Version classiqueVersion mobile

Médiévalités enfantines

 | 
Caroline Cazanave
, 
Yvon Houssais

Deuxième section. S’aventurer dans le passé indéfini

Astrid la petite Vandale, la figure du Barbare à la rescousse des petites filles ?

Camille Bozonnet

Texte intégral

  • 1 S. Runberg et K. Friha, La Barbare Academy, Soleil, 2004.

1Le premier tome (et jusqu’ici dernier) de la série intitulée Astrid, La Barbare Academy1 est paru en 2004 aux éditions Soleil. Le scénariste, Sylvain Runberg, en est à son coup d’essai. S’il a publié en 2002 une courte histoire nommée « L’Offrande » dans le magazine Métal Hurlant, La Barbare Academy est véritablement son premier album.

2Il y introduit une saga de Vandales à travers les tribulations de son héroïne Astrid, une fillette d’une dizaine d’années au caractère bien trempé. Après une présentation du personnage et des liens qu’elle entretient avec la « matière vandale » historique, j’essaierai de mettre en lumière les motivations qui sous-tendent les choix de l’auteur, entre fantaisie féministe et intertextualité gratuite.

3Qui est donc Astrid, la petite vandale ? Le cadre est fixé dès la couverture offrant une synthèse exemplaire de l’album. Astrid y occupe le premier plan. C’est le seul personnage en action, exubérant, volontaire, armé de sa hache-emblème afin d’accentuer le décalage entre son sexe et son comportement visiblement belliqueux. Sa famille, reléguée au second plan, à un niveau inférieur, est cantonnée au rôle de spectateur, à la fois témoin et faire-valoir de l’héroïne. Le décor minimaliste de Karim Friha mêle deux grands à-plats verts et bleus – les deux couleurs qui servent, en photo et en vidéo, de fond neutre en attendant les incrustations ajoutées en production. Avant même d’aborder l’histoire, on sait ainsi sur qui et sur quoi seront braqués, quasi exclusivement, les projecteurs.

4Il en est de même pour la page de garde. L’illustration de type « portrait de famille » distingue de nouveau Astrid qui, en tirant la langue, accentue son côté extraverti, indiscipliné, voire envahissant, cependant que sa famille ignore ses facéties. Chacun des trois autres membres regarde en effet dans une direction différente. Et le décor a disparu.

  • 2 Op. cit., p. 2.

5Un ensemble de neuf planches développe ensuite cette exposition. Le titre de cette première partie donne le ton : « On ne choisit pas sa famille »2 et permet à l’héroïne de prendre ses précautions vis-à-vis du lecteur et ses distances à l’égard d’un environnement que l’on suppose lui convenir moyennement.

  • 3 Ibid., p. 3.
  • 4 Ibid., p. 5.
  • 5 Ibid., p. 7.

6On y fait plus ample connaissance avec Astrid, qui prend en main son portrait. Fidèle à la première impression livrée en couverture, c’est d’abord par l’action qu’elle se présente, en hurlant, frappant, dégoulinant de sueur, défiant et hurlant de nouveau. Ses paroles tiennent lieu de sous-titre. Elle se définit elle-même non comme une petite fille mais comme une « Vandale » exagérant, pour « les gros nazes »3 de lecteurs que nous sommes, l’opposition apparemment intrinsèque entre les deux états. Un coup d’œil succinct jeté à son village, puis c’est au tour de la famille d’être brièvement inspectée et « le gros barbu qui rigole comme un débile, c’est mon papa Wanadur, le chef de la tribu »4 ; il y a aussi sa mère, Ursula, et son frère jumeau Ulric, avec qui le courant ne passe pas vraiment. Simple rivalité fratricide qui trouve son explication dans le caractère d’Ulric, plus enclin aux méditations intellectuelles et aux doux plaisirs de la lecture qu’à la satisfaction d’instincts sanguinaires. Lorsque Astrid nous avoue : « vous savez ce que c’est d’avoir un frère qui n’a jamais touché une hache de sa vie, la tête plongée dans les livres à longueur de journée, ben c’est la honte ! », son frère soupire : « Pourquoi ne suis-je donc pas né grec six siècles plus tôt à Athènes ? »5.

  • 6 « Il était une fois Astrid », ibid., p. 9-11.
  • 7 Ibid., p. 9.
  • 8 Ibid.
  • 9 Ibid., p. 10-11.
  • 10 Ibid.

7La suite nous familiarise avec les principes fondamentaux de sa jeune éducation, qui n’a pas porté les fruits escomptés6. « Elle avait pourtant tout pour devenir une Vandale modèle »7, reconnaissent spontanément ses parents : un papa apprécié de tous ses guerriers (l’exemple cité étant la proclamation, bien accueillie, des mois d’été fériés), une maman comme il faut, des parents attentifs et concernés, une enfance aisée. Alors, que s’est-il passé ? Pourquoi ne se comporte-t-elle pas en sage petite fille, polie et bien élevée de surcroît, comme les autres ? Pourquoi n’est-elle pas à l’instar d’Ulric, calme, posée, cultivée ? Particulièrement versés dans l’introspection, Wanadur et Ursula s’interrogent : « Est-ce lié à un traumatisme de la petite enfance, quelque chose qui aurait échappé à notre vigilance parentale ? »8. Une dispute familiale issue d’un retour de raid semble être le révélateur de l’inversion des rôles chez les jumeaux : rentré d’expédition contre des marchands grecs, le malheureux Wanadur s’aperçoit devant les siens qu’il a, dit-il, risqué sa vie et celle de ses guerriers pour des livres. Un lot superbe comprenant des éditions d’Aristote, Platon et Hérodote entre autres. Mais point d’armes, ni d’or, encore moins de bijoux, alors que ce pillage a lieu la veille de l’anniversaire de sa femme, qui goûte la plaisanterie de façon modérée. Leur altercation au premier plan masque ce qui se joue à l’arrière, où l’on voit les jumeaux, calés dans leur chaise haute de bébés, afficher leur préférence : alors qu’Astrid assimile les expressions paternelles sorties de leur contexte telles « un petit raid, chaif de guerre, trésor de guerre »9, Ulric s’attarde sur les livres, rêvant sur « Aristotote, Herododote, livre, et librair grek »10, le tout truffé de fautes d’orthographe censées signifier l’âge des bambins (sachant tout de même, en ce qui concerne Ulric du moins, déchiffrer les couvertures et même lire le contenu dans le texte). Ceci expliquerait pourquoi Astrid s’est mis en tête de devenir la première chef vandale.

  • 11 Ibid., « Le seigneur des pinceaux », p. 24, « Poil au guerrier », p. 25, « Free mousse », p. 26, «  (...)
  • 12 Ibid., p. 30-33.
  • 13 Ibid., p. 18-23.
  • 14 Ibid., « Planche qui glisse ramasse la Miss », p. 12-13 ; « Le choc des maux », p. 14-15 ; « Astrid (...)

8Au terme de cette exposition se déroule alors une succession de saynètes plus ou moins reliées entre elles et chargées, à première vue, d’illustrer cette vocation originale. Cinq de ces saynètes se limitent à une simple planche11. La mésaventure dite des « Dents de la mort » en compte quatre12. L’épisode le plus étoffé se développe sur six planches13 – c’est l’histoire éponyme de ce premier tome. La majorité, c’est-à-dire dix histoires, couvre deux planches14. Chacun de ces sketches s’applique à conforter Astrid dans son rôle de garçon manqué irrévérencieux : elle rivalise d’intrépidité avec les garçons du village, ridiculise son père et ses guerriers au beau milieu d’un raid, se pose crânement en unique rivale de Vanina, la star de la Barbare Academy – non pas en émettant de douces vocalises, mais plutôt en rugissant de férocité barbare dans une version très rock complétée par une guitare en forme de hache. Elle s’essaye aussi à combattre telle une Amazone, applique les principes de guerre vandales en faisant de son frère son premier prisonnier, se rebelle contre le chaman chargé de la muer en fillette, s’entraîne au combat, ou encore transforme son chaton de compagnie en semi tigre monstrueux à dents de sabre. Toutes ces situations démontrent inlassablement sa vigueur rehaussée des qualités du guerrier, comme l’audace, la bravoure sur le champ de bataille ou le sens de l’honneur. Elles insistent également sur son non-conformisme, son irrespect envers les valeurs de sa société et sa détermination farouche à renverser l’ordre établi.

9Aussi, quelle image du Vandale Astrid projette-t-elle ou tente-telle, plutôt, de projeter ? Une image saturée des clichés qui fondent la réputation des Barbares, c’est-à-dire la violence démesurée, le pillage, le saccage, la destruction aveugle, la terreur, … etc. Pour le plus grand plaisir du scénariste, qui ne se lasse pas de les souligner de plusieurs manières :

  • 15 En référence à ce sous-genre du cinéma d’horreur exacerbant les scènes sanglantes explicites (effus (...)
  • 16 S. Runberg, La Barbare Academy, éd. cit., p. 30.
  • 17 Op. cit., p. 15.

10– Soit le dessinateur exploite les clichés de violence en représentant quelques scènes liées au combat (raids lors des migrations ancestrales p. 4 ; raids de Wanadur p. 16-17 ; entraînement au combat des jeunes vandales p. 14-15 ; sort réservé aux victimes décrit avec un luxe de détails gore15 – au choix, « découpé en petites tranches »16, « suffoquant dans des râles immondes où se mélangent bile et glaviots de sang [parce qu’]un glaive qui pénètre dans l’estomac, ça découpe la chair, sectionne les intestins »17).

  • 18 Ibid., p. 28.

11– Soit l’illustrateur exploite les clichés du barbare en l’associant à la nature guerrière, « tout en sueur et en fureur »18, c’est-à-dire masculine, reconnaissable à la pilosité, à la barbe – ce qui exclut Astrid du cercle des combattants professionnels, malgré une allusion aux Amazones, non exploitée et non aboutie. Cet essai de définition sera finalisé dans l’archétype du grand chef barbare dévoilé à Astrid par son père lors de l’épisode intitulé « Dessine-moi un barbare » :

  • 19 Ibid., p. 35-36.

Il faut d’abord faire preuve d’un courage sans borne […] savoir survivre dans les environnements les plus sauvages […] se jouer de la peur dans les situations les plus difficiles […] ne pas craindre la soif […] ni la faim […] être rapide comme l’éclair […] et surtout garder l’amour du travail bien fait19 !

  • 20 Ibid., p. 7.
  • 21 Ibid., p. 8.
  • 22 Ibid., p. 33.
  • 23 Ibid., p. 40-41.

– Soit le scénariste ressasse le cliché barbare à travers la personnalité caricaturale de son héroïne : lors d’une discussion avec son frère, figure de l’intellectuel pacifiste, Astrid nie que les raids et batailles soient son seul centre d’intérêt et elle provoque son interlocuteur en affirmant : « donne-moi un livre avec de gros barbares qui se fritent à coups de hache et je serai la plus heureuse des Vandales »20. Plus loin, consternée d’être affligée d’une telle famille d’incompétents, elle garde le moral « car comme dit le célèbre proverbe vandale : “ tant qu’il y a de la hache, y a d’l’espoir ” »21. Elle n’hésitera cependant pas à sauver l’honneur paternel, qui est malmené, en affirmant haut et fort que son « père est un grand guerrier […] un barbare légendaire qui ne craint ni la douleur ni la mort ! »22 avant d’être malheureusement détrompée. Enfin, on la surprend en pleine action, avec la hache de son père justement, s’acharnant sur ce qu’elle suppose être son totem de combat, puis sur son propre totem23.

  • 24 L. Musset, Les invasions : les vagues germaniques, Paris, PUF, 1965, (3e éd. 1994), Coll. Nouvelle (...)

12Et pourtant, nonobstant l’outrance des clichés, un minimum d’informations concorde avec ce que, malgré la rareté des sources disponibles, les historiens ont pu établir au sujet des Vandales. Dans la mesure où ce nom évoque un vaste groupe de tribus, les Vandales servent fréquemment, dans les hagiographies, de « prête-noms pratiques pour toutes sortes d’envahisseurs de la Gaule »24. En l’occurrence, Astrid appartient à ce groupe « de Barbares conquérants et dominateurs » qui, dans les années 400 :

  • 25 S. Runberg, La Barbare Academy, éd. cit., p. 4.

partirent vers le sud, histoire d’aligner raids sur raids en territoires inconnus, déclenchèrent aussitôt une vague de panique dans toute l’Europe et franchirent même, pour certains d’entre eux, la Méditerranée, c’est vous dire25 !

  • 26 L. Musset, op. cit., p. 108.

Tout le périple de l’Europe de l’Est à l’Afrique y est évoqué, en cinq cases. Sans luxe de détails, certes, mais sans erreurs historiques non plus. On sait qu’effectivement, d’origine probablement scandinave, les Vandali, apparus au Ier siècle et représentant un vaste ensemble de peuples, ont traversé le Rhin et la Gaule pour arriver en Espagne à l’automne 409. Ils y ont embarqué et exercé la piraterie en Méditerranée pendant une vingtaine d’années. Puis, sous l’impulsion de leur chef Genséric, ils ont abordé en Afrique, conquis des villes et des provinces pour finalement se fixer là-bas en 477, à la mort de Genséric et gérer ce qui constitua l’état vandale d’Afrique jusqu’à leur reddition en 534 et leur disparition, en Orient, dans le « chaos ethnique des troupes byzantines opposées aux Perses »26.

  • 27 S. Runberg, op. cit., p. 6.
  • 28 Ibid.
  • 29 Les deux compères sont allés à Lutèce, ont fait le tour de Gaule et ont rendu visite aux Bretons, G (...)
  • 30 D’autant que l’album a été pensé comme le premier volet d’une série.

13Or, une originalité caractérise la tribu d’Astrid. Comme l’héroïne, ce groupe est atypique. « C’est vrai qu’il y a une tribu vandale qui fait un peu bande à part, question expéditions lointaines », nous confie, gênée, Astrid. « […] Pour mieux nous situer, mon clan et moi, on vit à Beldaïchon […] c’est une petite bourgade bien tranquille avec vue sur le lac Balaton, air pur et tout le toutim. » Décor trop tranquille au goût d’Astrid qui déplore en effet que sa tribu, pratiquant le culte de « Thermoth, dieu de la pluie »27, et donc ne s’aventurant en expédition que par temps pluvieux afin d’éviter l’insolation fatale, soit, certes, composée de vrais Vandales, « mais sans l’option trajet longue distance »28. Les personnages se singularisent ainsi comme étant l’unique tribu sédentaire de Hongrie, position largement inspirée du modèle d’Astérix et de ce « village peuplé d’irréductibles Gaulois résistant encore et toujours à l’envahisseur » ; à ceci près que, contrairement aux vaillants bourlingueurs Astérix et Obélix29, la tribu de Wanadur ne s’aventure que rarement en dehors de son pré carré. En créant cette situation d’exception à partir d’un canevas historique juste, Sylvain Runberg s’offre justement l’opportunité de s’affranchir des contraintes historiques et se ménage un vaste champ de possibles. Désormais, tout est permis. C’est d’ailleurs à la fin de cette exposition que le déroulement chronologique de la narration est abandonné au profit d’une succession de sketches. L’introduction nécessaire au cadrage étant derrière nous, on rentre – enfin, dirait-on30 – dans le vif du sujet. L’histoire prend véritablement son envol, laissant à Astrid toute latitude pour jouer les Barbares libérées.

  • 31 S. Runberg, La Barbare Academy, éd. cit., p. 28.
  • 32 www.lab-elle.org. Lab-elle pour « Laboratoire pour elle ».

14Mais quel propos cette Barbare libérée sert-elle au juste ? L’élément fondateur semble être le principe naturel sur lequel repose l’organisation de la société, que le père énonce un jour à sa fille incrédule : « les filles sont comme des pétales de rose […] douces et fragiles […] au contraire des garçons, qui sont de vrais guerriers tout en sueur et en fureur »31. À partir de cette opposition insurmontable liée au sexe, s’articule la riposte d’Astrid et sa lutte pour l’égalité des droits. Elle refuse de se plier à la norme sous prétexte qu’elle est née femme. En pleine crise d’émancipation, Astrid appartiendrait-elle à ce courant de la littérature enfantine identifié et soutenu notamment par l’association suisse romande Lab-elle32 ? Fondée par Christine Keim, designer en communication visuelle, et Anne Dafflon Novelle, Docteur en psychologie, Lab-elle promeut une littérature enfantine débarrassée des stéréotypes du masculin et du féminin. Et surtout du féminin. Concrètement, l’association labellise les trop rares albums illustrés à potentiel féminin, c’est-à-dire dont au moins un personnage de sexe féminin est présenté de manière positive, valorisé et non stéréotypé – éléments également valables pour les autres protagonistes comme pour l’environnement dans lequel ils évoluent.

15Quatre critères d’évaluation ont été mis au point pour attribuer le label :

  1. qu’il y ait des filles dans des rôles actifs, volontaires et valorisés ;
  2. que des garçons se retrouvent dans des rôles, activités et sentiments habituellement attribués à l’univers féminin ;
  3. que des femmes incarnent des rôles de mères non stéréotypés ou des rôles professionnellement diversifiés ;
  4. que des hommes figurent dans des rôles, activités, sentiments habituellement dévolus à l’univers féminin ou soient associés à un réel partage des tâches entre les sexes.

16Concernant le critère réservé aux filles, voici ce que l’association dénonce et prône :

  • 33 Ibid.

Les filles sont souvent présentées comme passives, dans un univers familial en compagnie du père et de la mère, des jeunes frères et sœurs avec lesquels elles peuvent à loisir exercer des activités domestiques et maternantes. A contrario, les garçons sont représentés de manière nettement plus active, avec des copains avec lesquels ils font du sport ou des bêtises, ces deux activités étant rarement associées aux filles. En conséquence, il est important de mettre en avant les livres dont le personnage principal est une fille dans un rôle actif et valorisé. L’héroïne ne doit pas pour autant endosser le rôle du « garçon manqué » et être valorisée uniquement à travers des actions ou des caractéristiques traditionnellement masculines. Le but est de mettre en évidence des albums dans lesquels les filles décident pour elles-mêmes, agissent et ont confiance en leurs propres potentiels33.

  • 34 S. Runberg, La Barbare Academy, éd. cit., p. 3.
  • 35 Op. cit., p. 13, 17, 30. Même cas de figure avec « Free mousse » : Astrid se barbouille de mousse à (...)
  • 36 Ibid., p. 38.
  • 37 Ibid., p. 25.
  • 38 Ibid., p. 29.

C’est là que le bât blesse en ce qui concerne Astrid, qui échappe difficilement au registre caricatural du « garçon manqué ». Certes, son rôle actif est tout à fait mis en évidence. En revanche, il n’est pas certain qu’il soit valorisé. L’ensemble de ses activités, loisirs et sentiments est, au mieux, ignoré par les autres, au pire, critiqué : sa démonstration de force inaugurale s’effectue dans un environnement parfaitement désert, à l’exception d’un oiseau qui s’enfuit et d’un petit lapin perdu dans la neutralité de ce décor34 ; ses tentatives pour briller au jeu mâle de la « planche-qui-glisse », ancêtre du skateboard, pour se faire pousser une barbe virile, ou provoquer grossièrement frère Justinien se soldent par des échecs et lui font subir la risée des garçons comme des filles35 ; les reproches qu’elle lance à son père au beau milieu d’un raid lui valent simplement d’être reléguée au fond de la charrette avec les poules – sans commentaires, ni élogieux ni désapprobateurs, sur sa présence au cœur du combat, etc… À de rares exceptions, cependant, son insoumission fait mouche : emmenée chez le chaman pour être transformée en fille, Astrid profite de la magie de ce dernier pour prendre le contrôle de la situation et lui flanquer la peur de sa vie36. De la même manière, avec ses petits copains qui, par misogynie37, l’ont exclue de l’entraînement au combat, elle retombe sur ses pieds et se permet de gratifier son père d’une pique38, malgré un désastreux essai pour devenir une Amazone. Néanmoins, ses quelques revanches prises sur le sexe fort ne convainquent pas. Au plus font-elles sourire ou rire. Toute courageuse, fière, indocile, obstinée qu’elle soit, Astrid est bien volontiers un modèle d’héroïne émancipée mais ce modèle échappe au combat féministe – ce qui ne l’empêche pas d’être éventuellement récupéré. Astrid n’y croit pas réellement et, en tout cas, ne s’affiche, ni comme porte-parole, ni comme figure de proue.

17Au contraire, sa personnalité excessive, bouffonne, hardie, est mise au service du jeu à destination d’un public plus âgé, contemporain du scénariste. Sylvain Runberg étant né en 1971, La Barbare Academy vise la génération de trentenaires marqués par la culture des années 80-90. Ce qui prédomine alors, ce sont les multiples allusions à la publicité, la musique, aux séries et vedettes de la télévision et du cinéma de ces décennies. Quasiment chaque page exploite des devinettes, des jeux de mots à décoder, et la lecture des planches se transforme rapidement en véritable chasse aux clins d’œil. Ainsi, pour nous limiter à quelques exemples :

  • le titre La Barbare Academy renvoie à l’émission de télé-réalité de TF1, La Star Academy, lancée en 2000. Contrairement à ce qu’on pourrait imaginer cependant, Astrid ne s’inscrira pas à un tournoi de combats mais bien à une compétition de chants ;
  • p. 11 : la citation d’Astrid, « du haut de ce rocher, vingt siècles nous contemplent », plagie celle du général Bonaparte prononcée le 3 thermidor an VI devant la pyramide de Gizeh : « Soldats, du haut de ces pyramides, quarante siècles nous contemplent », d’où la pique que lui envoie son frère : « ma pauvre sœur, ton état se corse… » ;
  • p. 12 : la « planche qui glisse » se veut l’ancêtre du skateboard39. Discipline tombée en désuétude, elle revient en force à la fin des années 80 ;
  • p. 14 : le Schtroumpf glissé dans la première case renvoie à l’enfance de l’auteur puisque le premier grand dessin animé est sorti en 1975, avant d’être adapté aux États-Unis à partir de 1981. Huit saisons seront produites, soit 425 dessins animés ;
  • p. 24 sq : parmi les graffitis qui figurent au cœur de l’épisode du « Seigneur des pinceaux », dérivé du célèbre Seigneur des anneaux de Tolkien40, on retrouve la tête de Bart Simpson (héros de la série d’animation américaine The Simpsons, créée par Matt Groening en 1987 et diffusée pour la première fois le 17 décembre 1989). Le quatrième graffiti figure un smiley (inventé en 1963, ce petit dessin devient l’emblème de la culture techno dès le début des années 90 avant d’inonder Internet et les courriels de ses icônes dérivées) ;
  • p. 30 : les paroles « Jésus revient » entonnées par Frère Justinien reproduisent celles de la chanson du film d’Étienne Chatiliez, La vie est un long fleuve tranquille (1988), qu’interprétait Patrick Bouchitey, alias le père Aubergé ;
  • p. 39 : le totem du chaman est une version « barbare » de Goldorak, le robot héros du dessin animé adapté du manga éponyme qui a commencé sa diffusion en France en 1978 ;
  • Et enfin, p. 43 : l’invocation « par Konfipoth » se réfère au produit Confipote (une confiture allégée en sucres de la marque Materne, rendu célèbre par le jingle du spot de publicité diffusé dans le milieu des années 80).

18 La Barbare Academy est ainsi un album à double entrée. Un premier niveau de lecture, adapté au public-cible des 8-12 ans, s’attache en effet à relater les efforts désespérés d’Astrid pour suivre la route, semée d’embûches, qu’elle s’est choisie. Malgré l’ironie qui couronne souvent ses demi-exploits, l’auteur s’emploie à modeler une figure d’identification de franc-tireuse. Et bien qu’étrangère au militantisme féministe, Astrid pourrait, à travers sa volonté farouche d’émancipation, se porter à la rescousse de certaines petites filles.

19Mais la Barbare Academy est également l’album d’un trentenaire qui utilise son goût pour la culture scandinave afin de s’offrir, ainsi qu’à sa génération, un morceau de bravoure à la mode des années 80-90. Contrairement à la démarche historique qu’il suivra plus tard, dans la fresque épique à l’époque viking intitulée Hammerfall, Sylvain Runberg privilégie en effet l’intertextualité entre un squelette narratif « Ve siècle » et des épisodes « XXe siècle » permettant, dans la superposition de ces deux univers, d’infinis calembours réservés aux initiés. Sans autre prétention, manifestement, que de sacrifier à la manie contemporaine du « private joke ».

  • 41 Lors d’une interview publiée le 11 septembre 2007 par Vincent Gerber sur le site www.murmures.info.

20C’est d’ailleurs là que résident les limites de ce projet inscrit dans le genre très contemporain, lui aussi, du décalage. Si, par exemple, la série d’Alexandre Astier, Kaamelott, maîtrise ce genre ludique en mêlant plusieurs niveaux de décalage tout en restant, pour chaque épisode, enraciné dans la matière romanesque du Graal, ce n’est pas le cas de la Barbare Academy. Bien sûr, les personnages s’expriment dans un langage actuel truculent. Cependant, au lieu de puiser dans la matière vandale les éléments qui pourraient nourrir les anachronismes, Sylvain Runberg la délaisse. En cantonnant cette référence aux cinq cases de résumé de la page quatre, il limite nettement ses ressources. Certes, la matière vandale n’est pas aussi riche que celle de la légende arthurienne, par manque de données disponibles. Néanmoins, parce que le scénariste l’exploite tout d’un coup, il condamne sa « version très personnelle des Vandales »41, comme il l’appelle, à se réduire à un prétexte qui ne semble obéir à aucune volonté précise autre que celle de la gratuité du gag d’initié. Or, faute de matériau sur lequel s’appuyer et exercer son sens de l’humour, la version s’enlise et tourne court. La Barbare Academy ne tient pas les promesses du genre.

Notes

1 S. Runberg et K. Friha, La Barbare Academy, Soleil, 2004.

2 Op. cit., p. 2.

3 Ibid., p. 3.

4 Ibid., p. 5.

5 Ibid., p. 7.

6 « Il était une fois Astrid », ibid., p. 9-11.

7 Ibid., p. 9.

8 Ibid.

9 Ibid., p. 10-11.

10 Ibid.

11 Ibid., « Le seigneur des pinceaux », p. 24, « Poil au guerrier », p. 25, « Free mousse », p. 26, « À rebrousse poils », p. 27, « Des armes fatales », p. 34.

12 Ibid., p. 30-33.

13 Ibid., p. 18-23.

14 Ibid., « Planche qui glisse ramasse la Miss », p. 12-13 ; « Le choc des maux », p. 14-15 ; « Astrid s’en va en raid », p. 16-17 ; « L’amazone interdite », p. 28-29 ; « Dessine-moi un Barbare », p. 35-36 ; « Bas les masques », p. 37-38 ; « Barbarian tendencies », p. 39-40 ; « Le cas roudoudou », p. 41-42 ; « Le chaton du démon », p. 43-44 ; « Pauvres pêcheurs », p. 45-46.

15 En référence à ce sous-genre du cinéma d’horreur exacerbant les scènes sanglantes explicites (effusions, corps éviscérés, membres arrachés…) afin de divertir et dégoûter le spectateur. Le père de ce sous-genre est l’américain Herschell Gordon Lewis, dont le film Blood Feast, sorti en 1963, est décrit par son producteur David F. Friedman à Jean-Claude Romer, rédacteur en chef de Midi-Minuit fantastique comme le « premier film américain blood and gore ».

16 S. Runberg, La Barbare Academy, éd. cit., p. 30.

17 Op. cit., p. 15.

18 Ibid., p. 28.

19 Ibid., p. 35-36.

20 Ibid., p. 7.

21 Ibid., p. 8.

22 Ibid., p. 33.

23 Ibid., p. 40-41.

24 L. Musset, Les invasions : les vagues germaniques, Paris, PUF, 1965, (3e éd. 1994), Coll. Nouvelle Clio, p. 238.

25 S. Runberg, La Barbare Academy, éd. cit., p. 4.

26 L. Musset, op. cit., p. 108.

27 S. Runberg, op. cit., p. 6.

28 Ibid.

29 Les deux compères sont allés à Lutèce, ont fait le tour de Gaule et ont rendu visite aux Bretons, Goths, Normands, Belges et Helvètes. Ils ont découvert l’Égypte, la Corse et l’Hispanie. Astérix a également réalisé son odyssée et la grande traversée de l’Atlantique.

30 D’autant que l’album a été pensé comme le premier volet d’une série.

31 S. Runberg, La Barbare Academy, éd. cit., p. 28.

32 www.lab-elle.org. Lab-elle pour « Laboratoire pour elle ».

33 Ibid.

34 S. Runberg, La Barbare Academy, éd. cit., p. 3.

35 Op. cit., p. 13, 17, 30. Même cas de figure avec « Free mousse » : Astrid se barbouille de mousse à raser en pensant que cela lui fera pousser la barbe – emblème s’il en est de la masculinité et du guerrier. Seul son père, découvrant la manœuvre, se moquera d’elle (p. 26).

36 Ibid., p. 38.

37 Ibid., p. 25.

38 Ibid., p. 29.

39 Sous l’impulsion de stars telles que Natas Kaupas ou Mark Gonzales, qui utilisent au maximum la configuration de la ville.

40 Les trois volumes de The Lord of the Rings ont paru entre 1954 et 1955. Outre les multiples rééditions et la traduction en une trentaine de langues, la trilogie cinématographique de Peter Jackson, sortie en salles entre 2001 et 2003, a contribué à entretenir le fabuleux succès de la saga.

41 Lors d’une interview publiée le 11 septembre 2007 par Vincent Gerber sur le site www.murmures.info.

Auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search