Version classiqueVersion mobile

Donner des raisons morales. Problèmes de l’éthique kantienne

 | 
Isabelle Pariente-Butterlin

Deuxième partie. Distinction entre les actions et les événements

Chapitre 3. Comment décrire nos actions ?

Texte intégral

1La question de la description se pose dans la lecture de la Question casuistique sur le suicide. Il s’agit de déterminer ce qu’il est possible d’en dire. Ce problème intervient tout particulièrement dans le champ moral, à travers la question des excuses, et plus fondamentalement encore à travers la question de la maxime. Qu’avons-nous fait ? C’est la question à laquelle il faut être capable de répondre, pour déterminer l’imputabilité de l’action et pour la reconnaître ou la récuser. Car si, dans un premier temps, cette question avait pu sembler être écartée du champ kantien par l’unicité de la question que nous devons poser pour savoir comment agir et pour déterminer ce qu’ordonne la raison, elle me semble être réintroduite, malgré tout, simplement parce qu’il y a des questions casuistiques.

  • 1 Je reviendrai plus loin sur le lien entre les descriptions des actions, et leur évaluation normativ (...)

2Cet argument ne serait qu’un argument de fait s’il ne débouchait sur une question qui me semble bien être celle de la description de l’action de Curtius : convient-il de dire qu’il se suicide ? ou bien faut-il non pas dire qu’il se suicide mais qu’il se donne la mort dans l’intention de sauver le peuple romain ? Si nous ne disons pas la même chose, la résolution normative ne sera pas non plus la même1. Car la première description, en ce qu’elle est impossible à universaliser, mène inévitablement à la condamnation, alors que la seconde ne se laisse pas si aisément écarter, bien qu’elle ne soit pas facile non plus à universaliser.

  • 2 Je n’en parlerai pas ici, mais cette question est bien connue et bien identifiée dans le processus (...)

3Or cette situation est difficile à résoudre, tant d’un point de vue éthique que du point de vue de la construction théorique de la solution : est-il possible de hiérarchiser les descriptions ? S’il demeure vrai que la qualification2 de l’action implique un jugement moral, il y a une articulation qui se met en place entre la morale et le langage, via l’explicitation de ce que nous faisons. C’est la raison pour laquelle je pense qu’il faut interroger l’explicitation et les questions qu’elle fait naître en propre, indépendamment des questions morales. Il est difficile, évidemment, de les distinguer entièrement. Mais on est en droit, me semble-t-il, de se demander si la procédure d’explicitation, et en particulier la version kantienne de cette procédure, n’a pas, par contrecoup, des effets qu’il faut analyser. Il ne peut pas être entièrement neutre de faire intervenir la maxime et l’explicitation que demande la maxime dans le champ de l’action.

4La distinction que je propose de faire est, de ce point de vue, la même que celle que propose Kit Fine à propos des objets matériels :

  • 3 K. Fine, « The Non-Identity of a Material Thing and Its Matter », Mind, vol. 112, n° 446, p. 195-23 (...)

« I have been concerned not with material things themselves, but with our language for talking about material things »3.

5Il envisage d’ailleurs lui-même une analogie profonde entre la différence de l’objet avec sa matière, et la différence de l’événement avec l’acte. Cela pose évidemment la question du réalisme et de sa limite, ainsi que la question de l’entrée dans une conception conceptualiste que je n’entends pas adopter mais qui se profile derrière ces questions. Sans l’ignorer, je ne m’engage pas dans la voie de cette discussion qui demanderait un développement propre.

  • 4 La terminologie kantienne m’intéresse, indépendamment des solutions normatives qu’elle implique, ca (...)

6Revenons, sous cette détermination, à la question du suicide. J’ai tendance à comprendre la difficulté que soulève le cas du suicide dans ces termes : cet événement, à savoir se tuer soi-même, peut coïncider dans le monde avec deux actions différentes4, se suicider et commettre un homicide contre soi, dont les descriptions concurrentes sont difficiles à départager. Il est donc légitime de se demander si certaines difficultés morales ne viennent pas de la procédure d’explicitation dont Kant se réclame et qui est, de manière générale, une part importante de la philosophie pratique.

7La question de la description des actions ne nous confine assurément pas à une position conceptualiste, et ne nous oblige pas à abandonner une conception réaliste. Elle se pose en particulier à propos des conséquences de nos actions et de la façon dont nous acceptons ou dont nous refusons de nous les voir imputer. Elle est liée directement au problème que la logique déontique permet de formaliser, et il me semble plus simple, pour le saisir au départ, de partir de sa formulation logique :

de ce que je veux p et de ce que p implique q, je ne peux pas conclure que je veux q.

8La question de la description s’inscrit donc dans la question plus vaste de savoir si, alors que je ne veux pas q, je peux dire que j’ai provoqué q, que je suis l’auteur de q, que je suis responsable de q, toutes ces traductions dans la langue naturelle étant à mon sens, des questions différentes, ou dont au moins il faut montrer qu’elles se superposent, qu’elles s’entrecroisent mais qu’elles doivent demeurer distinctes, au moins dans notre esprit.

  • 5 Je n’évoquerai que très rapidement deux aspects de la construction juridique de la responsabilité q (...)

9La causalité ne doit assurément pas être confondue avec la responsabilité : leurs liens demandent classiquement à être interrogés, il n’est besoin pour cela que de voir les complexités de la construction juridique de la responsabilité5. Et la causalité, comme la responsabilité que je peux avoir d’un certain état du monde, ne disent pas si je me reconnais comme l’auteur volontaire de cet état du monde : je peux considérer que tout cela est arrivé malgré moi mais que signifie ce malgré moi ? S’il y a des actions qui émanent de moi, mais dans lesquelles je ne reconnais rien de ce que j’entendais y mettre, quelle signification ces actions ont-elles pour moi ? En quel sens en suis-je le sujet ? Ces premières approximations de la question demanderont bien évidemment à être précisées.

10Cette interrogation sur la causalité et la responsabilité recoupe la notion d’agentitivité telle qu’elle se déploie chez Davidson, contre l’effet accordéon : comment traiter des actions qui pourraient recevoir des descriptions intentionnelles et des descriptions non-intentionnelles ? Je ne reprendrai pas l’ensemble de cette discussion mais j’en tire argument pour proposer une distinction entre l’action et l’événement : si l’événement peut recevoir des descriptions qui, par substitution d’expressions équivalentes, conservent la même valeur de vérité, de telles substitutions sont problématiques à propos de l’action.

  • 6 D. Davidson, Actions et événements, 1993, p. 79-82.
  • 7 Ce problème, je le souligne, n’est pas exactement le même que celui que propose Anscombe, dans Inte (...)

11Ainsi, à propos de l’événement6, il est possible de dire sans que cela nous pose de problème que « Hamlet a tué l’homme derrière le rideau (Hdr) », que « Hamlet a tué Polonius (P) » et que « Hamlet a tué le père d’Ophélie (PO) », puisque Hdr, P et PO ne sont qu’un seul et même homme qu’on peut désigner de ces manières différentes, et d’autres encore. La substitution de ces descriptions ne pose pas de problème quant à la description de l’événement. Et certes, en faisant ces remarques, je tiens compte de la façon dont nous parlons des événements, et de la façon dont nous parlons des actions. Car inversement, à propos des actions, une telle possibilité ne nous est pas donnée aussi ouvertement : si je peux dire que c’est intentionnellement que Hamlet a tué Hdr, je dirais que ce n’est pas intentionnellement que Hamlet a tué le PO, de même que ce n’est pas intentionnellement qu’il a tué P7.

12Toutes ces descriptions identifient un même événement, mais semblent en revanche identifier des actions différentes puisque l’intention de Hamlet était de tuer Hdr mais non pas de tuer P ni de tuer PO. Que des descriptions équivalentes quant à leur valeur de vérité posent problème à propos de l’action et ne posent pas problème à propos de l’événement, qu’elles identifient un événement unique mais des actions différentes me semble induire une distinction ontologique entre l’action et l’événement. Il est en effet possible de dire qu’elles identifient des actions différentes puisque l’action (tuer Hdr) est, de la part d’Hamlet, une action intentionnelle alors que les actions (tuer P) ou (tuer PO) ne sont pas, de sa part, des actions intentionnelles.

  • 8 Davidson, 1984.
  • 9 P. M. Pietroski, « Actions, Adjuncts, and Agency », Mind, vol. 107, No 425, (Jan., 1998), p. 73-111 (...)
  • 10 J’aurais en outre tendance à penser que la distinction entre action et événement telle que je la co (...)

13De telles descriptions sont concurrentes, ou convergentes en tant qu’elles identifient un seul et même événement. Je retrouve le même type d’argument que celui de Davidson8 à propos des différentes descriptions qui s’articulent les unes aux autres, qui s’appellent les unes les autres, structure que Pietrovski commente en pointant ce qui m’intéresse dans cet argument, à savoir que toutes ces descriptions ont pour vérifacteur le même événement9. En revanche, elles ne décrivent pas une action unique, puisque des actions qui ont des propriétés différentes ne sont pas des actions identiques10.

  • 11 La question se pose de déterminer comment nous traiterons les cas dans lesquels l’attribution de la (...)

14Certes, le type d’argument que je propose pourrait passer pour un argument anti-réaliste, mais il faudrait, pour le transformer complètement en un argument anti-réaliste, soutenir que la propriété de l’action dont il est question, « être intentionnelle », est elle-même une propriété sémantique. Or je soutiens que la distinction des actions qui se fait à propos d’un même événement, et qui induit à déceler plusieurs actions sous un seul événement, en ce qu’elle dépend de cette distinction entre « être intentionnelle » ou « n’être pas intentionnelle » est une distinction ontologique et non pas sémantique11. Il me semble donc que, en dépit de la dimension sémantique de cet argument, nous pouvons en inférer un distinction ontologique entre l’action et l’événement dès lors qu’il atteint en définitive la question de l’intentionnalité de l’action et que nous ne traitons pas de cette question comme d’une question sémantique mais comme d’une question ontologique.

  • 12 Je renvoie sur ce point à J.-M. Monnoyer (Ed.), Metaphysics and Truthmakers, Ontos Verlag 2007, et (...)
  • 13 Goldman, op. cit., p. 773.

15Or, ces différentes descriptions ont pour vérifacteur le même événement lorsque nous les interprétons comme parlant des événements, mais elles n’ont pas le même vérifacteur lorsqu’elles sont interprétées à propos non plus des événements mais des actions12. Pour cette raison, je ne souscris pas à l’analyse de Goldman lorsqu’il affirme : « Instead of treating actions (or events) as a primitive or irreducible category, our account reduces act tokens to persons, act properties and times »13, je proposerais d’affiner cette discussion par la distinction que je propose. Il ne va donc pas de soi à mes yeux qu’il soit possible de conserver le même grain à propos de l’action et à propos de l’événement.

16Je prendrai donc au sérieux, dans la suite de ces analyses, la possibilité d’une distinction, telle qu’elle est suggérée par Kit Fine, pour en déterminer les conséquences dans la compréhension que nous pouvons former de l’emprise normative sur l’agir humain. Cette analyse ontologique de la distinction entre action et événement prend sens au regard de la position déontologique qui, comme je le rappelais, ne prend pas en compte les résultats de notre action dans le monde. Toute la position déontologique est donc à mes yeux sous-tendue par la distinction entre action et événement, nécessaire pour continuer à penser l’action comme une contribution de l’agent à la causalité, tout en la séparant de ses résultats dans le monde.

17Nous en arrivons au point où se dessinent les modalités par lesquelles une action est rattachée à un sujet, car ce sont dans les distorsions et dans les cas difficiles de ces rattachements que nous pouvons saisir la distinction qui nous intéresse d’un point de vue ontologique entre l’action et l’événement. Il faut donc se tourner à présent vers les actions qui posent un problème à l’agentivité, par exemple parce que l’agent considère qu’il n’a pas de part active dans la production de l’événement.

Que veut dire « je n’avais pas le choix » ?

  • 14 S.Wolf, « Asymetrical Freedom », Journal of Philosophy 77, 1980, p. 151-66.

18Disjoignons tout d’abord la question de l’action de celle de la reconnaissance de soi comme auteur d’un état du monde. Cette disjonction est une des conséquences de la distinction entre action et événement. Elle se constitue en prenant appui sur elle, sans que nous y voyions cependant un argument assez fort pour revenir sur la conception de l’agentivité que défend Davidson. Une autre voie, non plus sémantique, pour faire émerger cette distinction peut se dessiner à partir de ce que Susan Wolf désigne comme la « liberté asymétrique »14. Je ne reprends pas à mon compte cette théorie, pas plus que je ne m’engage sur une définition de la liberté, qui n’est pas mon objet.

  • 15 Cette formulation ne doit pas donner à penser que je reprends à mon compte un schéma de l’action qu (...)

19La conception de la liberté asymétrique montre l’écart qui se creuse entre ce que l’agent peut penser avoir produit, et la représentation qu’il a de ce qu’il attendait15. Les situations qui nous intéressent pour saisir concrètement cette question sont bien évidemment celles dans lesquelles quelque chose advient dans le monde, et où le rapport de l’agent à cette situation est de l’ordre involontaire : dans une première approximation, nous pourrions dire que le monde s’est déployé indépendamment de l’agentivité, dans des séries causales qui ne peuvent pas être rattachées à l’agent, indépendamment de lui, et dans des directions qu’il n’avait pas voulues, peut-être même pas envisagées. En somme, le sujet n’a pas réussi à produire ce qu’il attendait. Il s’est produit autre chose et la question est de savoir quel rapport il est exact d’entretenir avec ce qui s’est produit ou qu’il a produit.

  • 16 Je désigne par circonstances ce que l’agent identifie dans le monde comme créant le contexte de son (...)

20Une saisie de ces situations peut commencer par les situations dans lesquelles l’agent considérait ne pas avoir le choix ; elles n’épuisent pas les cas dans lesquels il dirait que quelque chose s’est produit malgré lui, mais en sont exemplaires. Dans ces cas précisément, la situation n’advient pas en fonction d’une adhésion de sa part au monde, et de sa participation à ce qui est le cas, mais ego nolens volens . L’idée de Wolf est que les situations dans lesquelles l’agent considère qu’« il n’a pas le choix », recouvrent en fait deux cas radicalement différents. Si les circonstances16 paraissent entraîner inévitablement une action, il se peut qu’il en soit responsable cependant, et que cette action doive bien être identifiée comme la sienne.

21Ainsi, pour Susan Wolf, une mère qui sauverait son enfant d’un incendie en affirmant qu’elle n’aurait pas pu faire autrement serait pourtant l’auteur libre de son acte, alors qu’être empêché d’agir par les circonstances provoquerait, et c’est là l’occurrence de l’asymétrie, une situation dans laquelle nous ne serions pas l’agent de notre action, en l’espèce, notre absence d’action. Il y aurait des circonstances dans lesquelles, bien que n’ayant pas le choix entre plusieurs possibilités, nous ne sommes pas pour autant coupés de toute décision ni de toute liberté. Il ne suffit donc pas que nous n’ayons pas le choix pour considérer à juste titre que l’action accomplie par nous n’est pas la nôtre. Une telle distinction vise à contourner la position kantienne mais ce n’est pas ce qui nous occupe.

22Je tire en revanche argument de cette analyse pour disjoindre des situations qui peuvent être confondues et pour retrouver de l’agentivité dans des situations qui auraient pu donner à penser qu’elle avait disparu. La question de l’agentivité me semble bien se régler par un ancrage sur la distinction ontologique entre action et événement, et se dessiner dans une indépendance vis-à-vis, en général des circonstances de l’action, mais aussi de l’événement auquel aboutit l’action.

23Or cette indépendance ontologique entre l’action et l’événement est au fond de la possibilité qui nous est donnée d’identifier des différences indifférentes, dont nous avons déjà vu l’importance à propos de la mise en œuvre de la normativité. La différence entre l’événement et l’action permet en effet d’effacer de notre évaluation de l’action des traits constitutifs de l’événement. Sans une telle possibilité, nous ne pourrions pas assumer que les événements soient irréductiblement singuliers, alors que les actions doivent donner prise au général pour entrer dans la normativité. Certes, il peut se faire que les événements tombent sous du général, mais ils se déploient dans la singularité, alors qu’on peut dessiner cette figure en chiasme à propos des actions : toute action est singulière, mais elle est décidée sous un grain plus épais.

  • 17 H. Frankfurt, « Alternate Possibilities and Moral Responsability », The Journal of Philosophy, vol. (...)

24La prise en compte de situations dans lesquelles, nous dirions que nous n’avions pas le choix, ou que nous ne pouvions pas faire autrement, amène ainsi Harry Frankfurt à proposer une version de la responsabilité morale qui la rende compossible avec l’hypothèse du déterminisme, et qui me semble également pouvoir être soutenue par la distinction que je réactive dans ma lecture. Il réfute ainsi l’idée que la question de la liberté et du déterminisme soit un préalable nécessaire à toute position morale17 et finalement allège la réflexion morale du poids de cette question, par un argument d’une grande élégance.

25L’exemple sur lequel il s’appuie est celui du jugement de responsabilité pleine et entière que nous porterons sur Jones s’il accomplit un acte qu’il a décidé d’accomplir et si cette décision a été prise avant qu’une menace immense ne lui enlève toute possibilité de faire autrement. Or les circonstances réunies par Harry Frankfurt dans cet exemple qui, sans être improbable, n’est pas impossible donnent une version très particulière de cet « autrement » : il faut entendre par là « autrement qu’il n’a déjà décidé de le faire ». Dans ce cas, il serait alors vrai de Jones, en même temps, du fait de la coïncidence entre la contrainte qui s’exerce sur lui et la décision qu’il a prise, qu’il ne pouvait pas faire autrement, et qu’il est entièrement responsable de son acte. L’important est bien sûr que les deux affirmations puissent être vraies en même temps :

  • 18 H. Frankfurt, op. cit., p. 834.

« Coercion affects the judgement of a person’s moral responsability only when the person acts as he does because he is coerced to do so – i.e., when the fact that he is coerced is what accounts for his action »18.

26La distinction est essentielle et rend possible la responsabilité morale y compris sous l’hypothèse du déterminisme, puisqu’elle demande de dessiner une distinction au sein des situations dans lesquelles « nous ne pouvons pas faire autrement ». Parmi ces circonstances, il faudrait encore distinguer celles où nous aurions fait autrement si nous avions pu, de celles où nous aurions fait la même chose même si nous avions pu faire autrement. Que nous ne puissions pas faire autrement peut en effet recouper des situations opposées et est loin d’identifier une classe de situations uniques. Les situations diverses qui se retrouvent sous cette même description sont donc celles où une force extérieure contraint irrésistiblement, et celles dans lesquelles la contrainte qu’elle pourrait exercer ne joue pas, puisque même sans elle, c’est comme nous l’avons fait que nous aurions agi. La contrainte est annulée par la rencontre qu’elle fait de notre volonté qui se trouve être en conformité avec elle.

  • 19 Évidemment la question qui se pose est celle de la validité de la distinction entre l’action et la (...)

27Ce qui importe, pour évaluer moralement notre action, est donc de savoir non pas si nous pouvions ou non faire autrement, mais si c’est parce que nous ne pouvions pas faire autrement que nous avons agi comme nous l’avons fait. Il me semble que, pour reprendre les termes que je propose d’utiliser, cela déplace le critère d’évaluation de l’événement vers l’action. La distinction qu’il convient de mettre en œuvre, et que Harry Frankfurt dégage, joue entre le niveau factuel de ce que nous faisons, et les raisons pour lesquelles nous prenons telle décision19. Il faut savoir, entre ces deux niveaux, sur lequel joue le fait que nous ne pouvions pas faire autrement, c’est-à-dire où cette unicité du possible est intervenue dans notre saisie de la situation :

  • 20 H. Frankfurt, op. cit., p. 836-837.

« The fact that a person could not have avoided doing something is a sufficient condition of his having done it. But (…) this fact may play no role whatever in the explanation of why he did it. It may not figure at all among the circumstances that actually brought it about that he did what he did, so that his action is to be accounted for on another basis entirely. Even though the person was unable to do otherwise, that is to say, it may not be the case that he acted as he did because he could not have done otherwise »20.

28Il me semble alors que nous retrouvons le même type de distinction que celui qui pose problème à propos de la maxime et de l’action, comme à propos de l’action et de l’événement, à propos cette fois de la responsabilité et de la liberté. Toutes ces distinctions convergent vers une même cible, qui demande pour être atteinte de déterminer la façon dont nous parlons de nos actions, et la description qu’il est juste d’en donner, ou du moins de comprendre comment des descriptions différentes peuvent s’articuler les unes aux autres.

La question d’un critère déterminant

  • 21 Pour Ginet, un tel argument n’est pas convaincant et il dessine une distinction entre ne rien faire (...)

29L’argument que je viens de rappeler permet à Harry Frankfurt de réfuter la position selon laquelle nous ne jugeons pas de la même manière de la responsabilité des omissions et des actions21. Le point en discussion est de savoir si le fait qu’il s’agisse d’une action ou d’une omission d’une action influe sur le jugement que nous porterons sur notre conduite (puisqu’il n’est plus possible alors de parler de l’action). Cette discussion permet de dessiner une progression dans le repérage des différences discriminantes et des différences indifférentes. Cette caractérisation des différences discriminantes et des différences indifférentes renvoie à mon sens à l’action et non pas à l’événement en lui-même que j’aurais pour ma part tendance à rattacher au vécu. J’utilise donc la distinction ontologique entre action et événement, afin de conserver, à propos des événements, une position non-idenficationniste.

  • 22 J. Fischer and M. Ravizza, « Responsability and Inevitability », Ethics, 101 (January 1991), p. 258 (...)
  • 23 La position déontologique, de ce point de vue, jugerait des actions, indépendamment des événements (...)

30Contre Fischer et Ravizza22, Harry Frankfurt réfute l’idée que le critère d’effectuation ou d’omission soit déterminant pour donner de l’action une évaluation morale. Il n’est pas inutile de souligner que ce critère, effectuation ou omission, ne peut porter que sur les actions et non pas sur les événements. Et donc nous disposons d’un critère qui, cette fois, n’est pas sémantique pour différencier l’action de l’événement. Je souligne à ce propos que la détermination de la valeur morale concerne l’action et non pas tant l’événement, sauf à adopter une position conséquentialiste23. Mais cela revient à dire que, si nous donnons une valeur morale à l’événement et non pas à l’action, nous ne visons pas la même conception de la morale.

31C’est d’ailleurs moins le critère en lui-même qui intervient dans notre propos, que les raisons pour lesquelles Harry Frankfurt en récuse la pertinence, qui permettent de préciser la place qu’occupe la question de la description de l’action :

  • 24 H. Frankfurt, « An Alleged Assymmetry between Actions and Omissions », Ethics, vol. 104, n° 3, Apr. (...)

« Indeed, it is often a rather arbitrary matter whether what a personn does is described as performing an action or as omitting to perform one. So it would be surprising if the moral evaluation of actions and of omissions differed in any particulary significant way »24.

  • 25 Kant, Essai pour introduire en philosophie le concept de grandeur négative, trad. R. Kempf, Paris : (...)

32Ce n’est pas leur dimension d’action ou d’omission qui modifie, selon Harry Frankfurt, l’appréciation que nous pouvons avoir des actions. Il semble que Harry Frankfurt prenne ces deux termes comme des termes simplement symétriques logiquement, comme si l’omission de l’omission de l’action était l’action, comme si l’omission de l’action était seulement le négatif de l’action. Nous aurions affaire, en quelque sorte, avec le concept d’omission, à une grandeur négative de l’action25.

  • 26 Je fais référence à la position kantienne sur l’imputation de la responsabilité qui anime toute cet (...)

33Nous pourrions avoir des réticences vis-à-vis d’une telle conception binaire de l’action et de l’omission. C’est là en tout cas, dans les termes qu’en livre Harry Frankfurt, une version simplifiée de la construction de l’action par rapport aux diverses situations que Kant identifie, à savoir les actions obligatoires, les actions contraires au devoir et les actions méritoires. Il semble cependant que ce ne soit pas la même chose, et que ce soit une situation qui n’appelle pas le même jugement de valeur, que d’omettre une action obligatoire, et d’omettre une action méritoire26. Nous ne pourrons sans doute pas nous contenter de traiter semblablement ces omissions. L’omission appelle en effet la question de savoir si l’action était ce que nous pouvions exiger, ou était plus que ce que nous pouvions exiger.

34En ce sens l’omission est un terme ambigu qui peut désigner seulement la non effectuation d’une action, dans un sens purement énonciatif (ce sera par exemple pour Kant l’omission des actions méritoires), ou bien une faute vis-à-vis de son devoir (dans le cas de l’omission d’une action obligatoire). Elle peut viser un manque ou seulement une absence, et il ne va pas de soi que les deux coïncident, que toute absence soit un manque. Dans un cas nous disposons d’une norme pour juger de l’omission, alors que nous n’en disposons pas dans le second. Il importe dès lors de se demander s’il n’y a pas une dissymétrie dans ces deux cas, qui attire l’attention sur le fait que l’omission, comme négation de l’action, n’est pas une situation univoque. Sans nécessairement reprendre à mon compte les concepts normatifs kantiens, je reste donc réservée quant à cette logique binaire de l’action et de l’omission.

35Je retiens en revanche de la position de Harry Frankfurt la récusation de l’influence de l’intégralité de la description de l’action dans le jugement axiologique que nous pouvons produire à son propos. Il y a des aspects pertinents et d’autres qui ne sont pas significatifs. Le problème n’est donc pas tant de savoir comment dire l’action que de donner une théorie de ce qui, dans la description que nous pouvons élaborer d’une action, est pertinent pour son évaluation morale. Quel est le degré de précision pertinent pour passer de la description de l’action à son évaluation ? Et de quoi devons-nous parler, à propos de l’action, pour en donner une version évaluable dans nos systèmes normatifs ? La question remonte donc du problème de la description à celui de la pertinence des critères de description pour son évaluation. Si tout n’est pas pertinent, que devons-nous savoir d’une action pour la juger ?

  • 27 J’admets l’influence kantienne sur ces définitions. J’ai cherché d’ailleurs moins à les constituer (...)

36Mais alors l’événement lui-même est soumis à la question des critères de pertinence : on peut, sous couvert de la distinction ontologique entre événement et action, se demander si la coïncidence entre l’action et l’événement, ou si des propriétés de l’événement, sont des critères pertinents dans l’évaluation de l’action. Sous le couvert de cette distinction, je peux alors proposer une définition de l’événement et de l’action au regard l’un de l’autre. L’action se détermine donc comme l’intervention intentionnelle de l’homme dans la causalité, et l’événement comme la résultante de cette tentative et de sa rencontre avec le monde concret dans lequel il agit27.

L’objectivité de l’effort

37Cette distinction entre l’action et l’événement n’est pas la seule, et son repérage en entraîne d’autres à sa suite : si certaines propriétés sont pertinentes alors que d’autres ne le sont pas, pour décrire l’action, et pour formuler la maxime de l’action, il faut opérer un tri déterminant entre ces propriétés. Or ce tri s’opère à un niveau plus fondamental que celui de la maxime morale, ou de la résolution morale : il est ce qui rend possible une telle opération. Mais il est donc ce qui la rend problématique, car il faut supposer un niveau plus fondamental alors que celui de la mise en œuvre de la maxime morale, qui serait le niveau où nous décrivons l’action que nous nous proposons de faire comme réponse au monde dans lequel nous sommes.

38Dans la mise en œuvre de l’impératif catégorique, ce critère pose problème. Car s’il faut éliminer tout ce qui relève de la sensibilité pour désigner la dimension universelle de la situation, et donc en faire une « situation nue », il faut cependant prendre en compte ce qu’est cette situation dans le concret du monde et savoir comment la décrire : il faut alors lui rendre certaines de ces propriétés mais il n’y a pas d’indication, dans le kantisme, sur la façon dont il est pertinent, d’un point de vue moral, de décrire la situation que nous tentons de résoudre moralement.

  • 28 Voir, à propos de cette discussion, Ph. Foot, « Morality as a System of Hypothetical Imperatives », (...)

39Je retrouve par cet argument, à l’intérieur de la position kantienne, une des critiques faites, en général d’un point de vue humien, à la possibilité de résoudre la question de la morale à partir d’un système d’impératifs28. Je rejoins cet argument, pour lui donner cependant une forme plus précise, et interne à la position kantienne. Il me semble en effet que, lorsque d’un point de vue humien, il est fait reproche à Kant de ne pas rendre compte de la motivation de l’agent, il est possible de comprendre ce problème à l’intérieur de la position kantienne. En effet, Dreier souligne que :

  • 29 Dreier, op. cit., p. 32-33.

« Humeans doubt that morality could consist of categorical imperatives, because (i) a categorical imperative is one that you have reason to follow irrespective of your desires, and (ii) what you have motivating reasons to do depends on your desires »29.

  • 30 Alors même que le sentiment de respect est ce qui rend compréhensible la motivation aux yeux de Kan (...)

40Or, de manière générale, il me paraît possible de rendre compte de la discussion de l’éthique kantienne à propos de la motivation, et du reproche qui lui est adressé de ne pas rendre compte30 de ce dynamisme pourtant essentiel de l’action, dans des termes liés à la description. Car ce qui nous motive doit avoir partie liée avec la façon dont nous percevons la situation dans le monde et choisissons de l’interroger. Précisément, ce point est celui sur lequel, de l’intérieur du kantisme, il n’est pas possible de ne pas achopper. Je pense donc que la dimension qui demande à être explicitée, à l’intérieur du kantisme pratique, plus que celle de la motivation, est celle de la description de la situation.

41Car il y a là une emprise de l’agent sur la situation, sur la constitution de la situation à laquelle il décide de répondre, qui demeure floue. Je ne pense d’ailleurs pas qu’il faille pousser cette affirmation à son paroxysme, et entendre par là que l’agent a toute autorité dans cette description, ou la dernière autorité dans cette description. Je ne lui accorde qu’une emprise sur elle. Ainsi des différences deviennent indifférentes, sous nos yeux, dans la constitution kantienne de la situation à laquelle l’agent répond dans le monde. Mais le point délicat est que ce que nous devons retenir est plus difficile à cerner. Bien évidemment, un critère tel que celui que propose Harry Frankfurt pourrait renvoyer à l’idée que l’intériorité du sujet et la façon dont se prend la décision est prépondérante dans cette évaluation. Mais, et il est assurément paradoxal et particulièrement intéressant que ce soit Kant qui alerte sur ce point, les obstacles que nous rencontrons, les difficultés que nous tentons de surmonter ou auxquelles nous nous abandonnons, c’est-à-dire les efforts que nous produisons pour accomplir ou non cette action, interviendront aussi dans son évaluation.

42Alors qu’il est tentant d’identifier Kant derrière le schéma trop linéaire du passage de l’intention à l’action, il pourrait en fait révéler une conception dynamique de l’intention, et non pas une rupture entre l’intention et l’action. Nous retrouverions donc, par le concept d’effort, une différence discriminante à propos de nos actions. L’évaluation de l’agentivité ne se fera pas de même manière si l’agent a ou non produit tous les efforts qui sont à sa portée et cela influera sur la lecture que nous ferons de la coïncidence, ou de la non-coïncidence entre l’action et l’événement. La non-coïncidence entre action et événement ne recevra pas la même interprétation si l’agent a, ou non, produit tous les efforts qui sont à sa portée.

43De ce dynamisme de l’intention, j’identifie le premier indice dans la présence de l’effort qui doit accompagner une intention. Il est en effet la condition nécessaire pour que nous puissions considérer que l’agent a accompli son devoir quand bien même il n’aurait pas réalisé une action conforme à la maxime qu’il avait retenue :

  • 31 Kant, 1785, AK IV, 394, p. 57.

« Ce qui fait qu’une bonne volonté est telle, ce ne sont pas ses œuvres ou ses succès, ce n’est pas son aptitude à atteindre tel ou tel but proposé, c’est seulement le vouloir ; c’est-à-dire que c’est en soi qu’elle est bonne ; et, considérée en elle-même, elle doit sans comparaison être estimée bien supérieure à tout ce qui pourrait être accompli par elle uniquement en faveur de quelque inclination et même, si l’on veut, de la somme de toutes les inclinations. Alors même que, par une particulière défaveur du sort ou par l’avare dotation d’une nature marâtre, cette volonté serait complètement dépourvue du pouvoir de faire aboutir ses desseins ; alors même que dans son plus grand effort elle ne réussirait à rien ; alors même qu’il ne resterait que la bonne volonté toute seule (évidemment non comme un simple vœu mais comme l’appel à tous les moyens dont nous pouvons disposer), elle n’en brillerait pas moins, ainsi qu’un joyau, de son éclat comme quelque chose qui a en soi sa valeur toute entière »31.

44Je ne nierais pas que, dans ce passage, l’intention soit séparée de l’action puisqu’elle peut amener à la réalisation pleine et entière du devoir quand bien même l’action échouerait, quand bien même, à la limite, il ne serait pas possible à celui qui a cette intention de faire le moindre mouvement pour l’inscrire dans le monde. J’interprète cette assertion comme renvoyant, sous la condition que tous les efforts possibles pour l’agent aient été, par lui, produits, comme la trace de la distinction entre action et événement, qui montre une de ces nouvelles possibles utilisations.

  • 32 Larmore, 1993, p. 114.

45Nous sommes donc bien pour une part dans une conception de l’action qui paraît séparer l’action et l’intention comme une représentation préalable de ce que nous allons faire, puis son exécution. Et que l’exécution aboutisse ou échoue n’importe pas pour l’évaluation de la valeur de la conduite à travers celle de l’intention. De sorte que, comme le souligne Charles Larmore, nous obtenons une définition de la position déontologique, qui se recentre sur ce dont l’agent est responsable : « Les devoirs déontologiques de l’agent sont ceux qu’il peut reconnaître pour siens, en ne considérant que les options dont il serait seul responsable »32. Et selon lui, la distinction entre la position déontologique et la position conséquentialiste passe par la répartition des conséquences, et la prise en compte, dans la version déontologique, de ce dont l’agent est seul responsable. Or, précisément, j’inclus les conséquences, non pas dans l’action, mais dans l’événement qu’elle produit, et la rupture de la coïncidence entre action et événement rend lisible et possible une telle répartition entre les conséquences de l’action et l’action elle-même.

46Sous une telle conception, une part importante de la construction d’une théorie morale revient donc à identifier la façon dont on choisira de traiter de la coïncidence ou de la non-coïncidence entre une action et un événement, et c’est là une des figures les plus évidentes de la non-coïncidence entre l’action et l’événement. Sous cette distinction, la valeur accordée à l’intention prend sens. Car l’intention a, dans la conception kantienne, une valeur morale intacte quand bien même elle ne se réaliserait pas dans le monde. Certes cette façon de parler, à elle seule, indique une rupture entre l’intention et l’action. Mais dans la mesure où l’intention demande, pour être véritablement une intention, que nous produisions tous les efforts qui sont possibles, la rupture entre intention et action risque de se troubler.

47Les distinctions redeviennent plus claires, me semble-t-il, si nous considérons que l’effort soutenant l’intention est ce qui permet d’achever la distinction entre l’action et l’événement et de délier l’action de l’événement, dans la mesure où il ne reste alors de la non-coïncidence entre action et événement qu’une causalité phénoménale. Dans ce cas, la non-coïncidence entre l’action telle que nous en avons décidé et les événements qui ont pris place dans le monde, éventuellement avec le concours de séries causales que nous avons initiées, ne relève pas de nous. Cette distinction permet donc bien de rendre compte de la structure kantienne de l’imputation.

Et ses conséquences sur la conception de l’action

48Il faudrait en effet se garder de concevoir l’action au sens kantien du terme en ossifiant cette affirmation et en ne la prenant pas entièrement en compte tout en simplifiant la signification kantienne de l’intention. Car cette distinction entre l’intention et l’action, la première conservant toute sa valeur morale intacte et inchangée quand bien même la seconde échouerait entièrement est soumise à une condition essentielle en ce qu’elle met en jeu la définition même que nous donnons de la volonté. En effet, pour séparer ainsi l’intention de sa réalisation dans une action, il faut que nous puissions parler de bonne volonté, et pour que nous puissions parler de volonté, il faut qu’un appel soit fait « à tous les moyens dont nous pouvons disposer ».

  • 33 Livet 2005 .

49La lecture de ce paragraphe aboutit donc à la distinction entre l’intention et l’action, certes, mais à condition que cette séparation soit rétrospective. J’entends par là qu’elle n’est possible, dans le jugement de valeur porté sur l’action ou bien sur son échec, qu’une fois que, dans une autre conception de l’intention qui serait cette fois dynamique puisqu’elle est définie non seulement comme une projection de ce que nous allons faire mais comme les efforts que nous nous imposons pour mener à bien cette représentation, cette intention au sens dynamique a échoué. L’intention kantienne n’est donc pas une intention purement préalable, mais, pour reprendre les concepts mis en œuvre par Pierre Livet33, elle a bien une dimension dynamique.

50Or il est remarquable que l’analyse kantienne des actions morales prenne acte des difficultés de l’effectuation du devoir et des obstacles que le sujet a à surmonter pour l’accomplir :

  • 34 Kant, 1785, AK IV, 398, p. 63.

« Supposez donc que l’âme de ce philanthrope soit assombrie par un de ces chagrins personnels qui étouffent toute sympathie pour le sort d’autrui, qu’il ait toujours encore le pouvoir de faire du bien à d’autres malheureux, mais qu’il ne soit pas touché de l’infortune des autres, étant trop absorbé par la sienne propre, et que, dans ces conditions, tandis qu’aucune inclination ne l’y pousse plus, il s’arrache néanmoins à cette insensibilité mortelle, et qu’il agisse sans qu’il soit sous l’influence d’une inclination, uniquement par devoir, alors seulement son action a une véritable valeur morale »34.

51Ce passage retient mon attention car il ne met pas en scène la loi du devoir comme allant fondamentalement contre les inclinations. Un déplacement serait trop rapidement opéré, de l’indifférence du devoir à la sensibilité, à son opposition continuelle à elle. Dans le cas qui est évoqué par Kant dans ces lignes, la loi du devoir vient mettre en œuvre un dynamisme d’action qui n’était pas le cas en dehors d’elle en raison de l’annihilation de la sensibilité. Je ne me prononcerai pas sur la possibilité de cette annihilation, ni sur la traduction qu’il conviendrait d’en faire en termes actuels. Il est remarquable que la loi du devoir soit pensée comme un dynamisme qui passe outre ces obstacles, et qui donc accompagne l’action dans le monde. Ce passage donne donc des raisons de penser que le schéma kantien de l’action ne commet pas l’erreur de séparer l’intention de l’action mais conserve entre elles des interactions.

52Or le même texte commence par évoquer une situation qui pourrait bien être un cas d’impossibilité d’agir autrement :

  • 35 Ibidem.

« Être bienfaisant, quand on le peut, est un devoir, et de plus il y a de certaines âmes si portées à la sympathie, que même sans aucun autre motif de vanité ou d’intérêt elles éprouvent une satisfaction intérieure à répandre la joie autour d’elles et qu’elles peuvent jouir du contentement d’autrui en tant qu’il est leur œuvre »35.

53Kant, on le sait, n’accorde pas de valeur morale à une telle conduite, quand bien même elle serait « aimable ». La raison en est que ce n’est pas la loi morale qui a conduit à une telle action, mais l’abandon aux penchants. Or, dans ce jugement auquel nous pouvons souscrire ou ne pas souscrire, cela n’importe pas pour la suite de l’argument, il se dessine la même distinction que celle que trace Harry Frankfurt, entre le fait que nous ne pouvions pas faire autrement, et le fait que nous le faisons parce que nous ne pouvons pas faire autrement. Pour que l’action d’une âme portée à faire le bien, c’est-à-dire incapable de faire spontanément le mal, ait une valeur morale, il faut qu’elle agisse bien non parce qu’elle est portée au bien (c’est-à-dire parce qu’elle ne peut pas faire autrement) mais parce que le devoir le lui ordonne.

  • 36 Kant, 1797, II, § 53, pp. 162-163 : « Les règles de l’exercice dans la vertu (exercitiorum virtutis (...)

54C’est la signification qu’on peut donner, dans la Doctrine de la vertu, à la joie qui doit accompagner l’effectuation du devoir36. Cette analyse rejoint bien l’hypothèse de Harry Frankfurt. En effet, selon lui, il n’est pas nécessaire de pouvoir faire autrement pour être tenu pour responsable de ce que l’on a fait. Une telle hypothèse confirme du point de vue de la responsabilité ce que la philosophie a depuis longtemps dégagé du point de vue de la liberté, à savoir qu’il n’est pas nécessaire d’avoir le choix ni d’hésiter entre deux partis pour être libre.

55La coïncidence est importante, car elle permet de niveler deux moments de choix et de les distinguer, en particulier dans les conséquences qu’ils ont ou n’ont pas sur la responsabilité du sujet agissant sur son action (ce qui précise, leur comportement : ne pas avoir le choix dans le monde n’implique pas que cette absence de choix nous renvoie à quelque chose que nous n’aurions pas choisi, et c’est cette question seule qui permet de déterminer la valeur de notre conduite. Dès lors, que le sujet n’ait pas eu le choix n’empêche aucunement d’évaluer sa conduite. Mais il demeure, dans cette évaluation, la difficulté liée à l’impossibilité de vérifier qu’il l’a choisie ou qu’il l’aurait choisie. Il me paraît possible de transposer cette assertion dans les termes de la distinction entre événement et action : elle prend alors la signification d’une détermination de l’événement alors que l’action demeure, quant à elle, indéterminée. Dès lors ce critère d’absence de choix non plus n’est pas pertinent pour passer de la description de la conduite à son évaluation normative positive ou, disons, indulgente.

56Cette analyse permet à mes yeux de saisir de quelle manière certains paramètres peuvent être éliminés de la description de l’action pour proposer, de l’action elle-même, une lecture normative. Il n’est pas nécessaire, en effet, de connaître exhaustivement l’action – cela peut-il d’ailleurs jamais se faire ? – pour la juger normativement. Et donc, du point de vue normatif, qui sera le seul point de vue adopté dans cette analyse, il est possible de trouver du même dans des actions différentes, dans des actions qui demeurent irréductiblement singulières parce qu’elles sont humaines. Que ce soit possible ne dit cependant pas jusqu’où ni comment procéder à cette réduction. Comment discerner ce qui est pertinent, lorsque nous parlons d’une action, pour déterminer le jugement moral que nous allons faire porter sur elle, et comment écarter ce qui ne mérite pas d’être pris en compte ?

57Il me semble que, de ce point de vue, nous ne pouvons pas faire l’économie, dans la construction du discours éthique, de ce que le droit rencontre de plein fouet avec la question du précédent, qui demande de savoir ce que signifie traiter semblablement des cas semblables. La question n’est autre que de savoir comment construire les cas semblables, car les cas ne sont jamais semblables. Si on peut les dire semblables, c’est seulement sous un point de vue, en l’espèce, pour ce qui m’occupe, le point de vue pratique. Je n’exclus pas que d’autres points de vue possibles sur le monde construisent de telles similarités. Le point de vue pratique pourrait n’être pas le seul à nous faire entrer dans un tel processus. Mais il n’en demeure pas moins qu’il a besoin, pour se déployer, de construire à travers les cas, aussi divers soient-ils, ce par quoi il est possible de les traiter comme des cas semblables.

  • 37 On pourra consulter sur ce point, A. Goldman, « Legal Reasoning as a Model for Moral Reasoning », L (...)

58Il faut accepter l’idée que les cas semblables ne peuvent jamais être que des constructions de notre discours sur le monde. De ce point de vue, on peut se demander s’il n’y a pas, en effet, une identité structurelle entre le raisonnement juridique et le raisonnement moral, au-delà de la différence entre le particularisme et l’universalisme. En effet, ce qui ressort de mon propos est que, y compris pour mettre en œuvre la position particulariste, il faut déterminer à propos des actions ce qu’il y a de commun entre elles, donc établir des comparaisons entre les différences discriminantes qui sont les propriétés par lesquelles nous les identifions37.

59Or il est possible, en activant sur ce point la différence entre l’événement et l’action, de juguler les conséquences anti-réalistes de cette affirmation. Je n’entends pas cette affirmation dans un sens anti-réaliste, au sens où rien ne serait semblable. Je l’entends au sens où nous devons décider qu’un certain degré de dissemblance n’empêche pas de trancher les situations de la même façon, compte tenu de ce que les normes pèsent sur les actions et non sur les événements qui sont, pour partie, déterminés par les actions, mais aussi pour partie indépendants d’elles. Mais la distinction que je propose entre l’action et l’événement permet de répartir la particularité sur l’événement (dont la description peut constamment être davantage particularisée), alors que l’action appelle des descriptions qui élaguent certaines propriétés comme non discriminantes, et de ce point de vue, n’appelle ontologiquement pas à une particularisation. C’est sur la structure de cette décision, sur ses modalités et les constructions qu’elle demande que je m’interroge. C’est de ce point de vue que l’ancrage kantien de la question me semble déterminant.

Notes

1 Je reviendrai plus loin sur le lien entre les descriptions des actions, et leur évaluation normative, et sur la conception qui rend possible le passage d’un jugement énonciatif à un jugement normatif. C’est un problème second, par rapport à celui de la description de nos actions, c’est-à-dire de la façon dont nous disons ce que nous faisons.

2 Je n’en parlerai pas ici, mais cette question est bien connue et bien identifiée dans le processus de mise en œuvre de la norme juridique. Et de façon général, il recoupe également les questions à proprement parler casuistiques qui sont débattues en morale.

3 K. Fine, « The Non-Identity of a Material Thing and Its Matter », Mind, vol. 112, n° 446, p. 195-234, p. 197.

4 La terminologie kantienne m’intéresse, indépendamment des solutions normatives qu’elle implique, car elle permet de faire apparaître une distinction malaisée à manipuler. Je ne discute aucunement de l’application dans le monde d’une telle conception à propos de laquelle je n’ai pas d’avis.

5 Je n’évoquerai que très rapidement deux aspects de la construction juridique de la responsabilité qui montrent comment elle se sépare de la causalité et reconstruit, sur la causalité que nous pourrions appeler effective, une autre lecture du monde et des interactions entre les hommes. La responsabilité administrative repose ainsi sur une fiction, celle de la connaissance complète qu’aurait le ministre de toutes les décisions de son administration. Il est donc tenu responsable de toutes les décisions par elle prises, alors qu’il est bien évident qu’il n’a pas connaissance de toutes. La responsabilité se reconstruit donc indépendamment de la causalité, et si elle peut coïncider parfaitement avec elle, elle peut la recouper par endroit, ou encore s’en détacher totalement. C’est ce recoupement incomplet qui intervient dans la responsabilité du fait des choses, telle qu’elle est définie dans les articles 1382 à 1384 du Code civil. Il n’y a donc aucune évidence à ce qu’il faille penser la responsabilité à partir de la causalité. Elle est une fiction de causalité, en entendant « fiction » au sens juridique du terme.

6 D. Davidson, Actions et événements, 1993, p. 79-82.

7 Ce problème, je le souligne, n’est pas exactement le même que celui que propose Anscombe, dans Intention, dans la mesure où ce ne sont pas différentes descriptions radicalement différentes d’une même action que je compare à leur articulation à l’agentivité, mais des descriptions différentes obtenues par substitution d’un identique. La question qu’elle pose demande de décider entre deux options : « Are we to say that a man who (intentionnally) moves his arm, operates the pump, replenishes the water-supply, poisons the inhabitants, is performing four actions ? Or only one ? » Anscombe, , 1957, p. 45-46. Deux différences se dessinent entre mon exemple et le sien, le mode d’obtention des descriptions, et l’incertitude que créent ces variations à propos de l’agentivité. En effet, dans la série d’Anscombe, les descriptions dépendent les unes des autres en formant une série causale. Faut-il séparer ou non ces actions et quel grain adopter pour en parler ? Je retrouverai plus loin cette question, mais je la constitue par substitution dans la description et non par enchaînements de type causal, pour une raison fondamentale qui est liée à l’incertitude de la causalité phénoménale à laquelle je souscris à la suite de Kant, quitte à devoir modifier le traitement que nous en donnons dans la prise de décision. Sur la comparaison entre la réponse d’Anscombe et de Davidson, voir A. Goldman, « The Individuation of Action », The Journal of Philosophy, vol. 68, n° 21, pp. 761-774, p. 765 qui n’accepte pas le critère causal comme suffisant pour constituer l’identité entre des actions. Pour une définition causale de l’action, on peut consulter J. Bishop, Natural Agency. An Essay on the Causal Theory of Action, Cambridge University Press, 1989, p. 25 : « So a world in which our ethical perspective applies must be one in which there are exercises of agent-control — which is just to say that it must be one in which there are actions, if by an action we mean simply the controlled exercise of an agent’s own power. To be morally responsible for an outcome, then, an agent must contribute to it through his or her own exercise of agent-control — through his or her own action ». Je ne souscris pas entièrement à cette définition, pour les raisons que je viens d’évoquer.

8 Davidson, 1984.

9 P. M. Pietroski, « Actions, Adjuncts, and Agency », Mind, vol. 107, No 425, (Jan., 1998), p. 73-111, p. 74. Je déplace le débat entre les identificationnistes et les non-identificationnistes en le recroisant avec la distinction entre action et événement, bien que je tende ici vers une thèse au fond non identificationniste. Elle me semble toutefois plus aisée à manipuler en la recoupant avec la distinction entre action et événement. Car dans ce cas nous pouvons être non-identificationnistes à propos des actions, alors même qu’elles convergent dans le même événement. Voir Taylor, 1984, p. 25-26.

10 J’aurais en outre tendance à penser que la distinction entre action et événement telle que je la constitue pourrait servir de levier conceptuel pour rendre compte des difficultés qui se posent à propos des actions qui ont une extension dans le temps et qui demandent, pour être accomplies, un ensemble d’actions. Voir sur ce point C. Ginet, On Action, Cambridge University Press, 1990, A. Goldman, A Theory of Human Action, Princeton University Press, 1970, B. Enç, How We Act. Causes, Reasons and Intentions, Oxford : Clarendon Press, 2003 .

11 La question se pose de déterminer comment nous traiterons les cas dans lesquels l’attribution de la propriété « être intentionnelle » pose problème à propos de l’action elle-même. Si, dans ces cas sur lesquels nous reviendrons, l’attribution semble échouer par défaut de précision dans la description de l’action, nous aurions affaire à une thèse antiréaliste. Mais si on échoue à attribuer cette propriété pour des raisons ontologiques, nous resterons bien dans le cadre d’arguments de type réaliste.

12 Je renvoie sur ce point à J.-M. Monnoyer (Ed.), Metaphysics and Truthmakers, Ontos Verlag 2007, et en particulier, à la discussion du Truthmaker Maximalism dans D. Armstrong, « Truthmakers for Negative Truths and for Truth of mere Possibility », p. 99-104.

13 Goldman, op. cit., p. 773.

14 S.Wolf, « Asymetrical Freedom », Journal of Philosophy 77, 1980, p. 151-66.

15 Cette formulation ne doit pas donner à penser que je reprends à mon compte un schéma de l’action qui découpe l’intention d’une volonté et sa réalisation. Je tente de poser le problème de l’inadéquation entre mes attentes et ce qui se produit autour de mon intervention dans le monde, de ce qu’elle déclenche, compte tenu de l’enchevêtrement indéchiffrable et en partie imprévisible des causalités. Car ce découpage ne permet pas de rendre compte du dynamisme de l’action et de l’interaction entre le monde et ce que je désigne par mes intentions. Sur ce point, voir P. Livet, 2005, p. 18 : « L’intention n’est pas le commencement de nos actions, c’en est le résultat. Plus exactement, la genèse commune de notre motricité et de notre cognition (perception, imagination, affectivité et raisonnement) élabore progressivement une architecture cognitive et motrice qui nous permet d’avoir des intentions ». Ce qui m’intéresse est donc, à supposer ce problème résolu, les situations dans lesquelles je ne suis pas en accord avec ce que je produis et qui se produit dans le monde. Je reviendrai, à propos du hasard, sur l’interaction entre les causalités et les problèmes spécifiques que cela pose à la compréhension de l’action.

16 Je désigne par circonstances ce que l’agent identifie dans le monde comme créant le contexte de son action et, plus particulièrement ici, ces circonstances exercent un poids tel sur l’agent qu’elles déterminent son acte. De ce point de vue, il me paraît important de tenir compte de la situation de toute action et de la dimension par laquelle elle est toujours aussi une réaction à un état du monde, actuel et futur, état du monde dans lequel nous incluons les autres et les réactions des autres aux changements que nous ferons intervenir dans le monde.“Toute existence n’est pensable que sur un fond de coexistence, au sein d’un monde qui est un, et toujours déjà là comme horizon préalable à notre vie et à notre conscience. Cette dimension universelle de l’existence comme coexistence n’exclut nullement la particularisation allant jusqu’à la singularisation de la manière dont elle se structure et s’accomplit, dont aussi, elle se vit, se réfléchit, se présente à elle-même” Fr. Tinland, “Puissance, interdépendance, pouvoir, légitimité” in P. Livet, L’Éthique à la croisée des savoirs, Paris : Vrin, 1996, p. 102. La difficulté qui surgit alors, si nous voulons conserver une perspective kantienne, est que toute action a donc une dimension stratégique et que Kant, dans l’indifférence qu’il manifeste pour les conséquences de l’action morale, ne tient pas compte de cette dimension, l’élimine purement et simplement.

17 H. Frankfurt, « Alternate Possibilities and Moral Responsability », The Journal of Philosophy, vol. 66, n° 23, Dec. 1969, pp. 829-339, p. 839 où il affirme que « Moral responsability is compatible with determinism. ».

18 H. Frankfurt, op. cit., p. 834.

19 Évidemment la question qui se pose est celle de la validité de la distinction entre l’action et la décision, sur laquelle nous butons de nouveau. Voir Livet, 2005. Il semble ici que ce schéma soit réactivé sans qu’il soit tenu compte de la dimension dynamique de l’intention.

20 H. Frankfurt, op. cit., p. 836-837.

21 Pour Ginet, un tel argument n’est pas convaincant et il dessine une distinction entre ne rien faire et ne rien essayer de faire, qui remet en cause la position de Harry Frankfurt. Je n’entre pas dans cette discussion, qui ne remet pas fondamentalement en cause ce que je veux souligner, à savoir que le statut des différences doit être constitué, entre différences indifférentes et différences discriminantes. Voir C. Ginet, « In Defense of the Principle of Alternate Possibilities : Why I Don’t Find Harry Frankfurt’s Argument Convincing », Noûs, vol. 30, Supplement : Philosophical Perspectives, 10, Metaphysics, 1996, p. 403-417, p. 413. Sur la question, voir également J. Fisher, « Responsability and Failure », Proceedings of the Aristotelian Society 86, 251-270. Voir également A. McIntyre, « Compatibilists Could Have Done Otherwise : Responsability and Negative Agency », Philosophical Review, 103, 453-488.

22 J. Fischer and M. Ravizza, « Responsability and Inevitability », Ethics, 101 (January 1991), p. 258-78.

23 La position déontologique, de ce point de vue, jugerait des actions, indépendamment des événements qu’elles entraînent dans le monde, alors que la position conséquentialiste jugerait à la limite non pas tant de l’action que de l’événement qu’elle a entraîné dans le monde. Il me semble que la distinction entre action et événement permet en outre, donc, de préciser les différences entre la position conséquentialiste et la position déontologique.

24 H. Frankfurt, « An Alleged Assymmetry between Actions and Omissions », Ethics, vol. 104, n° 3, Apr. 1994, p. 620-623, p. 620.

25 Kant, Essai pour introduire en philosophie le concept de grandeur négative, trad. R. Kempf, Paris : Vrin, 1949.

26 Je fais référence à la position kantienne sur l’imputation de la responsabilité qui anime toute cette discussion et que j’ai déjà évoquée. Voir Kant, 1797, p. 102.

27 J’admets l’influence kantienne sur ces définitions. J’ai cherché d’ailleurs moins à les constituer qu’à comprendre les distinctions sur lesquelles elles reposent.

28 Voir, à propos de cette discussion, Ph. Foot, « Morality as a System of Hypothetical Imperatives », Philosophical Review 81 : 305-316. Mais on trouve chez J. Dreier une position plus nuancée, puisqu’il considère qu’il n’est pas impossible qu’il y ait des impératifs catégoriques. J. Dreier, « Humean Doubts about Categorical Imperatives », in E. Millgram, Varieties of Practical Reasonning, 2001 : Massachets Institute for Technology, p. 27-48.

29 Dreier, op. cit., p. 32-33.

30 Alors même que le sentiment de respect est ce qui rend compréhensible la motivation aux yeux de Kant. Je ne fais que signaler l’articulation de mon propos avec la question de la motivation telle qu’elle se pose avec Williams, dans « Internal and External Reasons », qui constitue le chapitre IV de La Fortune morale, et avec, en particulier, tout le débat entre internalisme et externalisme. Mais ce recoupement n’est pas central ici, puisqu’il me semble possible de le réintroduire dans la position kantienne avec la problématique de la description.

31 Kant, 1785, AK IV, 394, p. 57.

32 Larmore, 1993, p. 114.

33 Livet 2005 .

34 Kant, 1785, AK IV, 398, p. 63.

35 Ibidem.

36 Kant, 1797, II, § 53, pp. 162-163 : « Les règles de l’exercice dans la vertu (exercitiorum virtutis) se rapportent à deux dispositions de l’âme : avoir l’âme courageuse et gaie (animus stenuus et hilaris) dans l’accomplissement de ses devoirs. En effet la vertu doit combattre des obstacles qu’elle ne peut vaincre qu’en réunissant ses forces et en même temps elle doit sacrifier bien des joies de la vie, dont la perte peut parfois rendre l’âme sombre et maussade ; mais ce qu’on ne fait pas avec joie, mais seulement comme une corvée, n’a pour celui qui en ceci obéit à son devoir, aucune valeur intérieure et n’est pas aimé, mais au contraire on fuit l’occasion de l’accomplir ».

37 On pourra consulter sur ce point, A. Goldman, « Legal Reasoning as a Model for Moral Reasoning », Law and Philosophy, vol. 8, N° 1, Rights, Duties and Legal Reasoning, (Apr ., 1989), p. 131-149. On retrouve, à propos de la loi juridique, les questions que j’ai déjà évoquées à propos de la constitution de l’éthique comme d’un ensemble d’impératifs catégoriques. Car, du point de vue juridique comme du point de vue éthique, il demeure impossible d’anticiper les exceptions et le droit a donc bien du mal à se constituer comme un ensemble de lois qu’il faut appliquer dans tous les cas qui tombent sous elles. Voir Goldman, op. cit., p. 135. Voir également S. Fuller, « Positivism and Fidelity to the Law », in J. Feinberg et H. Gross (Ed.), Philosophy of Law, Belmont, CA : Wadsworth, 1986.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search