Version classiqueVersion mobile

La mémoire à l’œuvre

 | 
Caroline Cazanave

Quatrième section. Genres et formes dévolus à l’exercice de la mémoire chroniques, journaux et poésie

Le genre médiéval du journal et les chemins de mémoire : l’exemple de Jean de Roye

Jean Devaux

Texte intégral

  • 1 Jean de Roye, Journal, connu sous le nom de Chronique scandaleuse (1460-1483), éd. Bernard de Mandr (...)

Je ne vueil ne n’entens point les choses cy après escriptes estre appellées, dictes ou nommées Croniques, pour ce que à moy n’appartient, et que pour ce fayre n’ay pas esté ordonné et ne m’a esté permys, mais seulement pour donner aucun petit passe temps aux lisans, regardans ou escoutans icelles, en leur priant humblement supployer à mon ignorance et adresser ce qui y seroyt mal mis ou escript1 […].

  • 2 Ibid., t. 1, p. 1.

1Tels sont les termes dont use le chroniqueur Jean de Roye pour définir, dans son prologue, le recueil historique où il consigne, ainsi qu’il [lui] en est peu souvenir, plusieurs des choses advenues au royaulme de France de 1460 à 14832. Au-delà de la formule traditionnelle d’excusatio, à laquelle se devait de sacrifier tout écrivain, son discours liminaire insiste expressément sur la franche démarcation qu’il convient d’établir entre l’initiative personnelle qui est la sienne et les chroniques officielles commanditées par le pouvoir. Face à la tradition des Grandes Chroniques de France, face à la lignée des indiciaires de la maison de Bourgogne, l’historiographie française du Moyen Âge flamboyant s’enrichit de la sorte de quantité de projets individuels mêlant intimement l’écriture de l’histoire objectivée à l’évocation de l’expérience du narrateur.

  • 3 Cf. notamment Jean Dufournet, « Commynes et l’invention d’un nouveau genre historique : les Mémoire (...)

2Cette personnalisation du texte historique se traduit pour une part, en milieu bourguignon, par une remarquable floraison de prémémoires, genre couronné et sublimé, à l’aube des temps modernes, par l’œuvre magistrale de Philippe de Commynes3. Parallèlement, le journal s’offre à l’écrivain comme un mode de discours résolument fragmentaire, où il a toute liberté de relater au jour le jour les événements et les menus faits qui ont retenu son attention. La sélection qu’il effectue va de pair, le plus souvent, avec l’étroitesse du champ d’investigation couvert par le chroniqueur, limité à sa ville et à son pays de connaissance.

  • 4 Jean de Roye, Journal […], t. 1, p. XXI-XXV. Sur la localisation de l’Hôtel de Bourbon, cf. Jean Fa (...)
  • 5 Jean de Roye, Journal […], t. 1, p. I, n. 1.
  • 6 C’est pour ce même motif que l’épithète mesdisante lui fut conférée par certains érudits (ibid., t. (...)

3C’est à plus d’un titre que le texte de Jean de Roye ressortit à cette forme d’écriture personnelle. Membre de la bourgeoisie parisienne, il résida sa vie durant au cœur de la capitale, où il exerça les fonctions de notaire au Châtelet et de secrétaire du duc Jean II de Bourbon, qui le commit à la garde de son hôtel familial, situé entre le Louvre et Saint-Germain l’Auxerrois4. Ainsi se focalise-t-il, d’un bout à l’autre de son œuvre, sur les faits marquants de la vie parisienne, tels qu’ils se déroulaient sous ses propres yeux : comme le souligne son éditeur, Bernard de Mandrot, pareil récit mériterait pleinement le titre de « Journal d’un bourgeois de Paris sous Louis XI »5. En revanche, l’appellation de Chronique scandaleuse dont il fut affublé à partir du XVIe siècle s’avère tout à fait inappropriée et c’est à tort que l’on put croire qu’il colporte des rumeurs calomnieuses au sujet de l’universelle araigne6.

  • 7 Ibid., t. 1, p. IX-X et n. 1 ; Franck Collard, Un historien au travail à la fin du XVe siècle : Rob (...)
  • 8 Jean de Roye, Journal […], t. 1, p. X ; Pierre Champion, Cronique Martiniane. Édition critique d’un (...)
  • 9 Jean de Roye, Journal […], t. 1, p. X-XI.
  • 10 Fr. Collard, Un historien au travail […], p. 167, n. 469.
  • 11 Ibid., p. 196-197, 206-210 et passim.
  • 12 Memoires de messire Philippe de Comines, seigneur d’Argenton, Contenans l’Histoire des Rois Louys X (...)

4 Imprimé une première fois sous le règne de Charles VIII7, ce texte fut intégré par Antoine Vérard dans la compilation qu’il publia peu après l’an 1500 sous le titre général de Cronique Martiniane8. Réédité dès 1512 à la suite de l’œuvre de Monstrelet, il fut ajoint en 1514 aux Grandes Chroniques de France, puis reparut isolément en 15589. Quoique son auteur demeurât longtemps méconnu, le Journal de Jean de Roye s’imposa donc rapidement comme une source majeure, portant non seulement sur l’histoire de Paris, mais encore sur le règne du roi Louis XI : alors qu’il ignore l’existence des Mémoires de Commynes10, Robert Gaguin se fonde largement, dès 1495, sur l’édition incunable de Jean de Roye, qui, pour la période couverte par le Journal, fournit la trame générale de son Compendium et environ 70 % de ses informations11. La fortune ultérieure de Philippe de Commynes ne fit d’ailleurs que contribuer à la notoriété du texte de Jean de Roye, dûment publié aux côtés des Mémoires dans l’édition classique de Théodore, Denys et Jean Godefroy (1706) et dans celle de Nicolas Lenglet du Fresnoy (1747)12.

  • 13 Jean Favier, Louis XI, Paris, Fayard, 2001, p. 17. Cf. de même Pierre Champion, Louis XI, 2 vol., P (...)
  • 14 J. Favier, Louis XI, p. 493. Sur ces événements, cf. Henri Stein, Charles de France, frère de Louis (...)

5 Largement apprécié par les biographes de Louis XI, qui reconnurent en lui – selon la formule de Jean Favier – « un professionnel de la précision »13, notre auteur a peu retenu l’attention des historiens de la littérature, rebutés sans doute par ce témoignage de première main, où l’élaboration proprement littéraire semble n’occuper, a priori, qu’une place des plus réduites. Ces quelques pistes de réflexion ne poursuivent dès lors d’autre objectif que de souligner l’intérêt du mode d’écriture dont ce journal constitue la parfaite illustration. Nous avons jugé préférable de nous concentrer, à cette fin, sur le développement consacré par Jean de Roye à la Guerre du Bien public. Alors que vingt pages de l’édition Mandrot lui suffisent, le plus souvent, à retracer les faits survenus en l’espace d’un an, il ne lui faut pas moins d’une centaine de pages pour couvrir la période qui s’étend de mars à octobre 1465. Bien vite menacés par l’armée des princes, Paris et sa région furent en effet, de longs mois durant, le théâtre d’opérations de cette « drôle de guerre »14, qui, outre l’indécise bataille de Montlhéry, se réduisit à une succession de coups de main et d’escarmouches perpétrés aux portes de la capitale.

  • 15 George Chastelain, Œuvres, éd. Joseph M. B. C. Kervyn de Lettenhove, 8 vol., Bruxelles, Heussner, 1 (...)
  • 16 Jean de Roye, Journal […], t. 1, p. 37-38. Cf. H. Stein, Charles de France […], p. 57-58.
  • 17 Jean de Roye, Journal […], t. 1, p. 38-39.
  • 18 Cf. J. Devaux, « Les chroniqueurs bourguignons et la Guerre du Bien public », p. 315.

6L’on chercherait en vain, sous la plume de Jean de Roye, les longs commentaires consacrés, dans l’historiographie contemporaine, aux origines de la Guerre du Bien public : là où George Chastelain et Olivier de la Marche interrompent l’un comme l’autre le cours de leur récit à seule fin de légitimer la conduite de Philippe le Bon, là où Commynes reporte sur le futur Charles le Téméraire toute la responsabilité de ce conflit armé15, le Journal entre aussitôt dans le vif du sujet, évoquant tour à tour la fuite de Charles de France, qui gagna la Bretagne à bien grant haste et diligence16 (4 mars), puis la rébellion du duc Jean II de Bourbon, qui abolit en ses contrées tous les impôts royaux et s’assura de la personne de Pierre d’Oriole, général des finances de Louis XI17. Ce faisant, notre auteur suggère, subrepticement, que les princes furent les premiers à passer à l’offensive, alors que nombre de chroniqueurs tiennent le souverain pour responsable de l’ouverture des hostilités18.

  • 19 Jean de Roye, Journal […], t. 1, p. 35. Cf. J. Devaux, « Les chroniqueurs bourguignons et la Guerre (...)
  • 20 Jean de Roye, Journal […], t. 1, p. 50.

7Jean de Roye est en effet fort loin de méconnaître les griefs des coalisés à l’endroit du roi de France. Il évoque, à la date de 1464, l’affaire ténébreuse du Bâtard de Rubempré, qui fut accusé, à son arrivée en Hollande, d’avoir tramé l’enlèvement du comte de Charolais et d’avoir agi à l’instigation du monarque. L’objectif du commentateur n’est guère, cependant, de produire à ce sujet un discours charpenté, répondant à une quelconque logique explicative. Aussi lui suffit-il d’une formule lapidaire pour réfuter les rumeurs colportées par les Bourguignons, accusations, précise-t-il, dont il n’estoit riens19. De même, il se fait l’écho, au détour du récit, des nobles motivations alléguées par les princes, qui se réclamaient des idéaux de liberté et de justice, prétendant agir dans l’intérêt du royaume. Les ravages perpétrés par l’armée bourguignonne dès qu’elle pénétra en région parisienne engagent notre auteur à ironiser sur la conduite singulière de ces champions du bien public, lesquels vindrent et passerent parmy l’Isle de France, qui par les dessusdiz fut fort dommagée, non obstant qu’ilz disoient partout où ilz passoient qu’ilz venoient pour affranchir le pays de France et pour le bien publique20.

  • 21 Ibid., t. 1, p. 40-41.
  • 22 Ibid., t. 1, p. 48-50.

8S’il ne s’embarrasse guère de politique générale, le chroniqueur se préoccupe en effet au premier chef du sort qui échut aux habitants de la capitale durant cette longue période d’hostilités. Il se met en devoir de rapporter, jour après jour, les dispositions prises par les autorités municipales afin d’assurer la défense de Paris. Ainsi le voit-on d’emblée se féliciter à demi-mot des belles ordonnances qui furent promulguées pour la tuicion, garde et seureté d’icelle ville21. Non contents d’avoir muré plusieurs des portes principales et de s’employer, la nuit, à faire le guet sur les remparts, les Parisiens veillèrent à ce que chaque rue soit pourvue de chaînes propres à enrayer la progression d’éventuels agresseurs. La population tout entière fut d’ailleurs appelée à payer de sa personne, chacun étant enjoint de s’armer selon son estat, pour la garde de ladicte ville et pour estre tous prestz quant mestier en seroit22.

  • 23 Ibid., t. 1, p. 104-105. Sur ce haut lieu du négoce parisien, cf. J. Favier, Paris au XVe siècle, p (...)
  • 24 Jean de Roye, Journal […], t. 1, p. 94.
  • 25 Ibid., t. 1, p. 105.
  • 26 Ibid., t. 1, p. 123 : car lesdiz de l’ost estoient tant affamez, les joes velues et si pendans de m (...)
  • 27 Jean de Roye, Journal […], t. 1, p. 124.

9Mais surtout, cette formidable capacité de résistance se manifeste pleinement, aux yeux de Jean de Roye, par les ressources alimentaires dont regorgeait la capitale alors même que l’ennemi s’efforçait de l’assiéger. Par deux fois, il mentionne les vastes convois de ravitaillement qui la préservèrent de toute forme de disette, qu’il s’agisse des saumons, esturgeons et harengs frais acheminés jusqu’à l’enclos des Halles23 ou des pâtés d’anguille qu’il put sans doute acheter lui-même en face du Châtelet24. Aussi insiste-t-il avec quelque malice sur la déconvenue des troupes adverses logées devant Paris, qui avoient menacié ceulx de ladicte ville de leur faire menger leurs chas et leurs ras par famine25. Bien davantage, lorsque le traité de Conflans vint mettre un terme aux hostilités, les Parisiens regorgeaient à ce point de victuailles qu’ils n’éprouvèrent aucune difficulté à assurer eux-mêmes le ravitaillement des coalisés. C’est là encore avec une joie non dissimulée que Jean de Roye témoigne de l’extrême disette qui régnait dans les rangs bourguignons et bretons26. Quant aux mercenaires suisses et calabrais, ils avaient, ajoute-t-il, telle rage de fain aux dens qu’ilz prenoient frommages sans peler et mordoient à mesmes, et puis buvoient de grans et merveilleux traiz en beaux pos de terre ; et Dieu scet en quelz nopces ilz estoient, mais ilz ne leur estoient pas franches, pour ce qu’ilz paioient bien leur escot. La capacité de la capitale à pourvoir aux besoins des assiégeants et des assiégés engage dès lors le commentateur à manifester sa fierté de Parisien en assurant avec ferveur que c’est chose incomprehensible et inestimable que de la puissance de Paris27.

  • 28 Ibid., t. 1, p. 44.
  • 29 Ibid.
  • 30 Ibid., t. 1, p. 63. Cf. de même ibid., t. 1, p. 53-54 : par lesquelles lettres le roy mercioit moul (...)
  • 31 Ibid., t. 1, p. 51.

10Cette forme de patriotisme va de pair, chez notre auteur, avec son attachement à la cause royale. Si le souverain demeure, tout au long du conflit, le meilleur soutien de la ville du monde que plus il aymoit28, il peut compter réciproquement, à s’en remettre à Jean de Roye, sur l’appui indéfectible de la bourgeoisie parisienne. À trois reprises, il fait état des messages de remerciements adressés par Louis XI à la population : se félicitant de ses bons vouloirs et loyautez29, il lui recommandait de persévérer et l’assurait de son désir de lui porter secours, ajoutant qu’il aymeroit mieulx avoir perdu la moitié de son royaume que mal ne inconvenient aucun venist en ladicte ville30. Ce loyalisme est tel que le commentateur juge superflues les troupes dépêchées en renfort sous la conduite du maréchal de France : il n’en estoit gueres de mestier, car les habitans d’icelle, qui tous estoient bien unis et loyaulx au roy, estoient assez souffisans pour ladicte garde d’icelle ville31.

  • 32 Ibid., t. 1, p. 76-77.
  • 33 Ibid., t. 1, p. 93.

11Établi à Paris au lendemain de Montlhéry, le souverain fait preuve, aussitôt, de son singulier desir de faire des biens à sa ville […] et aux habitans d’icelle : non content de reconduire les privilèges dont ils avaient joui sous le règne de Charles VII, il abolit séance tenante la plupart des impôts auxquels ils étaient soumis. Aussi Jean de Roye se plaît-il à rendre compte des scènes de liesse suscitées par la publication de ces ordonnances, tout le populaire criant de joye et de bon vouloir32. De même, Louis XI est accueilli, à son retour de Normandie, par les acclamations du peuple de Paris, qui, à haulte voix, cria Noel sur son passage33.

  • 34 Ibid., t. 1, p. 102.
  • 35 Ibid., t. 1, p. 126. Comme le constate l’éditeur, il est révélateur que l’édition incunable ait à l (...)
  • 36 Ibid., t. 1, p. 131-132.
  • 37 Ibid., t. 1, p. XXII.

12Les rapports privilégiés entretenus par le roi avec sa capitale se traduisent, de surcroît, sous la plume du chroniqueur, par les gestes d’amitié dont ce puissant monarque daigna gratifier les notables de la cité. Ainsi en va-t-il, bien évidemment, de la cérémonie du dimanche 8 septembre, où Louis leur fit l’insigne honneur d’adhérer, en qualité de frere et compaignon, à la confrérie de Notre-Dame ou grant confrarie aux bourgois de Paris34. Bien plus, cette singulière familiarité amène le souverain à admettre à sa table les membres de la haute société parisienne. C’est avec un plaisir manifeste que l’auteur rapporte les différents soupers partagés par le roi avec plusieurs dames, damoiselles, bourgoises et autres notables femmes d’icelle ville35. Si rien ne prouve qu’il fut lui-même convié à ces repas, tout porte à croire que Jean de Roye put étoffer son journal en recueillant le témoignage de l’un ou l’autre des participants. Il fournit de la sorte la liste détaillée des convives du souper donné en l’hôtel de Pierre l’Orfèvre, seigneur d’Ermenonville36, avec qui il était par ailleurs en relation dans le cadre de sa charge de notaire au Châtelet37.

  • 38 Il est dès lors vraisemblable que le récit détaillé de la bataille qui figure dans le Journal s’ins (...)

13Qui plus est, son texte abonde en précisions sur les propos qui furent tenus par le souverain lors du repas qu’il prit en l’hôtel de Charles de Melun, alors qu’il venait tout juste de gagner la capitale, deux jours après la bataille de Montlhéry (18 juillet 1465). À en croire notre auteur, l’assistance put entendre, de la bouche de Louis XI, le récit complet de cette funeste rencontre38 :

et, en ce faisant, dist et declaira de moult beaulx mots et piteux, de quoy tous et toutes pleurerent bien largement. Et si dist plus que, au plaisir de Dieu, le lundi ensuivant, il retourneroit derechef à l’encontre de sesdiz ennemis et qu’il mourroit en la poursuite ou que brief en aroit le bout.

  • 39 Jean de Roye, Journal […], t. 1, p. 68-69.

Son admiration pour la personne du monarque est telle que Jean de Roye ne doute pas un instant de la sincérité de cette déclaration. Bien au contraire, il s’efforce d’expliquer, dans la foulée, pour quels motifs le roi ne fut pas en mesure de tenir ses engagements : les conseils prodigués par son entourage et la lâcheté de ses gens de guerre permettent seuls de comprendre qu’il ait renoncé à ce projet. En aucun cas, sa pugnacité ne saurait en revanche être remise en cause : ainsi que le chroniqueur l’affirme sans ambages, ne tint point à lui, car il est assez et trop vaillant39.

  • 40 Ibid., t. 1, p. 136-137.

14À ce repas fait écho, trois mois plus tard (5 novembre 1465), le souper que le roi offrit à l’Hôtel de Ville pour célébrer la fin des hostilités. Le commentateur se plaît, une fois encore, à évoquer les gens de grant façon que le souverain prit soin d’inviter avecques leurs femmes, mais aussi les quelques officiers municipaux – quarteniers et dixeniers – qu’il eut à cœur d’associer à ces festivités. Outre le moult beau service de char et poisson dont purent profiter les invités, la soirée débuta par le discours solennel que Louis XI adressa au Parisiens, disant qu’il les mercioit tous en general et particulier de la grant feaulté et loyauté qu’il avoit trouvée en eulx, et que, pour eulx, il estoit du tout disposé de faire tout ce que possible lui seroit. Aussi leur fit-il part de sa décision de confirmer à jamais les privilèges qu’il leur avait accordés quelque temps plus tôt, prouvant par là qu’il n’avait pas agi sous la contrainte en promulguant ces ordonnances au plus fort du conflit40. L’on n’a guère de peine à mesurer toute la portée que Jean de Roye confère à ce souper, qui sert d’épilogue à son récit de la Guerre du Bien public et vient rappeler à point nommé le rôle déterminant qu’y jouèrent les Parisiens, restés fidèles à leur roi au cœur de la tourmente et récompensés en retour de cette belle loyauté.

  • 41 Ibid., t. 1, p. 53.
  • 42 Ibid., t. 1, p. 83-84.
  • 43 Ibid., t. 1, p. 127-128.

15Le Journal recèle en outre un témoignage original sur le climat de tension qui régnait dans Paris tandis que la guerre faisait rage aux alentours. À peine l’ennemi est-il annoncé aux abords de la capitale que la surveillance est aussitôt renforcée, ainsi que l’atteste le grant guet de cheval mis en place au début juillet, troupe qui aloit toutes les nuiz sur les murs et où l’on put dénombrer jusqu’à deux cents cavaliers41. À la mi-août, le bruit se répandit dans la ville que les cannoniers bretons et bourguignons étaient résolus à s’embusquer derrière les monceaux d’immondices entassés à proximité des remparts. Et notre auteur de dépeindre l’agitation qui s’ensuivit, la population s’étant armée de piques et de pelles, et s’escrimant en pure perte à étaler cette voierie42. Il suffit par ailleurs d’un simple départ de feu pour que l’on croie y reconnaître quelque manœuvre des troupes adverses et que les habitants soient derechef sur le pied de guerre43.

  • 44 Ce personnage est pareillement décrit dans le Testament comme un voleur de poules. François Villon, (...)
  • 45 Jean de Roye, Journal […], t. 1, p. 58-59. Cf. de même Philippe de Commynes, Mémoires, éd. Joël Bla (...)
  • 46 Jean de Roye, Journal […], t. 1, p. 82.
  • 47 Ibid., t. 1, p. 110.

16Ainsi Jean de Roye se montre-t-il attentif, plus qu’un autre, aux effets néfastes de la rumeur. Le coup de main tenté par les Bourguignons contre les défenseurs de la Porte Saint-Denis suscita de la sorte un mouvement de panique à travers l’ensemble de la cité : Casin Cholet, l’un des sergents à verge du Châtelet, décrit comme un paillart à l’esprit fort eschaufé44, sillonna les rues en hurlant à qui voulait l’entendre que l’ennemi était parvenu à entrer dans Paris et causa un tel effroy qu’à en croire notre auteur, plusieurs femmes grosses […] en acoucherent avant terme, et d’autres en moururent et perdirent leur entendement45. C’est dès lors avec une réelle satisfaction que Jean de Roye rapporte, quelques pages plus loin, le châtiment infligé à ce fauteur de troubles, placé dedens un ort, vilain et paillart tumbereau, et battu à plusieurs reprises par les carrefours de ladicte ville, pour la plus grande joie de la population46. Il suffit par ailleurs d’une météorite pour semer l’épouvante d’un bout à l’autre de la capitale : les bourgeois de faction, trompés par l’obscurité, pensèrent avoir affaire à une fusée incendiaire, si bien que le bruit se répandit que les Bourguignons se repliaient et qu’ils avaient résolu de détruire Paris en y mettant le feu partout où ils le pourraient47.

  • 48 Cf. notamment Jean Devaux, « Trahisons, fines attrapes et subtilitéz de guerre : Jean Molinet et le (...)
  • 49 Jean de Roye, Journal […], t. 1, p. 57.
  • 50 Ibid., t. 1, p. 57-58.

17De même que le soutil engin inspire, depuis Machaut, l’écriture oblique des maîtres rusés de la parole, l’univers guerrier du Moyen Âge tardif est dominé, on le sait, par les fines attrapes de l’ingenieur et du stratège48. S’il rend compte fidèlement des divers combats et escarmouches qui eurent lieu, de temps à autre, aux abords de la capitale, le chroniqueur semble préoccupé, bien davantage, par la grande cautelle et subtilité49 déployée par l’ennemi pour parvenir à ses fins. Ainsi rapporte-t-il comment quatre hérauts bourguignons se présentèrent, le 8 juillet, à la Porte Saint-Denis, sous prétexte de demander des vivres pour leur armée, et tentèrent adroitement d’occuper les hommes du guet tandis que leurs comparses, embusqués un peu plus loin, se précipitaient vers la ville à grande fureur. Ce subtil stratagème fut toutefois déjoué par la réaction immédiate des bourgois de Paris, qui, assure Jean de Roye, firent montre de leur bravoure et résistèrent moult asprement et vaillamment à l’agresseur50.

  • 51 Ibid., t. 1, p. 114-116 : Et maintenoient plusieurs depuis que ce fut grace de Dieu, et que, s’ilz (...)

18L’auteur consacre par ailleurs un développement substantiel aux rumeurs de trahison qui se propagèrent au soir du 26 septembre : à en croire ce grant bruit, certains des gardes de la bastide Saint-Antoine s’étaient laissé circonvenir par l’ennemi et étaient résolus à laisser les portes ouvertes, ayant eu soin, par surcroît, de neutraliser plusieurs canons. Cependant, là encore, la vigilance des bourgeois permit seule de déjouer les plans de l’adversaire : alors même que le roi et ses capitaines avaient intimé l’ordre que chacun s’alast coucher, les Parisiens demeurèrent en armes jusqu’à l’aube, contraints de désobéir pour préserver leur cité. Soucieux d’accréditer la thèse du complot, le commentateur se plaît à relayer la rumeur selon laquelle la ville eût été entièrement dévastée sans l’opiniâtreté de ses farouches défenseurs51.

  • 52 Ibid., t. 1, p. 81, 90-91, 113, 119-120.
  • 53 Ibid., t. 1, p. 69-70.
  • 54 Ibid., t. 1, p. 73-74.
  • 55 Ibid., t. 1, p. 74-75. Cf. de même ibid., t. 1, p. 108-109 (sur les trahisons découvertes à Pontois (...)

19L’on sait de fait la place qu’occupent dans l’univers guerrier les tractations menées par les belligérants pour corrompre les meilleurs soutiens du camp adverse et les engager subtilement sur la voie de la trahison. Philippe de Commynes a dévoilé, mieux que tout autre, les arcanes de cette diplomatie secrète et de ces manœuvres souterraines qui, souvent, décidèrent de l’issue des conflits armés. S’il est certes bien loin de détenir ces connaissances, Jean de Roye n’en est pas moins parfaitement conscient du danger que représente, pour Paris et pour son roi, la menace permanente de nouvelles trahisons. Ainsi enregistre-t-il avec un soin particulier les défections des quelques gentilshommes gagnés à la cause des coalisés52, mais aussi le châtiment réservé à l’un d’entre eux, condamné à la pendaison pour crime de lèse-majesté53. De même, il fait état de la fin ignominieuse de trois clercs de justice, convaincus d’avoir conspiré contre le roi et noyés dans la Seine par le bourreau de Paris54. Tel fut le sort infligé à un povre aide à maçon, dont le seul crime était d’avoir porté une lettre dans le camp ennemi ; et le chroniqueur de préciser, avec une pointe d’ironie, que cette équipée pour le moins périlleuse ne lui avait rapporté que deux malheureux sous par jour55.

  • 56 Ibid., t. 1, p. 78.
  • 57 Sur ces missions d’infiltration, cf. de même André Leguai, « Espions et propagandistes de Louis XI (...)

20Le climat de suspicion régnant dans la capitale est du reste aggravé, au dire de Jean de Roye, par les fausses rumeurs de trahison que répandait l’ennemi afin de semer le trouble dans les rangs de l’armée royale. Nous rencontrons de la sorte, au détour du Journal, une description circonstanciée de la mission d’espionnage accomplie à Paris par un jeune compaignon à la solde des Bretons. Une fois démasqué et mis à la question, ce personnage avoua qu’il avait été chargé de s’enquérir des ressources des troupes logées dans la ville afin de favoriser la dampnée entreprinse des princes révoltés contre leur souverain. Non content de se borner à ce rôle d’informateur, il avait en outre pour mission d’accuser de déloyauté certains des capitaines de l’armée royale et aucunes notables personnes de Paris56. Ainsi le chroniqueur se fait-il ici l’écho de méthodes d’espionnage déjà assez élaborées, relevant, pour user du vocabulaire moderne, de la guerre psychologique ou de « l’intoxication »57.

21Tel ne fut pas d’ailleurs, à s’en remettre à notre auteur, la seule manœuvre subversive imaginée par l’ennemi pour augmenter le désarroi causé, à travers la ville, par les défections qui se multipliaient de jour en jour :

  • 58 Jean de Roye, Journal […], t. 1, p. 111.

lesdiz ennemis ainsi logez devant Paris, firent plusieurs balades, rondeaux, libelles diffamatoires et autres choses, pour diffamer aucuns bons serviteurs estans autour du roy, afin que à ceste cause le roy les prinst en sa malvueillance et les deschassast de son service58.

L’on ne peut qu’apprécier tout l’intérêt de ce témoignage, qui nous informe très précisément sur la fonction propagandiste et les conditions de diffusion d’une certaine catégorie de poèmes de circonstance, appelés à contribuer, par leur force persuasive, à la désinformation orchestrée dans le cadre de tel ou tel conflit.

  • 59 Jean Maupoint, Journal parisien, éd. Gustave Fagniez, Paris, Champion, 1878 (Mémoires de la Société (...)
  • 60 J. Favier, Louis XI, p. 489.
  • 61 Claude Thiry, « Historiographie et actualité (XIVe et XVe siècles) », La Littérature historiographi (...)
  • 62 François Mauriac, La vie de Jean Racine, Paris, Plon, 1928 (Le Roman des grandes existences), p. 7, (...)

22Jean de Roye s’érige donc, au fil de son récit, en fervent défenseur de la cause royale, qui s’avère toutefois indissociable, selon lui, de la farouche résistance opposée par les Parisiens à la Ligue du Bien public. Cette belle loyauté est néanmoins grandement sujette à caution. Les Mémoires de Commynes ou le Journal de Jean Maupoint59 restituent tout au contraire le climat d’incertitude qui régna pour un temps dans la capitale. Comme le constate Jean Favier, « Paris est tout sauf sûr » durant ces quelques mois60. Le genre du journal, tel que l’illustre Jean de Roye, ne saurait dès lors être tenu pour une simple « proto-historiographie »61, qui se bornerait à consigner l’actualité à l’état brut. Le regard porté par le commentateur sur les événements qui se déroulent sous ses yeux l’engage, sous l’apparente simplicité du style, à se livrer à ce travail d’élaboration littéraire dont l’historiographie du temps offre plus d’un exemple. Pour reprendre le propos de François Mauriac, « le journal le plus secret est une composition littéraire, un arrangement, un mensonge »62.

23Face aux divers témoins de la vie curiale, chroniqueurs officiels ou mémorialistes, Jean de Roye nous donne par ailleurs à entendre la voix singulière d’un bourgeois de Paris, attentif aux menus faits de la vie citadine et à leur incidence sur le monde politique. Ainsi constitue-t-il un représentant privilégié de ce chemin de mémoire encore trop peu fréquenté, mais qui témoigne, à sa manière, de la richesse du discours historiographique tel qu’il se développe dans la France du XVe siècle.

Notes

1 Jean de Roye, Journal, connu sous le nom de Chronique scandaleuse (1460-1483), éd. Bernard de Mandrot, 2 vol., Paris, Renouard, 1894-1896 (Société de l’Histoire de France), t. 1, p. 2. Toutes nos références renvoient à cette édition.

2 Ibid., t. 1, p. 1.

3 Cf. notamment Jean Dufournet, « Commynes et l’invention d’un nouveau genre historique : les Mémoires », Mémoires de la Société d’Histoire de Comines-Warneton et de la région, t. 18, 1988, p. 57-72.

4 Jean de Roye, Journal […], t. 1, p. XXI-XXV. Sur la localisation de l’Hôtel de Bourbon, cf. Jean Favier, Paris au XVe siècle (1380-1500), Paris, Association pour la publication d’une Histoire de Paris, Hachette, 1997 (éd. orig. 1974) (Nouvelle Histoire de Paris), p. 109-110 ; Philippe Lorentz et Dany Sandron, Atlas de Paris au Moyen Âge. Espace urbain, habitat, société, religion, lieux de pouvoir, Paris, Parigramme, 2006, p. 106.

5 Jean de Roye, Journal […], t. 1, p. I, n. 1.

6 C’est pour ce même motif que l’épithète mesdisante lui fut conférée par certains érudits (ibid., t. 1, p. XII-XIII). L’attribution du texte au prétendu Jean de Troyes s’explique tout au plus par une confusion entre le tracé de la lettre T et le paraphe notarial dont l’auteur fait précéder sa signature autographe dans le BnF ms. fr. 5062 (ibid., t. 1, p. XXI-XXII).

7 Ibid., t. 1, p. IX-X et n. 1 ; Franck Collard, Un historien au travail à la fin du XVe siècle : Robert Gaguin, Genève, Droz, 1996 (Travaux d’Humanisme et Renaissance, 301), p. 126-127, pour qui Gaguin put recourir à cette édition incunable.

8 Jean de Roye, Journal […], t. 1, p. X ; Pierre Champion, Cronique Martiniane. Édition critique d’une interpolation originale pour le règne de Charles VII restituée à Jean Le Clerc, Paris, Champion, 1907 (Bibliothèque du XVe siècle, 2), p. XII-XIII ; John Macfarlane, Antoine Vérard, Genève, Slatkine Reprints, 1971 (éd. orig. Londres, 1900), p. 79-80.

9 Jean de Roye, Journal […], t. 1, p. X-XI.

10 Fr. Collard, Un historien au travail […], p. 167, n. 469.

11 Ibid., p. 196-197, 206-210 et passim.

12 Memoires de messire Philippe de Comines, seigneur d’Argenton, Contenans l’Histoire des Rois Louys XI. & Charles VIII. depuis l’an 1464. jusques en 1498. Augmentez de plusieurs Traittez, Contracts, Testaments, Actes, & Observations. Par feu Mr. Denys Godefroy, Conseiller, & Historiographe ordinaire du Roy. Derniere Edition divisée en III. Tomes, enrichie de Portraits en taille douce & augmentée de l’Histoire de Louis XI. connue sous le nom de Chronique Scandaleuse, 3 vol., Bruxelles, François Foppens, 1706, t. 2, 2e partie, p. 1-299 ; Memoires de messire Philippe de Comines, seigneur d’Argenton, Où l’on trouve l’Histoire des Rois de France Louis XI. & Charles VIII. Nouvelle edition, Revûe sur plusieurs Manuscrits du tems, enrichie de Notes & de Figures, avec un Recueil de Traités, Lettres, Contrats & Instructions, utiles pour l’Histoire, & nécessaires pour l’étude du Droit Public & du Droit des Gens. Par Messieurs Godefroy. Augmentée par M. l’Abbé Lenglet du Fresnoy, 4 vol., Londres, Paris, Rollin, 1747, t. 2, p. 1-221.

13 Jean Favier, Louis XI, Paris, Fayard, 2001, p. 17. Cf. de même Pierre Champion, Louis XI, 2 vol., Paris, Champion, 1927 (Bibliothèque du XVe siècle, 33, 34), t. 1, p. 16-17 ; Pierre-Roger Gaussin, Louis XI, un roi entre deux mondes, Paris, Nizet, 1988, p. 16, 75-80.

14 J. Favier, Louis XI, p. 493. Sur ces événements, cf. Henri Stein, Charles de France, frère de Louis XI, Paris, Picard, 1919 (Mémoires et Documents publiés par la Société de l’École des Chartes, 10), p. 45-134 ; P. Champion, Louis XI, t. 2, p. 61-82 ; Joseph Calmette, Le Grand Règne de Louis XI, Paris, Hachette, 1938 (De l’Histoire), p. 100-115 ; Richard Vaughan, Philip the Good. The Apogee of Burgundy, Woodbridge, The Boydell Press, 2002 (éd. orig. 1970), p. 373-391 ; Paul Murray Kendall, Louis XI. « … L’universelle araigne… », trad. Éric Diacon, Paris, Fayard, 1974, p. 145-201 ; P.-R. Gaussin, Louis XI […], p. 226-229 ; Jacques Heers, Louis XI, Paris, Perrin, 1999, p. 62-67 ; Michel Rimboud, « La paix du Bien public : démesure et marchandages (août-novembre 1465) », La Guerre, la violence et les gens au Moyen Âge. Actes du 119e Congrès des sociétés historiques et scientifiques (Amiens, 26-30 octobre 1994), sous la dir. de Philippe Contamine et Olivier Guyotjeannin, 2 vol., Paris, Éditions du CTHS, 1996, t. 1, p. 333-344 ; J. Favier, Louis XI, p. 447-510 ; Henri Dubois, Charles le Téméraire, Paris, Fayard, 2004, p. 116-130.

15 George Chastelain, Œuvres, éd. Joseph M. B. C. Kervyn de Lettenhove, 8 vol., Bruxelles, Heussner, 1863-1866, t. 5, p. 125-127, 140-149, 181-182 ; Olivier de la Marche, Mémoires, éd. Henri Beaune et Jules d’Arbaumont, 4 vol., Paris, Renouard, 1883-1888 (Société de l’Histoire de France), t. 3, p. 1-9 ; Philippe de Commynes, Mémoires, éd. Joël Blanchard, 2 vol., Genève, Droz, 2007 (Textes littéraires français, 585), t. 1, p. 7-9. Cf. Jean Devaux, « Les chroniqueurs bourguignons et la Guerre du Bien public », Quant l’ung amy pour l’autre veille. Mélanges de moyen français offerts à Claude Thiry, sous la dir. de Maria Colombo Timelli et Tania Van Hemelryck, Turnhout, Brepols, 2008 (Texte, Codex & Contexte, 5), p. 313-322.

16 Jean de Roye, Journal […], t. 1, p. 37-38. Cf. H. Stein, Charles de France […], p. 57-58.

17 Jean de Roye, Journal […], t. 1, p. 38-39.

18 Cf. J. Devaux, « Les chroniqueurs bourguignons et la Guerre du Bien public », p. 315.

19 Jean de Roye, Journal […], t. 1, p. 35. Cf. J. Devaux, « Les chroniqueurs bourguignons et la Guerre du Bien public », p. 319 ; et surtout Malte Prietzel, « Rumeurs, honneur et politique. L’affaire du Bâtard de Rubempré (1464) », L’Envers du décor. Espionnage, complot, trahison, vengeance et violence en pays bourguignons et liégeois. Rencontres de Liège (20-23 septembre 2007), sous la dir. de Jean-Marie Cauchies et Alain Marchandisse, Publication du Centre européen d’Études bourguignonnes (XIVe-XVIe s.), t. 48, 2008, p. 159-176. Comme le constate cet historien, « Jean de Roye, dont les sympathies pour Louis XI sont notoires, ignore même (ou feint d’ignorer) que le bâtard se trouvait à Gorinchem quand il a été incarcéré ; d’après cet auteur, le bateau du bâtard a été capturé sur mer par des navires flamands » (ibid., p. 168).

20 Jean de Roye, Journal […], t. 1, p. 50.

21 Ibid., t. 1, p. 40-41.

22 Ibid., t. 1, p. 48-50.

23 Ibid., t. 1, p. 104-105. Sur ce haut lieu du négoce parisien, cf. J. Favier, Paris au XVe siècle, p. 34-35.

24 Jean de Roye, Journal […], t. 1, p. 94.

25 Ibid., t. 1, p. 105.

26 Ibid., t. 1, p. 123 : car lesdiz de l’ost estoient tant affamez, les joes velues et si pendans de maleureté qu’ilz avoient longuement enduré que plus n’en povoient, et la pluspart estoient sans chausses et soulers, pleins de poux et d’ordure. Sur la place accordée au ravitaillement dans les textes littéraires, cf. notamment Jean Devaux, « L’alimentation en temps de guerre : l’apport des sources littéraires », La Vie matérielle au Moyen Âge. L’apport des sources littéraires, normatives et de la pratique. Actes du Colloque international de Louvain-la-Neuve (3-5 octobre 1996), sous la dir. de Claude Thiry et Jean-Pierre Sosson, Louvain-la-Neuve, Université Catholique de Louvain, 1997 (Publications de l’Institut d’Études médiévales), p. 91-108.

27 Jean de Roye, Journal […], t. 1, p. 124.

28 Ibid., t. 1, p. 44.

29 Ibid.

30 Ibid., t. 1, p. 63. Cf. de même ibid., t. 1, p. 53-54 : par lesquelles lettres le roy mercioit moult fort sesdiz habitans de Paris de leurs bonnes loyaultez, en les priant et exhortant de tousjours y continuer et perseverer […].

31 Ibid., t. 1, p. 51.

32 Ibid., t. 1, p. 76-77.

33 Ibid., t. 1, p. 93.

34 Ibid., t. 1, p. 102.

35 Ibid., t. 1, p. 126. Comme le constate l’éditeur, il est révélateur que l’édition incunable ait à la fois supprimé le mot bourgoises et substitué l’épithète nobles à notables (ibid., t. 1, p. 126, n. 1).

36 Ibid., t. 1, p. 131-132.

37 Ibid., t. 1, p. XXII.

38 Il est dès lors vraisemblable que le récit détaillé de la bataille qui figure dans le Journal s’inspire largement des informations communiquées à notre auteur au lendemain de ce souper. Sur cet affrontement, cf. en dernier lieu Michel Rimboud, « La bataille de Montlhéry – 1465 », Cahiers du Centre d’études d’histoire de la défense, n° 23 (Nouvelle Histoire Bataille II), 2004, p. 75-91.

39 Jean de Roye, Journal […], t. 1, p. 68-69.

40 Ibid., t. 1, p. 136-137.

41 Ibid., t. 1, p. 53.

42 Ibid., t. 1, p. 83-84.

43 Ibid., t. 1, p. 127-128.

44 Ce personnage est pareillement décrit dans le Testament comme un voleur de poules. François Villon, Poésies, éd. et trad. Jean Dufournet, Paris, Flammarion, 1992 (GF, 741), p. 190, v. 1113-1115. Cf. Pierre Champion, François Villon. Sa vie et son temps, 2 vol., Paris, Champion, 1933 (éd. orig. 1913) (Bibliothèque du XVe siècle, 20, 21), t. 1, p. 190 et n. 6.

45 Jean de Roye, Journal […], t. 1, p. 58-59. Cf. de même Philippe de Commynes, Mémoires, éd. Joël Blanchard, t. 1, p. 15 : Il y eut du menu peuple, comme ay sceu despuys, fort espouventé ce jour, jusques a crier : « Ilz sont dedans ! » (ainsi le m’ont compté plusieurs despuys), mais c’estoit sans propox.

46 Jean de Roye, Journal […], t. 1, p. 82.

47 Ibid., t. 1, p. 110.

48 Cf. notamment Jean Devaux, « Trahisons, fines attrapes et subtilitéz de guerre : Jean Molinet et le dessous des cartes », L’Envers du décor […] (cité n. 19), p. 217-226.

49 Jean de Roye, Journal […], t. 1, p. 57.

50 Ibid., t. 1, p. 57-58.

51 Ibid., t. 1, p. 114-116 : Et maintenoient plusieurs depuis que ce fut grace de Dieu, et que, s’ilz s’en feussent alez et departis, ladicte ville estoit perdue et destruicte et que lesdiz de devant Paris y feussent entrez par ladicte Bastide, et par ce demourée ladicte ville destruicte et du tout desolée.

52 Ibid., t. 1, p. 81, 90-91, 113, 119-120.

53 Ibid., t. 1, p. 69-70.

54 Ibid., t. 1, p. 73-74.

55 Ibid., t. 1, p. 74-75. Cf. de même ibid., t. 1, p. 108-109 (sur les trahisons découvertes à Pontoise et Melun).

56 Ibid., t. 1, p. 78.

57 Sur ces missions d’infiltration, cf. de même André Leguai, « Espions et propagandistes de Louis XI arrêtés à Dijon », Annales de Bourgogne, t. 23, 1951, p. 50-54 ; J. Devaux, « Trahisons, fines attrapes et subtilitéz de guerre […] », p. 219-222.

58 Jean de Roye, Journal […], t. 1, p. 111.

59 Jean Maupoint, Journal parisien, éd. Gustave Fagniez, Paris, Champion, 1878 (Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, 4), passim.

60 J. Favier, Louis XI, p. 489.

61 Claude Thiry, « Historiographie et actualité (XIVe et XVe siècles) », La Littérature historiographique des origines à 1500. Partie historique, sous la dir. de Hans Ulrich Gumbrecht, Ursula Link-Heer et Peter-Michael Spangenberg, Heidelberg, Carl Winter Universitätsverlag, 1987 (Grundriss der Romanischen Literaturen des Mittelalters, XI/1), p. 1025-1063, en particulier p. 1029.

62 François Mauriac, La vie de Jean Racine, Paris, Plon, 1928 (Le Roman des grandes existences), p. 7, cité dans Jean Dufournet, Études sur Philippe de Commynes, Paris, Champion, 1975 (Bibliothèque du XVe siècle, 40), p. 123.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search