Versión clásicaVersión móvil

La mémoire à l’œuvre

 | 
Caroline Cazanave

Première section. Sanctuariser la memoria

Sanctuariser la memoria

Texto completo

1 La culture de la mort remplit la vie humaine, passe par le concret, des prélèvements qui permettent d’atomiser les corps, démultipliés en particules humaines, les reliques (Anne Wagner, UFC) ou par des dépouilles complètes déposées dans des tombeaux (Laurence Delobette, UFC), valorisées dans de splendides réceptacles et disposées avec soin, les deux formes étant inscrites dans les « monuments mémoire » que composent les églises et les cathédrales médiévales. La maison de Dieu, les reliques qui y manifestent la puissance du Ciel et de ses saints, le choix de l’emplacement des sépultures et ce qu’on fait dire aux tombeaux, les récits de miracles qui fleurissent dans de semblables environnements (Jean-Louis Benoît, Univ. de Bretagne-Sud), la construction des cathédrales et la fantasmatique qui auréole ces bâtiments, surtout dans les périodes d’interrogation identitaire (Alain Corbellari, Univ. de Lausanne), toutes ces façons d’installer des stratégies, de créer de l’expansion, de faire fonctionner l’idéologie dans des directions avantageuses, de multiplier les marques de pouvoir, de retracer à quel point la puissance de Dieu ou de Marie se manifeste à l’intérieur des objets qui lui appartiennent dans les lieux de pèlerinage, déjà fondés ou à fonder, créent des discours hors du commun, orientés et politiques.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search