Version classiqueVersion mobile

La mémoire à l’œuvre

 | 
Caroline Cazanave

Seconde section. Re-localiser et redéfinir les objets mémoriels

Mémoire et Senefiance : les muances de la Table Ronde

Claude Roussel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le menuisier : « Ça débarque et ça tient des discours sur une table et ça ne sait même pas ce que ça veut en faire ! Qu’elle passe la porte ! Petite ! Grande ! Ronde ! Représentation du monde ! Je fais des roues de moulin et pas une représentation ! Et les meilleures roues de moulin ! Sait pas s’il s’agit d’une table de conférence ou d’une table pour manger ! Et il faut qu’elle soit sacrée par-dessus le marché ! »
(Tankred Dorst, Merlin oder Das wüste Land, Frankfurt am Main, 1981, trad. française, Merlin ou La Terre dévastée, Paris, L’Arche, 2005, p. 61-62.)

Objet singulier, mais aussi haut lieu littéraire, la Table Ronde s’inscrit au Moyen Âge dans un mécanisme mémoriel que perfectionnent et complexifient les strates textuelles successives qui la mettent en scène. La Table Ronde est, d’abord, une simple table de forme circulaire, pleine ou évidée, et de taille indécise, mais elle tend aussi à identifier un lieu, dans la mesure où elle constitue, au-delà des éventuels toponymes (Car...

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search