Version classiqueVersion mobile

La mémoire à l’œuvre

 | 
Caroline Cazanave

Première section. Sanctuariser la memoria

Mémoire des morts et géographie tumulaire : les tombes des Chanoines du chapitre Métropolitain de Besançon

Laurence Delobette

Texte intégral

  • 1 O. G. Oexle, « Memoria, Memorialüberlieferung », Lexikon des Mittelalters, VI, Munich-Zürich, 1993, (...)

1La mémoire des morts correspond au Moyen Âge à un phénomène complexe. Les travaux des historiens allemands, à la suite d’Otto Gerhard Oexle, montrent comment la memoria est constitutive de l’organisation de la société médiévale : elle forme « un acte social total » qui engage l’ensemble des structures sociales1. Aux yeux des Chrétiens, la nécessité du souvenir correspond certes à une démarche religieuse fondamentale. Cependant, très loin de revêtir un caractère univoque, la memoria est multifonctionnelle ; elle a à voir notamment avec la genèse et la reproduction des groupes sociaux, avec la légitimation du pouvoir des élites, la perpétuation de la famille ou des autres types de groupements. La commémoration suscite la conscience communautaire : elle intègre les morts au milieu des vivants, en les représentant, par la parole, l’écrit ou l’image ; elle dote le groupe d’une histoire et le place dans la durée. Les formes de la commémoration sont nombreuses, mais elles reposent en particulier sur l’élection de sépulture au sein des églises ; les tombes s’inscrivent dans différents espaces liturgiques où sont célébrés les messes de fondation et les anniversaires.

  • 2 La première sépulture dans la cathédrale Saint-Jean n’intervient pas avant 1670, lors de l’abandon (...)

2Cet exposé s’intéresse à la memoria des chanoines du chapitre métropolitain de Besançon, entre le XIIIe et le XVe siècle. Au Moyen Âge, tous ces chanoines sont tenus par des statuts spéciaux de se faire enterrer dans le cimetière de Saint-Étienne, sauf s’ils deviennent moines ou chanoines réguliers ad succurendum2. Certains élisent leur sépulture à l’intérieur même de l’église. L’inhumation ad sanctum inscrit la mémoire des défunts dans l’espace de la commémoration liturgique. Cet espace se trouve lui-même hiérarchisé ; des lieux auxquels s’attache une sacralité particulière sont privilégiés ; la hiérarchisation interne des espaces ecclésiaux vient souligner les aspirations et les évolutions de la commémoration des morts.

  • 3 J.-J. Chifflet, Vesontio, civitas imperialis libera Sequanorum metropolis, traduction et notes de J (...)
  • 4 J. Gauthier, « Recueil des inscriptions de la cathédrale Saint-Étienne de Besançon, compilé par J. (...)
  • 5 Obituaire du chapitre métropolitain de Besançon (XIe-XVIIIe siècles), éd. J. Gauthier, J. de Sainte (...)
  • 6 H. Hours, Fasti ecclesiae gallicanae. Répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chano (...)

3Alors que la cathédrale Saint-Étienne se trouve au comble de sa richesse et de son rayonnement – avant d’être entièrement rasée au moment de la conquête française en 1674 –, des érudits et en particulier Jean-Jacques († 1673) et Jules Chifflet († 1676) relèvent les inscriptions qui pavaient le sol et assemblent nombre d’actes relatifs à l’histoire du monument. Ils laissent des ouvrages imprimés, tel « le » Vesontio3, et des manuscrits pour certains inachevés, comme les Menues observations pour l’histoire du comté de Bourgogne (Besançon, Bibliothèque d’Étude et de Conservation, collection Chifflet, ms. 1) où se trouvent reproduites certaines des dalles funéraires4. Les archives et notamment les délibérations du chapitre métropolitain ainsi que le Livre des fondations du Chapitre (XVe siècle) et le Livre des anniversaires du Chapitre (XVe siècle-1792) viennent compléter la documentation5. Les noms de 949 chanoines du chapitre métropolitain de Besançon, actifs entre 1200 et 1500, ont été répertoriés par Henri Hours6.

4Nous nous attacherons à présenter la géographie tumulaire et à comprendre comment l’emplacement élu et la matérialisation de la tombe répondent au souci de la memoria.

La mémoire de soi : élire une sépulture

  • 7 Ce n’est pas vrai pour tous les chapitres cathédraux ; par exemple, dans leurs testaments, les chan (...)
  • 8 U. Robert, Testaments, t. I, p. 442, n° 89.
  • 9 Ibid., p. 487, n 104.
  • 10 Documents inédits, t. IX, p. 93, n° 710 ; Hours, p. 224, n° 491.

5La mort du chanoine est mémoire de soi. C’est ce que soulignent les testaments de chanoines bisontins qui comportent tous une clause relative à l’élection de sépulture7. Cette clause figure au début du testament, immédiatement après l’invocation, au nom de la Trinité, et la recommandation de l’âme. La formule latine commence par les mots : Item eligo sepulturam ipsius mei corporis seu cadaveris in ecclesia Sancti Stephani… Afin d’éviter un éventuel transfert de leur dépouille, il arrive que des chanoines précisent qu’ils élisent leur sépulture au plus près du lieu de leur trépas. Jean Humbert († 1365), de Granson, souhaitre être inhumé près de la chapelle Saint-Denis à Saint-Étienne de Besançon s’il meurt in Burgundia, et à Granson s’il décède au pays de Vaud, in Wado8. Jean de Saint-Maurice († 1376) veut être enterré à Saint-Étienne s’il décède à Besançon, si contigat me in civitate bisuntina decedere ou bien dans son église paroissiale de Gray, s’il meurt au milieu de ses fidèles9. Étienne Robert, chanoine de Besançon et curé de Gy (actuelle Haute-Saône) repose dans sa paroisse où il est mort en août 1493 : Jacet in ecclesia de Gy ubi obiit, ante altare capellae B. Mariae Magdalenes10.

  • 11 À titre d’exemple, Étienne de Crosey († v. février 1345), curé d’Orchamps-Vennes, fils du seigneur (...)
  • 12 Le prix de cette pierre tombale n’est pas indiqué dans les testaments des chanoines ; celui de l’éc (...)
  • 13 U. Robert, Testaments, t. II, p. 85, n° 172.
  • 14 Ibid., t. II, p. 216, n° 229.
  • 15 L. Delobette, « Ac fuit in cruciata contra Turcos. Besançon, Rome, Constantinople : itinéraire du c (...)

6Il n’est pas certain que les exécuteurs testamentaires respectent toujours l’élection de sépulture faite par le défunt11. Aussi des dispositions sont-elles prises bien avant le décès pour matérialiser la tombe qui accueillera le mort. En l’absence de tombeau familial, il s’agit généralement de mettre en place une pierre tombale individuelle, dès avant le décès du testateur12. En 1439, Jean de Châtenois († 1441) demande à être inhumé près de la tombe de feu le doyen Léon de Nozeroy († 2 août 1434) ; il y a déjà fait disposer une dalle : subtus lapidem meum que in dicto loco apponere destinavi13. Quand il dicte ses dernières volontés en 1498, Philibert Jacotet († 1500) évoque la pierre qu’il a fait placer à Saint-Étienne, près de la tombe du chanoine et chantre Eudes de Clerval († 26 décembre 1451) : Item eligo sepulturam ipsius mei corporis seu cadaveris in ecclesia Sancti Stephani juxta seu prope sepulturam defuncti venerabilis viri magistri Odeti de Claireval quondam canonici bisuntini ibidem inhumati videlicet sub lapide jam per me disposito14. Certains font rédiger à l’avance le texte de l’épitaphe, tel le doyen Hugolin Folain qui fait mettre en place son épitaphe dès 1471, avant son décès qui intervient le 29 novembre 147515.

  • 16 U. Robert, Testaments, t. II, p. 216, n° 229.
  • 17 D. Alexandre-Bidon, « Le corps et son linceul », À réveiller les morts. La mort au quotidien dans l (...)

7Les ecclésiastiques se soucient de régler le détail des pratiques et cérémonies funèbres dont leur cadavre fera l’objet. Le traitement du corps participe en effet des gestes pieux qui construisent la memoria individuelle. La toilette mortuaire incombe à des prêtres et non pas à des femmes comme c’est généralement le cas. Le 24 décembre 1498, au moment de dicter ses dernières volontés, Philibert Jacotet († 1500) précise que quatre vicaires de l’église Saint-Étienne devront se charger des soins mortuaires et de son inhumation : Item volo et ordino corpus meum immediate post obitum meum lavari, mundari, sepeliri et inhumari per quatuor vicarios dicte ecclesie Sancti Stephani, prout consuetum est fieri in simili16. Selon les termes de Danièle Alexandre-Bidon, « (l) a toilette funéraire a comme unique vocation d’être un acte de compassion bien que son caractère hygiénique ne soit pas à écarter. Il s’agit de purifier le corps, cette dépouille charnelle que l’on se représente, sortant de la fosse ou du tombeau, toujours intacte et même rajeunie au jour du Jugement dernier »17.

8Sans doute des embaumements sont-ils parfois pratiqués, en particulier s’il est nécessaire de transporter le corps sur une distance plus ou moins longue et dans des conditions difficiles. Par exemple, celui de Henri de Neufchâtel († 1er juillet 1504), chambrier, inhumé à Besançon, est transféré à Besançon en plein été depuis Château-sur-Moselle en Lorraine. Des traitements particuliers concernent sans doute aussi la dépouille du doyen du chapitre de Léon de Nozeroy, mort en août 1434 à Salins et enterré dans la cathédrale bisontine. En revanche, cela n’a pas probablement été nécessaire pour l’archevêque Quentin Ménard, décédé en hiver, le 18 décembre 1462, dans la seigneurie épiscopale de Gy (actuelle Haute-Saône) et inhumé à Besançon.

  • 18 En 1299, Boniface VIII par la bulle Detestande feritatis interdit le partage du corps, avec entrail (...)
  • 19 Besançon, Bibliothèque d’Étude et de Conservation, coll. Chifflet, ms. 1, f° 102.
  • 20 Documents inédits, t. IX, p. 16, n° 67 ; Hours, p. 190, n° 183. Odet de Nant est l’oncle de Jean de (...)
  • 21 Hours, p. 65 ; Documents inédits t. IX, 1909, p. 16, n° 70 et p. 56, n° 342.

9Même si elle se développe surtout durant la période moderne, la pratique de l’enlèvement du cœur est attestée pour les dignitaires et les prélats18. Le chanoine Étienne de Bourgogne, seigneur de Quingey, a demandé en 1298 par un codicille de son testament à être inhumé à Saint-Étienne de Besançon « aux pieds du comte palatin Othon I, palatin de Bourgogne, son aïeul maternel » ; il meurt à Rome en octobre de l’année suivante et son cœur est apporté d’Italie dans la cathédrale : Item Stephanus de Burgundia […] jussit deferri cor suum ad ecclesiam Sancti stephani predictam et ibidem dictum cor fuit honorifice tumulatum19 […]. Lorsque Odet de Nant, archidiacre de Luxeuil, chanoine de Besançon et de Bayonne et neveu de l’évêque de Bâle Jean de Vienne, meurt à Paris le 26 juin 1403, son cœur est séparé pour être enseveli à Saint-Étienne de Besançon, près des tombes des comtes de Bourgogne20. L’archevêque de Besançon Gérard d’Athies, qui est mort à Paris le 22 novembre 1404 dans l’ancien hôtel de Louis de Sancerre, est inhumé à l’abbaye Saint-Éloi de Noyon, sauf son cœur qui se trouve dans la cathédrale bisontine, sub insigne monumento21.

  • 22 Selon Danièle Alexandre-Bidon, « (au Moyen Âge) l’homme ordinaire reposait nu sous son linceul » ; (...)
  • 23 U. Robert, Testaments, t. II, p. 85, n° 172.

10Les membres du chapitre cathédral bénéficient, comme tous les gens d’Église, les princes ou les rois, d’une inhumation habillée22. Cet ensemble vestimentaire symbolise le pouvoir et le statut du défunt. Jean de Châtenois († 1441) rappelle cet usage quand il teste le 9 décembre 1439 : son corps devra être orné, comme c’est l’usage, d’une mitre, d’une aube et des autres vêtements sacerdotaux : Item volo et ordino quod dicta die obitus mei fiat una mitra, alba et alia vestimenta sacerdotalia ad me sepeliendum necessaria et consueta, prout moris est sepelire canonicos dicte ecclesie bisuntine23.

  • 24 U. Robert, Testaments, t. I, p. 487, n° 104.
  • 25 U. Robert, Testaments, t. II, p. 85, n° 172.
  • 26 U. Robert, Testaments, t. II, p. 216, n° 229.

11Les testaments des chanoines comportent une clause relative à la rétribution des quatre porteurs qui porteront le cadavre, sans doute sur un brancard, jusqu’au lieu d’inhumation. Cette fonction incombe à des prêtres qui sans doute réciteront les prières et veilleront au respect des rites. Jean de Saint-Maurice († 22 octobre 1376) prévoit de faire distribuer à chacun de ces quatre prêtres six gros tournois pour leurs peines : quatuor presbiteri qui corpus meum… portabunt et illud deportabunt ad Sanctum Stephanum habeant duos florenos videlicet quilibet eorum sex grossos turonensium pro pena et labore24 […]. En 1439, Jean de Châtenois entend leur faire donner cinq sols estevenants : Item do et lego cuilibet quatuor sacerdotum qui dicta die obitus mei corpus meum sepelient et ad dictam ecclesiam dictum corpus meum defferent seu deportabunt, quinque solidos stephaniensium bonos semel25. Philibert Jacotet demande en 1498 à ses exécuteurs testamentaires de faire donner cette même somme aux quatre vicaires qui se chargeront d’enterrer sa dépouille26.

12L’inhumation au sein de la cathédrale Saint-Étienne constitue un véritable privilège, tant cette église est prestigieuse.

Ecclesia bisuntina Sancti Stephani protomartyris

  • 27 L. Gollut, Mémoires historiques de la république séquanoise, 1593, rééd. Arbois, 1846, col. 63.

13Saint-Étienne est sise sur le mont homonyme et domine la cathédrale Saint-Jean, comme le décrit au XVIe siècle l’historien Louys Gollut : « … en un ranc à part, sur la montée d’une belle et plaisante montaigne, se monstrent deux très belles ecclises, l’une de sainct Iean, presque aux racines du mont, et l’autre de sainct Estienne, donant le nom general à la montaigne, qui est presque au sommet, au lieu de celle de sainct Michel qui premiérement y havoit estée bastie […] »27. Y est conservée au Moyen Âge l’insigne relique du Bras du protomartyr. C’est donc un lieu particulièrement vénérable. C’est aussi, même pour la période, une très vieille église qui témoigne du passé de la cité épiscopale. Construit sans doute à l’époque carolingienne, l’édifice qui menaçait ruine au XIe siècle a été reconstruit à l’initiative de l’archevêque Hugues de Salins (1031- 1066). Dans le contexte de la réforme grégorienne qui se traduit à Besançon par une impulsion nouvelle donnée au mouvement canonial, ce prélat pourvoit l’église qui jusqu’alors ne possédait pas de clergé propre d’un chapitre de cinquante chanoines avec à leur tête un doyen élu par eux.

  • 28 Archives départementales du Doubs, G 531.
  • 29 Histoire de Besançon, des origines à la fin du XVIe siècle, publiée sous la direction de Claude Foh (...)
  • 30 1er mars 1305 : mandement de la comtesse à Eudes de Liesle, son chapelain, de remettre au chapitre (...)
  • 31 Histoire de Besançon, Cl. Fohlen (dir.), op. cit., p. 541 ; R. Fiétier, La Cité de Besançon de la f (...)

14Au XIIIe siècle, l’état du monument est tel qu’en février 1246, un bref du pape Innocent IV (1243-1254) accorde des indulgences pour aider à rétablir la cathédrale, « tombant en caducité » et à la réparation de laquelle l’on travaille28. Des travaux de réfection sont en effet menés durant les années 1240-125429. Un incendie ravage l’église avant mars 1305, date à laquelle la comtesse palatine de Bourgogne, Mahaut d’Artois († 1329) fait un don pour sa reconstruction30. Le 6 mars 1350, « à vespre », un nouvel incendie causé par la foudre ravage l’église et tout le quartier capitulaire. Le contexte de la période rend compte du fait que la cathédrale, pourtant véritable « orgueil de la province », ne soit pas restaurée avant plusieurs années31.

  • 32 Archives départementales du Doubs, G 252. Sur l’église Saint-Étienne, cf. B. de Vregille, Hugues de (...)
  • 33 J. Gauthier, « Étude archéologique sur la cathédrale Saint-Étienne de Besançon », Bulletin archéolo (...)

15Il n’existe pas de plan détaillé de Saint-Étienne avant sa destruction au XVIIe siècle. Sur cette église disparue, l’une des sources d’information demeure la vue cavalière dessinée et gravée sur cuivre du « chapitre de Besançon, avec ses deux cathédrales, leurs cloîtres, le palais épiscopal, l’officialité, trente-huit des maisons de chanoines, l’église Saint-André et le reclusage Saint-Michel » commandée à l’orfèvre bisontin Pierre de Loisy par le chanoine Claude Blondeau et remise par celui-ci à ses confrères le 24 janvier 167032. L’édifice, construit perpendiculairement à la pente, était vaste ; sa longueur est estimée entre 70 et 74 mètres. La nef comptait trois vaisseaux ; le vaisseau principal se fermait sur un chevet droit et les deux latéraux aboutissaient chacun à une chapelle à chevet plat, flanquant le chœur et en retrait par rapport à lui. Au-delà du chevet se trouvait le cloître auquel les chanoines avaient accès par deux corridors voûtés. L’enquête menée en 1699 afin d’obtenir de Louis XIV des dédommagements pour la destruction de Saint-Étienne en procure une description succincte. Les quatre faces du cloître comptaient vingt-trois arcs, les fondations extérieures mesuraient « 64 toises 30 », chaque groupe était muni de trois ouvertures de portes cintrées et l’ensemble comptait 308 colonnes de 6 pieds chacune33. Un transept débordant, particularité ignorée des églises bisontines lors de la construction au XIe siècle, devait dépasser 40 mètres de longueur. La couverture était charpentée, avant d’être voûtée au moins en partie au cours du XIIIe siècle. Un clocher carré bâti dans l’axe principal, à l’opposé du sanctuaire, occupait toute la façade. Il abritait, selon un modèle impérial et romain, une chapelle vouée à la Vierge, Notre-Dame-du-Clocher. Cette chapelle ouvrait à l’intérieur de l’édifice. L’entrée principale de l’église se trouvait rejetée dans l’axe du bas-côté nord ; c’était « la porte Saint-André », du nom de la petite église qui lui faisait face et qui servait de paroissiale pour la population de ce quartier. La disposition intérieure reste très mal connue. Le maître-autel, celui de la Rose, consacré le 3 octobre 1050 par le pape Léon IX, était implanté à proximité du transept. La cathedra de l’archevêque était située au-delà, entourée des sièges des officiants. Le chœur des chanoines débordait quant à lui le transept. Son entrée était marquée, comme à la cathédrale Saint-Jean, par l’autel de la Croix, devant lequel les processions gagnant le chœur marquaient une station.

16Le prestige de Saint-Étienne est tel que des familles nobles y disposent du droit de sépulture.

Casati et sépultures canoniales

  • 34 Les casati étaient les vassaux de l’Église de Besançon pour certains fiefs. Ils étaient quatre fami (...)
  • 35 Documents inédits, t. IX, p. 70, n° 473.
  • 36 Besançon, Bibliothèque d’Étude et de Conservation, coll. Chifflet, ms. 1, f° 103.
  • 37 Simon de Vienne est le fils d’Agnès de Bourgogne et de Philippe de Vienne ; sa carrière ecclésiasti (...)
  • 38 J.-J. Chifflet, Vesontio, p. 563-564. Étienne, archevêque élu de Besançon († le 11 juin 1193 avant (...)
  • 39 Sur ces tableaux (1, 82 m x 0, 92 m), cf. L. Delobette, « Les casati de la cathédrale Saint-Étienne (...)

17L’extrémité occidentale de l’église est accordée aux comtes de Bourgogne, casati de Saint-Étienne, qui disposent à dater du XIe siècle du privilège d’être ensevelis au pied de la tour-clocher carrée34. À la fin du XIIIe siècle, le chanoine Étienne de Bourgogne († 1299), frère du comte palatin Othon IV († 26 mars 1303), souhaite y être enterré près de ses ancêtres35. Sur sa dalle funéraire, ce chanoine est représenté « avec ses habits ecclésiastiques, mais l’inscription qui estoit autour a esté enlevée aussi bien que les deux escus des armes de ses pere et mere à la façon de ce temps là »36. Son neveu, Simon de Vienne († 1311), grand archidiacre de Besançon, chanoine de Lyon, Mâcon, Chalon-sur-Saône, Viviers et Montbéliard, seigneur de Pymont, élit sa sépulture à ses côtés. Sur sa dalle funéraire sont gravés huit vers aux rimes croisées, qui célèbrent la naissance et la gloire du défunt. Il s’y trouve aussi deux écus, aux armes de Vienne, avec le bâton de Pymont, et de Bourgogne37. Après l’incendie de 1349 et la reconstruction de la cathédrale, des fresques plusieurs fois remaniées représentent les membres de la famille comtale inhumés dans l’église. Au XVIe siècle, ces derniers sont figurés sous les traits des chevaliers de la Table ronde. Comme le rapporte Jean-Jacques Chifflet en 1618, les chanoines « se souvenant des bienfaits reçus [des comtes de Bourgogne] ont pris soin de reproduire sur le mur l’épitaphe autrefois gravée sur la pierre, usée et effacée, avec le portrait peint de chacun d’eux. Celui d’Étienne, archevêque élu, a été ajouté au milieu, sous les traits de saint Étienne, Premier Martyr »38. Vers 1664, à la demande de Jules Chifflet, fils de Jean-Jacques, Joseph-Étienne Baudot († 1684) exécute huit tableaux (portant l’écu de Jules Chifflet) représentant les casati ; les ecclésiastiques, vêtus selon les usages du XVIIe siècle, arborent longue robe rouge bordée d’hermine, tunique bleu de ciel sur chausses rouges et vêtements de prélat officiant39.

  • 40 Marguerite de Blois, fille de Thibaud de Champagne, comte de Blois et d’Alix de France, elle-même f (...)
  • 41 Ce jubé en charpente peinte et dorée a été établi à la fin du XIVe siècle et remplacé à l’époque mo (...)
  • 42 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 335, n° 40.

18Pour célébrer la mémoire liturgique du lignage, deux autels commémoratifs ont été fondés à la fin du XIIe et au début du XIIIe siècle par l’empereur Frédéric Barberousse († 1190), l’impératrice Beatrix († 1184), comtesse de Bourgogne, et leur belle-fille Marguerite de Blois († 1230), veuve du comte de Bourgogne Othon I († 1201)40. Voués respectivement à saint Théodule et à saint Georges, ils sont placés sous le jubé, au point de jonction entre l’espace ecclésiastique et celui des laïcs41. La célébration quasi continue des offices divins non loin de ces prestigieux tombeaux polarise cet endroit qui attire d’autres sépultures. La dalle funéraire de l’archidiacre de Luxeuil Eudes de Nant († 1403) se trouve ainsi « près de l’autel des comtes de Bourgogne » ; elle est munie de deux écus aux armes de Nant et de l’épitaphe suivante : Hic jacet venera (bilis) et circonspectus vir dominus Odetus de Nanto diaconus canonicus Bisunti (nus). archid (iaconus). de Luxovio cujus anima requiescat in pace qui obiit Parisius anno Domini M CCCC42. Six inhumations canoniales voisines des autels des comtes ont pu être reconnues ; elles ne sont pas antérieures à la seconde moitié du XIVe siècle. Parmi elles figure une tombe familiale, celle des Bonvalot, membres de l’élite bisontine. Le tableau ci-dessous procure la liste de l’ensemble des chanoines inhumés au cimetière des comtes.

Tableau n° 1 : Les chanoines inhumés au cimetière comtal

Date du décès

Nom du chanoine

Charge ou office

Lieu d’inhumation

Références

1299

Étienne de Bourgogne

chanoine

Son cœur près de la tombe du comte Othon I

Besançon, Bibliothèque d’Étude et de Conservation, coll. Chifflet, ms. 1, f° 103.

1311

Simon de Vienne

grand archidiacre et chantre

Près de la tombe d’Étienne de Bourgogne († 1299)

Hours, p. 218, n° 228 ; J. Gauthier, « Inscriptions », n° 12

3 mai 1358

Eudes deBelmont-lès-Dole

chambrier

inhumé près de l’autel des comtes de Bourgogne

Hours, n° 272 ; Doc. inédits, t. IX, p. 34, n° 176

juin 1403

Odet de Nant (neveu Jean de Vienne, év. de Bâle)

archidiacre de Luxeuil et chanoine de Bayonne

son cœur inhumé près de l’autel des comtes de Bourgogne

Hours, n° 183 ; Doc. inédits, t. IX, p. 16, 67

15 mai 1464

Amiet/ Annet Sauvaget

chanoine et doyen de Beaupré

entre les deux piliers de l’autel de St-Théodule

Hours, n° 453

12 mai 1475

Jean Bonvalot

chanoine

entre les deux piliers de l’autel Saint-Théodule

Hours, p. 146, n° 703 ; Doc. inédits, t. IX, p. 92, n° 689

6 octobre 1483

Jean Bonvalot

archidiacre de Faverney ; neveu de Jean Bonvalot († 1475)

entre les deux piliers de l’autel Saint-Théodule

Hours, p. 146, n° 112 ; Doc inédits, t. IX, p. 92, n° 702

1511

Pierre Bonvalot

chanoine et doyen de Beaupré ; neveu de Jean Bonvalot († 1475)

entre les deux piliers de l’autel Saint-Théodule

Hours, p. 195, n° 737 ; Doc inédits, t. IX, p. 131, n° 1402

  • 43 Documents inédits, t. IX, p. 50, n° 307.
  • 44 Documents inédits, t. IX, p. 57, n° 346.
  • 45 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 348-349, n° 107. Anne de Joux et Jacques Jouffroy sont figurés en (...)
  • 46 Documents inédits, t. IX, p. 105, n° 963.
  • 47 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 348-349, n° 107.
  • 48 Hours, p. 105, n° 278 ; Documents inédits, t. IX, p. 72, n° 495 et p. 135, n° 1466.
  • 49 Hours, p. 137, n° 327 ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 330, n° 15.
  • 50 R. Fiétier, La Cité de Besançon, p. 937, a noté que les Chilley gardent malgré la réforme grégorien (...)
  • 51 Hours, p. 123, n° 94 et n° 77 ; Documents inédits, t. IX, p. 38, n° 204 et p. 68, n° 458.
  • 52 Hours, p. 174, n° 57 et p. 174, n° 803 ; Documents inédits, t. IX, p. 14, n° 53.
  • 53 Documents inédits, t. IX, p. 51, n° 319.
  • 54 Hours, p. 118, n° 90 ; Documents inédits, t. IX, p. 42, n° 238.
  • 55 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 336, n° 47.

19Les seigneurs d’Abbans, autres casati de Saint-Étienne, ont pour sépulture la chapelle Saint-Vincent. Richard d’Abbans, fils de Philippe, y est inhumé en 1265. Conformément aux usages, il a légué aux chanoines qui sont tenus de célébrer pour lui des services anniversaires, son cheval, une couverture et ses armes. Le livre des anniversaires précise qu’il repose devant la chapelle Saint-Vincent, sous une petite tombe sur laquelle est gravée une grande croix : Jacet dictus Richardus ante S. Vincentium, subtus tumba parva supra quam est insculpta una crux magna43. Mort le 10 août 1405, Jacques de Joux, seigneur d’Abbans et docteur ès-droits, est réputé du nombre des casati de l’Église de Besançon comme l’indiquent les archives du chapitre : [VI id. aug.] Eodem die fit anniversarium nobilis et potentis domini Jacobi de Joux, domini d’Abbans, utriusque jurisdoctoris, de casatis ecclesie Bisuntine, more aliorum anniversarium pro quo C s. steph. Ob die decima predicti mensis MCCCCV. - Jacet ante S. Vincentium44. La famille est par la suite alliée aux Jouffroy ; Jules Chifflet note la présence, à côté de la tombe de la dame d’Abbans et de Marchaux, Anne de Joux († 1512), et de son époux, Jacques Jouffroy († 1545), « (d’) une aultre petite fort vieille sur laquelle sont les armes d’Abbans et une épitaphe de deux lignes dont les dernières syllabes sont… d’Abbans… »45. Le tombeau est utilisé par cette famille jusqu’au XVIIe siècle : le chantre Jean-Baptiste de Jouffroy († 1661) est enterré devant l’autel de Saint-Vincent46. D’après les notes de Jules Chifflet, la chapelle Saint-Vincent se situe à « la porte du cloître, devant Saint-Agapit » ; Jules Gauthier la place à l’extrémité orientale du bas-côté nord, celui qui regarde la pente47. Des chanoines, probablement liés au lignage d’Abbans, y sont ensevelis dès le XIIIe siècle, tel Gui de Chilley († 1273), sous-chantre de Saint-Étienne48. La tombe du chantre de Saint-Jean Humbert de Chilley († ap. 1241) n’est connue que par l’épitaphe, relevée « dans la nef » ; le texte en est particulièrement succinct qui porte : Hic jacet Humbertus de Chilley cantor Bisuntinus49. Aux côtés des Chilley se trouvent les Granges50. Henri de Granges († 1297), archidiacre de Luxeuil et son frère ou oncle homonyme mort en 1291 sont enterrés dans cette chapelle51. L’archidiacre de Besançon Jean de Seveux52 et le chanoine Pierre de Vaugrenant53 y élisent leur sépulture vers 1330. Ensuite, il faut attendre le début du XVe siècle pour que soit mentionnée l’inhumation du doyen Guillaume de Port († juin 1415)54. Le défunt est représenté en vêtements ecclésiastiques : « l’image dud (it) seigneur doyen revêtu des habits sacerdotaux portant une mitre en teste »55.

  • 56 Cf. L. Delobette, « Les casati », loc. cit., p. 119-120.
  • 57 J. Gauthier, « Épitaphes inédites recueillies au XVIIIe siècle dans les églises de Besançon et de l (...)
  • 58 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 331, n° 22.
  • 59 Idem, ibidem.
  • 60 U. Robert, Testaments, t. I, p. 487, n° 104 ; s’il meurt à Gray, il souhaite être inhumé dans son é (...)
  • 61 Hours, p. 161, n° 91 ; Documents inédits, t. IX, p. 92, n° 687 (décès au 2 déc. 1474) ; J. Gauthier (...)
  • 62 Hours, p. 147, n° 457 ; Documents inédits, t. IX, p. 93, n° 707 ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. (...)

20Participent des casati les puissants sires de Montfaucon, auxquels a été accordée la chapelle Saint-Maimbœuf, située dans le collatéral qui regarde la montagne, près des portes qui donnent accès au transept56. Le chanoine Richard de Montfaucon († 1277) y repose aux côtés de ses parents et de son frère57. Sa tombe porte une brève épitaphe, comparable à celles qui figurent sur les autres sépultures de la famille : Anno Domini MCCLXXVII non. augusti obiit Richardus de Monte Falconis canonicus hujus ecclesie cujus anima requiescat in pace. Amen. Il n’y a pas d’autres inhumations canoniales avant celle Simon Roze († 1339), de Autoreille, curé de Gray58. Des fragments de l’épitaphe de ce dernier ont été conservés, qui portent les mots suivants : … memorie d (omi) n(u) s. Symon Roze de Alta Aure… obiit die festo beati Mathie apost (lici). an (no). D(omi) ni M CCC XXXIX59. L’un des successeurs de Simon Roze à la cure de Gray, Jean de Saint-Maurice († v. 1376), chanoine de Besançon, ancien étudiant au collège de Bourgogne, maître ès-arts et ancien secrétaire de l’archevêque Aimon de Villersexel (1363-1370), souhaite être inhumé à ses côtés s’il meurt à Besançon ; il le demande en ces termes : Deinde eligo sepulturam meam in ecclesia bisuntina Sancti Stephani juxta tumulum domni Symonis de Alta Aure, quondam canonici bisuntini, si contingat me in civitate bisuntina decedere60. Il n’y a pas d’autre inhumation avant celle de Jean Louvet († 1477), ancien vicaire général et scelleur de l’officialité61. Jean Boussaud († janvier 1493), écolâtre, chanoine de Besançon et de Beaune, repose entre la chapelle Saint-Maimbœuf et la peinture (picturam) de Job représentée « derrière le chœur à gauche », c’est-à-dire dans la chapelle Saint-Michel (laquelle occupe le fond du transept du côté de la montagne)62.

  • 63 Hours, p. 139, n° 151 ; Documents inédits, t. IX, p. 92, n° 698 ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. (...)
  • 64 Selon J. Gauthier, « Cathédrale », p. 459, le retable et les deux statues ont été préservés de la d (...)
  • 65 Archives départementales du Doubs, G 193 ; 7 décembre 1531.
  • 66 Archives départementales du Doubs, G 193 ; 19 juin 1528.

21À la suite de Jacques Garnier († 1482), enterré devant la chapelle, plusieurs chanoines de ce nom sont à Saint-Maimbœuf63. Henri Garnier († 1521), neveu du précédent, offre en 1516 à cette chapelle un retable armorié et figurant notamment Gabriel, la Vierge de l’Annonciation et les saints Ferréol et Ferjeux64. En décembre 1531, le chapitre demande au chanoine Jean Garnier « d’enlever du retable de la chapelle Saint-Maimbœuf les statues de pierre qu’y avait fait placer son oncle Henri Garnier et de les placer contre un mur de la chapelle »65. En 1523, a été installé en ce lieu le saint Suaire. Le refus opposé par Jean Garnier en 1531 (et déjà en juin 1528) traduit probablement le scepticisme de ce chanoine quant à l’authenticité de la relique66. Assez vite pourtant, la présence de cette dernière attire un nombre considérable de sépultures aux abords de la chapelle qui finit par prendre le nom du précieux tissu.

22Quelle que soit l’implantation de ces chapelles au sein de l’église, dans le transept, près de la façade ou près de l’abside, les chanoines choisissent ainsi d’associer leur memoria à celle des casati, puissants vassaux de l’archevêque. Le cas de Saint-Agapit offre un exemple différent, celui d’une chapelle d’abord réservée aux inhumations d’ecclésiastiques.

La chapelle Saint-Agapit

  • 67 Le chef de saint Agapit se trouve placé depuis 1050 dans le grand autel de Saint-Étienne, avec plus (...)
  • 68 B. de Vregille, Hugues de Salins, op. cit., t. II, p. 1250 et n. 12.
  • 69 La plupart des tombes des archevêques plus récents se trouvent en réalité dans l’abside principale, (...)

23La chapelle Saint-Agapit qui flanque l’abside au sud forme un lieu ancien et prestigieux. La relique du saint fut découverte au cours des travaux impulsés à Saint-Étienne par l’archevêque Hugues de Salins († 1066). L’autel qui contenait cette relique était primitivement situé au milieu du chœur de l’église carolingienne67. Dans l’édifice du XIe siècle, il n’a pas été déplacé mais est devenu celui de la chapelle. C’est ainsi que le décrit Jean-Jacques Chifflet en 1618 : in sacello S. Agapiti (ubi olim erat chorus antiquae ecclesiae S. Stephani : nunc autem a temporibus Hugonis I qui ejusdem basilicae longe amplius aedificium a Valthero inchoatum perfecit, sacellum S. Agapiti extra chorum est et ad angulum qui dexter est altare maius majus intuenti)…68. Par la suite, Saint-Agapit prend le nom de « cimetière des archevêques » C’est là que le Jour des Morts, les chanoines viennent prier « sur les archevêques » après la station au cimetière des comtes69.

  • 70 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 331, n° 17 ; Hours, p. 84, n° 245 ; Documents inédits, t. IX, p.  (...)
  • 71 Il lègue une rente de 15 livres estevenantes assignées à Salins sur les revenus du moulin et du fou (...)
  • 72 Il fonde trois anniversaires à Saint-Étienne et lègue au chapitre notamment une arche, un calice et (...)
  • 73 U. Robert, Testaments, t. II, p. 194 ; É. Clerc, « Mémoire sur l’abbaye de Montbenoît et sur les Ca (...)
  • 74 J.-J. Chifflet, Vesontio, p. 609.
  • 75 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 342, n° 75.
  • 76 Hours, p. 159, n° 163 ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 333, n° 32.
  • 77 Mémoire des morts et géographie tumulaire : les tombes des chanoines du chapitre métropolitain de B (...)
  • 78 Hours, n° 159, p. 157 ; Documents inédits, t. IX, p. 17, n° 73. Jean de Gy est procureur de l’arche (...)
  • 79 Hours, p. 167, n° 247 ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 337, n° 51.
  • 80 Hours, p. 116, n° 242 ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 337, n° 52.
  • 81 Hours, p. 84, n° 195 ; Documents inédits, t. IX, p. 90, n° 662.
  • 82 Hours, p. 115, n° 115 ; Documents inédits, t. IX, p. 92, n° 700.
  • 83 À dater de 1430, des statuts capitulaires réservent les prébendes canoniales aux nobles ou aux grad (...)
  • 84 Hours, p. 114, n° 150 ; Documents inédits, t. IX, p. 90, n° 661 ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. (...)

24La plus ancienne tombe canoniale à cet endroit paraît celle d’Amédée de Montaigu († v. 1324). Il gît à l’entrée, « près du pilier de Saint-Agapit »70. Docteur en droit, chanoine de Besançon et de Salins, c’est le conseiller du puissant seigneur Jean de Chalon-Arlay († février 1316). Il fait un legs considérable au chapitre métropolitain71. Plusieurs dizaines d’années plus tard, en 1374, Hugues de Clerval, archidiacre de Luxeuil et chanoine de Lausanne, est quant à lui inhumé devant l’autel72. L’un de ses descendants est enterré dans le même tombeau. Il s’agit de Jacques de Clerval († 1482), ancien prieur de Vuillorbe, abbé de Montbenoît à dater de 1445, rédacteur de la coutume du comté de Bourgogne et du Saugeais et évêque auxiliaire en 1479-1481 au titre d’évêque d’Hébron. Le 18 octobre 1481, il demande à élire sa sépulture dans la tombe de son aïeul ; cette requête est rédigée en ces termes : in capella Sancti Agapiti in loco ubi fuit inhumatus quondam venerabilis et circumspectus vir domnus Hugo Clare Vallis, quondam canonicus bisuntinus et archidiaconus de Luxovio… quondam avunculus noster carissimus73. Au début du XVIIe siècle, Jean-Jacques Chifflet note l’emplacement du tombeau de ce prélat : Anno 1481 obierat Vesontione R. D. Iacobus Clarae-Vallis episcopus Ebroicensis [sic] ; sepultus est in angulo sacelli S. Agapiti in ecclesia S. Stephani74. Jules Chifflet, fils de Jean-Jacques et abbé cistercien de Balerne, relève en 1659 pour ses Menues observations pour l’histoire du Comté de Bourgogne l’inscription funéraire des deux religieux, gravée sur une lame de cuivre incrustée « dans la muraille vers Saint Agapit » ; le texte n’est accompagné d’aucun signe sinon une mitre75. La plupart des chanoines et des dignitaires reposent de la même façon devant l’autel : Jean Hugues († 1391)76, Hugues d’Épinal (8 février 1392)77, l’archidiacre de Luxeuil Jean de Gy († 1416)78, le chantre Jean Parcheminier († 1428)79, le chanoine de Besançon et de Vienne Guillaume Massenet / Macenat († 1429)80, l’archidiacre de Gray Gilles Roy († 1460)81 et Jean de Brinon († 1482)82, chanoine de Besançon et d’Auxerre. C’est vrai également de l’archidiacre de Faverney Guillaume Gauthier († 1459), official, rédacteur des coutumes du comté de Bourgogne et curé de Quingey. L’épitaphe donne à lire les grades universitaires conquis par le défunt83. Le texte indique en effet : Hic jacet ven (erabilis) et scientificus vir mag (iste) r Guill (ermus) Gaulthier in utroque jure licentiatus canon (icus) et archid (iaconus) de Favernayo officialis Bisun (tinus) et curatus de Quingeyo qui obiit die XIIII januarii anno D(omi) ni M CCCCLVIII. Orate pro eo. Se trouvent figurés l’écu et la devise du défunt : « La Fin », surmontés d’une couronne84. On le voit, la vénérable chapelle Saint-Agapit semble associée à la mémoire des dignitaires du chapitre.

25D’autres chapelles sont, d’emblée, établies dans cette intention.

La mémoire des siens : chapellenies et tombes canoniales

  • 85 Ibid., p. 457.
  • 86 J.-J. Chifflet, Vesontio, p. 587. La traduction de ces vers est la suivante : « Naguère évêque de C (...)
  • 87 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 329, n° 9.
  • 88 J. Gauthier, ibid., p. 342, n° 74 ; cf. Hours, p. 187, n° 668. La tombe du chambrier Eudes de Belmo (...)
  • 89 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 338, n° 57.

26À dater de la seconde moitié du XIIIe siècle, les chanoines multiplient dans l’église les fondations de chapelles à vocation funéraire. Ils instituent des chapelains chargés de célébrer à un rythme soutenu des messes pour le repos l’âme des défunts et celles de leurs ancêtres. Cette évolution répond à une nouvelle forme de sensibilité religieuse, qui se manifeste par la volonté des fidèles de se préoccuper eux-mêmes de leur salut. Cette sensibilité, que partagent les laïcs et le clergé, influe de façon notable sur la memoria canoniale. Ces chapelles sont le plus souvent situées dans les collatéraux ; bâties et dotées par leurs fondateurs, elles constituent de véritables monuments. L’enquête menée en 1699 fait état de « neuf chapelles dans les aisles des collatéraux, toutes à voutes dont les maçonneries estoient fort proprement faites et l’architecture délicatement travaillée, distinguées aussy par leurs cordons et ornements de pierre taillée avec de beaux retables d’autel en sculpture, une partie de balustres construites de cuivre et les autres avoient leurs grillages de fer doré »85. Ces chapelles abritent en général les tombes de leurs fondateurs qui reposent dans des tombeaux de prestige. Celui de l’archevêque Guillaume de la Tour († août 1268) à Saint-Nicolas comporte une table de bronze supportée par quatre colonnes de pierre couvertes d’ornements ; un gisant représente le prélat vêtu de ses habits pontificaux, tenant la crosse appuyée sur un dragon qui en mord le bout. L’inscription tumulaire se compose de quatre vers aux rimes suivies86. En même temps que se développe le décor des tombeaux, le texte des épitaphes enfle considérablement. Sur la tombe de l’archidiacre de Faverney Pierre de Seurre († août 1290), inhumé près de l’archevêque Guillaume de la Tour († 1268), treize vers célèbrent les compétences du défunt87. La langue des inscriptions reste le plus souvent le latin, même à la fin de la période, ce qui distingue les tombes ecclésiastiques de celles des laïcs. Il existe cependant quelques épitaphes en langue vernaculaire, comme celle qui se trouve sur la tombe du chanoine de Besançon et de Salins Odard/Odet de la Tour Saint-Quentin († 27 février 1473), curé d’Aresches, inhumé à Saint-Étienne ; le texte est rédigé de la façon suivante : « Cy giet noble et circonspecte personne m (essi) re. Oudart de la Tour S(ain) ct. Quentin chanoine de Besançon de s (ain) ct Anathoile et de s (ain) ct Michel de Salins curé d’Aresches qui trespassa le XXVIIe jour de febvrier l’an M CCCC LXXII. Priez Dieu pour son âme »88. Dans la chapelle Saint-Nicolas, la dalle funéraire de Thiébaud Verdun († 1443), chanoine de Besançon et de Langres, est munie d’une inscription bilingue ; une partie du texte fait figure d’avertissement, qui se lit de la sorte : « Tu qui passes par dessus ma pance / Advise-toy bien et si pense / Que tost à toy la mort viendra / Après moy mourir il te faudra »89.

  • 90 Hours, p. 196, n° 133 ; Documents inédits, t. IX, p. 34, n° 175 ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. (...)
  • 91 Hours, p. 96, n° 434 ; Documents inédits, t. IX, p. 94, n° 728. À sa mort, le 5 décembre 1419, l’ar (...)
  • 92 Hours, p. 229, n° 452 ; Documents inédits, t. IX, p. 93, n° 703 et n° 706 ; p. 139, n° 1537.

27Près de ces autels où sont célébrées de multiples messes, jugées comme le meilleur des viatiques, il n’est guère étonnant de trouver des tombes sacerdotales, comme celle de Pierre Chapuis († v. 1394), chanoine de Besançon et curé d’Arinthod (actuel département du Jura)90. Devant la chapelle Saint-Jacques repose François de Menthonay († 1419), chanoine et curé de Saint-Pierre dans la cité épiscopale91. Près de l’autel gisent Antoine Prevost († v. 1485), curé de Nanton (actuel département de Saône-et-Loire), et son neveu le chanoine Thiébaud Violet († 1491), archidiacre de Tournus au diocèse de Chalon-sur-Saône92.

  • 93 Hours, p. 140, n° 158 ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 336, n° 46 ; Documents inédits, t. IX, p. (...)
  • 94 Hours, p. 108, n° 31 ; Documents inédits, t. IX, p. 127, n° 1328.
  • 95 Hours, p. 86, n° 447 ; Documents inédits, t. IX, p. 89, n° 641.
  • 96 Hours, p. 168, n° 442 ; Documents inédits, t. IX, p. 78, n° 551.
  • 97 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 337-338, n° 55.

28Une sélection semble pourtant s’opérer, qui réserve les sépultures dans ces chapelles aux plus hauts dignitaires et à l’élite du clergé. À l’entrée de la chapelle Saint-Nicolas est enterré Jacques Guillet († 1413), chanoine du chapitre métropolitain et de Sainte-Madeleine de Besançon, curé de Mouthier-Haute-Pierre, fils de Jean Guillet et beau-frère de Jean Chousat, pardessus de la saunerie de Salins et trésorier du duc de Bourgogne, ce qui fait de lui un personnage d’une importance considérable93. La chapelle Saint-Laurent rassemble de la même façon les tombes des archidiacres, « personnats » ou dignitaires du chapitre. Aux côtés de Gui de la Tour († juin 1298)94, archidiacre de Besançon, se trouvent notamment Amiet / Annet Possat († 5 mai 1437)95, archidiacre de Gray, et Jean Poncet (15 novembre 1442)96, archidiacre de Faverney et vicaire général. Comme c’est généralement le cas au XVe siècle, l’épitaphe d’Amiet/ Annet Possat mentionne le grade universitaire du défunt ; le texte porte en effet : Hic jacet ven (erabilis) vir magister Amietus de Vercellis bachalarius in decretis canonicus ecclesie Bisunt (ine) et archid (iaconus) de Grayaco in eadem qui obiit die V mensis maii anno Domini M CCCC XXXVII cujus a(n) i(m) a in pace requiescat. Amen97.

29Le tableau suivant propose la liste des fondations de chapellenies par des ecclésiastiques.

Tableau n° 2 : Les fondations de chapellenies

Date

Fondateur

Vocable

Localisation

Références

1256

Guillaume de Joinville, doyen

St-Jacques

à gauche du transept

Doc. inédits, t. IX, n° 101.

1265

Humbert de Liesle, chanoine

St-Jean l’Évangéliste

ADD, G 531

Av. août 1268

Guillaume de la Tour archevêque

St-Nicolas

Vesontio, p. 587

Av. 1273

Gui de Chilley, sous-chantre

St-Laurent

collatéral nord du côté de la pente ; près du transept

J. Gauthier, « Inscriptions » p. 328, n° 2.

Av. 1275

Pierre de Gillans ou Calet, archidiacre de Faverney

Ste-Catherine

collatéral sud du côté de la montagne

Doc. inédits, t. IX, n° 1322.

Av. 1284

Thiébaud de Traves, chambrier

St-Jean-Baptiste

Doc. inédits, t. IX, n° 52.

Av. 1308

Jean de Saint-Lothain

St-Lothain et tous les saints

Doc. inédits, t. IX, n° 56 ; ADD, G 531

1340

Jean de Cicon, sous-chantre St-Étienne

St-Hippolyte

près du clocher

U. Robert, Testaments, t. I, n° 47

1343

Jean de Varenis, sous-chantre de St-Étienne

Ste-Geneviève

près du clocher

Doc. inédits, t. IX, n° 586

1370

Aimon de Villersexel, archevêque

Vierge

Chifflet, Vesontio, p. 597

Av. 1484

Étienne Romain, archidiacre de Gray et vicaire général

Trois Rois

près de la croisée du transept

Doc. inédits, t. IX, n° 136

Sur le parcours des processions canoniales

  • 98 Depuis l’union des chapitres en 1253, les chanoines utilisent la salle capitulaire de Saint-Jean.
  • 99 Documents inédits, t. IX, p. 137, n° 1511. R. Fiétier, La cité de Besançon, p. 1478. Le recrutement (...)
  • 100 Par la naissance, par la fortune et par la puissance qui en découle, Jean de Corcondray reste très (...)
  • 101 J.-J. Chifflet, Vesontio, p. 592 ; l’auteur ajoute que mention est faite de cette chapelle par « Ai (...)
  • 102 Hours, p. 101, n° 153 ; Documents inédits, t. IX, p. 34, n° 176 ; R. Fiétier, La cité de Besançon, (...)
  • 103 Hours, p. 120, n° 741 ; Documents inédits, t. IX, p. 93, n° 714. À la mort de Guillaume Veelet († 1 (...)
  • 104 Hours, p. 145, n° 735 ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 347, n° 101.

30Dans l’église, la localisation des tombes canoniales privilégie les espaces de transition et en particulier le circuit des processions. Celles-ci convergent vers le chœur depuis les extrémités de l’église et notamment depuis le cloître. À cet endroit, la confrérie Saint-Martin, dont la chapelle finit par se confondre avec l’ancienne salle capitulaire, constitue un pôle particulièrement attractif98. Cette confrérie est attestée dès la première moitié du XIIIe siècle ; ses premiers statuts sont concédés en 1247 et son autel est consacré en décembre 1252 par l’archevêque Guillaume de la Tour (1245-1268)99. Néanmoins, dans cette chapelle, les premières tombes canoniales ne sont pas antérieures à la seconde moitié du XIVe siècle. Parmi elles figure celle du doyen du chapitre Jean de Corcondray († 22 octobre 1360)100. En 1618, Jean-Jacques Chifflet note que ce doyen « repose dans la chapelle Saint-Martin au cloître de l’église Saint-Étienne, dans un majestueux tombeau fort élevé au-dessus du sol »101. Les chanoines Gérard de Geneuille († 1360)102, Guillaume Veelet/Veclet († 1493)103 et Jean Benoît († 12 janvier 1505)104, prieur de Saint-Lothain et curé de Savigny-en-Revermont, sont inhumés devant la chapelle Saint-Martin. Les deux premiers ont en commun leur charge de scelleur de l’officialité diocésaine.

  • 105 Hours, p. 158, n° 161 et p. 186, n° 300 ; Documents inédits, t. IX, p. 15, n° 63 et p. 89, n° 636. (...)
  • 106 Hours, p. 125, n° 418 ; Documents inédits, t. IX, p. 124, n° 1273.
  • 107 Hours, p. 213, n° 186 ; Documents inédits, t. IX, p. 10, n° 16 ; p. 118, n° 1164. Richard d’Ornans (...)
  • 108 Hours, p. 138, n° 634 ; Documents inédits, t. IX, p. 123, n° 1254 (sous le prénom Hemericus). Reçu (...)

31D’autres religieux reposent près de l’une des neuf statues qui ornent les encoignures des allées ou les portes, sur le passage des religieux. Ces inhumations canoniales datent majoritairement du XVe siècle. Nicolas de Vouglans († 1432) et Jean Henri († 1448) reposent ainsi près de la statue de saint André105. Henri de Vadans († 1354) gît au pied de saint Thiébaud et de saint Genès106. Richard d’Ornans († v. 1415) est enterré devant « l’ymaige » de saint Jean-Baptiste107 et Humbert Rolet († 12 novembre 1459), devant celle de saint Antoine108.

  • 109 J.-J. Chifflet, Vesontio, p. 165. Il s’agit de la famille noble de Scey-en-Varais.
  • 110 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 328, n° 3.
  • 111 Hours, n° 120 ; Documents inédits, t. IX, p. 44, n° 250 ; R. Fiétier, La Cité de Besançon, p. 1543.
  • 112 Hours, p. 209, n° 119 ; Documents inédits, t. IX, p. 39, n° 219.
  • 113 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 330, n° 13 ; Hours, p. 125, n° 401.
  • 114 Hours, p. 196, n° 617 ; Documents inédits, t. IX, p. 43, n° 245. Jean de Scey († 1306), chevalier, (...)
  • 115 Cf. R. Fiétier, La Cité de Besançon, p. 689. Jacques le Maçon, frère de Pierre, fils de Jean, est c (...)
  • 116 Documents inédits, t. IX, p. 80, n° 565.
  • 117 Cf. Hours, p. 203, n° 190 ; Documents inédits, t. IX, p. 134, n° 1446. Pierre Prophète est cité dan (...)

32C’est aussi dans le cloître que se trouve le tombeau des Scey, à proximité de la porte Saint-Michel. Ce dernier est mentionnée par Jean-Jacques Chifflet en 1618 ; alors qu’il évoque la brièveté des épitaphes médiévales, il cite en effet cet exemple : « Sur beaucoup d’autres dalles funéraires ou de tombes (comme on dit communément) de nobles personnages qui ne se complaisaient pas dans une longue série de titres, si en faveur à ce jour, on voit les armoiries de la maison, avec un écu ou une épée, le nom du mort et le titre Miles, qui voulait dire chevalier et noble. Ainsi dans le cloître et l’église de S. Étienne de Besançon, on peut lire Milites sur les tombeaux des Nobles de Ceys […] »109. En 1276, y est inhumé le chevalier Guillaume de Scey110. Le sont de même les archidiacres de Besançon Renaud de Scey († 1304)111 et Philippe de Scey († av. 1316)112, et les chanoines Henri d’Usier († v. 1318)113 et Pierre de Scey dit Mugnier († 1343)114. Henri d’Usier est un neveu de Henri de Scey, chanoine de Saint-Étienne de 1252 à 1293. Son père, Jacques Lathomi ou le Maçon, citoyen de Besançon, appartenait à l’entourage épiscopal et à celui du comte de Bourgogne115. Henri d’Usier assume à dater de 1291 un rôle important comme collecteur apostolique, chargé de percevoir les taxes dues au Saint-Siège par le clergé du diocèse. Pierre de Scey dit Mugnier est quant à lui le fils du chevalier Guillaume de Scey († 1296) qui a donné au chapitre le tiers des grosses dîmes d’Esprels (actuelle Haute-Saône)116. Le chanoine Pierre Prophète († v. 1277), un proche du lignage, élit sa sépulture au même endroit : juxta tumulum heredum de Ceys117.

  • 118 Hours, p. 193, n° 71. Dans son testament de 1291, Pierre d’Arguel élit sa sépulture cum patribus et (...)
  • 119 Hours, p. 201, n° 9.
  • 120 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 337, n° 54.
  • 121 Hours, p. 169, n° 28 ; Documents inédits, t. IX, p. 91, n° 672.
  • 122 Documents inédits, t. IX, p. 49, n° 295 ; Hours, p. 225, n° 215.
  • 123 Documents inédits, t. IX, p. 12, n° 32.
  • 124 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 225, n° 215.

33La porte Saint-Michel conduit à la chapelle du même nom, située dans le transept, du côté qui regarde la montagne ; elle abrite le tombeau du sire Eudes d’Arguel († 1245), chevalier, et de deux au moins de ses fils, Pierre († 1291), trésorier du chapitre, et Jacques († 1287), damoiseau118. Cette chapelle est choisie au XVe siècle par des dignitaires ou des chanoines d’importance, désireux de rendre visibles leurs tombeaux. Il s’agit notamment de Pierre Myot († mars 1433), originaire du diocèse d’Autun, archidiacre de Luxeuil, chanoine de Besançon, de Rouen et de Beauvais119. Le texte de son épitaphe cite les titres universitaires du chanoine ; il indique en effet : Hic jacet vir venerandus discretus et sapiens magister Petrus Myoty mag (is) ter. in jurisprudentia et baccalarius in sacra theologia canonicus et archidiac (on) us. de Luxovio in eccl(es) ia. Bisuntina qui obiit die IVa martii M CCCC XXXIII120. Jean Beaupère († 5 mai 1463), l’un des conseillers du duc de Bourgogne et l’un des juges de Jeanne d’Arc, trésorier du chapitre et chanoine de Paris, Sens, Beauvais, Rouen, Lisieux, Laon, élit sa sépulture au même endroit121. C’est cependant le chanoine Étienne Tolet († 4 septembre 1456), inhumé dans le tombeau de maître Pierre de Salins dit Pignaz, mort près d’un demi-siècle auparavant, en 1394, qui connaît une forme de célébrité posthume122. Cette tombe sert de repère dans le Livre des anniversaires rédigé au XVe siècle ; par exemple, Hugues de Velleguindry († janvier 1321) est réputé reposer ad caput Tolleti123. Étienne Tolet était un musicien distingué, comme le précise son épitaphe ; celle-ci porte en effet : Ven (erabilis) vir Stephanus Toleti p (res) b (it) er. canonicus ecclesie Bisunt (inensis) in musica apprive eruditus ordinavit dum viveret corpus suum cum ab eodem executa fuisset anima hic inhumari qui obiit die IV septembris anno M CCCC LVI124.

  • 125 U. Robert, Testaments t. II, p. 85.
  • 126 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 339, n° 64. L’épitaphe comporte une prière au Christ : Christe fi (...)
  • 127 Tombe de Thiébaud de Faucogney († 1301), doyen ; Hours, p. 227, n° 17 ; Doc. inédits, t. IX, p. 23, (...)
  • 128 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 338, n° 58. Eudes de Clerval, né à Besançon, appartient à une fam (...)
  • 129 U. Robert, Testaments, t. II, p. 216, n° 229.
  • 130 Tombe d’Étienne Chambard († 1467) ; Documents inédits, t. IX, p. 91, n° 677. Tombe de Jean Bourjaud (...)

34L’itinéraire des processions se trouve jalonné de tombeaux. Dès l’entrée de l’église, au pied de « l’ymage » de saint Étienne, gisent plusieurs chanoines dont le doyen Léon de Nozeroy († 1434), Jean de Châtenois († 1440)125 et Hugues Gazel († 1458)126. Dans leurs déambulations, les religieux marquent des stations auprès d’autels qui sont eux-mêmes bordés d’inscriptions funéraires appelant à la prière et au souvenir. C’est le cas près de l’autel de Notre-Dame127 et de la chapelle Sainte-Madeleine. Le chantre Odet de Clerval († 1451) a élu sa sépulture près de cette dernière, tout en se faisant représenter en robe rouge sur un tableau placé à proximité128. Le chanoine Philippe Jacotet († 1500) demande en 1498 à être inhumé à ses côtés129. Cinq tombes canoniales entourent les fonts baptismaux placés à proximité du transept du côté de Saint-Maimbœuf130.

  • 131 Tombe de Jean de Montjustin († 1387) ; Hours, p. 164, n° 266 ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 33 (...)
  • 132 Tombe de Guillaume Rigobert († 1509) ; Hours, p. 118, n° 757 ; Documents inédits, t. IX, p. 95, n°  (...)
  • 133 Tombe d’Eudes de Choye († v. 1359) ; Hours, p. 189, n° 13 ; Documents inédits, t. IX, p. 15, n° 62  (...)
  • 134 La connaissance des textes sacrés est diffusée chez tous les prêtres par l’obligation de la lecture (...)
  • 135 Hours, p. 142, n° 139 ; Documents inédits, t. IX, p. 92, 695 ; p. 139, n° 1539 ; J. Gauthier, « Ins (...)
  • 136 Tombe de Jean Crapillet ou d’Annoire († 1422) ; Hours, p. 154, n° 59 ; Documents inédits, t. IX, p. (...)
  • 137 Tombe de Jean d’Usier ; Documents inédits, t. IX, p. 35, n° 180. La dévotion à la Vierge de pitié e (...)
  • 138 Documents inédits, t. IX, p. 20, n° 79. En septembre 1458, à la demande de ce sous-chantre et du ch (...)

35Les abords du chœur attirent un grand nombre de sépultures canoniales. C’est vrai du lavabo où les célébrants se lavent les mains avant l’office131, du pilier des orgues132 ou du pilier auquel sont enchaînés les bréviaires133. Ces ouvrages sont destinés à la célébration liturgique ; ils contiennent tout le propre de l’office, y compris les lectures des matines, ce qui est rendu possible par une réduction de la taille des pièces, procédé d’où il tire son nom. Même succincts, ils sont souvent de très gros volumes, ce qui oblige généralement à les diviser en une partie d’hiver et une autre, d’été134. À cet endroit repose notamment le chanoine Jacquemin Crolet († 1478). Son épitaphe forme une adresse au Christ, libellée en ces termes : Christe redemptor mundi miserere famuli tui JAQUEMINI CROLETI PR(ESBYTE) RI. HUJ(US) INSIGNIS ECCLESIE CAN(ONICI) QUI OBIIT XXIII JUNII ANNO D(OMI)NI M CCCC LXXVIII. L’historien Jules Gauthier a noté au XIXe siècle que « deux fragment importants de cette tombe où le défunt était représenté en chasuble avec aumusse existent dans le casernement à droite du Front-royal (Citadelle) »135. À proximité du revestiaire que l’on gagne depuis la chapelle Sainte-Marie-Majeure reposent plusieurs autres chanoines136. Des inhumations se font près de la Vierge de Pitié ou prope ymaginem Pietatis, qui est signalée dès 1343137. Cette image douloureuse cherche à provoquer un sentiment d’émotion religieuse, à susciter des images intérieures qui aident à la prière et à la contemplation. Le sous-chantre Jean Belon y élit sa sépulture en 1487138.

  • 139 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 331, n° 19 ; Documents. inédits, t. IX, p. 92, n° 691.
  • 140 Tous ces tombeaux ont disparu ; il ne subsiste plus que le dessin de celui de Quentin Ménard ; cf. (...)
  • 141 Documents inédits, t. IX, p. 22, n° 80. Ces chanoines sont au nombre de six ; ils sont chargés à to (...)
  • 142 J.-J. Chifflet, Vesontio, p. 596.
  • 143 Ibid., p. 599.
  • 144 Tombes de Jean de Montjustin († 1422) ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 337, n° 50 (« à l’entrée (...)
  • 145 Hours, p. 127, n° 450 ; Documents inédits, t. IX, p. 90, n° 650 ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. (...)

36Près du Crucifix et de l’autel Saint-Étienne situés à l’entrée du chœur, les chanoines marquent une « station » ; c’est ici que se trouvent les tombes des doyens Henri de Faucogney († 1329) et Hugolain Folain († 1475)139. Le chœur est lui-même réservé aux archevêques dont les tombeaux de marbre, décorés d’arcatures et de pleureurs, les figurent en plein relief140. Ils sont rangés près du grand-autel. Hugues de Vienne (1333-1355) gît près du banc des chanoines semainiers : Jacet juxta scamnum in quo sedent ebdomadarii ad majus altare141. Du côté droit, celui de l’épître, se trouvent Louis de Montbéliard (1361-1362)142 et, sous un « insigne monument », le cœur de Gérard d’Athies (1391-1404)143. Ce dernier a attiré les sépultures de plusieurs chanoines144. Parmi celles-ci figure la tombe de Hugues Armenier († 1453) dont l’épitaphe ne va pas sans évoquer le courant mystique, (avant la lettre puisque ce mot n’existe pas au Moyen Âge). Trois vers qui font allusion à « l’échelle des péchés » peuvent renvoyer à ce courant qui encourage le développement d’une vie spirituelle individuelle, qui passe par un combat quotidien contre les tentations diaboliques. Ces vers sont les suivants : Hec est scala peccatorum / per quam Chr (is) tus. rex celorum / ad se traxit omnia145.

  • 146 Hours, n° 234 et n° 681, p. 139 et p. 149. Cf. A. Castan, « Notice sur les tombeaux des archevêques (...)
  • 147 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 340-341, n° 69.
  • 148 Cf. A. Castan, « Notice sur les tombeaux des archevêques de Besançon Thiébaud de Rougemont et Quent (...)

37Le plus remarquable des monuments du chœur est celui de l’archevêque Quentin Ménard (1439-1462). Ce tombeau correspond au modèle des mausolées de la Chartreuse de Dijon, destinés à la famille ducale de Bourgogne. Sa construction fut dirigée par les deux neveux de l’archevêque, les chanoines Jacques et Jean de Chappes, qui reposent à proximité146. Leur dalle funéraire les représente en vêtements sacerdotaux, chasuble et aube, avec l’écu de leurs armoiries. Au-dessus de cette tombe, une « pierre carrée joignant la porte du chœur » donne à lire une inscription qui célèbre leur mémoire147. L’historien Auguste Castan décrit en ces termes le tombeau du prélat, selon lui « le plus luxueux que renfermait… la basilique de Saint-Étienne » : « La statue en albâtre, avec sa parure pontificale, était coloriée et représentait le défunt endormi, la tête sous un dais d’architecture. Le tombeau proprement dit avait sa base et sa corniche en marbre noir : entre les deux régnait, sur fond de marbre noir, une série d’arcatures en marbre blanc, dont chaque travée abritait une figurine d’albâtre. Ces figurines, au nombre de sept sur chacune des grandes faces et probablement de trois sur chacun des petits côtés, représentaient, sous leurs divers costumes, les ecclésiastiques qui composaient le cortège de l’archevêque défunt. […] Le tombeau porte les armoiries du défunt, sur des écussons et des médaillons. En août 1463, une délibération du chapitre autorise le déplacement derrière le maître-autel du monument de Gérard d’Athies, qui occupait jusque là, du côté de l’Épître, le devant de l’autel ; l’emplacement devenu libre est assigné au monument de Quentin Ménard »148.

38La polarisation du chœur, dont ce tombeau est significatif, accompagne une forme de hiérarchisation et de spécialisation des espaces au sein de l’église.

Vers une hiérarchisation et une spécialisation de l’espace funéraire : les tombes du « Bas-Clergé », marguilliers, Chapelains et sous-chantres

  • 149 Documents inédits, t. IX, p. 91, n° 671 ; U. Robert, t. I, p. 115. Il est cité en 1443-1446 dans le (...)
  • 150 Documents inédits, t. IX, p. 93, n° 716 ; p. 95, n° 741.
  • 151 Documents inédits, t. IX, p. 119, n° 1187 ; p. 124, n° ; p. 127, n° 1325 ; p. 128, n° 1332 ; p. 131 (...)
  • 152 Documents inédits, t. IX, p. 52, n° 325.
  • 153 Documents inédits, t. IX, p. 89, n° 640 et p. 119, n° 1188 (sous le prénom Jean).

39Le XVe siècle marque le début d’une hiérarchisation et d’une spécialisation de l’espace funéraire. Le cloître tend alors à devenir, comme c’est le cas dans d’autres cathédrales, notamment à Saint-Maurice d’Angers, un espace funéraire dévolu au clergé du « bas-chœur ». Les chapelains de Saint-Étienne, devenus très nombreux, y sont inhumés. C’est le cas par exemple de Vauchier Gonnet († v. 1463), curé de Saint-Hippolyte de Velotte dans la banlieue bisontine et chapelain de Saint-Étienne, enterré devant la fenêtre de la chapelle Saint-Martin149. Les tombes des chapelains Guillaume Jeune († 21 mars 1496) et Guillaume Jeune dit Minor († 4 avril 1507) sont placées à proximité de la statue de saint Thiébaud : prope imaginem S. Theobaldi a parte capellae S. Martini erectam150. C’est aussi dans le cloître que se trouve le tombeau des marguilliers, comme l’indiquent les archives du chapitre : in claustro S. Stephani juxta tumulos matriculariorum151. Cette hiérarchisation n’est pas encore nettement marquée aux XIVe et XVe siècles, comme le prouvent les exemples de Nicolas, matricularius mort en 1316, inhumé dans la chapelle de Sainte-Marie-Madeleine152 et de Jacques du Clos († 1437), marguillier de Saint-Étienne, enterré devant l’autel de Saint-Agapit153.

  • 154 L’union des deux chapitres Saint-Jean et Saint-Étienne en 1253 a préservé les deux offices de sous- (...)
  • 155 Sur la localisation de cette chapelle, cf. Documents inédits, t. IX, p. 43, n° 240.
  • 156 Plusieurs membres de la famille noble de Cicon détiennent l’office de sous-chantre, dont Pierre de (...)

40L’espace situé à proximité des portes de l’église devient quant à lui au cours de la période moderne le lieu d’inhumation collective des sous-chantres154. Il est possible que la chapelle Saint-Hippolyte, située dans le collatéral du côté nord (celui qui regarde la pente), constitue le lieu de ce tombeau155. Dans cette chapelle, fondée par le sous-chantre Jean de Cicon († 1340), sont inhumés trois de ses successeurs durant les XIVe-XVe siècles156. À côté se trouve la chapelle Sainte-Geneviève où reposent d’autres sous-chantres. Il reste que durant la période médiévale, comme le montre le tableau ci-dessous les sépultures des sous-chantres demeurent dispersées dans les différentes chapelles.

Tableau n° 3 : Les lieux d’inhumation des sous-chantres

Date du décès

Nom

Office

Lieu de sépulture

Références

1273

Gui de Chilley

sous-chantre

St-Vincent

Hours, p. 105, n° 278 ; Doc inédits, t. IX, p. 72, n° 495

1321

Hugues de Velleguindry

sous-chantre de St-Étienne

St-Michel

Hours, p. 135, n° 229 ; Doc. inédits, t. IX, p. 12, n° 32

1340

Jean de Cicon

sous-chantre de St-Étienne

St-Hippolyte

Hours, p. 152, n° 62 ; Doc. inédits, t. IX, p. 29, n° 129 ; p. 123, n° 1255

1340

Eudes de Vy le jeune

sous-chantre de St-Jean

St-Hippolyte

Hours, p. 191, n° 95 ; Doc. inédits, t. IX, p. 31, 145 ; p. 45, n° 261

1341

Jean de Varenes

sous-chantre de St-Étienne

Ste-Geneviève (f°ndée in porticu ecclesie)

Hours, p. 176, n° 875 ; Documents inédits, t. IX, p. 83, n° 586

1343

Jean de Gouhenans

sous-chantre de St-Jean

St-Maimbœuf

Doc. inédits, t. IX, p. 51, n° 311

1378

Guillaume de Frasne

sous-chantre de St-Étienne

Jacet ante portale a parte magnorum graduum ecclesie/ Jacet ante portam ecclesie

Hours, p. 113, n° 285 ; Doc. inédits, t. IX, p. 31, n° 143 ; p. 124, n° 1268

1395

Hugues d’Aigremont

sous-chantre de Saint-Jean

église paroissiale St-Jean-Baptiste, à côté de la tombe maternelle

U. Robert, p. 520, n° 123

1417

Jean Jobert

sous-chantre de Saint-Jean

St-Martin au cloître

Hours, p. 159, n° 78 ; Doc. inédits, t. IX, p. 122, n° 1229

1432

Nicolas de Vouglans

sous-chantre de St-Jean puis chanoine

Cloître

Hours, p. 186, n° 300

Doc. inédits, t. IX, p. 35, n° 181

Renaud de Lombart

sous-chantre de St-Jean

près de la porte du chœur du côté de St-Agapit

8 juin 1437

Gilles Grusignot

sous-chantre de St-Jean

St-Hippolyte

Hours, p. 84, n° 240 ; Doc. inédits, t. IX, p. 43, n° 239.

1444

Jean Garnier, de Gy

sous-chantre de St-Jean

St-Maimbœuf

Doc. inédits, t. IX, p. 89, n 646

14 août 1455

Jean Beauchamp, de Jussey

sous-chantre de St-Étienne

près de la porte du chœur, du côté du revestiaire (revestiarum)

Hours, p. 160, n° 549 ; Doc. inédits, t. IX, p. 90, 652 ; p. 131, n° 1395

1480

Guillaume Chaumonnet

sous-chantre de St-Jean

St-Nicolas

Doc. inédits, t. IX, p. 92, n° 697

1488

Jean Belon

sous-chantre de St-Étienne

Près de la Pieta, à l’entrée du chœur

Doc. inédits, t. IX, p. 139, n° 1539

24 février 1507

Hector Jantet

sous-chantre de St-Jean puis chanoine

Trois Rois

Hours, p. 121, n° 752 ; Doc. inédits, t. IX, p. 94, 739 ; p. 121, n° 1222

41Les chanoines du chapitre métropolitain choisissent avec soin le lieu de leur sépulture dans la cathédrale Saint-Étienne. Ces tombes s’inscrivent dès lors dans une temporalité et dans un espace particuliers. Elles en deviennent des éléments à part entière et reçoivent tout le bénéfice de cette intégration. En même temps, elles contribuent par la qualité des textes épigraphiques ou par la somptuosité des tombeaux à accroître la beauté à l’église, et par là même elles participent du service divin et de la louange à Dieu. Les sépultures dépassent ainsi leur fonction commémorative pour devenir des instruments de glorification.

Notes

1 O. G. Oexle, « Memoria, Memorialüberlieferung », Lexikon des Mittelalters, VI, Munich-Zürich, 1993, col. 510-513 ; Idem (dir.), Memoria als Kultur, Göttingen, 1995, (Veröff. des Max-Planck-Instituts für Geschichte, 121).

2 La première sépulture dans la cathédrale Saint-Jean n’intervient pas avant 1670, lors de l’abandon de Saint-Étienne ; cf. B. de Vregille, Hugues de Salins, archevêque de Besançon (1031-1066), Lille, Atelier de reproduction des thèses, 1983, t. II, p. 1060, n. 218. Lorsque Saint-Étienne est démolie en 1674, de nombreuses tombes, dont celles des comtes de Bourgogne et des archevêques, sont relevées et transférées à Saint-Jean. C’est vrai aussi des reliques et notamment de celle du saint Suaire dont l’ostension attire de grandes foules, et des œuvres d’art.

3 J.-J. Chifflet, Vesontio, civitas imperialis libera Sequanorum metropolis, traduction et notes de J. Girardot, introduction de B. de Vregille, Besançon, 1988 (réédition de l’édition originale de 1618 à Lyon – cité désormais : Vesontio).

4 J. Gauthier, « Recueil des inscriptions de la cathédrale Saint-Étienne de Besançon, compilé par J. Chifflet, abbé de Balerne (1659) », Bulletin de l’Académie de Besançon, 1880, 1881, p. 322-373 (cité désormais : J. Gauthier, « Inscriptions »).

5 Obituaire du chapitre métropolitain de Besançon (XIe-XVIIIe siècles), éd. J. Gauthier, J. de Sainte-Agathe, Mémoires et documents inédits pour servir à l’histoire de la Franche-Comté publiés par l’Académie de Besançon, t. IX, 1909, p. 1-192 (cité désormais : Documents inédits, t. IX). Peu de testaments de chanoines bisontins sont publiés ; cf. U. Robert, Testaments de l’Officialité de Besançon, t. 1, Paris, 1902 ; t. 2, Paris, 1907 (cité désormais : U. Robert, Testaments).

6 H. Hours, Fasti ecclesiae gallicanae. Répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines des diocèses de France de 1200 à 1500, t. 4, Diocèse de Besançon, 1999 (cité désormais : Hours). La documentation disponible permet de connaître la localisation à Saint-Étienne de 65 sépultures médiévales.

7 Ce n’est pas vrai pour tous les chapitres cathédraux ; par exemple, dans leurs testaments, les chanoines de Saint-Maurice d’Angers laissent le soin de choisir leur lieu de la sépulture dans la cathédrale à leurs confrères, par la mention « Au bon plaisir de Messieurs de l’Église d’Angers » ; cf. Fr. Comte, « Les lieux de sépultures de la cathédrale Saint-Maurice d’Angers (XIe-XVe siècles) », Inhumations et édifices religieux au Moyen Âge entre Loire et Seine, Publications du CRAHM, 2004, p. 77-78.

8 U. Robert, Testaments, t. I, p. 442, n° 89.

9 Ibid., p. 487, n 104.

10 Documents inédits, t. IX, p. 93, n° 710 ; Hours, p. 224, n° 491.

11 À titre d’exemple, Étienne de Crosey († v. février 1345), curé d’Orchamps-Vennes, fils du seigneur Philippe de Crosey, n’est pas inhumé conformément à sa volonté : alors qu’il souhaitait être enterré dans son église, devant l’autel, il l’est dans celle de Crosey, dans la sépulture familiale. Cf. J. Girard, Les grandes terres montagnonnes de Vennes, 1982, p. 71 ; U. Robert, Testaments, p. 179 ; p. 380-381 ; p. 420.

12 Le prix de cette pierre tombale n’est pas indiqué dans les testaments des chanoines ; celui de l’écuyer Renaud de Montdoré mentionne une pierre tombale d’une valeur de 4 florins (Besançon, Bibliothèque d’Étude et de Conservation, ms. 1211, f° 67-68).

13 U. Robert, Testaments, t. II, p. 85, n° 172.

14 Ibid., t. II, p. 216, n° 229.

15 L. Delobette, « Ac fuit in cruciata contra Turcos. Besançon, Rome, Constantinople : itinéraire du chanoine Hugolin Folain († 1476) », dans La Franche-Comté à la charnière du Moyen Âge et de la Renaissance, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2003, p. 129-159.

16 U. Robert, Testaments, t. II, p. 216, n° 229.

17 D. Alexandre-Bidon, « Le corps et son linceul », À réveiller les morts. La mort au quotidien dans l’Occident médiéval, Presses universitaires de Lyon, 1993, p. 185.

18 En 1299, Boniface VIII par la bulle Detestande feritatis interdit le partage du corps, avec entrailles, cœur et os séparés de la chair et disséminés en plusieurs lieux de sépulture différents ; cf. Elizabeth Brown, The Monarchy of Capetian France and Royal Ceremonial, Aldershot, Variorum, 1991.

19 Besançon, Bibliothèque d’Étude et de Conservation, coll. Chifflet, ms. 1, f° 102.

20 Documents inédits, t. IX, p. 16, n° 67 ; Hours, p. 190, n° 183. Odet de Nant est l’oncle de Jean de Nant († 7 octobre 1426), docteur en droit canon, conseiller du roi de France et du duc de Bourgogne, chanoine de Rouen, de Bayeux, de Besançon et d’Évreux, promu archevêque de Vienne puis évêque de Paris. Il existe depuis 1253 cinq archidiacres au chapitre métropolitain : outre le grand archidiacre ou archidiacre de Besançon, ceux de Gray, Salins, Luxeuil et Faverney.

21 Hours, p. 65 ; Documents inédits t. IX, 1909, p. 16, n° 70 et p. 56, n° 342.

22 Selon Danièle Alexandre-Bidon, « (au Moyen Âge) l’homme ordinaire reposait nu sous son linceul » ; cf. Eadem, « Le corps et son linceul », À réveiller les morts. La mort au quotidien dans l’Occident médiéval, op. cit., p. 195.

23 U. Robert, Testaments, t. II, p. 85, n° 172.

24 U. Robert, Testaments, t. I, p. 487, n° 104.

25 U. Robert, Testaments, t. II, p. 85, n° 172.

26 U. Robert, Testaments, t. II, p. 216, n° 229.

27 L. Gollut, Mémoires historiques de la république séquanoise, 1593, rééd. Arbois, 1846, col. 63.

28 Archives départementales du Doubs, G 531.

29 Histoire de Besançon, des origines à la fin du XVIe siècle, publiée sous la direction de Claude Fohlen, Paris, 1964. p. 541.

30 1er mars 1305 : mandement de la comtesse à Eudes de Liesle, son chapelain, de remettre au chapitre de Besançon, 30 charges de sel « pour haide de lor mostier de Saint Estene…, lequel a esté ars » ; Archives départementales du Pas-de-Calais, A 51.

31 Histoire de Besançon, Cl. Fohlen (dir.), op. cit., p. 541 ; R. Fiétier, La Cité de Besançon de la fin du XIIe au milieu du XIVe siècle. Étude d’une société urbaine, Lille-Paris, 1978, p. 85-86 (cité désormais : La Cité de Besançon).

32 Archives départementales du Doubs, G 252. Sur l’église Saint-Étienne, cf. B. de Vregille, Hugues de Salins, op. cit., p. 564-565 ; R. Fiétier, La Cité de Besançon, t. 1, p. 82.

33 J. Gauthier, « Étude archéologique sur la cathédrale Saint-Étienne de Besançon », Bulletin archéologique, 1900, p. 458 (cité désormais : J. Gauthier, « Cathédrale »).

34 Les casati étaient les vassaux de l’Église de Besançon pour certains fiefs. Ils étaient quatre familles, celles des comte de Bourgogne, des sires de Montfaucon, des vicomtes de Besançon et des Abbans. Ils devaient l’hommage à l’archevêque et étaient inhumés dans l’église Saint-Étienne ; cf. Chanoine H. Clère, Les Casati de l’église Saint-Étienne de Besançon, Besançon, 1924. Sur ces inhumations privilégiées, cf. L. Delobette, « Les casati de la cathédrale Saint-Étienne, XIe-XIIIe siècles », La Ville et l’Église du XIIIe à la veille du concile de Trente, Regards croisés entre Comté de Bourgogne et autres principautés, Besançon, Poligny, 18 et 19 novembre 2005, Presses universitaires de Franche-Comté, 2008, p. 113-144.

35 Documents inédits, t. IX, p. 70, n° 473.

36 Besançon, Bibliothèque d’Étude et de Conservation, coll. Chifflet, ms. 1, f° 103.

37 Simon de Vienne est le fils d’Agnès de Bourgogne et de Philippe de Vienne ; sa carrière ecclésiastique se trouve sans doute favorisée par son oncle l’archevêque de Besançon Hugues de Chalon (1301-1312) ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 330, n° 12 ; Hours, p. 218, n° 228 ; R. Fiétier, La Cité de Besançon, p. 1539.

38 J.-J. Chifflet, Vesontio, p. 563-564. Étienne, archevêque élu de Besançon († le 11 juin 1193 avant d’être consacré), est le fils de Gérard, comte de Vienne et de Mâcon, sire de Salins.

39 Sur ces tableaux (1, 82 m x 0, 92 m), cf. L. Delobette, « Les casati de la cathédrale Saint-Étienne », loc. cit., p. 134, n. 85.

40 Marguerite de Blois, fille de Thibaud de Champagne, comte de Blois et d’Alix de France, elle-même fille de Louis VII et d’Aliénor d’Aquitaine, épouse d’abord le poète Huon d’Oisi († 1189/1190), châtelain de Cambrai et vicomte de Meaux, le premier auteur de chansons en langue d’oïl. Veuve d’Othon I en 1201, elle est par la suite remariée à Gautier d’Avesnes.

41 Ce jubé en charpente peinte et dorée a été établi à la fin du XIVe siècle et remplacé à l’époque moderne ; cf. J. Gauthier, « Cathédrale », p. 459.

42 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 335, n° 40.

43 Documents inédits, t. IX, p. 50, n° 307.

44 Documents inédits, t. IX, p. 57, n° 346.

45 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 348-349, n° 107. Anne de Joux et Jacques Jouffroy sont figurés en bronze sur leur tombe ; sur le bord de la robe de la dame est gravée la devise : « Tout prendra fin. Qui fera bien bien treuvera ».

46 Documents inédits, t. IX, p. 105, n° 963.

47 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 348-349, n° 107.

48 Hours, p. 105, n° 278 ; Documents inédits, t. IX, p. 72, n° 495 et p. 135, n° 1466.

49 Hours, p. 137, n° 327 ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 330, n° 15.

50 R. Fiétier, La Cité de Besançon, p. 937, a noté que les Chilley gardent malgré la réforme grégorienne le contrôle de l’archidiaconé de Granges (jusqu’à sa disparition en 1253), ce qui atteste de liens étroits.

51 Hours, p. 123, n° 94 et n° 77 ; Documents inédits, t. IX, p. 38, n° 204 et p. 68, n° 458.

52 Hours, p. 174, n° 57 et p. 174, n° 803 ; Documents inédits, t. IX, p. 14, n° 53.

53 Documents inédits, t. IX, p. 51, n° 319.

54 Hours, p. 118, n° 90 ; Documents inédits, t. IX, p. 42, n° 238.

55 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 336, n° 47.

56 Cf. L. Delobette, « Les casati », loc. cit., p. 119-120.

57 J. Gauthier, « Épitaphes inédites recueillies au XVIIIe siècle dans les églises de Besançon et de la région », Annuaire du Doubs, 1900, p. 36, n° 6 ; cf. aussi n° 5, 7, 8 et 9.

58 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 331, n° 22.

59 Idem, ibidem.

60 U. Robert, Testaments, t. I, p. 487, n° 104 ; s’il meurt à Gray, il souhaite être inhumé dans son église, dans la tombe d’un précédent curé, Aymon dit Joseph († ap. 1308) : Et si contingat me in Grayaco decedere, sepulturam meam eligo ante magnum altare dicti loci in fovea et sub lapide discreti viri quondam domni Aymonis dicti Joseph, ejusdem ecclesie quondam curati. Cf. Hours, p. 173, n° 622.

61 Hours, p. 161, n° 91 ; Documents inédits, t. IX, p. 92, n° 687 (décès au 2 déc. 1474) ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 343, n° 77.

62 Hours, p. 147, n° 457 ; Documents inédits, t. IX, p. 93, n° 707 ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 344, n° 86. Une grande fresque de l’histoire de Job couvrait le « flanc gauche » de la chapelle Saint-Michel dans le transept ; cf. J. Gauthier, « Cathédrale », p. 459.

63 Hours, p. 139, n° 151 ; Documents inédits, t. IX, p. 92, n° 698 ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 343, n° 82.

64 Selon J. Gauthier, « Cathédrale », p. 459, le retable et les deux statues ont été préservés de la destruction en 1674 et apportés à la cathédrale Saint-Jean.

65 Archives départementales du Doubs, G 193 ; 7 décembre 1531.

66 Archives départementales du Doubs, G 193 ; 19 juin 1528.

67 Le chef de saint Agapit se trouve placé depuis 1050 dans le grand autel de Saint-Étienne, avec plusieurs autres reliques qui y ont déposées par le pape Léon IX. Après la destruction de Saint-Étienne en 1674, la relique de saint Agapit est placée à Saint-Jean, dans le reliquaire en forme de buste d’argent qui contenait la tête de saint Calybite. Ces reliques disparaissent en 1794.

68 B. de Vregille, Hugues de Salins, op. cit., t. II, p. 1250 et n. 12.

69 La plupart des tombes des archevêques plus récents se trouvent en réalité dans l’abside principale, mais la chapelle Saint-Agapit, chœur de l’église primitive, a dû constituer le « cimetière » de nombreux anciens archevêques ; cf. Bernard de Vregille, Hugues de Salins, op. cit., t. II, p. 1250-1251 et n. 13.

70 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 331, n° 17 ; Hours, p. 84, n° 245 ; Documents inédits, t. IX, p. 14, n° 57.

71 Il lègue une rente de 15 livres estevenantes assignées à Salins sur les revenus du moulin et du four situés derrière la maison (ou « aule ») de Jean de Chalon-Arlay, plus 60 sols assignés sur une vigne et sur des cens perçus à Salins ; Archives départementales du Doubs, G 248.

72 Il fonde trois anniversaires à Saint-Étienne et lègue au chapitre notamment une arche, un calice et des channettes. Cf. Hours, p. 128, n° 128 ; Documents inédits, t. IX, p. 92, n° 688 et p. 127, n° 1320 ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 342, n° 75.

73 U. Robert, Testaments, t. II, p. 194 ; É. Clerc, « Mémoire sur l’abbaye de Montbenoît et sur les Carondelet, premiers restaurateurs de l’art en Franche-Comté », Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Besançon, 1867, p. 32-34 ; D. Grisel, « Les statuts des communautés rurales (XVe-XVIIe siècles) », La Franche-Comté à la charnière du Moyen Âge et de la Renaissance, 1450-1550, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2003, p. 190.

74 J.-J. Chifflet, Vesontio, p. 609.

75 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 342, n° 75.

76 Hours, p. 159, n° 163 ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 333, n° 32.

77 Mémoire des morts et géographie tumulaire : les tombes des chanoines du chapitre métropolitain de Besançon, Hours, p. 129, n° 141 ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 333, n° 33. Il est inhumé devant l’autel et « l’image Saint Étienne ».

78 Hours, n° 159, p. 157 ; Documents inédits, t. IX, p. 17, n° 73. Jean de Gy est procureur de l’archevêque Guillaume de Vergy (1371-1391) ; Archives municipales de Besançon, BB 2, f° 39. Il cumule les bénéfices, comme chanoine, curé de Magny et doyen rural de Faverney.

79 Hours, p. 167, n° 247 ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 337, n° 51.

80 Hours, p. 116, n° 242 ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 337, n° 52.

81 Hours, p. 84, n° 195 ; Documents inédits, t. IX, p. 90, n° 662.

82 Hours, p. 115, n° 115 ; Documents inédits, t. IX, p. 92, n° 700.

83 À dater de 1430, des statuts capitulaires réservent les prébendes canoniales aux nobles ou aux gradués en droit civil ou en droit canon ou bien maîtres ès-arts.

84 Hours, p. 114, n° 150 ; Documents inédits, t. IX, p. 90, n° 661 ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 340, n° 66.

85 Ibid., p. 457.

86 J.-J. Chifflet, Vesontio, p. 587. La traduction de ces vers est la suivante : « Naguère évêque de Chalon et de Crysopolis / Maintenant cendre, je gis ici. Cy gît le Père de Chrysopolis, digne du Ciel / Évitant le faste, pieux, priant, chaste de corps / De mœurs excellentes. / Que bienheureux il règne sans fin. Amen. » ; cf. J.-J. Chifflet, Vesontio, op. cit., p. 641, n. 37. Le tombeau de Guillaume de la Tour, apporté à la cathédrale Saint-Jean après 1674, a été fondu en 1793.

87 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 329, n° 9.

88 J. Gauthier, ibid., p. 342, n° 74 ; cf. Hours, p. 187, n° 668. La tombe du chambrier Eudes de Belmont-lès-Dole († 1358) est également en langue vernaculaire.

89 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 338, n° 57.

90 Hours, p. 196, n° 133 ; Documents inédits, t. IX, p. 34, n° 175 ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 334, n° 36. Pierre Chapuis œuvre au service de l’approvisionnement de la cour pontificale en Avignon ; le chanoine de Chalon, Jean Rousset, chargé des approvisionnements dans les pays bourguignons, l’a en effet comme auxiliaire de 1370 à 1380 environ ; cf. Histoire de Besançon, sous dir. Cl. Fohlen, Besançon, 1964, p. 475. Pierre Chapuis lègue à la chapelle Saint-Antoine de son église d’Arinthod un manuscrit du Roman de la Rose ; U. Robert, Testaments, Introduction, t. I, p. 76 et p. 240.

91 Hours, p. 96, n° 434 ; Documents inédits, t. IX, p. 94, n° 728. À sa mort, le 5 décembre 1419, l’archevêque Thiébaud de Rougemont (1405-1429) conteste la validité du testament du défunt, parce que ce dernier était né de l’union illégitime d’un séculier promu aux ordres sacrés et d’une moniale : or, les archevêques héritent selon la coutume des biens des bâtards d’ecclésiastiques. Cf. U. Robert, Testaments, p. 92 ; p. 205 ; Archives départementales du Doubs, G 178, f° 59 ; G 186, f° 6 ; 1 H 18.

92 Hours, p. 229, n° 452 ; Documents inédits, t. IX, p. 93, n° 703 et n° 706 ; p. 139, n° 1537.

93 Hours, p. 140, n° 158 ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 336, n° 46 ; Documents inédits, t. IX, p. 89, n° 631.

94 Hours, p. 108, n° 31 ; Documents inédits, t. IX, p. 127, n° 1328.

95 Hours, p. 86, n° 447 ; Documents inédits, t. IX, p. 89, n° 641.

96 Hours, p. 168, n° 442 ; Documents inédits, t. IX, p. 78, n° 551.

97 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 337-338, n° 55.

98 Depuis l’union des chapitres en 1253, les chanoines utilisent la salle capitulaire de Saint-Jean.

99 Documents inédits, t. IX, p. 137, n° 1511. R. Fiétier, La cité de Besançon, p. 1478. Le recrutement des confrères de Saint-Martin se fait principalement au sein des familiers de Saint-Étienne.

100 Par la naissance, par la fortune et par la puissance qui en découle, Jean de Corcondray reste très marqué par ses origines seigneuriales ; cf. Hours, p. 153, n° 38 ; Documents inédits, t. IX, p. 22, n° 81 ; R. Fiétier, La cité de Besançon, p. 1135-1138.

101 J.-J. Chifflet, Vesontio, p. 592 ; l’auteur ajoute que mention est faite de cette chapelle par « Aimoin, liv. 5, chap. 25 », ce qui renvoie à l’ouvrage Aimoni monachi inclyti coenobii D. Germani a pratis, Libri quinque de Gestis francorum, Paris, 1603, p. 310, où il est question du partage du royaume carolingien de Lothaire entre les deux frères de ce dernier ; à Charles le Chauve sont accordées Sanctam Mariam in Bisintionio (sic) et Sancti Martini in eodem loco. Cette dernière est en réalité l’abbaye royale de Saint-Martin de Bregille.

102 Hours, p. 101, n° 153 ; Documents inédits, t. IX, p. 34, n° 176 ; R. Fiétier, La cité de Besançon, p. 1561.

103 Hours, p. 120, n° 741 ; Documents inédits, t. IX, p. 93, n° 714. À la mort de Guillaume Veelet († 10 juillet 1493), originaire de Saint-Hippolyte, la municipalité de Besançon procède à la vente des biens du défunt, de naissance illégitime. Les gouverneurs ont réclamé, dès le 15 juillet 1493, « la succession du chanoine batard Veelet au nom du seigneur comte de Bourgogne ». Parmi les objets vendus figurent au moins vingt-trois livres. Certains titres témoignent de la dévotion du défunt, telle la Vita Christi composée par le Chartreux Ludolphe de Saxe (vers 1300-1378). Un Sophologium sapiencie figure parmi les ouvrages.

104 Hours, p. 145, n° 735 ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 347, n° 101.

105 Hours, p. 158, n° 161 et p. 186, n° 300 ; Documents inédits, t. IX, p. 15, n° 63 et p. 89, n° 636. Lorrain d’origine, ancien chanoine de Saint-Anatoile de Salins et scelleur de l’officialité, Jean Henri est séchal du chapitre en 1438.

106 Hours, p. 125, n° 418 ; Documents inédits, t. IX, p. 124, n° 1273.

107 Hours, p. 213, n° 186 ; Documents inédits, t. IX, p. 10, n° 16 ; p. 118, n° 1164. Richard d’Ornans est le fils de Jean Philibert d’Ornans, écuyer.

108 Hours, p. 138, n° 634 ; Documents inédits, t. IX, p. 123, n° 1254 (sous le prénom Hemericus). Reçu chanoine par collation apostolique en 1440, il est dispensé de résidence en 1441-1459.

109 J.-J. Chifflet, Vesontio, p. 165. Il s’agit de la famille noble de Scey-en-Varais.

110 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 328, n° 3.

111 Hours, n° 120 ; Documents inédits, t. IX, p. 44, n° 250 ; R. Fiétier, La Cité de Besançon, p. 1543.

112 Hours, p. 209, n° 119 ; Documents inédits, t. IX, p. 39, n° 219.

113 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 330, n° 13 ; Hours, p. 125, n° 401.

114 Hours, p. 196, n° 617 ; Documents inédits, t. IX, p. 43, n° 245. Jean de Scey († 1306), chevalier, institue une chapelle à l’autel des Saints-Pierre-et-Paul ; cf. Documents inédits, t. IX, p. 83, n° 588.

115 Cf. R. Fiétier, La Cité de Besançon, p. 689. Jacques le Maçon, frère de Pierre, fils de Jean, est cité à dater de 1231. Les membres de cette famille ont un statut particulier, peut-être de ministériaux, en tout cas de vassaux épiscopaux qui les rapproche beaucoup plus du milieu des petits nobles et des ministériaux. Ils sont en outre très attachés à Jean de Chalon, comte de Bourgogne et sire de Salins († 267).

116 Documents inédits, t. IX, p. 80, n° 565.

117 Cf. Hours, p. 203, n° 190 ; Documents inédits, t. IX, p. 134, n° 1446. Pierre Prophète est cité dans le compte des décimes du diocèse en 1275 ; cf. J. Calmette et É. Clouzot, Pouillés des provinces de Besançon, Tarentaise et Vienne, coll. Recueil des Historiens de la France, Paris, 1940, p. 11. En 1277, il vend une vigne sise à Clametigney, à l’est de Besançon, à Henri de Scey, archidiacre de Besançon ; Archives départementales du Doubs, G 330.

118 Hours, p. 193, n° 71. Dans son testament de 1291, Pierre d’Arguel élit sa sépulture cum patribus et antecessoribus meis ; il souhaite y faire transférer la dépouille de son frère Jacques, mort en 1287 : adiciens etiam quod ossa domini Jacobi quondam fratris mei aponantur una nobiscum in ecclesia predicta Sancti Stephani […] ; cf. Archives départementales du Doubs, G 235.

119 Hours, p. 201, n° 9.

120 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 337, n° 54.

121 Hours, p. 169, n° 28 ; Documents inédits, t. IX, p. 91, n° 672.

122 Documents inédits, t. IX, p. 49, n° 295 ; Hours, p. 225, n° 215.

123 Documents inédits, t. IX, p. 12, n° 32.

124 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 225, n° 215.

125 U. Robert, Testaments t. II, p. 85.

126 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 339, n° 64. L’épitaphe comporte une prière au Christ : Christe fili dei miserere mei.

127 Tombe de Thiébaud de Faucogney († 1301), doyen ; Hours, p. 227, n° 17 ; Doc. inédits, t. IX, p. 23, n° 92. Tombe de Jean de Fouvent († 1305) ; Hours, p. 155, n° 408 ; Documents inédits, t. IX, p. 11, n° 22. Tombe de Jacques d’Orgelet († 1368) ; Hours, p. 141, n° 92 ; Documents inédits t. IX, p. 64, n° 419. Tombe de Renaud Perrucet († 1395) ; Hours, p. 212, n° 187 ; Documents inédits, t. IX, n° 625, p. 88. Tombe de Pierre Laymaria († 1407) ; Hours, p. 200, n° 165 ; Documents inédits, t. IX, p. 132, n° 1421. Tombe de Hugues de Ville෧ e († 1422) ; Hours, p. 136, n° 253 ; Documents inédits, t. IX, p. 75, n° 521 ; p. 137, n° 1508. Tombe de Guillaume Crapillet († 1458) ; Hours, p. 112, ° 138 ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 339, n° 62 ; Hours, Répertoire prosopographique, p. 340, n° 65. Tombe de Bernardin Labouquet († 1518) ; Documents inédits, t. IX, p. 124, n° 1276. Bernardin Labouquet, chanoine, vicaire général et curé de Gy, fonde en 1517 l’office de saint Bernardin et offre à l’Église de Besançon une statuette en argent contenant les reliques de Bernardin de Sienne († 1444), son saint patron, canonisé en 1450 ; Archives départementales du Doubs, G 188.

128 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 338, n° 58. Eudes de Clerval, né à Besançon, appartient à une famille noble ; il est le fils de Pierre de Clerval et d’Alix Vauchard. Licencié en droit civil, il est reçu au chapitre métropolitain en 1417 ; il est chantre en 1431 et vicaire général en 1433. Il joue un rôle actif dans les affaires régionales ; en août 1436, quand le duc René d’Anjou emprunte à son cousin Louis de Chalon, prince d’Orange, 15 000 francs de monnaie blanche ayant cours en Bourgogne destinés au paiement de sa rançon, il s’engage à restituer la somme à Besançon, en l’hôtel de maître Oudet de Clerval (« Clervaux »), chantre de Saint-Jean, le jour de Noël de la même année. À dater de 1425, Eudes de Clerval est le curé de Seurre. Il refuse en 1440 et en 1449 de payer les droits de procuration dus à l’archevêque pour sa visite pastorale. Il est suspendu par le prélat en 1449 ; le curé en appelle au tribunal apostolique qui le déboute. Eudes de Clerval est finalement contraint par un mandement daté de Gy le 24 mars 1450 à verser seize florins et six gros tournois pour chaque visite. Selon un auteur du XIXe siècle, le mandement a été cancellé de six coups de canif ; cf. A. Lecoy de La Marche, Le Roi René, sa vie, son administration, Paris, 1875, p. 120 ; H. de Poligny, La Franche-Comté ancienne et moderne, Besançon, 1857, t. I, p. 351 ; Abbé Morey, Notes historiques sur les curés de campagne du VIIe au XVIIe siècle, Besançon, 1866, p. 19.

129 U. Robert, Testaments, t. II, p. 216, n° 229.

130 Tombe d’Étienne Chambard († 1467) ; Documents inédits, t. IX, p. 91, n° 677. Tombe de Jean Bourjaud († 1473) ; Documents inédits, t. IX, p. 92, n° 690. Tombe d’Odet de Vienne († 1475) ; Documents inédits, t. IX, p. 92, n° 690. Tombe de Pierre Martin († 1476) ; Documents inédits, t. IX, p. 92, n° 692. Tombe de Jean Rivet († 1493) ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 344, n° 87.

131 Tombe de Jean de Montjustin († 1387) ; Hours, p. 164, n° 266 ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 331, n° 31.

132 Tombe de Guillaume Rigobert († 1509) ; Hours, p. 118, n° 757 ; Documents inédits, t. IX, p. 95, n° 744 ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 348, n° 105. Son épitaphe est la suivante : Sub hoc lapide quiescit ven (erabilis). vir dominus Guillelmus Rigoberti can (onicus). Bisunt (inus). prior incommendatus de Voisey, curatus de Collas [= Coulans] et de Bonay qui obiit IXa aprilis M D IX. À l’extrémité de l’église, le chanoine Simon de Fraisans († 1468) est inhumé près du « trésor des archives » ; Documents inédits, t. IX, p. 91, n° 678. Ce chanoine comparaît en juillet 1468 devant les gouverneurs de Besançon, parce que le feu a pris dans sa maison « tellement que l’on sonna à l’effroy par toute la cité » ; lui est demandée l’amende encourue en tel cas, soit 10 livres estevenantes ou 12 paires de « soillaz » (ou seaux). Le 9 décembre 1468, comme il se trouve alité, il est sommé d’expulser de son domicile une femme suspecte ; il refuse en affirmant que cette femme est sa propre fille et que ses affaires domestiques ne regardent pas le chapitre. Il meurt le 26 décembre 1468 ; cf. Archives départementales du Doubs, G 181-184 ; Archives municipales de Besançon, BB 7, f° 77.

133 Tombe d’Eudes de Choye († v. 1359) ; Hours, p. 189, n° 13 ; Documents inédits, t. IX, p. 15, n° 62 et p. 50, n° 308.

134 La connaissance des textes sacrés est diffusée chez tous les prêtres par l’obligation de la lecture quotidienne du bréviaire. Cette obligation est imposée par un décret du concile de Bâle ; dans la XXIe session, le 9 juin 1435, il est décidé que les heures canoniales doivent être récitées en commun ; cf. Dictionnaire de droit canonique, sous la dir. de R. Naz, Paris, t. 2, col. 1083. Sans doute les prêtres trop pauvres pour posséder un bréviaire personnel consultent-ils l’exemplaire qui se trouve dans l’église ; cette pratique est attestée dans la cathédrale de Rouen : les prêtres viennent lire leurs heures dans les livres du revestiaire ou derrière le grand autel, ce qui gêne les chanoines ; cf. V. Tabbagh, Le Clergé séculier du diocèse de Rouen à la fin du Moyen Âge (1359-1493), Thèse pour le doctorat d’État, Paris IV, 1988, 3 vol., t. II, p. 487.

135 Hours, p. 142, n° 139 ; Documents inédits, t. IX, p. 92, 695 ; p. 139, n° 1539 ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 343, n° 78.

136 Tombe de Jean Crapillet ou d’Annoire († 1422) ; Hours, p. 154, n° 59 ; Documents inédits, t. IX, p. 34, n° 174. Tombe de Jean Beauchamp, de Jussey († 1455) ; Hours, p. 160, n° 549 ; Documents inédits, t. IX, p. 90, n° 652 ; p. 131, n° 1395. Tombe de Pierre Salomon († 1456) ; Hours, p. 205, n° 449 ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 39, n° 61.

137 Tombe de Jean d’Usier ; Documents inédits, t. IX, p. 35, n° 180. La dévotion à la Vierge de pitié et au Christ mort, signe d’une sensibilité à la parole des ordres mendiants qui prônent le culte de la Passion du Christ et de la compassion de sa mère, apparaît donc assez tôt dans le diocèse de Besançon.

138 Documents inédits, t. IX, p. 20, n° 79. En septembre 1458, à la demande de ce sous-chantre et du chanoine Pierre Grossetête, le compositeur Guillaume Dufay ou du Fay († 27 novembre 1474) donne une « consultation musicale » au chapitre métropolitain. Il s’agit de prouver que « l’antienne : O quanta exultatio angelicis turmis est du deuxième ton et non du quatrième, comme quelques-uns voulaient le soutenir ». Cf. A. Castan, « Le compositeur musical Guillaume du Fay à l’église Saint-Étienne de Besançon en 1458 », Mémoires de la Société d’Émulation du Doubs, t. 3, Besançon, 1878, p. 322-329.

139 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 331, n° 19 ; Documents. inédits, t. IX, p. 92, n° 691.

140 Tous ces tombeaux ont disparu ; il ne subsiste plus que le dessin de celui de Quentin Ménard ; cf. A. Castan, « Notice sur les tombeaux des archevêques de Besançon Thiébaud de Rougemont et Quentin Ménard », Mémoires de la Société d’Émulation du Doubs, 1880, p. 431-449.

141 Documents inédits, t. IX, p. 22, n° 80. Ces chanoines sont au nombre de six ; ils sont chargés à tour de rôle, pendant la semaine, de dire la messe, de chanter l’Évangile et l’Épître.

142 J.-J. Chifflet, Vesontio, p. 596.

143 Ibid., p. 599.

144 Tombes de Jean de Montjustin († 1422) ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 337, n° 50 (« à l’entrée du chœur près de la porte à la tête du tombeau de Gérard d’Athier »). Tombe de Jean Comte († 1462) ; Documents inédits, t. IX, p. 91, n° 667. Tombe d’Antoine de Roche († 1483) ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 344, n° 84.

145 Hours, p. 127, n° 450 ; Documents inédits, t. IX, p. 90, n° 650 ; J. Gauthier, « Inscriptions », p. 339, n° 60.

146 Hours, n° 234 et n° 681, p. 139 et p. 149. Cf. A. Castan, « Notice sur les tombeaux des archevêques de Besançon Thiébaud de Rougemont et Quentin Ménard », loc. cit., p. 448 et n. 1. Le choix du lieu retenu pour ce tombeau a été discuté entre ces deux chanoines et une commission ad hoc, réunie en août 1483.

147 J. Gauthier, « Inscriptions », p. 340-341, n° 69.

148 Cf. A. Castan, « Notice sur les tombeaux des archevêques de Besançon Thiébaud de Rougemont et Quentin Ménard », loc. cit., p. 449. La pose fut faite dans la seconde quinzaine de juillet 1464.

149 Documents inédits, t. IX, p. 91, n° 671 ; U. Robert, t. I, p. 115. Il est cité en 1443-1446 dans le censier de la petite séchallerie du chapitre métropolitain, parce qu’il doit le cens pour deux vignes ; Archives départementales du Doubs, G 295, f° 1 v° et 65 v° ; f° 65 v°. Le chapelain Simon de Vaites est inhumé devant la chapelle Saint-Martin en 1343 ; Documents inédits, t. IX, p. 25, n° 106.

150 Documents inédits, t. IX, p. 93, n° 716 ; p. 95, n° 741.

151 Documents inédits, t. IX, p. 119, n° 1187 ; p. 124, n° ; p. 127, n° 1325 ; p. 128, n° 1332 ; p. 131, n° 1399 ; p. 137, n° 1506 ; p. 138, n° 1531 : jacet in claustro S. Stephani juxta matricularios / Jacet in claustro juxta sepulturam matriculariorum, etc. Il existe deux marguilliers, un par cathédrale ; leurs charges ressemblent à celles des sacristains contemporains : ils ont la charge des objets précieux de l’église, parent les autels, préparent les chapes, allument les lampes et font sonner les cloches.

152 Documents inédits, t. IX, p. 52, n° 325.

153 Documents inédits, t. IX, p. 89, n° 640 et p. 119, n° 1188 (sous le prénom Jean).

154 L’union des deux chapitres Saint-Jean et Saint-Étienne en 1253 a préservé les deux offices de sous-chantres, un par cathédrale. Au XVe siècle, les sous-chantres cessent d’être chanoines prébendés, au prétexte qu’ils ne pouvent à la fois vaquer aux affaires du chapitre et à celles du chœur. Sur l’emplacement du tombeau collectif : Jacet ante foras ecclesie S. Stephani juxta succentores ; Documents inédits, t. IX, p. 132, n° 1410. Cf. aussi : Obiit dominus Johannes de Fraxino, presbiter. - Sepultus juxta tumulum succentorum et ante portam ecclesie S. Stephani ; Documents inédits, t. IX, p. 127, n° 1316.

155 Sur la localisation de cette chapelle, cf. Documents inédits, t. IX, p. 43, n° 240.

156 Plusieurs membres de la famille noble de Cicon détiennent l’office de sous-chantre, dont Pierre de Cicon dit Broux de noix († 1285), sous-chantre de Saint-Jean et Kalet de Cicon († 1314), sous-chantre de Saint-Étienne.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search