Version classiqueVersion mobile

La mémoire à l’œuvre

 | 
Caroline Cazanave

Quatrième section. Genres et formes dévolus à l’exercice de la mémoire chroniques, journaux et poésie

Genres et formes dévolus à l’exercice de la mémoire. Chronique, journaux et poésie

Texte intégral

1L’exercice de la mémoire crée des genres nouveaux, de mieux en mieux subdivisés et spécialisés sur le plan historique, mais le même s’applique aussi à rendre la part sensible d’un genre constitué pour récupérer ses qualités vocales dans une transcréation fidèle à l’esprit, l’intraduisible étant plus un stimulant qu’un blocage.

2L’écriture historiographique rend compte des biographies, cristallise la mémoire des familles dont elle rapporte les hauts faits. Françoise Laurent (Univ. de Clermont-Ferrand) revient sur l’intérêt que les ducs normands portaient aux généalogies, ces vastes revues qui permettaient à la noblesse de marquer le bien-fondé de sa présence, de valoriser sa lignée issue de Rollon. Quitter le latin de Dudon et de Guillaume de Jumièges, passer à la rédaction normande de Wace dans le Roman de Rou, à celle de Benoît de Sainte-Maure permet, avec « muement de language », de construire la memoria normande, de glisser du Danemark en Neustrie, qui perd son nom pour devenir « Normandie », chaque éloge des lieux et du passé manipulant la rhétorique pour équivaloir à un exercice de légitimisation. À la fin du XIIIe Salimbene de Adam est un Franciscain qui garde la tradition de s’exprimer en latin et sa Chronica, qui recoupe certaines habitudes des annales pour marquer la chronologie, correspond aussi, comme Isabelle Weill (Univ. de Paris X) le problématise fort bien, à des mémoires autobiographiques, à un exposé sur la société de son temps, ou à des rapports tendancieux pouvant à l’occasion frôler la médisance, car l’histoire est toujours racontée en mettant en jeu la subjectivité du scripteur. Alain Marchandisse (Univ. de Liège) montre comment Perceval de Cagny se fait le rapporteur des faits qui l’intéressent entre 1239 et 1438, bien sûr très souvent militaires, mais aussi relevant de la petite histoire croquée sur le vif, racontant faits divers, fortes perturbations météorologiques comme aussi la splendeur d’un cortège. Son écrit sert les intérêts de la Maison d’Alençon, mais aussi les siens car sa capacité à célébrer habilement les mariages et des hauts faits attachés au lignage ducal lui permet d’obtenir travail, gîte et couvert. Le Journal de Jean de Roye (Jean Devaux, Univ. du Littoral-Côte d’Opale) n’est pas une chronique et encore moins une Chronique scandaleuse. Son écriture est personnelle, prolixe quand elle le veut bien et très attachée à décrire le quotidien de la population de la capitale pendant la Guerre du Bien public. L’actualité est présentée accompagnée de sa traîne d’effets psychologiques, avec les trahisons, les rumeurs maléfiques et les mouvements de panique et la cause de Louis XI est défendue par ce bourgeois de Paris qui rétablit en lui le « souvenir » des années 1460-1483 et attache de l’importance rédactionnelle aux opérations ayant couvert la période allant de mars à octobre 1465.

  • 1 Belle façon de ne pas oublier que le partimen, joc partit ou jeu parti fait partie du folklore de p (...)

3Que reste-t-il aujourd’hui de la poésie orale du Moyen Âge et des chants qu’elle diffusait ? Des troubadours on peut faire entendre la langue, découvrir la musique et les instruments, proposer sur un disque ou dans une salle de concert une reprise intégrale et une fidélisation maximale à ce qu’on peut penser avoir été la performance médiévale. Le texte poétique possède aussi d’autres ressources pour que sa memoria soit considérée comme restée vivante et sa tradition répartie sur plusieurs continents. Il ne s’agit plus alors forcément de la lettre elle-même, mais de ses qualités internes. Maintenus en forme par leur appartenance générique, leur distribution, leur valeur ludique, leur rythme, les objets sonores tintinnabulent dans la texture du phrasé musical, arguments de choc que les filières populaires gardent en voix, à Toulouse comme au Brésil. Si cet état de mémoire paraît spontané, il ne faut pas oublier qu’il repose sur une longue tradition. Martine Kunz (Univ. de Fortaleza) nous invite à découvrir qu’« entre la France et le Brésil, le Moyen Âge et le sertão, nous pouvons écouter de multiples résonances ». Rien n’interdit à une tenson de donner naissance en premier lieu à Toulouse à un récent « duel de tchatche »1 et en second d’inciter au Brésil Caju à ouvrir une bataille d’improvisation contre Castanha. Traduites en portugais par Augusto de Campos, toute les équivoques et les prouesses formelles d’Arnaut Daniel résonnent malicieusement comme Roy Rosenstein (American University of Paris) le démontre brillamment.

Notes

1 Belle façon de ne pas oublier que le partimen, joc partit ou jeu parti fait partie du folklore de plusieurs pays (il survit dans le desafio portugais, le chiami è respondi corse) et que la mémoire de l’Occitanie n’est pas prête à l’ensevelir.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search