Version classiqueVersion mobile

La mémoire à l’œuvre

 | 
Caroline Cazanave

Troisième section. Transformer la mémoire des grands personnages

Monsieur Merlin, globe-trotter et illusionniste de cirque (Marcel Brion, L’Enchanteur, 1947)

Anne Martineau

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le nom de Marcel Brion évoque aujourd’hui un polygraphe, historien, essayiste, auteur de monographies. L’artiste est un peu oublié. Brion est l’auteur de cinq recueils de nouvelles et de dix-neuf romans, souvent influencés par le monde celtique vers lequel le portaient ses goûts et son hérédité : il rappelait volontiers que Brion était la francisation du patronyme irlandais O’Brien et le rattachait à une antique lignée de rois d’Ulster…

Brion est en partie responsable de cet oubli. Il a minimisé sa peine, prétendant, soit modestie, soit coquetterie, que ses livres s’écrivaient tout seuls, selon un processus plus biologique qu’intellectuel. Ils sont en réalité composés avec rigueur, mais selon des procédés qui leur donnent l’allure d’organismes vivants. À travers L’Enchanteur1, qui raconte la fin de Merlin, en étudiant comment Brion ancre la légende dans son univers d’origine ou l’en déplace, nous tâcherons d’en montrer quelques-uns.

Loin de Brocéliande

L’histoire, non datée, se passe...

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search