Version classiqueVersion mobile

Silva et saltus en Gaule Romaine : Dynamique et gestion des forêts et des zones rurales marginales

 | 
Vincent Bernard
, 
François Favory
, 
Jean-Luc Fiches

1. Marais et zones humides

La villa gallo-romaine de Mageroy construite dans un creux marécageux (Belgique, province du Luxembourg, Habbay-la-Vieille)

Laetitia Zeippen-Bergmann

Texte intégral

1. Présentation générale du site

1C’est en Belgique, au sud de la province de Luxembourg, en Lorraine belge, que se situe le site de la villa gallo-romaine de Mageroy, fouillée depuis 1986 par l’asbl ARC-HAB.

2À l’époque romaine, celle-ci occupait un espace dans le nord de la Gaule, plus précisément en Gaule Belgique. Elle se situait aux limites nord-ouest de la cité des Trévires à quelque cinq kilomètres, à vol d’oiseau, au nord de la station d’Étalle sur la voie Reims-Trèves et à quelque 13 km du vicus d’Arlon, Orolaunum (à l’est - nord-est). Elle a été implantée dans le bassin moyen de la Rulles, principal affluent de la Haute Semois, dans une vallée au relief assez accidenté et dont le talweg s’oriente est-ouest.

3Le domaine de la villa couvrait les deux rives de la Rulles, mais la partie retenue pour ériger les bâtiments fut la rive gauche, aux abords de la naissance d’un petit ruisseau intermittent, le « Mageois », alimenté par plusieurs sources nées dans le Rhétien. Coulant des pieds de la cuesta, au sud, il rejoignait, à 400 m de la villa, le Laid Ruisseau venant de l’est et dont le débit était et est resté beaucoup plus important. Ce dernier se jette dans la Rulles à Habay-la-Vieille.

4Le petit ruisseau qui portera par la suite le nom du site, « ruisseau du Mageois » détermine la physionomie de la villa en la divisant en deux. L’ensemble bâti de la villa a en effet été construit autour de la source principale, celle-ci se situant actuellement à quelques mètres au sud-ouest du complexe résidentiel. La partie occidentale de la villa sera construite au pied du versant ouest, tandis que la partie orientale le sera au sommet du versant est, en bordure de terrasse. À l’origine, à la naissance du vallon, sur le côté est du ruisseau et perpendiculairement à lui, se raccordait un creux d’une soixantaine de mètres de long environ. C’est exactement dans l’axe de ce creux marécageux que le complexe résidentiel sera édifié.

5À moins de 100 m de la cour agricole, vers le nord, les eaux d’une seconde source viennent grossir le ruisseau qui formait naguère à cet endroit un vivier. Par temps sec, le ruisseau de Mageroy n’est plus guère actif de nos jours, une petite conduite souterraine l’ayant remplacé en 1988.

6L’ensemble du domaine se situe à cheval sur la limite séparant deux régions naturelles, l’Ardenne et la Gaume (Lorraine belge), et couvre à la fois des schistes du Primaire (versant nord) et des marnes du Secondaire (versant sud). La zone bâtie du domaine sera, elle, située sur le versant sud.

7Contrairement à ce qui est l’habitude pour la situation des villae dans le paysage, le maître de Mageroy n’a pas fait choix d’une position largement dominante, ni d’une orientation plein sud ou sud-ouest. En effet, le point le plus bas de la vallée a été mesuré au niveau de la Rulles à 355 m. La villa a été bâtie à une altitude de 375 m environ. Il a donc choisi, au contraire, d’installer ses bâtiments sur un versant s’inclinant vers le nord et, qui plus est, dans un petit vallon humide avec la vue fermée tant à l’est et à l’ouest qu’au sud. Mais malgré tout, de son vallon, il avait vue sur la vallée de la Rulles et sur son versant nord où s’étendait la plus grande partie de son domaine.

1. La maîtrise de l’eau

2. 1. Phase I

8Au début du IIe siècle, le site de Mageroy était un terrain en pente, très marécageux et de plus boisé. Les ouvriers ont dû réaliser d’importants travaux d’aménagement afin de rendre cet endroit habitable. Ils ont tout d’abord commencé à déboiser, puis ils ont détourné les eaux en creusant un grand fossé périphérique. Ensuite, pendant la construction de la villa primitive, les ouvriers ont dû niveler le terrain en apportant plus de 2000 m3 de sable.

2.1.1. Le grand creux naturel est-ouest

9Lors de l’installation de la villa primitive, les constructeurs romains ont fortement modifié le relief du terrain. Des fouilles profondes ont donc été nécessaires pour tenter de retrouver le sol naturel du site et d’en reconstituer le relief.

10La villa primitive a été installée dans le sens de sa longueur dans un creux marécageux orienté est-ouest (fig. 1). Celui-ci se raccordait perpendiculairement au creux naissant du vallon. Sur une distance de 65 m, le fond de ce creux est-ouest présentait une différence de niveau de près de 4 m. Afin d’étudier ce creux est-ouest, une grande tranchée a été réalisée, perpendiculairement au pignon ouest de la villa primitive et au ruisselet actuel.

11Au fond du creux, l’humus naturel a été conservé en place. À partir de 20,50 m du pignon ouest, la pente s’accentue soudain pour rejoindre le creux naissant du vallon dirigé vers le nord, atteignant par endroits 33 % de moyenne avec un court tronçon à 50 %.

12Entre les cotes -398 et -452 et sur une longueur de 3,30 m, le fond de la partie la plus basse est couvert d’une couche de déchets de bois de 0,02 à 0,06 m d’épaisseur avec quelques paquets atteignant 0,10 m de haut. Cette couche renfermait notamment des écorces de hêtre encore recouvertes de mousse, des branchettes, des épines, de nombreuses noisettes, des faines, des noyaux de cerises, de prunelles, de prunes, de pêches, des grains de blé, des herbes, deux petites pièces d’applique en bois moulurées et terminées par un tenon à chaque extrémité, quelques tessons de céramique, des morceaux de verre et des ossements. Cette couche comportait également une strate de terre rougie au feu. Tout cela forme la plus ancienne couche du site, contenant du matériel romain.

13Suite aux premiers travaux sur le site, le creux s’est rapidement comblé d’alluvions sur une hauteur de 0,50 à 0,65 m. Ces alluvions renferment quelques poches d’humus, quelques branchettes et trois fragments de cône d’épicéa.

2.1.2. Les bois sous la terrasse

14À 8,30 m à l’ouest du pignon ouest, conservés grâce à l’humidité du sol et sous plus de 2,20 m de remblais, nous avons découvert une série de bois alignés : trois poteaux, trois planches et deux traverses.

15La base du premier poteau était plantée à 0,36 m de profondeur dans le sol en place. À 4,60 m plus loin vers l’ouest, un autre poteau était planté à environ 0,30 m de profondeur. Entre ces deux poteaux et sur le même alignement, c’est un petit bois qui a été retrouvé planté. Le sol étant trop boueux, il n’a pas été possible de voir si c’est de cet endroit ou d’un autre que la machine a arraché un troisième poteau. Seuls deux poteaux ont pu être datés par la dendrochronologie, l’un d’après 61 et l’autre d’après 83. Le dernier daté d’après 40 n’a pas été mesuré en entier, ce qui ne permet pas de tenir compte de cette datation. Ces différents bois ne possédaient plus leur aubier (Eeckhout, Houbrechts 2003 : 5).

Fig. 1. Photographie aérienne de la villa gallo-romaine de Mageroy (2004).

16À 0,20 m à l’ouest du poteau est, trois planches et deux traverses en chêne reposaient sur une couche d’argile plastique bleue de 0,06 m d’épaisseur. Plus ou moins parallèles, ces planches étaient distantes l’une de l’autre de 0,14 m (1ère - 2ème) et de 0,14 à 0,22 m (2ème - 3ème). Leur extrémité est reposait sur deux traverses plus ou moins perpendiculaires (fig. 2).

17Un sondage au sud-ouest du complexe résidentiel a permis de retrouver un autre poteau, à 13,50 m au sud du poteau ouest. Celui-ci était planté à 0,30 m de profondeur dans le sol en place.

18À 2,35 m au nord du deuxième poteau cité ci-dessus, a été découvert un piquet en hêtre. Pour faciliter son plantage, sa pointe a été taillée sur deux faces. Planté dans l’alignement de deux autres poteaux, ce piquet devait servir de point de repère pour aligner une série de gros poteaux. L’écartement entre chacun de ceux-ci devait dépasser 3,50 m. Tout cet arrangement de poteaux, de planches et de traverses fait penser à une installation pour le séchage de planches.

Fig. 2. Planches découvertes sous la terrasse artificielle.

2.1.3. Le grand fossé périphérique

19Avant la construction de la terrasse artificielle, tout l’espace destiné à la construction de la villa primitive est ceinturé sur trois côtés par un grand fossé. Du côté est, celui-ci a été découvert à 9,70 m du pignon est de la villa primitive. Sa largeur atteint environ 3 m, sa profondeur est d’environ 0,85 m au niveau -175. Le fond se présente en cuvette. Haute de 0,40 m, la vase du fond du fossé renferme quelques fragments de tuiles.

20Après un long détour par le sud où il suit une pente d’environ 2,5 %, nous le retrouvons dans la grande tranchée de fouille, à 24 m du pignon ouest. Ici, sa largeur au sommet est de 3,40 m et son fond se présente comme une large cuvette qui atteint 1,80 m de large. À l’endroit de la coupe, sa profondeur dans le sol en place est de 1,05 m ; son fond se situe à -430.

21Situé en contrebas, à l’ouest de la villa primitive, le fossé s’est rapidement ensablé.

22Les deux tiers du fossé se trouvent déjà comblés quand commence seulement l’aménagement de la terrasse artificielle.

23Après la construction de la terrasse, un mélange d’argile et de sable, gris clair à gris foncé, renfermant quelques poches d’humus et quelques pierres, vient encore combler le fossé sur une épaisseur de 0,20 m de hauteur. Le niveau du fond du fossé se stabilise alors vers – 395.

2.1.4. La terrasse artificielle

24Pour niveler le terrain en pente et édifier la terrasse artificielle, un important volume des terres a été apporté. Il peut être estimé à plus de 2000 m3 de sable. Mais avant de commencer l’apport de terre, il a fallu d’abord creuser les tranchées destinées aux fondations de la villa primitive et ensuite commencer à monter ces fondations. Le secteur situé à l’ouest de la maison étant le plus profond, c’est de ce côté que l’édification de la terrasse a commencé sur une hauteur pouvant atteindre deux mètres afin de contrebuter les fondations.

2.1.5. Les pignons est et ouest

25L’élévation du pignon oriental est conservée sur une hauteur de 1,50 m à 1,65 m, soit sur douze assises. Seules les deux dernières dépassent le sol des pièces, les quatre dernières du parement extérieur dépassent de la terrasse artificielle.

26Les fondations du pignon occidental sont hautes de 2,40 m dont la moitié supérieure est noyée dans les remblais de la terrasse artificielle. Les fondations sont larges de 0,85 m et leur élévation large de 0,72 m. Celle-ci n’est conservée qu’à son extrémité nord sur une longueur de 1,65 m et sur une hauteur maximum de six assises et son extrémité sud sur 4 m de long. Le mur du pignon ouest est enterré sur 3,55 m du côté extérieur (3,85 m du côté intérieur).

2.1.6. La cave

27Il a fallu également drainer le sous-sol dans le complexe résidentiel en se basant sur les fondations, celles-ci devant être reliées par un drain au fossé périphérique. La cave présente un exemple de système d’évacuation des eaux.

28Pendant plusieurs années, les eaux infiltrées dans la cave s’évacuaient par le vaste réseau des fondations du corps de logis. Ce système n’étant plus assez efficace, un drain a été construit à travers la terrasse nord. Le réseau des drains du fond de la cave semble dater de cette époque.

29Creusée à travers la couche d’occupation sur terrasse, la tranchée du premier drain (phase I) est large de 1,20 m environ. Celle-ci n’a pas encore été étudiée en profondeur.

30Après la construction des murs de la petite cour et la pose de la première grosse couche de remblai, le premier drain s’est bouché, écrasé sous le poids des trois murs (intérieur, sud et ouest) du logement secondaire ouest qui le recouvrent depuis peu. Un nouveau drain (phase II) est alors ouvert d’urgence, refait à neuf depuis la cave. En surface, la largeur de sa tranchée dépasse souvent 2 m. En dehors de la petite cour où sa profondeur est bien moindre, sa largeur se réduit de 1,25 m à 0,65 m.

31Le drain aboutissant dans le mur du bassin a été dégagé sur une longueur de 8 m à son extrémité ouest. Pour le passage du drain, le sommet des fondations du mur ouest de la petite cour et la base de son élévation sont entaillés. Les parois du drain sont réalisées en schistes empilés, quelques grès verts étant parfois présents. De grandes dalles de schiste le recouvrent, la plus grande mesure 0,75 m sur 0,50 m. À l’arrière des parois et sur les dalles de couverture, des petites pierres de schiste sont empilées. Large de 0,13 à 0,15 m, le conduit du drain est haut de 0,40 m sur une longueur de 1 m, de part et d’autre du mur de la petite cour. Dans la pente qui s’accentue jusqu’à 10 %, sa hauteur diminue progressivement pour ne plus dépasser 0,20 m à sa sortie dans le mur du grand bassin.

32À l’extérieur de la petite cour, le drain est recouvert de plusieurs grands morceaux d’amphores jusqu’à 0,40 m de longueur, puis de sable argileux gris-brun.

2.1.7. Le bassin

33Les eaux provenant de la cave sont rejetées dans le bassin situé en contrebas. Ce dernier a fait l’objet d’une fouille pluridisciplinaire cet été 2004.

34Le bassin est ceinturé d’un gros mur de schiste monté à sec, d’une hauteur maximale de 1,50 m (fig. 3). La superficie atteint plus de 800 m2 (fig. 4). Il est unique par sa forme et par sa taille dans le nord de la Gaule. Il était alimenté directement par le petit ruisseau qui passait en son milieu.

35Lors du creusement du bassin, au milieu du IIe siècle ap. J.-C., les Gallo-romains ont réalisé deux drains de part et d’autre de celui-ci, tous deux orientés nord-sud afin de détourner les eaux du ruisseau.

36Ce bassin nous a livré de nombreuses découvertes aussi inédites qu’inattendues. Deux grands tuyaux en bois de plus de 2 m chacun (diamètre : +/- 30 cm) ont été découverts dans les remblais au fond du bassin. Ils ont été abattus entre 190 et 200 ap. J.-C. (Eeckhout 2004 : 5). La couche inférieure à ce niveau a livré les témoins du couvert végétal du début de l’occupation du site : on y a découvert des noisettes, des noyaux de prunelles, des faines, de la mousse et même des feuilles d’arbres. Les morceaux de branches et de branchettes ne se font pas rares à côté des morceaux de planches et de chutes de bois. Nous avons également mis au jour deux fragments de bois tournés et une décoration de meuble, en bois, se tenant à la verticale.

37Deux lots de bois ont été envoyés au laboratoire dendrochronologique de Liège. Le plus ancien morceau de bois en chêne a été daté d’après 47 et la planche la plus récente, en chêne, d’après 244 (ibid.).

38Des terrassements antérieurs au mur indiquent qu’une mare très profonde avait été aménagée avant la construction du bassin.

Fig. 3. Vue du quadrant sud-ouest du bassin.

Fig. 4. Photographie aérienne de la villa gallo-romaine de Mageroy (1999).

2.1.8. Les captages d’eau pour les bains

39La situation de la villa en fond de vallée a également permis, à partir des captages aménagés sur le flanc est du vallon, d’obtenir l’eau courante par gravité (fig. 5).

40À l’est du complexe résidentiel, les captages d’eau se répartissent en deux réseaux situés de part et d’autre de la grange dans la cour agricole. Ces deux réseaux sont dirigés vers l’installation des bains, mais leur extrémité a disparu sur une grande longueur.

41Ces drains sont réalisés en schiste. Les pierres des parois sont soit empilées en forme de muret, soit plantées de chant ; ces dernières sont souvent arrachées par les labours dans la partie proche du complexe résidentiel. Un type mixte existe dans certains tronçons du réseau nord-est où les pierres sont de chant du côté gauche et empilées du côté droit où l’eau se concentre en raison de la pente latérale du terrain.

Le réseau nord-est

42Généralement dépourvus de leur couverture, ces drains sont comblés d’une terre fine qui ne renferme que très peu de matériel. Dans le décapage proche du complexe résidentiel, leurs vestiges apparaissent à une profondeur de 0,20 m à 0,32 m sous le niveau du sol actuel ; mais plus à l’est, sous un relief plus élevé, ils s’enfoncent jusqu’à 0,80 m sous le gazon. Un collecteur réunit quatre drains orientés entre le nord et l’est. Le tronçon situé après la réunion des drains a été refait au moins trois fois. Le collecteur nord-est disparaît à 41 m des bains.

Le réseau sud-est

43Suite à une série limitée de sondages, un seul drain venant du sud-est a été découvert. Il a été repéré sur une longueur de 19 m. Réalisée en dalles de schiste, sa couverture se situe de 0,40 à 0,45 m de profondeur sous le sol actuel. Ce drain disparaît à 31 m des bains.

Fig. 5. Plan de la cour agricole de la villa de Mageroy.

2.1.9. Le puits

44À la fin du IIIe siècle, lors de la réoccupation du site après l’incendie, un puits a été construit dans la petite cour. Il mesure 0,70 m de diamètre intérieur. Le mur le cerclant est large de 0,32 à 0,40 m. Il a été construit à l’aide de matériaux de réemploi : du schiste, des grès verts et des grès jaunes parmi lesquels des moellons et des voussoirs rougis par le feu.

45La base du mur se situe à 2,50 m sous le niveau du sol de la cour (ou -2,70). Sous ce mur, des planches de chêne incurvées, hautes de 0,60 m, formaient le cuvelage, soit un fond se situant à 3,10 m vis-à-vis du sol de la cour (ou - 3,30).

46Voilà comment sur le site de Mageroy, les habitants ont maîtrisé l’eau. Mais la question reste posée : « Pourquoi donc s’être installé sur ce site qui a demandé tant de travaux d’aménagement avant d’être habitable ? ». La terrasse artificielle sur laquelle reposait la villa primitive a été formée principalement par des couches de sable, matériau plus sec et plus chaud que les matériaux naturels environnants. Cette zone constituait ainsi un « microclimat » !

Bibliographie

Références bibliographiques

EECKHOUT J., HOUBRECHTS D., 2003 – Rapport d’analyse dendrochronologique. La villa gallo-romaine de Mageroy à Habay-la-Vieille (Habay), Université de Liège, Laboratoire de dendrochronologie, 14 p., 2 fig.

EECKHOUT J., 2004 – Rapport d’analyse dendrochronologique. La villa Mageroy (Habay) Quadrant S-O du bassin, Université de Liège, Laboratoire de dendrochronologie, 13 p., 2 fig.

GRATIA H., 2004 – Mageroy – Habay-la-Vieille. Le chantier de construction de la villa primitive, Asbl ARC-HAB, 17 p., 2 fig.

GRATIA H., HALBARDIER B., 2000 – Habay-la-Vieille : la villa du Mageroy après 14 années de fouilles, dans ARC-HAB, n° 37, 16 p., ill.

TAILDEMAN-PIETTE V., GRATIA H., HALBARDIER B., 2000 – Terrasse et bassin. Rapport 1999, dans ARC-HAB, n° 36, p. 1-8, 8 fig., 2 plans.

TAILDEMAN-PIETTE V., HALBARDIER B., GRATIA H., 2001 – Mageroy - Habay-la-Vieille : Une maison sur un marécage, dans ARC-HAB, n° 38, p. 1-11, 15 fig., 1 plan.

ZEIPPEN L., 2004 – Mageroy – Habay-la-Vieille. Le bassin : pisciculture ou réserve d’eau ?, Asbl ARC-HAB, 3 p.

ZEIPPEN L., 2004 – La villa gallo-romaine de Mageroy à Habay-la-Vieille (Lux.: étude de l’occupation du site, Université Catholique de Louvain, 323 p., 12 cartes, 25 plans, 83 coupes, 59 figures, 3 planches.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Photographie aérienne de la villa gallo-romaine de Mageroy (2004).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8313/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Fig. 2. Planches découvertes sous la terrasse artificielle.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8313/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 3. Vue du quadrant sud-ouest du bassin.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8313/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 4. Photographie aérienne de la villa gallo-romaine de Mageroy (1999).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8313/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 5. Plan de la cour agricole de la villa de Mageroy.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8313/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 29k

Auteur

Collaboratrice scientifique (IAL) attachée au Musée Archéologique d’Arlon. l.zeippen@ial.be

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search