Version classiqueVersion mobile

La mémoire à l’œuvre

 | 
Caroline Cazanave

Troisième section. Transformer la mémoire des grands personnages

Transformer la mémoire des grands personnages

Texte intégral

1La troisième partie met l’homme au centre des attentions et mutations mémorielles. Qu’il s’agisse d’histoire proprement dite, de mythe ou de créations suscitées dans la sphère littéraire, héros de chair et d’os, de romans ou de livrets d’opéra, le défilé des grandes figures est toujours animé au départ par des systèmes de décalque et de glissements, la copie conduisant ensuite à des processus de libération et de réinterprétation. La renommée embouche des trompettes qui diffusent autour d’elles la musique des louanges comme celle des calomnies (ou l’inverse). S. Diop (Univ. Cheikh Anta Diop de Dakar) dévoile comment l’itinéraire de Soundjata Keïta, fondateur de l’empire du Mali, présente des points communs avec celui d’Alexandre le Grand, un prédécesseur dont la légende a elle-même dévié par écrit. Grâce à l’opération de mythification, la koiné malinké et la koiné grecque usent habilement, et chacune de son côté, de la biographie de leurs empereurs. Les victoires remportées, les conquêtes de territoire, les règles de gouvernement et les brassages culturels du temps révolu ont fondé d’immenses entités politiques qui s’enorgueillissent de descendre d’un personnage dont l’origine est prodigieuse. À plus petite échelle que pour le prince, un autre modèle glorifiant efficace est celui la canonisation. Ne pas croire pour autant que ce mode de reconnaissance et les élus qu’il distingue à cause de leurs vertus est parfaitement coupé du monde d’ici-bas. Le goût pour l’ascèse comme l’amour témoigné envers les déshérités ne sont pas que des données personnelles, des traits de caractère individualisants. S’appuyant sur l’exemple que lui fournit Élisabeth de Hongrie, Nicole Brocard (UFC) ouvre le contexte de l’analyse sur un plan plus large, fait de la sainteté une histoire de famille, établit un cadre de motivations et de renforcement de pouvoir chez les comtes de Bourgogne, les habitudes de leur parente étant recopiées par eux, car en déplaçant la filiation vers le comportement et en vénérant la memoria de la veuve de Louis IV de Thuringe ils accroissent leur prestige temporel et spirituel. Dernière configuration de la typologie à explorer. Au lieu de prolonger et d’étoffer un souvenir garanti par des témoins, il est également possible de renverser le courant d’opinion et de le faire dans l’autre sens. Quand la mémoire du pays trouve un meilleur compte à effacer la tragédie qu’à ressasser le nom du responsable des vraies horreurs, quand elle réécrit, sinon à proprement parler l’événementiel de l’histoire, mais au moins les commentaires dont on l’accompagne ultérieurement et le ressenti à eux associé, le panache d’Henri IV peut n’être blanc que par blanchiment artificiel, et on se rallie à l’ironique conclusion de P. Delsalle : « tout est bien qui finit bien » pour faire marcher les intérêts touristiques. Au menu de la Franche-Comté et du Jura une poule au pot atteinte d’amnésie arrive à remplacer le coq au vin jaune et aux morilles. Le livret de Parsifal revoit les positions du roman Parzifal de Wolfram en acceptant l’influence de plusieurs autres sources, parmi lesquelles l’Histoire du Buddhisme indien (1844) d’Eugène Burnouf (Wagner étant conscient d’être devenu bouddhiste). Des modifications importantes affectent alors le scénario et les personnages, comme le montre Danielle Buschinger (Univ. d’Amiens) parce que la pesée philosophique qui prône de parvenir à la connaissance, l’illumination et l’éveil doit frayer avec le christianisme (comme au stade antérieur l’univers religieux celtique avait dû lui-même se laisser emporter par la pensée chrétienne). En nouveau rapport avec les considérations sur Éros, la question du salut, le cercle éternellement mobile de la transmigration invite la science des idées et la métaphysique à faire rouler autrement la pensée du Graal. Et que dire après le Perceval allemand du monsieur Merlin, illusionniste et Maître du Mystère, très mystérieusement retapissé Tintagel par Marcel Brion qui le fait travailler dans un cirque, invite à rencontrer Brocéliande-Viviane, diseuse de Bonne-Aventure, toute une écriture de l’entrelacs, de la métamorphose et du cercle jouant à créer une nouvelle poétique qui permet, grâce à la magie du Verbe de Brion que celui d’Anne Martineau (Univ. de Saint-Étienne) relaie brillamment et fait vibrer, de se souvenir du fond ancien pour accompagner Merlin jusqu’à sa mort, ou plutôt jusqu’à son ultime envolée.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search