Version classiqueVersion mobile

Silva et saltus en Gaule Romaine : Dynamique et gestion des forêts et des zones rurales marginales

 | 
Vincent Bernard
, 
François Favory
, 
Jean-Luc Fiches

1. Marais et zones humides

Expansions et déprises agricoles (?) du Ier siècle av. J.-C. au IVe siècle ap. J.-C. dans une zone humide : la moyenne vallée de l’Oise

Denis Marechal

Texte intégral

1. Présentation générale du site

1La région concernée est située en Picardie dans le département de l’Oise et fait partie du Bassin parisien (fig. 1). L’Oise, qui coule du nord-est au sud-ouest, sépare le plateau secondaire, ou plaine picarde méridionale, « plaine d’Estrées », du plateau tertiaire du « Valois ». Jusqu’au niveau de La Croix – Saint-Ouen, la vallée est étroite (0,8 à 1,2 km) et incise des assises crayeuses, tandis que plus en aval, elle traverse des argiles ou des sables où la rivière dessine des méandres dans un cadre élargi (1,2 à 4,3 km : fig. 2). La plaine alluviale comprise entre Compiègne et Pont-Saint-Maxence dispose d’une superficie estimée à 50 km2 (Malrain, Pastre et Prodeo 1994). Il est possible de classer les terrains de ce secteur selon la topographie. Ainsi se distinguent les marécages (sous la cote des 30 m NGF), la plaine inondable (entre 30 et 31,25 m), les petites buttes et les rebords de terrasse (entre 31,25 et 32,50 m) et enfin la première terrasse (sup. à 32,50 m : fig. 3). De nombreux rus se déversent dans l’Oise en plus de la rivière Automne. Une documentation plus précise (documents de l’ancien service des Ponts-et-Chaussées, de Voies Navigables de France et les relevés topographiques archéologiques) permet toutefois d’affiner les contours et accentue le micro-relief (Bostyn et al. 1999 ; Maréchal 2003 et 2005, Maréchal et al. 2004 : fig. 4). Il faut cependant retenir que ces distinctions correspondent au relief contemporain, or l’Oise est aménagée depuis 1828 par de multiples barrages dans cette région (Bostyn et al. 1999). En outre, il faut savoir que le profil actuel de la vallée rend compte d’un estompement qui a vu les anciens chenaux se colmater et les micro-reliefs se démanteler. L’importance de ces buttes ou montilles bordant l’Oise, dont l’histoire est bien connue (Pastre et al. 1997), sera soulignée ensuite. Encore actuellement, l’essentiel de ces terrains sont estimés comme des prairies aux qualités diverses (Begon et al. 1976).

2. Historique de la recherche locale

2L’approche de ces milieux humides par les historiens et les archéologues a varié. Au XIXe siècle, les érudits locaux disposaient d’une vision péjorative de ces terrains marécageux ou difficiles à cultiver, « propices aux maladies des marais » (Grave 1850 ; Morel 1877). Aussi les études mettaient en évidence les tentatives de drainage tentées dès le début du XVIIe siècle (Morel 1882). Des travaux plus récents ont précisé ces essais infructueux des XVIIe et XVIIIe siècles (Blondeau et al. 1971 ; Rigault 1988 ; Bostyn et al. 1999) ; travaux qui s’inscrivent dans un mouvement national bien connu maintenant (Derex 2001). Parallèlement, les archéologues ont participé à la reconnaissance d’aménagements tel que le passage à gué de « la Chaussiette », entre Longueil-Sainte-Marie et Verberie (Caux 1972 et 1973). Ponctuellement ces bénévoles surveillaient les dragages ou fouillaient en urgence dans les sablières « artisanales » (Hémery 1923 et 1931).

Fig. 1. Localisation de la région étudiée dans le nord de la France et au sein du département de l’Oise.

(doc. Inrap)

Fig. 2. Carte de la moyenne vallée de l’Oise et des plateaux environnants avec les sites récemment fouillés. La plupart des fouilles se concentrent dans la vallée. Les altitudes sont exprimées selon le NGF (carte IGN à 1/25000). .

(doc. Maréchal/Inrap)

Fig. 3. Carte détaillée de la moyenne vallée de l’Oise et des sites fouillés où prédomine le facteur hydrique. Il faut noter les nombreux cours d’eau secondaires. Les altitudes sont exprimées selon le NGF (carte IGN à 1/25000). La majorité des sites se localisent dans la plaine alluviale. Le document est basé sur le fond topographique de l’IGN .

(doc. D. Maréchal/Inrap)

3Nous devons à M. Hémery la première approche, en 1927, d’un ancien chenal de l’Oise et la mise en évidence d’un ancien niveau néolithique lors de surveillance de travaux (Hémery 1927). Mais il faut attendre la mise en place du programme de surveillance et d’étude de la moyenne vallée de l’Oise en 1987, lié au développement des carrières de granulats, pour que le sujet soit réexaminé. Depuis cette date, c’est ainsi près de 500 ha qui ont été évalués en tranchées ou décapés intégralement. Les spécialistes ont pu étudier alors dans le détail l’Oise et ses chenaux (Gadiolet et Bravard 1990a et b ; Pastre et al. 1997). Pour la période retenue ici, on notera que ces chenaux sont colmatés presque complètement depuis La Tène ancienne, et l’existence d’îlots limoneux correspondant aux anciennes montilles tardiglaciaires est attestée. En outre, un travail plus cartographique a été initié, soit par interprétation de clichés verticaux, soit par carto-interprétation (Bernard 1996 ; S. Robert dans Bostyn et al. 1999). De plus, depuis 1994, à l’occasion des fouilles sur de vastes superficies décapées, il nous a été permis d’approcher ces formes par la micro-topographie (Maréchal 1999 ; 2003 et 2005). Plus récemment, l’accès à une documentation cartographique très détaillée des bords de l’Oise livre des résultats probants (Maréchal et al. 2004).

4Malgré ces progrès, il ne faut pas occulter cependant les limites rencontrées. Les terrains surveillés des gravières se situent uniquement dans la plaine inondable et, de fait, hors de ces secteurs, tous similaires dans leur morphologie, nos connaissances demeurent restreintes (Mordant 1989 ; Pion 1996 : 65). Par ailleurs, si la dynamique de l’Oise est bien connue, il reste d’importantes lacunes sur la connaissance des formations superficielles récentes. En outre, il demeure aisé d’évoquer les processus d’érosion ou de colluvionement, mais nous sommes incapable de préciser leur modalité de mise en œuvre et leur chronologie. Enfin il faut insister sur la méconnaissance des phénomènes post-dépositionnels et de taphonomie appliqués aux sites locaux, dont on connaît pourtant les implications.

3. Évolution de l’occupation

5La moyenne vallée de l’Oise est colonisée dès le Néolithique ancien et, depuis cette date, selon les phases chronologiques, oscillent les indices de fréquentations et d’abandons apparents. Les vestiges se présentent souvent sous la forme de structures excavées ou alors en nappe. Les traces de fossés demeurent rares sur les habitats avant l’âge du Fer et se généralisent essentiellement à partir de La Tène moyenne (Malrain et Pinard 2000). Les fermes qui couvrent cette phase font d’ailleurs l’objet de nombreuses études (Malrain 2000). Ces établissements persistent jusqu’à La Tène finale D1, soit vers 120/80 avant J.-C., mais la phase suivante, soit La Tène D2 (80/50 avant J.-C), constitue une lacune dans nos connaissances. Peu de sites, en effet, assurent la transition avec le gallo-romain précoce dans la région (Fémolant et Malrain 1996 ; Morin 2000 ; Quérel 1999). Quelques indices se rencontrent ponctuellement, mais en faible quantité, ce qui limite les interprétations (Malrain et Maréchal 1995 ; Maréchal et al. 1999 et 2004). Il est en particulier délicat d’être catégorique sur l’attribution chronologique au vu du rare mobilier dégagé.

Fig. 4. Carte de la partie orientale de la moyenne vallée de l’Oise. Le document est une synthèse de cartes IGN, d’archives du ministère de l’équipement, de Voies Navigables de France (Bostyn et al. 1999) et des minutes de fouille des différents chantiers menés depuis 1994. Certaines incohérences traduisent le décalage dans la précision des informations (les valeurs de l’IGN sont indiquées en italiques). Il faut comparer cette carte avec la précédente pour percevoir les modifications.
Les buttes et les paléochenaux sont clairement visibles. Les implantations se concentrent sur les zones hautes.

(doc. D. Maréchal/Inrap)

6La période Auguste-Tibère s’avère beaucoup mieux documentée, car les implantations sont nettement ancrées dans le sol. Souvent il faut de nouveau être prudent sur la chronologie d’installation. La fourchette de datation tourne autour de 30/20 avant J.-C. à 40 après J.-C. Il semble que les sites majeurs, comme la villa de Verneuil-en-Halatte, ou plus modestement la ferme-relais de Longeuil-Sainte-Marie « les Gros Grès » IV (fig. 5), soient créés, au plus tôt, dès 30 avant J.-C. peut-être (Collart 1991b et 1996 ; Bruley-Chabot, Maréchal et Pissot 1996). Les établissements plus modestes s’implanteraient une dizaine d’années plus tard, en tenant compte d’une chronologie ancienne. À ce premier maillage initial se greffe une seconde vague d’habitats, lors du dernier tiers du Ier siècle après J.-C. (Maréchal 2002). Il peut s’agir de « petits » sites ouverts comme à Rivecourt (fig. 5) ou d’un village couvrant plus de 10 ha à Longueil-Sainte-Marie « le Bois Harlé/la Queue de Rivecourt » (Lepetz et Maréchal 1996 ; Vangele, Bonin et Valentin 1990). Ensuite il n’existe pas de nouvelles créations. A contrario, peu d’habitats disposent d’une faible durée de vie à l’exemple de Rivecourt (fin Ier/1ère moitié du IIe siècle). Leur grande majorité perdurent jusqu’au début du IIIe siècle, mais rares sont ceux qui dépassent le moitié de ce siècle. Il semble, de nouveau, que les établissements aux statuts plus élevés persistent un peu plus longtemps. À compter de la fin du IIIe siècle, les implantations ont disparu des terrains étudiés. Pourtant, une vidange de sanctuaire, composée d’un amas d’os de chevaux et de micro-vases, du derniers tiers du IIIe siècle, a été fouillée à Longeuil-Sainte-Marie « L’Orméon » (Gaudefroy et Lepetz 1996 et 2001 ; Lepetz 2001). Plus aucun site ne peut ensuite être inventorié jusqu’à la période moderne. Seules quelques portions de fossés médiévaux se calent dans cet intervalle (Talon 1993).

Fig. 5. Plan de quatre fermes fouillés. Seul le site de Rivecourt est « ouvert ». Les trois autres possèdent un plan quadrangulaire de taille voisine (autour de 0,5 ha). Le site de Longueil-Sainte-Marie « les Gros Grès » IV dispose d’un statut particulier lié au passage sur l’Oise (relais ?).

(doc. D. Maréchal/Inrap)

4. Implantation des sites

7Les fermes antiques se placent exclusivement sur des zones hautes, en bordure des parties les plus humides (fig. 3 et 4). Elles se localisent le plus souvent sur les buttes sableuses, ou montilles, bordant l’Oise et ses chenaux (fig. 6 et 7). Parfois elles s’implantent sur le bord de la première terrasse comme le village de Longeuil-Sainte-Marie. Aucun déplacement n’est attesté et donc une grande stabilité les caractérise. Chacun s’adapte au milieu environnant où prédomine le facteur hydrique. La plupart disposent d’un enclos, unique, couvrant une surface avoisinant 0,5 ha (fig. 5). Le cas de Houdancourt, avec un espace ceinturé de près de 1,7 ha, reste exceptionnel (Maréchal 1994). Il ne semble pas que des agrandissements soient discernables malgré la durée d’occupation. En périphérie, se greffent, sur 3 ou 5 ha, quelques fossés secondaires dessinant un petit réseau autonome et corrélé aux conditions humides ambiantes. La taille de ces réseaux est probablement liée à celle de la population de l’établissement. D’ailleurs on observe que le village de Longueil possède son propre réseau qui se développe sur au moins quarante ou cinquante hectares. Il faut supposer que, hors des marges de l’exploitation, existent d’autres formes de délimitation qui ont disparu, en particulier des arbres ou de discrètes bornes (Chouquer et Favory 1992 ; Malrain et Vangele 1998 : 341). Il convient donc de rappeler que nous ne pouvons mettre en évidence un parcellaire global pour ce secteur de la vallée mais qu’une série de réseaux indépendants et autonomes parsème le cours en méandre de l’Oise (Malrain, Maréchal et Pinard 1996 ; Maréchal 1996).

Fig. 6. Carte de l’implantation de l’établissement de Rivecourt « les Quinzes Mines » au sein du micro-relief avoisinant. Les diagnostics menés autour du site, surtout au sud-ouest, n’indiquent pas d’autre habitat voisin contemporain. Les chiffres en italiques renvoient à ceux des cartes de l’IGN, les autres proviennent des documents déjà présents pour la figure n° 4 .

(doc. D. Maréchal/Inrap)

Fig. 7. Carte de l’implantation de la ferme de Longueil-Sainte-Marie « Le Barrage ». Les chiffres en italiques renvoient à ceux des cartes de l’IGN, les autres proviennent des documents déjà présents pour la figure n° 4 .

(doc. D. Maréchal/ Inrap)

5. Confrontation aux plateaux environnants

8Cette synthèse se trouve limitée par le contexte des découvertes opérées. Les problèmes de conservation et de taphonomie influent sur les données utilisables. Plusieurs sites ont été très mal conservés, ce qui biaise les informations et limite leur portée (Houdancourt, Pontpoint, Pont-Sainte-Maxence : cf. annexe). D’autres ne sont perçus que par des diagnostics en tranchées, ce qui implique donc une marge d’incertitude (Rivecourt « la Prée/le Port » ; Verberie « la Main Fermée »). Au total, moins d’une quinzaine de sites sont intégrés à ce travail pour la vallée.

9Il semble donc pertinent d’ouvrir le débat, en élargissant la vision aux plateaux environnants (fig. 2). Les fouilles récentes dans ces milieux sont plus ponctuelles et concernent des emprises souvent beaucoup plus restreintes, à l’exception de Verberie « la Plaine de Saint-Germain » (10 ha décapés) (Fémolant 1991 ; Fémolant et Malrain 1996). Il s’agit de terrassements liés au TGV nord (Collart 1991 a) ou de lotissements (Woimant 1991 ; Quérel et Woimant 2002). Malgré un corpus réduit à moins de dix sites, et en tenant compte des limites évoquées, il semble fructueux d’établir une comparaison (fig. 8).

10Parmi ces habitats de plateaux, plusieurs sont considérés comme des agglomérations ou vici. À Estrées-Saint-Denis, un continuum lie la période gauloise à la période gallo-romaine et le site est fréquenté jusqu’au début du IVe siècle (Quérel et Woimant 2002). Sur Gournay-sur-Aronde et Saint-Martin-Longueau, les connaissances sont plus lacunaires et encore incertaines (Woimant 1995). On perçoit mal l’origine des sites, mais ils perdurent jusqu’au milieu du IIIe siècle. Souvent, il semble que la continuité soit probante entre La Tène finale et le début de la période gallo-romaine, ce qui dérogerait aux observations portant sur la plaine alluviale. Fréquemment aussi, ces habitats franchissent le cap du milieu du IIIe siècle, contrairement à ceux de la vallée. Certes les statuts diffèrent, ce qui doit modifier leur fonctionnement ; toutefois il faut s’interroger sur d’autres critères.

Fig. 8. Tableau récapitulatif des phases d’occupation des sites récemment fouillés dans la moyenne vallée de l’Oise et sur les plateaux environnants. Malgré un faible nombre de sites, il existe un décalage entre les deux ensembles en particulier pour les périodes de créations et d’abandons (d’après les sites cités en annexe) .

(doc. D. Maréchal/Inrap)

6. Facteurs climatiques ou anthropiques ?

11Une des hypothèses développées consiste à percevoir la vallée, avec l’Oise et ses chenaux, comme un milieu humide sensible et fragilisé. Actuellement, il demeure impossible d’opérer le distinguo entre facteurs climatiques et anthropiques. Quel est l’impact des activités humaines au sein de cet espace ou du bassin versant de cette rivière (Berger 2000 ; Bravard et Petit 1997) ? Nous ne disposons pas de travaux, tels que ceux menés en vallée du Rhône (Berger 1995 ; Favory et al. 1995). Cependant nous considérons qu’il faut tenter de corréler le facteur climatique aux occupations de la vallée (Maréchal 1996 : 69).

12Cet essai, basé sur des études de climatologie, reste critiquable car imparfait (fig. 9). Il paraît évident que nous méconnaissons complètement la dynamique de l’Oise pour les périodes récentes, or chaque région enregistre différemment les processus sédimentaires (Magny et Richard 1992).

Fig. 9. Comparaison entre la courbe climatique basée sur la teneur résiduelle en C14 (d’après Arbogast et al. 1996 et Magny 1995) et le nombre de sites de la vallée de l’Oise (d’après Malrain et Pinard dir. 2006 et Maréchal 2002). Une nette distinction ressort entre la période gauloise où les implantations suivent la courbe de C14 et la période gallo-romaine où ce n’est plus le cas, traduisant une autre logique qui ne tient plus compte des changements du facteur hydrique (causes socio-économiques ?). Ce schéma constitue une hypothèse de travail à critiquer.

(doc. D. Maréchal/ Inrap)

13Pourtant la corrélation semble indéniable entre climat et occupation (Maise 1999). Nous nous sommes inspiré des études sur les sites lacustres du Jura pour ce travail, en postulant que la vallée de l’Oise constituait aussi une zone sensible au facteur hydrique et pourtant attractive (ou répulsive) pour les hommes (Arbogast et al. 1996 ; Favory et al. 1995).

14En construisant cette courbe, il faut donc observer une indéniable corrélation pour la période gauloise. Ainsi lorsque le climat est plus chaud et moins humide autour de La Tène ancienne, le nombre de sites augmente. À l’inverse quand un refroidissement et une hausse des précipitations surviennent, ils sont moins fréquents (La Tène B). De nouveau, l’amélioration ponctuelle suivante fonctionne avec le pic connu durant La Tène C2/ La Tène D1. La « dégradation » autour du Ier siècle avant J.-C. expliquerait la faiblesse de La Tène D2. Par contre, il faut constater que la période antique réagit complètement à l’inverse. La phase plus humide et froide des Ier et IIe siècle est liée au maximum de sites alors que, par la suite, qui mène vers une « amélioration » (Magny 2001), ces implantations se raréfient dans la vallée. Les notions de péjoration ou d’amélioration climatique sont des notions culturelles (Mordant 1991). Il ne faut pas non plus induire un quelconque déterminisme par rapport à ces faits. Il convient seulement de préciser que les sociétés possèdent des réponses culturelles distinctes à des phénomènes qu’elles ne peuvent prévoir ou prédire.

7. Comparaisons régionales

15En tenant compte de cette hypothèse et de la brève confrontation effectuée entre sites de vallée et de plateaux, il nous a semblé opportun de changer d’échelle d’observation. De nombreux travaux de prospection sont menés dans les régions aux alentours, depuis plusieurs années (Bourgeois 1997 ; Daveau 1997 ; Haselgrove 1996 ; Ouzoulias 1997 ; Tymciow et al. à paraître). Ces données chiffrées permettent d’établir des comparaisons, même si nous avons conscience des lacunes des prospections, en particulier parce qu’elles sous-estiment les périodes les plus anciennes du Haut-Empire. Il apparaît certes des variations au sein des différents ensembles, mais les zones de vallée enregistrent un optimum de sites aux Ier et IIe siècles, alors que les plateaux sont plus intensément occupés aux IIIe et IVe siècles.

16Les fouilles locales sont longtemps restées cantonnées aux sablières de la vallée. Depuis le développement des ZAC en périphérie des agglomérations, les surveillances archéologiques les concernent. Or, dans la région, elles s’installent sur les plateaux ou sur leur rebord. Depuis quelques années, les campagnes de diagnostic alternent avec les fouilles, sur les communes de Jaux et Venette en particulier. Si les prescriptions portent exclusivement sur les habitats, et négligent leurs périphéries et les fossés « de parcellaire », la systématisation des travaux permet toutefois de couvrir un terroir de manière satisfaisante et cohérente. Sur le rebord de plateau, l’endroit est dense en implantations pour La Tène moyenne et finale et l’époque gallo-romaine. Une ferme fouillée en 2004 est délimitée par un enclos couvrant 1,5 ha (fig. 10). L’occupation perdure par ailleurs jusqu’au début de IVe siècle. Ces faits se distinguent de ceux habituellement observés dans la vallée. Il faudra attendre l’étude du mobilier pour statuer plus sûrement sur la qualité des occupants. À moins de 500 m, une fouille récente (mai 2005) a mis au jour une portion d’une autre ferme partiellement contemporaine. Il conviendra de savoir si elle se distingue aussi de celles de la vallée, ce qui semble probable au vu des premiers éléments (cave avec enduits peints…). À l’avenir il sera donc intéressant de pouvoir étoffer le nombre de sites pour essayer de comparer plus judicieusement les deux entités topographiques.

17Au niveau de la vallée, il s’avère nécessaire d’établir des parallèles avec des milieux semblables voisins. Depuis plusieurs décennies, le Bassin parisien et ses vallées font l’objet de nombreux travaux d’aménagements (carrières, ZAC.) et donc de surveillance.

18Les vallées de la Marne et de la Seine fournissent des indications similaires à celle de l’Oise. Dans la Marne, entre Epernay et Châlons, « il existe de nombreux sites gallo-romains en vallée alluviale inondable (…), beaucoup de ces sites sont cependant implantés sur de petites hauteurs qui les mettent à l’abri de la plupart des crues » (Chossenot 1992 : 227). L’auteur évoque en outre « un habitat dispersé à l’exception de quelque vici » (ibidem). Dans la vallée de la Seine, en Bassée, les fouilles mettent aussi régulièrement en évidence des fermes localisées sur les buttes bordant les rus, avec leur réseau de fossés attenants (Gouge 1993 ; Séguier 1995). Au Carrousel du Louvre, à Paris, une ferme de La Tène D2-augustéenne a été fouillée sur une éminence, à l’abri des crues, bordant la Seine (Van Ossel 1998). Enfin, à Melun, une étude basée sur les micro-mammifères a démontré que le milieu humide étudié avait été asséché et/ ou mis en culture au IIe siècle avant d’être délaissé au Bas Empire (Mistrot 2001).

19Ces quelques exemples choisis corroborent ceux de la vallée et permettent de postuler que la moyenne vallée de l’Oise ne représente pas un cas isolé, mais s’inscrit dans un mouvement plus général. D’ailleurs ce mouvement d’assèchement des marais, de drainage et de bonification des terres a depuis longtemps été mis en évidence en Narbonnaise.

Fig. 10. Plan du site de Venette « le Bois de Plaisance » II fouillé en 2004 sur le rebord de plateau. Cet exemple doit être comparé au plan des fermes de la vallée. Cependant ce cas, encore unique, nécessite une confirmation future.

(doc. P. Maquet, P. Hébert et D. Maréchal/Inrap)

Tableau des sites évoqués dans le texte et des références correspondantes.

Tableau des sites évoqués dans le texte et des références correspondantes.

Annexe 1. Tableau récapitulatif des phases d’occupation des sites récemment fouillés dans la moyenne vallée de l’Oise et sur les plateaux environnants. Malgré un faible nombre de site, il existe un décalage entre les deux ensembles en particulier pour les périodes de créations et d’abandons (d’après les sites cités en annexe) .

(doc. D. Maréchal/Inrap)

20J.-F. Berger précise que « l’aménagement et la mise en valeur systématique et planifiée des milieux humides et fluviaux apparaît comme une logique propre à l’économie romaine » (Berger 2000 : 85). Si cette dynamique s’observe aussi dans nos contrées, il faut pourtant rappeler que, dès La Tène moyenne/finale, ces milieux sont exploités, certes sans doute dans une dimension plus restreinte et peut-être moins systématique. Le phénomène se note, par ailleurs, pour une grande partie de la Gaule (Royet et al. 2004 ; Trément et al. 2004). Ces zones humides s’avèrent donc des lieux qui ne paraissent pas répulsifs mais qui peuvent être intéressants à exploiter dès la Protohistoire. Rappelons néanmoins que des « problèmes de drainage » sont perceptibles parfois comme à Vendresse (Ardennes) à la fin de l’occupation, vers 62 (Laurelut et al. 2002).

8. Quelles productions ?

21Il conviendrait de s’interroger sur les productions tirées de ces espaces. S’agit-il uniquement de pâturages ? Les données environnementales concernent essentiellement l’espace habité et les produits stockés (Matterne 2001). Pour la période gallo-romaine nous disposons de peu de données car un aléa de ces sites est lié à la forte durée d’occupation qui implique des curages réguliers des fossés et dans doute l’épandage des déchets. Cette gestion des détritus, corrélée à l’abrasion des sites, limite fortement la qualité des informations. Au niveau du village de Longueil-Sainte-Marie, « le Bois Harlé/la Queue de Rivecourt », l’étude faunique a mis en évidence la prédominance des caprinés et la carpologie la présence de cultures « jardinées », outre quelques espèces exotiques ou plus classiques (Lepetz et Maréchal 1996 ; Marinval, Maréchal et Labadie 2002 ; Matterne inédit). Il nous manque toutefois des références sur les sites plus modestes, sauf sur l’établissement de Pont-Sainte-Maxence « le Jonquoire ». Il faut aussi souligner les faiblesses de nos connaissances sur l’outillage utilisé. Les objets métalliques ne foisonnent pas et demeurent exceptionnels, et il ne faut pas sous-estimer la part de ceux en bois comme la fourche trouvée à Verberie, « la Main Fermée » (Derreumaux, Matterne et Malrain 2003 : 232).

22L’interprétation de ces implantations en zone humide a subi de nombreux aléas et effets de modes. La vision de zone répulsive allouée à des populations marginales a longtemps prévalu (Dutrait 1979 ; Petry 1981). La reprise en main flavienne suscite-t-elle des retombées dans une contrée aussi lointaine que l’Oise ? Faut-il, à l’image des Fens britanniques, considérer ce secteur particulier, et vide de villae, comme correspondant à un domaine impérial qui privilégierait, sur ces terres publiques, l’élevage, à l’inverse des domaines privés tournés vers l’agriculture (Barker et Grant 1990 : 21, Chouquer 1996 : 207) ? Rappelons que le fisc mérovingien, puis carolingien, concerne directement les communes évoquées : or il a été souligné une possible continuité avec celui de l’Antiquité tardive (Barbier 1982).

23Comme il a été souligné précédemment, des travaux menés depuis plusieurs années confirment l’importance des assèchements et des drainages en Gaule, en particulier à la période flavienne (Berger 1995 ; Leveau, Sillière et Vallat 1993). Or, c’est à ce moment que se note une nouvelle vague de créations d’habitats dans la vallée de l’Oise. À l’inverse, l’abandon des sites, qui s’amorce par un abandon d’entretien des fossés vers la fin du IIe ou au début du IIIe siècle, trouve des corollaires toujours dans le sud de la France (Berger 1995). Cet abandon des habitats se marque dans les zones basses par une couche de colluvions scellée par des fossés médiévaux (Talon 1993). Il reste impossible de préciser les modalités de cette séquence uniforme, de prime abord. Est-ce à relier alors à des facteurs anthropiques ? Comme dans l’ensemble de la Gaule, des changements dans l’implantation des sites s’observent localement ; ils doivent être rapportés aux modifications de gestion des terres plutôt qu’à une quelconque crise (Ouzoulias 1997).

24Enfin il convient d’indiquer que le dernier site reconnu, à Longeuil-Sainte-Marie, « l’Orméon », consiste en une vidange de sanctuaire du dernier quart du IIIe siècle associant des os de chevaux, essentiellement (outre quelques chiens), à des micro-vases (Gaudefroy et Lepetz 2001 ; Lepetz 2000). Le lieu est localisé en bordure d’un petit chenal, et dans une zone encore très humide actuellement. À Pernant (Aisne), dans les vestiges d’un édifice bordant un paléochenal, et associé à une source encore en usage, a été découvert un microvase (Derbois 2000). Dans la vallée de la Marne, à Perthes, « les Ormes » (Marne), deux statuettes d’Epona et de très nombreux micro-vases ont été découverts à proximité du « vicus » de Perthes ; et à Verbiesles un bas-relief d’Epona est répertorié toujours dans la vallée de la Marne (Lepage 1992 : 318-319). Or Epona est une déesse-cavalier, mais aussi une divinité des eaux, parfois reliée à un chien guérisseur (Bourgeois 1991). Le rapprochement entre un probable sanctuaire, le milieu humide et Epona, paraît intéressant à proposer.

25Le travail présenté est lié à un programme où les fouilles préventives intègrent le diachronisme et la pluridisciplinarité depuis de nombreuses années (1987). Celles-ci fournissent la matière à des études multiples, variées et combinées. Mais pour arriver à de tels résultats, il faut accorder des moyens aux intervenants, en particulier pour les spécialistes du paléoenvironnement ; or l’archéologie de sauvetage actuelle tend à délaisser cet axe…

Bibliographie

Références bibliographiques

ARBOGAST R.-M., MAGNY M., PÉTREQUIN P., 1996 – Climat, cultures céréalières et densité de population au néolithique : le cas des lacs du Jura français de 3500 à 2500 av. J.-C., Archäologisches Korresondenzblatt, n° 26, t. 2, Verlag des Römisch-Germanischen Zentralmuseums, Mainz, p. 121- 144.

BARBIER J., 1982 – Les biens fiscaux et les palais des premiers Mérovingiens aux premiers Capétiens. Position des thèses de l’école des Chartes, Paris, p. 9-17.

BARKER G. et GRANT A., 1990 – La campagne en Grande-Bretagne romaine, dans Dossier archéologie rurale et époque romaine, Les Nouvelles de l’Archéologie, p. 15-30.

BAYARD D. et COLLART J.-L. (éd.), 1996 – De la ferme indigène à la villa romaine, IIe colloque AGER tenu en septembre 1993 à Amiens, Revue Archéologique de Picardie, n° spécial, 11, Amiens.

BEGON J.-C., HARDY R., MORI A., ROQUE J., JAMAGNE M., 1976 – Les sols du département de l’Oise, Notice explicative de la carte des sols et de la carte des aptitudes culturales, Service d’études des sols et de la carte pédologique de France, Gap, 333 p.

BERGER J.-F., 1995 – Facteurs anthropiques et naturels de l’évolution des paysages romains et protomédiévaux du Bassin valdanais (Drôme), dans S. Van Der Leeuw (éd.) : L’homme et la dégradation de l’environnement, Actes des rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Éditions APDCA, Sophia Antipolis, Gap, p. 79-114.

BERGER J.-F., 2000 – Les fossés bordiers historiques et l’histoire agraire rhodanienne, Études Rurales, 153-154, janvier-juin, École des hautes études en sciences sociales, Paris, p. 59-90.

BERNARD V., 1996 – Influences d’origine climatique dans le développement de la forêt et dans l’occupation de la vallée de l’Oise (France) au néolithique final. Apport de la dendrochronologie, in : Malrain F. et Prodeo F. (dir.), Programme de surveillance et d’étude archéologique des sablières de la moyenne vallée de l’Oise, Rapport d’activité 1995, vol. 2, Amiens, p. 74-85.

BLONDEAU A., BROUNÉRIAS M., LAMBERT É. et LEPAINTEUR P., 1971 – Les marais de Sacy-le-Grand (Oise), Documents et Recherches, Bulletin de la Société Archéologique, Historique et Géographique de Creil (60), juillet-octobre 1971, n° 73-74, Creil, p. 3-14.

BONIN T., 1991 – L’établissement rural de Rouvillers ″Le Clos d’Elogette″, collectif, Archéologie de la vallée de l’Oise, Compiègne et sa région depuis les origines…, Compiègne, CRAVO, p. 174-175.

BOSTYN F. (dir.), DESCHODT, DUMONT A., KART N., MAILLOT J.-F., PONT-TRICOIRE C., ROBERT S., 1999 – Projet d’aménagement « Oise Aval » Étude documentaire du potentiel archéologique, Ministère de la Culture et de la Communication, 5 volumes, Amiens.

BOURGEOIS C., 1991 – Divona. Divinités et ex-voto du culte gallo-romain de l’eau. De l’archéologie à l’histoire, De Broccard, Paris, 308 p.

BOURGEOIS L., 1997 – Espaces boisés, pôles d’habitat et occupations marginales de l’Antiquité au Moyen Âge, in : Ouzoulias et Van Ossel (dir.) 1997, p. 32-40.

BRAVARD J.-P. ET PETIT F., 1997 – Les cours d’eau. Dynamique du système fluvial, collection U, Armand Colin, Paris, 222 p.

BRULEY-CHABOT G., MARÉCHAL D. et PISSOT V., 1996 – Longueil-Sainte-Marie, « les Gros Grès » IV (Oise), Les occupations gallo-romaines, in : Malrain F. et Pinard E. (dir.), Rapport d’activité 1995, vol. 1, Amiens, p. 389-451.

BURNOUF J. et LEVEAU PH. (dir.), 2004 – Fleuves et marais. Une histoire au croisement de la nature et de la culture. Sociétés préindustrielles et milieux lacustres et palustres : pratiques sociales et hydrosystèmes, CTHS, Paris (Archéologie et Histoire de l’Art 19).

CAUX G., 1972 – Passage ancien sur l’Oise à Verberie, Revue Archéologique du Nord-Est de l’Oise, n° 2, Compiègne, p. 29-31.

CAUX G., 1973 – Poteries gauloises découvertes à Verberie, Revue Archéologique de l’Oise, n° 4, septembre 1973, Compiègne, p. 17-20.

CHOSSENOT M., 1992 Les campagnes gallo-romaines marnaises (bilan1960-1990), in : Lusse J. et Patrolin A. (coord.), L’archéologie en Champagne-Ardenne 1960-1990, Actes des Assises du 1er et 2 décembre 1990, Bulletin de la Société Archéologique Champenoise, t. 85, n° 4, Langres, 1994, p. 223-235.

CHOUQUER G. (dir.), 1996 – Les formes du paysage, 2. Archéologie des parcellaires, Actes du IIIe colloque AGER, Orléans, mars 1996, Errance, Paris (Archéologie Aujourd’hui).

CHOUQUER G. et FAVORY F., 1992 – Les arpenteurs romains. Théorie et pratique, Éditions Errance, Paris, 183 p. (Archéologie Aujourd’hui).

CHOUQUER G., 1996 – Parcellaires et longue durée. Points de repère historique et problèmes d’interprétion, in : Chouquer 1996 (dir.), p. 201-222.

COLLART J.-L., 1991a – Les villae du Valois, Archéologie et grands travaux. Les fouilles du TGV Nord et de l’Interconnexion, Premier bilan des recherches archéologiques (1988-1991), Châlons-sur-Marne.

COLLART J.-L., 1991b – Une grande villa : Verneuil-en-Halatte, in : collectif, Archéologie de la vallée de l’Oise, Compiègne et sa région depuis les origines…, Compiègne, C.R.A.V.O., p. 169-173.

COLLART J.-L., 1996 – La naissance de la villa en Picardie : la ferme gallo-romaine précoce, in : Bayard et Collart (éd.), 1996, p. 121-156.

DAVEAU I., 1997 – Occupation des sols au Bas-Empire en Île-de-France. Rupture et continuité : trois études de cas, in : Ouzoulias et Van Ossel (dir.), 1997, p. 22-30.

DERBOIS M., 2000 – Pernant « la Petite Couture » (Aisne), Bilan scientifique de Picardie 1998, DRAC/ SRA de Picardie, Amiens, p. 39.

DEREX J.-M., 2001 – Pour une histoire des zones humides en France (XVIIe-XIXe siècle). Des paysages oubliés, une histoire à écrire, Histoire et société rurales n° 15, 1er semestre, p. 11-36.

DERREUMAUX, M., MATTERNE V. et MALRAIN F., 2003 – Indices archéologiques et archébotaniques du traitement des céréales du 2eme Âge du Fer à la fin de la période gallo-romaine, en France septentrionale, in : P. Anderson (dir.), Le traitement des récoltes : un regard sur la diversité du Néolithique au présent, Colloque tenu les 17 au 19 septembre 2002 à Antibes, XXIIe Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, APDCA, Antibes, p. 219-233.

DUTRAIT A., 1979 – Initiation à l’archéologie et à la préhistoire, Les dossiers de l’archéologie, n° 9, L’archéologie aérienne, août 1979, p. 25-37.

FAVORY F., GIRARDOT J.-C., RAYNAUD C. et TOURNEUX F.-P., 1995 – Mobilité et résistance de l’habitat rural gallo-romain en vallée du Rhône : indicateurs de l’attraction ou de la répulsion exercée par le milieu ? in : Van Der Leeuw (éd.), 1995, p. 263-284.

FÉMOLANT J.-M. et MALRAIN F., 1996 – Les établissements ruraux du deuxième age du fer et leur romanisation dans le département de l’Oise, in : Bayard et Collart (éd.), 1996, p. 39-53.

GADIOLET P. et BRAVARD J.-P., 1990a – Approche sédimentologique et morphodynamique des paléochenaux du ruisseau de ″la Flaque Paquet″ sur le site des ″Esquillons″ à Houdancourt (Oise) : étude préliminaire, in : Valentin et Prodéo (dir.), 1990, p. 67-72.

GADIOLET P. et BRAVARD J.-P., 1990b – Approche sédimentologique et morphodynamique du site du ″Pré des Iles″ à La Croix-Saint-Ouen : étude préliminaire, in : Valentin et Prodéo (dir.), 1990, p. 179-184.

GAUDEFROY S. et LEPETZ S., 1996 – Une vidange de sanctuaire gallo-romain à Longueil-Sainte-Marie ″L’Orméon″, Programme de surveillance et d’étude archéologique des sablières de la moyenne vallée de l’Oise, Rapport d’activité 1995, Service Régional de l’Archéologie de Picardie, p. 452-490.

GAUDEFROY S. et LEPETZ S., 2001 – Le dépôt sacrificiel de Longueil-Sainte-Marie « l’Orméon » (Oise). Un culte de tradition locale sous l’Empire ?, in : Van Andringa W. (dir.). Archéologie des sanctuaires en Gaule romaine, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, p. 157-192.

GAUDEFROY S., ANDRIOT B., PINARD E., MARÉCHAL D. et PRODEO F., 1992 – Pont-Sainte-Maxence ″le Grand Bosquet″, Programme de surveillance et d’étude archéologique des sablières de la moyenne vallée de l’Oise, Rapport d’activité 1991, p. 87-134.

GOUGE P., 1993 – Grisy-sur-Seine, le territoire de la ferme d’Isle : archéologie d’un finage, Meaux, Mémoires du groupement archéologique de Seine-et-Marne, n° 1, p. 139-149.

GRAVES L., 1850 – Précis statistique du canton de Compiègne, Guénégaud, Paris.

HASELGROVE C., 1996 – La romanisation de l’habitat rural dans la vallée de l’Aisne d’après les prospections de surface et les fouilles récentes, in : Bayard et Collart (éd.), 1996, p. 109-120.

HÉMERY M., 1923 – Quelques mots sur des Antiquités Préhistoriques trouvées dans les dragages de l’Oise, Société Historique de Compiègne, Procès Verbaux, t. 26, Compiègne, p. 159-163.

HÉMERY M., 1927 – Nouvelles découvertes archéologiques aux environs de Compiègne, Société Historique de Compiègne, Procès Verbaux, t. 30, p. 74 et 167-181.

HÉMERY M., 1931 – Un campement gaulois à La Croix-Saint-Ouen (Oise), Société Historique de Compiègne, Procès Verbaux, t. 34, Compiègne 1932, p. 109-129.

HOSDEZ C., 2002 – Verneuil-en-Halatte « la Remise de Maître Hamelin » (Oise), Bilan scientifique 1999 de Picardie, Amiens, p. 71-72.

LAURELUT C., TEGEL W. ET VANMOERKERKE J., 2002 – Vendresse (Ardennes). Une agglomération de la fin de l’âge du Fer et du début de l’époque romaine en zone humide, in : Lambot B. et Méniel P. (éd.), Découvertes récentes de l’âge du Fer dans le massif des Ardennes et ses marges. Repas des vivants et nourriture pour les morts en Gaule, actes du XXVe colloque international de l’Association Française pour l’étude de l’Age du Fer tenu à Charleville-Mézières du 24 au 27 mai 2001, Châlons-en-Champagne, Société Archéologique Champenoise, n° 16, supplément au bulletin n° 1-2002, p. 105-113.

LEPAGE L., 1992 – Trente années d’archéologie en Haute-Marne : la période gallo-romaine, in : Lusse J. et Patrolin A. (coord.), L’archéologie en Champagne-Ardenne 1960-1990, Actes des Assises du 1er et 2 décembre 1990, Langres, Bulletin de la Société Archéologique Champenoise, t. 85, n° 4, p. 317-322.

LEPETZ S. et MARÉCHAL D., 1996 – Organisation et fonction du village du Haut Empire de Longueil-Sainte-Marie (Oise) et de son parcellaire, in : Chouquer G. (dir.), Les formes du paysage, 1. Études sur les parcellaires, Paris, Errance, p. 57-82.

LEPETZ S., 2000 – Sacrifices et inhumations de chevaux et de chiens en France du nord au IIIe siècle après J.-C., in : Bodson L. (éd.), Ces animaux que l’homme choisit d’inhumer. Contribution à l’étude de la place et du rôle de l’animal dans les rites funéraires, Colloque d’histoire des connaissances zoologiques 11, Liège, Université de Liège, p. 94-125.

LEVEAU P., SILLIÈRE P. ET VALLAT J.-P., 1993 – Les campagnes de la Méditerranée romaine, Hachette, Paris (Bibliothèque d’Archéologie).

MAGNY M. ET RICHARD H., 1992 – Essai de synthèse vers une courbe de l’évolution du climat entre 500 BC et 500 AD, Les Nouvelles de l’Archéologie, n° 50, hiver 1992, p. 58-60.

MAGNY M., 1995 – Une Histoire du climat, Des derniers mammouths au siècle de l’automobile, Errance, Paris, 176 p.

MAGNY M., 2001 – Les variations du niveau des lacs du Jura et des Alpes du nord et leur signification pour une histoire du climat aux IVe et Ve siècles de notre ère, in : Ouzoulias P., Pellecuer, C., Raynaud C., Van Ossel P. et Garmy P. (dir.), Les campagnes de la Gaule à la fin de l’Antiquité, Actes du IVe colloque AGER tenu du 11 au 14 mars 1998 à Montpellier, Éditions APDCA, p. 357-368.

MAISE C., 1999 – L’histoire du climat, dans Climat, environnement, économie agricole et alimentation, in : Collectif, La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen Âge, SPM IV. Âge du Fer. Verlag Schweizerische Gesellschaft für Ur-und Frühgeschichte, Bâle, p. 93-97.

MALRAIN F. et MARÉCHAL D., 1995 – L’établissement rural de Pont-Sainte-Maxence ″le Jonquoire″ (60), Bulletin intérieur de l’AFEAF, n° 13, p. 43-45.

MALRAIN F. et MARÉCHAL D., 1995 – Pont-Sainte-Maxence « le Jonquoire ». L’établissement rural, in : Malrain F., Pinard E et Prodeo F. (dir.), Programme de surveillance et d’étude archéologique des sablières de la moyenne vallée de l’Oise, Rapport d’activité 1994, p. 160-220.

MALRAIN F. et PINARD E. (dir.), 1999 – Rapport d’activité 1998 du programme de surveillance et d’étude archéologique des sablières de la moyenne vallée de l’Oise, Amiens.

MALRAIN F. et PINARD E. (dir.), 2006 – Les sites laténiens de la moyenne vallée de l’Oise du Ve au Ier s. avant notre ère : contribution à l’histoire de la société gauloise, Revue archéologique de Picardie, n° spécial 23, 268 p.

MALRAIN F. et PINARD E., 2000 – Les enclos sur le territoire des Bellovaques et ses abords : quelques réflexions, in : Des enclos pourquoi faire ?, Actes de la table-ronde de Ribemont – sur-Ancre, 1999, Revue Archéologique de Picardie, n° 1-2, p. 161- 179.

MALRAIN F. et PRODÉO F. (dir.), 1992 – Rapport d’activité 1991 du programme de surveillance et d’étude archéologique des sablières de la moyenne vallée de l’Oise, Amiens.

MALRAIN F. et VANGELE F., 1998 – L’implantation gallo-romaine de Longueil-Sainte-Marie « la Mineuse », in : F. Malrain et E. Pinard (dir.), Programme de surveillance et d’étude archéologique des sablières de la moyenne vallée de l’Oise, Rapport d’activité 1997, S.R.A. de Picardie, Amiens, p. 333- 350.

MALRAIN F., 2000 – Fonctionnement et hiérarchie des fermes dans la société gauloise du IIIe siècle à la période romaine : l’apport des sites de la moyenne vallée de l’Oise, thèse de doctorat, Université de Paris I.

MALRAIN F., MARÉCHAL D. et PINARD E., 1996 – Occupation des sols et parcellaires dans la moyenne vallée de l’Oise du IVe av. au XIVe siècles apr. J.-C., in : Chouquer G. (dir.), 1996. Les formes du paysage, 2, p. 21-42.

MALRAIN F., PASTRE J.-F. et PRODEO F., 1994 – Réorientation des problématiques micro-régionales dans la moyenne vallée de l’Oise, in : F. Malrain et F. Prodeo (dir.), Programme de surveillance et d’étude archéologique des sablières de la moyenne vallée de l’Oise, Rapport d’activité 1993, S.R.A. de Picardie, Amiens 1994, p. 3-65.

MARÉCHAL D. et GAUDEFROY S., 1992 – Le parcellaire gallo-romain de Longueil-Sainte-Marie « Près des Grisards » II, in : Malrain et Prodéo (dir.), 1992, p. 121-131.

MARÉCHAL D., 1994 – Houdancourt ″le Pont à Brebis″ II (Oise), Bilan scientifique de Picardie 1993, DRAC/ SRA de Picardie, Rivery-les-Amiens, p. 85-86.

MARÉCHAL D., 1996 – Essai de définition sur l’occupation du sol dans la moyenne vallée de l’Oise entre le Ier siècle av. J.-C. et le XIXe siècle, mémoire de D.E.A. d’Histoire à l’université de Paris I, Bourin M. (dir.), Paris, 89 p.

MARÉCHAL D., 1997 – Verberie « la Main Fermée » (Oise), Sondages d’évaluation, AFAN/SRA de Picardie, Amiens, 30 p.

MARÉCHAL D., 1999a – Quelques réflexions sur la question des parcellaires dans la moyenne vallée de l’Oise, in : F. Malrain et E. Pinard (dir.), Programme de surveillance et d’étude archéologique des sablières de la moyenne vallée de l’Oise, Rapport d’activité 1998, SRA de Picardie, Amiens, p. 259- 267.

MARÉCHAL D., 1999b – Verberie « la Main Fermée » (60), Bilan scientifique 1997 de Picardie, Amiens, p. 74.

MARÉCHAL D., 2002 – Le contexte archéologique du site d’Estrées-Saint-Denis depuis La Tène finale jusqu’au Gallo-romain, Châlons-en-Champagne, Revue Archéologique de Picardie, p. 272-273 et 275- 277.

MARÉCHAL D., 2003 – Fossés, pendages et micro-topographie : étude de cas sur des sites de La Tène moyenne/finale et du Haut Empire de la moyenne vallée de l’Oise (Oise), in : Favory F. et Vignot A. (éd.), Actualité de la recherche en histoire et archéologie agraires, Actes du Ve colloque AGER tenu les 19 et 20 septembre 2000 à Besançon, Presses Universitaires Franc-comtoises, p. 105- 114, (coll. des Annales littéraires).

MARÉCHAL D., 2005 – La moyenne vallée de l’Oise : échelles d’analyse possibles et premiers résultats de l’occupation et de la gestion des sols durant le haut Empire, in : Petit Ch. (dir.), Occupation et gestion des zones humides en Gaule au cours de l’Age du Fer, de l’Antiquité et du haut Moyen Age, Actes de la table ronde, Molesmes (21), 17 et 18 sept. 1999, Presses Universitaires Franc-comtoises, 2005, p. 173-196 (coll. Annales littéraires).

MARÉCHAL D., ALEXANDRE S., HÉBERT P., JOSEPH F. ET MAQUET P., 2004 – Rivecourt « les Quinze Mines », « le Petit Pâtis » et « la Saule Ferré », Longueil-Sainte-Marie « le Port », Rapport de diagnostic, INRAP/SRA de Picardie, Amiens, 38 p.

MARÉCHAL D., MALRAIN F., SIMON F. et VANGELE F., 1999 – Longueil-Sainte-Marie « le Barrage ». La Ferme du Haut-Empire, in : Malrain et Pinard (dir.), 1999, p. 517-579.

MARINVAL P., MARÉCHAL D. et LABADIE D., 2002 – Arbres fruitiers et cultures jardinées gallo-romains à Longueil-Sainte-Marie (Oise), Gallia, 59, p. 253-271.

MATTERNE V., 2000 – Étude des restes végétaux (semences et fruits) provenant du village gallo-romain de Longueil-Sainte-Marie (Oise), Compiègne, inédit.

MATTERNE V., 2001 – Agriculture et alimentation végétale durant l’âge du Fer et l’époque gallo-romaine en France septentrionale, Archéologie des plantes et des animaux, I, Éd. Mergoil.

MISTROT V., 2000 – les micromammifères, marqueurs de l’anthropisation du milieu, in : Guilaine J. (dir.), La très longue durée, Études rurales, n° 153- 154, janvier-juin 2000, École des hautes études en sciences sociales, Paris, p. 195-206.

MORDANT D., 1987-1990 – Noyen-sur-Seine avant le Néolithique : des vestiges mésolithiques en milieu humide, Bulletin du Groupement Archéologique de Seine-et-Marne, n° 28-31, Meaux 1991, p. 17-38.

MORDANT D., 1989 – Sauvetages archéologiques et carrières de sables et graviers : quelques réflexions, Les nouvelles de l’archéologie, n° 36, p. 9-12.

MOREL E., 1877 et 1882 – Houdancourt, seigneurie et paroisse, Bulletin de la Société Historique de Compiègne, t. 3 et t. 5, Compiègne, 1877, p. 200-240 et 1882, p. 119-289.

MORIN J.-M., 2000 – Montiers « les Noirs Cailloux », Gazoduc Artère des Plateaux du Vexin (60), Bilan scientifique 1998 de Picardie, DRAC/SRA, Amiens, p. 77-78.

OUZOULIAS P. ET VAN OSSEL P. (dir.), 1997 – Les campagnes de l’Île-de-France de Constantin à Clovis : document de travail n° 3, Colloque tenu à Paris du 14-15 mars 1996, Juvisy-sur-Orge.

OUZOULIAS P., 1997 – La déprise agricole du Bas-Empire : un mythe historiographique, in : Ouzoulias et Van Ossel (dir.), 1997, p. 10-20.

PASTRE J.-F., FONTUGNE M., KUZUCUOGLU C., LEROYER C., LIMONDIN-LOZUET N., TALON M. ETTTISNÉRAT N., 1997 – L’évolution tardi- et postglaciaire des lits fluviaux au nord-est de Paris (France), Relations avec les données paléoenvironnementales et l’impact anthropique sur les versants, Géomorphologie : relief, processus, environnement, n° 4, Paris, p. 291-312.

PETRY F., 1981 – Comment s’est organisée la société dans la région de Saverne, Les dossiers de l’archéologie, n° 58, Les villas gallo-romaines, novembre 1981, p. 58-69.

PION P., 1996 – Les établissements ruraux dans la vallée de l’Aisne, de la fin du second âge du Fer au début du Haut-Empire romain (IIe siècle av. J.-C./ Ier siècle ap. J.-C.) : Bilan provisoire des données et esquisse de synthèse, in : Bayard et Collart (éd.), 1996,, p. 55-107.

QUÉREL P ET WOIMANT G.-P. (dir.), 2002 – Sanctuaire et habitat gallo-romains à Estrées-Saint-Denis (Oise), Châlons-en-Champagne, Revue Archéologique de Picardie, n° 3/4.

QUÉREL P., 1999 – Gouvieux « la Flâche » (60), Bilan scientifique 1997 de Picardie, Amiens, p. 57-56.

RIGAULT P., 1988 – Le marais de Cinqueux. Mise en place des limites de la Commune. 1625 – 1635, Documents et Recherches, Bulletin de la Société Archéologique, Historique et Géographique de Creil (60), n° 142, octobre, p. 1-39.

ROYET R., BERGER J.-F., BERNIGAUD N. et ROYET E., 2004 – La gestion d’un milieu humide : le site de Vernai et le marais du Grand-Plan à Saint-Romain de Jalionas (Isère) de La Tène au Huat Moyen Âge, in : Burnouf et Leveau (dir.), 2004, p. 253-281.

SÉGUIER J.-M. (dir.), 1995 – Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne) « le Grand Canton » et « le Chemin de Sens ». Un gisement archéologique de l’interfluve Seine-Yonne, du Paléolithique supérieur à l’Antiquité tardive, DFS de sauvetage urgent, 2 volumes, CDA Bassée, Saint-Denis.

TALON M. (dir.), 1993 – La station d’épuration sur la commune de La Croix-Saint-Ouen (60), SIVoM de Compiègne, Rapport de fouille, Amiens.

TRÉMENT F., BALLUT C., DOUSTEYSSIER B., GUICHARD V. et DEGARD M., 2004 – Habitat et milieu humide en Grande Limagne de l’Age du Fer au Moyen Âge. Essai de spatialisation dynamique des relations société-milieux, in : Burnouf et Leveau (dir.), 2004, p. 95-109.

TYMCIOW J.-P., GAUDEFROY S., MARÉCHAL D. et PISSOT V., à paraître – Prospections pédestres dans le Valois et ses abords (Aisne et Oise) : Premier bilan de 18 années d’activité (1994-2011), Revue Archéologique de Picardie.

VALENTIN B. et PRODEO F. (dir.), 1990 – Fouilles dans les sablières de l’Oise en 1989, Revue Archéologique de Picardie, n° spécial, 8.

VAN DER LEEUW (éd.), 1995 – L’homme et la dégradation de l’environnement, Actes des XVe rencontres Internationales d’Archéologie de d’Histoire d’Antibes, APDCA, Antibes.

VAN OSSEL (P.) (dir.), BRUNET F., CIAZAR P., MARIE-CLAIRE M.-C., GITTA C., GONZALEZ V., MARCILLE C., NAVETH-DONIN A., PIETERS M., RAVOIRE F., RODET-BELARBI I., TROMBETTA P.-J., 1996-1998 – Les jardins du Carrousel (Paris). De la campagne à la ville : la formation d’un espace urbain, Éditions de la maison des sciences de l’Homme/Paris, 1996, 1998, 379 p. (Documents D’Archéologie Française n° 73).

VANGELE F., BONIN TH. et VALENTIN B., 1990 – Les occupations chalcolithiques et gallo-romaines du ″Bois Harlé″ à Longueil-Sainte-Marie (Oise), bilan de deux années de fouille (1988-1989), in : B. Valentin et F. Prodéo (dir.), Revue Archéologique de Picardie, n° spécial 8, p. 119-145.

WOIMANT G.-P., 1991 – Saint-Martin-Longeau, ″Les Clos du Poncelet″, in : Collectif, Archéologie de la vallée de l’Oise, Compiègne et sa région depuis les origines…, C.R.A.V.O., Compiègne, p. 166-168.

WOIMANT G.-P., 1995 – L’Oise 60, Carte archéologique de la Gaule, M. Provost (dir.), Académie des Inscriptions et Belles lettres, Paris.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation de la région étudiée dans le nord de la France et au sein du département de l’Oise.
Crédits (doc. Inrap)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8338/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Fig. 2. Carte de la moyenne vallée de l’Oise et des plateaux environnants avec les sites récemment fouillés. La plupart des fouilles se concentrent dans la vallée. Les altitudes sont exprimées selon le NGF (carte IGN à 1/25000). .
Crédits (doc. Maréchal/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8338/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Fig. 3. Carte détaillée de la moyenne vallée de l’Oise et des sites fouillés où prédomine le facteur hydrique. Il faut noter les nombreux cours d’eau secondaires. Les altitudes sont exprimées selon le NGF (carte IGN à 1/25000). La majorité des sites se localisent dans la plaine alluviale. Le document est basé sur le fond topographique de l’IGN .
Crédits (doc. D. Maréchal/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8338/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Fig. 4. Carte de la partie orientale de la moyenne vallée de l’Oise. Le document est une synthèse de cartes IGN, d’archives du ministère de l’équipement, de Voies Navigables de France (Bostyn et al. 1999) et des minutes de fouille des différents chantiers menés depuis 1994. Certaines incohérences traduisent le décalage dans la précision des informations (les valeurs de l’IGN sont indiquées en italiques). Il faut comparer cette carte avec la précédente pour percevoir les modifications.Les buttes et les paléochenaux sont clairement visibles. Les implantations se concentrent sur les zones hautes.
Crédits (doc. D. Maréchal/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8338/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Légende Fig. 5. Plan de quatre fermes fouillés. Seul le site de Rivecourt est « ouvert ». Les trois autres possèdent un plan quadrangulaire de taille voisine (autour de 0,5 ha). Le site de Longueil-Sainte-Marie « les Gros Grès » IV dispose d’un statut particulier lié au passage sur l’Oise (relais ?).
Crédits (doc. D. Maréchal/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8338/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Fig. 6. Carte de l’implantation de l’établissement de Rivecourt « les Quinzes Mines » au sein du micro-relief avoisinant. Les diagnostics menés autour du site, surtout au sud-ouest, n’indiquent pas d’autre habitat voisin contemporain. Les chiffres en italiques renvoient à ceux des cartes de l’IGN, les autres proviennent des documents déjà présents pour la figure n° 4 .
Crédits (doc. D. Maréchal/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8338/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Fig. 7. Carte de l’implantation de la ferme de Longueil-Sainte-Marie « Le Barrage ». Les chiffres en italiques renvoient à ceux des cartes de l’IGN, les autres proviennent des documents déjà présents pour la figure n° 4 .
Crédits (doc. D. Maréchal/ Inrap)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8338/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Fig. 8. Tableau récapitulatif des phases d’occupation des sites récemment fouillés dans la moyenne vallée de l’Oise et sur les plateaux environnants. Malgré un faible nombre de sites, il existe un décalage entre les deux ensembles en particulier pour les périodes de créations et d’abandons (d’après les sites cités en annexe) .
Crédits (doc. D. Maréchal/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8338/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 9. Comparaison entre la courbe climatique basée sur la teneur résiduelle en C14 (d’après Arbogast et al. 1996 et Magny 1995) et le nombre de sites de la vallée de l’Oise (d’après Malrain et Pinard dir. 2006 et Maréchal 2002). Une nette distinction ressort entre la période gauloise où les implantations suivent la courbe de C14 et la période gallo-romaine où ce n’est plus le cas, traduisant une autre logique qui ne tient plus compte des changements du facteur hydrique (causes socio-économiques ?). Ce schéma constitue une hypothèse de travail à critiquer.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8338/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Fig. 10. Plan du site de Venette « le Bois de Plaisance » II fouillé en 2004 sur le rebord de plateau. Cet exemple doit être comparé au plan des fermes de la vallée. Cependant ce cas, encore unique, nécessite une confirmation future.
Crédits (doc. P. Maquet, P. Hébert et D. Maréchal/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8338/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau des sites évoqués dans le texte et des références correspondantes.
Légende Annexe 1. Tableau récapitulatif des phases d’occupation des sites récemment fouillés dans la moyenne vallée de l’Oise et sur les plateaux environnants. Malgré un faible nombre de site, il existe un décalage entre les deux ensembles en particulier pour les périodes de créations et d’abandons (d’après les sites cités en annexe) .
Crédits (doc. D. Maréchal/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8338/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 125k

Auteur

INRAP Nord-Picardie. CRAVO, 21 rue des Cordeliers, 60200 Compiègne. denis.marechal@inrap.fr

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search