Version classiqueVersion mobile

La mémoire à l’œuvre

 | 
Caroline Cazanave

Seconde section. Re-localiser et redéfinir les objets mémoriels

Capitale païenne ou lieu de mémoire chrétien ? Sarras dans l’Estoire del Saint Graal et La Queste del Saint Graal

Carol Chase

Texte intégral

  • 1 Le cycle, qui fut créé pendant le premier tiers du XIIIe siècle, se compose de cinq romans : L’Esto (...)
  • 2 L’idéologie des Croisades sous-tend ces textes. Sur ce point, voir par exemple, Michelle Szkilnik, (...)

1Sarras – la ville orientale associée avec le « vaissel » sacré dans L’Estoire del Saint Graal et La Queste del Saint Graal – est le cadre pour des moments importants de l’histoire de cet objet. Pourtant, comme le souligne la question posée dans le titre de cette étude, ces deux romans en prose appartenant au cycle du Lancelot-Graal (XIIIe siècle)1 présentent Sarras de façon ambiguë. Il s’agit en effet d’une capitale liée à l’origine des Sarrasins (terme utilisé couramment au Moyen Âge pour désigner les musulmans) mais aussi aux débuts du christianisme, la mémoire de ce double héritage s’ancrant dans un espace précis. L’ESG et la Queste esquissent ensemble un portrait de cette ville, évoquant, même si c’est de façon relativement vague, sa situation géographique, sa topographie et l’importance de son nom ; le récit de la conversion de son roi et de ses sujets est au centre d’un développement important. C’est dans cette ville que sera instaurée la liturgie chrétienne et que le Graal trouvera sa dernière demeure avant de quitter la terre. Mon propos ici est d’étudier comment ces deux romans arthuriens dépeignent cette capitale. Mon approche comprendra une considération de la question suivante : pourquoi ce centre urbain a-t-il été élu comme cadre pour le Graal ? La réponse se trouve peut-être dans le contexte historico-culturel du XIIIe siècle, des Croisades et de la prise de Jérusalem en 1187 par Saladin2.

  • 3 L’ordre de parution des ouvrages dans le cycle ne correspond pas à l’ordre de composition. La plupa (...)
  • 4 Personnage inventé par les auteurs de l’ESG et de la Queste.
  • 5 Pour un résumé de ces « flash-backs », voir « La Fabrication du Cycle du Lancelot-Graal », Annexe, (...)

2Les deux ouvrages – Estoire et Queste del Saint Graal – racontent comment le Graal est transporté d’abord d’Orient en Occident et puis retourne dans la direction inverse. Dans l’ESG, le « portail » du cycle du Lancelot-Graal3, le point de départ est Jérusalem, ville de la Passion du Christ, cet événement étant lui-même le point de départ temporel du récit. Jérusalem est le site de la déposition et de la mise en tombeau du Christ par Joseph d’Arimathie, personnage biblique « récupéré » par les romans du Graal. Ce dernier recueille du sang du Crucifié dans le « vaissel » qui n’est pas encore dénommé le Graal, « l’escuelle » dans laquelle le Christ a mangé à la Cène. Emprisonné pendant 42 ans après la disparition du Christ de son tombeau, Joseph est nourri par le Graal. Libéré enfin, il part pour la « terre promise », la Grande Bretagne, avec son fils, Josephé4, et un groupe de nouveaux chrétiens, en emportant avec lui cette relique. Là, les deux hommes convertissent le pays, secondés par des convertis qui apportent une aide militaire ; la Grande Bretagne devient ainsi chrétienne. Il faut noter que, dans une série de récits rétrospectifs, la Queste résume les moments principaux de cette histoire5.

  • 6 Le voyage des chrétiens est résumé au moment où ils arrivent au bord de la mer : ils ont « erré »«  (...)

3 Le périple des chrétiens vers la Grande Bretagne est long et dangereux ; il n’est pas décrit in extenso6. Mais le premier arrêt urbain, dans la ville de Sarras, est le sujet d’un développement très ample : Joseph et son fils agissent comme des apôtres, prêchant et convertissant les habitants non seulement de cette cité mais aussi de tout le royaume. De plus, Josephé y est sacré comme le premier évêque chrétien et y célèbre la première liturgie autour du Graal.

  • 7 Queste, p. 15 ; ESG, I, p. 69-70 – § 105-6 ; Actes des Apôtres, 2, 1-3. Gérard Gros étudie les rapp (...)

4C’est dans cette ville de Sarras, plutôt qu’à Jérusalem, que le Graal revient avant de disparaître de la terre, faits racontés dans la Queste et qui se passent environ cinq siècles plus tard, au temps du roi Arthur. Le point de départ de ce récit est Camaalot, ville mythique de la cour arthurienne, au moment de la Pentecôte. Le choix de cette fête religieuse n’est pas innocent. L’apparition du Graal aux chevaliers assemblés autour de la Table Ronde, événement qui va déclencher la quête, fait écho à la descente du Saint Esprit parmi les chrétiens assemblés devant l’arche contenant le Graal à Sarras, moment qui précède le sacre de Josephé et l’établissement de la liturgie chrétienne. Ces deux scènes capitales rappellent la descente du Saint Esprit parmi les apôtres à la Pentecôte après la mort du Christ7.

5Les chevaliers d’Arthur jurent de partir en quête, pas pour ramener le Graal, mais pour connaître les secrets du Graal : leur but est de voir « apertement » cet objet. En fait, on sait que le Graal se trouve à Corbenic ; il s’agit donc de déterminer lesquels seront les chevaliers heureux. Après maintes aventures les trois élus – Galaad, Perceval et Bohort – sont réunis à Corbenic, où ils assistent à une liturgie du Graal célébrée par Josephé, pendant de celle célébrée à Sarras dans l’ESG. Le Christ, qui apparaît pendant cette messe, leur dit de partir pour Sarras – d’aller à la mer où ils trouveront une nef préparée par Salomon pour son descendant, Galaad. Quand les trois chevaliers y arrivent, ils voient dans la nef le Graal posée sur la table d’argent qui lui sert de support.

  • 8 Queste, p. 275. Dans le manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France (désormais BnF) fr. 116, (...)
  • 9 Cette guérison rappelle les miracles faits par le Christ, rapportés dans le Nouveau Testament ; voi (...)

6 Après un voyage de durée indéterminée et sans précisions géographiques, les trois élus arrivent devant Sarras. Une voix leur dit de quitter la nef et de porter la table d’argent (avec le Graal dessus), à l’intérieur de la ville. Sarras y est présentée comme une ville forte du Moyen Âge, avec une porte, ce qui suggère qu’elle est entourée de murs8. Lorsque les trois élus arrivent devant la porte, Galaad, qui est seul à porter la table par derrière, ne peut plus supporter le poids. C’est à ce moment qu’un miracle se produit : Galaad guérit un infirme9 qui les aide à porter ces objets jusqu’au « Palais Spirituel ».

  • 10 On remarquera que dans la Queste, lorsque Josephé célèbre la liturgie du Graal à Corbenic, il arriv (...)
  • 11 La ressemblance entre les deux passages cités est frappante. Faut-il conclure que l’un des auteurs (...)

7Dans la Queste, ce sera le seul bâtiment évoqué dans la ville de Sarras : tout est donc focalisé sur le mystique. De plus, il n’y a aucune description du palais ; la seule indication est qu’il se trouve « en haut », situation spatiale qui insiste sur son rôle comme lieu de la vision ultime des secrets du Graal par Galaad. À l’intérieur de l’édifice un seul objet est présenté, une « chaiere » – celle « que Nostre Sires avoit jadis apareilliee por ce que Josephes s’i asseist » (Queste, p. 276). Dans la Queste il n’y a plus de précisions sur ce trône, mais il est l’objet d’une description détaillée dans l’ESG10, où le narrateur explique que lorsque Josephé est sacré comme le premier évêque dans le Palais Spirituel, on l’asseoit dans une « kaiere » qui « estoit illuec toute apparillie par la volonté Nostre Signeur » (ESG, I, p. 79 – § 122)11. Cette « chaiere », dont l’ouvrage est tellement fin que l’on ne peut pas dire de quelle pierre elle est faite, se trouve encore à Sarras, où elle est vénérée comme une relique :

Chele kaiere estoit de si grant rikeche ke onques nus hom qui le veïst ne seut a dire certaineté de quoi ele peüst estre et tout chil qui faisoient les riches oevres, dont il le vinrent puis veoir maint, disoient ke entour le monde n’avoit maniere de si riche pierre dont il n’eüst en la kaiere, et che dient enchore tout chil qui le voient, car ele ne fu onques puis jetee hors de la chité, anchois fu tous jours tenue por saintuaire, puis ke Josephés en fu partis. Ne onques puis hom ne s’i assist qui n’en fust levés tous mors ou qui n’i mehaignast de son cors, anchois que il en fust levés. (ESG, I, p. 79 – § 123)

  • 12 Cet événement est raconté plus longuement dans les mss Paris, BnF fr. 98 et 2455. La version du ms  (...)
  • 13 Je remercie Anne Wagner pour les précisions sur ces pratiques.

Ce trône, continue le narrateur de l’ESG, est source de miracles : un roi sarrasin qui voulut s’en emparer après avoir pris la ville de Sarras, finit par s’y asseoir et fut puni : ses yeux s’envolèrent de la tête (ESG, II, p. 79-80 – § 123)12. Cette « chaiere » que les élus de la Queste trouvent dans le Palais Spirituel est donc une relique importante commémorant le premier évêque chrétien, Josephé. La description dans l’ESG fait d’elle un objet hors pair : la pierre dont elle est faite est inconnue des hommes. L’importance accordée à ce fauteuil correspond à la réalité : au Moyen Âge les évêques étaient sacrés sur un trône ; il était courant de vénérer celui d’un évêque particulièrement éminent13.

8C’est dans ce palais que Galaad a la vision ultime des secrets du Graal, et c’est là qu’il mourra et sera enterré. C’est aussi dans ce palais que la sœur de Perceval et Perceval lui-même seront enterrés. Le palais est donc posé dans la Queste comme un lieu saint, un lieu de mémoire chrétien. Dans ce roman la ville elle-même semble servir seulement de cadre au palais. Chose surprenante, lorsque les trois élus arrivent dans Sarras, elle est dans les mains d’un roi « desleaux et cruex, come cil qui touz ert estrez de la maleoite lignie des païens » (Queste, p. 276) et qui les emprisonne. Nourris par la présence du Graal, les trois élus ne sont libérés qu’un an plus tard, au moment de la mort du roi, qui se repent de son action.

  • 14 Sur ces termes, voir John V. Tolan, Saracens. Islam in the Medieval European Imagination, NY, Colum (...)
  • 15 Queste, p. 33, 84 ; ESG, II, 453-55 – § 720-22.
  • 16 Sur les liens entre Josephé et Galaad, on consultera Emmanuelle Baumgartner, L’Arbre et le pain, Pa (...)

9On peut s’interroger sur le sens de cet épisode, car malgré la conversion du roi de Sarras à l’époque de Joseph d’Arimathie – fait raconté dans les récits rétrospectifs de la Queste – la ville est gouvernée au temps d’Arthur par un « païen », c’est-à-dire un « infidèle », les mots « païen » et « sarrasin » étant utilisés couramment au Moyen Âge pour désigner tous ceux qui ne sont pas chrétiens14. Il est frappant que les qualificatifs le décrivant sont les mêmes que ceux qui caractérisent d’autres rois païens, par exemple, le roi Crudel, personnage qui emprisonne Josephé (et son père) lors de leur mission évangélatrice en Grande Bretagne. L’épisode du roi Crudel est raconté dans deux des récits rétrospectifs de la Queste ainsi que dans la diégèse de l’ESG15. Il semble que l’importance de l’emprisonnement des trois élus à Sarras réside dans les associations créées entre Galaad et Josephé. Établir un parallèle entre ces deux personnages répond à une stratégie narrative : créer un lien entre Galaad et le premier évêque, qui a été sacré à Sarras, dans le Palais Spirituel. Le narrateur de la Queste insiste sur ce fait : d’abord, lors de la messe à Corbenic, Josephé a des lettres sur son front l’identifiant comme le premier évêque. Puis, à Sarras, lorsque la voix dit aux trois élus de porter la table d’argent avec le Graal jusqu’au Palais Spirituel, elle ajoute, « la ou Nostre Sires sacra premierement Josephe a evesque » (Queste, p. 275). Finalement, juste avant la mort de Galaad, Josephé réapparaît dans le Palais Spirituel pour célébrer une messe ; il invite Galaad à regarder l’intérieur du Graal. Après ce moment mystique Josephé s’identifie et dit à Galaad que le Seigneur le lui a envoyé parce que « tu m’as resemblé en deus choses : en ce que tu as veues les merveilles del Saint Graal ausi come je fis, et en ce que tu as esté virges ausi come je sui » (Queste, p. 278)16. On notera que la ressemblance entre les deux personnages se repose sur deux thèmes : la virginité et l’initiation aux mystères du Graal. Mais il y a plus : comme Josephé (et son père Joseph), Galaad a été emprisonné par un roi païen cruel et nourri par le Graal.

  • 17 On notera que, en devenant roi de Sarras, Galaad reprend en main les terres de ses ancêtres, Evalac (...)
  • 18 L’édition de la Queste de Gérard Gros a une leçon curieuse ici : « arbre » ; voir Le Livre du Graal(...)
  • 19 La construction de ces « arches » rappelle celle de l’arche de l’Alliance, coffre destiné à conteni (...)

10 Après la mort du roi de Sarras, les habitants de la ville hésitent sur le choix d’un nouveau roi ; une voix leur dit de prendre Galaad. Il gouverne pendant un an, à contre-cœur17 ; le seul fait retenu de cette gouvernance est la fabrication d’une « arche d’or et de pierres precieuses » pour abriter le saint Vessel (Queste, p. 277)18. Il est saisissant que le mot « arche » ait été choisi pour désigner ce reliquaire ; c’est le terme utilisé aussi pour le coffre en bois que Joseph d’Arimathie fabrique, sur la commande de Dieu, pour cacher de vue et pour transporter le Graal, fait rapporté dans l’ESG (I, p. 41 – § 60)19. Le rapprochement semble voulu.

  • 20 Queste, p. 279. La lance, qui n’a pas été évoquée au moment du voyage du Graal à Sarras, disparaît (...)
  • 21 Dans le Lancelot il est suggéré que Joseph d’Arimathie est l’ancêtre de Lancelot (et donc de Galaad (...)
  • 22 Cependant, le Graal n’y étant plus, cet endroit ne joue aucun rôle dans le dernier roman du cycle, (...)
  • 23 Comme le signale M. Szkilnik dans L’Archipel du Graal, les descriptions dans l’ESG sont plus comple (...)

11Au moment de la mort de Galaad, une main descend du ciel, prend le Graal et l’emporte « tot amont vers le ciel »20. Galaad sera enterré à l’endroit même où il est mort, dans le Palais Spirituel. Perceval, qui se rend dans un hermitage, meurt trois jours plus tard et est enterré dans le Palais Spirituel, lui aussi, aux côtés de Galaad et de sa sœur. Les deux ans que Galaad passe à Sarras servent ainsi surtout à établir des liens entre lui et Josephé, qui devient une sorte d’ancêtre spirituel, doublant son lignage de sang21. En outre, en devenant roi de Sarras, Galaad, on peut le supposer, ramène la ville à la chrétienté. À la fin de la Queste Sarras est donc une ville chrétienne avec un monument qui se présente comme un lieu de mémoire saint, le Palais Spirituel22. L’ESG amplifie cette vision de la ville ; la description est plus développée23.

12Or, l’arrivée de Joseph d’Arimathie à Sarras dans l’ESG est tout autre que celle des trois élus dans la Queste : le groupe de chrétiens qu’il guide arrive devant la ville à pied, après avoir marché dix jours (ESG, I, p. 43 – § 63). Aucune évocation ni de la mer ni d’une rivière ; ni murs ni porte non plus. La situation géographique est vague, mais à l’intérieur de la ville plusieurs bâtiments sont évoqués : à part le Palais Spirituel, où les chrétiens sont logés et où se manifeste la présence divine, il y a le Temple du Soleil et les « loges », sorte de salle de réunion à son entrée ; le palais du roi sarrasin, Evalach ; et après la conversion du roi et de ses sujets, des églises chrétiennes.

  • 24 Sur Efrata, voir le Livre du prophète Michée, 5, 1. C’est à Béthanie que Lazare a été ressuscité (J (...)

13L’itinéraire suivi par le groupe de chrétiens lorsqu’il quitte Jérusalem reste incertain, malgré les indications géographiques du narrateur : en partant, les chrétiens prennent la voie qui va à « Esfrate » ; partis à nonne, ils arrivent à Béthanie à vêpres (ESG, I, p. 40 – § 59). Ces précisions temporelles se joignent aux indices géographiques pour donner un air d’authenticité à la description. La route des chrétiens passe par des endroits bibliques importants : Efrata est mentionnée dans une prophétie de Michée et serait l’équivalent de Bethléem, alors que Béthanie, village à 3 ou 4 kilomètres à l’est de Jérusalem, est un site important dans le Nouveau Testament24. Les chrétiens passent leur première nuit près de Béthanie, dans un bois. Pendant cette pause une voix divine dit à Joseph de faire construire une arche pour transporter le Graal ; ainsi sera-t-il caché de la vue de tous sauf lui et son fils Josephé. Le restant du périple des chrétiens est laissé dans le vague ; seul indice : ils arrivent devant Sarras le onzième jour après leur départ (ESG, I, p. 43 – § 63).

  • 25 G. Gros signale que Sarras est « difficilement localisable, à plus forte raison identifiable, et pl (...)
  • 26 L’ESG précise que Sarras se trouve « entre Babilone et Salamandre » (I, p. 42 – § 61) ; près de Jér (...)
  • 27 Voir ESG, I, p. 44 – § 65 : Evalach avait « conquise toute la terre jusk’en l’entree d’Egypte ». De (...)
  • 28 La vision du monde étant influencée par la Bible, la carte en T était celle qui dominait au moment (...)

14 La situation géographique de Sarras est donc assez floue : sur la mer ou une rivière, selon la Queste, peut-être à l’intérieur des terres, d’où arrivent les chrétiens dans l’ESG25. Néanmoins, les deux textes localisent cette ville près de « Babiloine », c’est-à-dire Le Caire, et de Jérusalem26 ; l’ESG place la ville dans un royaume contigu à l’Égypte27. Comme indiqué ci-dessus, la ville est à dix jours de marche de Jérusalem. Si les chrétiens semblent partir vers l’est, alors que l’Égypte est au sud-ouest (selon la cartographie moderne), c’est que la géographie médiévale, qui dépeignait Jérusalem au centre du monde, situait l’Égypte à droite28.

  • 29 Voir Tolan, Saracens, et Bancourt, Les Musulmans.
  • 30 Tolan, n. 35, p. 314 ; la traduction est mienne.
  • 31 On pense surtout à Moïse ; voir Exode.
  • 32 ESG, I, p. 92 – § 144.
  • 33 À partir de la fin du XIIe siècle, l’Égypte, considérée comme plus vulnérable que les autres posses (...)
  • 34 Saladin semble avoir occupé une place importante dans l’imagination chrétienne : sa conversion est (...)

15En fin de compte, la géographie est plutôt symbolique, évocatrice des endroits importants dans la Bible et aussi dans le contexte historico-culturel des Croisades. Le plus important pour nos auteurs, c’est que Sarras soit située près de Jérusalem, dans les terres des « Sarrasins », mot qui désigne, comme nous l’avons vu, les ennemis des chrétiens, présentés comme des infidèles idôlatres ici, comme dans les chroniques, les chansons de geste et les textes hagiographiques et polémiques29. L’ennemi d’Evalach, Tholomer, est le « roi de Babiloines », terme qui désigne le roi d’Égypte chez les chroniqueurs ; « il est commode que “Babilone” soit non seulement le nom de la ville située sur l’Euphrate qui est identifiée avec l’Antichrist, mais aussi le nom d’une forteresse au Caire »30. La ville principale d’Égypte est ainsi fortement associée avec les ennemis des chrétiens ; l’Égypte, avec les résonances bibliques de l’Ancien Testament, devient le centre symbolique des infidèles31. Lorsque Josephé prédit comment la guerre entre Evalach et Tholomer va se dérouler, il caractérise les Égyptiens comme « felon »32, un qualificatif qui souligne la « déloyauté » des Sarrasins. Dans le contexte historique de la prise de Jérusalem en 1187 par Saladin, sultan d’Égypte, et des croisades pour libérer les lieux saints, qui ont souvent été axées sur l’Égypte33, la victoire d’Evalach dans la guerre contre le roi d’Égypte, obtenue avec l’aide divine, reflète l’un des buts des croisés. Il semble que la « conquête » de Sarras, obtenue de façon pacifique par la conversion de son roi, représente une victoire symbolique sur Saladin et ses descendants34.

  • 35 Voir J. K. Hyde, « Medieval Descriptions of Cities », Bulletin of the John Rylands Library, 48, 196 (...)
  • 36 ESG, I, p. 42 – § 62 ; sur Sara, voir Tolan, Saracens, p. 10-11.

16Au moment de l’arrivée des chrétiens à Sarras, le narrateur de l’ESG explique et donne une interprétation du nom de la ville – élément essentiel dans la définition de Sarras comme un haut lieu sarrasin. Dans les éloges de villes antiques et médiévales on trouve souvent des remarques sur l’origine de la ville ou l’étymologie de son nom35. Dans ce cas, c’est le nom de la ville qui fournit l’origine du mot « sarrasin » mais aussi des peuples sarrasins : « De chele cité issirent premerement Sarrasin et de Sarras furent il premierement Sarrasin apielé… » Le narrateur rejette alors une autre étymologie, courante au Moyen Âge, comme quoi le nom de Sara, la femme d’Abraham, était à l’origine du terme « Sarrasin »36. Puis il annonce que ce fut dans cette ville que les Sarrasins établirent leur « secte » et les dieux qu’ils adorent. Mais, enchaîne-t-il, c’est seulement après la venue de Mahomet qu’ils ont commencé à adorer « le soleil et la lune et les autres planetes » (ESG, I, p. 42 – § 62). Cette explication « étymologique », qui se base sur une association des sonorités entre le nom de la ville et le terme qui désigne couramment les musulmans au Moyen Âge, pose donc Sarras comme le berceau des Sarrasins et de leur foi. Cette ville devient le centre symbolique des Sarrasins, ce qui explique l’ampleur de la narration consacrée à la conversion de son roi et de ses habitants.

  • 37 ESG, I, p. 43 – § 64.
  • 38 Sur les étapes de la conversion d’Evalach, voir Carol Chase, « Des Sarrasins à Camaalot », Le Choix (...)

17Lorsque les chrétiens entrent dans Sarras ils se dirigent vers le site religieux le plus important, le Temple du Soleil37. À l’entrée du temple se trouve « li siege du Jugement », salle où se réunissent les pairs de la ville pour leurs « plais » et leurs affaires. C’est là que se trouve le roi Evalach en conseil avec ses barons, car les Égyptiens ont attaqué ses terres. Joseph promet au roi que s’il veut croire son conseil, il aura victoire sur ses ennemis et conquerra la joie « qui jamais ne prendra fin » (ESG, I, p. 45 – § 67) ; c’est alors que s’enclenche toute une série de leçons destinées à convaincre Evalach de « destruire et depechier les ymages » qu’il adore (ESG, I, p. 46 – § 68). Tous les moyens sont bons : sermons sur les points de la foi ; débat avec les clercs de la « loi sarrasine », lesquels sont punis d’avoir parlé contre le Dieu chrétien ; visions ; intervention divine dans la guerre contre les Égyptiens pour sauver le roi Evalach ; miracles38. De plus, il s’avère que la femme d’Evalach est déjà chrétienne.

  • 39 Mireille Séguy, « Vestiges historiques et mémoire romanesque dans l’Estoire del saint Graal », Bien (...)

18Evalach et son beau-frère Seraphé finissent donc par se convertir au christianisme, prenant les noms de Mordrain et Nascien. Les habitants de leurs terres sont convertis aussi. C’est pendant le long passage consacré à la conversion de Sarras que Josephé est initié aux secrets du Graal et sacré évêque – dans le Palais Spirituel. C’est dans ce palais que les chrétiens sont logés pendant leur séjour à Sarras ; le lendemain de leur arrivée dans la ville, ils sont assemblés devant l’arche. Ils entendent du tonnerre, puis la terre tremble. Mais avant de procéder à la narration des manifestations divines qui auront lieu ici, le narrateur s’arrête sur le nom de ce palais, expliquant que c’est le prophète Daniel qui a tracé des lettres, en hébreu, sur le palais lors de son voyage de retour à Jérusalem après son emprisonnement en Égypte. Comme Mireille Séguy l’a démontré dans un bel article sur le rôle des vestiges dans l’ESG, cette récriture de l’histoire biblique forge un lieu de mémoire dont l’existence précède l’arrivée des chrétiens39. Cependant, c’est seulement à cette époque que le nom du palais est compris : « mais, devant chou ke Joseph i fust herbergiés, n’avoient oï chil de la vile onques ne sëu pour quoi il estoit ensi apielés. Et lors le sorent il, si orrés comment. » (ESG, I, p. 69 – § 105). Suit un long passage décrivant la descente du Saint Esprit parmi les chrétiens, l’initiation de Josephé aux secrets du Graal, son sacre comme évêque et la célébration de la première liturgie du Graal. C’est une mise en scène soigneuse pour créer un lieu sacré qui relègue (presque) Jérusalem à l’arrière-plan.

19Les autres bâtiments de Sarras évoqués dans l’ESG comprennent le palais d’Evalach et les églises fondées après la conversion du roi et de son peuple. Il est à noter que les temples ne sont pas détruits mais sont plutôt purifiés avec de l’eau bénite ; les idoles sont abattues, les autels sont cassés et de nouveaux autels sont mis en place (ESG, I, p. 155-6 – § 250). De plus, Josephé prend soin de déposer dans Sarras une relique, le corps d’un saint hermite, Saluste, qu’il déterre de la chapelle où il était enterré : « Et quant la terre fu toute ramenee a la sainte creanche… si se pensa Josephé ke il ne laisseroit mie la riche chité de Sarras sans corsaint » (ESG, I, p. 161 – § 261). Une église « de mout grant rikeche et de grant biauté » est fondée pour abriter cet objet saint (ibid., p. 162 – § 262). Une relique est déposée aussi dans la capitale des terres de Nascien, Orbérique. Josephé nomme des évêques pour les deux villes ; le narrateur clôt l’épisode en évoquant les miracles faits « pour l’amor d’aus », puis résume : « En tel maniere com vous avés oï fu li regnes de Sarras conquis et gaaigniés au serviche del glorieus non Jhesucrist » (ESG, I, p. 163 – § 262).

  • 40 Le nom du Graal se repose sur le fait que c’est la chose la plus « agréable » ; Nascien explique qu (...)

20On pourrait croire que c’est la fin de cette longue narration sur la conversion de Sarras et des terres environnantes, mais il n’en est rien. Avant le départ de Josephé et des chrétiens, Mordrain, Nascien et Sarracinte sont menés devant l’arche ; Josephé explique les visions d’Evalach ; Nascien donne au Graal son nom40, puis regarde dans le Graal et est puni pour cette action. Suit un épisode insolite où Evalach révèle qu’il menait des pratiques sexuelles avec une sorte d’idole en bois :

Chele samblanche, si estoit une ymage a mervelle de grant biauté en guise d’une feme et si estoit vestue de si riches reubes com li rois les pooit trover plus riches et plus precieuses. (ESG, I, p. 172-3 – § 282)

La statue sera brûlée ; cette toute dernière étape dans la conversion du roi se termine par une deuxième formule de clôture, soulignant cette fois la conversion du roi et ses terres : « Ensi destourna Josephés, par le plaisir Nostre Signour, le roi et sa terre de la grant mescreanche et amena a la sainte loy Jhesucrist. » (ESG, I, p. 174 – § 284)

  • 41 « Des Sarrasins à Camaalot », p. 50-3. Pour Colette-Anne Van Coolput, la statue n’est pas une idole (...)
  • 42 Van Coolput suggère que les usages du roi sont transgressifs, même dans la foi « sarrasine », car i (...)
  • 43 Evalach est caractérisé comme « mesconnëu » dans deux passages de l’ESG, avec deux sens différents  (...)

21Comment interpréter la présence de cette « poupée », avec qui le roi « gisoit… carnelment et de si grant amour l’avoit aimee bien . XV. ans ke nus hom ne peüst avoir grignour amour a nule feme mortel » (ESG, I, p. 173 – § 282) ? J’ai proposé ailleurs l’hypothèse que cette statue est assimilée à une idole : qu’elle représente une transposition d’usages chrétiens concernant des images de la Vierge dans les églises chrétiennes, distillant ainsi une peur de l’idôlatrie41. Il me semble qu’il faut pousser à sa limite cette interprétation, en tenant compte de toutes les données. Cette « poupée » est différente des idoles qui sont détruites dans les temples sarrasins. D’abord, il s’agit d’une image de femme, portant des vêtements luxueux, alors que toutes les autres statues sont masculines (Appolin, etc.) et aucun habillement n’est indiqué. Ensuite, ce n’est pas un objet de vénération mais un objet de débauches sexuelles42. Finalement, cette statue est brûlée plutôt que brisée, comme les autres idoles. Cette destruction par le feu indique l’importance de cette image – la seule décrite de façon aussi détaillée dans l’ESG. L’image paraît être le comble de tout ce qui est condamné chez ce roi « mesconnëu » – une sorte d’« anti-Vierge » qu’il faut éliminer par le feu purificateur43.

  • 44 La date de la composition du cycle du Lancelot-Graal reste une question de débat ; le manuscrit le (...)

22Tous ces éléments concourent pour peindre Sarras comme une capitale païenne qui se transforme en lieu saint chrétien. Les raisons pour le choix de cette ville comme lieu de la premère et de la dernière liturgies du Graal, moments importants qui font écho d’un texte à l’autre – de l’ESG à la Queste – pourraient reposer sur l’arrière-plan historique. Que Sarras soit substituée pour ainsi dire à Jérusalem, reléguant cette ville sainte au second plan, reflète peut-être le fait que Jérusalem était dans les mains de Saladin et de ses successeurs au moment où ces textes ont été écrits (et ceci depuis 1187) et que malgré les tentatives de la reprendre, elle y est restée jusqu’en 1229, date où elle est revenue dans le giron occidental grâce à un traité. La conversion du roi et des habitants de Sarras répond à un but des croisés – la christianisation des terres « sarrasines » ; la victoire sur le roi de l’Égypte par le roi de Sarras correspond au rêve de conquérir l’Égypte afin de revenir en possession des lieux saints. Si l’hypothèse présentée ici est valable, elle confirmerait la composition de l’ESG et de la Queste avant 122944.

Notes

1 Le cycle, qui fut créé pendant le premier tiers du XIIIe siècle, se compose de cinq romans : L’Estoire del Saint Graal (désormais ESG), le Merlin, le Lancelot, La Queste del Saint Graal et La Mort le roi Artu. Pour les deux textes étudiés ici j’utilise les éditions suivantes : Jean-Paul Ponceau, éd., L’Estoire del Saint Graal, 2 tomes, Paris, Champion, 1997 ; Albert Pauphilet (éd.), La Queste del Saint Graal, Paris, Champion, 1967.

2 L’idéologie des Croisades sous-tend ces textes. Sur ce point, voir par exemple, Michelle Szkilnik, L’Archipel du Graal. Étude de l’Estoire del Saint Graal, Genève, Droz, 1991, p. 17-18, 108.

3 L’ordre de parution des ouvrages dans le cycle ne correspond pas à l’ordre de composition. La plupart des chercheurs suivent l’hypothèse de Jean Frappier, qui pensait que la Queste fut écrite avant l’ESG ; voir son Étude sur la Mort le roi Artu, Genève, Droz et Paris, Minard, 1964 (réimpression de l’édition de 1954). Ferdinand Lot et Jean-Paul Ponceau pensent le contraire ; voir F. Lot, Étude sur le Lancelot en prose, Paris, Champion, 1954 ; J. P. Ponceau, « L’Auteur de L’Estoire del Saint Graal et celui de La Queste del Saint Graal sont vraisemblablement distincts », dans Miscellanea Medievalia : Mélanges offerts à Philippe Ménard, éd. Jean-Claude Faucon, Alain Labbé et Danielle Quéruel, Paris, Champion, 2 tomes, 1998, II, p. 143-56. Je reprends la question et présente l’hypothèse d’une écriture simultanée, au moins en partie, dans « La fabrication du Cycle du Lancelot-Graal », Bulletin Bibliographique de la Société Internationale Arthurienne, LXI, 2009, p. 261-78.

4 Personnage inventé par les auteurs de l’ESG et de la Queste.

5 Pour un résumé de ces « flash-backs », voir « La Fabrication du Cycle du Lancelot-Graal », Annexe, p. 279-80.

6 Le voyage des chrétiens est résumé au moment où ils arrivent au bord de la mer : ils ont « erré »« mainte jornee et tant qu’il orent passé le flun d’Eufrates et mainte autre terre. Si troverent plusors genz qui les aresterent et les voloient retenir, por ce que crestien estoient… » (ESG, II, p. 412 – § 648).

7 Queste, p. 15 ; ESG, I, p. 69-70 – § 105-6 ; Actes des Apôtres, 2, 1-3. Gérard Gros étudie les rapports entre la descente du Saint Esprit dans l’ESG et les Actes des Apôtres et signale la parenté avec la scène de la Pentecôte de la Queste, dans « Visible et invisible au palais spirituel de Sarras, ou le mystère de l’arche et de l’escuele (L’Estoire del saint Graal, § 105-140) », Littérature et révélation au Moyen Âge, Littérales, 40, 2007, p. 168-72.

8 Queste, p. 275. Dans le manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France (désormais BnF) fr. 116, une belle enluminure montre les trois élus devant la porte et les murs de Sarras (f. 672) ; elle est reproduite par Alison Stones, dans « Seeing the Grail : Prolegomena to a Study of Grail Imagery in Arthurian Manuscripts », The Grail : A Casebook, éd. Dhira B. Mahoney, NY et Londres, Garland, 2000, p. 334.

9 Cette guérison rappelle les miracles faits par le Christ, rapportés dans le Nouveau Testament ; voir en particulier Matthieu (9, 1-2), Marc (2, 1-12) et Luc (5, 17-26).

10 On remarquera que dans la Queste, lorsque Josephé célèbre la liturgie du Graal à Corbenic, il arrive dans une « chaiere » portée par quatre anges, p. 268.

11 La ressemblance entre les deux passages cités est frappante. Faut-il conclure que l’un des auteurs a copié le passage chez l’autre ? Ou est-ce que ce serait le résultat d’une collaboration ? Voir « La fabrication du Cycle du Lancelot-Graal ».

12 Cet événement est raconté plus longuement dans les mss Paris, BnF fr. 98 et 2455. La version du ms 2455 est transcrite par Eugène Hucher, éd., Le Saint Graal ou Joseph d’Arimathie, première branche des romans de la Table Ronde, tomes II et III, Genève, Slatkine Reprints, 1967 (réimpression de l’édition originale, Le Mans, 1875-78).

13 Je remercie Anne Wagner pour les précisions sur ces pratiques.

14 Sur ces termes, voir John V. Tolan, Saracens. Islam in the Medieval European Imagination, NY, Columbia University Press, 2002, p. 10-11 et 52, et Paul Bancourt, Les Musulmans dans les chansons de geste du cycle du roi, Aix-en-Provence, Pub. de l’Université de Provence, 1982, p. 1-2 et 341-570. Ce retour au paganisme serait le résultat de la reconquête de la ville de Sarras par le « roi des Sarrasins », fait mentionné dans la description de la « chaiere » de Josephé (ESG, I, p. 79 – § 123, voir ci-dessus) mais absent des récits rétrospectifs de la Queste. Dans les mss BnF fr. 2455 et 98 une série d’interpolations raconte l’invasion des terres d’Evalach-Mordrain par les Égyptiens après son départ et la reconquête de la ville par les chrétiens.

15 Queste, p. 33, 84 ; ESG, II, 453-55 – § 720-22.

16 Sur les liens entre Josephé et Galaad, on consultera Emmanuelle Baumgartner, L’Arbre et le pain, Paris, SEDES, 1981, p. 149-50, et G. Gros, « Visible et invisible au palais spirituel de Sarras », p. 188-9.

17 On notera que, en devenant roi de Sarras, Galaad reprend en main les terres de ses ancêtres, Evalach-Mordrain et Seraphé-Nascien. Dans la généalogie de Galaad, qui est commune à la Queste et l’ESG mais absente du Lancelot, Evalach-Mordrain n’est pas son ancêtre direct (c’est plutôt son beau-frère, Seraphé-Nascien). Cette généalogie est détaillée dans la Queste, p. 134-5, et dans l’ESG, II, p. 402-4 – § 633-4, et p. 572 – § 900. Néanmoins, dans la Queste il semble qu’Evalach-Mordrain considère Galaad comme son descendant : lorsque le roi est puni pour s’être rapproché de trop près du Graal, il demande à Dieu de lui permettre de rester en vie jusqu’à ce que son descendant (Galaad) vienne le trouver (Queste, p. 85).

18 L’édition de la Queste de Gérard Gros a une leçon curieuse ici : « arbre » ; voir Le Livre du Graal, Paris, Gallimard (Pléiade), 3 tomes, 2001-2009, III, p. 1174 – § 374. Le copiste a-t-il mal compris le texte qu’il copiait ? L’éditeur ne corrige pas ; il ne donne pas de variantes non plus. L’édition de Fanni Bogdanow porte « arche » à cet endroit, La Quête du Saint Graal, Paris, Poche (Lettres Gothiques), 2006, p. 650 – § 330 ; celle de H. Oskar Sommer aussi, The Vulgate Version of the Arthurian Romances edited from manuscripts in the British Museum, 7 tomes, Washington, The Carnegie Institution of Washington, 1906-1916, VI, Les Aventures ou la Queste del Saint Graal, p. 197.

19 La construction de ces « arches » rappelle celle de l’arche de l’Alliance, coffre destiné à contenir les tables de l’alliance ; voir Exode 25, 10-16 et 37, 1-5.

20 Queste, p. 279. La lance, qui n’a pas été évoquée au moment du voyage du Graal à Sarras, disparaît en même temps.

21 Dans le Lancelot il est suggéré que Joseph d’Arimathie est l’ancêtre de Lancelot (et donc de Galaad). La Queste présente Joseph comme l’ancêtre (maternel) de l’élu, p. 7. Sur ces points on consultera Annie Combes, « From Quest to Quest : Perceval and Galaad in the Prose Lancelot », Arthuriana, 12.3, 2002, p. 7-30, et Carol Chase, « The Gateway to the Lancelot-Grail Cycle : L’Estoire del Saint Graal, A Companion to the Lancelot-Grail Cycle », éd. Carol Dover, Woodbridge, Brewer, 2003, p. 71-2.

22 Cependant, le Graal n’y étant plus, cet endroit ne joue aucun rôle dans le dernier roman du cycle, La Mort le roi Artu.

23 Comme le signale M. Szkilnik dans L’Archipel du Graal, les descriptions dans l’ESG sont plus complexes que celles de la Queste ; de plus, celle de Sarras est plus importante que celles de la plupart des autres villes (p. 105-7).

24 Sur Efrata, voir le Livre du prophète Michée, 5, 1. C’est à Béthanie que Lazare a été ressuscité (Jean, 11) ; Luc décrit l’Ascension comme ayant lieu sur la route de Béthanie (24, 50-51). Sur la localisation de ce village, voir Ponceau, note au § 59.

25 G. Gros signale que Sarras est « difficilement localisable, à plus forte raison identifiable, et plutôt régie par les lois de l’imaginaire », dans « Visible et invisible au palais spirituel de Sarras », p. 165. Dans une note au § 61 Ponceau indique que R. Heinzel a proposé pour Sarras « diverses localisations en Orient, en particulier la ville biblique de Saraa souvent nommée dans l’Ancien Testament », alors que pour J. D. Bruce, c’est une ville imaginaire.

26 L’ESG précise que Sarras se trouve « entre Babilone et Salamandre » (I, p. 42 – § 61) ; près de Jérusalem et/ou de « Babilone », d’après la Queste (p. 84 et 279). Sur « Babiloine », voir ci-dessous.

27 Voir ESG, I, p. 44 – § 65 : Evalach avait « conquise toute la terre jusk’en l’entree d’Egypte ». Depuis la tour de son château fort, Evalachin, on peut voir « blanchoier les murs de Baudas et undoier l’iaue del Nil, qui est en Egypte » (ibid., p. 103 – § 165). Comme l’indique Ponceau, pour les chroniqueurs, Baudas était Bagdad ; l’auteur de l’ESG évoque peut-être Baudas pour donner de l’authenticité à son récit, puisque c’était un endroit connu.

28 La vision du monde étant influencée par la Bible, la carte en T était celle qui dominait au moment où notre texte a été écrit : elle présentait l’Orient en haut, l’Afrique en bas, à droite, et l’Europe, en bas à gauche ; ces continents étaient séparés par la Méditerranée et le Nil, en forme de « T ».

29 Voir Tolan, Saracens, et Bancourt, Les Musulmans.

30 Tolan, n. 35, p. 314 ; la traduction est mienne.

31 On pense surtout à Moïse ; voir Exode.

32 ESG, I, p. 92 – § 144.

33 À partir de la fin du XIIe siècle, l’Égypte, considérée comme plus vulnérable que les autres possessions musulmanes, a été visée par les croisés. Au moment de la 4e Croisade, par exemple, le pape Innocent III envisageait sans doute « une descente en Égypte pour y saisir des gages et une monnaie d’échange en vue de la récupération de Jérusalem » ; René Grousset, L’Épopée des Croisades, Paris, Perrin (Coll. Tempus), 2002 (édition originale, 1995), p. 234. Depuis l’arrivée au pouvoir de Saladin, en 1163, les hostilités entre les chrétiens et les Égyptiens étaient quasiment permanentes ; voir Grousset, p. 161-70, 176, etc.

34 Saladin semble avoir occupé une place importante dans l’imagination chrétienne : sa conversion est le sujet d’un récit du XVe siècle, Le Roman de Saladin, fondé sans doute sur des histoires qui ont circulé à son sujet depuis 1187. Voir l’Introduction à ce roman par Danielle Quéruel, dans Splendeurs de la cour de Bourgogne, éd. Danielle Régnier-Bohler, Paris, Laffont, Coll. Bouquins, 1995, p. 465. Selon une nouvelle du XIIIe siècle, La Fille du comte de Ponthieu, Saladin avait des ancêtres chrétiens.

35 Voir J. K. Hyde, « Medieval Descriptions of Cities », Bulletin of the John Rylands Library, 48, 1966, 308-40. Sur l’importance de l’étymologie dans l’ESG, on lira Mireille Séguy, « À l’origine était le nom : La désignation des lieux de l’aventure dans l’Estoire del Saint Graal », Paysans en leurs communautés, numéro spécial des Cahiers de Recherches Médiévales sous la direction de Françoise Michaud-Fréjaville, X, 2003, p. 191-2.

36 ESG, I, p. 42 – § 62 ; sur Sara, voir Tolan, Saracens, p. 10-11.

37 ESG, I, p. 43 – § 64.

38 Sur les étapes de la conversion d’Evalach, voir Carol Chase, « Des Sarrasins à Camaalot », Le Choix de la prose (XIIIe-XVe siècles), numéro spécial de Cahiers de Recherches Médiévales sous la direction d’Emmanuelle Baumgartner, V, 1998, p. 46.

39 Mireille Séguy, « Vestiges historiques et mémoire romanesque dans l’Estoire del saint Graal », Bien Dire et Bien Aprandre, 22, 2004, p. 137-52.

40 Le nom du Graal se repose sur le fait que c’est la chose la plus « agréable » ; Nascien explique qu’il a eu une vision à cet effet un jour quand il chassait.

41 « Des Sarrasins à Camaalot », p. 50-3. Pour Colette-Anne Van Coolput, la statue n’est pas une idole ; sa présence s’expliquerait dans le cadre des relations étroites entre la femme d’Evalach-Mordrain et le frère de celle-ci, relations qui excluent leurs époux ; voir « La poupée d’Evalac ou la conversion tardive du Roi Mordrain », Continuations : Essays on Medieval French Literature and Language in Honor of John L. Grigsby, Birmingham (Alabama), Summa, 1989, p. 166-70. Voir aussi Gérard Gros, « Sarracinte, l’énigmatique épouse d’Evalach-Mordrain dans l’Estoire del Saint Graal », Les personnages autour du Graal, Actes du colloque international et transséculaire des 7 et 8 juin 2007, textes réunis par Claude Lachet, Lyon, CEDIC, vol. 30, 2009, p. 135-138.

42 Van Coolput suggère que les usages du roi sont transgressifs, même dans la foi « sarrasine », car ils étonnent son entourage, dans « La poupée », p. 168-9. Il était courant au Moyen Âge de peindre les musulmans comme luxurieux ; voir Tolan, Saracens, p. xvi et 10. Tolan offre de nombreux exemples ; on peut citer en particulier les écrits de Petrus Alfonsi, étudiés p. 149-51, et les récits de martyrs, par exemple celui de Pélage, un jeune chrétien qu’un Sarrasin cruel voulait débaucher, p. 106-7.

43 Evalach est caractérisé comme « mesconnëu » dans deux passages de l’ESG, avec deux sens différents : « inconnu », car ses origines étaient inconnues, et aussi « ayant refusé de reconnaître Dieu » ; voir I, p. 44 et 92 – § 65 et 144.

44 La date de la composition du cycle du Lancelot-Graal reste une question de débat ; le manuscrit le plus ancien, Rennes, Bibliothèque Municipale 255, contenant l’ESG, le Merlin et une partie du Lancelot, date de c. 1220, selon l’historienne de l’art Alison Stones, qui a publié de nombreux articles sur cette question ; voir en particulier « The Earliest Illustrated Prose Lancelot Manuscript », Reading Medieval Studies, 3, 1977, p. 3-44. Sur la question des dates, cf. « La Fabrication du Cycle du Lancelot-Graal ». Bulletin Bibliographique de la Société Internationale Arthurienne, 61, 2009, p. 261-78.

Auteur

Knox College

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search