Version classiqueVersion mobile

La mémoire à l’œuvre

 | 
Caroline Cazanave

Seconde section. Re-localiser et redéfinir les objets mémoriels

« Autour du pont de mautrible ». Souvenirs, mouvances et résurgences de la chanson de Fierabras dans différents genres du domaine français et étranger

Marc Le Person

Texte intégral

1La fortune et les métamorphoses successives de la geste de Fierabras au cours des siècles attestent non seulement du vif intérêt suscité par ce texte, mais encore du désir de renouvellement qu’il a généré pour s’adapter au goût de chaque époque. Nous allons tenter d’évoquer la mouvance de cette tradition en retraçant quelques traits caractéristiques de son évolution à travers le temps.

  • 1 Étude littéraire et édition critique (des rédactions longues et versifiées en langue d’oïl) de « Fi (...)

2 Fierabras 1 est une des chansons de geste les plus célèbres du XIIe s. et son succès s’est étendu dans de nombreux pays d’Europe et même en Amérique du Sud à travers les traditions espagnoles et portugaises jusqu’à nos jours ; c’est à l’étude de sa réception et des problèmes posés par les différentes réécritures, réminiscences et résurgences dans la littérature européenne et latino-américaine qu’il convient de s’attacher, dans une perspective comparatiste.

  • 2 Éditions récentes de la Destruction de Rome (ms. de Hanovre) : texte, L. Formisano, Florence, 1981  (...)
  • 3 Le Voyage de Charlemagne à Jérusalem et Constantinople, éd. par P. Aebischer, Genève, Droz, 1965 (T (...)

3La chanson de Fierabras, composée par un auteur anonyme vers 1190, appartient au cycle du roi (réunissant les hauts faits de Charlemagne) et constitue le cycle secondaire des reliques de la Passion avec la Destruction de Rome (début XIIIe s.)2 qui lui sert d’introduction et avec le Voyage de Charlemagne à Jérusalem et Constantinople3 (XIIe s.), pèlerinage imaginaire qui relate le retour des reliques en Europe : écrite sous l’influence des moines de Saint-Denis qui proposaient ces reliques à la vénération des fidèles, depuis l’époque carolingienne, (chaque 24 juin, jour de la Saint Jean-Baptiste), lors de la célèbre procession du Lendit, la chanson de Fierabras raconte l’expédition punitive menée par Charlemagne en Espagne, trois ans avant Roncevaux, pour reconquérir les reliques du Christ dérobées par les Sarrasins, conduits par l’émir Balan et par son fils, le redoutable Fierabras, le meurtrier du pape, lors de la Destruction de Rome, avant de les rapporter en France pour les déposer à Saint-Denis et procéder à leur partage entre plusieurs grandes abbayes. Vaincu en combat singulier par Olivier, pourtant diminué par une blessure, le géant Fierabras se convertit devant ce miracle et prête main forte aux guerriers français. Grâce à l’aide d’une belle Sarrasine, Floripas, la sœur de Fierabras, éprise d’un baron chrétien, Guy de Bourgogne, les Francs réussissent à triompher.

4 Les péripéties mouvementées et romanesques de l’intrigue, la grandeur épique du combat initial entre Fierabras et Olivier, la puissance de l’inspiration religieuse et de l’idéologie politique de l’abbaye de Saint-Denis autour du culte des reliques de la Passion, le modèle hagiographique d’un roi sarrasin sanguinaire, converti par l’action de la grâce divine, à une époque où les lieux saints venaient d’être conquis par Saladin, et enfin l’immense diffusion que lui a conférée dès l’origine la grande foire internationale du Lendit, expliquent sans doute le succès de notre chanson.

5En France, la période du Moyen Français voit apparaître des versions de Fierabras en prose : simple dérimage (ms, 4969 et 2172), adaptations romancées, souvent fortement remaniées :

  • Le roman en prose de Fierabras (fin XIVe) des manuscrits au fonds français de la B.N. Deux éditions critiques en ont été faites, d’abord par Jean Miquet en 1969 (publié en 1983-4 à Ottawa et Montréal)4, puis par Maria Carla Marinoni en 1979 à Milan5.
  • Ly mireur des histors de Jean des Preis, dit d’Outremeuse (1338- 1400)6, édité par Borgnet (A.) et Bormans (S.) de 1864-1887 à Bruxelles.
  • Les Croniques et Conquestes de Charlemaine de David Aubert au XVe s, illustrées de 150 miniatures en grisaille et or par Jean le Tavernier : rédigées ou compilées à la demande de Jean V de Créquy puis acquis en cours de réalisation en 1458 par Philippe le Bon7, éditées par Robert Guiette8 à Bruxelles (1940-42) en trois volumes : le vol. II commence par une mise en prose du Gérard de Vienne de Bertrand de Bar-sur-Aude : Charlemagne apprend à Vienne que Rome est assiégée par les Sarrasins ; font suite la Destruction de Rome et Fierabras.
  • L’Histoire de Charlemagne (parfois dite « Roman de Fierabras »)9 de Jehan Bagnyon10 : œuvre de commande du chanoine Henri Bolomier à Lausanne, vers 1478, (conservée dans le ms. 188 de la Bibl. Publ. et Univ. de Genève), publiée par Hans-Erich Keller, Genève, 1992. Le livre II (64 % de l’ensemble) est une mise en prose de la Chanson de Fierabras qui occupe la plus grande partie de l’œuvre.

6Depuis l’époque des incunables, cette œuvre a été éditée sous trois titres successifs qui s’amplifient progressivement :

7 Le roman de Fierabras le geant, Genève, 1478-88, Lyon, 1486-1497 (éd. princeps par Adam Steinchaber 28 nov. 1478 à la Bibliothèque Publique et universitaire de Genève : cote Incunables, Hf 350 ; Réserve).

8 La Conqueste que fist le grant Charlemagne es Espaines avec les nobles prouesses des douze pers de France, et aussi celles de Fierabras, titre revu ainsi en 1498 ; celui de l’édition de 1496 comportait seulement : La Conqueste que fist le grant Charlemagne es Espaines avec les nobles prouesses des douze pers de France, Michel Havard à Lyon 1496

9ou La Conqueste du grant roy Charlemaine des Espaignes, et les vaillances des douze Pers de France, et aussi celles de Fierabras, Lyon 1498-1536 ; Paris, 1496, 1520… ; Rouen, vers 1520…

  • 11 Pour plus de détails sur ces questions voir :
     – La thèse de Jean Miquet : Le roman en prose de Fier (...)

10 La Conqueste du grant roy Charlemagne des Espagnes avec les faictz et gestes des douze Pers de France, & du grand Fierabras, & le combat faict par lui contre le petit Olivier, lequel le vainquist. Et des trois freres qui firent les neuf espées dont Fierabras en avait trois pour combatre contre ses ennemys, comme vous pourrez voir cy apres, imprimé par Jean Bonfous au début du XVIe s. ; Paris (s.d.) ; Louvain, 1588 ; à Rouen, chez Richard Aubert, vers 161511.

11Enfin, une adaptation de la version en prose de Jean Bagnyon sous le titre La conqueste du grant roi Charlemaine des Espagnes et les vaillances des douze pers de France, a été éditée dans la fameuse Bibliothèque Bleue du XVIe à la fin du XIXe siècle, à Lyon, Paris, Rouen, Louvain, Montbéliard et surtout à Troyes : Alfred Delvau, Bibliothèque bleue : Fierabras, Paris, 1862, in-8°.

  • 12 Le premier de tous nos textes épiques à être édité par I. Bekker et imprimé en 1829-30, d’après une (...)

12Mary-Lafon a donné une traduction assez libre et romancée en 1857 de la tradition occitane12 transmise par le ms. P, sous le titre, « Fierabras », Légende nationale, avec 12 belles gravures d’après les dessins de Gustave Doré, Paris, Librairie nouvelle et a contribué à faire connaître cette édition à un large public comme beau livre de prix remis aux élèves méritants.

  • 13 Un fragment d’une seule page en néerlandais datant du XIVe s., aujourd’hui égaré, se trouvait aux A (...)

13Dans les autres pays d’Europe, le texte de Jean Bagnyon a été traduit successivement : en Angleterre, en Italie, en Espagne, au Portugal, en Allemagne ainsi qu’en Flandres13. Des éditions très nombreuses en France et à l’étranger ont contribué à cette extraordinaire popularité d’une œuvre à laquelle font allusion Rabelais et Cervantès.

  • 14 Don Quichotte, éd. Folio, Paris, 1988, t. I, chap. 10, p. 129-30 et chap. 48, p. 583- 84.

14La postérité a conservé dans de nombreux textes le souvenir du célèbre baume de Fierabras14, mais nous ne développerons ici que les survivances liées au lieu de mémoire imaginaire du célèbre pont de Mautrible (/ Mantible) :

15Ce pont fortifié gardé par le géant Agolaffre se trouve devant la ville de Mautrible, placée elle-même sous la surveillance d’une géante, Amiete, et de son mari, Effraon, sorte de cité frontière et de défense avancée pour interdire l’accès à la route qui mène à la citadelle d’Aigremore : il permet de traverser le Flagot, fleuve tumultueux et quasiment infranchissable ; il constitue un passage obligé et stratégique pour se rendre à la cité principale de l’émir Balan au cœur du pays sarrasin. Il est le théâtre de nombreux affrontements et de combats acharnés entre les Français et les païens. L’auteur en donne une description effrayante (à la laisse LXVII, v. 2562-2677). Il constitue un passage périlleux et expose ceux qui le traversent à rencontrer le terrible gardien. Au v. 1967, les Sarrasins le franchissent avec leurs prisonniers pour se rendre chez l’émir, ainsi que les ambassadeurs français lorsqu’ils apportent à l’émir les têtes coupées des émissaires sarrasins (LXVII-LXX, v. 2562-2659). Lorsque Richart de Normandie va chercher du secours auprès de Charlemagne, il traverse le Flagot en crue, guidé par un cerf blanc envoyé par Dieu et échappe à ses poursuivants, malgré la diligence d’Agolaffre qui leur a ouvert en hâte le pont (v. 4505-4549). Les cinq cents hommes de l’avant-garde de l’armée de secours, sous la conduite de Richart, le franchissent déguisés en marchands pour tromper la vigilance du gardien et Renier de Gênes brise les jambes d’Agolaffre avec une barre de bois (v. 4775-5067). Le pont sert de terrain de combat lors de la prise de Mautrible où Charlemagne tue Effraon et Amïete et où Fierabras ranime le courage des Français découragés par les traîtres qui veulent retourner en France (v. 5068-5309).

16André de Mandach a cru identifier son modèle dans un pont romain de 13 arches, qui enjambait le Tage sur 250 mètres de long et reliait Mérida à Plasencia en Espagne et dont il donne la situation et les photos dans son livre sur la Geste de Fierabras (p. 39-50).

A) L’évocation du pont de Mautrible apparaît dans deux textes romanesques :

1. dans Pantagruel (1532).

17Les immenses arches du pont sont prises comme mesure de référence au chap. XXXII, p. 378 :

Ce pendent, je, qui vous fais ces veritables contes, m’estois caché dessoubz une fueille de bardane, qui n’estoit moins large que l’arche du pont de Monstrible…

2. dans la première partie de Don Quichotte de Cervantès, parue en janvier 1605 à Madrid.

  • 15 Cervantès, dans la première partie de Don Quijote, fait allusion à Fierabras en évoquant aussi le b (...)
  • 16 Dans le chap. 48, p. 583-84 : Don Quichotte, t. I, éd. Folio, Paris, 1988.

18Outre l’allusion au baume de Fierabras15, Cervantès évoque aussi notre chanson (sans doute influencé par la vision donnée par Calderon dans sa pièce La puente de Mantible) dans la réponse que Don Quichotte adresse aux critiques du chanoine sur le pouvoir pernicieux des livres de chevalerie, coupables d’avoir troublé l’esprit du héros de la Mancha16 :

[…] car quel entendement se peut-il trouver au monde qui soit capable de persuader un autre que l’histoire de l’infante Floripe et de Guy de Bourgogne ne fut pas véritable, non plus le fait de Fierabras au pont de Mantible, qui advint au temps de Charlemagne ?

B) L’évocation du pont de Mautrible apparaît aussi dans les adaptations théâtrales, les pièces de théâtre et dans un livret d’opéra :

a) Les adaptations théâtrales :

  • 17 G. Moreira de Carvalho, História do Imperador Carlos Magno e dos doze Pares de França, traducida do (...)
  • 18 Idem, voir A. de Mandach, La Geste de Fierabras, le jeu du réel et de l’invraisemblable, Genève, Dr (...)
  • 19 Claudio Basto, « O Theatro dos Grupos de Boas-Festas, do Porto », Revista Lusitana XXX, 1932, p. 24 (...)

191. Auto de Floripas : La traduction en portugais par Geronimo Moreira de Carvalho17 a servi de modèle à une pièce de théâtre populaire postérieure à 1728, intitulée Auto de Floripas18 ou Drama dos Doze Pares de França représentée chaque 5 août à Palme (district de Barcelos) près de Braga au Portugal à l’occasion des Festas da Senhora de Neves (du 31 juillet au 6 août) (des photos de 1910, 1933- 4 montrent les costumes chamarrés des acteurs), mais aussi à Porto : selon Claudio Basto19 et A. de Mandach, la pièce se joue en plein air, sur une scène abritée par un avant-toit. Le duel Olivier-Fierabras forme le noyau de la pastorale, mais les luttes autour du pont de Mantible et de la tour d’Aigremore sont absentes et les reliques ne sont mentionnées qu’une fois. Les Sarrasins (los Turcos), une chéchia sur la tête, portent des costumes rouges et bleus, avec une étole jaune. Balan, un cimeterre au poing, a la tête prise dans un turban à plume. Brutamonte, qui est le personnage burlesque de la pièce, tient une massue énorme à tête de dragon. Les chevaliers chrétiens, l’épée à la main, sont vêtus de tuniques blanches ornées de croix bleues en forme de T, des toques blanches. Gui de Bourgogne est revêtu d’un costume brun et vert et porte un casque et un cimeterre. Floripes se présente dans un ensemble brun et jaune, avec le visage recouvert d’un voile brun. L’habit de Charlemagne est dans les tons vert et or, avec la tête ceinte d’une couronne en carton doré. Les octosyllabes sont chantés et chaque camp a son propre accordéoniste.

202. Dans l’auto sacramental : El hombre encantado (1622) de José de Valdivielso (1560-1638), au vers 311, on relève l’allusion suivante :

21[C’est Engaño (Tromperie) qui parle]

  • 20 Teatro completo, 2 vols., éd. de Ricardo Arias et Robert V. Piluso, Madrid, Isla, 1975, vol. I, p.  (...)
  • 21 Extrait traduit en français par le professeur Hugues Didier (Université Lyon-3).
« Mas, ¿qué digo ? El pecador « Mais que dis-je ? Le Pécheur,
en la desbocada bestia monté sur la bête débridée
del apetito, arrojado de l’Appétit, emporté
con la Ignorancia, acá llega. par l’Ignorance, en vient à cela.
Passa el puente de Mantible, Il passe par le pont de Mantible
que, porque ella passa, qui, parce qu’il passe, se met à
tiembla ; trembler,
que la carga del pecado car le poids des péchés
hizo temblar las estrellas »20. fait trembler les étoiles »21.

Antonio Enríquez Gómez (1600-1663) en parle dans sa virulente satire Inquisición de Lucifer y visita de todos los diablos, éd. de Constance Hubbard Robe et Maxim P.A.M. Kerkhof, Amsterdam, Rodopi, 1992, p. 52-53 :

  • 22 « Llámase el postillón Villadiablete ; era el archipiélago de los malsines del infierno, y por habe (...)

Le Postillon se nomme Villadiablete. C’était l’archipel des sbires de l’enfer et comme il avait fait la traversée depuis la barque de l’Achéron jusqu’au pont de Mantible, et pour avoir apporté une grande quantité de mouchards, il escomptait être prochainement promu du rang de Postillon à quelque office plus important de la maison22.

  • 23 Cl. Fauriel, « Ferabras », Hist. Litt. de la France (1852), t. XVIII, p. 720-721 est le premier à l (...)

223. À Castet, en 1833, dans le pays basque23, Claude Fauriel signale aussi une adaptation théâtrale en prose française du même type, joué par des paysans : sous le titre Les Douze Pairs de France.

234. Le Théâtre de marionnettes de Liège, qui puise son répertoire dans les Romans de Chevalerie d’Alfred Delvau, autour de son héros Tchantchès, a gardé vivante la mémoire des hauts faits du cruel Fierabras comme en témoignent ces deux textes adaptés pour les enfants, que nous ne pouvons étudier en détail ici :

  • Fier-à-Bras, 11 p., édition du Musée Wallon, Service éducatif, Féronstrée, 136, Liège, s.d.24
  • Fierabras le Terrible, pièce de théâtre pour marionnettes liégeoises en un acte, scénario et dialogue : J. C. Maggi, 2008, jouée récemment le 23 mars 2011 au Théâtre de la République Libre d’Outremeuse, avec les marionnettes de la Collection du Théâtre Royal Ancien Impérial Tchantchès de Liège. Texte de 23 p.25

b) Les pièces de théâtre en Espagne au XVIIe s. et en Allemagne au XIXe siècle :

  • 26 Cf. Londero, « La Puente », p. 899 et ss. : Londero, Renata, « La puente de Mantible de Calderón y (...)
  • 27 Lope de Vega Carpio (Felix), La Puente de Mantible, feuilles imprimées « sueltas » anciennes, conse (...)
  • 28 Francisco Crosas Lopez dans son article Fierabras dans la Littérature espagnole p. 213-233, dans le (...)
  • 29 Francisco Crosas Lopez (ibidem) observe qu’on y trouve de nouveau la présence de Fierabras, évoquée (...)
  • 30 Francisco Crosas Lopez relève qu’au début du troisième acte apparaît Gil, le valet ou gracioso, qui (...)
  • 31 Francisco Crosas Lopez observe qu’à l’allusion au nom du berger, s’ajoute le recours à une étymolog (...)

241. La Puente de Mantible de Pedro Calderón de la Barca, pièce représentée le 7 juillet 1630 à Madrid et publiée en 1636 in Comedias, de Pedro Calderón de la Barca, Bibliotheca de autores españoles, I, Madrid, 1848, p. 205-223. [Voir A. de Mandach, La Geste de Fierabras, le jeu du réel et de l’invraisemblable, Genève, Droz, 1987, p. 180-81, n° 81 (avec résumé de la pièce et variantes) et n° 84] d’après la traduction du texte de Jean Bagnyon en espagnol par Nicolas de Piemonte parue à Séville en 1521. Cette pièce a été aussi faussement attribuée26 dans une collection de comedias diverses ou « sueltas » à Lope de Vega qui fait néanmoins des allusions à Fierabras dans deux textes27 : dans La Quinta de Florencia (c. 1600)28 et dans La serrana de la vera (1595)29. Calderón fait aussi mention de Fierabras dans deux autres comedias : dans La devoción de la cruz30 et dans la pièce burlesque Céfalo y Pocris31.

25Rappel de l’argument de la comedia de Calderón, La Puente de Mantible :

26Comme toutes les comédies du Siècle d’Or espagnol, La Puente de Mantible est divisée en trois « Jornadas », ou Actes, sans aucune division en scènes, avec de simples indications sur les entrées et les sorties des personnages.

Argument :

271re journée : C’est le superbe foulard de Floripes qui est repris aux Sarrasins au lieu des reliques de la Passion ; dans le ballet des Maures et des Chrétiens, c’est la « Sainte face » qui est reconquise ; rapide duel entre Fierabras et Olivier qui prend le pseudonyme de Guarin ; scènes bouffonnes avec Guarin (le gracioso), l’écuyer poltron de Guy de Bourgogne ; Floripes, qui s’est éprise de Guy lors du siège de Rome, lui déclare son amour ; les Maures font prisonniers Guy et ses compagnons à l’exception de Roland.

282e journée : Le geôlier Brutamonte est poignardé par Floripes devant la prison d’Aigremore ; par amour pour Guy, elle délivre les prisonniers chrétiens ; Fierabras qui n’est pas encore converti, attaque la forteresse ; Roland réussit habilement à passer le pont de Mautrible avec Guarin/Olivier, mais ils sont capturés par les Sarrasins.

293e journée : Guy, qui en réalité n’est pas mort, est transporté sur un catafalque par les Maures devant la tour, sous les yeux de Floripes en pleurs, qui se lamente, mais les dames réussissent finalement à le libérer. Ce n’est pas Richard, mais Guy, au grand désespoir de Floripes, qui est désigné comme messager des assiégés pour aller demander à Charles de venir les délivrer. Guy parvient à traverser le fleuve Agua Verde, après l’apparition d’un gué, et, accédant à sa requête, Charlemagne se dirige vers le pont de Mautrible qui est gardé non pas par Agolafre, mais par Fierabras ; Charlemagne et son armée entrent d’un côté et de l’autre arrivent Floripes et les prisonniers, tandis que Fierabras, au fond, tente en vain de défendre le pont : vaincu, il se prosterne aux pieds de Floripes qui l’a trahi et demeure inconsolable de ne pas voir sa sœur partager l’amour incestueux qu’il lui voue ; le pont est incendié et la route vers l’Afrique est désormais ouverte à la civilisation chrétienne.

Modifications de Calderón :

30Calderón transforme une longue intrigue romanesque en une situation théâtrale plus dense : il concentre des données du récit initial de la Hystoria de Carlomagno, supprime des événements, donne plus d’importance à certains personnages, stylise des situations, pour rendre l’action dramatique plus efficace.

31Il procède à un resserrement spatial en supprimant la cité d’Aigremore tout en conservant le terrible pont de Mantible, construit au-dessus d’un fleuve tumultueux, près de la tour où sont enfermés les barons français dans un horrible cachot. L’action se déroule alternativement sur l’esplanade ou à l’intérieur de la tour ou sur le pont. L’auteur intensifie l’aspect terrifiant des lieux qui deviennent symboliques de la sauvagerie de Fierabras.

  • 32 Dans la comédie espagnole, Roldán, accompagné de Guarín, part à la rescousse des chevaliers françai (...)

32Calderón réduit le nombre des personnages : il supprime le géant Effraon, sa femme Amiette, et les deux montrueux enfants pour ne conserver que le personnage du géant Galafre, l’Agolaffre de Fierabrás, symbolisant à lui seul la sauvagerie et la bêtise32. Il ne conserve que quelques représentants du camp français : Guy de Bourgogne, Roland, Olivier, Richart de Normandie et Charlemagne, désignés par le terme « paladins » et confondus avec Arthur et les Chevaliers de la Table Ronde de la légende arthurienne.

33Calderón fusionne le rôle de l’émir Balan avec celui de Fierabras pour concentrer l’action dramatique sur un seul personnage, le cruel roi Fierabras : c’est lui qui lutte contre Olivier et les hommes de Charlemagne dans la première journée, mais c’est lui aussi qui assiège la tour où sont enfermés Floripes et les Français dans les deux dernières, et c’est lui qui, à la fin de la pièce, affronte les Chrétiens sur le pont de Mantible. Le combat singulier entre Oliveros et Fierabras ne se termine pas par la conversion du païen comme dans la chanson, Fierabras ne possède pas le célèbre baume miraculeux mais, du début à la fin de la pièce, il demeure le féroce ennemi de Charlemagne et des barons français. Fierabras dans la pièce, comme le fait Balan dans la Chanson, donne l’ordre d’emprisonner les Français, il mène l’assaut de la tour, il fait installer un échafaud devant les fossés pour tuer Guy devant Floripes et les Français, et refuse jusqu’au bout le baptême. Le caractère barbare, féroce et sanguinaire du roi africain, avide de vengeance, est mis en évidence tout du long.

  • 33 Comme le qualifie Floripes, (« eres vil, eres monstruo, eres tirano / ni mi rey, ni mi dueño, ni mi (...)
  • 34 Por la boca ( ! apartad) y por los ojos
    iras vierto y enojos :
    porque es a mi despecho
    un Etna el c (...)

34Mais surtout Calderón innove en prêtant à Fierabras un amour incestueux pour sa sœur, cette passion contre nature fait de lui un monstre33. Dès lors les actions de Fierabras ne sont plus motivées par des objectifs militaires de conquête, mais obéissent à des raisons d’ordre sentimental et passionnel, suscitées par la jalousie et l’esprit de vengeance dont il compare la violence à l’éruption d’un volcan34. C’est uniquement la fureur d’avoir vu un chevalier français prendre l’écharpe de sa sœur en témoignage d’amour qui le pousse à venir au camp de Charlemagne lancer son défi à Guy, devenu son rival.

  • 35 Real, E., « La Puente de Mantible : une réécriture dramatique de Fierabras. », p. 237-253, dans les (...)

35Comme le souligne Elena Real35 : « Cette passion brutale et exclusive fera passer Fierabras, à mesure que l’action progresse, de l’amour à la souffrance, puis à la jalousie et à un féroce désir de vengeance qui sont à l’origine de tous les supplices qu’il fait subir aux amants. »

  • 36 « Ah de la torre de amor ! / Si es verdad que los amantes / viven con verso no más / no habréis sen (...)
  • 37 Tú has de verle, él no a tí : porque bastante
    será a morir felice el que te vea ;
    y habéis de padec (...)

36Tandis que dans la chanson de geste française toutes les actions de Balan sont des stratégies militaires destinées à faire sortir les Français de la tour où ils se sont retranchés, ici Fierabras a recours aux mêmes situations pour se venger de l’amour de Floripes pour Guy : il fait installer au pied de la tour, où se trouvent les assiégés affamés, des tables garnies de mets succulents, mais non pas tant pour les pousser à se rendre que pour défier ironiquement les amants qui pourront, dit-il, se nourrir de leur amour36. Dans la troisième jornada, lorsqu’il apparaît devant les fossés de la tour, tenant Guy emprisonné, les yeux bandés et menacé de mort, il ne le fait pas, comme Balan, pour forcer Roland et les autres barons français à sortir de la tour, mais pour faire souffrir à la fois Guy et Floripes, elle de voir son amant mourir, et lui de ne pas avoir le bonheur de regarder celle qu’il aime37.

37Il maintient le personnage de Brutamont, le geôlier d’Aigremore dans Fierabras qui, après avoir donné sans discuter à Floripes les clefs de la prison où sont enfermés les Français, sera poignardé par elle, alors que, dans la chanson, elle se contente de l’assommer avec un gourdin.

38Il crée le personnage du gracioso Guarín : dans le texte source, Olivier pour se moquer de Fierabras, qui ne veut combattre que de grands chevaliers, prétend qu’il est un simple écuyer appelé Guarin. Calderon introduit dans sa comédie le personnage burlesque du gracioso Guarin, écuyer fanfaron et poltron de Guy de Bourgogne, ce qui entraîne de nombreux quiproquos comiques et des scènes divertissantes où s’opposent la vaillance de Fierabras et la poltronnerie de l’écuyer quand, au début de la pièce, Fierabras demande à lutter contre le véritable Guarín et se trouve confronté de façon plaisante à sa lâcheté.

39Calderon élimine le thème des reliques de la Passion pour ne garder que l’histoire des amours de Guido de Borgoña et de Floripes, qui se déroule sur la toile de fond de la guerre entre les Français de Charlemagne et les Africains de Fierabras : c’est le superbe foulard de Floripes qui est repris aux Sarrasins au lieu des reliques de la Passion. Disparaissent ainsi de la pièce l’épisode du baume de Fierabras, lors de l’affrontement entre Olivier et le roi sarrasin, ainsi que celui du coffre des reliques que Floripas garde à Aigremore.

40Dans La Puente de Mantible toute l’intrigue se concentre autour des amours contrariées de Guy et de Floripes. Tandis que, dans la chanson de geste française, toute la première partie de l’action jusqu’à la captivité d’Olivier et la conversion de Fierabras est occupée par le combat entre les deux héros, dans la pièce de Calderon, le rôle d’Olivier est minimisé.

41C’est parce que Guy a reçu un gage d’amour de Floripes que Fierabras vient défier Charlemagne en réclamant un combat singulier. C’est pour aider son compagnon Guy qu’Olivier combat Fierabras, et Calderon insiste davantage sur le quiproquo divertissant Olivier-Guarín que sur l’aspect dramatique du combat. À la fin de la bataille, c’est Guy et non Olivier qui est blessé, et qui le premier est fait prisonnier par Fierabras.

42D’autre part, le personnage de Floripes est omniprésent pendant le premier acte : dès l’ouverture, lorsque Guy s’enfuit avec son écharpe, elle avoue à ses suivantes son amour pour ce chevalier français ; elle décrit la bataille entre l’armée française et celle des Africains et c’est elle qui voit que son amant a été fait prisonnier. La fin de la première journée se clôt sur les tendres aveux de Floripes et de Guy blessé, prisonnier de Fierabras ainsi qu’Olivier, Richard de Normandie et l’infant Guarinos.

43Ce n’est pas Richard mais Guy, qui porte le message à Charlemagne après avoir traversé les eaux en crue du Flagot. Calderon supprime le motif merveilleux du cerf blanc. Le passage du pont de Mautrible par l’armée de Charlemagne est remplacé par la bataille finale sur le pont.

44L’intensité dramatique est à son comble quand Fierabras, moribond et ensanglanté, accuse Floripes de trahison et que, lui jetant le sang qui coule de sa blessure, il lui demande d’en boire pour assouvir sa soif de vengeance : « (Arrójala sangre.) : bebe de mi sangre, harta / della la sed que te enoja ». (III, p. 1885).

45Le thème de la jalousie féroce incarnée par Fierabras dans La puente de Mantible annonce déjà la pièce que Calderon écrira en 1635 El Mayor Monstruo del mundo, los celos (Le plus grand monstre du monde, la jalousie), tragédie de l’amour passion et de la jalousie dévorante et destructrice.

46L’amour incestueux du sauvage roi africain et sa brutale jalousie font de lui un monstre, comme le qualifie Floripes, (« eres vil, eres monstruo, eres tirano / ni mi rey, ni mi dueño, ni mi hermano ». III, 1876), « le plus grand monstre du monde », l’incarnation barbare et inhumaine de la Jalousie.

  • 38 H. F. Williams, « Calderon and Fierabras », Olifant X, (1983-84), p. 132-139.

47Pour Calderón38, le pont de Mautrible apparaît aussi comme le symbole du passage d’une croyance erronée à la foi chrétienne, et la conquête de la tour qui domine le pont par Charlemagne traduit la toute puissance et la stabilité de la religion catholique et son triomphe sur les hérétiques.

482. Die Brücke von Mantible : la traduction allemande également en vers de la pièce de Calderón La Puente de Mantible (inspirée de Jean Bagnyon) par August Whilhelm von Schlegel, jouée en 1811 à Bamberg avait déplu au public de l’époque par son caractère baroque et bouffon.

c) L’évocation du pont de Mautrible apparaît enfin dans un livret d’opéra :

  • 39 Voir H. W. Sullivan, Calderôn in the German lands and the Low Countries : his reception and influen (...)
  • 40 le 7-11-1979 sur France-Culture et le 18-2-1986 en Grande-Bretagne (selon Mariane Ailes) et l’enreg (...)

49À l’époque romantique, en 1823, Franz Schubert (1797-1828) a composé en quatre mois à Vienne la musique d’un opéra romantique et héroïque en trois actes, Fierrabras, dont le livret est tiré de La Puente de Mantible de Pedro Calderón de la Barca (à Madrid) en 1630, d’après la traduction du texte de Jean Bagnyon en espagnol par Nicolas de Piemonte parue à Séville en 1521. Selon H. W. Sullivan39, annoncé par la presse le 11 octobre, l’opéra ne put être joué en raison du départ de l’auteur du livret Josef Kupelwieser du théâtre (Theater am Kärntnertor) à la suite d’un différend avec le directeur, mais plusieurs fragments furent exécutés à Vienne par l’association des chanteurs viennois, sous la direction de M. Herbeck. Il a été représenté plus tard, après la mort du compositeur, sans succès, à Londres en 1844, repris, enregistré et diffusé avec succès dans une période assez récente 1986-88 et 200640.

  • 41 Alfred Ebenbauer en propose le résumé suivant dans l’article du document-programme de l’Opéra de Zu (...)
  • 42 La tradition allemande a deux origines :
     – d’après le texte de Jean Bagnyon :
    1533 – Jean II, duc d (...)

50Josef Kupelwieser en a écrit le livret en vers d’après Die Brücke von Mantible : la traduction allemande également en vers de la pièce de Calderón La Puente de Mantible (inspirée de Jean Bagnyon) par August Whilhelm von Schlegel. Il s’est sans doute inspiré aussi de la traduction allemande de Jean Bagnyon par Hagen (Friedrich Heinrich von der) et Büsching (Johann Gustav), Fierrabras, Buch der Liebe (= le Livre de l’amour), éditée en 1809 par Julius Eduard Hitzig à Berlin (t. I, 145-267) : à l’Université de Berlin, Hagen avait été le disciple de A. W. von Schlegel qui travaillait à la traduction allemande de la pièce de Calderón. Cette traduction41 reprenait celle de Wendel Homm, Von Fierrabras dem Riesen auss Hispanien der eyn Heyd und zur zeit des grossen Keyser Carls gelebt., Imprimerie des successeurs de Wendel Homm (ou Humm), Francfort-sur-le-Main, 159442.

  • 43 Selon le Grand Larousse Encyclopédique du XIXe s.

51Ce livret insère une scène originale « allemande » : les amours de la princesse Emma, fille de Charlemagne, et du preux chevalier Eghinart ; elles font écho aux amours de Roland (et non plus Guy de Bourgogne) avec Florinda (= Floripas), fille du roi des Maures et forment le tissu de l’intrigue. « La figure principale est celle de Fierabras, frère de Florinde et l’honneur de la chevalerie de son temps. Cet ouvrage passe pour le chef-d’œuvre dramatique du maître : l’ouverture a un caractère énergique et sombre. La partition abonde en morceaux importants, chœurs, marches, airs et duos développés »43.

  • 44 Voici la trame de l’histoire selon Alfred Ebenbauer (voir supra p. 37) : « Eginhard ose pénétrer en (...)

52Le texte du livret influencé par la mode historique lancée par les romans de Walter Scott porte l’empreinte du style « troubadour » : il s’inspire assez librement de deux sources qu’il conjugue : la Chanson de geste de Fierabras et la légende germanique Eginhard und Emma44qui figure dans le second volume des Légendes allemandes des Frères Grimm sous le n° 457, tirée d’une chronique du XIIe s., la Chronicon Laurishamense.

53La structure générale de l’action de Fierabras est conservée dans ses grandes lignes : capture et conversion de Fierabras (durant une bataille et non pendant un combat singulier après un défi), vaincu par Roland et non par Olivier, emprisonnement des chevaliers français chez les païens, amour de la fille du roi maure pour un chevalier français (contrairement aux sources, le couple a fait connaissance non pas à l’occasion du saccage de Rome par les Sarrasins, mais durant un « voyage culturel » dans la ville éternelle), enfin libération finale des assiégés par Charlemagne. Les nombreux combats sont supprimés, le nombre des personnages est réduit et plusieurs fonctions sont regroupées sur un même personnage.

54Olivier figure toujours parmi les barons, mais joue un rôle secondaire dans cette version : Roland fusionne le personnage d’Olivier, vainqueur de Fierabras, et celui de Guy de Bourgogne, aimé par Floripas. C’est Eginhard qui remplit la fonction de messager chargé par les assiégés d’aller chercher une armée de secours à la place de Richard de Normandie.

55Deux camps ennemis sont en présence : celui des Francs autour de Charlemagne et celui des Sarrasins autour de l’émir Boland (Balan ou Laban) dont le fils, Fierabras est épris de la fille de Charlemagne, Emma, qui en aime un autre en secret : le chevalier Eginhard dont le rang n’est pas assez élevé pour qu’il puisse songer à l’épouser. La sœur de Fierabras, Florinda (= Floripas) est amoureuse de Roland (et non pas de Guy de Bourgogne).

56Dans ces deux intrigues amoureuses, les couples tentent de surmonter les obstacles qui s’opposent à leur union : entre la musulmane Florinda et le chrétien Roland se dresse le problème de la religion, tandis qu’Emma et Eginhard sont séparés par des conditions de rang social. Ces principes sociaux et religieux sont incarnés par les pères : ainsi l’un des thèmes de cet opéra serait le conflit de génération mettant en scène des jeunes gens qui veulent faire valoir, contre les pères, leur droit légitime au bonheur amoureux.

57L’intrigue entre Eginhard et Emma est rendue plus complexe par les liens d’amitié et d’amour non partagé qui les unissent respectivement à Fierabras, lui-même amoureux malheureux d’Emma, ce qui fait que les deux hommes sont à la fois amis et rivaux en amour. Mais au nom de l’amitié, Fierabras, qui a découvert l’amour secret et interdit entre Eginhard et Emma, se sacrifie pour protéger les deux amants : au risque de perdre la vie, il se fait passer pour l’amant d’Emma, attirant sur lui les soupçons qui pouvaient se porter sur Eginhard.

58Fierabras ne détrompe pas Charlemagne qui l’a pris pour le séducteur de sa fille, à la suite d’un malentendu, et qui fait arrêter le « traître ». Eginhard, que le roi fait revenir, est trop lâche pour avouer la vérité et rejoint, avec mauvaise conscience, la délégation des chevaliers qui s’apprêtent à partir en ambassade.

59La figure de Fierabras est essentiellement celle de l’ami, animé par l’esprit de sacrifice, soucieux de permettre le bonheur amoureux de son ami avec Emma qu’il aime lui aussi et désireux de réunir sa sœur Florinda et son ami Roland. À la fin de l’opéra, Fierabras semble avoir trouvé son apaisement et sa raison de vivre dans la gloire guerrière et dans sa nouvelle patrie : l’amitié apparait ainsi comme une valeur essentielle d’intégration.

60Tout semble réuni pour créer une bonne situation dramatique, mais l’essentiel de l’action repose surtout sur une série d’ambassades d’un camp à l’autre, de captures et de libérations (souvenir de la Chanson) au prix desquels se feront la réconciliation finale et les mariages : les personnages sont placés non pas dans des débats solitaires ou des affrontements individuels mais se rencontrent toujours en public, en présence et sous les commentaires permanents des chœurs (peuple, chevaliers français ou maures, demoiselles de la cour). Seule Florinda chante une seule fois en solo un air assez bref au cours du deuxième acte. Il y a trois duos (n° 2, 5 et 9), un trio (n° 20), un quatuor (n° 19) et un quintette (n° 10) : ailleurs le chœur est toujours mêlé à l’action dans seize numéros de l’opéra sur vingt-trois dans des scènes développées. Un autre type d’écriture particulier est le mélodrame qui consiste à associer la voix simplement parlée à la musique de l’orchestre : Schubert en imagine quatre (n° 15, 16, 17 et 21), dont trois pour la fin de son deuxième acte. Le texte parlé joue ainsi un grand rôle dans une œuvre qui n’est pas mise en musique de bout en bout mais qui est constituée d’une suite de morceaux reliés par des dialogues ou des récits.

61Cet opéra raconte donc l’histoire de cinq jeunes gens liés par l’amour et l’amitié, alors que tout devrait les opposer, puisqu’ils sont les enfants de souverains ennemis : ils se rencontrent dans un contexte de guerre qui les conduit à s’affronter à leur père.

62L’action se situe dans le sud de la France et en Espagne, au temps de Charlemagne : d’abord à la cour de Charlemagne, puis alternativement dans le camp des Francs et dans le pays des Maures, à Agrimore (= Aigremaure), siège de l’émir maure Boland (= Balan).

Acte I : Dans le château de Charlemagne

L’appartement des femmes occupées à des travaux d’aiguilles.

63Tandis que les chevaliers français combattent les infidèles, on entend le chant désespéré des femmes en train de broder la toile. Emma, la fille de Charlemagne, vit dans la peur du malheur et de la mort (n° 1) : elle aime en secret le jeune chevalier Eginhard de modeste origine venu l’informer que l’empereur est de retour de la guerre contre les Maures. Eginhard doit gagner l’estime de Charles pour obtenir son assentiment sur leur idylle. La force de leur amour les remplit de courage et d’espérance (n° 2).

La grande salle du château.

64Charlemagne et les chevaliers français Roland, Ogier, Olivier, Guy, Richard et Gérard font une entrée solennelle après leur victoire sur les Maures. Roland, héros des Francs (et non pas Olivier) a vaincu Fierabras, le fils du prince des Maures. Charles décide d’envoyer Roland, Ogier et Eginhard avec cinq autres chevaliers en ambassade au camp de l’émir pour lui proposer de rendre les reliques et de conclure la paix (n° 3). À la demande de Roland, Charles libère les prisonniers qui pourront désormais, à défaut de retourner dans leur pays, se déplacer librement dans le royaume franc. Roland intercède auprès de Charles pour qu’il pardonne à Fierabras et le lui confie, en raison de sa bravoure, après avoir évoqué leur valeureux combat (n° 4a, b) :

Aux confins de la plaine où toute la puissance de l’armée se déploie, ce preux, animé d’un grand courroux, se fraya un chemin vers moi, à travers les rangs serrés ; son regard porte la mort, ses coups la perdition, tout autour chacun s’écarte ; il m’offre alors le combat. La vengeance embrase le front du héros, empreint aussi de la grâce d’une extrême jeunesse. La lutte dure longtemps, sous les yeux de l’armée qui nous entoure mi-étonnée, mi-craintive, jusqu’à ce que je le terrasse enfin. Il est ici prisonnier, mais héros aussi.

Emma remet à Roland la couronne de laurier du vainqueur (n° 4d) en présence de Fierabras qui reconnait en elle la jeune femme qu’il avait rencontrée à Rome quatre ans auparavant et dont il était tombé amoureux : il confie son secret à Roland qui lui révèle à son tour le sien : il se trouvait à Rome en même temps que Fierabras, c’est là qu’il a fait la connaissance de sa sœur Florinda et depuis ils s’aiment d’un amour mutuel (n° 4f).

65Au moment de prendre congé, Fierabras décide de rester définitivement en France et espère que Roland retrouvera sa chère Florinda à la cour maure lors des pourparlers de paix (n° 5 duo).

Le jardin devant une aile illuminée du château, la nuit.

66Avant son départ, Eginhard donne une dernière aubade à Emma qui ne désespère pas de l’issue heureuse de leur amour : s’il revient en héros, il sera enfin accepté par son père et ils pourront alors se marier et les deux amoureux se séparent (n° 6 a).

67Puis Fierabras survient seul et cherche en vain à réprimer son amour pour Emma (n° 6b).

68Les tendres adieux d’Eginhard et Emma sont découverts et leur amour secret trahi (n° 6c).

69Eginhard ne parvient pas à s’enfuir et se retrouve en compagnie d’Emma, tous deux accablés par la crainte de la mort, face à Fierabras (n° 6d) qui découvre alors son infortune : le cœur d’Emma appartient à un autre. Il protège pourtant les amants de la colère de Charlemagne et aide Eginhard à échapper à ses poursuivants. Liés par ce nouveau secret, Fierabras se réfugie dans le silence (n° 6e).

70Fierabras est victime d’une méprise : Charlemagne découvre sa fille en compagnie de Fierabras qu’il prend pour son séducteur et fait arrêter le « traître » (n° 6f).

71Eginhard, que le roi fait revenir, est trop lâche pour avouer la vérité et rejoint avec mauvaise conscience la délégation des chevaliers qui s’apprêtent à partir dans un climat de soucis et de peines (n° 6g).

Acte II

À la frontière du monde franc.

72Les chevaliers franchissent les frontières de leur patrie et se dirigent vers le pays des Maures pour leur ambassade.

73Eginhard en proie aux remords souhaite la mort alors que Roland désire revoir Florinda.

74Roland laisse Eginhard à sa tristesse et convient avec lui qu’en cas de danger, il sonnera du cor ; puis il rejoint les chevaliers qui poursuivent leur route (n° 7).

75Resté seul Eginhard décide d’avouer sa trahison et de sacrifier sa vie et son amour pour sauver Fierabras. Assailli par une troupe de Maures sous la conduite de Brutamonte, il résiste et sonne du cor, mais il est fait prisonnier (n° 8a).

76Ses amis se demandant ce qu’il est devenu, décident de suivre ses traces mais ne le retrouvent pas (n° 8b).

Dans le château de Boland, le prince des Maures. Dans ses appartements.

77Florinda, sa fille, est prête à abandonner son père, son pays et ses coutumes pour retrouver celui qu’elle aime, Roland. Maragonda, sa confidente, à qui elle confie son projet, essaie en vain de l’en dissuader « tes pensées sont déjà une trahison » (n° 9 : récitatif et duo).

78Eginhard est conduit par Brutamonte devant l’émir et lui révèle que Fierabras a été vaincu par Roland et fait prisonnier avant de lui avouer sa faute envers son fils. L’émir Boland décide qu’il devra payer pour ses crimes (n° 10).

79Les ambassadeurs français font une entrée solennelle pour offrir aux Sarrasins l’entente et la paix (n° 11).

80Roland s’attend à la soumission et à la conversion du prince lui-même, puisque son fils Fierabras s’est rallié de plein gré à la force de la foi chrétienne, mais l’émir maudit son fils, qu’il considère désormais comme un traître et un renégat. Les chevaliers français doivent expier : il les condamne à mort et les fait enfermer dans un cachot. Florinda qui a reconnu en Roland celui qu’elle aime plaide pour la clémence (n° 12). Elle décide d’intervenir par tous les moyens en leur faveur (n° 13).

Dans le cachot de la tour fortifiée.

81Dans leur prison, « l’effroi de la mort » saisit les chevaliers.

82Roland soupire désespérément pour Florinda ; devant la mort imminente, Eginhard avoue aux chevaliers sa responsabilité et sa lâcheté lors de l’arrestation de Fierabras (n° 14).

83Alors qu’elle s’apprête à libérer les chevaliers et à fuir avec eux, Florinda leur apparaît dans leur cachot, tenant d’une main une épée et de l’autre une torche : elle tombe exténuée dans les bras des chevaliers et Roland la reconnaît tout heureux de la serrer contre lui (n° 15a).

84Les deux amoureux expriment leur bonheur d’être enfin réunis (n° 15b : duo avec chœur). Cependant les Maures s’approchent pour empêcher leur évasion. Florinda indique aux Français le lieu de l’arsenal et du trésor et les fournit en armes (n° 16). Les chevaliers se munissent d’arcs et de flèches tandis que l’assaut fait rage et tentent une sortie encouragés par

85Florinda (n° 17a) qui, avec angoisse, observe par la fenêtre la suite des opérations : Eginhard parvient à s’enfuir pour aller chercher du secours auprès de Charles, mais Roland est pris par les Maures : désespérés, les autres chevaliers reviennent à la tour vers Florinda qui s’est évanouie (n° 17b).

Acte III

Dans la grande salle du château de Charlemagne.

86Emma attend et espère qu’Eginhard est toujours en vie et qu’il finira par revenir (n° 18).

87Charlemagne, qui pense que ses émissaires ont été trahis, remarque le fol espoir de sa fille et la questionne. Emma avoue son amour pour Eginhard et révèle que son secret est protégé par le silence de Fierabras qui est aussitôt relâché et conduit devant l’empereur. Hors d’haleine, Eginhard arrive à toute allure, trop tard pour avouer sa culpabilité, mais assez tôt pour prendre le commandement de l’armée de secours : il fait ses adieux désespérés et se réfugie dans l’espoir de mourir au combat (n° 19). À nouveau, son ami Fierabras lui apporte son aide et l’accompagne au combat : son amitié sauvera l’amour (n° 20).

À l’intérieur de la tour.

88Tout l’espoir des chevaliers repose désormais sur la fuite d’Eginhard et son retour avec l’armée de secours. L’émir a déjà fait ériger le bûcher destiné à Roland. Florinda, désespérée de voir son bien-aimé conduit au supplice, arrache son voile et le noue à une lance pour se rendre à son père sans combat avec les chevaliers et mourir avec son cher Roland (n° 21 a et b).

Sur l’esplanade devant la tour.

89Elle implore en vain le pardon de son père qui laisse conduire sa propre fille à la mort en compagnie des chevaliers de la tour (n° 22). L’arrivée de l’armée de Charlemagne interrompt l’exécution et triomphe des Maures. Dans la confusion générale, Fierabras arrive juste à temps pour empêcher Roland de tuer l’émir, son père. La bataille a réuni les amants : Emma et Eginhard, Florinda et Roland. L’émir se convertit à la foi chrétienne. Charlemagne savoure sa victoire et Fierrabras demeure seul (n° 23).

Conclusion

90Toutes ces œuvres ou ces allusions ont ainsi contribué à la célébrité et à la survivance du nom du héros éponyme de notre chanson, réduit il est vrai le plus souvent à un sobriquet « un Fier-à-bras » avec le sens péjoratif en français moderne de « celui qui affiche une bravoure et des hautes qualités qu’il n’a pas » ; cette expression populaire, inscrite dans la mémoire collective, est injuste pour notre héros dont les qualités chevaleresques sont constamment vantées dans la chanson de geste, surtout après qu’il s’est converti à la religion chrétienne ; son nom rappelle pourtant celui d’un autre grand héros épique, Guillaume d’Orange, surnommé Guillaume Fierebrace, c’est-à-dire « aux bras puissants ». L’opéra de Schubert conserve les qualités morales, le sens profond de l’amitié, la générosité et la vaillance du personnage. Mais la postérité n’a pas retenu l’image du Sarrasin converti, du guerrier redoutable par sa force et par son courage, estimable par sa droiture et sa courtoisie ; elle n’a conservé à travers les siècles que le souvenir du géant Fierabras, à la puissance inefficace, vaincu avec l’aide de Dieu par le frêle Olivier blessé, nouvelle incarnation d’un autre colosse aux pieds d’argile, Goliath s’écroulant devant le jeune David, comme le paganisme devant la chrétienté. Calderón a même intensifié cette image négative en faisant de Fierabras un sauvage roi sarrasin, brûlant d’un amour incestueux pour sa sœur et dévoré par sa brutale jalousie, traits sombres qui font de lui un véritable monstre et un adversaire irréductible de la religion chrétienne.

Notes

1 Étude littéraire et édition critique (des rédactions longues et versifiées en langue d’oïl) de « Fierabras » (chanson de geste française du XIIe s.), par Marc Le Person, Thèse de Doctorat d’État, soutenue le 23 janvier 1999 à l’Université de Paris-Sorbonne (Paris IV), 1779 p., trois volumes divisés en quatre tomes : I a et I b consacrés à l’introduction, à l’étude littéraire et à la bibliographie, suivies de deux annexes relatives aux miniatures des ms. H et Eg. (485 p.) ; II et III contenant l’édition critique assortie d’un glossaire, d’un index des noms et d’une table des proverbes (1294 p.). [Cette nouvelle édition synoptique publie en regard les deux meilleures rédactions A (Paris, B. N., f. fr. 12603) et E (Bibliothèque de l’Escurial, M. III – 21) de chacune des deux grandes familles de ms. et repose sur le texte de base du ms. E (présenté sur la page de droite) meilleur que celui du ms. A (présenté sur la page de gauche) utilisé par les anciens éditeurs, qui a été corrigé de ses erreurs. La lacune finale de la chanson dans E (781 derniers vers) est suppléée par le texte inédit du ms. L (British Library, Royal 15 E VI). L’apparat critique tient compte des onze autres ms. de la version longue en langue d’oïl, dont plusieurs sont totalement inédits (B, L, V1-2)].
Le Person M., éd., Fierabras, chanson de geste du XIIe siècle, Classique français du Moyen Âge n° 142, Honoré Champion, Paris, 2003, 694 pp. : édition critique du ms. E, complété par le ms. A, qui prend appui sur l’ensemble des ms. de la tradition : toutes les citations renvoient à cette dernière édition.
 Le Person M., Fierabras, chanson de geste du XIIe siècle, Classique français du Moyen Âge, Honoré Champion, Paris, 2012. Traduction du texte révisé et amendé de l’édition du ms. E complété par le ms. A, accompagnée d’une étude littéraire et d’une bibliographie mise à jour et comprenant aussi le domaine étranger.

2 Éditions récentes de la Destruction de Rome (ms. de Hanovre) : texte, L. Formisano, Florence, 1981 ; texte et traduction, J.H. Speich, Berne, 1988, (Publications Universitaires européennes. Langue et littérature françaises, XIII, 135).

3 Le Voyage de Charlemagne à Jérusalem et Constantinople, éd. par P. Aebischer, Genève, Droz, 1965 (TLF, 115) ; éd. par G. Favati, Bologne, Biblioteca degli Studi mediolatini e volgari, 1965 ; éd. par J. L. Picherit, Birmingham, 1984 ; traduction par M. Tyssens, Gand, Ktêmata, 1978.

4 Miquet (Jean), Le roman en prose de Fierabras (fin XIVe). Édition critique des manuscrits 4969 et 2172 au fonds français de la B.N. Thèse de doctorat de l’Université. Fac. des Lettres, Univ. de Poitiers, 22 décembre 1969, 306 p. ; publié en 1983 à Un. d’Ottawa (Publ. médiévales d’Ottawa, 9) sous le titre : « Fierabras » Roman en prose de la fin du XIVe s. ; en 1984 à Montréal : c.r. par A. J. Holden : Romania 107, 1986, p. 427-29 [Dans son introduction, l’auteur dresse une synthèse utile et claire des travaux antérieurs sur la légende et la traduction manuscrite de Fierabras : cet ouvrage comprend un sommaire, des tableaux comparatifs entre la version en prose et les versions en vers français (d’après le texte des éditions Kroeber et Servois pour la version d’oïl et Bekker pour la version d’oc), un index des noms propres et un glossaire.]

5 Marinoni (Maria Carla), éd., « Fierabras » in prosa. Parigi ; B. N. mss. [fr] 2172, 4969. Cisalpino-Goliardico, Milano, 1979, Introd. : I-L + éd. : 170 p., 2 pl. : [c. r. de G. Roques in ZRP XCV (1979), H. 5/6, p. 674 ; E. Melli in Francofonia 2 (primavera 1982), p. 148-150 ; c. r. par G. Roques, in ZRP XCV (1979) p. 674 ; par J. Monfrin, in Romania, t. 102, (1981), p. 558-64 ; par E. Melli, in Francofonia 2, (primavera 1982), p. 148-150]. [Édition critique de la version en prose du Fierabras français conduite sur deux ms. du XVe s. (Paris B.N. fr. 2172 et fr. 4969 = texte de base). Introduction détaillée : analyse des connexions du texte en prose avec les ms. rimés, conclusion que ce texte est proche de la branche orientale de la tradition (ms. fragm. de Metz et de Strasbourg). Cette proximité est démontrée par des leçons communes et par la présence, dans la version en prose, d’un certain nombre de désinences verbales caractéristiques de la France de l’Est. Notes historiques, philologiques et glossaire sélectif.]

6 Borgnet (A.) et Bormans (S.), édit. Ly mireur des histors de Jean des Preis, dit d’Outremeuse (1338-1400), Ac. roy. de Belgique, Commiss. d’histoire, Bruxelles, 1864-1880, 6 vol. / 1869-1887, 7 vol.

7 Pour plus de détail voir l’article de Frédérique Johan « Les Croniques et Conquestes de Charlemaine » p. 2-20 dans la revue Art de l’enluminure n° 10 (2004).

8 Guiette, (Robert), éd., « Croniques et Conquestes de Charlemaine » (rédigées ou compilées en 1458) par David Aubert, Bruxelles, 1940 + 1952 (Académie Royale de Belgique, Classe Lettres… Coll. Anciens Auteurs Belges, N. S. 3) [3 vol. : I ; II1, II2 ; surtout II1, p. 17-30].

9 Voir Senebier, Jean, Catalogue raisonné des manuscrits conservés dans la Bibliothèque de la ville et république’de Genève, Genève, 1779, n° 188 : « Les mises en prose » p. 95 (conservé dans le ms. 42 de la Bibliothèque de Didot, catalogue de Pawlowski).

10 Jehan Bagnyon, L’Histoire de Charlemagne (parfois dite « Roman de Fierabras »), publiée par Hans-Erich Keller (Textes Littéraires Français), Genève (Droz) 1992.

11 Pour plus de détails sur ces questions voir :
 – La thèse de Jean Miquet : Le roman en prose de Fierabras (fin XIVe). Édition critique des manuscrits 4969 et 2172 au fonds français de la B.N., 1969 (op. cit.).
 – Les Épopées françaises de Léon Gautier : t. 3, p. 383-4, 5e éd. (op. cit.).
 – La Bibliographie des romans et nouvelles en prose française antérieure à 1500 de Brian Woledge, Genève, Droz, 1954/1975 (op. cit.).
 – Mandach, André de, Naissance et développement de la chanson de geste en Europe : V, La Geste de Fierabras : le jeu du réel et de l’invraisemblable, avec des textes inédits de D, (Publications romanes et françaises, 177), Droz, Genève, 1987, 241 p. (op. cit.) : p. 174-178, n° 39-70.

12 Le premier de tous nos textes épiques à être édité par I. Bekker et imprimé en 1829-30, d’après une copie très soignée effectuée par Lachmann dès juin 1824.

13 Un fragment d’une seule page en néerlandais datant du XIVe s., aujourd’hui égaré, se trouvait aux Archives municipales de Bourbourg (arr. de Dunkerque, dép. du Nord). [Voir A. de Mandach, La Geste de Fierabras, le jeu du réel et de l’invraisemblable, Genève, Droz, 1987, p. 186 n° 130].
Selon A. Kroeber et G. Servois « On trouve plusieurs allusions à la chanson de Fierabras dans la poésie flamande, notamment dans le Sidrac et dans le Spiegel historiael : Van Troijen ende Fierabrase. / Vanv Fierabrase van Alisandre, /Van Pont-Mautriple ende andre. » in M. de Reiffenberg, Chronique rimée de Phil. Mouskes, t. II, Introd., p. ccxxxvi.

14 Don Quichotte, éd. Folio, Paris, 1988, t. I, chap. 10, p. 129-30 et chap. 48, p. 583- 84.

15 Cervantès, dans la première partie de Don Quijote, fait allusion à Fierabras en évoquant aussi le baume de Fierabras, dont le chevalier de la Manche croyait posséder le secret et pouvoir en fabriquer trois pintes pour moins de trois réaux. Lors du combat contre le Biscaïen, Don Quichotte reçoit un coup d’épée et perd la moitié de son oreille gauche ainsi qu’une grande partie de sa salade : ce que voyant, Sancho Pança propose à son maître de le soigner : « Ce dont je vous prie est que vous vous pansiez, car il vous sort du sang de cette oreille ; j’ai ici de la charpie et un peu d’onguent blanc dans le bissac. — Nous nous fussions bien passés de tout cela, répondit Don Quichotte, si je me fusse souvenu de faire une fiole du baume de Fierabras, car avec une seule goutte, on eût épargné le temps et les médecines. — Quelle fiole et quel baume est-ce là ? dit Sancho Pança. — C’est un baume, répondit Don Quichotte, duquel je sais la recette par cœur, avec lequel on peut ne plus craindre la mort, ni penser mourir d’aucune blessure. Quand j’en ferai et que je te le baillerai, tu n’as autre chose à faire, sinon que, si tu vois qu’en quelque bataille on m’a coupé par la moitié du corps (ce sont choses qui adviennent souvente fois), tu prendras tout gentiment la partie du corps qui sera tombée par terre, et fort subtilement, devant que le sang se fige, la mettras-tu sur l’autre moitié demeurée en la selle, prenant bien garde de l’appliquer également et au juste, puis incontinent tu me donneras à boire deux seules gorgées du baume que j’ai dit et tu me verras redevenir plus sain qu’une pomme. ».
On remarquera que, comme dans Fierabras, ce baume est moins une pommade qui s’applique sur la plaie elle-même qu’une potion qui se boit comme un remède et entraîne la guérison immédiate de toutes les blessures. Fierabras le présente d’abord à Olivier comme un onguent miraculeux : « Plaie qui enn est ointe, par fine veritez, / Ne puet estre porrie ne reancle meslez : / Maintenant est li hons garis et resannez. » (550-552) Mais ensuite il ne sera plus question que d’une administration par voie orale, aussi bien lorsque Fierabras le propose à Olivier pour guérir sa blessure : « Or va, si boif deu basme tout a ta volentez, / Ja seras maintenant garis et respassez, / Puis te combatras mieus encontre moi assés. » (554-555 a), que lorsqu’il soigne la blessure qu’Olivier lui a faite à la cuisse : Kant le rois voit son sanc, de maltallent formie ; / Par encoste l’archon a tost sa main sachie, / Prist un de ses barris qui miex vaut que Pavie ; / Lorsqu’il eut bu deu basme, santé a recueillie, / Adont est sa vertu doublee et enforchie. (1064-1068). De même, Olivier boit de ce baume une fois, après qu’il a réussi à s’en emparer, avant de jeter les barils qui le contiennent dans la mer : S’abaissa Olivier, si lles enn a levez. / L’estoupellon en oste, si enn a beu assez ; / Lorsqu’il en out beü, si fu touz respassez. (1091-1093).
Dans la mesure où Don Quichotte prétend en connaître la recette de fabrication, le baume sacré volé par Fierabras est devenu chez Cervantès une simple préparation pharmaceutique aux vertus magiques rappelant tout de même le caractère miraculeux de la relique du Christ : Cervantès a connu le milieu de la médecine puisque son père était chirurgien et le souvenir du Saint Baume a pu se mêler et se confondre avec la réputation d’un onguent prétendument inventé par un chirurgien (charlatan ?) du milieu du XVIe s., Maistre Hervé Fierabras, habitant à Rouen et qui avait le pouvoir de guérir les blessures ; il est l’auteur d’un traité intitulé : Méthode briefve et facile, pour aisément parvenir à la vraye intelligence de la Chirurgie, en laquelle est declaree l’admirable construction du corps humain. Le symbole du corps avec l’âme : Régime de vivre, très singulier. La manière de garder la santé, et d’éviter maladie, avec aucuns secrets de l’âme, non encores mis en vulgaire. Le tout recueilly des bons autheurs, et mis en langue Françoise, par Maistre Hervé Fierabras, Docteur en Médecine, à Paris, par Nicolas Bonfons, ruë neuve nostre Dame, à l’Enseigne S. Nicolas, 1583.
La première publication de cet ouvrage dont l’impression fut confiée à Jean Petit est due à Martin Le Mégissier, célèbre libraire à Rouen, le 1er janvier 1550. Ce livre eut un grand succès auprès des étudiants en médecine à Paris, comme le prouvent trois éditions successives au cours de la même année 1550. Benoît Rigault en donna une autre édition in-16 à Lyon en 1571. Nicolas Bonfons en fit paraître une quatrième in-16 (316 p.) en 1583 (BN Td. 13).
Au XVIIe s., une cinquième édition fut faite à Paris en 1635 par C. Blanqueteau, in-8°. Puis en 1647, toujours à Paris, Jean de Montigny entreprit de rajeunir et de mettre cette Méthode de chirurgie au goût du jour, qui parut chez Nicolas Bessin en in-12 de 388 p. sous le titre : La vraye méthode de la parfaicte chirurgie de Fierabras, divisée en trois livres. Le tout revu et exactement corrigé par Jean de Montigny, médecin, avec une Préface aux aspirants en chirurgie.

16 Dans le chap. 48, p. 583-84 : Don Quichotte, t. I, éd. Folio, Paris, 1988.

17 G. Moreira de Carvalho, História do Imperador Carlos Magno e dos doze Pares de França, traducida do castelhano em portuguez, Officio de Pedro Ferreira, Coimbra, 1728, in-8˚ ; 2e éd. : José Antunes da Silva, 1732, in-8°, xxiv + 339 p.

18 Idem, voir A. de Mandach, La Geste de Fierabras, le jeu du réel et de l’invraisemblable, Genève, Droz, 1987, p. 55 et p. 181 n° 88.
Cl. Basto, « O Teatro dos “Grupos de Boas-Festas”, do Pôrto », Revista Lusitana XXX (1932), p. 249 et ss. [Auto de Floripes ou Drama dos doze Pares de França, adaptée de Jean Bagnyon et surtout de Nicolas Piemonte, représentation au Portugal (Palme et Neves : photos de 1910, 1933, 1934, 1939).]

19 Claudio Basto, « O Theatro dos Grupos de Boas-Festas, do Porto », Revista Lusitana XXX, 1932, p. 249 et ss., et… Silva Etnogràfica, IV, Auto de Floripes, Porto, Ediçiões de Marânus, 174, R. dos Màrtires da Libertade, 178, 1939. (cf. aussi Festas de Neves. Viana do Castelo, Costa Verde. 31 de Julho a de Agosto 1982, Viana do Castelo, 1982, 4 p.)
Mandach A. de, Naissance et développement de la chanson de geste en Europe : V, La Geste de Fierabras : le jeu du réel et de l’invraisemblable, avec des textes inédits de D, (Publications romanes et françaises, 177), Librairie Droz, Genève, 1987, 241 p. [voir les n° 87 et 88 p. 181-2]. Voir aussi Quintas Neves, L., Auto de Floripes, recolhido da tradiçao e anotado por L. Q. N., da Sociedade portuguesa de Antropologia e Etnografia, delegado da Junta Nacional de Educaçao. Ediçao subsidîada Pela Fundação Calouste Gulbenkian, Commissão des Festas des Neves. Agosto de 1963 [Édition du texte Auto de Floripes ou Drama dos doze Pares de França, adaptée de Jean Bagnyon et surtout de Nicolas Piemonte, représentation au Portugal, voir Basto, Cl.].

20 Teatro completo, 2 vols., éd. de Ricardo Arias et Robert V. Piluso, Madrid, Isla, 1975, vol. I, p. 293.

21 Extrait traduit en français par le professeur Hugues Didier (Université Lyon-3).

22 « Llámase el postillón Villadiablete ; era el archipiélago de los malsines del infierno, y por haber hecho una jornada desde la barca de Aqueronte a la puente de Mantible y de allá haber traído gran cantidad de cañutos, aguardaba brevemente subir de postillón a otro más grave oficio de la casa ». Extrait traduit en français par le professeur Hugues Didier (Université Lyon-3).

23 Cl. Fauriel, « Ferabras », Hist. Litt. de la France (1852), t. XVIII, p. 720-721 est le premier à le signaler dans une intéressante notice où M. Jomard raconte qu’il a assisté en 1833, dans un village des Basses-Pyrénées, à la représentation d’une sorte de drame historique dont l’action était celle de Fierabras, joué par des paysans : sous le titre Les Douze Pairs de France, pièce de théâtre en prose française, jouée en 1833, à Castet (canton d’Arudy, Pyrénées-Atlantiques). [Voir A. de Mandach, La Geste de Fierabras, le jeu du réel et de l’invraisemblable, Genève, Droz, 1987, p. 181 n° 85 (pièce analogue jouée dans le pays basque) – 86 ; voir aussi H.-E. Keller, « La Pastorale de Roland : A Basque Theatrical Interpretation of the Battle of Roncevaux », Olifant, 5 (1977-78), p. 29-42.] – Vinson, Folklore du Pays Basque, Paris, 1883, in-8°, p. 343 [Le souvenir du Fierabras (texte provençal) se retrouve dans une pastorale basque : « Charlemagne »].

24 Disponible au Fonds patrimonial de la Ville de Liège, Bibliothèque Ulysse Capitaine Féronstrée 118-120 / 4000 Liège, sous la cote D 12665.

25 Ce texte nous a été aimablement communiqué par M. Arnaud Bruyère, Maître de la Joue de cette compagnie.

26 Cf. Londero, « La Puente », p. 899 et ss. : Londero, Renata, « La puente de Mantible de Calderón y la Historia del emperador Carlo Magno : comedia caballeresca y libros de caballerías », Actas del IV Congreso Internacional de la Asociación Internacional Siglo de Oro, Alcalá de Henares, Universidad, 1998, II, p. 899-908.

27 Lope de Vega Carpio (Felix), La Puente de Mantible, feuilles imprimées « sueltas » anciennes, conservées à Madrid, Bibl. del Palacio, Teatro Español XIV, 3 ; à Londres, British Library 11728. h. 21 (2) ; à Vienne, Oester. Nat.-Bibliothek 7 in * 38. V. 4-1, in 8°. Inséré encore en 1636 dans les Comedias de Lope de Vega et inclus dans la « Primera Parte ».

28 Francisco Crosas Lopez dans son article Fierabras dans la Littérature espagnole p. 213-233, dans les Actes du colloque international sur le Rayonnement de Fierabras dans la littérature européenne à l’Université de Lyon III, les 6 et 7 décembre 2002, éd. M. Le Person, Publication du CEDIC (UPRES EA 1850) n° 23, décembre 2003, 316 p., signale que Fierabras figure au v. 744 parmi les éléments d’une série comique d’impossibilia dans une « Receta escogida / con que puede una mujer / pararse en estremo hermosa » [Recette spéciale permettant à une femme de devenir extrêmement belle (v. 731-733)] :
De la luna el arrebol,
del gigante Fierabrás,
el palo del guardasol,
y cuatro coces no más,
de los caballos del sol,
Una cáscara del huevo,
del cisne que Leda amó,
y de la oliva un renuevo,
que la paloma sacó,
del diluvio al mundo nuevo
La barba de una cometa,
de un mosquito los riñones…
y las imaginaciones
del más celoso poeta
(v. 743-757 : il manque le vers 755, éd. de Debra Collins Ames, p. 95.
De la lune, la rousseur,
Du géant Fierabras,
Son bâton de parasol,
Et quatre ruades, pas une de plus,
Des chevaux du soleil.
Une coquille d’œuf,
Du cygne que Léda aima,
Et de l’olivier le rejeton,
Que la colombe retira,
Du déluge, pour le monde nouveau.
Les cheveux d’une comète.
Les reins d’un moustique…
Et les imaginations
Du poète le plus zélé
Extrait traduit en français par le professeur Hugues Didier (Université Lyon-3).

29 Francisco Crosas Lopez (ibidem) observe qu’on y trouve de nouveau la présence de Fierabras, évoquée comme un but impossible à atteindre, à savoir ici la réciprocité en amour, dans un dialogue entre Don Carlos et Galindo, son serviteur, quand, dans le deuxième acte, ils parlent de la dédaigneuse Estela, à qui Don Carlos veut parler :
Gal. : ¿No vas armado ?
Car. : A qué fin
Gal. : Ha que vas en la demanda,
Del Gigante Fierabrás
Car. : Anda loco, que es muger
Gal. : Yo del monte he de boluer,
Con linda leña detrás
Gal. : Tu portes des armes ?
Car. : Pour quoi faire.
Gal. : C’est que tu pars à la recherche
du Géant Fierabras.
Car. : Espèce de fou : c’est une femme.
Gal. : Moi, il faut que je sorte du bosquet,
Avec du bon bois derrière.
Extrait traduit en français par le professeur Hugues Didier (Université Lyon-3).

30 Francisco Crosas Lopez relève qu’au début du troisième acte apparaît Gil, le valet ou gracioso, qui ne voulant pas se trouver en présence d’Eusebio, se cache parmi les ronces et se plaint des piqûres : « Fierabras » (« una dama Fierabrás ») est employé ici comme adjectif, pour désigner une amoureuse inconstante et dédaigneuse et établir malicieusement une comparaison entre celle-ci et les brûlures provoquées par les épines des ronces.
Yo he tomado
por guarda una cambronera,
para esconderme. ¡No es nada !
¡Tanta púa es la más chica !
¡Pléguete Cristo ! Más pica,
que perder una trocada,
más que sentir un desprecio,
de una dama Fierabrás,
que a todos admite, y más
que tener celos de un necio.
v. 1786-1795, La Devoción de la cruz, éd. de Manuel Delgado, Madrid, Cátedra, 2000, p. 216.
J’ai pris
Pour garde un épineux
Pour me cacher. Ce n’est pas rien.
 La moindre épine est déjà de trop !
Que le Christ te fasse plier ! Cela pique encore plus
que de perdre des biens
Plus que lorsqu’on essuie les dédains
D’une dame Fierabras
Qui accueille tout le monde, et plus encore
Que d’endurer la jalousie d’un sot.
Extrait traduit en français par le professeur Hugues Didier (Université Lyon 3).

31 Francisco Crosas Lopez observe qu’à l’allusion au nom du berger, s’ajoute le recours à une étymologie populaire : fiera = fauve ; Céfalo – personne mythique – ressemble à un Filis quelconque, qui est un pauvre valet de ferme ou paysan dépourvu de grandeur :
Pocris : Yo no quiero que me quiera.
Filis : Y sí quererle, que es más
Pocris : Para mí es un Fierabrás,
Filis Para mí es un Bras sin fiera,
[Elles parlent de Céfalo] Je ne veux pas qu’il m’aime
Mais certainement l’aimer, ce qui est bien plus.
Pour moi, c’est un Fierabras.
Pour moi, c’est un « bras » sans « fiera » (= bête sauvage). Comedias Burlescas, éd. d’I. Arellano, Céfalo y Pocris v. 1723-1726, p. 395 y nota.
Extrait traduit en français par le professeur Hugues Didier (Université Lyon-3).

32 Dans la comédie espagnole, Roldán, accompagné de Guarín, part à la rescousse des chevaliers français qui sont prisonniers dans la tour. Ils arrivent à Mantible, mais le pont est défendu par le géant Galafre, qui demande pour péage une jolie pucelle, un bel esclave et une énorme quantité d’or et d’argent. Roldán, qui s’est fait passer pour un marchand, assure au géant qu’il trouvera tout ce qu’il réclame dans son équipage qui les suit avec un trésor extraordinaire de pierres précieuses. Galafre laisse passer le baron, mais il garde l’écuyer Guarín, qu’il promet de dévorer s’il ne reçoit pas le tribut qu’on lui a promis. Dans toute cette séquence, et grâce au personnage de Guarín, Calderón exploite les effets comiques de la scène entre le géant et le peureux écuyer, qui est cependant suffisamment habile pour tromper cet ogre niais, beaucoup moins terrible que divertissant. Comme on le voit, la pièce espagnole concentre, en un seul personnage et en une seule séquence, deux épisodes différents du poème français, celui du premier passage du pont de Mautrible, où le gardien du pont demande aux barons de lui payer un péage exorbitant, et celui du deuxième passage de Mautrible, où les Français se font passer pour des marchands. Cette stylisation de la trame et des personnages donne un rythme très dynamique à la pièce espagnole qui ne garde que les éléments et les personnages essentiels du récit d’origine.

33 Comme le qualifie Floripes, (« eres vil, eres monstruo, eres tirano / ni mi rey, ni mi dueño, ni mi hermano ». III, 1876).

34 Por la boca ( ! apartad) y por los ojos
iras vierto y enojos :
porque es a mi despecho
un Etna el corazón, volcán el pecho. […]
Ya Fierabrás te sigue ( ! oh rabia fiera !)
Aguarda, Guido de Borgoña, espera.
(I, 1854)
Ma bouche et mes yeux
versent fureurs et courroux :
car malgré moi, mon cœur est
un Etna, ma poitrine un volcan. […]
Fierabras te poursuit (ô rage féroce !),
attends, Guy de Bourgogne.

35 Real, E., « La Puente de Mantible : une réécriture dramatique de Fierabras. », p. 237-253, dans les Actes du colloque international sur le Rayonnement de Fierabras dans la littérature européenne à l’Université de Lyon III, les 6 et 7 décembre 2002, éd. M. Le Person, Publication du CEDIC (UPRES EA 1850) n° 23, décembre 2003, 316 p. Nous résumons son article et nous lui sommes redevable pour l’essentiel du propos.

36 « Ah de la torre de amor ! / Si es verdad que los amantes / viven con verso no más / no habréis sentido que os falten / estas viandas que yo / estoy echando a mis canes ». II, 1870.

37 Tú has de verle, él no a tí : porque bastante
será a morir felice el que te vea ;
y habéis de padecer dos una muerte,
tú con verle morir, y él con no verte.
(III, 1875-6)
Tu vas le voir, mais il ne te verra pas ; parce que rien qu’en te voyant on meurt heureux ; vous allez tous deux subir une mort, toi en le voyant mourir, et lui de ne pas te voir.

38 H. F. Williams, « Calderon and Fierabras », Olifant X, (1983-84), p. 132-139.

39 Voir H. W. Sullivan, Calderôn in the German lands and the Low Countries : his reception and influence, 1654-1980, Cambridge University Press, Cambridge, London…, 1983, p. 201-307.

40 le 7-11-1979 sur France-Culture et le 18-2-1986 en Grande-Bretagne (selon Mariane Ailes) et l’enregistrement public en 1988 du Chamber Orchestra of Europe au Festival de Vienne, sous la direction de Claudio Abbado, édité par Deutsche Grammophon avec un livret en 1990 de 248 pp. (traduction française par Françoise Ferlan) (Référence : 427 341-2 G/H2), dans une véritable réalisation scénique par Ruth Berghaus.
Plus récemment, nouvelle interprétation de cet opéra par l’Orchestre et les Chœurs de l’Opéra de Zurich, sous la direction musicale de Franz Welser-Möst, joué et représenté au Théâtre du Châtelet à Paris, les 8, 10 et 12 mars 2006, accompagné d’un document-programme, avec photos, traduit en français par Françoise Ferlan (Paris X) de 80 pp. mise en scène Claus Guth, décors et costumes Christian Schmidt, avec Gregory Frank, Juliane Banse, Michael Volle, Christoph Strehl, Günther Groissböck, Jonas Kaufmann, Twyla Robinson, Irène Fiedli, Ruben Drole, Volker Vogel, Sandra Trattnigg, Wolfgang Beuschel.

41 Alfred Ebenbauer en propose le résumé suivant dans l’article du document-programme de l’Opéra de Zurich, intitulé Les Sources littéraires de Fierrabras (de Schubert) p. 37 : « Fierrabras, un puissant géant, fils de Baland, prince des Maures, incite l’empereur Charlemagne et ses compagnons à l’affronter. Nul n’ose relever le défi sauf Olivier qui se lance dans le duel et l’emporte sur son adversaire. Il s’ensuit que Fierrabras tombe aux mains de Charlemagne et se convertit au christianisme. Avec quelques autres Français, Olivier est capturé par les Sarrasins. Les Français bénéficient cependant de l’aide de Floripes, fille de Baland et sœur de Fierrabras, qui est éprise de Guy de Bourgogne. La jeune fille avait déjà aperçu Guy lorsque, au moment de la destruction de Rome par son père Baland, ce chevalier avait vaincu un adversaire au combat. L’empereur Charlemagne envoie sept de ses meilleurs princes en messagers auprès de l’émir ennemi. Usant de la force et de la ruse pour franchir le pont de Mantible, ils parviennent auprès de Baland, qui fait mettre les envoyés au cachot. Grâce au secours de Floripes, les Français se procurent des armes et se retranchent dans une tour de la forteresse sarrasine. Au cours des combats, Guy est capturé et Baland veut le faire pendre ; ses amis parviennent à le libérer. Après de nouveaux combats, Richard de Normandie est envoyé pour requérir le secours de Charlemagne. Richard réussit à passer en force et Charlemagne se met en route pour venir en aide à ses chevaliers prisonniers. Il s’empare du pont de Mantible. Une bataille s’ensuit. Grâce à l’énorme force de Fierrabras, les chrétiens sont victorieux. En dépit des sommations successives, Baland, le prince des païens refuse le baptême et est décapité. Floripes, elle, accepte – comme son frère avant elle – le baptême et devient l’épouse de Guy. Elle remet à Charlemagne la couronne d’épines du Christ et les clous de la crucifixion. »

42 La tradition allemande a deux origines :
 – d’après le texte de Jean Bagnyon :
1533 – Jean II, duc du Palatinat-Simmern (maison des Wittelsbach), Fierabras. Eyn schoene kurtzweilige Histori von eym maechtigen Riesen auss Hispanien Fierrabras geant… newlich auss Frantzoesischer Sprach in Teutsch gerbracht, Imprimerie Jheronimus Rodler (le secrétaire du duc), Simmern, 1533 et jusqu’à la fin du XIXe s. (traduction allemande de Jean Bagnyon).
1594 – W. Homm, ed. Von Fierrabras dem Riesen auss Hispanien der eyn Heyd und zur zeit des grossen Keyser Carls gelebt., Imprimerie des successeurs de Wendel Homm (ou Humm), Francfort-sur-le-Main, 1594.
Et 1809 – Hagen (Friedrich Heinrich von der) et Büsching (Johann Gustav), Fierrabras, Buch der Liebe, Julius Eduard Hitzig, Berlin, 1809, t. I, 145-267. (sur le modèle de Homm ; à l’université de Berlin, Hagen avait été le disciple de A. W. von Schlegel qui travaillait à la traduction allemande de la pièce de Calderon).
 – ou d’après la traduction de Nicolas de Piemonte :
K. Simrock, Eine schöne kurzweilige Historie von einem Riensen Fierabras genannt, und welche Kämpfe Kaiser Karl und seine Helden mit den Heiden stritten, H. L. Brönner, Frankfurt am Main, 1849. [Reprise de la version allemande d’après la traduction de Jean Bagnyon par Nicolas de Piemonte].

43 Selon le Grand Larousse Encyclopédique du XIXe s.

44 Voici la trame de l’histoire selon Alfred Ebenbauer (voir supra p. 37) : « Eginhard ose pénétrer en secret dans la chambre d’Emma, fille de l’empereur, pour y passer une nuit d’amour. Durant cette nuit, la neige se met à tomber. Emma a l’idée de porter le chevalier sur son dos pour éviter que ses traces de pas ne le trahissent. Cependant Charlemagne s’aperçoit du subterfuge et amène le chevalier devant l’assemblée des pairs pour l’interroger. Après qu’Eginhard a avoué sa faute, l’empereur choisit de ne pas aggraver la honte et lui accorde la main d’Emma. »

Auteur

Université Jean-Moulin LYON 3

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search