Version classiqueVersion mobile

La mémoire à l’œuvre

 | 
Caroline Cazanave

Première section. Sanctuariser la memoria

Reliques et mémoire

Anne Wagner

Texte intégral

  • 1 Vie des Pères du Jura, Sources Chrétiennes, Cerf, 1968, p. 405.
  • 2 D. Iogna-Prat, « Le lieu de culte dans l’Occident médiéval entre sainteté et sacralité (IXe-XIIIe s (...)
  • 3 Cité de Dieu, XXII, VIII-IX.
  • 4 M. Moliner, « La basilique funéraire de la rue Malaval à Marseille (Bouches-du-Rhône) » Gallia, 63  (...)
  • 5 C. Treffort, « Des sarcophages réels aux légendes épiques : réflexions autour d’une archéologie lit (...)
  • 6 E. Bozóky, La politique des reliques de Constantin à Saint Louis : protection collective et légitim (...)
  • 7 J.Cl. Schmitt, « Le territoire des corps » in De l’espace aux territoires, la territorialité des pr (...)

1La relique est par excellence objet de mémoire, puisqu’elle est la matérialisation de la présence du saint. Ainsi, si l’abbé Oyend, qui dormait sous un arbre, vit s’approcher les apôtres Pierre, André et Paul, c’est que leurs reliques sont amenées dans son monastère1. Transformation radicale de la sensibilité, le culte des saints attache le sacré à des corps morts. Ceux-ci, rejetés hors de la ville antique, sont devenus un point de focalisation du sacré chrétien, car les lieux où des reliques sont conservées, reliant terre et ciel, créent une géographie, le saint sacralisant le lieu de son installation. Après 313, on construit des basiliques dans les cimetières, la vertu des saints se manifeste là où reposent leurs reliques, qui procurent santé aux vivants et salut aux morts, d’où le désir de l’inhumation ad sanctos. Le souvenir du saint est concrétisé dans la memoria. Le corps du saint et l’espace qu’il occupe sont sacrés2. Autour de 420, saint Augustin défend le pouvoir miraculeux des reliques3. Celles-ci sont souvent des brandea – poussière grattée du tombeau, de la cire, du vin ou de l’huile répandus sur le tombeau – ce qui permet au pèlerin d’emporter la protection du saint et de dédicacer des autels4. La relique étant le support de la mémoire, sa disparition risque d’entraîner l’oubli. Grégoire de Tours5 raconte le sort du corps d’Ursin, évangélisateur du Berry : « on l’ensevelit dans un champ au milieu des autres sépultures de la population. On ne savait pas encore dans ce pays vénérer les prêtres du Seigneur et leur montrer le respect qui leur est dû. Il s’ensuivit que le niveau du terrain s’éleva, on y planta de la vigne, et le peuple déracina ainsi tout souvenir du premier évêque de la ville ». E. Bozoky a montré que les reliques sont des marqueurs du pouvoir6 et que leurs translations consacrent des territoires, le reliquaire transporté en procession sacralisant l’espace7. La mémoire est reconstruite dans le cadre d’affirmation identitaire et de stratégies de pouvoir. Les collections de reliques – et leur présentation à travers les reliquaires – sont des manifestations matérielles de la mémoire de lignées aristocratiques et des communautés ecclésiastiques et éclairent leurs revendications identitaires.

La mémoire des princes

  • 8 V. Reinburg, « Remembering the saints », in Memory in the Middle Ages, N. Netzer – V. Reinburg (éds (...)
  • 9 Vita Fursei, AA SS Janv. II, ch. III, § 17.

2La possession des reliques8 est un moyen d’affirmation, ce qui explique la passion avec laquelle les puissants les ont collectées. Erchinoald, maire de Neustrie, protège l’irlandais Fursy et fonde le monastère de Péronne ; le saint fonde aussi Lagny en Brie où il meurt, en 650. Erchinoald voyant que les reliques du saint, mort hors de son domaine, risquent de lui échapper s’écrie : « rendez moi mon moine ! » ; comme il se heurte au duc Haimon puis au comte de Laon, on met le corps sur un chariot tiré d’abord par deux bœufs, puis par des enfants afin que le saint détermine son lieu d’inhumation : Erchinoald gagne et Péronne accueille les restes du saint9.

  • 10 B. Misonne, « Gérard de Brogne et sa dévotion aux reliques », Sacris Erudiri, 25, 1982, p. 1-26 ; G (...)
  • 11 J. Schneider, « Charlemagne et Hildegarde, conscience dynastique et tradition locale », in Actes du (...)
  • 12 P. Bertrand – Ch. Meriaux, « Cambrai-Magdebourg : les reliques des saints et l’intégration de la Lo (...)
  • 13 S. Weinfurter, Heinrich II, Herrscher am Ende der Zeiten (1002-1024), Ratisbonne, 1999, p. 262-65.
  • 14 R. Folz, Le souvenir et la légende de Charlemagne dans l’Empire germanique médiéval, Paris, 1950, p (...)

3Arnoul de Flandres, descendant des Carolingiens par Judith, fille de Charles le Chauve, choisit Saint-Pierre de Gand comme lieu d’inhumation de sa dynastie. Vers 940, il fait appel à Gérard de Brogne pour restaurer cet établissement et, profitant de ses conquêtes, rassemble une collection de reliques, dont celles de saint Wandrille de Fontenelle, tenu pour un parent des Carolingiens ; il fait rédiger vers 960 la Sancta prosapia domni Arnulfi comitis gloriosissimi qui inclut Wandrille parmi ses ancêtres10. C’est aussi la mémoire carolingienne qui est illustrée dans l’abbaye Saint-Arnoul de Metz, où les reliques du saint évêque, ancêtre des Carolingiens, sont déposées en 1167 dans une châsse ornée de représentations évoquant les empereurs, de Charlemagne à Frédéric Barberousse et des rois de France, de Charles le Chauve à Louis VII11. Les Ottoniens collectionnent des corps saints pour leurs fondations : pour Magdeburg, Otton I en fait venir d’Italie, obtient de Rodolphe de Bourgogne des reliques des martyrs d’Agaune, d’Auxerre la tête de Justin, d’Artaud de Reims les corps de Timothée et Apollinaire et demande à Fulbert de Cambrai les corps de Géry et Aubert12 ; Henri II obtient pour Bamberg un ensemble de reliques qui reflète l’image d’un empire universel13 ; de même, la revendication par Saint-Emmeran de Ratisbonne de la possession des reliques de Denis est présentée comme une preuve de la translatio imperii14.

  • 15 D’après la translation (BHL 7526), Richilde a obtenu les reliques au Mans grâce à l’évêque et en me (...)
  • 16 Béatrice de Bar († 1076), fille de Frédéric II de Lorraine et de Mathilde de Souabe, épouse en 1037 (...)
  • 17 J. Hourlier, Sainte Scolastique, Bar le duc, 1974. Chronique de Saint-Hubert d’Andage, MGH SS VIII, (...)
  • 18 Diplôme du 1er juin 1085.
  • 19 Gallia XIII, c. 338-39, qui reconnaît la libre élection de l’abbesse, confirme les biens, réserve l (...)
  • 20 Chroniques générales de l’Ordre de S. Benoist, composées en espagnol par le R.P. Dom Anthoine de Ye (...)
  • 21 Dans un reliquaire exagone on trouve la moitié du test de la sainte avec la machoire d’en haut en l (...)
  • 22 La ceinture aidait les femmes enceintes : une femme qui n’avait que des enfants morts-nés la porta (...)
  • 23 Chanoine Frussotte, « Un reliquaire de sainte Scholastique », Revue Bénédictine, 1898, p. 124-130.
  • 24 En 872, Charles le Chauve découvrit le corps de Dagobert II, roi d’Austrasie assassiné en 679 et fo (...)
  • 25 Vie de Remi, MGH, Script. rer. merov., t. ii, p. 259-262 ; AASS, 17 mai, t. IV, p. 35-36, avec add. (...)
  • 26 Successeur de Fursy à Lagny dont Forannan, abbé de Waulsort vers 968, fit venir les reliques, attes (...)
  • 27 Romaric, comte à la cour, moine à Luxeuil puis à Habendum (Remiremont), abbé en 628, et meurt en 65 (...)
  • 28 Spin, abbé de Bégoncelle. À sa mort, on trouve des gisements de sel qui attirent la population ce q (...)

4Pour étendre son influence sur l’ancien royaume de Lothaire II († 869), Charles le Chauve fonde Stenay dans la Woëvre et, vers 875, la reine Richilde fonde, sur des terres de sa famille, l’abbaye de femmes de Juvigny, pour laquelle elle obtient au Mans des reliques de Scolastique15. À la fin du Xe siècle, ce lieu est une place forte tenue par le duc Frédéric de Haute-Lotharingie. Béatrice16, fille de Frédéric, la donne à l’évêque Thierry de Verdun qui restaure le monastère vers 1046-86. L’abbesse Walburge, ancienne recluse de Verdun, a la révélation que les reliques de Benoît et de Scolastique sont dans un coffre cerclé de fer17. Thierry procède à leur reconnaissance. La réforme est confirmée par Henri IV18 et Urbain II19. L’abbesse Scolastique-Gabrielle de Livron, élue en 1608, morte en 1662, réforme le monastère. La reconnaissance des reliques eut lieu le 12 décembre 164220 : on trouve des reliques témoignant des origines du christianisme – celles des Apôtres, des Innocents, des Onze Mille Vierges – d’autres issues de la politique carolingienne de la fondation : Scolastique dont les ossements sont décrits avec une grande précision21, sa ceinture22… « son ciseau fait a l’antique comme des forces & une petite fiole de plomb qui peut avoir servi à mettre dedans quelque poussiere de terre beniste ou autre chose, sur laquelle il y a une inscription en caractères anciens grecques »23, des reliques de Benoît (la mâchoire avec six dents), de Dagobert24, liées à la fondation de Stenay, le cor de Charlemagne. On note aussi les preuves de l’intégration régionale de l’établissement puisqu’on trouve des reliques de Montan25 et d’Éloque26. La présence de saints vosgiens – Romaric27 et Spin28 – peut être liée à Mathilde de Toscane († 1115), mariée en 1071 au duc de Basse-Lotharingie Godefroy le Barbu, car elle soutint dans les Vosges la fondation de l’abbaye de chanoines réguliers de Saint-Pierremont et non loin de Stenay les débuts de l’abbaye d’Orval. Étonnamment, la réforme par Verdun n’a pas laissé de trace.

  • 29 M. McCormick, Origins of the European Economy. Communications and Commerce. AD 300-900, Cambridge U (...)
  • 30 J. Osborne, « Politics, diplomacy and the cult of relics in Venice and the northern Adriatic in the (...)
  • 31 BHL 7545 ; Odilon de Saint-Médard, qui écrivit ce récit au début du Xe siècle, explique que l’évêqu (...)
  • 32 A. Wagner, « Collection de reliques et pouvoir épiscopal au Xe siècle : l’exemple de l’évêque Thier (...)

5La relique concrétise des liens d’amitié et met en évidence des réseaux d’influence. Les trésors de reliques occidentaux du haut Moyen Âge reflètent les échanges persistant avec l’ancien empire romain (Asie mineure, Égypte, Afrique, Espagne) pendant la période mérovingienne29. Ces échanges continuent à l’époque carolingienne avec une nouvelle importance de Constantinople. L’empereur Nicéphore († 811) donne à Venise des reliques de saint Théodore30. Mais Rome devient le centre le plus important de distribution de reliques de martyrs et les puissants y obtiennent des corps saints : en 826, Hilduin de Saint-Médard de Soissons obtint d’Eugène II les reliques de Sébastien, la translation fait l’objet de processions marquant l’adoption du saint par sa nouvelle cité où il fait des miracles31. À l’époque ottonienne, nous l’avons dit, les reliques concrétisent l’Empire. Bruno de Cologne confie à la collégiale Saint-Martin, qu’il avait fondée, des reliques du martyr Élophe reçues de l’évêque Gérard de Toul, qu’il avait nommé à cet évêché. La possession de cette relique est une manifestation de son autorité archiépiscopale et de son pouvoir ducal32. Dans le même esprit, l’empereur Henri II fait venir pour Bamberg le corps de Félix de Metz après la rébellion et la défaite de son beau-frère, l’évêque Thierry II de Metz.

  • 33 Thibaud de Vermandois (1179-1186), prieur de Saint-Arnoult-de-Crépy, abbé de Cluny de 1179 à 1183, (...)
  • 34 Étienne de Boulogne (1163-1173) ; Louis VII (1131-1180).
  • 35 Philippe, fils de Thierry d’Alsace, hérita du Vermandois et du Valois par son mariage en 1159 avec (...)
  • 36 BHL 2319m, J. van der Straeten, « Translation d’un bras de S. Maximien, un des sept Dormants », Ana (...)

6Les circonstances politiques et les unions matrimoniales rapprochent la Flandre et le comté de Valois et expliquent les pérégrinations de reliques. Ainsi Thibaud, prieur de Crépy, futur abbé de Cluny et évêque-cardinal d’Ostie33, est envoyé à Constantinople traiter des affaires de Cluny ; il avait reçu de son abbé Étienne, des lettres du roi Louis34. Au retour, il visite la Terre Sainte, et « Thessalonique, où les corps des sept Dormants reposent dans une pauvre église, il fréquenta assidûment leur sanctuaire et prit l’habitude de prier dans leur église, au cours d’une de ses expéditions, il entre dans l’église et, alors que les gardiens ne se doutaient de rien, prit de ses propres mains des parties importantes des corps des saints. Puis rentre en France avec son pieux larcin. Ayant fait halte à Cluny, il y laissa la plus grande partie de ses reliques, puis il regagna l’église de son prieuré de Crépy. Peu après, comme en raison de ses affaires il était venu parler au noble Philippe35, comte de Flandre, il fit un détour par l’église de saint Vaast avec ses compagnons, nés à Arras et que nous connaissions et qui avaient été ses comparses dans l’enlèvement des reliques. Qu’il est bon de se souvenir de ce bon hôte et excellent ami… il nous raconta, avec quel plaisir et quel art, ses aventures d’au-delà des mers et nous promit de nous donner une partie des reliques qu’il avait chez lui. Aussitôt qu’il partit, deux de nos frères partirent à sa suite. En l’église de Crépy, nous reçûmes de ses mains vénérables le bras de saint Maximien, encore pourvu de ses chairs et rayonnant d’un merveilleux parfum. Et en l’an de Verbe incarné 1173, en la nativité des apôtres Pierre et Paul, nous l’avons apporté en l’église de saint Vaast. Peu de jours après nous l’avons placé dans un bras d’argent36. »

La mémoire du monastère

  • 37 R. Le Jan, « Mémoire, compétition et pouvoir : le manuscrit de la Vie de Mathilde de Toscane (Vat. (...)
  • 38 Vita § 26.
  • 39 C. Hahn, « The Voices of the Saints : Speaking Reliquaries », Gesta 36 (1997), p. 20-31.
  • 40 H. van Os, The Way to Heaven. Relics Veneration in the Middle Ages, Baarn, de Prom, 2000, ill. 100  (...)

7Quelles sont les parties du corps les plus valorisées ? Pour donner une relique à Atto de Canossa, qui construit en 961 un monastère où sa famille sera inhumée, l’évêque Godefrid de Brescia coupe un bras du saint évêque Apollonius et le sang en coule37. À Rome, Bernward d’Hildesheim s’empare d’un bras de saint Timothée dans la basilique de Saint-Paul hors les murs38. Les bras reliquaires, même s’ils ne contiennent pas de reliques de bras, permettent de bénir le peuple. À Essen, puissante abbaye de femmes, on prenait le bras de Basile pour prononcer la bénédiction finale de la messe39. Mais ce sont surtout les têtes qui intéressent. Pour rétablir la discipline à Moissac, l’évêque de Cahors fait appel aux clunisiens et, en 1048, Odilon désigne Durand de Bredon pour diriger cette abbaye. Il devient évêque de Toulouse en 1059, meurt en 1071, est enterré à Moissac ; il est déclaré saint à l’instigation de son successeur Ansquitil qui construisit le cloître40. Durand a légué son crâne pour que sa mémoire soit préservée, comme le dit l’inscription gravée sur le crâne et le décor paléo-chrétien qui l’accompagne inscrit sa réforme aux origines – la même politique explique le choix d’une iconographie antiquisante pour l’autel d’Hugues de Salins à Besançon.

  • 41 D. Planavergne, « De Jumièges à Tournus », Faire mémoire : souvenir et commémoration au Moyen Âge, (...)
  • 42 Y. Esquieu, « Bourg-Saint-Andéol, l’église de Saint-Andéol », Congrès archéologique de France, 1995 (...)

8Les reliques peuvent être des objets ayant été en contact avec le corps : celles de Philibert, abbé de Jumièges et de Noirmoutier († 685), ont connu une série de translations qui les mènent à Grandlieu en 819 jusqu’à Tournus en 875, dont les reliques ne repartent pas : Tournus devient le nouveau centre et de la communauté et du culte qui se déplacent avec les reliques41. Pourtant à Saint-Philibert de Grandlieu le sarcophage, même vide, reste objet de dévotion. C’est que les sarcophages, où les saints ossements ont séjourné, sont imprégnés de sacré, mais aussi parce qu’ils sont la preuve physique de l’ancienneté du culte et de l’authenticité des corps saints. Ainsi, quand l’évêque Bernoin de Viviers invente, au milieu du IXe s., le corps du martyr Andéol, sa preuve est la découverte d’un sarcophage ayant contenu le corps d’un petit garçon : c’est donc que, pour éviter la profanation des reliques, celles-ci ont été placées dans la tombe de cet enfant. L’époque carolingienne est en effet marquée par l’intérêt pour le culte des premiers martyrs. Au XIIe s., dans le cadre d’une relance du pèlerinage et de la construction de l’église romane desservie par les chanoines de Saint-Ruf, ont été ajoutées sur le sarcophage une inscription identifiant Andéol et les figures des saints Bénigne et Polycarpe (il y a une église Saint-Polycarpe dans cette localité), auxquels Andéol est associé d’après ses actes42.

  • 43 J. Lusse, Naissance d’une cité : Laon et le Laonnois du Ve au Xe siècle, PU Nancy, 1992. Inventaire (...)
  • 44 Dom R. Wyard, Histoire de l’abbaye de Saint-Vincent de Laon, écrite vers 1680, éd. en 1858, p. 17-1 (...)
  • 45 Attesté dans un fragment de martyrologe, Wyard, op. cit., p. 389.
  • 46 Patron primitif de l’église. La dent de saint Christophe était large d’un pouce, ce que le manuscri (...)
  • 47 Walfroy, stylite puis moine dans les Ardennes († 595) ; L. Pietri, « Un ascète stylite à l’œuvre da (...)
  • 48 Gérald (c. 1025-1095), né à Corbie, cellérier à l’abbaye, va en pèlerinage au Monte Gargano, au Mon (...)
  • 49 Frère de sainte Fare et de saint Faron et réputé fondateur de Saint-Vincent, il mourut en 638, son (...)
  • 50 Ceux de Cagnoald et de Jean Charpentier, abbé mort en 1538.
  • 51 Fondateur de l’abbaye de Nanteuil près de Coutances en Normandie. En 898, lors des raids vikings, s (...)
  • 52 Ermites écossaises martyres au IVe siècle, dont le corps fut reconnu en 1231 par l’évêque de Laon.
  • 53 Martyr légendaire de Valenciennes des débuts de l’époque carolingienne ; A.M. Helvétius, Abbayes, é (...)
  • 54 Ch. L. Hugo, Annales Praemonstratenses, t. 1, Nancy, 1734, p. 57 et 76.
  • 55 M. Melleville, Histoire de la ville de Laon et de ses institutions, Marseille, Laffitte reprints, 1 (...)

9La cathédrale de Laon43 possédait du lait et des cheveux de la Vierge, l’éponge de la Crucifixion, le linceul du Christ, un morceau de la Croix, des reliques des saints Innocents, de Célinie, Génébaud, Preuve, Montain et Béat. L’abbaye Saint-Vincent fut fondée au VIe siècle, par Childebert († 558), qui avait ramené d’Espagne des reliques de Vincent. En 936, Louis d’Outremer y reçut l’onction royale. En 948, l’évêque Roricon, demi-frère du roi, établit douze moines de Fleury et fait confirmer ce rétablissement, en 961, par un concile, en 975, par son neveu Lothaire. Cet établissement ancien et prestigieux table sur les références aux origines du christianisme (un morceau de la croix du Christ et de celle du bon larron, une épine de la couronne du Christ, de la paille sur laquelle le Christ a couché, une pièce du banc de la Cène44, un clou de la crucifixion45, une ceinture de la Vierge, un os de sainte Marie-Madeleine, des vêtements de sainte Marthe, la tunique de saint Jean évangéliste, le menton et un bras de saint Vincent, une dent de saint Christophe46, des reliques de Pierre, Cyr, Paul, Cosme et Damien, Marie l’Égyptienne, Étienne, Blaise, Barthélemy, Jacques, Grégoire, Zacharie, Clément, Pantaléon, Apollinaire, Clet, Corneille, Polycarpe et la lance avec laquelle Georges tua le dragon, Christine, Ursule) avec une réactualisation de la référence à Rome car l’abbé Anselme de Saint-Vincent devint évêque de Tournai en 1145 et obtient du pape Eugène des reliques dont il donna une partie à Saint-Vincent. Mais c’est surtout une mémoire à forte orientation monastique (le chef de Paul premier ermite, des reliques de Basile, Machaire, Walfroy47, un ossement de saint Benoît, un bras de Philibert, de Gérard fondateur de la Sauve-Majeure – qui pourtant n’avait pas résisté longtemps comme abbé de Saint-Vincent48) et locale : Cagnoald évêque de Laon49, qui y est enterré et dont la mémoire est rappelée par plusieurs objets : deux pontificaux, deux anneaux d’or50 qui servent pour aider les femmes à accoucher, Marcoul51, des martyrs Preuve et Grimonie52, Sauve53. Au contraire, Saint-Martin de Laon54 est un modeste établissement de clercs attesté au XIIe siècle et donné à Norbert de Xanten, fondateur de Prémontré, par l’évêque Barthélemy de Joux. Celui-ci nomma comme premier abbé Gautier, lequel ramena de Byzance un fragment de la Croix. Saint-Martin devint prestigieux et fonda plusieurs établissements. Ici, il n’y pas de reliques représentant la sainteté locale, outre celles des saints universels (un os de saint Barthélemy dans un bras d’argent), la plupart viennent des réseaux canoniaux : un os de saint Norbert et surtout le bras de Laurent, volé dans une abbaye prémontrée hongroise55.

La mémoire des évêques

  • 56 Vita Patrum, xvii, 4.
  • 57 Th. Head, « Art and artifice in Ottonian Trier », Gesta, 36 (1997), p. 65-82.

10Grégoire de Tours raconte qu’alors que la peste sévissait à Trèves sous l’évêque Nizier (Nicetius † après 560), on entendit une voix : « Que faire ici, compères ? À une porte, l’évêque Eucharius veille, à l’autre Maximinus monte la garde, au milieu se tient Nicetius : nous ne pouvons plus rien faire que laisser cette ville à leur protection. » Aussitôt le mal déclina56. Les évêques défunts gardent donc la cité au nord et au sud avec au centre l’évêque actuel. L’archevêque Egbert57, mécène intéressé, utilisa l’art et la mémoire des saints pour pousser Trèves au premier rang. Vers 980, il fit faire le bâton de saint Pierre dont les émaux représentent les évangélistes, puis Pierre, Eucher, Valère et Materne (trois évêques dont les reliques sont à Saint-Eucher), les apôtres, dix papes et dix archevêques, dont Egbert : il s’agit de célébrer à la fois l’origine apostolique et la succession épiscopale ; l’inscription identifie le bâton comme celui que Pierre donna à Eucher pour fonder l’évêché de Trèves. En 980, Bruno de Cologne avait fait faire un reliquaire dans le même esprit.

  • 58 Gesta, MGH SS VII, ch. 49, p. 483-484 ; Ch. Meriaux, « Sépultures, reliques et mémoire des évêques (...)
  • 59 M. Goullet, M. Gaillard et A. Wagner, « La Chronique de Saint-Mihiel », in Retour aux sources. Text (...)

11La cathédrale de Cambrai fut consacrée le 18 octobre 103058 ; les évêques défunts sont disposés autour de l’évêque Gérard : « Le bienheureux Géry, considéré comme le pontife suprême et le maître de cette pieuse consécration ; l’évêque et l’abbé Richard, tous deux magnifiquement vêtus, le portèrent avec la plus grande dévotion… Ils le placèrent sur le trône pontifical qu’il avait auparavant occupé. À ses côtés furent déposés les évêques Aubert, Vindicien et Hadulfe, qui avaient été les ministres de cette église, au milieu d’eux se trouvaient encore le bâton et les reliques de saint Vaast. Tout autour furent déposés, chacun selon son rang, les autres saints, les martyrs, les confesseurs et les vierges. C’est dans cet ordre qu’ils furent rangés et quiconque avait le sentiment des choses spirituelles, crut qu’ils participaient de tout leur zèle à cette sainte consécration ». Le corps épiscopal forme un tout, matérialisé par les reliques de ses membres, c’est ce qu’affirme la chronique de Saint-Mihiel : l’abbé Nanther, qui vient de s’emparer des reliques du pape Calixte, a une vision : « Il lui sembla voir tous les pontifes romains… dans la basilique Saint-Pierre, mais il manquait Calixte dont le siège restait vide et qu’on ne trouvait nulle part. À son réveil, il comprit le songe : Rome, ou plutôt l’Italie, avait perdu Calixte, que la Gaule avait accueilli et vénère, parée, grâce à ses mérites et ses prières, des prodiges de ses vertus et de miracles innombrables59 ».

  • 60 F. Heber-Suffrin – V. Trimbur, « Aménagements liturgiques des sanctuaires en haute Lotharingie VIII(...)

12À Metz, pour les fêtes, croix et éventails sont dressés derrière l’autel majeur. Au centre, est posé un reliquaire en forme de chapelle, autour duquel sont suspendus trois phylactères ; au-dessus sont placés le reliquaire des Apôtres et un vase d’argent contenant un morceau du bras de saint Étienne – patron de la cathédrale –, le bâton de saint Materne – apôtre de la province, réputé envoyé par saint Pierre. La superposition des reliques symbolise la protection dont jouit la cathédrale et la référence à Materne en prouve l’origine apostolique60.

  • 61 S. Henry, Les reliques de la cathédrale de Toul, maîtrise d’histoire, Nancy, 2002. H. Lepage, « Not (...)
  • 62 Donnée en 1436 par l’évêque Henri de Ville : Dans le thresor de ladicte église, pres l’autel de la (...)
  • 63 Obtenue par Pibon lors de son pèlerinage en Terre Sainte en 1085.
  • 64 Gérard avait obtenu de l’évêque de Metz un fragment de caillou de sa lapidation ; en 1540 le duc An (...)
  • 65 Une charte de Hugues des Hazards, évêque de Toul, du 25 octobre 1511, rapporte que ce prélat, en pr (...)
  • 66 Il avait été enterré à Bouxières-aux-Dames, sa fondation. Le 11 avril 1456, l’évêque Guillaume Filâ (...)
  • 67 D’après sa Vie, Gérard obtint de l’évêque de Troyes les reliques de sainte Apronie, réputée sœur de (...)
  • 68 Obtenue en 1629 par échange avec une relique de saint Gérard.
  • 69 M. Goullet, « Les saints du diocèse de Toul », in L’Hagiographie du haut Moyen Âge en Gaule du Nord (...)
  • 70 Le récit de la translation est déposé dans la nouvelle châsse : inspiré de Dieu et de saint Mansuy, (...)

13À Toul aussi les reliques témoignent de la continuité épiscopale. En 1662, le trésor de la cathédrale61 Saint-Étienne contenait diverses reliques du Christ, dont « la pointe du saint Clou qui est à Trèves62 », une parcelle de la Croix63, un « saint Étienne64 en corps entier vermeil doré gravé, enrichy de pierreries sur orfroit », le reliquaire de saint Gérard, celui de saint Amon65, celui de saint Gauzelin66, celui de sainte Apronie67, enfin la châsse des évêques (100x50x70cm), faite en 1510 pour Amon puis remaniée, avec couvercle en forme de cercueil, contenait les reliques du premier évêque, Mansuy68 présenté comme disciple de saint Pierre, et des quatorze saints qui lui ont succédé, ornée de statuettes les représentant. L’évêque Gauzelin (920-962) établit des moines dans l’église qui abritait le tombeau de Mansuy et Adson, écolâtre à Saint-Èvre écrivit la Vie du saint ainsi que des Miracles qui prouvent l’intérêt continu du saint pour son troupeau et ses pasteurs69. En 1026, Hermann, qui défendit son temporel contre les grands, éleva les restes de saint Amon depuis Saint-Mansuy, les plaça dans une châsse et les apporta dans sa cathédrale avec le cilice que l’évêque avait porté et ordonna que la fête de la translation soit célébrée le 22 octobre. En 1104, lors de translation de Mansuy par l’évêque Pibon, tout le diocèse est réuni autour du corps du premier évêque et de l’évêque en activité. Dans le contexte de la Querelle des Investitures, il faut rétablir la paix, réaffirmer l’autorité épiscopale et l’unité lors du synode rassemblant évêque, abbés, duc et tout le peuple dans la ville et dans la campagne. C’est une renaissance sous le signe de l’Esprit Saint (c’est la Pentecôte) comme le montrent les allusions au printemps, au soleil ; la translation du vieux reliquaire à la nouvelle châsse souligne la continuité. Le prétexte est de faire taire les bruits selon lesquels le corps de Mansuy n’était pas complet, ce qui inquiétait l’abbé Théomar (1079-1125) : l’intégralité des reliques, constatée, renforce la cohésion du diocèse70.

Conclusion

  • 71 I. Wood, « The Individuality of Gregory of Tours », in The World of Gregory of Tours, K. Mitchell – (...)
  • 72 H. Platelle, « Guibert de Nogent et le De pignoribus sanctorum », in Les reliques. Objets, cultes, (...)

14Le prestige des martyrs était tel qu’on n’hésitait pas à en découvrir, voire en forger, pour appuyer une politique, parce que la possession des reliques était source de prestige, de pèlerinages, de revenus. Néanmoins les évêques se méfient. Grégoire de Langres refusa d’abord de reconnaître Bénigne comme martyr, et de réparer sa sépulture pensant – sans doute à juste titre – que c’était la tombe d’un païen. Il tenta d’éradiquer le culte, il fallut un miracle et une vision pour le convaincre, bien que le sarcophage fût dans une ville associée à Grégoire, et que le culte bénéficiât à la famille de l’évêque71. Au XIIe siècle, Guibert de Nogent critique l’authenticité de la dent du Christ vénérée à Soissons ; plus généralement il s’élève contre la vénération abusive des reliques, au profit de la valorisation du culte eucharistique72.

  • 73 Vita Odilonis, PL CXLII, VII, 26 tali tunc temporis, ac deinceps per multos annos, incumbente miser (...)
  • 74 J. Gauthier – P. Brune, « Étude sur l’orfèvrerie en Franche-Comté du VIIe au XVIIIe siècle », Bulle (...)

15Enfin, notons que, si l’importance symbolique des reliquaires est grande, puisqu’ils sont la preuve de la sainteté de l’établissement, ils sont aussi des réserves monétaires potentielles et l’abbé Odilon de Cluny fit fondre le trésor pour nourrir les pauvres lors d’une famine, considérant, comme l’avait dit saint Laurent, que c’étaient eux le véritable trésor de l’Église73. Mais les priorités changent et, en 1477, les Cordeliers de Besançon remettent un reliquaire en argent de 14 marcs au gouverneur de Franche Comté destiné à la fonte « pour la défense du pays74 ».

Notes

1 Vie des Pères du Jura, Sources Chrétiennes, Cerf, 1968, p. 405.

2 D. Iogna-Prat, « Le lieu de culte dans l’Occident médiéval entre sainteté et sacralité (IXe-XIIIe siècles) », Revue de l’histoire des religions, 4 (2005), p. 463-480.

3 Cité de Dieu, XXII, VIII-IX.

4 M. Moliner, « La basilique funéraire de la rue Malaval à Marseille (Bouches-du-Rhône) » Gallia, 63 (2006), p. 131-136 ; la tombe est composée de grandes dalles de marbre, deux orifices percés sur les dalles de couverture sont prolongés par des tuyaux de bronze qui traversent le couvercle du sarcophage, aboutissant au-dessus des cercueils de plomb au niveau de la tête des défunts, un exutoire de bronze permettant de recueillir l’huile versée dans la tombe.

5 C. Treffort, « Des sarcophages réels aux légendes épiques : réflexions autour d’une archéologie littéraire », in De l’écrin au cercueil. Essais sur les contenants au Moyen Âge, D. James-Raoul et Cl. Thomasset (éds.), Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2007, p. 93-116 ; Grégoire de Tours, « À la gloire des confesseurs », MGH Script. rer. merov., I-2, p. 346-347.

6 E. Bozóky, La politique des reliques de Constantin à Saint Louis : protection collective et légitimation du pouvoir, Paris, Beauchesne, 2007.

7 J.Cl. Schmitt, « Le territoire des corps » in De l’espace aux territoires, la territorialité des processus sociaux et culturels au Moyen Âge, S. Boissellier (éd.), Brepols, 2010, p. 182-184.

8 V. Reinburg, « Remembering the saints », in Memory in the Middle Ages, N. Netzer – V. Reinburg (éds.), Chestnut Hill, MA Boston College Museum of Art, 1995, p. 18-32.

9 Vita Fursei, AA SS Janv. II, ch. III, § 17.

10 B. Misonne, « Gérard de Brogne et sa dévotion aux reliques », Sacris Erudiri, 25, 1982, p. 1-26 ; G. Declercq, « Entre mémoire dynastique et représentation politique. Les sépultures des comtes et comtesses de Flandre (879-1128) », in M. Margue (dir.), Sépulture, mort et représentation du pouvoir au Moyen Âge, Luxembourg, 2006, p. 321-372.

11 J. Schneider, « Charlemagne et Hildegarde, conscience dynastique et tradition locale », in Actes du colloque « Autour d’Hildegarde » Centre de recherches sur l’Antiquité tardive et le Haut Moyen age, U. Paris-X Nanterre, Cahier V-1987, p. 17.

12 P. Bertrand – Ch. Meriaux, « Cambrai-Magdebourg : les reliques des saints et l’intégration de la Lotharingie dans le royaume de Germanie au milieu du Xe siècle », Médiévales, 51 (2006), p. 85-96.

13 S. Weinfurter, Heinrich II, Herrscher am Ende der Zeiten (1002-1024), Ratisbonne, 1999, p. 262-65.

14 R. Folz, Le souvenir et la légende de Charlemagne dans l’Empire germanique médiéval, Paris, 1950, p. 107-10.

15 D’après la translation (BHL 7526), Richilde a obtenu les reliques au Mans grâce à l’évêque et en menaçant le Scot qui gardait les reliques. L’arrivée à Juvigny est commémorée le 8 juin (874) ; W. Goffard, « Le Mans, Sainte Scholastique and the literary tradition of the translation of St Benedict », Revue Bénédictine 77 (1967), p. 107-141 ; J. Hourlier, « La translation de sainte Scholastique à Juvigny », in Le culte et les reliques de saint Benoît et de sainte Scholastique, Saint-Benoît-sur-Loire, 1980.

16 Béatrice de Bar († 1076), fille de Frédéric II de Lorraine et de Mathilde de Souabe, épouse en 1037, elle, un fidèle de l’empereur, Boniface III († 1052) de Toscane. Elle est régente au nom de son fils, mais, à la mort de celui-ci, rentre en Basse-Lotharingie et en 1054, elle épouse son cousin Godefroy II duc de Basse-Lotharingie, plusieurs fois révolté. Henri enlève Béatrice et sa fille Mathilde pour les assigner à résidence. À la mort de Godefroy (1069), Béatrice revient en Toscane, et soutient Grégoire VII.

17 J. Hourlier, Sainte Scolastique, Bar le duc, 1974. Chronique de Saint-Hubert d’Andage, MGH SS VIII, p. 591-92.

18 Diplôme du 1er juin 1085.

19 Gallia XIII, c. 338-39, qui reconnaît la libre élection de l’abbesse, confirme les biens, réserve le ministère aux chanoines de Saint-Montan, garantit la révérence due à l’évêque.

20 Chroniques générales de l’Ordre de S. Benoist, composées en espagnol par le R.P. Dom Anthoine de Yepes… traduites en françois par le R.P. Dom Martin Rethelois, … Toul, A. Laurent ; S. Belgrand et J. Laurent, 1646-1684, 7 vol. ; vol. 4, p. 281-86.

21 Dans un reliquaire exagone on trouve la moitié du test de la sainte avec la machoire d’en haut en laquelle il y a encore quatre dents, l’autre machoire est dans un autre reliquaire et n’y a aucune dent. Dans un beau christal fut trouvé un bras de la sainte en chair et en os depuis le coude en bas lequel sans doute avait été trouvé vetu d’un bout de manche gauche d’une chemise de toile assez grosse et d’une tunique de serge noire sans teinture lesquelles se gardent encore dans le tresor. Dans un beau cristal fut trouvé un bras de la saincte en chair et en os depuis le coude en bas, lequel sans doute avait esté trouvé vestu d’un bout de manche gauche d’une chemise de toile assez grosse & d’une tunique de serge noire sans teinture, lesquelles se gardent encore dans le thresor. Dans un drap de soie qui fut tiré de la chasse, on y trouva les six grands os des deux cuisses et des deux jambes, les trois du bras droit, un autre du bras gauche et encor un autre rond qui semble estre la noix du coude.

22 La ceinture aidait les femmes enceintes : une femme qui n’avait que des enfants morts-nés la porta à l’issue d’un pèlerinage et son 9e enfant vécut (Yepes-Rethelois, op. cit., p. 284) ; la mère de Louis XIV la porta et remercia la sainte en construisant le Val de Grâce et fit don d’un tableau par Philippe de Champaigne : l’association avec les reines persiste.

23 Chanoine Frussotte, « Un reliquaire de sainte Scholastique », Revue Bénédictine, 1898, p. 124-130.

24 En 872, Charles le Chauve découvrit le corps de Dagobert II, roi d’Austrasie assassiné en 679 et fonda Saint-Dagobert près de Stenay, qui devint un prieuré de Gorze en 1069. R. Folz, « Tradition hagiographique et culte de saint Dagobert roi des Francs », Le Moyen Âge, LXIX (1963), p. 17-35 et C. Carozzi, « La vie de saint Dagobert de Stenay, histoire et hagiographie », Revue Belge de Philologie et d’Histoire, 72, 2 (1984), p. 225-258. Un manuscrit de la Vie comprend une généalogie carolingienne et des allusions à cette dynastie, qui s’expliquent, si le texte date du XIe siècle, par le fait que Godefroy se targuait de descendre de Carolingiens, mais peuvent, s’il date du IXe siècle, être destinés à ouvrir la Meuse à Charles le Simple.

25 Vie de Remi, MGH, Script. rer. merov., t. ii, p. 259-262 ; AASS, 17 mai, t. IV, p. 35-36, avec add. t. VIII, p. 800. D’après la Vie rédigée par Hincmar avant 882, la naissance de Remi a été annoncée par Montan, ermite aveugle, qui recouvra la vue après la naissance de Remi. Vers 427, Montan éleva deux chapelles, l’une au Valendon et l’autre à Iré-les-Prés – où il y eut une collégiale dépendant de Juvigny.

26 Successeur de Fursy à Lagny dont Forannan, abbé de Waulsort vers 968, fit venir les reliques, attestées dès 946 ; B. Misonne, « Les sources littéraires de la Vie de saint Eloque et les amplifications walciodoriennes de la translation », Revue bénédictine, 71, 1961, p. 338-365 ; A. Dierkens, Abbayes et chapitres entre Sambre et Meuse : VIIe-XIe siècles : contribution à l’histoire religieuse des campagnes du Haut Moyen Âge, Sigmaringen, 1985, p. 149-96.

27 Romaric, comte à la cour, moine à Luxeuil puis à Habendum (Remiremont), abbé en 628, et meurt en 653.

28 Spin, abbé de Bégoncelle. À sa mort, on trouve des gisements de sel qui attirent la population ce qui dérange les moines, à la prière d’Hidulfe les gisements se tarissent : « Nous savons aussi que tu sais comment et pourquoi nous avons abandonné le tumulte des peuples pour venir dans cette solitude. Nous te prions donc, toi qui jouis de la tranquillité, d’avoir pitié de nous qui sommes encore ballottés sur la route de la mort. Si nous sommes harcelés par la foule, nous nous éloignons de notre projet et, bien que ce soit par la grâce du Seigneur que ces bienfaits arrivent ici, nous craignons de grands périls pour nos âmes. Arrête donc les foules et implore pour nous le Seigneur afin que nous sentions sa grâce, que ces contraintes disparaissent et que nous puissions observer les vœux de notre profession ». En 1104, le corps fut transporté dans le prieuré de Belval (Vosges).

29 M. McCormick, Origins of the European Economy. Communications and Commerce. AD 300-900, Cambridge University Press, 2002, p. 283 sq.

30 J. Osborne, « Politics, diplomacy and the cult of relics in Venice and the northern Adriatic in the first half of the ninth century », Early Medieval Europe, 8 (1999), p. 369-86.

31 BHL 7545 ; Odilon de Saint-Médard, qui écrivit ce récit au début du Xe siècle, explique que l’évêque de Laon, jaloux, mit en doute l’authenticité des reliques jusqu’à ce que Sébastien lui apparaisse en songe ; P. Geary, Le vol des reliques au moyen âge, Paris, 1993, en part. p. 103-113 ; M. Caroli, « Bringing Saints to Cities and Monasteries : “Translationes” in the making of a sacred geography (ninth-tenth centuries) », in Towns and their territories between Late Antiquity and the Early Middle Ages, 2000, p. 259-274.

32 A. Wagner, « Collection de reliques et pouvoir épiscopal au Xe siècle : l’exemple de l’évêque Thierry 1er de Metz », Revue d’histoire de l’Église de France, 83 (1997), p. 317-341.

33 Thibaud de Vermandois (1179-1186), prieur de Saint-Arnoult-de-Crépy, abbé de Cluny de 1179 à 1183, créé cardinal par Alexandre III, évêque d’Ostie et légat en Allemagne. Ph. Racinet, « Le prieuré clunisien de Saint-Arnoul à Crépy-en-Valois (Oise) », Revue archéologique de Picardie 1 (1985), p. 121-31.

34 Étienne de Boulogne (1163-1173) ; Louis VII (1131-1180).

35 Philippe, fils de Thierry d’Alsace, hérita du Vermandois et du Valois par son mariage en 1159 avec Élisabeth, sœur de Raoul II de Vermandois († 1167). J.P. Gerzaguet, « Tempête pour un crâne. Conflit pour une relique à l’abbaye Saint-Vaast d’Arras. Péripéties et enjeux (1166-1194) », Revue du Nord, 2005, p. 727-51.

36 BHL 2319m, J. van der Straeten, « Translation d’un bras de S. Maximien, un des sept Dormants », Analecta Bollandiana 89 (1971), p. 363-369 ; Trad. G. Phillipart.

37 R. Le Jan, « Mémoire, compétition et pouvoir : le manuscrit de la Vie de Mathilde de Toscane (Vat. Lat. 4492) », in Ad libros ! Mélanges d’études médiévales offerts à Denise Angers et Joseph-Claude Poulin, J.-F. Cottier, M. Gravel, S. Rossignol (dir.), Presses de l’U. de Montréal, 2010, p. 105-120.

38 Vita § 26.

39 C. Hahn, « The Voices of the Saints : Speaking Reliquaries », Gesta 36 (1997), p. 20-31.

40 H. van Os, The Way to Heaven. Relics Veneration in the Middle Ages, Baarn, de Prom, 2000, ill. 100 et 105.

41 D. Planavergne, « De Jumièges à Tournus », Faire mémoire : souvenir et commémoration au Moyen Âge, Publication de l’U. de Provence, 1999, p. 279 ; I. Cartron, Les pérégrinations de Saint-Philibert : genèse d’un réseau monastique dans la société carolingienne, Presses universitaires de Rennes, 2009 ; Saint-Philibert de Tournus : histoire, archéologie, art : actes du colloque du Centre international d’études romanes, Tournus, 15-19 juin 1994, textes réunis et présentés par J. Thirion, 1995.

42 Y. Esquieu, « Bourg-Saint-Andéol, l’église de Saint-Andéol », Congrès archéologique de France, 1995, p. 33-47 ; R. Saint-Jean, « Un témoin de la première sculpture rhodanienne : le sarcophage de saint Andéol, Ardèche », Revue d’Études Ligures, V, 1972, p. 189-199. J. van der Straeten, « Les Actes des martyrs d’Aurélien en Bourgogne », Analecta Bollandiana, 79, 1961, p. 115-144.

43 J. Lusse, Naissance d’une cité : Laon et le Laonnois du Ve au Xe siècle, PU Nancy, 1992. Inventaire du trésor de la cathédrale de Laon en 1523 avec une introduction par Édouard Fleurey, Paris, 1855.

44 Dom R. Wyard, Histoire de l’abbaye de Saint-Vincent de Laon, écrite vers 1680, éd. en 1858, p. 17-18 et 387-90.

45 Attesté dans un fragment de martyrologe, Wyard, op. cit., p. 389.

46 Patron primitif de l’église. La dent de saint Christophe était large d’un pouce, ce que le manuscrit de saint Vincent explique en disant que ce saint avait une taille de 12 coudées ou 18 pieds. Melville, op. cit.

47 Walfroy, stylite puis moine dans les Ardennes († 595) ; L. Pietri, « Un ascète stylite à l’œuvre dans l’évangélisation des Ardennes : Vulfilaicus », in Les premiers temps chrétiens dans le territoire de la France actuelle, D. Paris-Poulain – S. Nardi Combescure – D. Istria (dir.), PUR, 2009, p. 35-42.

48 Gérald (c. 1025-1095), né à Corbie, cellérier à l’abbaye, va en pèlerinage au Monte Gargano, au Mont-Cassin, en Terre Sainte pour être guéri de ses migraines. Élu abbé de Saint-Vincent de Laon, il renonça devant ses difficultés et alla à Saint-Denis et à Saint-Martin à Tours. Le duc d’Aquitaine lui offre une forêt entre Dordogne et Garonne, où il fonde en 1079 la Grande-Sauve qui eut une grande expansion en France, Espagne et Angleterre. Gérard mourut le 5 avril 1095 et fut canonisé en 1197. É. Traissac – L. Drouyn, Vie de saint Gérard de Corbie : Fondateur de l’Abbaye de la Sauve-Majeure en Entre-Deux-Mers, C.L.E.M., 1997 (Archives et chroniques de l’Entre-Deux-Mers).

49 Frère de sainte Fare et de saint Faron et réputé fondateur de Saint-Vincent, il mourut en 638, son corps fut élevé en 1196.

50 Ceux de Cagnoald et de Jean Charpentier, abbé mort en 1538.

51 Fondateur de l’abbaye de Nanteuil près de Coutances en Normandie. En 898, lors des raids vikings, son corps fut transporté à Corbeny (Aisne). Réputé guérir les écrouelles, il partage donc ce pouvoir thaumaturgique avec les rois de France qui font un pèlerinage à Corbeny. J.-P. Poly, « Le capétien thaumaturge : genèse populaire d’un miracle royal », in La France de l’an Mil, R. Delort (dir.), Paris, 1990, p. 282-308.

52 Ermites écossaises martyres au IVe siècle, dont le corps fut reconnu en 1231 par l’évêque de Laon.

53 Martyr légendaire de Valenciennes des débuts de l’époque carolingienne ; A.M. Helvétius, Abbayes, évêques et laïques, une politique du pouvoir en Hainaut au Moyen Âge (VIIe-XIe siècle), Bruxelles, 1994, p. 179-190.

54 Ch. L. Hugo, Annales Praemonstratenses, t. 1, Nancy, 1734, p. 57 et 76.

55 M. Melleville, Histoire de la ville de Laon et de ses institutions, Marseille, Laffitte reprints, 1977, p. 69-70. Thomas, Prémontré de Laon, partit en 1235, à la suite d’une vision, chercher une relique de Laurent. Il alla à Jérusalem, rentra par la Hongrie. Il s’arrête dans un monastère de Prémontrés, où il trouve que beaucoup de reliques sont négligées, et vole l’avant-bras gauche et la main de saint Laurent. Poursuivi, il est rendu invisible par l’action de la relique. Il trouve place dans un convoi de marchands mais la relique tombe au sol pendant son sommeil ; il revient en arrière et la retrouve car elle est invisible aux autres ; il termine à pied. Arrivé prés de Laon, il fait prévenir l’abbé Gautier. Une procession, conduite par l’évêque Anselme accompagné du chapitre, vient chercher la relique et la dépose à Saint-Martin. Un pèlerinage s’établit. Le 10 août, on portait en procession la châsse, don d’un roi de France, qui pesait 105 marcs d’argent doré. Le bras était posé sur un plat d’argent doré pesant 9 marcs.

56 Vita Patrum, xvii, 4.

57 Th. Head, « Art and artifice in Ottonian Trier », Gesta, 36 (1997), p. 65-82.

58 Gesta, MGH SS VII, ch. 49, p. 483-484 ; Ch. Meriaux, « Sépultures, reliques et mémoire des évêques de Cambrai (VIe-XIe siècles) », in Sépulture, mort et représentation du pouvoir au Moyen Âge. Tod, Grabmal und Herrschaftrepräsentation im Mittelalter M. Margue et al. (dir.), Luxembourg, 2006, p. 166.

59 M. Goullet, M. Gaillard et A. Wagner, « La Chronique de Saint-Mihiel », in Retour aux sources. Textes, études et documents d’histoire médiévale offerts à M. Parisse, S. Gouguenheim – M. Goullet et al. (éds.), Paris, Picard, 2004, p. 987-1013.

60 F. Heber-Suffrin – V. Trimbur, « Aménagements liturgiques des sanctuaires en haute Lotharingie VIIIe-XIIe siècles. Données textuelles, architecturales et archéologiques », Hortus Artium Medievalium, t. 15, 2009, p. 171-184.

61 S. Henry, Les reliques de la cathédrale de Toul, maîtrise d’histoire, Nancy, 2002. H. Lepage, « Notes pour servir à l’histoire de la cathédrale de Toul », Journal de la Société d’Archéologie lorraine, t. 1, 1853, p. 213-15.

62 Donnée en 1436 par l’évêque Henri de Ville : Dans le thresor de ladicte église, pres l’autel de la messe de prime…, c’est trouvé dans un reliquaire d’argent doré où sont les armes de Henry de Ville, evesque de Toul, an pied d’icelui, avec une croix quarrée pendante apres ledit reliquaire, avec cinq pieres fines assé grosses et quatre autres petittes fines, huict perles et un crucifix derrier au milieu dudit reliquaire dans un christal garny d’or enrichy de pierres et grosses perles avec une petite croix au dessus et une pierre sur laquelle est la figure du Salvator, est posé la pointe du cloud de Noslre Seigneur, apportée en ceste ville par sainct Gerard et qui lui fut donnée et couppée miraculeusement, comme appert par les legendes du breviere du vendredi d’apres quasimodo et averrée par plusieurs miracles qui ont esté faict en l’eglise à cause du St cloud. En 1499, l’évêque Henri de Ville institua la fête du saint Cloud et de la lance de Notre Seigneur.

63 Obtenue par Pibon lors de son pèlerinage en Terre Sainte en 1085.

64 Gérard avait obtenu de l’évêque de Metz un fragment de caillou de sa lapidation ; en 1540 le duc Antoine de Lorraine donna une côte du saint.

65 Une charte de Hugues des Hazards, évêque de Toul, du 25 octobre 1511, rapporte que ce prélat, en présence de son clergé et d’une grande affluence de peuple… a transporté d’une vieille châsse de bois dans une nouvelle, enrichie d’or, d’argent et de pierreries, les reliques de saint Amon, évêque de Toul et successeur de Mansuy, reliques autrefois transférées de St-Mansuy, où Amon avait été inhumé, en l’église de Toul, par l’évêque Herman.

66 Il avait été enterré à Bouxières-aux-Dames, sa fondation. Le 11 avril 1456, l’évêque Guillaume Filâtre a « tiré d’un cercueil ou châsse de bois, contenant les reliques de Gauzelin, le chef de ce saint évêque de Toul, l’a posé dans une châsse d’argent en forme de chef, se réservant, du consentement de l’abbesse et des religieuses, la mâchoire inférieure, qu’il a donnée à messieurs du chapitre de Toul, laquelle ils ont posée dans un reliquaire d’or et d’argent ».

67 D’après sa Vie, Gérard obtint de l’évêque de Troyes les reliques de sainte Apronie, réputée sœur de l’évêque de Toul saint Evre, qu’il partagea entre sa cathédrale, Saint-Evre et Saint-Gengoul.

68 Obtenue en 1629 par échange avec une relique de saint Gérard.

69 M. Goullet, « Les saints du diocèse de Toul », in L’Hagiographie du haut Moyen Âge en Gaule du Nord. Manuscrits, textes et centres de production, sous la direction de M. Heinzelmann, 2001, p. 11-89. Outre plusieurs guérisons individuelles (dont celle de l’évêque Gérard), Mansuy sauve le pays d’une sécheresse et enraie une épidémie de peste. En cela il constitue un soutien plus favorable à la politique épiscopale que l’autre grand saint toulois, Evre, dont l’abbaye est en concurrence avec la cathédrale.

70 Le récit de la translation est déposé dans la nouvelle châsse : inspiré de Dieu et de saint Mansuy, le seigneur Théomar, d’heureuse mémoire, abbé de cette église, ordonna la confection de cette châsse. Gobert, orfèvre de Metz, en fit le travail, Gilbert, pieux laïc, la procura, Arnould, soldat de Jérusalem, où il mourut moine, fournit la plus forte portion du prix, tous désirant obtenir par les mérites et les prières de ce bienheureux une part dans le royaume de Dieu. Or le très-saint corps a été placé dans cette châsse, avec son chef et dans toute son intégrité, en présence des pères de la patrie et d’une foule considérable de peuple, levé qu’il fut d’une autre châsse où, dans une première translation il avait été placé par saint Gérard. P. Benoit, Histoire de Toul, rééd. 1977, p. 193.

71 I. Wood, « The Individuality of Gregory of Tours », in The World of Gregory of Tours, K. Mitchell – I. N. Wood (éds.), Brill, 2002, p. 29-46.

72 H. Platelle, « Guibert de Nogent et le De pignoribus sanctorum », in Les reliques. Objets, cultes, symboles. Actes du colloque international de l’Université du Littoral-Côte d’Opale (Boulogne-sur-mer) 4-6 septembre 1997, E. Bozóky et A-M. Helvétius (éd.), Brépols, 1999, p. 111.

73 Vita Odilonis, PL CXLII, VII, 26 tali tunc temporis, ac deinceps per multos annos, incumbente miseria, in usus pauperum confregit plurima vasa Ecclesiastica, & ornamenta insignia, inter quæ etiam Imperialem Henrici Imperatoris coronam ; indignum iudicans talia denegare pauperibus Christi, pro quibus effusus est sanguis Christi. In thesauris Ecclesiæ pauperibus datis diuinis & humanis oraculis Laurentius prædicatur mirabilis.

74 J. Gauthier – P. Brune, « Étude sur l’orfèvrerie en Franche-Comté du VIIe au XVIIIe siècle », Bulletin archéologique, n° 329, 1900, p. 343.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search