Version classiqueVersion mobile

La mémoire à l’œuvre

 | 
Caroline Cazanave

Quatrième section. Genres et formes dévolus à l’exercice de la mémoire chroniques, journaux et poésie

Troubadours de France et du Brésil, d’hier et de demain

Martine Kunz

Texte intégral

1La mémoire médiévale est venue tendre ses pièges au Brésil, qu’il s’agisse de revisiter des thèmes littéraires et des héros légendaires, de promouvoir des rencontres de troubadours contemporains entre un pays et l’autre, ou de réinventer un empire occidental et carolingien, par goût du jeu et désir de gloire, et peut-être aussi pour échapper aux trous d’oubli de l’existence.

  • 1 La traduction des textes, folhetos ou citations, est de notre responsabilité.

Sobre o rosto ralo
brilho de cetins e pedrarias
Sobre o corpo gasto
cintilações de anéis e coroas
Sobre a pele pobre
turbilhões de cores e miçangas
levitações de sedas
tatuagens e tinturas

Sur le visage émacié
pierreries et satins brillent
Et sur le corps épuisé
bagues et couronnes scintillent
Sur la peau de la misère
couleurs et perles à valser
des soieries flottent dans l’air
tatouages colorés

 

Quem são esses homens
de tez encardida
e passos graciosos ?
Quem são esses magos
de magras figuras
e riso na boca ?
Quem são esses reis
sem níquel no bolso
mas fartos de festa ?
Deviam se maldizer e dançam

Qui donc sont ces hommes-là
dont la peau est tannée
et la marche gracieuse ?
Qui sont ces magiciens
à la maigre figure
et le rire dans la bouche ?
Qui peuvent être ces rois
sans un sou dans la poche
mais riches de mille fêtes ?
Ils devraient se maudire et ils dansent1

  • 2 Il existe différents types de reisados. Dans le cadre de cette introduction, il suffit de savoir qu (...)
  • 3 Rappelons que le Nordeste du Brésil est un vaste ensemble composé des États suivants : Maranhão, Pi (...)

Les vers du poète et dramaturge cearense Oswald Barroso intègrent le poème d’ouverture de son livre Reis de Congo consacré aux reisados2, une forme de théâtre populaire traditionnel du Nordeste brésilien3. Le poème évoque le peuple nordestino plein de savoirs et de témérité, à l’imagination sans retenue, à la foi débordante, amoureux de la fête, taciturne parfois parce que la vie est dure, et Empereur d’un jour, le temps de célébrer un reisado, le temps d’oublier la routine de la pénurie et d’implanter une cour médiévale sur les terres de l’arrière-pays. Ambassadeurs d’un temps et d’un espace très éloignés d’eux, les participants ou brincantes de ces divertissements de rue, réinventent la géographie et l’histoire avec une notable désinvolture. Ils font reluire un Moyen Âge d’ombre et de lumière, ici, dans le sertão, ils transfigurent des légendes, nous apprennent à rire des infortunes et à tirer de trois fois rien l’illusion de l’abondance. Le peuple nordestino augmente, grossit le rêve pour bercer le réel, il fabrique des histoires où la grandeur de l’invention fait oublier le nœud du futur. Nous nous rangerons sous les auspices de ces reisados de misère et de grandeur mêlées, et dont les fausses batailles, qui s’inspirent entre autres de la légendaire épopée nationale française, la Chanson de Roland, alternent le drame et l’allégresse ; mais nous ne prendrons appui sur cet objet culturel métissé que pour nous permettre d’en évoquer d’autres. Allégresse, métissage, Moyen Âge composent, en effet, d’autres manifestations artistiques de la culture populaire brésilienne. Il existe par exemple un vaste réseau d’échos entre la littérature de l’occident médiéval et la littérature populaire en vers du Nordeste du Brésil. Troubadours et ménestrels du Moyen Âge sont les lointains parents des poètes itinérants et improvisateurs nordestinos. Ceux-ci sont capables d’inventer sur l’heure des vers de circonstance ou d’imagination et de vendre leur poésie, et celle des autres, à la criée, ceux-là ont de multiples talents, et quand ils ne composent pas eux-mêmes, ils prêtent leur voix à l’œuvre médiévale : chanson de geste, poésie lyrique, fabliaux, contes en vers. Et si parfois la distinction est difficile à faire, chez les uns et les autres, entre création et interprétation, entre l’écrit et l’oral, il reste néanmoins indéniable que tous sont au service d’une mise en spectacle de la littérature. Les œuvres de Câmara Cascudo, Marlyse Meyer, Jerusa Pires Ferreira, entre autres noms de la critique littéraire brésilienne, ou encore Paul Zumthor, médiéviste suisse, spécialiste des poétiques de la voix, révèlent combien ce champ d’investigation a suscité de contributions riches et innovatrices. Les résonances sont en effet multiples entre le Moyen Âge et le sertão de la première moitié du XXe siècle, entre la France et le Brésil qui ne seront jamais des îles.

2Dire que la France et le Brésil ne sont pas des îles, c’est évoquer l’idée du transit entre des sphères culturelles, distantes dans le temps et l’espace. C’est parler de déplacement, de traversée, de mobilité, de frontières qui n’existent que pour être franchies. C’est aussi rendre hommage à des médiateurs culturels qui ont le génie de la communication, artistes et poètes dont certains d’entre eux, loin des réseaux technologiques et médiatiques, ont élaboré une poétique de la voix, une voix qui peut parfois se perdre dans les couloirs de la mémoire, mais que l’on retrouve souvent, un peu plus loin, un peu plus tard, comme les échos d’une tradition qui aurait le secret du renouvellement, le don de l’équilibre entre le fixe et la mouvance, et qui, sans cesser pour autant d’être elle-même, deviendrait déjà une autre. Pour illustrer graphiquement cette idée d’une tradition culturelle dynamique, susceptible de digérer et régurgiter l’autre, nous avions pensé initialement au cercle. Mais le cercle est fermé, son point de départ est aussi son point de retour. Il conforte l’esprit mais attiédit les désirs de l’intellect. Il n’y a ni brèche ni coupe transversale. La trajectoire est linéaire, plane, sans accroc. Le temps est cerné, encerclé. En quête de mouvement, nous avons alors élu la spirale comme deuxième figure. Le temps culturel s’est mis à décrire des révolutions, il est devenu sinueux, actif. Mais il tournait encore autour d’un point fixe. Leur caractère de constance et d’uniformité nous a en fin de compte détournée de ces courbes géométriques, de ces orbites prévues, calculées et ordonnées autour d’un axe central.

3C’est le monde végétal qui va nous offrir une image féconde pour notre réflexion, l’image du rhizome déjà explorée avec efficacité par Deleuze et Guattari dans l’ouvrage intitulé Mille Plateaux. Le rhizome est la tige souterraine des plantes vivaces qui pousse des bourgeons au dehors et émet des racines adventives à sa partie inférieure. Avec le rhizome, plus d’ordre successif attendu, plus d’axe génétique, mais des ruptures qui ne sont le fruit d’aucune synthèse, des lignes de fuite qui renvoient l’une à l’autre, sans chronologie prioritaire ou préséance normative. Le rhizome méconnaît le début ou la fin, il est le milieu. Il est souterrain et peut devenir aérien, il comporte des nœuds, il offre aussi des fleurs en échappée inespérée. À l’instar du gingembre, du bambou et des iris, certaines traditions ont des rhizomes. Elles courent entre la France et le Brésil et n’en ont pas fini de ressurgir et de bourgeonner.

  • 4 Sur le sujet, le lecteur français pourra consulter les ouvrages suivants : Raymond Cantel. La litté (...)
  • 5 À la différence de la cantoria qui renvoie à la poésie chantée improvisée sous forme de joute verba (...)

4Empruntons les passerelles jetées entre les deux pays, entre la chanson de geste médiévale et le cordel4 du Nordeste, entre la cadence du folheto ou livret de colportage et le rythme des rappeurs, entre troubadours occitans des XIIe et XXe siècles français et emboladores5 de place publique à Fortaleza ou Recife.

5Écoutons le chant multiculturel et plein d’espoir des Fabulous Trobadors, tournons les pages du beau livre de Fernando Vilela qui s’inspire de cordel et de gravure populaire pour nous raconter une bataille inventée de bout en bout, entre Lancelot et Lampião. Deux exemples, choisis entre d’autres, qui illustrent avec une certaine gaieté, le mélange heureux et inusité d’univers culturels éloignés dans l’espace et le temps, mais rapprochés, superposés, entremêlés, portés l’un vers l’autre par l’élan créateur et visionnaire d’artistes libérés du joug des conformismes excessifs.

6Les Fabulous Trobadors sont originaires de Toulouse, capitale de l’Occitanie, où se parlait la langue d’oc, cette langue gallo-romane qui, dès le Moyen Âge, était devenue une langue prestigieuse et porteuse de culture. En dépit d’être aujourd’hui en sursis, battue en brèche par des siècles de francisation, sa vie est encore préservée dans quelques foyers de résistance. Ainsi, par exemple, les Fabulous Trobadors se donnent-ils pour sujet d’affirmer leur Occitanie, entre raison et émotion, passion et lucidité, juste avec leurs voix et des tambourins. Claude Sicre alias Docteur Cachou et Jean-Marc Enjalbert dit Ange B. sont deux chanteurs occitans contestataires et empêcheurs de tourner en rond ; musiciens publics et bateleurs de génie, ils font des tours d’acrobatie avec la langue, la française ou l’occitane, l’escamotent et la font rebondir, lui jouent des tours et la font agir, plus seulement dire. Avec eux les mots pétillent et contredisent, entortillent et libèrent, contaminent et « vitaminent », de sorte que bientôt nous protestons en chantant avec eux. C’est tonique et réjouissant, inventif et insolent. Le duo toulousain n’a pas peur des mélanges, il fonce dans l’impureté linguistique et le résultat est magnifique, déroutant, humain. Ils résistent parce qu’ils ont de l’humour, ils se révoltent parce qu’ils ont de l’amour. Ils pratiquent l’exercice difficile de la simplicité et veulent une musique qui rapproche les gens, qui communique et n’ait pas peur de l’autre. Ils pratiquent le métissage à tous crins et la parole aux quatre vents. Ils brisent des frontières et imaginent des lignes qui regroupent poètes ambulants berbères et troubadours occitans, emboladores du Nordeste brésilien et maîtres de cérémonie du rap. Tout se mêle, les genres et les accents, les âges et les continents, les instruments et les langues. Le patrimoine occitan est bien sûr très présent, mais sans chauvinisme ou parti pris communautaire, et en cela ils suivent la pensée du philosophe occitan, occitaniste et bon vivant, Félix Castan, et de son Manifeste multiculturel et anti-régionaliste. De la tradition des troubadours, ils vont retenir, entre autres, l’exemple de la « tenson » qui, selon Gros et Fragonard, consiste en un vif échange de propos, un débat entre deux personnages qui soutiennent respectivement deux aspects opposés d’une même question. Cette « tenson » est la cantiga dialoguée que nous retrouvons dans la tradition poétique arabo-ibérique des peuples qui allaient coloniser l’Amérique espagnole et portugaise. Les chants arabes, la poésie de langue d’oc et la cantoria nordestine suivent ainsi le parcours d’une tradition généreuse et prolifique qui accueille aussi les Fabulous Trobadors. Ces derniers, curieux de vérifier des différences et encore plus pressés de les assimiler, sont venus à la rencontre des poètes de cordel, des cantadores et des emboladores, ces chanteurs de rue qui marquent le rythme de leurs improvisations avec un tambourin. Il y a eu des allées et venues entre la France et le Brésil, des rencontres et des duels de tchatche franco-brésilienne. Claude Sicre avait ouvert le chemin en 1985, juste avant sa rencontre avec Ange B. Il était venu au Brésil et y avait découvert des formes musicales et poétiques ancrées dans une longue tradition féconde elle aussi, et chantées dans une langue proche de l’occitan. C’est dans le rythme, la voix et le tambourin de l’embolada, qu’il allait trouver ce qu’il cherchait, la simplicité d’une musique efficace et agile. L’improvisation et le dialogue avec le public le confirmaient dans sa quête d’une musique au service de la collectivité. Quand le docteur Cachou a rencontré Ange B., l’un a saisi son tambourin, l’autre a montré qu’il était capable de remplacer un orchestre avec ses bruits de bouche, et tous deux sont partis à la rencontre de leur public, bien décidés à prouver que la musique sert à plein de choses et que choisir une musique c’est choisir un rapport au monde.

7Pour illustrer notre propos, il faudrait écouter, dans l’album Duels de Tchatche et autres trucs du folklore toulousain (2003), un passage de Duel de sans-pareil, que les artistes qualifient comme « tençon-peleja » ou encore « tennis de tchatche ». Les paroles sont de Claude Sicre, la musique aussi avec des emprunts à la musique traditionnelle. Les voix sont celles de Claude Sicre et Jean-Marc Enjalbert. À la suite de ce morceau, écouter encore, tiré de l’album Caju e Castanha Vindo Lá da Lagoa, un extrait du titre Embolando na Embolada. Les voix sont des frères Caju et Castanha, un duo d’emboladores urbains du Pernambouc qui a déjà mené une joute poétique avec les Fabulous Trobadors. Le rythme de Caju et Castanha est généralement celui du coco, fondé essentiellement sur l’improvisation rimée au son du tambourin et du ganzá. D’un duo à l’autre, d’un pays à l’autre, les mots vont et viennent, légers, joyeux, ils rebondissent à qui mieux mieux, indifférents aux frontières entre registres de langue et ignorant les purismes pathologiques. Les mots prennent l’air et se frottent à l’imaginaire, entre irrévérence et plaisanterie, avec des intrusions de malice et des imprévus surréalistes. De ce côté-ci, de ce côté-là, nous retrouvons la même prosodie véloce, le même rythme pressé du rap, de l’embolada et du repente, qui mêle les genres, entrelace les contradictions et perturbe les classifications.

8En guise de petiscos ou d’amuse-gueules d’une audition ajournée, voici comment les uns et les autres ont amorcé leurs duels respectifs : Laissons Sans-Pareil et Jésus-Sickre régler leurs différends, abandonnons Castanha e Caju à leur joute verbale et tournons-nous vers un autre duel, celui que Fernando Vilela a imaginé entre le Lancelot de la tradition arthurienne et le Lampião de la mémoire sertaneja. Fernando Vilela est un artiste plasticien brésilien qui s’inspire, dans ses travaux, de la ville où il vit, São Paulo. À travers ses gravures, ses installations, ses sculptures, il dialogue avec l’aspérité et le mouvement du tissu urbain. L’artiste a le goût du combat, que ce soit quand il cherche à traduire l’espace et le temps précipité de l’une des plus grandes agglomérations urbaines du monde, ou lorsqu’il écrit et illustre des livres de littérature infanto-juvénile comme Lampião e Lancelote. Édité par la Cosac Naify en 2006, le titre en est à son quatrième tirage et le succès ne se dément pas.

Fabulous Trobadors :

 

Je m’appelle Sans-Pareil
Et je te le dis c’est moi
Qui lève et couche le soleil
Qui fais et défais les rois

Moi je m’appelle Jésus-Sickre
Et je circule en tous lieux
Ma Maman c’était Marie
Et mon Papa c’est le Bon Dieu

 

Caju e Castanha :

 

É bonito se olhar
A estrela matutina
Se abraçar com as meninas
E se banhar na beira mar

Il est beau de voir au loin
Notre étoile du matin
Faire aux filles des câlins
Et dans la mer prendre un bain

 

E agora pra completar
Esse é Castanha e Caju
E o negócio é com tu
Que agora vou te pegar

Terminons-en une bonne fois
Moi Castanha et toi Cajou
Je vais combattre avec toi
Tu vas devoir filer doux.

9Le combat livré dans cette œuvre est mené sur plusieurs fronts. Comme nous l’a déjà dit Zumthor, définir l’épopée n’est pas une tâche simple, et dans le cas présent, nous nous contenterons d’indiquer les quelques traits traditionnels qui satisfont les règles du genre : la narration d’une action qui ne s’embarrasse pas d’ornements annexes, la mise en scène de l’agressivité virile et un combat mortel entre deux personnages hors du commun. L’un est Lancelot, chevalier de la Table Ronde à la cour du roi Arthur, nom mythique du pays celtique, qui a inspiré plusieurs romans de littérature médiévale ; l’autre est Lampião, cangaceiro du Nordeste brésilien, bandit-héros tué par la police, en juillet 1938, et motif récurrent, avant sa mort et après sa vie, dans la littérature de cordel.

10Certes, Fernando Vilela s’inscrit dans une tradition et l’idée de ce chassé-croisé entre le Moyen Âge et le sertão n’est pas nouvelle, nous l’avons déjà vue présente dans diverses manifestations culturelles. Cependant, cette convocation du chevalier Lancelot et du bandit d’honneur Lampião est pour le moins surprenante, d’autant plus qu’elle est relatée dans un texte dont la forme s’inspire de l’esthétique particulière à la littérature de cordel. Or, il convient de le rappeler, Lancelot n’apparaît pratiquement pas dans les livrets de la littérature populaire en vers du Nordeste du Brésil. Il en va autrement de Lampião qui, en ce qui le concerne, a inspiré plusieurs titres devenus des classiques ; le cangaço constitue même un cycle thématique présent dans toutes les anthologies. Pour donner forme aux interventions du cangaceiro, l’auteur a eu recours au système de versification le plus traditionnel du cordel, le sizain de vers heptasyllabes, les rimes suivant le schéma fixé par la tradition : ABCBDB. Lancelot, quant à lui, parle en septains et suivant l’ordonnance attendue des rimes ABCBDDB. Des passages en prose s’emparent de la syntaxe et de la cadence des romans de chevalerie. En conséquence, ce n’est pas du cordel, il est vrai, cependant la grande tradition est néanmoins présente, sans rigorisme formel, mais dans le respect du génie de cet art rythmé, synthétique et communicatif. Registres de langue diversifiés et factures contrastées des images s’efforcent de traduire les deux univers culturels confrontés. Vilela est le chef d’orchestre.

11Dans le premier mouvement du texte, les héros nous sont présentés. C’est d’abord Lancelot qui traverse le paysage, monté sur son puissant destrier, dans les reflets d’argent et de blancheur de son épée, de son armure, réminiscences d’enluminures médiévales :

Ele é forte e delicado
Seu cavalo é todo branco
Trajado em armadura prata
Capa de bordado santo
A luz do sol se reflete
Como dardo se arremete
Todos cegam de espanto

Il est robuste et délicat
Son cheval est entièrement blanc
Il revêt une armure d’argent
Sa cape finement brodée
Du soleil a tous les reflets
Comme une lance il s’élance
Il nous aveugle et nous surprend

 

Filho da Rainha Helena
Nascido na Inglaterra
Nos tempos em que existiam
Castelos por toda a Terra
Lancelote desde moço
Adorava um alvoroço
Gostava de estar na guerra

Engendré par la Reine Hélène
Il est né en vieille Angleterre
À l’époque où il y avait
Des châteaux forts sur toute la terre
Lancelot dès sa prime jeunesse
Adorait trouble et confusion
Ce qu’il aimait c’était la guerre

Lancelot et son destrier In Lampião e Lancelote, de Fernando Vilela. São Paulo : Cosac Naify, 2006.

12Lampião ne se fait guère attendre, figure légendaire du Nordeste du Brésil, justicier pour les uns et criminel pour les autres. Monté sur son baudet et armé de son fusil, il arpente tout le sertão, suivi de sa redoutable bande. La gravure plonge dans des tonalités de cuivre, le cuivre des balles, des anneaux et des pièces de monnaie qui ornent les sacs et les chapeaux des célèbres cangaceiros.

Com este bando temido
Atirava igual canhão
Com seu rifle poderoso
Tornava a noite um clarão
Foi por isso que orgulhoso
Se chamou de Lampião

Avec cette bande redoutée
Il tirait comme un vrai canon
Avec les tirs de son fusil
Il éclairait toutes les nuits
C’est bien pour ça que par fierté
Il s’est donné pour nom Lampion

 

Invoco este personagem
De nosso seco Nordeste
Desça logo neste livro
Venha cá Cabra da Peste
Mostre o que tem de melhor
Vem chegando e desembeste

J’invoque donc ce personnage
De notre Nordeste le plus sec
Viens ici-bas entre ces pages
Approche-toi sacré lascar
Révèle ce que t’as de meilleur
Montre-toi donc à la hauteur

Lampião et son fusil In Lampião e Lancelote, de Fernando Vilela. São Paulo : Cosac Naify, 2006.

13Dans la deuxième partie du texte, le chevalier de la Table Ronde traverse la Bretagne et le Moyen Âge, en rythme de prose héritée des romans de chevalerie. En vertu d’un sort que lui jette la jalouse et irascible magicienne Morgane, Lancelot s’enfonce dans une brume mystérieuse qui n’est autre que le portail du temps. C’est ainsi qu’il se retrouve face à Lampião, en plein cœur du sertão et du XXe siècle. Les deux héros se défient en vers et en rimes, Lampião fait entendre à l’intrus qu’il est sur son territoire :

« Pois pare já eu lhe ordeno
Ó fantasma de metal
Encarnação do demônio
Grande embaixador do Mal
Logo se vê que fugiu
De um século medieval »

« Arrête-toi je te l’ordonne
Toi le fantôme de métal
T’es l’incarnation du démon
Et grand ambassadeur du Mal
On voit tout de suite que tu as fui
D’un lointain siècle médiéval »

Lancelot n’en croit ni ses yeux ni ses oreilles :

Lancelote ainda no susto
Vendo aquele cangaceiro
Berrou-lhe « quem é você
No meu caminho ó faceiro
Não empesteie o meu ar
Saia que eu quero passar
E respeite o cavaleiro »

Lancelot encore tout étonné
À la vue du cangaceiro
Le menaça : « Mais qui es-tu ?
Libère le chemin mon mignon
N’empeste pas mon atmosphère
Écarte-toi je veux passer
Et respecte le chevalier. »

Le cangaceiro ne se laisse bien sûr pas impressionner par ce ton aristocratique et poussiéreux :

« Ó donzelinho enfeitado
Todo coberto de ferro
Você nem sabe quem sou
E já vai me dando um berro
Se eu quiser te mato agora
E neste chão eu te enterro »

« Mon damoiseau tout décoré
Couvert de fer jusqu’aux doigts de pied
Toi qui ne sais pas à qui tu parles
Et commence à m’enguirlander
Si je veux je te tue sur-le-champ
C’est ici qu’tu seras enterré »

Sans se défaire de sa morgue princière, Lancelot réplique :

« Que sujeito doido és tu
Com esse jeito de anão
Essa roupa toda em couro
É de vaca ou de bisão
E o ar caipira e tacanho
Mais este chapéu estranho
Que lembra Napoleão »

« Tu m’as l’air franchement dérangé
D’abord t’es de la taille d’un nain
Et puis tous ces vêtements en cuir
C’est quoi ? d’la vache ou du bison
T’as l’air d’un plouc et d’un idiot
Sans parler d’ce drôle de chapeau
À la mode de Napoléon »

Il semblerait que nos deux héros, auteurs de prouesses mémorables, soient particulièrement sensibles à la futilité des apparences :

« Mas agora eu te pergunto
Sobre este monte de lata
Cobrindo todo seu corpo
Que armadura mais barata
Com cem tiros eu
te transformo
Num ralador de batata »

« À mon tour de t’interroger
Sur ce tas de vieilles boîtes en fer
Couvrant ton corps de haut en bas
C’est vraiment une armure pas chère
Si j’tire cent fois je fais de toi
 
Une vraie râpe à pommes de terre »

Les provocations continuent à fuser de part et d’autre, l’humeur belliqueuse s’alimente de peu, la taille des oreilles du baudet de Lampião ou la fragilité du pur sang égaré dans la sécheresse du sertão. En fin de compte, les héros décident de se mesurer l’un à l’autre, dans une lutte corps à corps. La bande de Lampião surgit derrière le chef, toute la cour du roi Arthur débarque dans la caatinga : le carnage peut commencer, le nombre y est. Les fossoyeurs se mettent à creuser. Les têtes tombent, Lancelot fait des brochettes de cangaceiros, les embrochant sur son épée, Lampião préfère le coutelas et hache menu les chevaliers ou réarme son fusil pour en faire des confettis.

Com toda essa violência
A poeira foi subindo
Era soco era paulada
Que os homens iam sentindo
 
Com aquela fumaceira
Todo mundo foi sumindo

En raison de cette violence
La poussière s’éleva dans les airs
Coups de poing et coups de lance
Que les hommes sentaient
dans leur chair
Mais pris dans cette sorte de fumée
Tous peu à peu disparaissaient

 

Foi neste momento então
Que se ouviu uma risada
Mas como é que uma guerra
 
Podia ser engraçada ?
E os gritos foram aos montes
Tornados em gargalhadas

Exactement à ce moment-là
On entendit rire aux éclats
Comment se fait-il donc
qu’une guerre
Divertisse tant les adversaires ?
Et les cris se multipliaient
En éclats de rire transformés

La strophe suivante rétablit la paix, le réel continue déstabilisé mais il est devenu pacifique. Les rôles et les apparences sont inversés : Lampião se noie dans une armure, Lancelot essaie de respirer dans sa veste de cuir trop serrée, tous les deux dansent un menuet qui tient davantage de la plaisanterie improvisée que de la noblesse consacrée.

Quando a poeira baixou
Estava tudo muito estranho
Lampião vestia roupas
Que não tinham seu tamanho
E Lancelote trajava
Um uniforme tacanho

Quand la poussière fut retombée
Rien n’était plus du tout normal
Lampião portait des vêtements
Qui n’étaient pas à la bonne taille
Et Lancelot était accoutré
D’un habit bien trop étriqué

C’est en musique que tout se terminera. L’épilogue de cette mosaïque d’écritures, de temps et d’espaces suit une partition musicale hybride et joyeuse. Lampião danse une gavotte avec la reine Guenièvre et ne s’en tire pas trop mal, Lancelot se laisse conduire par Maria Bonita, la compagne de Lampião, ils réinventent tous deux les pas du xaxado et du xote. Perceval est à l’accordéon, Corisco est au violon. Fernando Vilela ferme les rideaux de ce théâtre féerique, de cette histoire chevaleresque pleine de magie et gorgée de soleil.

Meu Povo aqui termina
Esta história verdadeira
Com baile, batalha e rima
Pondo abaixo uma barreira
Resultou numa geléia
Da magia européia
Com a ginga brasileira.

Mes chers amis ici termine
Cette histoire totalement vraie
Avec ses bals, batailles et rimes
Pour mettre à bas les palissades
Et nous offrir cette balade
Entre magie européenne
Et rythme à la brésilienne

Bibliographie

L’épopée est réinventée, le temps démantelé, la géographie redessinée. C’est une épopée solaire et enchantée, elle émerge du tissage des mots et du reflet des illustrations. L’artiste plasticien y a mis du cuivre et de l’argent, du noir et du blanc. Le noir et le blanc des gravures sur bois qui ornent les couvertures des livrets de cordel, l’argent de l’épée qui déchire le temps, le cuivre des balles qui griffent l’espace du sertão. C’est ainsi que Lancelot et Lampião se sont reconnus, d’un continent à l’autre et en dépit de leurs époques respectives. Ils sont les cousins germains des brincantes des reisados évoqués antérieurement, comme eux ils bernent la réalité, s’amusent sur le territoire de l’onirique, font et défont des cours médiévales, disposent du cours du temps, brouillent les frontières. Ce sont tous les héritiers d’une même tradition, qui a le don de l’équilibre entre le fixe et la mouvance, la mémoire et l’imagination, la lettre et la voix.

Références bibliographiques

Oswald BARROSO, Reis de Congo, Fortaleza, MINC/FLACS/MIS, 1996.

Jérôme BASCHET, A civilização feudal. Do ano mil à colonização da América, São Paulo, Globo, 2006.

Sebastião Nunes BATISTA, Antologia da Literatura de Cordel. Natal, Fundação José Augusto, 1977.

Luís da CÂMARA CASCUDO, (1984) Mouros, franceses e judeus, São Paulo, Ed. Perspectiva, 1984 (col. Debates).

Luís da CÂMARA CASCUDO, Cinco livros do povo. 2a edição Fac-similada. João Pessoa, Edição universitária UFPb, 1979 (1a ed. Rio de Janeiro : José Olympio, 1953).

Gilmar de CARVALHO, « Cordel, Cordão, Coração » in Revista do GELNE. Fortaleza, Universidade Federal do Ceará, 2005, vol. 1, n° 1. p. 285-293.

Félix-Marcel CASTAN, Manifeste culturel et anti-régionaliste, Millau, Cocagne, 1984.

Gilles DELEUZE et Félix GUATTARI, Mille Plateaux, Paris, Minuit, 1980.

Serge GRUZINSKI, O Pensamento mestiço, São Paulo, Companhia das Letras, 2001.

Martine KUNZ, Cordel A voz do verso, Fortaleza, Museu do Ceará, 2001 (col. Outras Histórias, 6).

—, —. Expedito Sebastião da Silva, São Paulo, Hedra, 2000.

—, —. Zé Melancia, São Paulo, Hedra, 2005.

LA CHANSON DE ROLAND, Ian SHORT (édit.), Paris, LGF, 1990 (Lettres Gothiques)

LITERATURA POPULAR EM VERSO-ANTOLOGIA, t. I, Belo Horizonte, Ed. Itatiaia Ltda / São Paulo, Ed. da Univ. de São Paulo / Rio de Janeiro, Fund. Casa de Rui Barbosa, 1986.

Marlyse MEYER, De Carlos Magno e outras histórias. Cristãos e Mouros no Brasil, Natal, UFRN, ed. Universitária, CCHLA, 1995 (Col. Humanas Letras).

Jerusa PIRES FERREIRA, Cavalaria em Cordel. O passo das águas mortas, São Paulo, Hucitec, 1979.

Claude SICRE, VIVE L’AMERICKE ! Quelques idées blues pour colorier la France, Paris, Publisud, 1988.

Fernando VILELA, Lampião e Lancelote, São Paulo, Cosac Naify, 2006 (Prêmio Bolonha Ragazzi, 2007).

Paul ZUMTHOR, Introduction à la poésie orale, Paris, Seuil, 1983.

Discographie consultée

FABULOUS TROBADORS

Era pas de faire, Roker Promocion, 1992.

Ma ville est le plus beau park, Mercury, 1995.

On the linha Imaginot, Crépuscule France, 1998.

Duels de Tchatche et autres trucs du folklore toulousain…, Sodi, 2003.

CAJU E CASTANHA

Caju e Castanha Vindo Lá da Lagoa, Trama Produções Artísticas Ltda, 2000.

Notes

1 La traduction des textes, folhetos ou citations, est de notre responsabilité.

2 Il existe différents types de reisados. Dans le cadre de cette introduction, il suffit de savoir qu’il s’agit d’un spectacle de rue populaire, composé de danses, chants, musique et intermèdes théâtralisés, rassemblés selon la logique du bricolage. La principale période d’exhibition du reisado se situe pendant les fêtes de Noël. Le répertoire thématique comprend l’annonce de la venue du Messie, le cortège des Rois Mages et les batailles entre maures et chrétiens. Le Reis de Congo est l’une de ces modalités de reisado, particulièrement honorée dans la région du Cariri, au sud de l’État du Ceará.

3 Rappelons que le Nordeste du Brésil est un vaste ensemble composé des États suivants : Maranhão, Piauí, Ceará, Rio Grande do Norte, Paraíba, Pernambuco, Alagoas, Sergipe, Bahia.

4 Sur le sujet, le lecteur français pourra consulter les ouvrages suivants : Raymond Cantel. La littérature populaire brésilienne. Poitiers, Centre de Recherches Latino-Américaines, 1993. Idelette Muzart-Fonseca dos Santos. La Littérature de Cordel au Brésil. Mémoire des voix, grenier d’histoires Paris, L’Harmattan, 1997. Julie Cavignac. La littérature de colportage au Nord-Est du Brésil – De l’histoire écrite au récit oral. Paris, CNRS Éditions, 1997. La littérature de cordel désigne l’ensemble des folhetos ou livrets imprimés de la littérature populaire en vers du Nordeste du Brésil.

5 À la différence de la cantoria qui renvoie à la poésie chantée improvisée sous forme de joute verbale entre cantadores qui s’accompagnent à la guitare à dix cordes ou viola, l’embolada, qui est aussi une forme de poésie chantée, voit l’improvisation des emboladores soutenue par le rythme du tambourin et parfois du ganzá, autre instrument musical à percussion.

Table des illustrations

Légende Lancelot et son destrier In Lampião e Lancelote, de Fernando Vilela. São Paulo : Cosac Naify, 2006.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8032/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Lampião et son fusil In Lampião e Lancelote, de Fernando Vilela. São Paulo : Cosac Naify, 2006.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8032/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

Auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search