Version classiqueVersion mobile

La mémoire à l’œuvre

 | 
Caroline Cazanave

Troisième section. Transformer la mémoire des grands personnages

Alexandre le Grand et Soundjata Keïta : Les sources grecques d’une épopée mandingue

Sidy Diop

Texte intégral

Introduction

  • 1 L’épopée de Soundjata Keïta fait déjà l’objet d’une bibliographie assez imposante. En attestent les (...)

1Une épopée très ancienne, qui date des temps médiévaux, circule encore en Afrique noire et réactualise, dans la bouche des griots mandingues, le mythe de Soundjata Keïta, fondateur de l’empire du Mali1. L’épopée, il est vrai, reste dans cette région du monde un genre vivant qui continue d’exalter le souvenir de diverses figures historiques incarnant souvent, à travers les représentations de la mémoire collective, les valeurs essentielles qui structurent le corps social. Toutefois, l’épopée de Soundjata présente un phénomène inattendu de rencontre ou d’influence entre la culture africaine et la culture grecque. En effet, l’insistante comparaison entre Soundjata et Alexandre le Grand ouvre bien des questions quant à la relation entre la Grèce et l’Afrique et surtout, quant au mode de transmission – d’autres diraient de médiation culturelle –, qui a permis le jumelage de ces deux héros historiquement et géographiquement très éloignés.

Alexandre dans l’épopée de Soundjata

  • 2 Tabari, Chronique, vol. 1, trad. fr. M. Hermann Zotenberg, Paris, Maisonneuve et Larose, sans date, (...)
  • 3 Soundjata ou l’épopée mandingue est un petit livre de l’historien guinéen Djibril Tamsir Niane, pub (...)
  • 4 Léopold Sédar Senghor, Liberté 1 : Négritude et Humanisme, Paris, Seuil, 1964 ; voir en particulier (...)

2De façon récurrente, Soundjata Keïta est comparé à Alexandre le Grand, qui est évoqué dans les récits mandingues sous le nom arabe de Djoul (ou Djoulou) Kara Naïni (en propre Dzoul Qâr Naïn dans les textes arabes)2. Dans la version de Djibril Tamsir Niane qui nous sert de référence3, les occurrences de désignation de Djoul Kara Naïni, Alexandre le Grand, vont jusqu’à marquer la structure du récit comme pour en rythmer le plan de composition : le rythme, on le sait depuis Léopold Sédar Senghor4, constitue un fondement essentiel de l’esthétique négro-africaine quel que soit le domaine artistique considéré. L’on s’en rendra compte en analysant la version du Djeli Mamadou Kouyaté traduit et adapté en français par l’historien Djibril Tamsir Niane.

Le prélude

3Le récit commence par une invocation traditionnelle dans le genre épique (depuis Homère) où le poète, dans une sorte d’acte de signature, justifie la véracité de son texte par la légitimité de sa posture de griot traditionnel qui tire sa connaissance d’une antique chaîne familiale.

  • 5 D.T. Niane, Soundjata, p. 10. Pour toutes les autres citations de ce texte, nous mentionnerons simp (...)

Par ma parole vous saurez l’Histoire de l’Ancêtre du grand Manding, l’Histoire de celui qui, par ses exploits, surpassa Djoul Kara Naïni ; celui qui, depuis l’Est, rayonna sur tous les pays d’occident5.

  • 6 D.T. Niane, Soundjata, note 2, p. 10.

Selon D. T. Niane, « il s’agit ici d’Alexandre le Grand, que l’islam appelle Doul Kar Naïn. Chez tous les traditionalistes des pays malinké, la comparaison revient souvent entre Alexandre et Soundjata. On oppose l’itinéraire ouest-est du premier et l’itinéraire est-ouest du second6. » Par les effets du procédé d’amplification propre à l’épopée, la comparaison reste à l’avantage de Soundjata, dont la gloire « surpassa » celle d’Alexandre. Le plus important, ici, c’est de noter l’unicité du personnage d’Alexandre comme la seule figure héroïque à laquelle Soundjata est comparée au moins huit fois dans le récit.

  • 7 Nous avons surtout utilisé le texte de Plutarque, La Vie d’Alexandre, dans l’édition de Robert Flac (...)

4Ainsi, avant même le déroulement de la diégèse épique, dès son incipit, le narrateur détermine son projet narratif en le mettant en rapport avec la comparaison entre Soundjata Keïta et Alexandre le Grand7, deux personnages quasiment jumelés tout au long de l’épopée.

La naissance

5Au père de Soundjata, Maghan Kon Fatta, roi de Niani, un devin annonce la naissance future de son fils prodige :

  • 8 Soundjata, p. 20.

Je vois venir vers la ville deux chasseurs ; ils viennent de loin et une femme les accompagne. Oh, cette femme ! Elle est laide, elle est affreuse. Elle porte sur le dos une bosse qui la déforme, ses yeux exorbitants semblent posés sur son visage, mais, ô mystère des mystères, cette femme, roi, tu dois l’épouser car elle sera la mère de celui qui rendra le nom du Manding immortel à jamais, l’enfant sera le septième astre, le Septième Conquérant de la terre, il sera plus puissant que Djoulou Kara Naïni8.

Le modeste roi de Niani, Maghan Kon Fatta, épousera Sogolon Kondé qui lui donnera cet enfant « plus puissant que Djoulou Kara Naïni ». Là aussi, l’ambition de grandeur héroïque se manifeste dans la volonté de dépasser le modèle mythique d’Alexandre le Grand.

La formation héroïque

6L’enfant viendra au monde dans de fabuleuses conditions de conception et de naissance ; son père lui assignera un griot personnel, Balla Fasséké, qui sera à la fois son Mentor et son Phémios :

  • 9 Soundjata, p. 49.

Il écoutait aussi l’histoire des rois que lui racontait Balla Fasséké ; il écoutait avec ravissement l’histoire de Djoulou Kara Naïni, le grand roi de l’or et de l’argent, celui dont le soleil a brillé sur toute une moitié du monde […]. Ainsi, entre sa mère et son griot, l’enfant sut tout ce qu’il fallait savoir9.

  • 10 Nicole Goisbeault, « Soundjata » in Pierre Brunel éd. (1988), Dictionnaire des mythes littéraires, (...)

Pendant ses années de formation, comme tout enfant africain, le jeune Soundjata reçoit une éducation de la tradition orale que lui transmettent les adultes. Sa mère, Sogolon, la femme-buffle, lui livre son savoir mystique sur la nature, les animaux et les arbres tandis que le griot Balla Fasséké, son griot et précepteur officiel, lui raconte l’histoire des rois pour mieux le préparer à accomplir son destin de chef. L’exemple d’Alexandre est présenté au jeune prince comme le modèle royal à imiter, à défaut de le dépasser. « Son destin est, en outre, surdéterminé par la référence à Alexandre le Grand, modèle qui constamment présent dans la conscience du héros joue pour lui le rôle de catalyseur et affermit la dimension messianique de son entreprise10. »

7De la sorte, Soundjata s’est familiarisé avec le personnage héroïque d’Alexandre avec lequel il entretient une relation d’inspiration voire d’aspiration à une fusion qui ne sera réalisée qu’au bout de son parcours héroïque. Soundjata accomplira son destin héroïque en ressemblant à Alexandre au point de le dépasser.

L’épreuve et l’exil

8Maghan Kon Fatta meurt. Soundjata qui n’a que sept ans n’est pas encore capable de marcher. Son demi-frère, Dankaran Touman, est intronisé. Sogolon et son fils sont mis en quarantaine et reclus dans un coin du palais royal. Les vexations vengeresses de la reine-mère, Sassouma Bérété, amèneront le futur héros à dévoiler enfin sa force prodigieuse et précoce. Soundjata commence à être craint de ses rivaux. Pour le protéger, sa mère le conduit en exil loin de Niani, d’abord auprès du roi Cissé de Wagadou.

  • 11 Soundjata, p. 63-64.

Le pays de Wagadou est un pays sec où l’eau manque ; autrefois les Cissé de Wagadou étaient les princes les plus puissants ; ils descendaient de Djoulou Kara Naïni le roi de l’or et de l’argent ; mais depuis que les Cissé avaient rompu le pacte ancestral leur pouvoir n’avait cessé de décroître. À l’époque de Soundjata les descendants de Djoulou Kara Naïni payaient tribut au roi de Sosso11 !

  • 12 L’historien arabe Ibn Khaldoun offre une source écrite aussi rare que précieuse sur le Ghana et l’h (...)

Le Wagadou est connu de l’historiographie arabe sous le nom de Ghana12. Ibn Khaldoun, historien arabe du XIVe siècle évoque ce pays en l’associant au Mali dans son Discours sur l’histoire universelle :

  • 13 Ibn Khaldoun, Discours sur l’histoire universelle (Al Muqaddima), trad. fr. Vincent Monteil, t. 1, (...)

Sur les bords de ce Nil sont situés la ville de Silâ, Tâkrur et Ghâna. Ces lieux-dits appartiennent tous aujourd’hui aux gens de Mâli, c’est-à-dire une nation nègre. Des commerçants marocains font le voyage de ce pays13.

Par sa situation géographique, le Wagadou est un pays au carrefour de l’Afrique de l’ouest et du nord, à l’orée du désert du Sahara :

  • 14 Soundjata, p. 64.

Les voyageurs remarquèrent qu’il y avait beaucoup de commerçants blancs à Wagadou ; on voyait autour de la ville beaucoup de campements ; les chameaux, en laisse, erraient partout alentour14.

Aux portes du désert, l’univers était marqué de tonalités humaines qui reliaient cette partie de l’Afrique à l’Arabie, jusqu’à la couleur leucoderme des commerçants caravaniers, comme en témoigne Ibn Khaldoun. Ce royaume de Wagadou à la puissance antérieure à celle du Mali serait dirigé, selon l’épopée, par une dynastie rattachée à Alexandre le Grand alors qu’Ibn Khaldoun évoque les origines arabes des princes du Ghâna :

  • 15 Ibn Khaldoun, Discours sur l’histoire universelle…, t. 1, p. 118.

On dit qu’il y avait, à Ghâna, un royaume et une dynastie d’origine alide : les Banu Salih. D’après l’auteur du « livre de Roger », l’ancêtre éponyme serait Salih ben Abdallah ben Hassan ben Al-Hassan : mais on ne connaît pas de Salih parmi les fils de Abdallah ben Hassan. Aujourd’hui, cette dynastie a disparu, et Ghâna fait partie du Mâli15.

  • 16 Cf. Lilyan Kesteloot et Bassirou Dieng, Les Épopées d’Afrique noire, Paris, Karthala-Unesco, réédit (...)

Souvent, dans les mythes d’origine africains, l’ancêtre fondateur vient d’ailleurs, du monde arabe en particulier. Il faut y voir l’influence a posteriori de la pénétration musulmane, laquelle aime à légitimer les pouvoirs royaux grâce à l’invocation d’origines généalogiques les plus prestigieuses16. Très tôt, ces régions africaines situées aux confins du Sahara et du Maghreb ont rencontré l’Islam et le monde arabe. L’islamisation s’est accompagnée de bouleversements qui ont mis en place des ordres nouveaux que les épopées traditionnelles ont su intégrer par acclimatation. Ainsi les Cissé ont pour ancêtre Alexandre le Grand, tout comme les Keïta descendent de Bilal :

  • 17 Soundjata, p. 66.

L’amitié qui unit le Manding et le Wagadou remonte à une époque très éloignée, les anciens et les griots le savent ; ceux du Mandingue sont nos cousins17.

C’est par ces mots que le roi Cissé accueille le jeune prince en exil.

  • 18 Voir Le Coran, Sourate XVIII (La caverne), versets 82-100. Cf. Tabari, Chronique, traduction de M. (...)

9Pour mieux comprendre, il faut rappeler que Dzoul Qar Naïn chez les Arabes, Djoul Kara Naïni, chez les Mandingues ou Alexandre le Grand chez les Grecs, est un personnage coranique que les musulmans considèrent et vénèrent comme un homme de Dieu au point qu’un débat théologique existe pour savoir s’il n’était pas un prophète18. En tous les cas, c’est un héros de la tradition islamique. Et c’est en ce sens qu’il faut comprendre la justification du cousinage évoqué entre les Cissé descendants d’Alexandre et les Keïta descendants de Bilal, l’ancien esclave noir qui est devenu un compagnon du prophète Mohamed, premier muezzin de l’islam. Sur la route de Wagadou au Méma voisin :

  • 19 Soundjata, p. 68.

Toujours avide de connaître, Soundjata posa beaucoup de questions aux caravaniers. C’étaient des gens très instruits ; ils racontèrent beaucoup de choses à Soundjata ; on lui parla des pays au-delà de Wagadou, le pays des Arabes, le Hedjaz, berceau de l’Islam et berceau des ancêtres de Djata, car Bilali Bounama le fidèle serviteur du prophète, venait du Hedjaz ; il apprit beaucoup de choses sur Djoulou Kara Naïni19.

Même si l’épopée ne le dit pas explicitement, tout porte à croire que, comme il est de coutume dans cette partie de l’Afrique et surtout à cette époque lointaine, ces caravaniers sont des hommes du désert, ces nomades si ressemblants aux bédouins d’Arabie, porteurs d’une culture musulmane qu’ils diffusaient de la sorte dans le monde noir en même temps que leur religion. La pénétration islamique en Afrique fut beaucoup plus l’œuvre de ces caravaniers que celle des conquérants. Avec le Coran, ils ont diffusé toute une culture qui a fini par se greffer au patrimoine négro-africain, même quand celui-ci était d’origine païenne. Il en fut ainsi de l’épopée. Par cette médiation arabo-musulmane, la figure d’Alexandre le Grand s’est retrouvée intégrée dans une épopée purement (?) africaine sous le nom coranique de Djoul Kara Naïni.

La reconnaissance héroïque

10D’émule d’Alexandre, Soundjata finit comme successeur désigné du conquérant :

  • 20 Soundjata, p. 71.

Les devins de Mema révélèrent la destinée extraordinaire de Djata. On dit qu’il était le successeur de Djoulou Kara Naïni et qu’il serait encore plus grand ; déjà les soldats faisaient mille rêves de conquête20.

C’est en effet au royaume de Mema où règne le prince Tounkara, parent des Cissé de Wagadou, que le jeune Soundjata, arrivé à maturité, s’affirme incontestablement comme un héros appelé à un grand destin, quand le roi l’a placé à la tête de ses armées et le pressentait comme son successeur en le nommant kan-koro-sigui, c’est-à-dire vice-roi. Mais c’est à Mema que le retrouvent les émissaires mandingues envoyés sur les routes par les dignitaires de Niani, à la quête de Soundjata que tout le pays, déçu de l’incapacité de Dankaran Touman, attend pour être délivré de la tyrannie de l’envahisseur Diakhanké de Sosso, Soumaoro Kanté, cet autre correspondant africain du souverain perse Darius.

11À la tête de son armée conquérante, sur le chemin de son retour, triomphateur et libérateur de sa patrie, Soundjata peut enfin goûter le plaisir d’écouter le récit de son propre accomplissement héroïque à travers celui d’Alexandre :

  • 21 Soundjata, p. 91.

Ce fut une marche forcée ; aux étapes, les marabouts Singbin Mara Cissé et Mandjan Bérété racontaient à Djata l’histoire de Djoulou Kara Naïni et de plusieurs autres héros, mais entre tous Djata préférait Djoulou Kara Naïni, le roi de l’or et de l’argent qui traversa le monde d’ouest en est ; il voulait surpasser son modèle par l’étendue de ses terres et les richesses de son trésor21.

  • 22 D.T. Niane (1960), note 4, p. 137.

Ce ne sont plus, cette fois, des caravaniers islamisés qui racontent à Soundjata l’histoire d’Alexandre mais bien des marabouts, ces ministres de l’islam par lesquels les fidèles accèdent aux préceptes de la religion et, par extension, à toutes les formes de savoir ésotérique. Cet élément consolide la thèse de la transmission de l’épopée d’Alexandre par la tradition musulmane. À ce sujet, D.T. Niane écrit : « J’ai tendance quant à moi, à attribuer ces chants à des griots de Kankou Moussa (1307-1382). En effet, à cette époque, les griots connaissaient beaucoup mieux l’histoire générale, du moins à travers les écrits arabes et surtout le Koran22 »

  • 23 Cf. L. Kesteloot et B. Dieng, Les Épopées d’Afrique noire…, p. 91 : « L’épopée véhicule ainsi des s (...)

12Ainsi il apparaît que le rattachement de l’épopée de Soundjata à celle d’Alexandre s’est fait au cours de l’histoire de l’empire du Mali, après l’islamisation de celui-ci par la conversion de ses princes, comme en témoigne le fabuleux pèlerinage du roi Kankou Moussa à la Mecque. Au-delà de la dimension culturelle de cette évolution religieuse, sont surtout notables les effets politiques qui en découlèrent, à savoir la volonté de légitimer l’ancien pouvoir d’inspiration animiste en lui attribuant des sources religieuses nouvelles liées à l’Islam23.

13Au fil du récit, l’histoire de Soundjata semble être celle d’un héros qui va à la rencontre de son modèle. Ainsi Alexandre apparaît-il comme la face inversée de Soundjata que le héros mandingue a pour mission de remettre à l’endroit afin que s’accomplisse la prédiction des devins. Il convient de rappeler avec insistance la perception particulière que le monde musulman s’est faite d’Alexandre. Sous l’appellation coranique de Dzoul Qâr Naïn, il est considéré comme un héros de l’Islam à qui Dieu accorda le privilège d’exercer sa domination sur tous les hommes partout où le portèrent ses pas, de l’extrémité occidentale à l’extrémité orientale de la terre. C’est sur le modèle de cet Alexandre-là que l’épopée mandingue nouvellement islamisée a voulu (re)construire le personnage de Soundjata.

Alexandre dans la tradition islamique

  • 24 Henry Corbin, Histoire de la philosophie islamique, Paris, Gallimard, (1986) 2006, p. 38.
  • 25 Ibid.

14L’introduction du personnage d’Alexandre le Grand dans la tradition arabo-musulmane est révélatrice de l’influence que l’hellénisme a exercée sur elle. Globalement, cette influence s’est surtout développée autour de la Syrie, de l’Irak et de la Perse, dans des centres urbains situés le long du parcours conquérant d’Alexandre en Orient, lesquels devinrent à l’époque hellénistique et surtout sous l’Empire Romain d’Orient, de prestigieux centres intellectuels hellénistiques. Les grands auteurs, les philosophes surtout, Aristote en premier, y étaient traduits « du grec en syriaque, du syriaque en arabe, de l’arabe en latin24 » au sud comme au nord de l’empire iranien sassanide. « Il s’agit ici, écrit l’historien, d’un phénomène culturel d’une importance capitale. On peut le définir comme ayant été l’assimilation par l’Islam, nouveau foyer de vie spirituelle de l’humanité, de tout l’apport des cultures qui l’avaient précédé à l’est et à l’ouest. Un circuit grandiose se dessine : l’Islam reçoit l’héritage grec (comprenant aussi bien les œuvres authentiques que les pseudépigraphes), et cet héritage il le transmettra à l’Occident au XIIe siècle, grâce au travail de l’école des traducteurs de Tolède. »25

15La réception particulière de la légende d’Alexandre peut s’expliquer par l’ancrage perse de l’action conquérante du héros qui avait fait de Babylone sa capitale, se posant ainsi en successeur des souverains historiques du pays. C’est cet Alexandre iranisé qui va passer dans la tradition musulmane. Le processus de cette transmission culturelle est matérialisé par l’exemple de la Chronique attribué à Tabari. Cet auteur arabe, de son vrai nom Abou-Djafar-Mohammed-Ben-Djarir-Ben-Yezid Tabari, né dans le Tabaristan en 224 de l’Hégire (838-839) et mort à Bagdad en 310 de l’Hégire (921-923), a écrit une Chronique générale, histoire du monde de sa création à 302 H. Le prince sassanide du Khorasan, Mançour-Ben-Nouh, commanda par la suite, auprès du vizir Mohammed Bel’Ami, la traduction persane de l’œuvre en 352 H (963). La version persane de la Chronique se répandit avec tellement de succès qu’elle fut retraduite en arabe et en turc. De l’original arabe, il n’est resté que de rares fragments.

16Bel’Ami, dans son travail de traduction, avait procédé à des élagages sur les longues citations d’autorité autant que sur les relations multiples d’un même événement. Il ne s’était pas arrêté là et avait aussi procédé à un bon nombre de commentaires et de rajouts de récits inspirés de la tradition exclusivement persane. Il en est ressorti une focalisation plus persane qu’arabe de la Chronique de Tabari, perceptible à certains aspects comme le traitement du personnage d’Alexandre.

  • 26 Tabari, Chronique, vol. 1, p. 512.

17La Chronique de Tabari (après les retouches de Bel’Ami) propose une version surprenante de l’histoire des origines d’Alexandre le Grand, qui est présenté comme le fils né de l’union du roi des Perses, un certain Bahman, avec la fille du roi des Grecs, Philippe26. Le traducteur perse de la version arabe a très probablement introduit, ici, de son chef, une tradition iranienne qui ménage la susceptibilité nationale perse en rattachant Alexandre le Grand, conquérant de tout l’Orient et de la Perse en particulier, à la dynastie royale achéménide. De ce fait, ce ne serait plus réellement un étranger, un Grec de pure souche, qui conquit la Perse mais un héritier légitime du trône qui était venu faire valoir ses droits à régner sur sa véritable patrie.

18La chronique de Tabari a ainsi conservé sur le monde grec et le personnage d’Alexandre le Grand en particulier les marques d’une acclimatation mythique qui va jusqu’à transformer Alexandre en fils biologique d’un roi perse né de son éphémère mariage avec une princesse macédonienne. C’est cet Alexandre-là, vêtu de son manteau à la fois perse et musulman, qui est passé dans la tradition africaine par la médiation de la culture religieuse arabo-musulmane.

Les attributs communs

  • 27 Voir L. Kesteloot et B. Dieng, Les Épopées d’Afrique noire, p. 73-75 et 86-89. Les auteurs relèvent (...)

19Au-delà des similarités universelles que l’on pourrait identifier sur les mythes d’origine en général27, les ressemblances entre les attributs mythiques de Soundjata et d’Alexandre sont trop fortes et trop significatives pour ne pas relever d’une intention explicite. Les deux mythes sont porteurs de beaucoup de motifs identiques.

L’ascendance

  • 28 Plutarque, Alex., 27, 1-9 et 28, 1-6.

20L’ascendance royale est une donnée traditionnelle du genre épique. Il en est ainsi jusqu’aux origines mythiques des héros : Bilal, héros de l’Islam et compagnon du Prophète pour Soundjata, Héraclès et Éaque pour Alexandre que la tradition présente même comme un fils de Zeus28.

  • 29 Plutarque, Alex., 2, 6 et 3, 1.
  • 30 Plutarque, Alex., 9, 1-11.

21Le plus particulier concerne l’ascendance maternelle de l’un et de l’autre. Sogolon et Olympias sont des femmes aux pouvoirs redoutables, qui inspirent une crainte répulsive, même à leurs maris respectifs. Alors que Sogolon, la femme-buffle, se métamorphose en fauve pour se soustraire à la proximité de son royal époux, Olympias est surprise par Philippe avec un serpent, avatar du dieu, lové contre elle sur son lit29. Épouses étrangères à la cour du roi, Sogolon et Olympias seront préférées à leurs coépouses et isolées ou répudiées selon les cas. L’une s’exilera volontairement à la mort de son mari, l’autre sera bannie de Macédoine par Philippe lui-même30. Toutes les deux mères exclusives et protectrices, elles amèneront et conduiront leurs fils dans l’exil.

Conception et naissance

  • 31 Soundjata, p. 30.
  • 32 Soundjata, p. 34 et Plutarque, Alex., 3, 5-9.

22Devant les monstrueuses métamorphoses nocturnes de Sogolon, Maghan Kon Fatta n’a pu vaincre la résistance de sa femme qu’après bien des péripéties31. Quant à Olympias, c’est en réalité de son union avec le dieu Ammon que naît Alexandre. Dans les deux mythes, la naissance de l’enfant est signalée par des prodiges et le déchainement des éléments naturels32.

  • 33 Soundjata, passim et Plutarque, Alex., 2, 5.

23Pour finir, Soundjata et Alexandre sont nés sous le sceau du lion, totem des Keïta et image vue en rêve par Philippe sur le ventre de sa femme33.

Un dévoilement héroïque précoce

24Un dévoilement héroïque précoce ouvre aux jeunes héros la voie des épreuves. Pour apaiser la frustration de sa mère offensée par les persécutions de sa jalouse coépouse, Soundjata, paralytique jusqu’à l’âge de sept ans, décide de se mettre debout, appuyé sur une énorme barre de fer qui finit par se plier sous le poids de l’effort surhumain du garçon. Le même va ensuite déraciner un baobab qu’il rapporte à sa mère pour que Sogolon ne manque plus de ces feuilles de baobab, ingrédients servant à la cuisine, que lui refusait méchamment sa rivale Sassouma Bérété. L’héroïsme précoce de Soundjata repose sur une force essentielle qui dépasse la dimension humaine.

  • 34 Plutarque, Alex., 6, 1-8.

25Pour ce qui concerne Alexandre, c’est à un âge un peu plus avancé que se dévoile vraiment sa nature héroïque quand l’adolescent parvient à soumettre à sa volonté Bucéphale, l’indomptable cheval thessalien, provoquant par là l’admiration sans borne de son père, qui se rendait compte du caractère exceptionnel de son fils34. Dans le même temps, la place que gagnait Alexandre dans l’estime et les faveurs de son père suscitait la farouche rivalité de ses demi-frères qui convoitaient la couronne autant que lui.

L’opposition et la rivalité des demi-frères

26Alexandre et Soundjata partagent la même épreuve de l’opposition des demi-frères décidés, avec l’aide de leurs mères, à occuper le trône alors que leur faiblesse naturelle et leur incurie devraient les en éloigner. L’exil sera le résultat de ces rivalités, long pour Soundjata, bref pour Alexandre, qui reviendra assez vite et parviendra à prendre la couronne à la mort de Philippe.

27La reconnaissance de la légitimité au trône sera plus longue à obtenir pour Soundjata qui devra subir au préalable un véritable voyage initiatique. Du moins, l’ordre des récits est ici inversé puisqu’Alexandre subira l’initiation sur les chemins de ses conquêtes militaires ; l’initiation allant de pair avec la gloire impériale pour Alexandre.

L’itinéraire conquérant

28L’action politique et l’expérience impériale des deux héros donnent l’occasion de motifs narratifs qui touchent plus intimement à l’histoire tout en soulignant des rapprochements objectifs.

29Soundjata est accepté par ses compatriotes comme le seul chef capable de libérer le Mandé de l’occupation de Soumaoro Kanté. Le triomphe de Soundjata se concrétise avec la victoire de Krina (historiquement située en 1235), qui consacre la défaite de Soumaoro réduit en fugitif. De même Alexandre fonde la légitimité de son pouvoir sur les Macédoniens et surtout, sur les Grecs, dans sa lutte contre les menées impérialistes de Darius, qu’il finira par vaincre. Pourchassé à travers son empire, Darius tombera de la main de ses propres hommes.

30Soundjata et Alexandre gouvernent leurs empires selon des principes similaires. Ils réservent aux ennemis vaincus un traitement magnanime qui les transforme en alliés fidèles : ainsi les rois défaits sont-ils souvent maintenus sur le trône dans leur royaume, à charge pour eux de verser un tribut déterminé.

31L’organisation déconcentrée de l’empire d’Alexandre trouve un parfait répondant avec la charte du Mandé, corpus de règles et de principes juridiques définissant les pouvoirs institutionnels et fixant les droits individuels et collectifs qui régissent les rapports humains sur toute l’étendue de l’État impérial de Soundjata. Ce pacte conclu devant tous les chefs rassemblés à la clairière de Kouroukan est retenu dans la mémoire collective comme la fameuse Charte du Kouroukan Fouga qui régit encore l’esprit des rapports collectifs traditionnels sur tout l’espace ouest-africain.

32Les deux empereurs sont adeptes d’une politique de brassage culturel qui a été à la base de la fondation d’un ordre nouveau : l’empire africain de Soundjata comme l’empire euro-asiatique d’Alexandre ont rassemblé des peuples qui ne l’ont jamais été avant eux. Et le monde après eux a définitivement changé. En témoigne l’émergence d’une koiné grecque qui unit tout le monde hellénistique après Alexandre le Grand, autant que la koiné malinké a uni et unit encore l’espace soudanais de l’ancien empire de Soundjata Keïta.

Conclusion

33Le mythe aurait-il influencé l’histoire en poussant Soundjata à imiter sous les tropiques l’action de son parangon ou l’heureux hasard de la ressemblance des situations historiques a-t-il inspiré le jumelage mythique des deux héros ? Répondre à une telle question est difficile. Il importe seulement de souligner qu’en pleine période médiévale, la mémoire collective mandingue, informée de l’histoire d’Alexandre et des mythes littéraires qui lui sont attachés, a construit l’épopée de Soundjata sur le palimpseste de celle d’Alexandre. Ainsi a pu avoir lieu une surprenante expression de l’universel métissage des civilisations, quand par l’intermédiation de la tradition arabo-islamique la culture mandingue de la savane africaine rencontre et entame avec la culture grecque de la Méditerranée un dialogue qui se poursuit encore.

Notes

1 L’épopée de Soundjata Keïta fait déjà l’objet d’une bibliographie assez imposante. En attestent les nombreuses versions écrites qui en sont présentées : Youssouf Tata Cissé et Kamissoko Wâ, Soundjata, la gloire du Mali, Paris, Karthala-Arsen, 1991 ; Massa Makan Diabaté, Kalajata, Bamako, Éditions populaires, 1970 ; Diabaté M.M., Kalajata, Paris, Pierre-Jean Oswald, 1975 ; L. Doucouré et Martha Diallo, Soundiata, Bamako, Institut des Sciences humaines du Mali, 1970 ; G. Innes, Sunjata : three mandika versions, Londres, SOAS, 1974 ; Jan Jansen, L’épopée de Sunjara, Leyde, CNWS, 1955 ; W. J. Johnson, The epic of Sunjara, Bloomington, Indiana University Press, 1980 ; Djibril Tamsir Niane, Soundjata ou l’épopée mandingue, Paris, Présence Africaine, 1960 ; Laye Camara, Le Maître de la parole (Kouma lafôlo kouma), Paris, Plon, 1978.

2 Tabari, Chronique, vol. 1, trad. fr. M. Hermann Zotenberg, Paris, Maisonneuve et Larose, sans date, p. 518 : « Alexandre est appelé Dsoul-Qarnaïn pour cette raison qu’il alla d’un bout à l’autre du monde. Le mot “qarn” veut dire une corne, et on appelle les extrémités du monde “cornes”. Lui, étant allé aux deux extrémités du monde, tant à l’orient qu’à l’occident, on l’appelle “Dsoul-Qarnaïn”. »

3 Soundjata ou l’épopée mandingue est un petit livre de l’historien guinéen Djibril Tamsir Niane, publié à Paris, aux éditions Présence Africaine, il y a une cinquantaine d’années et qui se veut la traduction française d’une version de l’épopée de Soundjata, récitée en lange mandingue par le griot Djeli Mamadou Kouyaté. Le texte de D.T. Niane présente l’avantage de mettre à notre disposition une version complète non seulement fixée par écrit mais traduite en une langue française qui essaie d’adapter le rythme et les images, le souffle de l’inspiration poétique du djeli (i.e. le poète épique, plus couramment appelé griot). Il convient de noter que le mot griot couvre une notion bien plus large puisqu’il renvoie de façon plus générale à la caste des poètes-musiciens. Voir à ce sujet Sory Camara, Gens de la parole. Essai sur la condition et le rôle des griots dans la société malinké, Paris, ACCT, Karthala et SAEC, 1992.

4 Léopold Sédar Senghor, Liberté 1 : Négritude et Humanisme, Paris, Seuil, 1964 ; voir en particulier les chapitres « Ce que l’homme noir apporte », p. 22-38 et « L’esthétique négro-africaine », p. 202-217.

5 D.T. Niane, Soundjata, p. 10. Pour toutes les autres citations de ce texte, nous mentionnerons simplement Soundjata suivi du numéro de page de l’édition de Niane.

6 D.T. Niane, Soundjata, note 2, p. 10.

7 Nous avons surtout utilisé le texte de Plutarque, La Vie d’Alexandre, dans l’édition de Robert Flacelière, Plutarque, Vies, tome IX, Alexandre-César, Coll. des Universités de France, Paris, Les Belles-Lettres, 1975. Bien que l’œuvre de Plutarque constitue une source de choix, les autres sources sont loin d’être négligeables : Arrien, Anabase, Quinte-Curce, Histoire d’Alexandre le Grand. Voir aussi Janick Auberger, Historiens d’Alexandre, coll. Fragments, Paris, Belles-Lettres, 2001. Jacques Lacarrière, La légende d’Alexandre, Paris, Gallimard, 2000, traduit du grec tardif une intéressante version médiévale de l’épopée d’Alexandre ; Aline Tallot-Bonvalot, Le Roman d’Alexandre, Paris, GF-Flammarion, 1994 édite également le Pseudo-Callisthène. Concernant les éditions des romans médiévaux, entre autres, pour celui d’Alexandre de Paris, Le Roman d’Alexandre, L. Harf-Lancner (édit.), Paris, Le Livre de Poche, 1994 (coll. Lettres gothiques, 4542) et pour celui de Thomas de Kent, Le Roman d’Alexandre ou le Roman de toute chevalerie, C. Gaullier-Bougassas et L. Harf-Lancner (traduction et notes) et B. Foster et I. Short (éds), Paris, Champion, 2003 (coll. Champion Classiques Moyen Âge).

8 Soundjata, p. 20.

9 Soundjata, p. 49.

10 Nicole Goisbeault, « Soundjata » in Pierre Brunel éd. (1988), Dictionnaire des mythes littéraires, Paris, Monaco, Éditions du Rocher, p. 1277.

11 Soundjata, p. 63-64.

12 L’historien arabe Ibn Khaldoun offre une source écrite aussi rare que précieuse sur le Ghana et l’historicité du personnage de Soundjata. Voir Ibn Khaldoun, Trad. Fr., Paris, Geuthner, 4 vol., 1969, cité par L. Kesteloot et B. Dieng in Les Épopées d’Afrique noire, Paris, Karthala-Unesco, réédit. 2009, p. 96 : « L’autorité des souverains du Ghana s’étant affaiblie, leurs voisins, les Soussou, subjuguèrent ce pays et réduisirent les habitants en esclavage. Plus tard, la population de Melli prit un tel accroissement qu’elle se rendit maîtresse de toute cette région et subjugua les Noirs des régions voisines. Ayant vaincu les Soussou, elle occupa tous les États qui formaient cet ancien royaume et étendit sa domination sur le royaume de Ghana jusqu’à l’océan Atlantique du côté de l’Occident. Le plus puissant de ces monarques est celui qui soumit les Soussou, occupa leurs villes et leur enleva l’autorité souveraine. Il se nommait Mari-Djata. »

13 Ibn Khaldoun, Discours sur l’histoire universelle (Al Muqaddima), trad. fr. Vincent Monteil, t. 1, éditions Sinbad, Paris, 1967, p. 117.

14 Soundjata, p. 64.

15 Ibn Khaldoun, Discours sur l’histoire universelle…, t. 1, p. 118.

16 Cf. Lilyan Kesteloot et Bassirou Dieng, Les Épopées d’Afrique noire, Paris, Karthala-Unesco, réédit. 2009, p. 91 : « La célébration des grands héros cherche souvent un rattachement à ceux qui les ont précédés. C’est dans ce sens que Koli Tenguella, dans quelques versions de Samba Guéladio, est présenté comme le fils de Soundiata, devenu modèle narratif et mythique. De même, les héros de l’épopée des Guelwaar des royaumes du Sine et du Saloum se sont construit une filiation directe avec le Gabou, dans une série de récits racontant leur odyssée fabuleuse. »

17 Soundjata, p. 66.

18 Voir Le Coran, Sourate XVIII (La caverne), versets 82-100. Cf. Tabari, Chronique, traduction de M. Hermann Zotenberg, tome premier, chapitre 112, Paris, Maisonneuve et Larose, sans date, p. 512-517.

19 Soundjata, p. 68.

20 Soundjata, p. 71.

21 Soundjata, p. 91.

22 D.T. Niane (1960), note 4, p. 137.

23 Cf. L. Kesteloot et B. Dieng, Les Épopées d’Afrique noire…, p. 91 : « L’épopée véhicule ainsi des structures de l’imaginaire très anciennes, enfouies dans la religion traditionnelle comme dans les institutions politiques et sociales… »

24 Henry Corbin, Histoire de la philosophie islamique, Paris, Gallimard, (1986) 2006, p. 38.

25 Ibid.

26 Tabari, Chronique, vol. 1, p. 512.

27 Voir L. Kesteloot et B. Dieng, Les Épopées d’Afrique noire, p. 73-75 et 86-89. Les auteurs relèvent l’agencement séquentiel du mythe de Soundjata en tous points correspondant à celui des mythes d’origine en général : 1) la naissance merveilleuse du futur roi ; 2) son enfance perturbée par de premières épreuves ; 3) son exil et son initiation ; 4) les épreuves et les péripéties militaires qui révèlent la dimension exceptionnelle du héros ; 5) la victoire et l’intronisation, étape ultime de la reconnaissance du héros. Les auteurs en déduisent que : « ce canevas sera adapté par les griots aux particularités ethniques, culturelles et aux contextes historiques » (p. 90).

28 Plutarque, Alex., 27, 1-9 et 28, 1-6.

29 Plutarque, Alex., 2, 6 et 3, 1.

30 Plutarque, Alex., 9, 1-11.

31 Soundjata, p. 30.

32 Soundjata, p. 34 et Plutarque, Alex., 3, 5-9.

33 Soundjata, passim et Plutarque, Alex., 2, 5.

34 Plutarque, Alex., 6, 1-8.

Auteur

Université Cheikh Anta Diop, Dakar

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search