Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité et la vie des arts

 | 
Sylvie David

Orphée au lycée : une réécriture cinématographique du mythe

Bernard Bellevret, Patricia Ferraj et Annie Gobert

Texte intégral

1Ce texte rend compte de l’expérience pédagogique menée au lycée Victor Hugo de Besançon durant l’année scolaire 2008-2009.

2Pour fustiger le préjugé selon lequel seuls les élèves d’une section littéraire peuvent acquérir une culture classique, considérons cette expérience pédagogique et son cadre transversal. Il s’agit du projet de l’atelier de pratique artistique « cinéma-théâtre » du lycée Victor Hugo de Besançon, qui a fédéré des élèves issus des séries technologiques et de groupes de langues anciennes pour la production d’Orphée 2009, une réécriture cinématographique du mythe d’Orphée.

3Au départ, les responsables des ateliers cinéma et théâtre du lycée envisageaient une création autour d’un héritage antique ; le choix du mythe d’Orphée a été suggéré par le professeur de lettres classiques en charge de la classe de latin de terminale. En effet, plusieurs de ses élèves participaient aux ateliers artistiques du lycée et le thème retenu permettait de travailler dans deux cadres complémentaires, celui du cours de latin avec une progression conforme aux programmes, et celui des ateliers, ouverts à des élèves pratiquant des langues anciennes ou non, avec des objectifs artistiques.

Les prérequis

4Le travail s’est d’abord effectué dans le cadre du cours de latin sous l’égide du professeur de lettres classiques ; pour le moment n’étaient donc concernés que les élèves latinistes.

5Certes, les figures d’Orphée et d’Eurydice n’étaient pas inconnues des élèves, mais il convenait d’assurer la connaissance du mythe par la lecture de textes anciens en cours.

6Deux extraits du quatrième livre des Géorgiques de Virgile furent le point de départ de la réflexion concernant le mythe d’Orphée et Eurydice.

7L’étude des deux textes s’est déroulée sur plusieurs séances, donnant lieu à différentes activités.

Traduction

8Le professeur de lettres classiques a présenté l’œuvre des Géorgiques et situé l’extrait. Il a introduit l’épisode en évoquant la révélation de Protée.

9Puis, après avoir rappelé la méthode de traduction à ses élèves, il leur a fait traduire oralement en classe les deux textes latins, tantôt avec appui, tantôt sans appui du texte traduit. La traduction a ensuite été reprise à l’écrit en juxtalinéaire.

Commentaire

10Le commentaire a porté sur « Virgile, un grand poète », l’une des quatre entrées du programme de latin de terminale.

11 Texte no 1

  • le poète agrémente l’exposé didactique par le récit des malheurs d’Orphée et d’Eurydice, enchâssant savamment plusieurs légendes et déployant tout son art de la narration ;

  • il fonde son récit sur la passion, jouant sur le registre épique (nature émue) et sur le registre pathétique (Orphée émouvant) ;

  • il imagine de manière précise le monde de l’au-delà, présentant une géographie détaillée, brossant un tableau vivant du lieu et créant une ambiance forte.

12 Texte no 2

  • le récit sait émouvoir en recourant au pathétique et en amplifiant la souffrance ;

  • il fait intervenir l’Amour sous la forme de la passion et fait sentir le poids du destin par l’ironie tragique (dimension mythique due au tragique) ;

  • il donne à voir les Enfers par l’animation du lieu et la peinture d’une ambiance.

Texte no 1 : vers 457 à 480, trad. E. de Saint-Denis, CUF

Illa quidem, dum te fugeret per flumina praeceps, immanem ante pedes hydrum moritura puella seruantem ripas alta non uidit in herba. At chorus aequalis Dryadum clamore supremos implerunt montis ; flerunt Rhodopeïae arces altaque Pangaea et Rhesi Mauortia tellus atque Getae atque Hebrus et Actias Orithyia. Ipse caua solans aegrum testudine amorem te, dulcis coniunx, te solo in litore secum, te ueniente die, te decedente canebat.
Taenarias etiam fauces, alta ostia Ditis, et caligantem nigra formidine lucum ingressus Manisque adiit regemque tremendum nesciaque humanis precibus mansuescere corda. At cantu commotae Erebi de sedibus imis umbrae ibant tenues simulacraque luce carentum, quam multa in foliis auium se milia condunt, Vesper ubi aut hibernus agit de montibus imber, matres atque uiri defunctaque corpora uita magnanimum heroum, pueri innuptaeque puellae impositique rogis iuuenes ante ora parentum ; quos circum limus niger et deformis harundo Cocyti tardaque palus inamabilis unda alligat et nouiens Styx interfusa coercet.

Oui, pour t’échapper, elle courait le long du fleuve ; la jeune femme ne vit pas devant ses pieds, dans l’herbe haute, un serpent d’eau monstrueux, habitant de ces rives, qui devait causer sa mort. Alors le chœur des Dryades, de même âge qu’elle, emplit de ses cris les sommets des montagnes ; on entendit pleurer les cimes du Rhodope, les hauteurs du Pangée et la terre de Rhésus chère à Mars, et les Gètes et l’Hèbre, et Orithye l’Actiade. Orphée, lui, cherchant sur sa lyre creuse une consolation à son amour douloureux, il te chantait, épouse chérie, il te chantait seul avec lui-même sur la rive solitaire, il te chantait, quand venait le jour, quand le jour s’éloignait.
Il pénétra même dans les gorges du Ténare, profonde entrée de Dis, et dans le bois enténébré de noire épouvante ; il aborda les Mânes, leur roi redoutable et ces cœurs qui ne savent pas s’adoucir aux prières des humains. Cependant émues par son chant, du fond des demeures de l’Érèbe, les ombres ténues et les fantômes des êtres privés de la lumière s’avançaient, aussi nombreux que les milliers d’oiseaux qui se cachent dans le feuillage, quand Vesper ou une pluie d’orage les chasse des montagnes : des mères, des maris, des corps de héros magnanimes qui ont accompli leur vie, des enfants, des jeunes filles mortes avant le mariage, et des jeunes gens placés sur le bûcher sous les yeux de leurs parents ; autour d’eux un bourbier noir, les hideux roseaux du Cocyte, le marais odieux qui les tient prisonniers de ses ondes croupissantes, et le Styx qui les enferme neuf fois dans ses replis.

Texte no 2 : vers 485 à 506, Trad E.de Saint-Denis, CUF

Iamque pedem referens casus euaserat omnis redditaque Eurydice superas ueniebat ad auras pone sequens (namque hanc dederat Proserpina legem), cum subita incautum dementia cepit amantem, ignoscenda quidem, scirent si ignoscere Manes: restitit Eurydicenque suam iam luce sub ipsa immemor heu ! uictusque animi respexit. Ibi omnis effusus labor atque immitis rupta tyranni foedera, terque fragor stagnis auditus Auerni. Illa: « Quis et me » inquit « miseram et te perdidit, Orpheu, quis tantus furor ? En iterum crudelia retrofata uocant conditque natantia lumina somnus. Iamque uale : feror ingenti circumdata nocte inualidasque tibi tendens, heu ! non tua, palmas. » Dixit et ex oculis subito, ceu fumus in auras commixtus tenuis, fugit diuersa, neque illum prensantem nequiquam umbras et multa uolentem dicere praeterea uidit ; nec portitor Orci amplius obiectam passus transire paludem. Quid faceret ? quo se rapta bis coniuge ferret ? Quo fletu Manis, quae numina uoce moueret ? Illa quidem Stygia nabat iam frigida cymba.

Déjà, revenant sur ses pas, Orphée avait échappé à tous les hasards ; Eurydice lui était rendue et remontait vers les airs en marchant derrière lui (car Proserpine lui en avait fait une loi), quand un égarement soudain s’empara de l’imprudent amant, égarement bien pardonnable, si les Mânes savaient pardonner ! Il s’arrêta, et au moment où ils

atteignaient déjà la lumière, oubliant tout, hélas ! et vaincu dans son cœur, il se retourna pour regarder son Eurydice. Aussitôt s’évanouit le résultat de tous ses efforts, le pacte conclu avec le tyran cruel fut rompu, et trois fois un bruit éclatant monta des marais de l’Averne. Alors : « Quelle est, dit-elle, cette folie qui m’a perdue, malheureuse que je suis, et qui t’a perdu, Orphée ? quelle folie ? voici que pour la seconde fois les destins cruels me rappellent en arrière et que mes yeux se ferment, noyés dans le sommeil. Et maintenant, adieu ! je suis emportée dans la nuit immense qui m’entoure et je tends vers toi des mains impuissantes, hélas ! je ne suis plus à toi. » Elle dit, et hors de sa

vue, soudain, comme une fumée se confond avec l’air impalpable, elle fuit du côté opposé ; en vain il s’évertuait à saisir des ombres, il voulait lui parler et lui parler encore : elle ne le vit plus, et le nocher d’Orcus ne permit plus qu’il repassât le marais qui les séparait. Que faire ? où porter ses pas, après que son épouse lui avait été deux fois ravie ? Par quels pleurs émouvoir les Mânes ? quelles divinités invoquer ? Déjà Eurydice glacée voguait dans la barque stygienne.

Langue

13 Le texte no 1 a été l’occasion de traiter la leçon sur le participe, en travaillant à la fois sur les formes (passé – présent - futur) et sur les emplois (épithète - ablatif absolu - apposé - perfectum passif).

14Des exercices de thème d’imitation ont été proposés, portant sur le participe épithète et l’ablatif absolu.

15 Le texte no 2 a permis de revoir la formation et les formes de l’impératif.

16Un travail sur l’hexamètre dactylique a également été mené : les élèves ont pris conscience de l’intérêt de la scansion, en s’exerçant à scander les vers 459, 479, 497 et 506.

Vocabulaire

17 Dans le texte no 1, les différentes appellations des Enfers et de la Mort ont été étudiées : Taenarum, Avernus, Dis, Erebus, Orcus, Leti domus, Tartarus.

18 Pour le texte no 2, le travail de vocabulaire a porté sur les mots invariables et connecteurs : iam, -que, nam, quidem, et… et, en, neque ou nec, nequiquam.

Connaissance de la mythologie

19Le professeur a donné une carte des Enfers à compléter. Quelques grands criminels du Tartare ont été évoqués. Les élèves se sont intéressés enfin aux privilégiés de la mythologie qui ont pu entrer et sortir des Enfers.

Littérature et art

20Une question générale s’est posée : qu’est-ce qu’un mythe ? Le mythe particulier d’Orphée a permis de donner des éléments de réponse.

21La richesse du mythe a été mise en avant : la figure d’Orphée a traversé le temps, elle est présente dans les différentes formes d’art.

L’analyse du mythe

22La seconde étape du travail a commencé, cette fois dans le cadre de l’atelier de pratique artistique.

23Tout d’abord, les élèves latinistes ont pu faire bénéficier leurs camarades de leurs connaissances acquises à la faveur de la lecture des textes anciens.

24Ensuite, la recherche documentaire s’avérait indispensable pour l’ensemble des élèves de l’atelier. Elle permettait de comprendre la forme et les enjeux du mythe d’Orphée dont la réécriture devait respecter les invariants que nous décrivons maintenant.

Orphée, un artiste reconnu

25Orphée est présenté comme un joueur de lyre et un poète au talent exceptionnel ; sa musique est dotée d’un pouvoir envoûtant ; même les bêtes sauvages se laissent amadouer.

26Deux mosaïques ont retenu l’attention des élèves : elles montrent Orphée jouant de la lyre devant un public d’animaux subjugués. La place centrale d’Orphée et le mouvement convergent des animaux, qui se tournent docilement vers le poète, traduisent l’attrait irrésistible de son art.

Mosaïque du IIIe siècle ou du 2e quart du IVe siècle apr. J.-C., Tarse, Turquie.

Mosaïque de la 1re moitié du IIIe siècle apr. J.-C., Musée archéologique régional de Palerme.

La mort d’Eurydice

27Pour cet épisode, les élèves ont pu relever des variantes sur les causes de la mort brutale de l’épouse.

28 Dans la tradition suivie par Virgile, Eurydice meurt, mordue par un serpent, alors qu’elle fuit Aristée (cf. début du texte no 1) :

Illa quidem, dum te fugeret per flumina praeceps,
immanem ante pedes hydrum moritura puella
seruantem ripas alta non uidit in herba.

Oui, pour t’échapper, elle courait le long du fleuve ; la jeune femme ne vit pas devant ses pieds, dans l’herbe haute, un serpent d’eau monstrueux, habitant de ces rives, qui devait causer sa mort.

29 Offenbach, dans Orphée aux Enfers, propose successivement deux explications :

  • dans la version de l’opéra-bouffe créé en 1858, Eurydice meurt, tombée dans un piège à loup ;

  • dans la version de l’opéra-féerie présenté en 1874, Eurydice meurt, mordue par un serpent.

30La scène se déroule dans le champ où Aristée – qui n’est autre que Pluton – la courtise. Aristée est en effet l’amant d’une Eurydice lassée de son époux ; de son côté, ce dernier souhaite se débarrasser de son épouse. Aussi Orphée sera-t-il responsable de la mort d’Eurydice.

Cette désacralisation de l’amour parfait qu’incarnait le couple Orphée-Eurydice dans la tradition antique inspirera particulièrement les élèves de l’atelier.

31Extrait du livret de l’opéra-féerie dû à Hector Crémieux et Ludovic Halévy : acte I, duo

Eurydice
Ah ! Seigneur, ah ! quel supplice,
C’est fini, le voilà parti !
Ô Vénus, sois-moi propice !
Délivre-moi de mon mari.
Vénus, ma belle déesse, délivre-moi de mon aimable Orphée, et je t’immolerai dix brebis
plus blanches que le lait !
Orphée
Jupiter, mon maître, délivre-moi de ma tendre Eurydice, et je chanterai tes louanges sur ma lyre à quatre cordes. (À Eurydice) Madame, je ne me fais aucune illusion sur le sort qui m’attend ! Quand une femme en est arrivée à ce degré d’audace, il est parfaitement inutile d’essayer de la remettre dans la bonne voie...
Eurydice
à la bonne heure ! séparons-nous donc !
Orphée
Je le ferais de bon cœur, si cela ne devait pas nuire à ma considération et à la position que je me suis faite par mon talent et mon travail. Je suis esclave de l’opinion publique : – c’est ma faiblesse, laissez-la moi. – J’ai besoin du monde, je ne veux pas le heurter. Mais je me suis mis
en tête de pourfendre chacun de vos adorateurs…
Eurydice
Avec votre archet ?
Orphée
Non, madame. Je crois inutile de vous apprendre le moyen que j’ai choisi pour attraper le maraudeur… Qu’il vous suffise de savoir ceci : je ne lui conseille pas de folâtrer dans les blés que voilà, comme il le fait depuis qu’il est venu, je ne sais d’où, s’établir dans mon voisinage.

32 Cocteau, dans son film Orphée, sorti en 1950, fait mourir Eurydice dans un accident : elle est renversée par les motards de la Mort.

33Le poète Orphée (Jean Marais) est en effet aimé de la princesse de la Mort (Maria Casarès) et c’est elle qui provoque la mort d’Eurydice (Marie Déa).

La descente aux Enfers

34Pour cet épisode, les élèves se sont intéressés de nouveau au scénario et aux images du film de Cocteau.

Le miroir, porte vers l’au-delà.

Orphée conduit par Heurtebise.

35Heurtebise (François Périer), le serviteur de la Mort, accuse cette dernière, responsable de la mort d’Eurydice, d’agir sans ordre et de n’obéir qu’à l’amour qu’elle porte à Orphée. C’est pourquoi Heurtebise aide le poète à traverser le miroir pour qu’il puisse témoigner au tribunal de l’au-delà.

La condition au retour d’Eurydice sur terre

36La source latine mentionnait la condition du retour d’Eurydice sur terre : Orphée ne devait pas se retourner vers elle avant qu’elle soit complètement sortie des Enfers (cf. début du texte no 2).

redditaque Eurydice superas ueniebat ad auras
pone sequens (namque hanc dederat Proserpina legem)
Eurydice lui était rendue et remontait vers les airs en marchant derrière lui (car Proserpine lui en avait fait une loi).

37Un extrait de l’opéra Orfeo de Monteverdi, créé en 1607, a été étudié en parallèle : l’accent a été mis sur le rôle décisif de Proserpine.

38Les élèves ont travaillé à partir de l’interprétation donnée par le Concert des Nations et la Capella Reial de Catalunya, sous la direction de Jordi Savall.

39À l’acte IV, Proserpine intercède en faveur d’Orphée : Pluton se laisse fléchir par son épouse, mais il pose une condition au retour d’Eurydice parmi les vivants.

Daniele Carnovich dans le rôle de Pluton.

La seconde mort d’Eurydice

40La question de la mise en images de cet épisode a suscité la curiosité des élèves : ils ont recouru cette fois au support de la bande dessinée, étudiant la manière dont le dessinateur et scénariste Marcia Williams avait représenté la transformation d’Eurydice en ombre, au moment où Orphée se retourne.

Eurydice définitivement perdue.

Le désespoir d’Orphée et la vengeance des femmes

41Ce dernier épisode a trait à la mort d’Orphée : désespéré d’avoir perdu pour toujours son épouse, Orphée remplit le monde de ses plaintes et, fidèle à la mémoire d’Eurydice, dédaigne les charmes des femmes de sa patrie, la Thrace. Exaspérées de ce qu’elles considèrent comme une insulte, les femmes se vengent, en le mettant en pièces.

42Les élèves ont pu observer le traitement de cette scène dans la céramique grecque.

Mort d’Orphée, stamnos à figures rouges d’Hermonax, Ve siècle av. J.-C., musée du Louvre (G 416).

La production des élèves

43Après cette phase de recherche documentaire, a commencé le travail de réécriture cinématographique.

Le scénario

44Un document a été privilégié : les élèves ont surtout tiré leur inspiration du livret de l’opéra comique d’Offenbach, Orphée aux Enfers.

45Ils ont été sensibles à l’humanisation des personnages, à l’humour du dialogue et à l’apparition dans ce livret d’un nouveau personnage : l’Opinion publique. Ce personnage est conçu à l’image du chœur dans le théâtre antique : il commente les événements, il crée tantôt une distance ironique, tantôt une proximité avec les personnages du mythe. Les lycéens ont vite assimilé cette opinion publique à l’audimat visé aujourd’hui par nos chaînes de télévision. Le mythe permet ainsi de s’interroger sur le statut de l’artiste manipulé par les médias.

46L’histoire d’Orphée, dans le film produit par l’atelier de pratique artistique, est celle d’un artiste mis en pièces par les chaînes de télévision rivales, qui, à l’instar de ces femmes de Thrace s’abattant sur le héros légendaire, envoient des journalistes pour se disputer l’exclusivité d’un événement et gagner un scoop.

Le héros harcelé par les journalistes à la sortie des Enfers.

La réalisation

47Au fil des lectures et des recherches, des idées pour le tournage ont commencé à émerger. Des questions sur le choix du lieu ont été soulevées : où situer les Enfers ? comment les représenter ? La question du costume a également été évoquée : devait-il être antique ou moderne ?

48Deux lieux ont finalement été retenus pour le tournage : un site naturel de Franche-Comté, la grotte de Consolation, et le musée des Arts forains à Paris. Le premier permettait de réintroduire le sacré sous la forme de la nature sauvage ; le second, cadre de la séquence sur le monde des dieux, offrait la possibilité, par la présence des miroirs et les jeux de clair-obscur, de créer une inquiétante étrangeté et de favoriser l’imaginaire.

49Pour les costumes, le choix de faire jouer Orphée torse nu soulignait sa vulnérabilité par rapport aux personnages sans distance des journalistes ; l’idée de présenter une Eurydice double, une noire habillée de blanc, et une blanche habillée de noir, fut une heureuse trouvaille.

50Le jeu d’acteur devant la caméra a permis aux élèves de se réapproprier les grandes lignes du mythe et d’inventer pour l’image de nouvelles significations qui s’ajoutaient à leur scénario initial.

51Une vraie coopération s’est établie entre les élèves de l’atelier théâtre et ceux de l’atelier cinéma vidéo. En effet, les acteurs devaient avoir à l’esprit que les scènes qu’ils jouaient seraient montées ensuite en séquences. D’autre part, il fallait définir les choix esthétiques de la lumière, du cadrage, des plans, de la musique et du rythme donné au film, en prenant en compte le jeu des acteurs.

52Le travail de montage a été confié ensuite aux seuls élèves de l’atelier cinéma vidéo. Une fois la réalisation terminée, une projection publique au sein du lycée a permis de présenter le film à un grand nombre d’élèves de l’établissement, et de faire vivre la culture antique par-delà le cadre du cours de latin.

53Ainsi, les élèves ont choisi d’atteindre l’horizon d’attente du spectateur par la surprise et l’humour. Ce court-métrage, qui s’intitule Orphée 2009, est plus proche de l’univers burlesque d’Offenbach que de l’ambiance onirique et fantastique du film de Cocteau. Le film se termine sur l’image du dieu Mars : il est ici le représentant d’une marque et traduit l’invasion de la publicité, soulignant l’esprit parodique qui a présidé à la réécriture.

Le dieu Mars, sorti d’un péplum.

54On le voit, l’intérêt de l’outil vidéo pour les langues anciennes n’est pas à négliger. Cette expérience menée autour d’un projet reliant antiquité et monde actuel montre que des élèves issus pour beaucoup des classes technologiques trouvent ainsi l’occasion d’acquérir une culture classique. Par ailleurs, la création artistique avec ses différentes productions permet à l’enseignement des langues anciennes de rayonner au sein de tout un établissement et de tisser, sur le plan culturel comme pédagogique, des liens fructueux avec d’autres disciplines.

Bibliographie

Bibliographie

Williams Marcia, Les mythes de la Grèce antique en bandes dessinées, adaptation française de Delage Régis, Paris, Gründ, 1992.

Filmographie

L’Orfeo de Claudio Monteverdi, le Concert des Nations et la Capella Reial de Catalunya, direction Jordi Savall, BBC Opus Arte, 2002.

Orphée de Jean Cocteau, avec Jean Marais, François Périer, Maria Casarès, Marie Déa, Henri Crémieux et Juliettte Gréco, M6 Vidéo, 2008.

Auteurs

Certifié de lettres modernes, enseigne au lycée le français ; réalisateur de films et formateur dans le cadre du dispositif « Lycéens au cinéma », il assure l’option Cinéma Audio-visuel.

Certifiée de lettres classiques, enseigne au lycée le français, le latin et le grec et encadre des ateliers de pratique théâtrale en collaboration avec Annie Gobert ; elle est également chargée de cours à l’Université de Franche-Comté.

Certifiée de lettres modernes, enseigne au lycée le français ; titulaire de la certification complémentaire « arts option théâtre », elle encadre des ateliers de pratique théâtrale et assure l’option Cinéma Audio-visuel en collaboration avec Bernard Bellevret.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search