Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité et la vie des arts

 | 
Sylvie David

« Aux sources de la comédie » : un projet de mise en scène de Lysistrata

Laurent André, Angélique Auvray et Line Mercier

Texte intégral

Contexte

1L’atelier théâtre du Lycée Georges Colomb de Lure en Haute-Saône est encadré par trois professeurs, Laurent André, Angélique Auvray, Line Mercier, et une comédienne et metteur en scène professionnelle, Sophie Kordylas. Il repose sur une convention entre le Lycée et la Ville de Lure : les séances, intégrées dans l’emploi du temps (2 heures le lundi après-midi d’octobre à mai), se déroulent à l’Auditorium du Centre Culturel Fr. Mitterrand. Les élèves travaillent ainsi dans une véritable salle de spectacle ; seules quelques séances ont lieu dans l’amphithéâtre du Lycée. Le partenariat est aussi enrichi d’une école du spectateur qui permet aux élèves d’assister aux spectacles de la programmation du Centre Culturel, de rencontrer les artistes et d’échanger sur les pratiques du théâtre avec des professionnels. Les élèves sont issus des trois niveaux (seconde, première, terminale) et de toutes les filières ou séries (L, ES, S, STG) ; l’effectif varie de 10 à 17. Un week-end de stage est organisé en outre au printemps (du vendredi au dimanche) avant les représentations, afin de renforcer la cohésion du groupe et de répéter de façon intensive.

Le projet « Aux sources de la comédie »

2La mise en scène de Lysistrata d’Aristophane fait partie d’un projet qui s’est décliné en trois volets, complémentaires et indissociables :

  • l’atelier théâtre lui-même pour la dimension artistique, auquel s’ajoute un travail sur la peinture et la sculpture avec un artiste ;
  • les langues et cultures de l’Antiquité, dont la présence est affirmée au lycée ;
  • un voyage scolaire en Grèce.

3La combinaison des trois actions a permis de toucher les élèves de l’atelier et ceux de langues anciennes (grec et latin), ainsi que les élèves de la filière littéraire, de sorte que cinquante élèves ont été concernés par le projet et ont participé au voyage en Grèce d’une semaine, en février 2009. Ils ont pu ainsi découvrir les sites majeurs de la Grèce antique (Athènes, Mycènes, Épidaure, Olympie, Delphes), mais aussi la Grèce byzantine (monastère d’Ossios Loukas) et la Grèce moderne, en tant que pays de l’Union Européenne, dans ses institutions et dans sa vie quotidienne. Une attention particulière a été portée aux théâtres (théâtre de Dionysos à Athènes, d’Épidaure, de Delphes), afin que les élèves de l’atelier notamment puissent découvrir in situ les lieux directement liés à la comédie d’Aristophane. Ils ont pu d’ailleurs jouer la scène inaugurale, qui avait déjà été travaillée, à Épidaure, vide de touristes en cette période.

4Les élèves de langues anciennes ont été mis à contribution pour éclairer le contexte politique, historique et culturel de Lysistrata, mais aussi pour présenter les spécificités du théâtre grec antique, tant dans son espace scénique que dans sa dramaturgie (présence des chœurs notamment), ou encore son écriture poétique (celle de la comédie plus particulièrement). Ils ont aussi participé au travail sur le texte.

5Trois raisons sont à l’origine de la volonté de monter Lysistrata : l’envie de s’attaquer à une pièce dans son ensemble (et non plus de mettre en scène des montages thématiques, pourtant bien confortables parce qu’ils sont moins contraignants et plus souples) ; le désir de jouer une comédie (après avoir fait travailler les élèves sur l’Orestie et sur des textes de la Résistance, les années précédentes) ; enfin le souhait – légitime – des professeurs de lettres classiques de faire découvrir Aristophane aux élèves et, par là, une facette du registre comique, toujours moderne et surprenante par son audace.

Les difficultés

6Le projet s’est vite révélé être un défi pour des raisons textuelles et scénographiques essentiellement :

  • que faire des chœurs, qui sont rapidement apparus aux yeux et aux oreilles des élèves comme un frein au dynamisme voulu pour la mise en scène ?
  • comment procéder avec une troupe composée de quatorze filles et d’un seul garçon (débutant, qui plus est) ?
  • quelle traduction choisir qui, sans trahir l’esprit du texte grec, procure un texte à jouer et non un texte à lire ?
  • comment faire dire des propos et faire jouer des situations, essentiels mais particulièrement truculents, à des élèves, certes lycéens, mais encore en apprentissage et pris en charge par des professeurs porteurs d’une autorité ?

Les choix : texte et mise en scène

  • 1 Aristophane, Lysistrata, texte établi et traduit par H. Van Daele, introduction et notes de S. Mil (...)
  • 2 Aristophane, Lysistrata, in Théâtre complet, texte traduit, présenté et annoté par V.-H. Debidour, (...)
  • 3 Aristophane, Lysistrata, traduit du grec par L. Bianchi et R. Meltz, Paris, Arléa, Seuil, 2007.

7L’obstacle principal relevait donc du texte : son appropriation et les choix à y faire. Nous avons opté pour un « mélange » des traductions disponibles : celle de H. Van Daele, publiée aux Belles Lettres1 – fidèle, mais trop ancrée dans le contexte de la Grèce antique pour un public de spectateurs – ; celle de V.-H. Debidour, publiée chez Gallimard2, dont certains choix nous ont été utiles (les Spartiates au vocabulaire et aux intonations méridionales notamment) ; enfin, la traduction pour la scène, plus libre et plus vive, de L. Bianchi et R. Meltz, publiée aux éditions Arléa (Seuil)3.

8Ainsi, pour marquer la différence entre le langage des Athéniens (le dialecte attique, qui correspond au grec classique) et le langage des Spartiates (le dialecte laconien), nous avons repris les choix des traducteurs de l’édition Arléa, à savoir la déformation permanente des mots et la simplification de la syntaxe, et nous les avons couplés à un accent méridional, que proposait la traduction de Debidour en saupoudrant les répliques de provençalismes. L’arrivée, au début de la pièce, de la Spartiate Lampito en est un exemple représentatif : elle fait l’admiration des autres femmes pour son allure sportive et sa belle stature. Ses réactions révèlent son origine :

9- vers 81-82 :

Μάλα γ’, οἰῶ, ναὶ τὼ σιώ·
γυμνάδδομαι γὰρ καὶ ποτὶ πυγὰν ἅλλομαι.

  • 4 Trad. L. Bianchi et R. Meltz, éd. Arléa.
  • 5 Trad. V.-H. Debidour, éd. Gallimard.

« Par Castor et Pollux4, je fais de l’ézercice, je sautourle, je saute, zou ! à tape-talons sur les fesses5. »

10- vers 84 :

Ἇπερ ἱαρεῖόν τοί μ’ὑποψαλάσσετε.

  • 6 Trad. L. Bianchi et R. Meltz, éd. Arléa.
  • 7 Trad. V.-H. Debidour, éd. Gallimard.

« Oh là ! Vous me tâtez comme une6 pastèque7. »

11- vers 93-94 :

Τίς δ’ αὖ συναλίαξε τόνδε τὸν στόλον τὸν τᾶν γυναικῶν ;

  • 8 Trad. L. Bianchi et R. Meltz, éd. Arléa.

« Mais qui est-ce qui a convoquassé toute cette troupe de femmes8 ? »

12- ou encore vers 142-143 :

Χαλεπὰ μὲν ναὶ τὼ σιὼ γυναῖκας ὑπνῶν ἐστ’ἄνευ ψωλᾶς μόνας.

  • 9 Trad. L. Bianchi et R. Meltz, éd. Arléa.

« Par Castor et Pollux, c’est très beaucoup pénible, pour des femmes, de roupiller toutes seules9. »

  • 10 Cf. J. Taillardat, Les images d’Aristophane, Paris, Les Belles Lettres, 1962, § 202, p. 107 : à pr (...)

13Nous avons aussi, avec les élèves hellénistes, repris certaines métaphores ou périphrases du texte original, quand elles étaient porteuses de sens pour le public actuel. Les chœurs ont subi des « simplifications » (raccourcis ou suppressions). Par exemple, au milieu du serment prononcé par les femmes, qui répètent scrupuleusement les paroles de Lysistrata, Aristophane leur fait déclarer : Οὐ στήσομαι λέαιν’ἐπὶ τυροκνήστιδος (vers 231), que Van Daele traduit par : « Je ne me poserai pas en lionne sur une râpe à fromage », et dont la note éclaire l’image : « Les râpes à fromage étaient en réalité des couteaux qui portaient sur le manche, en ivoire ou en bronze, des images d’animaux, souvent des lionnes ou des panthères. » Nous avons conservé l’image de la lionne sur une râpe à fromage (même si τυρόκνηστις désigne le couteau à fromage, et non la râpe) et choisi la traduction de l’édition Arléa : « Je ne ferai pas la position de la lionne sur une râpe à fromage », source de comique, par l’évocation d’une position sexuelle pittoresque10, et plus percutante que la traduction de Debidour – pourtant plus proche du texte grec – : « pas plus qu’à quatre pattes, en lionne sculptée au manche d’un couteau. »

Le serment des femmes à l’initiative de Lysistrata.

14Le nœud essentiel restait la restitution des mots et expressions liés à l’intrigue elle-même : les termes employés pour dire le sexe, la relation sexuelle, l’attente de sexe, le désir, l’envie – souvent incontrôlable – étaient parfois bien crus pour des oreilles adolescentes… De longues et âpres discussions (mais toujours sérieuses de la part des élèves) ont permis d’explorer ce champ sémantique, si riche finalement, et, si certains termes ont été adoucis, d’autres mots plus modernes ont permis de rendre compte de la trivialité du texte au service de l’action. Ainsi, lorsque Lysistrata se plaint de l’absence de son mari, qui la prive de l’exercice du devoir conjugal, elle déclare (vers 107-110) :

Ἀλλ’οὐδὲ μοιχοῦ καταλέλειπται φεψάλυξ.
Ἐξ οὗ γὰρ ἡμᾶς προὔδοσαν Μιλήσιοι,
οὐκ εἶδον οὐδ’ ὄλισβον ὀκτωδάκτυλον,
ὃς ἦν ἂν ἡμῖν σκυτίνη’πικουρία.

15ce que Van Daele traduit par : « Et des galants, il n’en reste pas non plus, pas l’ombre d’un. Car depuis que nous avons été trahis par les Milésiens, je n’ai pas seulement vu un olisbos long de huit doigts qui eût pu nous soulager avec son cuir. » Si Van Daele conserve le mot grec « olisbos », la traduction d’Arléa a choisi le terme « godemiché », lorsque Debidour joue sur la liaison, en français : « … je n’ai pas vu un seul ces zobjets cousus main qui nous offriraient leur demi-pied de satisfaction-ersatz en cuir bouilli ! » Le choix fut difficile pour traduire cet ὄλισβος : le terme « sextoy » proposé aux élèves n’ayant pas soulevé l’enthousiasme, malgré une banalisation actuelle de son emploi, c’est celui de « godemiché » qui fut retenu par eux. De même, les nombreuses occurrences de πέος (le pénis) ont été l’occasion de montrer que les adolescents sont plus prudes que les adultes en matière de langage sexuel. Lysistrata révèle sa stratégie au vers 124 : Ἀφεκτέα τοίνυν ἐστὶν ἡμῖν τοῦ πέους. Van Daele propose : « Eh bien, il faut vous abstenir… du membre » ; Debidour traduit le vers par : « Eh bien, il nous faut renoncer au zob » ; et Bianchi et Meltz tournent ainsi : « Eh bien : nous devrons… nous passer… de bites. » Là aussi, la discussion et les réflexions furent longues : finalement les élèves adoptèrent le mot « sexe », qui ne désigne plus seulement le pénis, mais l’acte sexuel dans son ensemble.

16Pour la mise en scène plusieurs choix ont permis de faire participer tous les élèves :

  • le rôle de Lysistrata – reconnaissable à un bandeau dans la chevelure – fut joué par des élèves différentes (une par scène) ;
  • les filles ont joué vêtues de noir les rôles masculins (chœur des vieillards, Ministre, Ambassadeurs, Spartiates) ;
  • l’unique garçon endossa le rôle du fils de Niquelas et Myrrhine, participant pleinement au comique de la scène ; il intervint aussi au début de la pièce comme contrepoint des femmes excédées par la guerre, dans une chorégraphie qui opposait la gent féminine et l’élève, représentant des hommes, sur une musique guerrière ;
  • les femmes avaient un costume proche de la tunique grecque, réalisé par une couturière ;
  • l’opposition des chœurs, l’agôn, fut joué face au public par les deux groupes ;
  • les Spartiates étaient reconnaissables par leur accent provençal, mais aussi par des baskets (si chères aux élèves) ;
  • quelques accessoires modernes furent employés pour signifier certains personnages (chapeau haut-de-forme, perruque Louis XV pour le Ministre – πρόβουλος en grec) ;
  • et enfin, pour les scènes finales, où les sexes en érection devaient apparaître, d’abord cachés sous les manteaux, puis révélés au grand jour, les élèves s’empressèrent de confectionner des ersatz au moyen de chaussettes qui caricaturaient fortement l’organe en question et permettaient de restituer le registre en opérant une distanciation. Des imperméables complétèrent les tenues des hommes souffrant de la grève des femmes.

17Pour le décor, la sobriété fut privilégiée, mais la comédienne fut à l’origine d’idées qui ont donné l’occasion aux élèves de découvrir des techniques scéniques modernes : en fond de scène un écran, qui figurait l’Acropole et sur lequel étaient projetés alternativement des tableaux et sculptures d’inspiration antique dus à notre collègue et remarquable artiste, Giovanni Aramini, – images liées au contexte de la pièce –, et une lumière qui permettait aux élèves de jouer les femmes dans l’Acropole en ombres chinoises (un défi pour la perspective et la voix). Par ailleurs, quatre colonnes aux quatre angles de la scène, confectionnées par G. Aramini, dont les élèves ont pu visiter l’atelier et avec qui ils ont échangé, renforçaient la dimension grecque antique.

Bilan

18Les objectifs nous semblent avoir été atteints : la découverte d’une comédie d’Aristophane par le public des élèves du lycée, devant lesquels les apprentis comédiens ont joué lors de deux représentations ; la découverte également et la confrontation de domaines artistiques : poésie, scène, peinture, sculpture, et la sensibilisation à l’art grec lors de la visite des sites et des musées en Grèce ; la valorisation d’un patrimoine européen constitutif de notre culture et de nos pratiques, révélant la modernité de ce qui est à tort trop souvent considéré comme dépassé, ainsi que l’a illustré l’actualité internationale quelques jours avant la représentation publique, puisque les femmes kényanes ont mis en pratique la proposition de Lysistrata, avec un succès remarquable, pour la reprise de négociations politiques.

19Pour nous, professeurs, le plaisir des élèves à jouer la pièce et les rires du public restent une satisfaction essentielle, plaisir renouvelé lors de la participation (sur des extraits) aux Journées d’automne de la CNARELA, sur l’aimable et enthousiaste demande de Madame Sylvie David. Qu’elle en soit ici, au nom de tout l’atelier théâtre, chaleureusement remerciée.

Image de fond de scène : œuvres de Giovanni Aramini, inspirées de l’Antiquité.

Jeu d’ombres chinoises.

Bibliographie

Bibliographie

Aristophane, Lysistrata, texte établi et traduit par H. Van Daele, introduction et notes de S. Milanezi, Paris, Classiques en poche, Les Belles Lettres, 2002 (1re éd. CUF, 1928).

Aristophane, Lysistrata, in Théâtre complet, texte traduit, présenté et annoté par V.-H. Debidour, tome II, Paris, Folio, Gallimard, 1966.

Aristophane, Lysistrata, traduit du grec par L. Bianchi et R. Meltz, Paris, Arléa, Seuil, 2007. J. Taillardat, Les images d’Aristophane, Paris, les Belles Lettres, 1962.

Notes

1 Aristophane, Lysistrata, texte établi et traduit par H. Van Daele, introduction et notes de S. Milanezi, Paris, Classiques en poche, Les Belles Lettres, 2002 (mais la traduction date de 1928).

2 Aristophane, Lysistrata, in Théâtre complet, texte traduit, présenté et annoté par V.-H. Debidour, tome II, Paris, Folio, Gallimard, 1966.

3 Aristophane, Lysistrata, traduit du grec par L. Bianchi et R. Meltz, Paris, Arléa, Seuil, 2007.

4 Trad. L. Bianchi et R. Meltz, éd. Arléa.

5 Trad. V.-H. Debidour, éd. Gallimard.

6 Trad. L. Bianchi et R. Meltz, éd. Arléa.

7 Trad. V.-H. Debidour, éd. Gallimard.

8 Trad. L. Bianchi et R. Meltz, éd. Arléa.

9 Trad. L. Bianchi et R. Meltz, éd. Arléa.

10 Cf. J. Taillardat, Les images d’Aristophane, Paris, Les Belles Lettres, 1962, § 202, p. 107 : à propos de cette image, l’auteur relève deux autres références, Paix 896b et Thesm. 489.

Auteurs

Certifié de lettres classiques, enseigne au lycée le français, le latin et le grec ; au cours de ses études à Aix-en-Provence, il a fait une maîtrise sur Le corps maltraité dans les tragédies de Sénèque, une représentation de la cruauté. Il anime avec des collègues l’atelier théâtre du lycée. Il est titulaire de la certification complémentaire « arts option théâtre » depuis 2010.

Certifiée de lettres classiques, enseigne au lycée le français, le latin et le grec ; au cours de ses études à Paris X, elle a fait une maîtrise sur les classes sociales à Athènes et à Sparte. Elle a mis en place le club théâtre du lycée en 2001, devenu en 2002 un atelier théâtre.

Certifiée de mathématiques, enseigne au lycée ; elle a remplacé lors d’un congé de maternité Angélique Auvray à l’atelier théâtre qu’elle anime depuis avec Laurent André et Angélique Auvray.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search