Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité et la vie des arts

 | 
Sylvie David

Collégiens et lycéens aux journées « Découvrir la tragédie grecque »

Sylvain Perrot, Laure Petit et Aurélien Pulice

Texte intégral

Nous tenons à remercier ici tout particulièrement les représentantes de la CNARELA, Mesdames Marie-Hélène Menaut, Sylvie Pédroaréna et Sylvie David, que nous avons rencontrées à Paris, pour l’intérêt qu’elles ont manifesté à notre projet et à sa réalisation. Nous sommes naturellement reconnaissants à l’ARELAB de nous avoir offert l’occasion de présenter plus longuement notre travail lors des journées de la CNARELA de Besançon et d’en publier un compte rendu ici même. Nous associons bien sûr à notre propos les autres membres de l’équipe « Découvrir la tragédie grecque », responsables des ateliers comme de la logistique, sans qui rien n’eût été possible.

1Les jeudis 22 janvier et 14 mai 2009, l’École Normale Supérieure a accueilli dans ses murs au total près de cent cinquante élèves du secondaire. Ces deux journées avaient pour objectif de présenter la tragédie grecque antique sous une forme originale à ces élèves qui n’étaient pas nécessairement hellénistes ou latinistes. Intitulées « Découvrir la tragédie grecque », elles devaient permettre aux uns et aux autres d’appréhender le drame antique dans les différentes perspectives d’études qu’il offre. Pour ce faire, nous pouvions compter sur l’ouverture d’esprit que l’École Normale Supérieure développe chez ses élèves ; aussi notre équipe rassemblait-elle des élèves normaliens ou jeunes anciens élèves qui ont en commun d’étudier la tragédie grecque, mais avec des approches diverses.

Genèse du projet

2À l’origine des journées lycéennes « Découvrir la tragédie grecque », il y a eu tout d’abord la semaine du monde grec « Le monde d’Œdipe, de Delphes à Athènes », qui s’est tenue à l’École Normale Supérieure du 12 au 16 mai 2008. Avec le metteur en scène et comédien M. Oliubarton, nous avions décidé d’organiser, sur le principe des différentes semaines thématiques qu’accueille régulièrement l’École Normale Supérieure, une semaine consacrée au monde grec antique, estimant que c’était là une occasion propice de faire connaître nos disciplines de plus en plus menacées, alors qu’elles ont fondé la culture européenne. C’était aussi montrer combien la culture grecque antique est aujourd’hui encore bien vivante. Destinée à un public large, non spécialiste, cette semaine avait l’ambition de proposer une vulgarisation simple mais de qualité, dans une perspective qui abolit tout clivage disciplinaire.

3Différents événements ont rythmé cette semaine, qui comportait trois volets principaux. Le premier consistait en une série d’expositions en différents points de l’ENS. Les escaliers de l’entrée ainsi que les murs du restaurant étaient décorés de photographies prises par nos soins en Grèce continentale ainsi qu’en Italie du Sud, l’antique Grande-Grèce. Dans le hall d’entrée, cinq panneaux dont nous avions rédigé le contenu accueillaient les visiteurs pour présenter le sanctuaire de Delphes, la cité d’Athènes et l’École française d’Athènes. D’autres panneaux se trouvaient aux murs tout autour de la cour, avec des thématiques diverses : musique, philosophie, mathématiques, histoire, théâtre et même spectacles de rues antiques. Enfin, dans la salle historique de la bibliothèque des Lettres, nous avions monté une exposition de livres anciens, éditions ou traductions du théâtre grec, comme de la Poétique d’Aristote.

  • 1 Un enregistrement audio de chaque conférence peut être téléchargé sur le site de la diffusion des (...)

4Le deuxième volet regroupait différentes conférences et tables rondes qui faisaient intervenir des spécialistes de l’Antiquité grecque, dans des approches aussi bien littéraires (J. Bollack, Cl. Nancy, A. Beltrametti) qu’historiques et archéologiques (Fr. Lissarrague, J.-P. Thuillier, J.-Fr. Bommelaer, A. Bélis)1.

5Le dernier volet était consacré à des spectacles de différente nature. La semaine était encadrée par des représentations de l’Œdipe Roi de Sophocle dans la mise en scène de M. Oliubarton. Il faut y ajouter la mise en musique de la Première Pythique de Pindare par des membres de la compagnie Démodocos (Ph. Brunet, Fr. Cam) sur une traduction rythmée d’A.-I. Muñoz. On restait dans la musique avec un concert donné, sur instruments reconstitués, par l’ensemble Kérylos sous la direction d’A. Bélis, où étaient interprétées plusieurs partitions conservées de l’Antiquité. Enfin, nous avons projeté l’Électre de M. Cacoyannis dont la présentation était assurée par St. Sawas.

  • 2 L’UMR ENS-CNRS « Archéologies d’ORient et d’OCcident et science des textes anciens » regroupe des (...)
  • 3 On trouvera des comptes rendus plus détaillés de cette semaine dans la lettre d’information de l’É (...)

6De tous ces événements, il en est un qui nous a particulièrement marqués : l’accueil des élèves de troisième en option « grec » du collège Gérard Philipe, encadrés par leur professeur Fr. Elmoznino. Avec Laure et Sylvain pour guides, les élèves ont visité le matin l’exposition de panneaux. L’après-midi, M. Oliubarton leur a proposé dans la cour Pasteur un extrait d’Œdipe Roi, la scène qui oppose Tirésias à Œdipe. Les élèves ont achevé cette journée avec des archéologues de l’équipe de recherche AOROC2 qui leur ont montré différents aspects de leur travail. Ce fut un plaisir immense de partager avec les collégiens notre passion, d’éveiller leur curiosité pour nos matières. Nous avons vraiment pris conscience à ce moment-là que c’est en accordant au jeune public une place de choix dans nos initiatives que nous continuerons à faire vivre nos disciplines3.

La journée « Découvrir la tragédie grecque »

  • 4 Née d’un partenariat entre l’ENS et le théâtre de l’Odéon, cette semaine s’est organisée autour de (...)
  • 5 L’adresse en est la suivante : http://tragedie-grecque.blogspot.com.

7Forts de cette première expérience, nous avons eu l’idée d’organiser, lors de la « Semaine de la tragédie : poésie et action » prévue du 19 au 23 janvier 20094, une journée destinée à un public de collégiens/lycéens qui s’intitulerait « Découvrir la tragédie grecque ». Elle ferait suite à deux autres journées : l’une, conçue par l’ENS et le Théâtre de l’Odéon pour un public large, porterait sur « La tragédie, domaine public » ; l’autre, s’adressant à un public de spécialistes, prendrait la forme d’une journée d’études intitulée « La tragédie grecque, texte et contexte ». Nous avons, pour diffuser l’information, créé un blog relatif à la journée des collégiens et lycéens, dont la conception est due à V. Quinchon5.

Affiche des journées « Découvrir la tragédie grecque ».

8Les mises en scène des œuvres d’Eschyle, de Sophocle, d’Euripide et d’Aristophane sont la preuve que le théâtre est un des pans les plus vivants de toute la culture grecque. Olivier Py est venu encore le confirmer, avec sa mise en scène des Sept contre Thèbes que le public a pu découvrir à l’ENS trois soirées consécutives, lors de la « Semaine de la tragédie ». Ces textes grecs, vieux de vingt-cinq siècles, peuvent nous parler et nous toucher comme le feraient des textes contemporains : rendre concrète cette réalité qui ne va pas de soi pour des jeunes collégiens et lycéens, c’était là l’objectif de cette journée « Découvrir la tragédie grecque ».

9Avec une équipe très dynamique de huit étudiants en lettres classiques et en archéologie, nous avons proposé aux soixante-quinze élèves, hellénistes ou non, du collège François Couperin (Paris 4e), des lycées Léon Blum (Créteil) et Condorcet (La Varenne Saint-Maur-des-Fossés) de se pencher sur un aspect fondamental de la culture grecque antique – le théâtre – en s’intéressant plus particulièrement à la tragédie.

10Les élèves, accueillis d’abord dans la salle d’expression artistique du Nouvel Immeuble Rataud (NIR) pour une présentation générale du théâtre grec, munis d’un dossier donné à chacun, ont été conduits dans les salles des premier et deuxième étages du bâtiment sis au 29 rue d’Ulm pour commencer cette découverte de la tragédie grecque. Ils ont circulé par groupes de dix environ dans sept « ateliers » envisageant la tragédie grecque sous différents aspects :

  • l’espace du théâtre par é. Letellier :
  • tragédie et musique par S. Perrot ;
  • tragédie et mythes par Fr. Massa, puis par A. Pulice ;
  • tragédie et politique par N. Mauche ;
  • tragédie et philosophie par G. Mérot ;
  • lire les tragédies grecques par V. Gysembergh ;
  • tragédie grecque et postérité littéraire par L. Petit.

11Au programme figuraient également une démonstration de musique antique sur instruments reconstitués par A. Bélis, spécialiste de musique antique et directrice de l’ensemble Kérylos, à l’heure de midi, dans la salle d’expressions artistiques du NIR, avant la pause repas, et un extrait d’Œdipe Roi représenté par une troupe d’élèves de l’ENS en clôture de la journée. Voici concrètement son déroulement :

  • 9h30 - 10h : Accueil et introduction de la journée. Salle d’expressions artistiques, NIR.
  • Présentation à plusieurs voix de la spécificité du théâtre grec : qu’est-ce que cela veut dire « aller au théâtre » pour un Grec dans l’Antiquité ? Mise en place du contexte religieux et politique de la représentation théâtrale ;
  • 10h - 10h30 : atelier ;
  • 10h35 - 11h05 : atelier ;
  • Courte pause ;
  • 11h15 - 11h45 : atelier ;
  • 11h50 - 12h30 : intermède musical animé par Annie Bélis, qui a proposé dans un premier temps un exposé général sur les différentes sources de la musique antique. Elle a insisté en particulier sur la notion d’interprétation, en rappelant que « regarder, c’est interpréter», et donc que les sources sont toujours à étudier avec prudence. Elle a abordé ensuite la question des instruments de musique antique et a présenté les difficultés que comporte le travail de reconstitution. L’intervention d’A. Bélis s’est achevée sur une démonstration, avec les instruments de l’ensemble Kérylos : lyre, cithare grecque et luth ;
  • Repas. Paniers repas offerts par l’association de Sauvegarde des Enseignements Littéraires ;
  • 13h45 - 14h15 : atelier ;
  • 14h20 - 14h50 : atelier ;
  • Courte pause ;
  • 15h10 - 15h40 : atelier ;
  • 15h45 - 16h15 : atelier ;
  • 16h15 - 17h00 : autour de la mise en scène. Salle d’expressions artistiques, NIR.

Présentation d’instruments de musique antique reconstitués par Annie Bélis.

12Appréhender simplement ce qu’est la tragédie grecque en la replaçant dans son contexte culturel (politique et religieux) et en relevant la spécificité et l’étrangeté de ce genre par rapport à ce que nous entendons, nous, par « tragédie », accéder pleinement à la compréhension d’une œuvre tragique, à la fois en tant que lecteur et spectateur, en découvrant sa construction et ses règles, voir enfin comment ses héros – Œdipe, Antigone... – ont traversé les siècles et nourri l’imagination des auteurs de tous les lieux et de toutes les époques, voilà l’ambition de cette journée qui fut une expérience humaine exaltante.

13L’organisation des ateliers était laissée à la libre appréciation de chacun des intervenants. Pour en rendre compte plus précisément, nous donnons la description de trois d’entre eux, proposée par leur animateur.

Atelier « Tragédie et mythes » (A. Pulice)

14J’ai cherché dans l’atelier « Tragédie et mythes » à présenter aux élèves l’histoire des deux grandes familles tragiques, celle des Atrides et celle des Labdacides, en partant des pièces qui nous sont parvenues (L’Orestie pour les Atrides ; Œdipe Roi, Antigone, Œdipe à Colone et Les Phéniciennes pour les Labdacides). Ma démarche n’était pas simplement de leur raconter des histoires, mais de leur faire entrevoir les questions profondes qui se cachent derrière les mythes mis en scène : la question de la justice face à la vengeance pour le cycle des Atrides, celle du destin face à la liberté pour le mythe d’Œdipe. Je voulais leur montrer par là le caractère intemporel de ces pièces : les interrogations qu’elles soulèvent sont encore les nôtres au XXIe siècle. J’abordai en conclusion le Philoctète de Sophocle, pièce sur la différence et la marginalité, pour achever de les convaincre. Il est d’ailleurs apparu que les élèves ont été pour une très grande part fort étonnés de découvrir qu’un texte éloigné de nous de plus de deux mille ans pût encore nous parler, traitant de thèmes d’une actualité brûlante, et que l’histoire « fabuleuse » qu’est le mythe pût cacher derrière elle des questions existentielles et sociales aussi profondes.

Atelier « Tragédie et musique » (S. Perrot)

15L’objectif de l’atelier « Tragédie et musique » était d’amener les élèves à réfléchir sur le lien qu’il peut y avoir entre le texte et la musique. Pour traiter ce sujet si nouveau aux yeux de collégiens et lycéens, j’ai choisi d’établir des rapprochements en remontant le temps. Nous sommes partis de ce qui leur était familier, la comédie musicale, pour aborder ensuite la situation du théâtre à l’époque classique. Je commençai par leur parler de la musique de théâtre dans le XVIIe siècle français avec la fameuse marche pour la cérémonie turque de J.-B. Lully (composée pour Le bourgeois gentilhomme) ou la partition du Malade imaginaire due à M.-A. Charpentier. De la comédie je passai à la tragédie par le détour du compositeur anglais H. Purcell, avec notamment sa musique de scène de l’Abdelazar. Mon idée était de les amener progressivement à comprendre combien le lien entre texte et musique est essentiel et quelles potentialités comiques la musique offre par exemple dans Le bourgeois gentilhomme, avec le chœur des faux Turcs chantant une langue qui, imitant les sonorités orientales, tombe dans le grotesque.

16J’ai ainsi présenté plusieurs extraits sonores qui ont beaucoup intéressé les élèves et certains ont eu la joie de les reconnaître aussitôt. Afin qu’ils comprennent les différents niveaux d’association entre texte et musique, il me paraissait nécessaire de parler de l’opéra, en leur diffusant un extrait très célèbre du Rinaldo de G. Fr. Haendel (« Lascia ch’io pianga »), avec la différence entre le récitatif et l’aria, ce qui permettait de comprendre comment fonctionne la tragédie grecque de ce point de vue.

  • 6 Qu’A. Bélis soit ici vivement remerciée de m’avoir permis de rejouer cette partition pour l’audito (...)

17Je leur expliquai alors dans quelles circonstances de la tragédie on jouait de la musique et leur fis entendre quelques restitutions (Oreste et Iphigénie à Aulis d’Euripide, plainte de Tecmessa). J’ai eu l’heureuse surprise de voir les élèves parler librement de leurs impressions, preuve que l’émotion musicale traverse les âges. Je montrai également des instruments de musique contemporains pour qu’ils saisissent les principales différences. Mon atelier était complémentaire de l’intervention d’A. Bélis à la pause de midi, pendant laquelle ils avaient la chance de voir des instruments antiques reconstitués. J’ai eu le plaisir d’interpréter à la flûte traversière une partition retrouvée sur un papyrus d’Oxyrhynchus, qui avait fait l’objet d’un travail de transcription dans le cadre du séminaire de formation à la recherche d’A. Bélis6.

18Ce que je retiens donc de ces journées, c’est le plaisir d’avoir pu donner un aperçu d’un domaine de la recherche scientifique en plein essor et, surtout, le fait que ce plaisir ait été partagé par les jeunes générations. Une expérience à renouveler, sans aucun doute !

Atelier « Tragédie et postérité littéraire » (L. Petit)

19L’atelier « Tragédie grecque et postérité littéraire » avait pour but de montrer aux élèves que la tragédie grecque a été la source d’inspiration d’œuvres qui ne sont pas seulement dramatiques, et qui viennent de tous les lieux et de toutes les époques.

20Après avoir demandé aux élèves différents titres d’œuvres modernes portant le nom de héros de tragédies grecques et avoir ainsi évoqué, entre autres, la Phèdre de Racine, les Antigone de Jean Anouilh et de Bertolt Brecht, les Électre de Hugo von Hofmannsthal et de Marguerite Yourcenar, je les ai amenés à définir la notion d’adaptation : œuvre qui traite le même sujet qu’une tragédie grecque, en l’adaptant, c’est-à-dire, d’une part, en réélaborant la matière dramatique, d’autre part, en réinterprétant l’histoire au centre de la tragédie dans le contexte politique et culturel du moment.

21L’œuvre qui concentrait notre attention étant l’Œdipe Roi de Sophocle, j’ai travaillé en particulier avec les élèves sur l’adaptation d’Œdipe Roi écrite par Gide (Œdipe, 1930), et sur un Œdipe africain (The gods are not to blame, Ola Rotimi, 1967). L’Œdipe de Gide était l’occasion de réfléchir sur l’usage de la psychanalyse fait par Gide et sur la distance ironique prise avec Freud dans son adaptation. The Gods are not to blame permettait de voir les enjeux politiques d’une adaptation. Ola Rotimi, dramaturge et metteur en scène, réécrit en effet Œdipe Roi dans le contexte de la guerre civile du Biafra. Il s’agit pour lui d’utiliser le modèle sophocléen comme un instrument pour participer au débat social présent et ainsi parler au public africain.

22De cet atelier, je retiendrai deux choses : d’une part l’engouement de tous ces élèves pour le théâtre et le jeu scénique, car il y eut à chaque fois des volontaires pour jouer une scène freudienne très piquante de l’acte II de l’Œdipe de Gide ; et ces apprentis acteurs surent susciter le rire, faisant preuve d’un vrai talent pour entrer dans la peau des personnages ; d’autre part, le silence – un silence grave –, lorsque j’étudiais avec eux l’œuvre d’Ola Rotimi, qui insère, dans son adaptation d’Œdipe Roi, la question des haines tribales déchirant son peuple dans le contexte de la guerre civile du Biafra.

Projets

23Devant l’enthousiasme manifesté tant par les professeurs que les élèves participants, nous avons reconduit la même expérience le jeudi 14 mai avec une équipe presque inchangée : de nouveaux établissements ont participé à cette seconde manifestation : le lycée Condorcet de Limay (78), le lycée Jean-Jacques Rousseau de Sarcelles (95) et le lycée Louise Michel de Champigny (94) par l’entremise de Mme Lise Chopin, enseignante de Lettres Classiques et formatrice à l’IUFM de Créteil. Là encore, soixante-quinze élèves environ ont pu découvrir la tragédie grecque.

24L’expérience ne s’est pas arrêtée à la seule journée. Les professeurs et les élèves nous ont fait part de leurs impressions de différentes manières : les lycéens de l’établissement Léon Blum de Créteil ont réalisé un diaporama lors de la première journée ; les élèves du collège François Couperin de Paris ont rédigé chacun un petit texte sur la journée, accompagné d’un prélude dû à leurs professeurs ; enfin, les jeunes du lycée Louise Michel de Champigny ont développé chacun une réflexion à partir d’une phrase entendue dans la journée. Nous avons lu tous leurs textes avec beaucoup d’émotion. Ils ont été rassemblés dans un fascicule dont nous devons la réalisation à L. Debertrand.

25Cette initiative se poursuit cette année sous la forme d’une nouvelle journée « Découvrir la tragédie grecque » le jeudi 28 janvier prochain. Devraient suivre une nouvelle journée sur la tragédie et deux autres consacrées respectivement à la comédie antique et à Homère en avril. Nous tenions ici à faire partager les fruits de ces journées lycéennes qui n’auraient pu avoir lieu sans le soutien de la Direction ainsi que de la Direction des Études Littéraires de l’École Normale Supérieure. Nous avons également bénéficié du soutien de l’association de Sauvegarde des Enseignements Littéraires et du Département des Sciences de l’Antiquité de l’École Normale Supérieure. Il reste enfin à remercier les intervenants qui ont accepté spontanément et généreusement de participer à ces journées : A. Bélis et M. Bélis (membre de l’ensemble Kérylos), pour la conférence sur la musique antique suivie de la démonstration sur instruments reconstitués, et les membres de la troupe Artepo pour la représentation d’extraits d’Œdipe Roi.

Sites à consulter

  • http://www.diffusion.ens.fr/​index.php?res=cycles&idcycle=390 (enregistrement audio des conférences données dans le cadre de la semaine grecque « Le monde d’Œdipe, de Delphes à Athènes » de l’ENS) ;
  • http://www.diffusion.ens.fr/​index.php?res=cycles&idcycle=405 (enregistrement audio des conférences données dans le cadre de la semaine grecque « Tragédie : poésie et action » de l’ENS) ;
  • http://www.ens.fr/​IMG/​file/​ens-infos/​ENS_INFO_104.pdf (compte rendu de la semaine grecque « Le monde d’Œdipe, de Delphes à Athènes » de l’ENS) ;
  • http://tragedie-grecque.blogspot.com (blog sur les journées destinées au public des collégiens et des lycéens dans le cadre des semaines grecques de l’ENS) ;
  • http://sites.google.com/​site/​lesitejda/​home (site consacré aux Journées Découvrir l’Antiquité).

Notes

1 Un enregistrement audio de chaque conférence peut être téléchargé sur le site de la diffusion des savoirs de l’ENS à l’adresse http://www.diffusion.ens.fr/index.php?res=cycles&idcycle=390.

2 L’UMR ENS-CNRS « Archéologies d’ORient et d’OCcident et science des textes anciens » regroupe des chercheurs qui travaillent sur des thématiques originales. Les marges du monde méditerranéen ont une place importante : Italie et Gaule protohistoriques, Afrique romaine, Orient hellénisé et Asie centrale (Ouzbékistan, Afghanistan) en sont les grands domaines historiques et géographiques. Il faut y ajouter des équipes travaillant sur la mosaïque ou sur la peinture murale, et enfin, tout récemment, la musique antique. Pour en savoir plus, on pourra consulter le site http://www.archeo.ens.fr.

3 On trouvera des comptes rendus plus détaillés de cette semaine dans la lettre d’information de l’École Normale Supérieure, no 104 (juin 2008), p. 4 (http://www.ens.fr/IMG/file/ens-infos/ENS_INFO_104.pdf) ainsi que dans l’Archicube, no 5 (décembre 2008), p. 198-203.

4 Née d’un partenariat entre l’ENS et le théâtre de l’Odéon, cette semaine s’est organisée autour de trois représentations des Sept contre Thèbes. Elle comprenait, outre les journées d’études et de découverte, la projection commentée de l’Edipo Re de P. Pasolini et un concert de l’ensemble Kérylos.
Les différentes conférences ont fait l’objet d’un enregistrement, disponible sur le site de la diffusion des savoirs de l’ENS (http://www.diffusion.ens.fr/index.php?res=cycles&idcycle=405).

5 L’adresse en est la suivante : http://tragedie-grecque.blogspot.com.

6 Qu’A. Bélis soit ici vivement remerciée de m’avoir permis de rejouer cette partition pour l’auditoire des Journées de Besançon.

Auteurs

Ancien élève de l’École Normale Supérieure et agrégé de lettres classiques, titulaire d’un Master 2 d’archéologie grecque, est chargé d’enseignement en archéologie et histoire grecques (Université de Paris IV et École Normale Supérieure) et de recherches documentaires (fonds Claude Rolley, bibliothèque d’archéologie de l’École Normale Supérieure). Il prépare actuellement une thèse de doctorat sous la direction des professeurs A. Farnoux (Université de Paris IV – Sorbonne) et A. Bélis (directrice de recherches au CNRS) sur le sujet « Musiques et musiciens à Delphes, de l’époque archaïque à l’Antiquité tardive ».

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure et agrégée de lettres classiques, titulaire d’un Master 2 en littérature comparée, est chargée d’enseignement en littérature grecque (Université de Paris IV – Sorbonne). Passionnée par l’analyse des dramaturgies du théâtre antique et par la question de la mise en scène contemporaine de ce théâtre, elle commence une thèse à l’université Paris IV – Sorbonne sur la réécriture interne à l’œuvre d’Euripide sous la direction des professeurs P. Demont (Paris IV – Sorbonne) et Chr. Mauduit (Lyon III).

Actuellement élève en deuxième année à l’École Normale Supérieure où il étudie principalement les lettres classiques. En parallèle, il effectue un Master 1 traitant de l’influence des épopées homériques sur la composition et la narration de La guerre du Péloponnèse de Thucydide sous la direction de P. Demont (Université de Paris IV – Sorbonne).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search