Version classiqueVersion mobile

La mémoire à l’œuvre

 | 
Caroline Cazanave

Quatrième section. Genres et formes dévolus à l’exercice de la mémoire chroniques, journaux et poésie

La Cronica de Salimbene

Isabelle Weill

Texte intégral

1Le frère franciscain Salimbene de Adam a été bien plus qu’un simple prêtre prédicateur originaire de Parme ; il a vécu dans des temps très troublés, à savoir la phase finale de la querelle du Sacerdoce et de l’Empire, et ce partisan indéfectible de la Papauté a rencontré, voire bien connu, absolument tous les personnages qui ont pu avoir de l’importance au cours du XIIIe siècle, qu’il s’agisse des ministres provinciaux des Ordres, des dirigeants des communes indépendantes de Lombardie, des nombreux papes qui se sont succédé, du roi Louis IX, et surtout de l’empereur déposé et excommunié, le Staufen Frédéric II ; il a beaucoup voyagé, dans l’Italie du Nord, la France du Sud, à Lyon, Auxerre, Sens, Paris. À partir de son expérience et de son énorme culture, il a écrit plusieurs traités ou chroniques mais il ne nous est parvenu que la Cronica (dont manquent le début et la fin dans le manuscrit autographe), un texte sur lequel il a travaillé, au soir de sa vie, au moment où le rêve gibelin était déjà totalement anéanti, de 1283 à 1287 ; nous avons en outre la certitude, d’après des allusions et des annonces du texte, qu’il était encore vivant en 1288. Il s’agit là d’une œuvre historique aussi foisonnante que baroque, qu’il ne faudra surtout pas essayer de lire en continu ; il faut pénétrer au hasard dans cet étonnant témoignage, feuilleter les pages et se laisser happer par des anecdotes ahurissantes ou cocasses, des récits saisissants de réalisme et de vie, des passages poétiques, oniriques, fantastiques, mais aussi des atrocités relevant de la pure horreur.

2Il paraît donc bien difficile de classer un tel texte, de dire de quel genre historique (annales, mémoires, chronique) il peut relever ; et quelle valeur de vérité accorder à un homme qui a la réputation d’être une très mauvaise langue et à qui on n’a jamais confié la moindre fonction officielle au sein de l’Ordre franciscain, un auteur qui répète que les événements dont il a été souvent le témoin oculaire ne servent qu’à accomplir sur la Terre tout ce ce qui s’est déjà produit dans les Écritures ?

I – À quel genre rattacher cet acte de mémoire ?

La Cronica : le travail d’un « annaliste »

3La Cronica se présente comme des Annales où les événements sont juxtaposés, une année suivant l’autre en tête de chaque paragraphe, avec des résumés et des annonces intercalés par une main inconnue ; le texte part de l’an 1168 et reprend le texte de l’évêque de Crémone, Sicard, sans que l’on puisse précisément savoir ce qui a été réécrit ou ajouté par Salimbene : en effet, en l’an 1198, Salimbene annonce la naissance des deux grands Ordres religieux et on identifie des séquences qui seront reprises lorsque se dérouleront les événements à leur bonne datation ; au folio 32, Salimbene précise : « ce qui suit est de Sicard » pour dire, au folio 40, « ici s’arrête le récit de Sicard ». C’est alors que Salimbene, en l’an 1212, soit neuf ans avant sa propre naissance, ne pouvant plus utiliser (recopier, modifier) son « bon » modèle, nous expose comment il compte mener à bien son travail d’historiographe :

  • 1 Les références correspondent aux paragraphes de l’édition de G. Scaglia, Salimbene de Adam, Cronica(...)

À partir de maintenant, nous abordons des récits maladroits, grossiers [41]1 lourds et prolixes qui même, en beaucoup d’endroits, ne respectent pas la grammaire mais suivent l’ordre de l’histoire. À partir de maintenant, ce sera donc à nous d’organiser, d’améliorer, d’enlever, d’employer une bonne grammaire comme nous l’avons aussi fait précédemment en maints endroits dans cette même chronique ; nous y avons trouvé beaucoup d’erreurs et de maladresses dont certaines ont été introduites par les copistes qui font beaucoup de fautes et d’autres ont été faites par les auteurs d’origine (dictatores). Ceux qui après eux ont fait des ajouts les ont suivis avec une confiance naïve et ne se sont pas demandé si ce qu’ils avaient dit étaient bien ou non ; ils en ont usé de la sorte pour s’éviter de la peine, ou parce qu’ils n’avaient pas de compétence en histoire. Il vaut mieux pourtant qu’ils aient écrit quelque chose, fût-ce avec naïveté, que s’ils ne l’avaient pas fait ; en tout cas c’est par eux que nous savons en quelle année de l’incarnation du Seigneur tels ou tels faits se sont produits et que, sur l’histoire des faits, des événements et des conflits qui se sont déroulés, nous savons une vérité que nous ne connaîtrions peut-être pas sauf si Dieu avait voulu nous donner une révélation… C’est ce que nous avons fait dans les nombreuses autres chroniques que nous avons écrites, fait connaître et amender. Ainsi donc l’année susdite…

Le texte, nous l’avons vu, a bien l’apparence datée année par année propre à des Annales et il énumère des suites d’événements marquants dans la mémoire des hommes, telles des épidémies mortelles, des épizooties frappant poules, chats, bovins, des invasions de puces, de papillons ou de moustiques, des apparitions de comètes dans le ciel annonciatrices de malheurs, et des catastrophes comme des écroulements, des tremblements de terre ou des glissements de terrain. Mais un annaliste d’habitude ne fait pas acte de présence dans son texte et pourtant Salimbene ne se prive pas de raconter par anticipation en 1235 comment il a vu, de ses yeux vu, un éléphant marcher dans les rues de Parme. Comme il rassemble des notes écrites auparavant, il dit par exemple être en train d’écrire en 1284 alors que suit aussitôt après un long passage écrit en 1283 ; il n’hésite pas à se plaindre de ses problèmes d’écrivain comme le manque de parchemin ou la crainte d’en manquer. Il interpole (en précisant qu’il le fait) un de ses traités écrits auparavant, le De prelato liber, qui est à la fois un ouvrage technique sur ce qu’on attend d’un bon supérieur d’un Ordre quelconque et une longue diatribe dirigée contre le mauvais prélat qu’a été frère Élie, le ministre général franciscain, pourtant le dernier disciple de saint François.

La Cronica : des Mémoires autobiographiques

  • 2 J’oserais dire que certains passages annoncent la voix du cardinal de Retz, trois siècles après.
  • 3 Ces « carrosses » représentent, pour les villes italiennes de l’époque, un symbole de pouvoir et d’ (...)

4La Cronica, nous l’avons vu, se présente come une suite de paragraphes avec pour en-tête l’année traitée mais certaines dates sont plus chargées d’affect que d’autres et le ton devient alors personnel et infiniment plus moderne2 : « L’année 1229 [51] au cours d’une petite guerre locale où le carroccio3 des Parmesans manqua être pris, mourut mesire Bernardo de Oliviero de Adam, juge célèbre et preux soldat. C’était le cousin germain de mon père. »

5Suit alors l’histoire de son casale, la maison de Adam, un prénom devenu un nom de famille. Salimbene, un troisième fils comme dans les contes, raconte ensuite son entrée fracassante dans l’Ordre [58], alors qu’il est « arrivé à la fourche de la lettre pythagoricienne, c’est-à-dire au bout de trois lustres » : on reconnaît l’histoire classique du fils dont la vocation est contrariée par le père, un père furieux qui fait intervenir, d’ailleurs en vain, jusqu’à l’empereur Frédéric : l’homme âgé n’a pas oublié que le soir de son arrivée, on lui a servi un excellent repas alors que, par la suite, on lui a surtout donné des choux et des choux et qu’il a toujours eu horreur des choux. Le franciscain explique aussi en détail l’origine de son étrange prénom lié à son entrée dans l’ordre : sa mère l’avait appelé Ognibene, « Toutbon », « Parfait » mais un ancien frère qui vivait en ermite a expliqué alors à l’adolescent en fuite que Dieu « seul était bon » et que lui s’appellerait désormais Salimbene, « celui qui a sauté dans le bien » ; à l’époque le nom ne plaît d’ailleurs pas du tout à l’impétrant qui aurait voulu s’appeler Dionigi, comme saint Denis !

6Salimbene passe ensuite au récit de ses voyages, qu’il interrompt ainsi : « [74] Maintenant poursuivons pour ce qui concerne ma parentèle. » Il nous présente ses trois sœurs Maria, Caracosa (« Chère petite chose », « Cosette »), Egidia – au fond, il faut dire que l’onomastique joue un rôle capital dans le texte –, et il regrette qu’il n’y ait eu aucune descendance :

Moi, Frère Salimbene et le frère Guido de Adam, en entrant en religion, nous avons détruit notre maison pour ce qui concerne la descendance tant masculine que féminine afin de pouvoir la construire au ciel.
Voilà j’ai rédigé la généalogie de ma parentèle plus longuement que je n’en avais l’intention et, pour abréger, j’ai passé sous silence nombre d’hommes et de femmes, tant pour le passé que pour le présent et je ne les ai pas cités. Depuis que j’ai commencé cette entreprise, il m’a paru intéressant de l’achever pour cinq raisons. Premièrement sœur Agnese, ma nièce [une clarisse] m’a demandé de lui rédiger cette généalogie à propos de sa grand-mère paternelle…
Deuxièmement il faut que sœur Agnese sache pour qui elle doit prier Dieu…
Troisièmement il y avait la coutume des anciens qui rédigeaient leur généalogie…
Quatrièmement, grâce à cette généalogie que j’ai rédigée, j’ai dit des choses bonnes et utiles que sinon je n’aurais pas dites…
Cinquièmement, je voulais montrer la vérité de l’apôtre Jacques ; il dit en effet 4, 14 : Qu’est votre vie ? une vapeur qui paraît un instant et puis disparaîtra. Cette vérité peut se démontrer avec beaucoup de gens qu’à notre époque la mort a enlevés ; c’est en effet ce que j’ai vu arriver en moins de soixante ans.

Et Salimbene conclut en rattachant son histoire à celle du passé de Parme :

Expliquons pourquoi nous avons raconté tout cela. J’ai vu durant ma vie beaucoup de casalia détruits. [84] En voilà assez sur ce sujet. Revenons maintenant au déroulement de l’histoire et au cours de notre récit ; reprenons où nous nous sommes arrêtés.
Nous avons dit plus haut qu’en l’an 1229…

La Cronica : une ou des chroniques

7Le lecteur de la Cronica se rend vite compte qu’au lieu de suivre simplement les événements les uns derrière les autres, il va pouvoir analyser les problèmes de la société du moment (politiques, sociaux, moraux) ; une question importante à l’époque, celle de la longue querelle entre le clergé et les Ordres, est vue dans tous ses états. Un membre du clergé régulier n’est pas, au XIIIe siècle, en porte à faux avec son temps et peut s’emparer de l’actualité avec un regard aussi philosophique que religieux.

8Nous trouvons des séries de listes souvent interrompues, mélangées, reprises, relevant du matériel propre au prédicateur ; des listes bibliques : par exemple, les trois sottises du fils de Salomon ; morales : les cinq cas où l’on tient la permission pour accordée ; satiriques : les dix défauts des femmes ; pamphlétaires : les treize fautes de frère Élie, le ministre général déposé, et les sept lubies de Frédéric. Ce passage souvent traduit et donc très connu permet d’apprécier à sa juste valeur un souverain intelligent, doué d’une grande curiosité d’esprit, qui se livrait à des expériences néanmoins plus cruelles que scientifiques ; mais aussi un homme tolérant qui avait fait confiance aux Sarrasins restés en Sicile au point de faire d’eux sa garde personnelle et de leur confier les clefs de son trésor.

9Mais Salimbene est aussi un fin observateur de la vie quotidienne : il indique les prix des denrées qui augmentent en période de crise, il s’intéresse à la cuisine ; on peut se délecter [313-318] d’une étonnante et longue digression sur les vins en France, leurs terroirs, leurs qualités, les problèmes de santé des buveurs gaulois (leurs yeux sont reversatos, révulsés, puis injectés, chassieux) et anglais. La digression achevée, Salimbene « revient à son sujet… » et raconte comment, « en l’an du Seigneur 1248, pendant le premier des deux passages outremer de Louis, roi de France », il a eu l’occasion de voir le souverain de près à Sens, dans l’église des Frères, pendant que le trésorier interrompait la royale prière pour faire l’offrande d’un énorme brochet vivant, plongé dans un baquet de sapin de la taille d’une baignoire pour petits enfants ; car le brochet est très recherché en France, précise notre chroniqueur…

10Les anecdotes abondent : on n’oubliera pas [266] le frère Vita de Lucques qui chantait dans les haies avec les rossignols et qui chanta si délectablement un jour dans la cour d’un couvent qu’une jeune moniale sauta par la fenêtre pour le suivre ; « mais elle n’arriva pas à ses fins car elle se brisa la jambe dans sa chute… » On n’oubliera pas non plus les nombreuses farces et plaisanteries, comme celles de maître Buoncompagno de Florence [110] qui, pour se moquer d’un frère qui prétend faire des miracles, annonce que tel jour il va voler dans les airs ; le jour annoncé, toute la ville est amassée au bas de la colline et attend le frère qui, juché au sommet, fait quelques moulinets avec les bras et se contente d’annoncer aux spectateurs qu’ils ont eu l’insigne privilège de voir de leurs yeux maître Buoncompagno et que cela doit suffire à les satisfaire…

11Salimbene dénonce la façon dont les prédicateurs ont trompé le monde au temps de l’Alleluia [101], une période un peu folle où tout le monde s’est cru revenu au bonheur des temps anciens ; ils se réunissaient et décidaient chacun de ce qu’ils allaient faire : lieu, jour, heure, thème. Et pendant leur prêche en plein air, ils faisaient soudain semblant de tomber en transes puis racontaient avoir vu tel frère à tel endroit qui prononçait tel sermon ; ce qui pouvait se vérifier, évidemment. Salimbene a été le témoin de tout cela et a pu voir les malheureux fidèles, remplis d’une foi nouvelle à la vue de ces miracles, entrer au couvent sans tarder

12Le texte est émaillé de portraits courts mais assez percutants : le portrait de saint Louis est très flatteur mais on n’oublie pas, encore au temps de l’Alleluia, le frère Benedetto, dit le frère à la trompette, qui, avec son bonnet arménien, sa barbe immense, sa longue tunique marquée de gigantesques croix et sa cape en peau de chêvre, prêchait dans les rues entouré de bandes d’enfants chantant les répons en italien. On voit défiler des frères, des prélats, des guerriers qui peuvent être de braves combattants ou des assassins sans scrupules, des tortionnaires.

13De délicieuses figures féminines traversent l’œuvre, d’abord les nombreuses « dévotes » [devota] de Salimbene, des femmes dont il était le confesseur et le directeur de conscience, toutes charmantes, belles, bien en chair, s’occupant des pauvres et source (selon les apothicaires) d’une concurrence déloyale en préparant elles-mêmes tisanes, pommades et remèdes. Comment oublier la malheureuse Beatrix, l’épouse de l’abominable Pinotto de Gente, étouffée sous un oreiller par son cruel mari après avoir en vain tenté d’avertir son curé du sort qu’elle pressentait. Comment ne pas rire, lorsqu’on lit la longue disputatio de Salimbene sur la querelle des confessions et de la prééminence entre moines et curés, en pensant à la vertueuse épouse qui s’est vengée des propositions malhonnêtes de son curé en lui envoyant une splendide tourte, bien garnie de sa propre merda avec un flacon d’excellent vin blanc (Salimbene aurait préféré qu’elle lui envoyât plutôt son urine par la même occasion) ; l’affaire se corse ensuite car le curé, aussi flatteur que lubrique, trouve la tourte si belle qu’il l’envoie à son évêque !

14N’oublions pas aussi parmi les événements marquants de l’époque, la liste des apparitions (la Vierge apparaît à Salimbene mais il n’est pas le seul à avoir ce privilège) et les rencontres avec divers démons et diables, des pauvres diables [824] d’ailleurs, qui parlent avec une très mauvaise grammaire et à qui il est souvent très facile de faire honte ; après tout dans les « chroniques » de notre époque, les gens rencontrent des petits hommes verts qui jouent à peu près le même rôle.

15Nous avons aussi droit à une liste de morts épouvantables (des noyés dans des fosses d’aisance, des pendus au milieu de leurs épouses dénudées, attachées et recevant les coups de pied des agonisants) sans compter d’horribles descriptions des tortures pendant la guerre civile entre les villes.

16Tous ces événements sont garantis comme vrais et Salimbene déclare souvent en avoir été personnellement témoin. Cela suffit-il pour pour les considérer comme authentiques ?

II – Témoignage et valeur de vérité

Un auteur médisant ?

17Il faut noter que Salimbene a l’art de se mettre en valeur ; vieillard, il n’a pas oublié le jeune homme élégant, bien tourné, fier de l’amitié que lui portent les grands personnages ; « il me traitait famlièrement » est une des phrases-clés du texte. Il est connu pour sa science, sa connaissance approfondie des Écritures, des Pères de l’Église mais aussi des textes antiques (il faut faire dans le texte la chasse aux citations intégrées). Il raconte avec plaisir comment, alors que l’empereur assiégeait Parme et qu’il était lui-même à Lyon, le cardinal Fieschi, neveu du pape Innocent IV, lui a demandé son avis sur les événements [555] : « Toutes les personnes présentes m’avaient écouté parler et toutes étaient prises d’admiration et se disaient l’une à l’autre, je l’entendais : “De toute notre vie nous n’avons vu un frère parler avec autant de calme et d’assurance”. Elles disaient cela parce qu’elles me voyaient assis entre le patriarche de Constantinople et le cardinal ; c’est le cardinal qui m’avait invité à m’asseoir et je n’avais pas estimé devoir décliner et dédaigner l’honneur qui m’était fait. Et moi en ce temps-là, j’étais diacre et jeune, j’avais vingt-cinq ans. »

18Il affirme être un des maîtres de l’art de la disputatio ; mais son latin, correct grammaticalement, n’est ni orné ni vaiment percutant et, beaucoup plus grave, certaines de ses affirmation paraissent relever du genre des potins, voire de la pure médisance. Il affirme avec un parfait aplomb que l’empereur Frédéric n’était pas le fils de son père, le Staufen Henri VI, et pas non plus le fils de sa mère, Constance de Hauteville, l’héritière des rois normands de Sicile [58] : « le bruit se répandit qu’il était le fils d’un boucher de la cité [de Jessi] parce que l’impératrice Constance était déjà d’un âge avancé au moment de son mariage, et, dit-on, elle n’avait jamais eu d’autre enfant à part celui-ci, ni fils ni fille. Aussi raconte-t-on qu’elle se procura l’enfant auprès de son père, et, après avoir fait semblant d’être enceinte, qu’elle le plaça sous elle pour qu’on croie qu’elle lui avait donné naissance. »

19Salimbene trouve trois bonnes raisons de croire à cette histoire : d’abord les femmes ont l’habitude de se livrer à ce genre de tricherie ; Merlin, dans ses prophéties, a aussi annoncé en Frédéric « un homme d’une naissance inattendue et extraordinaire ». La troisième preuve réside dans l’insulte proférée « in gallico suo » par le beau-père de l’empereur, Jean de Brienne : ce dernier se rend compte que Frédéric veut assassiner un de ses parents au cours d’une partie d’échecs (une première tentative, utilisant du poison, s’est révélée inefficace) et s’exclame : « fi de becer, diabele ! » Frédéric, terrifié par ces paroles, n’ose rien répondre, ce qui semble prouver la vérité de cette affirmation…

20On trouve aussi à propos du pape Alexandre IV une accusation voilée d’homosexualité [658] sous le paragraphe pourtant titré « le pape Alexandre IV avait beaucoup de qualités, il fit beaucoup de bien et beaucoup de bonnes choses se firent sous son pontificat ». Le texte qui suit peut être apparemment soumis ensuite à une double lecture :

… Il était très fidèle en amitié, comme cela se révéla avec frère Rainaldo de Tocca ; pour lequel il avait une telle affection que ni l’amitié de Jonathan et David, ni celle d’Amis et Amile ne peuvent se comparer à elle. En effet même si le monde avait tenu de méchants propos sur frère Rainaldo, le pape n’y aurait pas porté crédit et n’y aurait même pas prêté l’oreille. Il allait lui ouvrir pieds nus quant il frappait à la porte de sa chambre.
Un autre frère Mineur en fut témoin, alors qu’il était seul avec le pape dans sa chambre ; il s’agit du frère Mansueto de Castiglione, un Arétin, qui était mon ami et de la bouche de qui j’ai entendu tout ce que je viens de relater…

Les allusions à l’homosexualité au XIIIe siècle sont toujours présentées ainsi de façon parfaitement équivoque ; et il faut savoir qu’au cours du XIIIe siècle les héros de la chanson de geste éponyme Amis et Amile sont devenus nettement des héros homosexuels, comme l’a montré Marie-Louise Meneghetti, au cours d’un des séminaires sur l’épique organisé par Dominique Boutet en 2011. À mon avis, on ne peut avoir de doute sur la portée de cette allusion dont nous ne saurons d’ailleurs évidemment jamais s’il s’agissait d’une « accusation » fondée ou d’un pur racontar.

21Salimbene se dipense aussi de fournir des renseignements complémentaires lorsqu’ils contredisent la thèse qu’il a exploitée. Il ne dira jamais que frère Élie avant sa mort s’est réconcilié avec l’Ordre. Il ne dira jamais que Frédéric, mort loin du tombeau de ses pères (ce qui est une punition terrible dans le livre des Rois) a été exhumé par les soins de son fils Manfred et transporté dans la cathédrale de Palerme où l’on peut voir actuellement sa tombe. On ne peut donc se fier entièrement à ce travail d’historiographe, ce qui n’a rien d’étonnant ni d’exceptionnel à cette époque.

La garantie de la Bible ou bien un glissement vers une certaine façon de truffer le texte

22Nous ne devons pas oublier que notre chroniqueur est un moine franciscain, un esprit profondément religieux pour qui le temps n’existe pas vraiment et qui attend la venue de l’Antécrist. Cet ancien disciple de Joachim de Flore (dont la doctrine sur la suite des Temps a été condamnée par la Papauté) dit avoir cessé d’être johachimite en apprenant la mort subite de Frédéric ; Salimbene pensait auparavant que Frédéric était l’Antécrist mais comme on sait que l’Antécrist doit régner soixante-dix ans sur la terre avant d’être éliminé et que l’empereur est mort à l’âge de cinquante-cinq ans, il ne peut pas être l’Antécrist ; toutefois la mort de ce roi à la nuque raide (on aura reconnu l’expression biblique qualifiant les adorateurs de Baal) permet d’accomplir à nouveau la punition infligée à Antiochus Épiphane, le tyran persécuteur des Juifs : Salimbene, pour décrire la péritonite qui a causé la mort de Frédéric, reproduit [504] I Maccabées IV, 9 (sans donner la référence, c’est inutile) les étapes de la langueur mortelle dont est frappé Antiochus et sa mort épouvantable. La plupart des grands événements sont ainsi présentés comme ayant déjà été accomplis dans la Bible qui garantit ainsi leur authenticité et permet d’accomplir à nouveau les Écritures, au sens chrétien du terme.

23Le texte se réduit parfois à une suite de citations qui ont bien du mal à intéresser le lecteur moderne ; certaines sont enfilées à partir d’un mot latin qui n’est pas employé partout avec le même sens. Nous citons un passage [268] sur le travail de l’historien où Salimbene emploie le mot spiritus au sens de l’esprit de l’écrivain à l’œuvre, la conscience qu’il a de son travail, alors que dans les citations présentées à l’appui de ses dires, spiritus a le sens du souffle vital qui s’envole au moment de la mort et dont l’homme n’est en aucun cas le maître :

Si nous semblons, de temps en temps, nous écarter du sujet que nous avons abordé, il convient de ne pas nous en tenir rigueur pour trois raisons. D’abord parce que ces digressions nous viennent à l’esprit indépendamment de notre volonté en sorte que parfois nous ne pouvons les éviter commodément, poussés que nous sommes par notre conscience, car l’esprit souffle où il veut et il n’est pas au pouvoir de l’homme d’empêcher le pouvoir de l’esprit comme on le trouve dans Jean 3, 8 et Ecclésiaste 8, 8. En second lieu, parce que nous disons toujours des choses dignes d’être rapportées, qui peuvent fort bien figurer dans un livre d’histoire. Enfin parce que nous revenons toujours scrupuleusement au sujet que nous avions entamé et que, pour cette raison, nous ne laissons rien échapper de la vérité du récit qui avait commencé.

Il arrive même que la citation biblique produise un total contresens par rapport au texte : dans un chapitre consacré [598] aux sept emplois de l’expression « royaume de Dieu »« dans la divine Écriture » Salimbene présente le dernier emploi de l’expression en cause :

Septièmement dans la divine Écriture la compréhension par l’esprit est appelée « royaume de Dieu »…
À ce propos le Seigneur dit, Matthieu 11, 25 : Je vous rends gloire, mon Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que vous avez caché ces choses aux sages et aux prudents, et que vous les avez révélées aux simples et aux enfants. C’est-à-dire aux petits dont il est question dans Zacharie 13 [7,8] : et j’étendrai la main sur les petits et ils seront sur toute la terre, dit le Seigneur [601]
Ces petits sont les frères Mineurs, comme Joachim l’a expliqué…

La citation est truquée ; Salimbene, à la suite de Joachim de Flore, ponctue le texte de la Vulgate et le découpe pour lui donner le sens qu’il cherche et veut donner, à savoir que nous en sommes arrivés à l’Âge de l’esprit où les Ordres (surtout l’Ordre franciscain) domineront le monde. Dans la Bible, le prophète Zacharie au cours d’une révélation apocalyptique explique qu’au dernier jour personne ne sera épargné même pas les petits enfants et que les malheurs déferleront et n’épargneront qu’un tiers de la population : et convertam manum meam in parvulos. Et erunt in omni terra dicit Dominus : partes duae in ea dispergerunt, et deficient ; et tertia pars relinquetur in ea.

24Mais je dois ajouter que cette relation avec la Bible, capitale dans le texte, n’a vraiment pas une grande importance à notre époque et que cela n’ôte rien à la valeur générale du travail.

Conclusion

25En conclusion, comment juger un texte plein de mouvement et de vie mais aussi de bruit et de fureur ? Certainement pas à l’aune des textes historiques modernes. Considérons-le comme un témoignage personnel laissé par un homme qui a profondément voulu laisser un souvenir dans les mémoires. Si ce texte ne nous était pas parvenu, nous ne saurions rien sur la personnalité de Frédéric II, tout comme, sans Joinville, nous n’aurions jamais su que Blanche de Castille avait pu se montrer une mère abusive. C’est un texte dont nous avons tous lu des passages sans le savoir car Umberto Eco a inclus des pages entières (sans guillemets) de Salimbene dans Le Nom de la Rose. Si nous avons vu le film Kingdom of Heaven, nous connaissons déjà Balian de Sidon, le parrain de Salimbene : tous les arts se rejoignent lorsqu’il s’agit de faire un acte de mémoire.

26La Cronica est aussi un texte moderne qui nous parle de la difficulté de survivre lorsque la vie quotidienne est bouleversée par une guerre entre voisins sans merci et nous voyons qu’au Moyen Orient l’histoire continue de se répéter ; c’est finalement un texte qui permet d’approcher une personnalité avide de connaissance et de reconnaissance, un homme profondément humain et dans ses qualités et dans ses faiblesses.

Bibliographie

Bibliographie

Traductions

G. Besson et M. Brossard-Dandré, Salimbene, Chronique, à paraître dans la collection des Classiques du Moyen Âge, Champion, Paris.

Les traductions citées sont tirées de cet ouvrage qui pourra être terminé en 2013.

En anglais : J.-L. Baird, The Chronicle of Salimbene de Adam (Medieval and Renaissance Texts and Studies), Birmingham – New York, 1986.

En italien : B. Rossi, Salimbene de Adam da Parma, Cronaca, Bologne, 1987.

Une étude générale : O. Guyotjeannin, Salimbene de Adam, un chroniqueur franciscain, Brepols, 1995.

Notes

1 Les références correspondent aux paragraphes de l’édition de G. Scaglia, Salimbene de Adam, Cronica, 2 vol., Bari, 1966 (Scrittori d’Italia, 232-233).

2 J’oserais dire que certains passages annoncent la voix du cardinal de Retz, trois siècles après.

3 Ces « carrosses » représentent, pour les villes italiennes de l’époque, un symbole de pouvoir et d’identité.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search