dotées les villes (forum, sanctuaire, marché), aménagés en fonction de la topographie marquée (fig. 3).

Fig. 1. Carte des Alpes avec lieux cités dans le texte.

Fig. 2. La cabane de Favarel XIV

(photohraphie K. Walsh)

8L’idée qui se dégage plutôt de ces sites, dont on ne connaît pas d’équivalent dans les Alpes occidentales, est celle de communautés alpines qui continuent de vivre et d’exploiter la montagne suivant des traditions protohistoriques. D’autres indices de continuité vont d’ailleurs dans le même sens (rareté du mobilier d’importation, continuité d’utilisation des nécropoles entre la fin de l’âge du Fer et l’époque romaine). Ces données conduisent à une image qui confirme la vision dressée par les auteurs antiques : la montagne est un obstacle qu’on franchit, mais qui ne mérite pas qu’on s’y arrête. Seules les populations locales, décrites comme sauvages et aux modes de vie rudes et adaptés à leur milieu peuvent y vivre et s’y intéresser. Cette vision fait la part belle aux populations indigènes, et contribue à faire des Alpes un no man’s land pour Rome, entrecoupé de voies de passage qui sont autant d’ancrages de la civilisation.

Fig. 3. Le site de Castelraimondo (Frioul)

d’après Santoro Bianchi 2001.

9C’est seulement en partie vrai, différents indices venant nuancer cette vision. Certains textes et inscriptions, de même que des découvertes archéologiques, indiquent en effet un intérêt de riches propriétaires, Romains ou indigènes, pour la montagne et les ressources qu’elle recèle. Ces indices, dispersés dans l’espace et dans le temps (ils concernent une période qui s’étend de la fin de la République à la fin de l’Empire) témoignent de deux processus. D’abord une mise en valeur de type « colonial », qui concerne des richesses importantes et localisées. Ce type d’exploitation se met souvent en place dans les moments qui suivent immédiatement la conquête de nouveaux territoires. C’est particulièrement le cas des ressources minières, très tôt convoitées par l’État romain. Les importants gisements aurifères de La Bessa sont ainsi l’une des raisons majeures des premières opérations militaires dans la vallée d’Aoste au milieu du IIe s. av. J.-C. Les importants vestiges d’habitat et d’exploitation témoignent d’une intense exploitation également évoquée par les auteurs antiques (Strabon, IV, 6, 7 ; Pline, N. H., 33, 78 : Domergue 1998). Récemment, une étude réalisée sur une tourbière de la vallée d’Aoste est venue apporter des informations supplémentaires sur l’exploitation de ce secteur. La tourbière de Santa Anna (2304 m), est située dans la vallée de Gressoney, entre la vallée d’Aoste et le Piémont (Brugiapaglia 1997). Son étude pollinique montre un recul très brutal de la forêt qui intervient au Haut-Empire. Il est vraisemblable qu’il faille le mettre en rapport avec l’intense activité minière que connaît la région dès la fin de la République. L’exploitation minière dans la vallée de Gressoney est connue, mais pour des périodes récentes. Ainsi, des gisements d’or ont été exploités à l’époque moderne et contemporaine dans le Mont Stolemberg (3202 m), sur l’autre versant de la vallée. Cette montagne et les crêtes qui encadrent la vallée de Gressoney à l’est constituent la limite de la vallée d’Aoste. Sur leur autre versant s’étendent les collines du Piémont et la vallée du Pô. C’est justement là que sont situés les importants gisements d’or de La Bessa. On ne peut évidemment rapprocher de façon directe le déboisement observé dans la vallée de Gressoney et les intenses activités minières qui ont lieu à plus de 30 km (à vol d’oiseau), en-dehors de la vallée. C’est d’autant plus vrai que la tourbière de Santa Anna est très éloignée, proche du grand Glacier du Lys. Mais le caractère brutal du déboisement, sa datation à une période où les ressources minières du Piémont et de la vallée d’Aoste sont intensément exploitées et l’existence de gisements d’or dans la vallée de Gressoney conduisent néanmoins à évoquer l’idée d’une exploitation de la forêt dans le but de fournir du bois pour des activités minières et métallurgiques locales.

10L’exploitation minière de La Bessa relève d’un accaparement de ressources particulièrement importantes par des grands investisseurs profitant de leurs appuis à Rome. On observe un même intérêt pour les revenus des exploitations minières en vallée d’Aoste, où la documentation archéologique et épigraphique montre la place de la gens Avillia dans l’exploitation des gisements de la vallée de Cogne (Cresci Marrone 1993). Les gisements de cuivre de la vallée de la Tarentaise évoqués par Pline relèvent sans doute d’un même processus : épuisés à l’époque de Pline, ils avaient appartenu à un proche d’Auguste, C. Sallustius Crispus et produisaient un minerai d’excellente qualité (Pline, N.H., 34, 2)..

  • 2 En particulier J. Benoit, G. Barruol et A. Roth-Congès : bibliographie dans Bérard 1997 : p. 209.

11À côté du cas spécifique de l’exploitation minière, divers exemples montrent l’intérêt qu’ont pu susciter les ressources variées des montagnes alpines. Il faut ainsi évoquer le cas de P. Quinctius, dont Cicéron assure la défense en 81 av. J.-C., qui possédait des terres (qualifiées de saltus) chez les Sebagini, à sept cents milles de Rome (ibid, XXV, 79-80). La localisation proposée par G. Barruol, sur la base des distances indiquées par Cicéron, place ce domaine dans les Alpes du Sud, à la hauteur du Monêtier-Allemont (Barruol 1969 : 291-293). On apprend de Cicéron que le même Quinctius tenait de son frère Caius un vaste domaine en Transalpine destiné à l’élevage du bétail et des terres cultivées (Pro Quinctio, III, 12). On peut bien sûr penser que les espaces de saltus possédés par Quinctius étaient l’objet d’une exploitation fondée sur l’élevage, et destinée à générer du profit. À la même époque, un chevalier romain fait édifier son mausolée à Argenton, dans les Alpes-de-Haute-Provence (Bérard 1997 : 207-209). Il possédait de toute évidence un domaine dans cette petite vallée isolée (1300 m d’altitude). L’explication la plus fréquemment avancée est celle d’un domaine lié à l’exploitation minière2. Mais elle s’appuie avant tout sur la toponymie et aucun indice d’exploitation antique n’a été découvert dans ce secteur (Morin 1995). L’agriculture et l’élevage spéculatifs dont témoigne l’exemple de Quinctius sont sans doute des pistes tout aussi valables. Ces deux cas montrent en tout cas l’importance des revenus que pouvaient apporter ces domaines pour des investisseurs romains.

12Mais à côté de ces cas caractérisés de grands investissements fonciers, on doit également noter un attachement réel des élites indigènes pour leurs terres d’origine. On l’observe bien entendu dans les vallées, mais certains indices montrent également l’attrait que pouvaient constituer certaines zones de montagne. L’exemple le plus intéressant est sans doute celui des bornes découvertes sur le territoire des Allobroges, à la limite des communes de Cordon et La Giettaz (Savoie, 1929 m). L’une est connue depuis les années 1960, (AE, 1966, 243), deux autres ont été découvertes à l’occasion de prospections dans les années 1990 (Boekholt et Serralongue 1993). Situées en haute montagne, dans les alpages actuels, elles comportent le mot FINES qui indique clairement qu’elles étaient destinées à marquer une limite. L’interprétation la plus courante les associe à une autre inscription au texte plus développé découverte de l’autre côté de l’Arve, dans les Aravis (CIL, XII, 113). Située au col de La Forclaz-du-Prarion (1532 m), elle a été installée en 74 ap. J.-C. par le commandant de l’armée de Germanie supérieure. Envoyé par Vespasien, il avait pour objectif de délimiter les territoires des Ceutrons et des Allobroges (Rémy et Bertrandy 1998 : 14). L’ensemble de ces bornes serait donc à relier à un remaniement sous Vespasien de la frontière orientale de la cité de Vienne lié à la volonté de créer un passage direct entre les capitales des nouvelles provinces des Alpes Grées (Axima/Aime en Tarentaise) et Poenines (Forum Claudii Vallensium/ Martigny). C’est en particulier l’opinion de D. Van Berchem, reprise par C. Boekholt et J. Serralongue (Van Berchem 1962 : 234). Mais selon B. Rémy, il faut peut-être voir dans cette série d’inscriptions la conséquence de conflits liés à la possession et à l’exploitation de ces secteurs de montagne (Rémy 2004). Les bornes découvertes dans la région de Tridentum/Trente viennent appuyer cette interprétation (Cavada 1992). Comme chez les Allobroges, elles ont été implantées en montagne (au delà de 2000 m). Elles montrent que les communautés urbaines portaient une attention particulière à leur territoire de montagne, et sans doute aux revenus qu’il pouvait générer. B. Rémy y ajoute une dernière inscription découverte dans la Chartreuse, à 2045 m d’altitude CIL, XII, 2325. Le texte indique que l’inscription marque la limite du domaine appartenant à la famille des Avii (Rémy 2004). La Carte Archéologique de la Gaule signale par ailleurs que trois autres inscriptions perdues aujourd’hui auraient été découvertes au XVIIe s., dont une comportant un texte de même signification (Pelletier et al. 1994 : 135). Ce document doit être considéré comme le témoignage de l’intérêt de l’aristocratie pour les secteurs de montagne, et de leur intégration dans l’économie domaniale. On peut supposer que le vatusique, l’un des fromages les plus prisés à Rome, produit chez les Ceutrons, était fabriqué et commercialisé dans le cadre de cette économie (Pline, N.H., 8, 70). À Aix-les-Bains, une inscription découverte au XIXe siècle mentionne l’existence dans le vicus d’un campum pecuarium (CIL, XII, 2462a). Ce lieu de commerce du bétail est le seul explicitement nommé pour la Gaule. Il atteste l’importance que revêtait cette activité dans l’économie du vicus. Sans doute faut-il voir dans cette inscription la preuve qu’Aquae constituait un lieu central pour la commercialisation des produits de l’élevage pratiqué dans les montagnes proches.

Conclusion

13La vision offerte par les données archéologiques et paléoenvironnementales peut sembler paradoxale : une montagne alpine exploitée de façon traditionnelle, sans intensification ni transformation, mais aussi objet de l’attention des grands propriétaires intéressés par les ressources que ces espaces peuvent offrir. Il ne s’agit en fait que des deux facettes d’une même réalité dont on perçoit mieux le caractère contrasté. La restructuration foncière qu’ont connue certains secteurs ne signifie en rien une remise en question des modes d’exploitation. L’examen des données archéologiques et paléoenvironnementales conduit à une image qui renouvelle et nuance celle des auteurs antiques. La grande propriété ne correspond pas nécessairement à l’introduction de nouvelles façons de cultiver ou d’élever du bétail, ni une intensification de ces activités. Par ailleurs, comme le rappelle J. Webster, l’histoire d’une province ou d’une région ne peut se résumer à celle de ses élites (Webster 2001 : 210). Les découvertes archéologiques montrent justement la diversité des formes d’occupation de la montagne. Les agglomérations aux forts caractères indigènes découvertes dans le Valais et dans les Alpes centrales et orientales viennent rappeler la place des populations locales, anonymes et que l’épigraphie ne documente pas, dans l’occupation et l’exploitation de ces espaces. Elles montrent que le modèle romain, symbolisé par la villa et la grande propriété, n’est pas la seule forme d’occupation et de mise en valeur du territoire provincial. Les données archéologiques plaident donc pour une vision très nuancée de l’occupation des secteurs de montagne, où grande propriété foncière, petite propriété voire propriété collective se cotoyaient. Les données paléoenvironnementales témoignent, quant à elles, d’une exploitation de ces espaces dans la continuité de ce qu’on observait à l’âge du Fer, sans notable intensification, exception faite de quelques activités spécifiques, susceptibles de générer des revenus importants.

Bibliographie

Références bibliographiques

BADAN O., BRUN J.-P. , CONGES G., 1995 – Les bergeries romaines de la Crau d’Arles. Les origines de la transhumance en Provence, Gallia, n° 52, p. 263-310.

BARRUOL G., 1969 – Les peuples préromains du sud-est de la Gaule. Étude de géographie historique, RAN, suppl. n° 1, 408 p.

BEAULIEU, J.-L. et al., 2003 – Changements environnementaux postglaciaires et action de l’homme dans le bassin du Buëch et en Champsaur (Hautes-Alpes, France). Premier bilan d’une étude pluridisciplinaire, in : MUXART T., VIVIEN F.-D., VILLALBA B., BURNOUF J. coord., Des milieux et des hommes : fragments d’histoires croisées. Paris, Elsevier, Collection Environnement, p. 93-101.

BERARD G., 1997 – Les Alpes de Haute-Provence, Paris, Fondation Maison des Sciences de l’Homme, Carte Archéologique de la Gaule, 04, 567 p.

BOEKHOLT C., SERRALONGUE J., 1993 – Chronique des découvertes archéologiques en Haute-Savoie en 1993, Revue Savoisienne, p. 29-32.

BRUGIAPAGLIA E., 1997 – Paleobiogeografia della Valle d’Aosta a partire dall’ultima glaciazione Biogeographica, vol . XIX, 1997, p. 85-104.

CAVADA E., 1992 – L’iscrizione confinaria del Monte Pèrgol in Val Cadino nel Trentino orientale, in : GASPERINI L. dir., Rupes loquentes : atti del Convegno internazionale di studio sulle iscrizioni rupestri di età romana in Italia, Roma-Bomarzo, 13-15 ottobre 1989, Rome, Studi pubblicati dall’Instituto Italiano per la storia antica, 53, p. 99-115.

CIURLETTI G. éd., MARZATICO F., 1999 – I Reti/ Die Räter : atti del simposio de castello di Stenico, Trento, settembre 1993, Trento, Ufficio Beni Archeologici della Provincia Autonoma di Trento. 2 vol.

COURT-PICON M., 2003 – Approches palynologique et dendrochronologique de la mise en place du paysage dans le Champsaur (Hautes-Alpes, France) à l’interface des dynamiques naturelles et des dynamiques sociales. Thématique, méthodologie et premiers résultats, Archéologie du Midi Médiéval, 21, p. 211-224.

CRESCI MARRONE G., 1993 – Gens Avil(l)ia e commercio dei metalli in Valle di Cogne, MEFRA, 105/1, 1993, p. 33-37.

DAL RI L., RIZZI G., TECCHIATI U., 1999 – Villa Dirce (Bressanone – BZ). Spunti per la composizione di un modello di casa retica, in : CIURLETTI G. éd., MARZATICO F. – I Reti/Die Räter, vol. 2, p. 62-76.

DOMERGUEC., 1998 – La miniera d’oro della Bessa nella storia delle miniere antiche », in : MERCANDO L. dir., Archeologia in Piemonte. Vol. 2 : L’età romana, Turin, Soprintendenza Archeologica del Piemonte – Umberto Allemandi, p. 207-222.

LEVEAU P., SEGARD M., 2004 – Le pastoralisme en Gaule du Sud entre plaine et montagne : de la Crau aux Alpes du Sud, La Méditerranée antique : économies rurales et sociétés agraires d’Homère à Palladius, Pallas, n° 64, 2004, p. 99-113.

LEVEAU P., SEGARD M., BARBIER C., BERTUCCHI G., SIMON B., 2002 – La Bâtie-Montsaléon, Mons Seleucus, vicus et sanctuaire gallo-romain dans le Haut Buëch (Hautes-Alpes), RAN, 35, 2002, p. 111-128.

MERMOD O., 2004 – L’évolution de l’agriculture à travers les âges en Valais et en Suisse : bref survol, Bulletin de la Murithienne, 122, p. 49-54. MORIN D., 1995 – Réserve géologique de Haute-Provence, Bulletin Scientifique Régional PACA, p. 43-45.

NAKAGAWA (T.), BEAULIEU (J.-L. de), KITAGAWA (H.), 2000 – Pollen-derived history of timber exploitation from the Roman period onwards in the Romanche valley, central French Alps, Vegetation History and Archaeobotany, 9, p. 85-89.

PACCOLAT O., 1997 – Le village gallo-romain de Brig-Glis/Waldmatte, Archéologie Suisse, 20/1, 1997, p. 25-36.

PALET MARTINEZ J.M., RICOU F., SEGARD M., 2003 – Prospections et sondages sur les sites d’altitude en Champsaur (Alpes du Sud), Archéologie du Midi Médiéval, 21, p. 199-210.

PELLETIER A., DORY F., MEYER W., MICHEL J.-C., 1994 – L’Isère, Paris, MSH, 1994, Carte Archéologique de la Gaule, 38/1, 197 p.

PICCOTINI G., 1998 – Alt-Virunum. Die Stadt auf dem Madgalensberg », Antike Welt, 29, 1998, p. 185-198.

RÉMY B., 2004 – L’apport des inscriptions à l’étude de l’économie pastorale dans la cité de Vienne Aoste, in : DAUDRY D. (dir.), Xe Colloque International sur les Alpes dans l’Antiquité, Cogne (Vallée d’Aoste, Italie), septembre 2003. BEPAA, XV : 243-252.

RÉMY B. avec la collaboration de BERTRANDY F., 1998 – Inscriptions latines des Alpes (I.L. Alpes). I – Alpes Graies, Chambéry-Grenoble, Institut d’Etudes Savoisiennes – Université P. Mendès-France, . 128 p.

SANTORO BIANCHI S., 2001 – Edilizia abitativa negli insediamenti d’altura dell’Italia nordorientale : alcune riflessioni, in : VERZÁR-BASS (M.) éd., Abitare in Cisalpia. L’edilizia privata nelle città e nel territorio in età romana : atti della XXXI Settimana di Studi Aquileiesi, 23-26 maggio 2000. Trieste : Editreg SRL, Antichità Altoadriatiche, XLIX, p. 425-446.

TARPIN M., 1990 – Frontières naturelles et frontières culturelles dans les Alpes du Nord, in : FABRE G. (éd.), La montagne dans l’Antiquité : actes du colloque de la SOPHAU, Pau, mai 1990, Pau, Publications de l’Université de Pau, 1990, Cahiers de l’Université de Pau, 23, p. 97-120.

TARPIN M., 1991 – La négation des Alpes dans l’imaginaire romain, Actes du 116e Congrès National des Sociétés Savantes, Chambéry, 1991, Paris, CTHS, p. 29-42.

VAN BERCHEM D., 1969 – Conquête et organisation par Rome des districts alpins, Revue des Études Latines, 40, 1962, p. 228-235.

WALSH (K.), MOCCI (F.), 2003 – 9000 ans d’occupation du sol en moyenne et haute montagne : la vallée de Freissinières dans le Parc national des Écrins (Freissinières, Hautes-Alpes), Archéologie du Midi Médiéval, 21, 2003, p. 185-198.

WEBSTER J., 2001 – Creolizing the roman provinces, American Journal of Archaeology, 105/2, 2001, p. 204-225.

Notes

1 Travaux de V. Py, Laboratoire d’Archéologie Mediévale Méditerranéenne, Aix-en-Provence.

2 En particulier J. Benoit, G. Barruol et A. Roth-Congès : bibliographie dans Bérard 1997 : p. 209.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte des Alpes avec lieux cités dans le texte.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8408/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende Fig. 2. La cabane de Favarel XIV
Crédits (photohraphie K. Walsh)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8408/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Fig. 3. Le site de Castelraimondo (Frioul)
Crédits d’après Santoro Bianchi 2001.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8408/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search