Version classiqueVersion mobile

La mémoire à l’œuvre

 | 
Caroline Cazanave

Troisième section. Transformer la mémoire des grands personnages

Les Comtes de Bourgogne et leur parente Sainte Élisabeth de Hongrie

Nicole Brocard

Texte intégral

  • 1 André Vauchez, La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge, École Française de Rome, (...)
  • 2 Eckbert, évêque de Bamberg, frère d’Hedwige lui apporte son appui pour la fondation de Trzebnica et (...)
  • 3 Élisabeth de Thuringe meurt à l’âge de vingt-quatre ans en 1231. En 1235, Frédéric II se rend à la (...)
  • 4 La canonisation d’Élisabeth de Hongrie est prononcée par Grégoire IX ; une basilique, immédiatement (...)
  • 5 Expression d’A. Vauchez, La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge, op. cit., p. 43 (...)
  • 6 Gertrude de Méranie est assassinée en 1213. Son tombeau est élevé vers 1230- 1240 dans l’église cis (...)
  • 7 Henri Toulouze, « La fortune de sainte Élisabeth de Hongrie dans les écrits français du Moyen Âge à (...)
  • 8 Ulrike Wiethaus, « Naming and un-naming violence against women : German Historiography and the cult (...)
  • 9 U. Wiethaus, « Naming and un-naming violence against women… », op. cit., p. 188 et 197. Gàbor Klani (...)
  • 10 A. Vauchez, « Charité et pauvreté chez sainte Élisabeth de Thuringe d’après les actes du procès de (...)
  • 11 Elle refuse les aliments qu’elle soupçonne provenir d’exactions, particulièrement celles commises c (...)
  • 12 A. Vauchez, La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge, op. cit., p. 434.
  • 13 Michelle Bubeniček, Comptes rendus critiques, éditions de textes, Die Vita der heiligen Elisabeth d (...)

1Le prestige et les mérites de la famille d’Andechs-Méranie s’appuient sur une tradition de sainteté dynastique ou du moins lignagère. Son éclat repose en effet sur le culte de la mémoire des trente-deux saints issus de son sang, parmi lesquels Hedwige de Méranie et Élisabeth de Hongrie1. Hedwige, duchesse de Silésie († 1243), belle-sœur de Philippe-Auguste, sœur d’Otton II, duc de Méranie et comte palatin de Bourgogne, prolonge au XIIIe s. une vision traditionnelle de la sainteté : celle de la princesse, qui œuvre à son salut en secourant les pauvres et en établissant des monastères, comme l’abbaye cistercienne de Trzebnica2. Sa nièce, Élisabeth3 (canonisée en 12354), entame une rupture avec les pratiques de son milieu par l’adoption d’un mode de vie ascétique caractérisé par le renoncement au luxe de son état : elle refuse d’être appelée Domina5. Épouse puis veuve de Louis IV de Thuringe, fille d’André II de Hongrie et de Gertrude de Méranie6, autre sœur du comte palatin de Bourgogne, elle se montre proche du mouvement béguinal et se soumet vers 1226 à l’influence des frères mineurs7. Avec eux, elle partage l’aspiration à un dépouillement total et le désir de répondre au besoin des pauvres. Soumise à son confesseur, le Prémontré Conrad de Marbourg, elle vit dans le mépris de l’argent, lorsque celui-ci n’est pas mis au service d’objectifs chrétiens8. Elle conçoit la charité comme un engagement absolu qui, non seulement l’incite à secourir les pauperes Christi, mais la conduit à vivre, surtout après son veuvage, dans la pauvreté et dans la pénitence, tout comme sa contemporaine Claire d’Assise9. Son amour des déshérités se veut indissociable d’une quête d’humilité et de justice10. Comme François, elle renonce aux richesses et comme Claire, aux aliments11. La joie est un élément très important de sa spiritualité12. Élisabeth préfigure les grandes mystiques du XIVe s. par sa pratique régulière du jeûne et ses dons de visionnaire13.

  • 14 H. Toulouze, « La fortune de sainte Élisabeth de Hongrie… », op. cit., p. 190.
  • 15 « Et si servoit à la royne li cuens de Bouloingne, … et li bons cuens Hues de Saint-Pol, et uns Ale (...)
  • 16 Isabelle fonde le monastère des Clarisses de Longchamp en 1255 et s’y retire. A.-H. Allirot, « Isab (...)
  • 17 Veuve à vingt-huit ans, la comtesse Isabelle revêt l’habit des Mineurs alors qu’Élisabeth de Hongri (...)
  • 18 Erart de Lezinnes, arrière petit-fils du chroniqueur Geoffroy de Villehardouin, est à cette époque (...)
  • 19 Le poète annonce : « Celle pour qui j’entreprends cette tâche/ Ysabeau, femme du roi Thibaud/… de m (...)

2Sa personnalité attachante et la compassion qu’elle manifeste en permanence envers les plus démunis en fait d’emblée un modèle dans l’aristocratie européenne, à commencer parmi les membres féminins de la dynastie capétienne. Blanche de Castille nourrit à son égard une dévotion particulière et, selon Joinville, lors de la résidence d’Hermann14, fils de la sainte, à la cour de France en 1241, « la royne Blanche le besoit au front par devocion, pour ce que elle entendoit que sa mere l’i avoit maintes foiz besié15 ». Isabelle de France partage avec Élisabeth l’humilité des mœurs, l’esprit de pénitence, l’intérêt pour les constructions pieuses et le refus du luxe de la cour. Elle fonde en 1255 le monastère de Clarisses de Longchamp et s’y retire16. Sa nièce, Isabelle, reine de Navarre et comtesse de Champagne17, elle-même fondatrice du couvent de Cordelières de Troyes, se voit proposer l’exemple de la vie de la sainte par le chanoine Erart de Lezinnes18 à travers la Vie de sainte Elysabel commandée à Rutebeuf. Avant d’évoquer quelques similitudes sur leur destin, le poète met en avant le premier lien qui unit les deux femmes : celui du prénom qui fait de la sainte, la patronne de la comtesse19.

  • 20 A. Vauchez, Saints, prophètes et visionnaires, le pouvoir surnaturel au Moyen Âge, Albin Michel, Pa (...)

3Les comtes de Bourgogne, parents de la sainte, adhèrent-ils eux aussi à ce modèle hagiographique qui marie le mythe de la sainteté princière avec les idéaux des ordres mendiants ? Si le testament du comte palatin de Bourgogne Otton IV († 1303) et divers actes de sa fille la reine Jeanne semblent l’établir, ils soulèvent plusieurs hypothèses quant à la manifestation de leur dévotion. Se place-t-elle dans le cadre d’une conception lignagère ou familiale de la sainteté susceptible de consolider par une assise religieuse, une légitimité politique20 ? Au contraire, les comtes ne substituent-ils pas à la piété nourrie envers un membre de leur famille charnelle, un engagement envers la famille spirituelle de la sainte, celle des Franciscains ? Enfin, le modèle de sainteté pénitente offert par Élisabeth, n’accompagne-t-il pas chez les comtes, celui des martyrs de la croisade ?

  • 21 D’après Anatole Laurens, « Les ducs de Méranie, comtes palatins de Bourgogne », Annuaire du Doubs, (...)

Berthold d’Andechs Méranie († 1204) ép. av 1180 Agnès Wettin († 1195)

 

• Otton [II] comte d’Andechs, duc de Méranie, comte du Tyrol et prince de Carinthie et d’Istrie, comte palatin de Bourgogne († 1234) ép. 1208 Béatrix de Bourgogne († 1231), père d’Alix de Méranie, comtesse de Bourgogne et ancêtre d’Otton IV, comte palatin de Bourgogne († 1303)

 

• Henri, margrave d’Istrie († 1228)

 

• Agnès de Méranie († 1201) ép. Philippe Auguste († 1223)

 

• Hedwige († 1243), ép. Henri I le Barbu († 1238) duc de Silésie, de grande Pologne et de Cracovie

 

• Gertrude (assassinée en 1213) ép. André II, roi de Hongrie († 1235), mère d’Élisabeth de Hongrie, cousine d’Agnès de Bohème

 

• Mathilde, abbesse de Kitzingen-sur-le-Main († 1254)

 

• Eckbert, évêque de Bamberg († 1237)

 

• Berthold, évêque de Kolocza en Hongrie, patriarche d’Aquilée en 1218 († 1252) 21

I. Conception lignagère et familiale de la sainteté ?

4Le premier indice allant dans le sens d’une conception lignagère de la sainteté pourrait être une préférence envers le prénom « Élisabeth » pour les filles du lignage. Dans les familles aristocratiques, le choix d’un prénom procède d’intentions souvent entremêlées : tradition de filiation naturelle ou spirituelle, références culturelles ou cultuelles… Son contenu, hautement symbolique, est censé conférer à sa détentrice les vertus de celles qui l’ont porté antérieurement. Le prénom « Élisabeth » est déjà attribué avant la canonisation d’Élisabeth de Hongrie en 1235 dans la descendance d’Otton II à côté de ceux couramment donnés aux filles du lignage des Méranie : Hedwige, Béatrix, Agnès, Alix ou Marguerite (voir tableau ci-dessous).

Descendance d’Otton duc de Méranie et comte palatin de Bourgogne

  • 22 Martin Morard, « La fondation du Couvent des Cordeliers de Fribourg revisitée : Des premiers testam (...)
  • 23 Ibid., p. 26.

5À la génération suivante, Alix de Méranie et son mari Hugues de Chalon donnent le prénom d’Élisabeth à une de leurs filles. Est-ce par tradition ou/et par hommage à la sainte, cousine germaine de la comtesse de Bourgogne ? Cette Élisabeth, qui manifeste comme sa sainte parente, un intérêt particulier pour l’ordre des frères mineurs, se conforme-t-elle au modèle hagiographique offert par Élisabeth de Hongrie ? Devenue veuve du comte Hartmann V de Kibourg, elle donne en 1268 aux procureurs des Cordeliers de Fribourg, tous les « chesaux » qu’elle possède en cette ville et affirme agir pour soutenir leur effort de lutte contre l’hérésie par la prédication et par l’exemple22. Ce faisant, elle offre au couvent les moyens de sa viabilité et se pose « en championne de la foi », alors que dans son acte, elle présente les Franciscains comme les « ouvriers d’une politique de conversion : qui ipsam heretice pravitatis radicem, exemplo laudabili et verbo euvangelice veritatis, efficaciter student extirpare »23. Au moment de sa mort en 1275, elle réaffirme son intérêt pour les frères mineurs en choisissant de se faire représenter sur sa dalle funéraire en habit de l’ordre de Sainte-Claire. Le texte épigraphique qui entoure son image est sans équivoque et témoigne de son attachement particulier aux idéaux franciscains.

« †Anno. Domini.M.CC°. LXXV. VII. ID. IULII. OBIIT. Dom ina. Elizabet. Comitissa. de. Kiburg. soror. Ordinis. Sanct E.clare. Orate. Pro. Me. ».

6Sans doute comme l’affirme M. Morard, finit-elle ses jours pieusement dans la proximité du couvent dont elle a accru la dotation. Alors que sa sainte cousine, influencée par les idées des Franciscains, a revêtu l’habit gris de pénitente et fondé un hôpital auquel elle s’est consacrée jusqu’à sa mort, Élisabeth de Kibourg poursuit l’engagement ancien des Kibourg contre l’hérésie1 et est affiliée à l’ordre de sainte Claire in articulo mortis, ad succurendum1.

  • 24 Ne sont pas insérés dans cette généalogie, les frères du comte palatin de Bourgogne Otton IV : Hugu (...)

Descendance des comtes palatins Hugues de Chalon et Alix de Méranie24

  • 25 Marie-Thérèse Allemand-Stauffenegger, « Le gouvernement d’Othon IV, comte de Bourgogne », Mémoires (...)
  • 26 1266, 22 août : Hugues, abbé de Corneux, ayant réglé les offices de la chapelle du château de Gray, (...)
  • 27 J. Gauthier, « Le testament d’Othon IV, dernier comte de Bourgogne, 1302 », Annuaire du Doubs, 1903 (...)
  • 28 Ibid.
  • 29 Arch. dép. Pas-de-Calais, A 357/62, 17 novembre 1317 ; autre quittance datée du vendredi après la C (...)
  • 30 Arch. dép. Haute-Saône, G 25.
  • 31 Cette référence apparaît dans une archive plus tardive à propos des raisons pour lesquelles « sont (...)
  • 32 Arch. dép. Haute-Saône, G 25. M. Marlet, Le chapitre du château de Gray… op. cit., preuve 19 p. 56.
  • 33 Arch. dép. Haute-Saône, G 27.
  • 34 Arch. dép. Haute-Saône, G 27.
  • 35 Arch. dép. Haute-Saône, G 28, 1338-39.

7Si le choix du prénom « Élisabeth » est un indice possible de l’attachement des comtes de Bourgogne à la sainte du lignage, la fondation en son honneur d’une chapelle en devient une preuve. En effet, Alix de Méranie, qui a renforcé le domaine comtal en direction du Val de Saône et de la vallée de l’Ognon25, institue en 1266 avec son époux Hugues de Chalon, une chapelle dans le château de Gray et charge l’abbé de Corneux d’en régler le service26. L’acte qui l’évoque, extrait du Cartulaire des comtes de Bourgogne, ne donne pas d’indication sur son vocable. Cette lacune est comblée par le testament du palatin Otton IV passé en 1302, lequel évoque une chapelle « sainte Ysabel à Gray ». Le comte exige qu’y soit légué « vint livrées de terre qui porront coster IIc livres », afin qu’un chapelain y chante à « tozjormais »27. Le 17 novembre, jour de la fête de la sainte, Otton ordonne encore que soit dite « une messe à note », à laquelle doivent assister tous les Cordeliers de la ville28. En respect des dernières volontés de son époux, Mahaut d’Artois verse chaque année quatre livres pour célébrer un anniversaire pour le repos de l’âme du comte en la chapelle du château de Gray, le jour de la sainte Élisabeth : « notres chiers sires messires Othes, jaidis cuens de Burgoine, don Deux ait l’ame, … ordena en son testament pour deviser… chaiscun an lo jour de sainte Elizabeth, as provoires et as clers qui seroient a servise en la chapelle dou chastel de Gray, pour faire son anniversaire lo dit jour »29. La reine Jeanne, fille d’Otton et de Mahaut, exige également la célébration de son anniversaire dans la chapelle de Gray30. En 1319, « embrazee des flammes d’une sincere devotion envers Madame saincte Elisabeth, sa parente31 », elle sollicite son époux Philippe V, afin qu’il dote et organise le chapitre de Gray voulu « en l’honneur de la saincte Vierge, de sainct Jehan Baptiste, de saincte Elizabeth et tous les saincts »32. De concert avec lui, elle établit un collège de neuf chanoines sous l’autorité d’un prévôt, en se réservant, ainsi qu’à ses descendants, la nomination de tous les titulaires. Quatre clercs choisis par le chapitre, afin de seconder les chanoines, jouissent chacun d’un tiers de prébende. L’office doit être dit de jour comme de nuit aux heures canoniales, solennellement et à haute voix. Trois cents livres tournois de rente annuelle et perpétuelle sont à prendre sur les fours de Gray jusqu’à ce que la rente soit remplacée par des fonds d’une valeur équivalente33. En 1320, Jeanne mande à ses receveurs de Bourgogne d’adjoindre annuellement à cette rente 20 £ pour le luminaire34. Les statuts du chapitre sont édictés quelques années plus tard en 1326. En 1338-39, Eudes, duc de Bourgogne et Robert de Châtillon prescrivent que les quatre livres fondées à titre d’aumône en faveur du chapitre doivent être touchées le jour de la fête de la sainte35.

  • 36 1279 : Renaud de Saint-Seine, chevalier, vend à Otton IV ses droits sur la vicomté de Gray pour 160 (...)
  • 37 Les guerres incessantes et la cession du pays à Philippe le Bel auront raison de cette fondation. M (...)
  • 38 Abbés Jean Henri Gatin et Louis Besson, Histoire de la ville de Gray, Besançon, 1851, p. 36.
  • 39 Le souvenir de sainte Élisabeth perdure à Gray dans le décor de la chapelle de l’Hôtel-Dieu, (const (...)
  • 40 En 1323, Jeanne de France, donne le droit à l’institution grayloise de prendre chaque semaine, deux (...)
  • 41 A. Vauchez, La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge, op. cit., p. 212, met en évi (...)
  • 42 Citation extraite d’une doléance des chanoines de Gray, devant la revendication en 1616 de cette re (...)
  • 43 Voir Édina Bozóky, La politique des reliques de Constantin à saint Louis, éd. Beauchesne, Paris 200 (...)
  • 44 Laurence Delobette, Trois mille curés au Moyen Âge, les paroisses du diocèse de Besançon XIIIe-XVe  (...)
  • 45 Ce reliquaire est confié pour des questions de sauvegarde à un prince de la Maison de Chalon après (...)
  • 46 Il s’agit d’un témoignage plus tardif mais non daté des chanoines de Gray, à propos de la présence (...)
  • 47 É. Bozóky, La politique des reliques de Constantin à saint Louis, op. cit., p. 248.

8Les préoccupations spirituelles ne sont pas les seules motivations des comtes de Bourgogne, lesquels souhaitent offrir une base religieuse au renforcement de leur pouvoir. Otton IV amplifie la politique de regroupement des possessions du domaine comtal initiée par sa mère Alix de Méranie. Comme elle, il achète terres et droits et fait porter son effort sur les possessions du Nord-Ouest, essentiellement dans la vallée de la Saône. Il renforce dès 1279 ses positions à Gray dont il fait sa résidence préférée en achetant à Renaud de Saint-Seine ses droits sur la vicomté36. En 1287, il y fonde une université37 et accorde l’immunité aux étudiants venus de l’extérieur. Le couvent de Frères mineurs, récemment installé par lui en 1284, lui fournit ses premiers maîtres. La reine Jeanne poursuit la politique engagée par son père et fait elle aussi de la ville une de ses résidences favorites. Elle y encourage le développement du commerce et de l’artisanat textile38. En parallèle, elle multiplie les œuvres pieuses et, comme sa sainte parente, s’adonne aux œuvres de charité39. Devenue veuve en 1322, elle accroît le temporel du Saint-Esprit de la ville40. Adopte-telle le modèle hagiographique offert par Élisabeth ? Sans aucun doute. Elle souligne son appartenance à un « lignage de saints »41 en se procurant le chef d’Élisabeth « par l’entremise des princes de Thuringe »« afin de le loger, non au Royaume de France, mais dans les terres en son obéissance et principalement en celle qu’elle cherissoit le plus… en ladite ville de Gray »42. Les reliques ne sont pas seulement pour elle une affaire de foi, mais un enjeu de pouvoir. Le transfert et l’obtention des reliques deviennent l’occasion de la glorification de la lignée des Méranie : la présence des restes vénérés d’Élisabeth est entourée d’un rituel de pèlerinage43 suite à la décision du pape Jean XXII d’accorder, à la demande de la reine Jeanne, cent jours d’indulgence à tous ceux qui se rendraient à l’église du château le jour des fêtes de sainte Élisabeth et de saint Jean-Baptiste44. Soucieuse de mettre en avant un culte de mémoire, Jeanne fait figurer ses armoiries sur les voûtes de la chapelle et sur « la quaisse » du reliquaire45 : on les « treuve entre les escussons posés es voustes… et ceux qui sont engravés sur l’enchasseure dudit saint chef »46. Pour reprendre une expression d’É. Bozoky, « par sa matérialité, le reliquaire est censé intensifier la relation entre le donateur et le saint… et, dans le cas d’offrandes princières », donner protection à sa principauté47. Le sacré se mêle au pouvoir.

9Si les comtes de Bourgogne vénèrent sainte Élisabeth de Hongrie en raison de leur appartenance à sa lignée charnelle, ils témoignent à travers leurs gestes et leurs engagements d’un attrait pour sa famille spirituelle.

II. Engagement des comtes de Bourgogne envers la famille spirituelle de Sainte Élisabeth

  • 48 Les testaments des princes de la fin du Moyen Âge témoignent de la progression des ordres mendiants (...)
  • 49 J. Gauthier, « Le testament d’Othon IV… » op. cit.
  • 50 Anse : Rhône.
  • 51 Vienne : Dauphiné. « Et donons a l’ordre de Premonstré X livres tornois et ès frères meneurs de Lao (...)
  • 52 Ibid., p. 178.
  • 53 J.P. Redoutey, « Les trois testaments de Mahaut d’Artois », Mémoires de la Société pour l’Histoire (...)
  • 54 « Je, suer Aloys de Vienne, abbasse des serours de Laons, fais savoir a touz ces qui varront et orr (...)
  • 55 Arch. dép. Pas-de-Calais, A 399.

10À l’image de la sainte, qui, selon sa Vita distribuait jusqu’à cinq cents marcs par jour, les comtes multiplient les aumônes, fondent ou dotent des hôpitaux, s’intéressent à la spiritualité franciscaine et aux conceptions des Mendiants sur la question de la pauvreté48. Même si dans son testament daté de 130249, Otton IV n’oublie pas les ordres traditionnels – Cluny, Cîteaux, Grandmont, les Prémontrés, le Val des Écoliers et le Temple – et distribue des legs multiples à l’archevêque et à ses cathédrales, à l’abbaye de Baume-les-Messieurs, à Saint-Michel et Notre-Dame de Salins, il s’attache à soutenir les couvents mendiants, en particulier celui des Cordeliers de Gray. Il octroie également 100 sous tournois aux frères mineurs de Lons-le-Saunier, de Châtillon-sur-Saône, de Beaune, de Dijon et aux Clarisses de Besançon, de Montigny, d’Anse50 et de Vienne51. Les largesses de la comtesse Mahaut envers les Franciscains sont tout aussi importantes. Dans son premier testament daté de 1307, elle lègue 40 £. pour la construction de l’église des frères mineurs de Gray52 et attribue 100 s. aux Franciscains de Besançon, de Salins et aux religieuses du même ordre de Besançon et de Lons53. Les aumônes sont régulières et annuelles. Ainsi, en 1306 et 1307, Alix de Vienne, abbesse du couvent des cordelières de Lons-le-Saunier, reconnaît avoir reçu de Mahaut d’Artois 10 £. pour « la robe que madite dame ai acostumey a doner chascun an »54. En 1321, l’abbesse de ce couvent lui fait parvenir une quittance pour la somme qu’elle a reçue pour elle et ses vingt-cinq sœurs55.

  • 56 J. Gauthier, « Le testament d’Othon IV, dernier comte de Bourgogne, 1302 », op. cit., « Item nous v (...)
  • 57 Jules-Marie Richard, Une petite nièce de saint Louis, Mahaut d’Artois, comtesse d’Artois et de Bour (...)
  • 58 1326 : comptes de l’hôtel d’Artois ; aumônes de Philippe l’aumônier, argent et souliers (500 paires (...)
  • 59 Arch. municipales d’Ornans, GG 104 ; copie XVIIe s.
  • 60 Arch. dép. Pas-de-Calais, A 461.
  • 61 Arch. dép. Pas-de-Calais, A 420. Le modèle d’Élisabeth s’impose : elle effectuait fréquemment et pe (...)
  • 62 Jean Pierre Redoutey, « Les trois testaments de Mahaut d’Artois », in Mémoires de la société pour l (...)
  • 63 J. Gauthier, « Le testament d’Othon IV, dernier comte de Bourgogne, 1302 », op. cit.
  • 64 Vendredi apres la Chandeleur 1318. – Gray « Nous li gardiains dou convent des freres menours de Gra (...)
  • 65 A. Vauchez décrit un comportement analogue de sainte Élisabeth, laquelle surveille elle-même les di (...)
  • 66 Priscille Aladjidi, Le Roi père des pauvres, France XIIIe-XVe siècle, PUR, 2008, p. 240.
  • 67 Ibid., voir les distributions royales et princières p. 243.

11Le comte et la comtesse orientent également leurs dons vers les institutions charitables : dans son testament, Otton IV lègue 10 £. tournois à toutes les léproseries et les hôtels-Dieu du comté. Il ordonne la fondation d’un riche hôpital à Bracon dédié à saint Maurice : « … nous volons que l’on face un hospital… que l’on y mette dou nostre Vc livres ternois pour achater la place et pour faire sa maison et une chapelle ou l’on chantera tozjormais pour nous : et C livres ternois peur acheter les ornemanz de la chapelle ; et mil et Vc livres pour acheter rentes et terres… ». Cet établissement est créé en 1327 par sa veuve Mahaut d’Artois56, laquelle multiplie les distributions extraordinaires aux miséreux, victimes de la rigueur des temps ou des circonstances, tant à Paris57, qu’en Artois58 et dans le comté de Bourgogne. À titre d’exemples en 1320 et 1327, elle attribue successivement des aumônes aux indigents d’Ornans59 et aux « pauvres gens » de Dole, dont les maisons ont été brûlées la nuit de l’Ascension60. En 1323, elle offre robes et souliers aux pauvres de la châtellenie d’Arbois61. Elle apporte un soutien aux jeunes filles, aux orphelines et aux veuves pour faciliter leur mariage. Dans son dernier testament daté de 1328, elle lègue 100 £. aux miséreux qui se rendent à une donne fondée à Arbois62. Sa pratique fréquente des œuvres de miséricorde renvoie aux enseignements de son grand oncle Louis IX, pour qui la charité est une vertu majeure. Mais le modèle de sainte Élisabeth de Hongrie s’impose également aux comtes. En 1302, Otton IV décide dans ses dernières volontés la distribution d’une donne « es povres genz de Gray »« le jour de la feste madame sainte Ysabel » par le gardien des frères mineurs63. Mahaut d’Artois se conforme à ses vœux, comme il apparaît à travers les quittances conservées64. Le choix de la date du 17 novembre n’est pas fortuit : il est dicté par le désir que tous honorent la mémoire de sainte Élisabeth, tant ceux qui sont chargés de la distribution65 que ceux qui la reçoivent66. Ce choix participe également d’une concentration de dons à l’approche de la saison hivernale, comme en témoigne l’autre aumône voulue à Bracon par Otton IV en 1302 le jour de la saint Michel67.

  • 68 J. Gauthier, « Le testament d’Othon IV… », op. cit., clause 57. « Et volons que l’on mete mil livre (...)
  • 69 Nicole Brocard, « Le feu purificateur de la miséricorde hospitalière », in Les hommes et le feu de (...)
  • 70 Selon l’ordonnance de Mahaut d’Artois, l’aumône a lieu de nuit, vers les « deux heures apres mynuit (...)
  • 71 J. Gauthier, « Le testament d’Othon IV… », op. cit., clause 57.
  • 72 Vie de sainte Élisabeth par Thierry d’Apolda, in J. Gréal, Sainte Élisabeth de Hongrie…, op. cit., (...)
  • 73 Expression reprise de P. Aladjidi, Le roi père des pauvres, France XIIIe-XVe, op. cit., p. 328.
  • 74 Voir note 67.
  • 75 P. Aladjidi, Le roi père des pauvres, France XIIIe-XVe, op. cit., p. 351.
  • 76 A. Vauchez, « Charité et pauvreté chez sainte Élisabeth de Thuringe d’après les actes du procès de (...)
  • 77 Ibid. Pour que la distribution soit effectuée dans le calme, la comtesse exige que deux de ses homm (...)
  • 78 Rutebeuf, La Vie de sainte Elysabel, Œuvres complètes, op. cit., p. 717. L’aumône de Bracon est rem (...)
  • 79 Matthieu, 25, 34-40 : « Alors le Roi dira à ceux de sa droite : Venez les bénis de mon Père, entrez (...)
  • 80 Le discours chrétien développe parmi d’autres représentations l’allégorie associant feu, pitié et c (...)
  • 81 « Les Chretiens doivent penser aussi que c’est grant cruaulté de non secourir et de non aidier a ce (...)

12Dans son testament en effet, Otton IV ordonne la fondation d’une autre donne annuelle, ouverte à tous les pauvres qui se présentent devant l’hôpital Saint-Maurice de Bracon, le jour de la saint Michel68. Ces derniers, en procession, comme lors d’une cérémonie d’obsèques, doivent clamer pour lui miséricorde69 et élever à son intention, un « véritable rempart de prières » en vue de l’obtention de son salut. L’aumône est distribuée à la lumière des torches70, par deux prud’hommes de Salins ou de la saunerie, en présence du chanoine de Saint-Maurice qui réside dans l’établissement, du doyen de Saint-Michel et surtout, du gardien des frères mineurs71 ; chaque pauvre reçoit une somme de six deniers. Il est impossible de ne pas rapprocher cette aumône profondément ritualisée, de celle fondée en 1228 à Marbourg par Élisabeth de Hongrie, modèle de donation pour la postérité frappée par le zèle de la sainte en faveur des pauvres. « Elle [les] accueill[e] en hôtesse libérale… et leur [fait] largesse… sachant que Dieu aime celui qui donne… avec joie »72. « Sa charité sans limites », pour reprendre une expression d’A. Vauchez, « la conduit … à s’abaisser jusqu’à eux pour atteindre le Christ »73. Tous les indigents demeurant à une douzaine de lieues à la ronde reçoivent une offrande. La nuit venue74, elle fait distribuer à chaque infirme une somme de six deniers de Cologne et ordonne d’allumer de grands feux à leur intention. Là où les pauvres sont couchés, on « procède à l’aumône du cœur »75 en exécutant le rituel du lavement des pieds76. Dans un souci d’efficacité, Élisabeth n’omet pas – comme cela est le cas un siècle plus tard à Bracon- de charger des « hommes robustes et des serviteurs »« de mettre bon ordre au tumulte éventuel et de répartir la foule… »77. Elle décide que les tricheurs qui se présenteraient deux fois subiraient l’humiliation de se faire couper une mèche de cheveux78. L’aumône de Bracon, comme celle de Marbourg ou de Gray, répond à la parole fondatrice de l’évangile de Matthieu79 qui insiste sur un rapport étroit entre le Jugement et le Salut par la compassion à l’autre80 : Dieu sépare en effet les justes charitables des indignes passés au feu des tourments ; à l’opposé, Il éclaire les élus de Sa lumière. La pratique de la charité constitue avec le combat pour la foi, la voie « royale » du Salut81.

  • 82 L’époux de sainte Élisabeth de Hongrie Louis IV de Thuringe meurt sur le chemin de la Terre Sainte (...)
  • 83 A. Vauchez, « Charité et pauvreté chez sainte Élisabeth de Thuringe d’après les actes du procès de (...)
  • 84 Bernard Ardura, Prémontrés, histoire et spiritualité, CERCOR, Presses Universitaires de Saint-Étien (...)
  • 85 J.P. Redoutey, « Les trois testaments de Mahaut d’Artois », op. cit., p. 167. J. Gauthier, « Le tes (...)
  • 86 J. Gauthier, « Le testament d’Othon IV… », op. cit., clauses 53-55-55.
  • 87 « Après 1204, […] l’Afrique offre un autre terrain possible pour la dilatatio Christianitatis ». Ya (...)
  • 88 J.P. Redoutey, « Les trois testaments de Mahaut d’Artois », op. cit., p. 168.
  • 89 Guillaume Mollat, « Jean XXII et Charles IV le Bel (1322-1328) » in Journal des savants, 1967, n° 2 (...)

13Dans le contexte de la Cinquième croisade, la fondation hospitalière de Marbourg et les aumônes accompagnent chez Élisabeth, une très forte conscience du péché et une volonté de pénitence. Alors que son directeur de conscience Conrad de Marbourg prêche le départ en Terre sainte et que son époux Louis IV de Thuringe fait le vœu d’aller Outremer82 pour soutenir les intérêts de l’Église, elle multiplie les exercices de piété, en compensation de son incapacité à participer au voyage83. Sa fille Gertrude, prieure du couvent prémontré d’Altenberg, n’agit pas différemment lors de la Huitième croisade prêchée par Urbain IV. Elle participe à l’engagement de la Chrétienté pour la défense de la foi par la prière, l’ascèse et les collectes d’argent. En parallèle, elle s’exerce aux tâches les plus humbles dans le monastère et à l’hôpital qu’elle fait construire84. Faire le vœu de se rendre en Terre sainte implique dans son esprit comme dans celui de sa mère, des réflexions sur le martyre pour la foi et des exigences plus fortes dans le domaine moral et religieux, à commencer par une pratique soutenue des œuvres de miséricorde. Celles-ci, dans l’esprit du comte Otton IV, sont également indissociables du combat pour la foi. Dans son testament, il associe en effet les aumônes de Gray et de Bracon à un voyage Outremer, pour lequel il réserve 2000 £. – soit environ 10 % de la valeur de ses legs85. Il ordonne que son fidèle Eudes de Fouvent, escorté de quatre chevaliers, fasse le voyage à sa place et y demeure un an pour le salut de son âme. Envisageant un empêchement de ce dernier, le comte octroie la somme prévue à huit chevaliers, accompagnés chacun d’un écuyer armé, pour effectuer un service de même durée86. Mahaut d’Artois n’agit pas différemment. Petite-nièce de Louis IX, roi au destin lié à l’Égypte où il fut captif87, fille de croisé et petite-fille du valeureux Robert d’Artois mort à Mansourah en 1250, elle entend dépenser les plus grandes sommes pour les projets de voyage Outremer associés à des actions de miséricorde. Dans ses dernières volontés de 1307, elle organise en Artois une distribution de 3000 £., fonde un hôpital et prévoit des subsides pour la croisade. Dans son troisième testament de 1328, elle répond au vœu d’Otton IV en instaurant l’hôpital Saint-Maurice de Bracon, mais en y associant un legs de 6000 £. pour l’Outremer88. Il est vrai que la dramatique chute de Saint-Jean-d’Acre en 1291 soulève un élan au service de la foi dans toute la Chrétienté. Sous Philippe le Bel et Clément V, l’idée de relance de la croisade devient une priorité. Charles IV le Bel se croise dès 1313 et envisage ensuite de s’engager à la demande de Jean XXII, dans une expédition qui fait suite à l’’invasion de l’Arménie. Il s’agit de répondre au massacre systématique de la population chrétienne, « sans égard pour le sexe, la condition et l’âge »89.

  • 90 Vers 1430, la fête de sainte Élisabeth de Hongrie est solennisée à la cour de Philippe le Bon, sous (...)
  • 91 A. Vauchez, La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge, op. cit., p. 215.
  • 92 Ibid., p. 212.
  • 93 Dominique Donadieu-Rigaut, Penser en images les ordres religieux (XIIe-XVe siècles), Paris, éd. Arg (...)
  • 94 Sylvain Gougenheim, in Les chevaliers teutoniques, Paris, 2007, p. 135, indique que la vocation de (...)

14La vénération de la mémoire d’Élisabeth de Hongrie offre à la fois aux comtes de Bourgogne le moyen de renforcer leur prestige, de capter les vertus de leur parente et de sacraliser leur territoire par l’obtention de reliques90. Elle s’inscrit dans « une conception lignagère et aristocratique de la sainteté encore solidement ancrée à la fin du Moyen Âge »91. Ce cas n’est pas unique. Les Angevins de Naples cherchent à travers l’image de saint Étienne à donner une base religieuse à leur domination politique92. Charles d’Anjou, roi de Naples et frère de Louis IX, ne manque pas de montrer que la sainteté brille dans le lignage des Capétiens et retombe sur chacun de ses membres à chaque génération. Mahaut d’Artois, petite nièce du saint roi se conforme d’ailleurs scrupuleusement aux enseignements de ce grand-oncle concernant la défense de la foi et les œuvres de miséricorde, deux idéaux portés par Élisabeth, elle-même descendante de Philippe I de France, nièce par alliance de Philippe Auguste et parente de son époux. Comme Otton IV et sa fille la reine Jeanne, Mahaut promeut le culte de la sainte, qui rayonne par sa charité, son humilité, son refus des vanités et son goût pour la justice. L’arbre généalogique des comtes de Bourgogne auquel appartient Élisabeth croise celui de sa famille spirituelle, avec au cœur François, sa règle, les vertus de son ordre et sa célébration de « dame Pauvreté »93. C’est dans ce contexte, qu’Otton IV sollicite l’intercession de sa parente et organise le jour de sa fête, des aumônes dispensées par des Cordeliers. Le modèle de sainteté pénitente offert par Élisabeth accompagne chez lui, celui des combattants pour la croisade et des martyrs de la foi. En même temps qu’il honore sa parente à Gray pour son humilité et son attention aux pauvres, il fonde sous son château de Bracon, un hôpital dédié à un saint militaire, saint Maurice. Élisabeth de son vivant a été une protectrice de l’Ordre des Teutoniques. Sa fondation, l’hôpital de Marbourg légué initialement aux Franciscains, passa sous leur contrôle en 1234 et devint un de leurs centres spirituels94.

Notes

1 André Vauchez, La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge, École Française de Rome, Paris, 1988, p. 212. Anne-Hélène Allirot, « Isabelle de France, sœur de saint Louis : la vierge savante (une étude de la Vie d’Isabelle de France écrite par Agnès d’Harcourt) », Médiévales, n° 48, p. 55-98.

2 Eckbert, évêque de Bamberg, frère d’Hedwige lui apporte son appui pour la fondation de Trzebnica et lui envoie des moniales.

3 Élisabeth de Thuringe meurt à l’âge de vingt-quatre ans en 1231. En 1235, Frédéric II se rend à la cérémonie de canonisation, à laquelle sont conviés les principaux princes de la Chrétienté, notamment les rois de Pologne, de Bohême et de Hongrie. L’empereur y paraît revêtu d’un froc de bure marron, dépouillé de tout insigne impérial. À ceux qui s’étonnent de la simplicité de sa mise, il répond : « je ne suis pas venu ici pour y rencontrer des princes, des évêques ou des grands de ce monde, mais pour rendre hommage à une sainte morte dans le dénuement le plus absolu ». Jacques Benoist-Méchin, Frédéric de Hohenstaufen, le rêve excommunié, Paris, Perrin, 1980, p. 415-417.

4 La canonisation d’Élisabeth de Hongrie est prononcée par Grégoire IX ; une basilique, immédiatement construite à Marbourg (1235-1283), devient lieu de pèlerinage.

5 Expression d’A. Vauchez, La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge, op. cit., p. 434.

6 Gertrude de Méranie est assassinée en 1213. Son tombeau est élevé vers 1230- 1240 dans l’église cistercienne de Pilis (Hongrie), qui doit sa fondation en 1184 à la communauté d’Acey au comté de Bourgogne. Michel Bur, « Une célébration sélective de la parentèle. Le tombeau de Marie de Dreux à Saint-Yves de Braine, XIIIe siècle », in Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 135e année, n° 2, 1991, note 7 p. 307.

7 Henri Toulouze, « La fortune de sainte Élisabeth de Hongrie dans les écrits français du Moyen Âge à nos jours », Études Finno-ougriennes, t. 39, 2007, p. 188.

8 Ulrike Wiethaus, « Naming and un-naming violence against women : German Historiography and the cult of St. Elisabeth of Thuringia », dir. Leslie J. Workman, Kathleen Verduin, David Metzger, in Medievalism and the Academy, Cambridge : D.S. Brewer, 1999, vol. 1, p. 188.

9 U. Wiethaus, « Naming and un-naming violence against women… », op. cit., p. 188 et 197. Gàbor Klaniczay insiste sur le « penchant [d’Élisabeth] à façonner son comportement religieux en opposition symbolique à la vie de la cour royale ou princière », in « Sainteté royale et sainteté dynastique au Moyen Âge. Traditions, métamorphoses et discontinuités », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques, 3, 1989, http://ccrh.revues.org/index2932.html.

10 A. Vauchez, « Charité et pauvreté chez sainte Élisabeth de Thuringe d’après les actes du procès de canonisation », in Études sur l’histoire de la pauvreté (Moyen Âge – XVIe siècle), Dir. Michel Mollat, Publications de la Sorbonne, 1974, p. 163-173.

11 Elle refuse les aliments qu’elle soupçonne provenir d’exactions, particulièrement celles commises contres les pauvres ou le clergé. Voir Caroline Walker Bynum, Jeûnes et festins sacrés. Les femmes et la nourriture dans la spiritualité médiévale, traduit de l’anglais par Claire Forestier Pergnier et Éliane Utudjan Saint-André, Paris, Éditions du Cerf, 1994, p. 134-135.

12 A. Vauchez, La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge, op. cit., p. 434.

13 Michelle Bubeniček, Comptes rendus critiques, éditions de textes, Die Vita der heiligen Elisabeth des Dietrich von Apolda, herausgegeben von Monika Rener, Marburg, éd. N. G. Elwert Verlag, 1993 (Veröffentlichungen der historischen Kommission für Hessen, 53) Bibliothèque de l’école des chartes, 1994, vol. 152, n° 2 p. 543.

14 H. Toulouze, « La fortune de sainte Élisabeth de Hongrie… », op. cit., p. 190.

15 « Et si servoit à la royne li cuens de Bouloingne, … et li bons cuens Hues de Saint-Pol, et uns Alemans de l’aage de dix-huit ans, que on disoit que il avoit esté fiz sainte Helisabeth de Thuringe », Joinville, Livre des saintes paroles et des bons faiz nostre roy saint Looys, XXI, http://users.skynet.be/antoine.mechelynck/chroniq/joinv/JV000.htm.

16 Isabelle fonde le monastère des Clarisses de Longchamp en 1255 et s’y retire. A.-H. Allirot, « Isabelle de France, sœur de saint Louis : la vierge savante… », op. cit.

17 Veuve à vingt-huit ans, la comtesse Isabelle revêt l’habit des Mineurs alors qu’Élisabeth de Hongrie, dans les mêmes circonstances, revêt l’habit de pénitente et fonde un hôpital auquel elle se consacre jusqu’à sa mort. « Devant la similitude des deux vies » écrit H. Toulouze, « on conçoit qu’Erart de Lezinnes ait voulut présenter à [la comtesse de Champagne] l’exemple d’Élisabeth de Hongrie », in « La fortune de sainte Élisabeth de Hongrie… », op. cit., p. 191.

18 Erart de Lezinnes, arrière petit-fils du chroniqueur Geoffroy de Villehardouin, est à cette époque chanoine d’Auxerre. Il devient évêque de ce diocèse en 1271, succédant ainsi à son oncle Gui de Mello.

19 Le poète annonce : « Celle pour qui j’entreprends cette tâche/ Ysabeau, femme du roi Thibaud/… de mettre en vers cette histoire/ qui est venue de Hongrie/… On doit tenir sainte Ysabeau /pour sainte et pleine de sagesse… / Ysabeau était de grande noblesse/de haut lignage : une dame de qualité /d’une famille de rois, d’empereurs, de comtes/ La renommée de son histoire/ parvint jusqu’au pape Grégoire », Rutebeuf, Œuvres complètes. Texte établi, traduit, annoté et présenté avec variantes par Michel Zink, coll. Le Livre de Poche, Lettres gothiques, Paris, 2001, p. 641.

20 A. Vauchez, Saints, prophètes et visionnaires, le pouvoir surnaturel au Moyen Âge, Albin Michel, Paris, 1999, p. 72-74.

21 D’après Anatole Laurens, « Les ducs de Méranie, comtes palatins de Bourgogne », Annuaire du Doubs, 1840, p. 104 sqq. En italique, les membres du lignage des Méranie considérés comme saints.

22 Martin Morard, « La fondation du Couvent des Cordeliers de Fribourg revisitée : Des premiers testaments à la donation d’Élisabeth de Kibourg (1252-1268) », in Archivum franciscanum historicum, vol. 96, 2003, p. 13.

23 Ibid., p. 26.

24 Ne sont pas insérés dans cette généalogie, les frères du comte palatin de Bourgogne Otton IV : Hugues de Bourgogne († après 1312), Étienne de Bourgogne († 1299), Renaud de Bourgogne, comte de Montbéliard († 1322), Henri de Bourgogne († 1340), Jean, seigneur de Montaigu († 1302). Le nom des religieuses apparaît dans des actes de donation d’Alix de Méranie ou d’Otton IV, Arch. dép. Doubs B 343, B 42, B 70.

25 Marie-Thérèse Allemand-Stauffenegger, « Le gouvernement d’Othon IV, comte de Bourgogne », Mémoires de la Société pour l’Histoire du Droit et des Institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands, 25e fascicule, 1964, p. 41.

26 1266, 22 août : Hugues, abbé de Corneux, ayant réglé les offices de la chapelle du château de Gray, avec les comtes Hugues et Alix, déclare que les chanoines ne pourront contrevenir aux droits des curés de Gray et Gray-la-Ville ; Cartulaire des comtes de Bourgogne, éd. Jules Gauthier et Jules de Sainte-Agathe, Mémoires et documents inédits pour servir à l’histoire de la Franche Comté, t. VIII, 1908, n° 6, 180.

27 J. Gauthier, « Le testament d’Othon IV, dernier comte de Bourgogne, 1302 », Annuaire du Doubs, 1903, p. 379-394.

28 Ibid.

29 Arch. dép. Pas-de-Calais, A 357/62, 17 novembre 1317 ; autre quittance datée du vendredi après la Chandeleur de l’année 1318. « Nous, li gardiains dou convent des freres menours de Gray, façons savoir a touz que nous, pour le dit convent, avons eu et receu par la main de Arnoul des Noes, tresorier Madame d’Artoys et de Bourgoine, de la some de dis livres d’estevenens pour l’anniversaire et l’ammone qui se fait chescun an en la chapelle dou chestiaul de Gray, lou jour de feste Sainte-Elizabet pour l’ame monseigneur lou conte que Dieus absoille… » Arch. dép. Pas-de-Calais, A 365.

30 Arch. dép. Haute-Saône, G 25.

31 Cette référence apparaît dans une archive plus tardive à propos des raisons pour lesquelles « sont fondés les venerables prévost, chanoines et clercs de la chapelle Madame Ste Elisabeth, assise au chasteau de Gray, pour dénier la restitution du chef de ladite sainte aux agents de Monsieur le prince d’Orange » M. Marlet, Le chapitre du château de Gray et le chef de sainte Élisabeth de Hongrie, Vesoul, 1869, p. 16. Arch. dép. Haute-Saône, G 26.

32 Arch. dép. Haute-Saône, G 25. M. Marlet, Le chapitre du château de Gray… op. cit., preuve 19 p. 56.

33 Arch. dép. Haute-Saône, G 27.

34 Arch. dép. Haute-Saône, G 27.

35 Arch. dép. Haute-Saône, G 28, 1338-39.

36 1279 : Renaud de Saint-Seine, chevalier, vend à Otton IV ses droits sur la vicomté de Gray pour 160 £ t ; Arch. dép. Doubs, B 354 ; Cartulaire des comtes de Bourgogne, Mémoires et documents inédits, op. cit., t. VIII, 304.

37 Les guerres incessantes et la cession du pays à Philippe le Bel auront raison de cette fondation. Marie-Thérèse Allemand-Gay, Le pouvoir des comtes de Bourgogne au XIIIe siècle, Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 368, Paris, 1988, p. 366.

38 Abbés Jean Henri Gatin et Louis Besson, Histoire de la ville de Gray, Besançon, 1851, p. 36.

39 Le souvenir de sainte Élisabeth perdure à Gray dans le décor de la chapelle de l’Hôtel-Dieu, (construit à partir de 1716), à travers la reproduction, par les peintres Joseph Constant Menissier et son fils Charles, de la légende du « miracle aux roses » (entre 1862 à 1865).

40 En 1323, Jeanne de France, donne le droit à l’institution grayloise de prendre chaque semaine, deux charrettes de bois mort pour le chauffage des pauvres dans les bois de Fahy-les-Autrey. En février de l’année suivante, elle octroie encore à l’établissement des revenus sur le four banal de Velesmes accompagnés du droit d’affouage en dépendant. Arch. dép. Haute-Saône 1 H dép. 7. Ce dernier document est également copié dans le cartulaire de Gray, Arch. dép. Doubs, fonds Saint-Esprit, 53 J I 4a.

41 A. Vauchez, La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge, op. cit., p. 212, met en évidence l’importance encore vivace de la croyance dans la sainteté dynastique au XIIIe s. et au début du XIVe s.

42 Citation extraite d’une doléance des chanoines de Gray, devant la revendication en 1616 de cette relique par les archiducs Albert et Isabelle et qui selon la tradition, leur avait été donnée par Jeanne, comtesse de Bourgogne, épouse de Philippe V. Arch. dép. Haute-Saône, G 26. Voir M. Marlet, Le chapitre de Gray et le Chef de sainte Élisabeth de Hongrie, Vesoul, 1869, p. 16-17. Voir également sur ce dossier, Chanoine Henri Clère, Le chef de Sainte Élisabeth de Hongrie duchesse de Thuringe à l’archevêché de Besançon, Besançon, 1923, 28 p.

43 Voir Édina Bozóky, La politique des reliques de Constantin à saint Louis, éd. Beauchesne, Paris 2006.

44 Laurence Delobette, Trois mille curés au Moyen Âge, les paroisses du diocèse de Besançon XIIIe-XVe siècles, éd. Cètre, Besançon, 2010, p. 182.

45 Ce reliquaire est confié pour des questions de sauvegarde à un prince de la Maison de Chalon après les guerres qui suivent la mort du Téméraire. En 1507, « Thiebaut de Chalon, seigneur de Grinon, de Rye et de Rougemont », confesse avoir donné en garde « aulx sœurs de saincte Clere de Besançon le chef de saincte Elizabeth, avec cinq aultres reliquaires, qu’est enchassé sans grande somptuosité en hyvoire, sans argent, en ung coffret d’environ d’ung bon pied de long… » Arch. dép. Doubs, 7 E 1199. M. Marlet, Le chapitre de Gray…, op. cit., p. 63. En 1617, l’archevêque de Besançon, Ferdinand de Rye, ayant donné son consentement, la relique du chef de sainte Élisabeth devient possession des archiducs Albert et Isabelle et est placée dans le couvent des Carmélites de Bruxelles où le prince a déjà fait « mectre le corps de saint Albert [le Grand] qui lui avoit esté recemment envoyé de France » Chanoine H. Clère, Le chef de Sainte Élisabeth de Hongrie duchesse de Thuringe…, op. cit., p. 8. En 1621, comme compensation, l’archiduchesse Isabelle fait don aux chanoines d’un reliquaire d’argent renfermant un des ossements de la sainte. Il est rapporté par le chanoine Tissot, prieur de Jussey. Arch. dép. Haute-Saône, G 26. Voir également M. Marlet, Le chapitre de Gray…, op. cit., p. 51. Selon des notes de Bollandistes, Cambrai conserve le cœur de la sainte dès l’année 1232. Chanoine H. Clère, Le chef de Sainte Élisabeth de Hongrie duchesse de Thuringe…, op. cit., p. 5. Le chef d’Élisabeth devient ensuite possession des Rohan qui s’étaient constitué un trésor de reliques au château de la Roche-Guyon : chef de sainte Élisabeth, Vraie Croix, une grande partie du chef de saint Mathias, des reliques de saint Pierre (fragment de doigt), de saint Thomas, de saint Barnabé, de saint Nicaise, de saint Laurent, de sainte Catherine, de sainte Barbe… En 1828, Louis François Auguste de Rohan-Chabot est nommé archevêque de Besançon. Il transfère la relique de sainte Élisabeth à l’hôpital Saint-Jacques de Paris avant de la transférer à l’archevêché de Besançon. Chanoine H. Clère, Le chef de Sainte Élisabeth de Hongrie duchesse de Thuringe…, op. cit., p. 10.

46 Il s’agit d’un témoignage plus tardif mais non daté des chanoines de Gray, à propos de la présence des reliques de sainte Élisabeth dans la chapelle de Gray. M. Marlet, Le chapitre du château de Gray…, op. cit., p. 18-19. Arch. dép. Haute-Saône, G 26 (pièces concernant la contestation entre le chapitre de Gray et les archiducs Albert et Isabelle à propos des reliques de sainte Élisabeth).

47 É. Bozóky, La politique des reliques de Constantin à saint Louis, op. cit., p. 248.

48 Les testaments des princes de la fin du Moyen Âge témoignent de la progression des ordres mendiants. Murielle Gaude-Ferragu, « Les testaments princiers à la fin du Moyen Âge, miroirs de la spiritualité et des dévotions aristocratiques », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. 89, juillet-déc. 2003, p. 326. Voir également M. Gaude-Ferragu, D’or et de cendres. La mort et les funérailles des princes dans le royaume de France au bas Moyen Âge, Villeneuve d’Asq, Septentrion, 2005, p. 141.

49 J. Gauthier, « Le testament d’Othon IV… » op. cit.

50 Anse : Rhône.

51 Vienne : Dauphiné. « Et donons a l’ordre de Premonstré X livres tornois et ès frères meneurs de Laon le Salnier X livres tornois. Et ès frères meneurs de Beaune cent solz tornois. Et as frères meneurs de Dijon C solz tornois. Et ès frères meneurs de Chastoillon sur Saigne C solz tornois ; Item nous donons es dames de sainte Clere de Besençon C solz tornois. Et es dames de sainte Clere de Montigny C solz tornois. Et ès dames de sainte Clère d’Anse C solz tornois. Et es dames de sainte Clere de Vienne, C solz tornois ». J. Gauthier, « Le testament d’Othon IV, dernier comte de Bourgogne, 1302 », op. cit.

52 Ibid., p. 178.

53 J.P. Redoutey, « Les trois testaments de Mahaut d’Artois », Mémoires de la Société pour l’Histoire du Droit et des Institutions des anciens Pays bourguignons, comtois et romands, fascicule 39, 1982, p. 175.

54 « Je, suer Aloys de Vienne, abbasse des serours de Laons, fais savoir a touz ces qui varront et orront ces presentes lattres que mes sires Huede de Liele, chapelain ma dame la contesse d’Artois, m’a paié X libvres qu’elle m’a donné d’asmone de bonne monnoie. En tesmoignage de verité, suer Aloys devant dit ha mis son seel en ces presentes l’an mil corrant et trois cenz et VI en mois de novembre ». Arch. dép. Pas-de-Calais, A 220.
Quittance de Hugues de Vuillafans, gardien des frères mineurs de Salins « A touz ces qui verront et orront ces lettres, freres Hugues de Vilefon, gardians des freres menours dou covent de Salins, salut. Saichent tuit que en nostre presence, Henrriz de Besançon, valet de religiouse dame et honeste suer Alaix de Vienne, abbesse dou covent des cordelieres de Lahon de Saugnier, ai cognehu lui avoir eu et recehu des deniers ma dame la contesse d’Artois et de Bourgoigne, par la main monseigneur Odon de Lielle, chapelain de ladite contesse, ou nom de la dite suer Alaix et por li, dis livres d’estevenens, pour la robe que madite dame ai acostumey a doner chascun an a ladite suer Alaix, pour ceste presente annee de l’an mil trois cenz et sept. En tesmoignage de laquel chose, nous, a la requeste dou dit Henrri, avons mis nostre seel en ces lettres. Doné le vanrredi vigile saint Symon et Jude l’an dessus dit ». Arch. dép. Pas-de-Calais, A 232.

55 Arch. dép. Pas-de-Calais, A 399.

56 J. Gauthier, « Le testament d’Othon IV, dernier comte de Bourgogne, 1302 », op. cit., « Item nous volons que ce dit li ospital demeure un chanoinne de Saint-Moris en Chambloi qui garde les C livrées de terre pour la donée dessus dicte faire et les departe en la manière que nous l’avons devisey. Et volons que à ceu faire que li channoines que demorra ou dit hospitaul y apelle le doyen de monseigneur saint Michiel de Salins et le gardien des frères meneurs de Salins et qu’il en face dou tout par leur conseil ».

57 Jules-Marie Richard, Une petite nièce de saint Louis, Mahaut d’Artois, comtesse d’Artois et de Bourgogne, Paris, Champion, 1887, p. 82-98. Comptes de l’hôtel de la comtesse d’Artois ; aumônes aux pauvres de Paris pour les grandes gelées, 10 £. Arch. dép. Pas-de-Calais, A 404.

58 1326 : comptes de l’hôtel d’Artois ; aumônes de Philippe l’aumônier, argent et souliers (500 paires) distribués aux pauvres, pitance donnée à diverses maisons religieuses. Mahaut entend qu’une personne ne reçoive pas deux années consécutives les draps qu’elle fait distribuer avant l’entrée de l’hiver. Arch. dép. Pas-de-Calais, A 448.

59 Arch. municipales d’Ornans, GG 104 ; copie XVIIe s.

60 Arch. dép. Pas-de-Calais, A 461.

61 Arch. dép. Pas-de-Calais, A 420. Le modèle d’Élisabeth s’impose : elle effectuait fréquemment et personnellement des distributions de chaussures et de vêtements aux pauvres dans le besoin. Vie de sainte Élisabeth par Thierry d’Apolda, in Jacqueline Gréal, Sainte Élisabeth de Hongrie, Documents et sources historiques, éd. franciscaines, Paris 2007, p. 286.

62 Jean Pierre Redoutey, « Les trois testaments de Mahaut d’Artois », in Mémoires de la société pour l’histoire du droit et des institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands, t. 39, 1982, p. 178.

63 J. Gauthier, « Le testament d’Othon IV, dernier comte de Bourgogne, 1302 », op. cit.

64 Vendredi apres la Chandeleur 1318. – Gray « Nous li gardiains dou convent des freres menours de Gray façons savoir a touz que nous pour le dit convent avons eu et receu par la main de Arnoul des Noes, tresorier Madame d’Artoys et de Bourgoine, de la some de dis livres d’estevenens pour l’anniversaire et l’ammone qui se fait chescun an en la chapelle dou chestiaul de Gray, lou jour de feste Sainte-Elizabet pour l’ame monseigneur lou conte que Dieus absoille pour le terme de la dite feste novellement passee, saixante solz pour notre dit convent et saixante solz pour departir par notre main es povres gens de Gray, si comme il est contenuz ou testament mon dit seignour lou conte. En tesmoingnage de çou nous avons mis notre seel en ces leittres donnees lou vanredi apres la Chandelour l’an M CCC dis et sept. » Arch. dép. Pas-de-Calais, A 365.

65 A. Vauchez décrit un comportement analogue de sainte Élisabeth, laquelle surveille elle-même les distributions de nourriture lors de la famine qui sévit en Thuringe en 1226. A. Vauchez, « Charité et pauvreté chez sainte Élisabeth de Thuringe d’après les actes du procès de canonisation », op. cit., p. 165.

66 Priscille Aladjidi, Le Roi père des pauvres, France XIIIe-XVe siècle, PUR, 2008, p. 240.

67 Ibid., voir les distributions royales et princières p. 243.

68 J. Gauthier, « Le testament d’Othon IV… », op. cit., clause 57. « Et volons que l’on mete mil livres tornois de nostre argent por acheter terres et que de cele rente que l’en aura pour ces M livres tornois que une donée en soit faite chascun an le jour de la saint Michiel a chascun povre qui y vanra VI deniers tornois. […] »

69 Nicole Brocard, « Le feu purificateur de la miséricorde hospitalière », in Les hommes et le feu de l’Antiquité à nos jours. Colloque de l’Association interuniversitaire de l’Est, Besançon, septembre 2003, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007, p. 75-83.

70 Selon l’ordonnance de Mahaut d’Artois, l’aumône a lieu de nuit, vers les « deux heures apres mynuit, et aultre temps donnee de jour a torche alumee » Arch. dép. Jura, 128 H 2 et G 1348.

71 J. Gauthier, « Le testament d’Othon IV… », op. cit., clause 57.

72 Vie de sainte Élisabeth par Thierry d’Apolda, in J. Gréal, Sainte Élisabeth de Hongrie…, op. cit., p. 342.

73 Expression reprise de P. Aladjidi, Le roi père des pauvres, France XIIIe-XVe, op. cit., p. 328.

74 Voir note 67.

75 P. Aladjidi, Le roi père des pauvres, France XIIIe-XVe, op. cit., p. 351.

76 A. Vauchez, « Charité et pauvreté chez sainte Élisabeth de Thuringe d’après les actes du procès de canonisation », op. cit., p. 167. J. Gréal, Sainte Élisabeth de Hongrie…, op. cit., p. 341.

77 Ibid. Pour que la distribution soit effectuée dans le calme, la comtesse exige que deux de ses hommes de Salins gardent l’accès de l’hôpital « par ou les pauvres entreront ». Elle requiert en outre la présence du prévôt et du châtelain de Bracon « pour ladicte donne faire plus en paix ». LIB 0/0/11/5, http://www.digi-archives.org/fonds/aasm/index.

78 Rutebeuf, La Vie de sainte Elysabel, Œuvres complètes, op. cit., p. 717. L’aumône de Bracon est remise en cause puis supprimée en 1475 en raison des troubles qu’elle occasionne et des forfaits qui s’y déroulent.

79 Matthieu, 25, 34-40 : « Alors le Roi dira à ceux de sa droite : Venez les bénis de mon Père, entrez en possession du Royaume, car j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger ; j’ai eu soif et vous m’avez donné à boire ; j’étais étranger et vous m’avez accueilli ; nu et vous m’avez vêtu, malade et vous m’avez visité… Allez loin de moi, maudits, dans le feu éternel qui a été préparé par le Diable et ses anges. Car, j’ai eu faim et vous ne m’avez pas donné à manger, j’ai eu soif et vous ne m’avez pas donné à boire, j’étais nu et vous ne m’avez pas vêtu… ». « Je vous le dis en vérité, tout ce que vous avez fait au moindre de mes frères, c’est à Moi-même que vous l’avez fait ».

80 Le discours chrétien développe parmi d’autres représentations l’allégorie associant feu, pitié et charité. Il énonce que le juste est celui qui brûle d’amour pour son prochain. L’image du feu est celle, pour reprendre les propos de G. Bachelard, du symbole de la purification, du changement radical, de la naissance à la Lumière et à la Vérité. G. Bachelard, La psychanalyse du feu, Paris, Gallimard, 1949, p. 161 sqq.

81 « Les Chretiens doivent penser aussi que c’est grant cruaulté de non secourir et de non aidier a ceulx qui sont en grant necessité, quant on a de quoi. Item doivent savoir et entendre que ceulx qui sont en la fournaise de Purgatoire ont moult grant joie quant ils peuvent recevoir un pou d’aide et une miete de pain de confort et de oroison. »« L’Horloge de Sapience », Bibl. Mun. Besançon, Ms. 253, folio 160. Cet ouvrage d’Henri Suso était possédé par le Saint-Sépulcre de Salins au XVe s.

82 L’époux de sainte Élisabeth de Hongrie Louis IV de Thuringe meurt sur le chemin de la Terre Sainte en 1229.

83 A. Vauchez, « Charité et pauvreté chez sainte Élisabeth de Thuringe d’après les actes du procès de canonisation », op. cit., p. 168.

84 Bernard Ardura, Prémontrés, histoire et spiritualité, CERCOR, Presses Universitaires de Saint-Étienne, 1998, p. 96.

85 J.P. Redoutey, « Les trois testaments de Mahaut d’Artois », op. cit., p. 167. J. Gauthier, « Le testament d’Othon IV… », op. cit., clauses 53 à 56.

86 J. Gauthier, « Le testament d’Othon IV… », op. cit., clauses 53-55-55.

87 « Après 1204, […] l’Afrique offre un autre terrain possible pour la dilatatio Christianitatis ». Yann Potin, « Saint Louis l’Africain, … », Afrique et histoire, vol. 1, 2003, p. 23.

88 J.P. Redoutey, « Les trois testaments de Mahaut d’Artois », op. cit., p. 168.

89 Guillaume Mollat, « Jean XXII et Charles IV le Bel (1322-1328) » in Journal des savants, 1967, n° 2. p. 98.

90 Vers 1430, la fête de sainte Élisabeth de Hongrie est solennisée à la cour de Philippe le Bon, sous l’influence sans doute de de la duchesse Isabelle de Portugal, laquelle est représentée par Peter Christus, sous la protection de sa patronne. Voir Bertrand Schnerb, « La piété et les dévotions de Philippe le Bon, duc de Bourgogne (1419-1467) », Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2005, vol. 149, n° 4, p. 1334.

91 A. Vauchez, La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge, op. cit., p. 215.

92 Ibid., p. 212.

93 Dominique Donadieu-Rigaut, Penser en images les ordres religieux (XIIe-XVe siècles), Paris, éd. Arguments, 2005, p. 316-337.

94 Sylvain Gougenheim, in Les chevaliers teutoniques, Paris, 2007, p. 135, indique que la vocation de l’Ordre [teutonique] se lit à travers la trilogie qui associe la Vierge, sainte Élisabeth et saint Georges : dévotion à Marie, charité hospitalière, combat contre les ennemis de la foi. Charles VII autorise des quêtes demandées par les « religieux chevaliers de Nostre Dame de Jhérusalem de l’ordre de Sainte Elisabeth de Pruce ».

Table des illustrations

Légende Descendance d’Otton duc de Méranie et comte palatin de Bourgogne
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7957/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7957/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7957/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Descendance des comtes palatins Hugues de Chalon et Alix de Méranie24
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7957/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search