Version classiqueVersion mobile

La mémoire à l’œuvre

 | 
Caroline Cazanave

Seconde section. Re-localiser et redéfinir les objets mémoriels

Re-localiser et redéfinie les objets mémoriels

Texte intégral

1Dans une autre sphère, celle des paysages mentaux non mortifères, la deuxième subdivision sélectionne des objets mémoriels inscrits dans des décors qu’anime leur apport, images remodelées au cas par cas et au gré des narrateurs. Le désert, la table, le rocher, l’île, la ville composent une série dont les éléments sont distincts et entrent dans des mouvements perpétuels qui les déplacent. Le prosaïsme est rarement présent et la mémoire qui filtre leur existence opère des transferts que l’avancée temporelle rend de plus en plus spectaculaires. Ne dirait-on pas que le désert n’existe pas comme un paysage en soi ? Rédactions et sensibilités font exprimer à ce référent plusieurs traits contradictoires car l’on peut se souvenir de Dieu au-travers d’emprunts littéraires qui mettent en scène un fond symbolique où ne vivent pas que des anachorètes isolés dans dans leur solitude. Textes à l’appui, Marie-Geneviève Grossel (Univ. de Valenciennes) examine le désert scripturaire que le lecteur croise au XIIIe siècle dans les traductions pour laïcs des Vitae Patrum. La Table Ronde tournoie certes, mais, n’en déplaise à Béroul !, comme un monde de projections superposées, rappelle Claude Roussel (Univ. de Clermont-Ferrand II). Au final la voilà fort muable, c’est-à-dire d’essence versatile, objet de discussions et d’exploitations saugrenues où le cercle peut être représenté par un rectange et les convives se presser. Les lieux géographiques des paysages en rapport avec l’aventure d’un Graal dont le propos d’un roman est de raconter le déplacement symbolique sont-ils stables ? Ils apportent avec eux dans l’Estoire del saint Graal des éléments eux aussi mystérieux, rocher, caverne ou île auréolés de reflets que Gérard Gros (Univ. de Picardie) trouve d’abord insolites puis éclaire parfaitement bien. Un pont en Espagne gardé par le géant Agolafre dans une chanson de geste est-il plus à mettre en relation avec ce qu’a pu être un ouvrage d’art, construit par les Romains pour traverser le rio Tajo (le Tage) entre Mérida et Plasencia qu’avec les péripéties que posent sur lui des adaptations théâtrales ou bien un livret d’opéra ? Marc Le Person (Univ. Lyon 3) s’intéresse à regarder ce que devient le pont de Mautrible dans plusieurs avatars de Fierabras. Autre question : une ville imaginaire dispose-t-elle d’un passé enrichi du fait d’adopter la liturgie chrétienne après le paganisme, l’arrivée de Joseph d’Arimathie et de Josephé marquant un tournant mystique dans la destinée de cette capitale qui permettra de christianiser tout le royaume de Grande Bretagne. Religion et panthéon sarrasins, Temple du Soleil et idoles se prêtent à la « merveille » de changements bénéfiques, Sarras se substituant dans le non-dit à une Jérusalem dont Saladin sur le plan historique est maître. Carol Chase (Knox College) met en lumière le fait que les projections supposées hasardeuses que les grands romans arthuriens risquent sont implantées dans un passé dont la mouvance d’état, de définition et de croyance est rendue nécessaire, car pour finir ce hasard poétique est bel et bien « objectif ».

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search