Version classiqueVersion mobile

La mémoire à l’œuvre

 | 
Caroline Cazanave

Troisième section. Transformer la mémoire des grands personnages

Parzival/Parsifal : l’Allemagne, Wagner et la réception des héros médiévaux

Danielle Buschinger

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’Allemagne est souvent considérée comme étant une terre de prédilection pour la réception de la mémoire des héros médiévaux. J’étudierai le parcours « mémoriel » d’un héros médiéval appartenant à la mouvance arthurienne en Allemagne depuis le Moyen Âge jusqu’à Richard Wagner : Parzival.

Parzival/Parsifal

Parsifal est la dernière œuvre de Wagner. Cependant cette œuvre a accompagné le compositeur Wagner pendant toute sa vie, de 1845, quand il lit pour la première fois le Parzival de Wolfram von Eschenbach, jusqu’en 1882, c’est-à-dire sa création, lors du deuxième festival de Bayreuth, seul lieu où il voulait le voir représenté. C’est un drame musical, au même titre que Tristan et Isolde ou les œuvres composant l’Anneau du Nibelung, cependant un drame musical d’un type particulier, dans la mesure où, à l’inverse de Tristan et du Ring, les chœurs y jouent un rôle important.

La source principale de Wagner est le Parzival de Wolfram von Eschenbach1 dans l’édition de Karl Lachmann et les tra...

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search