Version classiqueVersion mobile

Silva et saltus en Gaule Romaine : Dynamique et gestion des forêts et des zones rurales marginales

 | 
Vincent Bernard
, 
François Favory
, 
Jean-Luc Fiches

1. Marais et zones humides

Escolives-Sainte-Camille (Yonne) : choix et aménagements d’une zone humide pour l’implantation d’une villa gallo-romaine

Pascale Laurent et Cédric Dagobert

Texte intégral

  • 1 Laurent P., ″Notice 155 – Escolives-Sainte-Camille″, in : Delor J.-P. (dir.), Carte archéologique d (...)

1Le site d’Escolives se trouve à l’extrême nord du territoire des Éduens au Haut-Empire puis dans la cité d’Auxerre à partir de la fin du IIIe siècle (province de Lyonnaise IV) (fig. 1). Il a été implanté en rive gauche de la moyenne vallée de l’Yonne, à cheval entre la basse terrasse et le versant, composé de plateaux calcaires (fig. 2). Le site fait l’objet de recherches archéologiques depuis 1955. Les occupations successives des Ier, IIe et début du IIIe siècle de notre ère sont assez mal connues. Les fouilles, menées sur près d’un hectare, ont mis au jour des bâtiments dont les fonctions ne sont pas toujours identifiées, à l’exception des thermes et de l’aménagement d’une source vauclusienne, la source du Creusot. À partir de la 2e moitié du IIIe siècle, le plan des structures et les découvertes archéologiques montrent nettement en revanche qu’il s’agissait d’une villa1 (fig. 3).

  • 2 Dans le cadre d’une maîtrise soutenue en 1998 : Dagobert C., Étude géomorphologique et géo-archéolo (...)

2Avant l’implantation gallo-romaine, quelques investigations géoarchéologiques2 et paléoenvironnementales mettent en évidence un ensemble de paléochenaux correspondant à un ancien lit de l’Yonne et/ou à des bras de cette rivière (fig. 4 et 5). Ces paléochenaux se sont comblés à partir de la fin du Néolithique et durant l’âge du Bronze.

3Leur présence a créé un milieu naturel assez humide, en particulier pour le cas d’un paléochenal quasi colmaté, dont le tracé a dû être emprunté par l’écoulement de la source du Creusot (fig. 6).

4L’étude des structures gallo-romaines a permis de constater des aménagements importants de ce milieu (fig. 7) :

  • apport de remblais (sous forme de colluvions cryoclastiques prélevés à proximité) (fig. 8) ;
  • fondations de murs très profondes à l’emplacement du paléochenal colmaté (les sédiments fins issus de la décantation en environnement humide provoquent une instabilité du sous-sol) (fig. 9) ;
  • réemploi de blocs de pierres, dont la plupart sont sculptés (fig. 10).
  • 3 Texte rédigé par Bui Thi Mai et M. Girard, Laboratoire de palynologie du CEPAM, Valbonne, lors de l (...)
  • 4 Texte rédigé par K. Lundström-Baudais, Laboratoire de Chrono-écologie, Université de Franche-Comté, (...)
  • 5 Texte rédigé par I. Figueiral, Laboratoire de Paléobotanique, Environnement et Archéologie, URA 147 (...)

5La fouille et l’analyse stratigraphique du captage de source (fig. 11 et 12), ainsi que les résultats des études palynologique3, carpologique4 et xylologique5 qui y ont été menées témoignent également de l’anthropisation du milieu à l’époque gallo-romaine (fig. 13 et 14). Un premier aménagement, au Haut-Empire, mal connu car détruit par celui du Bas-Empire, fut probablement réalisé en bois. Seuls quelques résidus, dont une poutre, ont été retrouvés sous un des murs tardifs. Il est possible que ce lieu ait servi de sanctuaire de source, sans doute privé, car des ex-voto ont été découverts (un en bois figurant des poumons, deux en pierre figurant des bébés emmaillotés et une quinzaine de plaques de bronze figurant des yeux ou des seins). L’aménagement du Bas-Empire, fin IIIe ou début IVe siècle, est le mieux connu, avec la construction de murs en gros appareil. Les colluvions tombant du haut du plateau calcaire vers la source ont petit à petit comblé l’aménagement gallo-romain de la source au Moyen Âge et à l’époque moderne.

Fig. 1. Localisation d’Escolives en Gaule romaine au IVe siècle.

6À la lumière de ces résultats, le choix d’une zone humide en fond de vallée, a priori peu propice pour l’implantation de bâtiments, s’explique mieux. Les aménagements nécessaires pour rendre le sous-sol plus stable ont été compensés par la présence de la source vauclusienne. Cette dernière a sans doute été un critère important dans le choix des Gallo-romains, tant pour son utilisation pour l’alimentation que pour son possible caractère sacré au Haut-Empire. L’instabilité du sol due à l’humidité a été compensée par le maçonnage et la stabilisation des berges vers la source du Creusot. Ceci a été accompagné d’apport de remblais, de fondations profondes et en gros blocs de réemploi dans la zone du paléochenal.

Fig. 2. Carte géologique d’Escolives et de ses environs.

Fig. 3. La villa d’Escolives au IVe siècle : en rouge les structures fouillées et les sondages, en bleu les structures repérées par photographie aérienne

Fig. 4. Escolives-Saint-Camille : paléochenaux et structures du Néolithique à la Tène.

Fig. 5. Localisation des coupes et logs étudiés sur le « Pré du Creusot », le ru du Creusot, la source du Creusot et le « Pré de la Planche ».

Fig. 6. Coupe longitudinale du ru du Creusot en aval du moulin d’Escolives..

Fig. 7. Localisation des observations stratigraphiques.

Fig. 8. Relevé de la stratigraphie en 1992.

© P. Laurent.

Fig. 9. Fondations profondes du mur de la grande cour.

© R. Kapps.

Fig. 10. Réemploi de blocs sculptés en fondation du mur de la piscine froide.

© J.-P. Grégoire.

Fig. 11. Vue du bassin de captage de source gallo-romain en cours de fouille (1986).).

© D. Prost.

Fig. 12. Angle du mur en gros appareil du captage de source et la poutre en chêne sur laquelle le mur est fondé.).

© D. Prost

Fig. 13. Localisation du captage de source.

Fig. 14. Coupe reconstituée du captage de source du Creusot.

Notes

1 Laurent P., ″Notice 155 – Escolives-Sainte-Camille″, in : Delor J.-P. (dir.), Carte archéologique de la Gaule : Yonne 89/1, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Ministère de l’Éducation Nationale, Ministère de la Recherche, Ministère de la Culture et de la Communication, Conseil Général de l’Yonne, Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 2002, p. 345-354.

2 Dans le cadre d’une maîtrise soutenue en 1998 : Dagobert C., Étude géomorphologique et géo-archéologique : exemple sur le site archéologique d’Escolives-Sainte-Camille (Yonne), Mémoire de Maîtrise des Sciences de la Terre, Université de Bourgogne, année 1997-1998, 30 p., 41 fig. puis avec l’analyse de la documentation géologique et archéologique disponible sur le site d’Escolives.

3 Texte rédigé par Bui Thi Mai et M. Girard, Laboratoire de palynologie du CEPAM, Valbonne, lors de la fouille en 1986 (texte actualisé en 2001).

4 Texte rédigé par K. Lundström-Baudais, Laboratoire de Chrono-écologie, Université de Franche-Comté, Besançon) lors de la fouille 1986-1987.

5 Texte rédigé par I. Figueiral, Laboratoire de Paléobotanique, Environnement et Archéologie, URA 1477 CNRS, Montpellier, texte actualisé en 2000.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation d’Escolives en Gaule romaine au IVe siècle.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8323/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Fig. 2. Carte géologique d’Escolives et de ses environs.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8323/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 3. La villa d’Escolives au IVe siècle : en rouge les structures fouillées et les sondages, en bleu les structures repérées par photographie aérienne
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8323/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Fig. 4. Escolives-Saint-Camille : paléochenaux et structures du Néolithique à la Tène.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8323/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 5. Localisation des coupes et logs étudiés sur le « Pré du Creusot », le ru du Creusot, la source du Creusot et le « Pré de la Planche ».
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8323/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Fig. 6. Coupe longitudinale du ru du Creusot en aval du moulin d’Escolives..
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8323/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 7. Localisation des observations stratigraphiques.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8323/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Fig. 8. Relevé de la stratigraphie en 1992.
Crédits © P. Laurent.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8323/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 9. Fondations profondes du mur de la grande cour.
Crédits © R. Kapps.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8323/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Fig. 10. Réemploi de blocs sculptés en fondation du mur de la piscine froide.
Crédits © J.-P. Grégoire.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8323/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Fig. 11. Vue du bassin de captage de source gallo-romain en cours de fouille (1986).).
Crédits © D. Prost.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8323/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Fig. 12. Angle du mur en gros appareil du captage de source et la poutre en chêne sur laquelle le mur est fondé.).
Crédits © D. Prost
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8323/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Fig. 13. Localisation du captage de source.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8323/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Fig. 14. Coupe reconstituée du captage de source du Creusot.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8323/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

Auteurs

Archéologue responsable du site d’Escolives-Sainte-Camille. archeo.escolives@wanadoo.fr

Géoarchéologue, membre associé de l’UMR 5594, Université de Bourgogne (2000-2002). Directeur de projets informatique chez BNP Paribas. cedricdagobert@yahoo.fr

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search