Version classiqueVersion mobile

Médiévalités enfantines

 | 
Caroline Cazanave
, 
Yvon Houssais

Deuxième section. S’aventurer dans le passé indéfini

De Lancelot à Angelot du Lac : bande dessinée pour la jeunesse et réappropriation du Moyen Âge

Bernard Ribémont

Texte intégral

  • 1 Une recherche rapide sur internet, avec le mot-clé « Astrapi » ou « Angelot du Lac » permet de voir (...)
  • 2 Cf. par exemple la polémique soulevée par la publication des numéros de déc. 2005 de Tralalire, de (...)

1Le premier volume de la BD Angelot du Lac parut en 1990, sous la plume d’Yvan Pommaux – plus connu pour ses aventures de Marion Duval – aux Éditions Bayard/Astrapi. Le premier album, intitulé Le Temps des loups, fut suivi de deux autres, Le Secret de la caravane en 1993 et, en 1998, Les Frères vengeurs, qui semble clore la série, le jeune héros médiéval réapparaissant de fait sous la forme d’un lointain descendant dans le volume Chantier interdit des aventures de Marion Duval. Ces albums connurent plusieurs rééditions, les dernières apparaissant plus précisément sous le label « Bayard jeunesse », toutes les éditions munies de la mention légale de la loi 49-956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse. En 1998, les trois volumes furent mis en un seul par l’École des loisirs, sous le titre Angelot du Lac et dans une formule noir et blanc. Les labels Bayard, Astrapi et École des loisirs déterminent à eux seuls un certain horizon d’attente : pédagogues de l’école primaire1, parents d’élèves, appartenant surtout aux classes bourgeoise ou moyenne (enseignants tout particulièrement), qui se préoccupent de l’éducation de leurs jeunes enfants, puisent dans une presse catholique modérée, souvent progressiste2, affirmant clairement ses intentions pédagogiques.

2La série Angelot s’inscrit donc bien, de façon délibérée et explicite, dans la littérature pour la jeunesse. Les choix du dessinateur, au demeurant, sont révélateurs : ligne claire, graphisme peu sophistiqué tout en étant précis, visages simplement expressifs signent une intention de s’adresser aux enfants. L’écriture des bulles va dans le même sens, avec des caractères larges, espacés, de type imprimerie légèrement cursif, tels qu’on en trouve dans de multiples albums pour la jeunesse, imagiers en particulier. D’autre part, c’est sur un monde de l’enfance que s’ouvre le premier album et, en boucle, le troisième se clôt sur ce même univers, selon le schéma très classique des retrouvailles des amis séparés.

  • 3 http://www.ac-grenoble.fr/ien.st-marcellin/questlec.html.

3Cette bande dessinée peut être lue comme un récit d’aventures pour la jeunesse, entre 7 et 12 ans, ce qui correspond bien à la fourchette d’âge déclarée par le journal Astrapi, mais elle peut également être considérée par certains comme un sujet d’étude d’histoire à la portée des enfants, parce que, dans cette perspective, elle serait censée offrir un aperçu de l’époque médiévale aux charmantes têtes blondes. Le CRDP de Reims recommande l’ouvrage pour le cycle 3 de l’École primaire et offre un ensemble de pistes de travail en ligne ; une conseillère pédagogique de l’académie de Grenoble conseille, pour ce même cycle, le travail sur cette BD, en proposant un questionnaire de lecture3 ; les exemples peuvent être multipliés.

4On trouve sur le site de l’inspection académique de Vendée un excellent résumé de la façon dont les chantres de la pédagogie interactive et moderne peuvent considérer cette BD :

  • 4 http://www.ia85.ac-nantes.fr/37834390/0/fiche___pagelibre.

Cette bande dessinée peut être l’occasion, à elle seule ou par une mise en réseau, de découvrir le genre, tant par la lecture que l’écriture : organisation de la bande dessinée, terminologie (phylactères, cases, planches, scénario), écriture d’un dialogue sur un support BD aux phylactères vierges.
Une mise en réseau culturelle est envisageable sur l’étude de la vie au Moyen Âge.
Le dossier proposé est une invitation à un travail en littérature. Il n’est pas nécessaire de tout faire. L’essentiel est de préserver chez les élèves l’envie de découvrir ce récit historique4.

Je retiendrai deux éléments principaux de ce morceau de littérature pédagogique : « étude de la vie au Moyen Âge » et « envie de découvrir un récit historique ».

5Cette BD pose avec une acuité particulière le problème, plus général, afférent à la BD médiévalisante, de son horizon d’attente et, selon cet horizon, de ses fonctions. Si l’on s’appuie en effet sur sa réalisation technique, sur l’éditeur qui la publie, et sur son inscription dans les bibliothèques de type CRDP comme sur les conseils pédagogiques officiels qui lui sont attachés, il apparaît évidemment qu’Angelot du Lac est destiné à des enfants et que ces albums sont faits pour les distraire et, au passage, leur donner une appréhension historique ; toujours le bon vieux docere et delectare. La question est cependant que ce ne sont en général pas les enfants qui choisissent ce genre de BD pour les lire à l’école ou dans leur chambre proprette et que, a priori, la plupart de nos bambins bien éduqués – à part peut-être quelques malheureux filles ou fils de médiévistes forcenés – n’entrent pas spontanément en système d’écho avec la littérature médiévale : à leurs oreilles, « Angelot du Lac » ne renvoie pas nécessairement à Lancelot et, donc, la BD a toutes les chances de passer complètement inaperçue. Je noterai enfin qu’il n’est absolument pas certain qu’une telle BD soit susceptible d’avoir la moindre chance de succès auprès d’un public contemporain d’enfants, bien plus attirés par des formes de jeu et d’apprentissage qui excluent le support papier. Or, ne le perdons jamais de vue, lorsqu’une BD est publiée, c’est pour être vendue.

  • 5 Voir mon article « Mythe médiéval, BD et dérision : le cas de Tristan et Iseut », colloque Mythe et (...)

6Mon propos va donc être d’étudier comment une BD peut tenter de réaliser ce qui pourrait ressembler à une quadrature du cercle : s’adresser d’abord à un public d’adultes, tout en se déclarant très nettement destinée aux enfants et, finalement, assurer son succès en proposant une double réception, aussi bien auprès des adultes que des enfants. Il me semble que cette problématique est à notre époque majeure dans l’univers de la BD. En effet, je ne suis pas certain que celle-ci soit encore un medium populaire spontané pour la jeunesse d’aujourd’hui, pour laquelle l’image-papier, accompagnée de texte, est largement distancée par l’image interactive numérique. Mise à part une pratique volontariste et particulièrement évidente en direction de l’enfant de la part de l’adulte, démarche reposant sur des principes d’éducation, l’appropriation de BD par les enfants, en particulier de celles appartenant au corpus, large et varié, de la « BD médiévalisante »5, me paraît devoir se faire, de toute façon, à travers le choix de l’adulte. Ces hypothèses excluent bien évidemment des albums pour adultes, comme Le Ruistre ou Les Compagnons du crépuscule de François Bourgeon.

Première de couverture

7Un des éléments les plus importants, surtout pour le premier album d’une série, est la page de couverture. Celle du Temps des loups est particulièrement réussie et introduit clairement le champ de réception de l’ouvrage. Le titre, tout d’abord, annonce le nom du héros en gros caractères et il est clair que le public visé a certainement entendu parler de Lancelot. Le nom d’Angelot du Lac, fort bien trouvé, est une synthèse programmatique, comme tout bon titre : il est un évident clin d’œil pour un futur acheteur qui, possédant un minimum de références, reconnaît immédiatement le jeu de mot et, en même temps, il indique qu’il y sera question d’un héros et d’aventures qui pourront concerner les enfants et ne seront donc pas d’une violence excessive. Le « temps des loups » en outre annonce une coloration bien traditionnelle, en forme de déclenchement d’une image d’Épinal : le Moyen Âge, c’est l’époque des loups et des légendes dans lesquelles ces animaux hantent les forêts et les imaginations.

8Le dessin s’accorde parfaitement à l’effet d’annonce. Au centre de l’image, le jeune héros, bien campé sur ses deux jambes formant très académiquement un triangle central (en écho de celui de l’arrière-fond), présente le visage lisse et sympathique d’un enfant à l’air déterminé. Il est habillé de haillons, mais propres comme ses mains et son visage, et il fait tournoyer une fronde. La génération de parents à qui s’adresse la BD a vu son enfance marquée par les exploits de Thierry la Fronde, incarné pour la jeune télévision française par le beau Jean-Claude Drouot. Au premier plan, une allusion à la violence des temps, mais discrète : quelques flèches fichées dans le sol, un gantelet qui est censé correspondre à un cadavre de chevalier et qui, par sa taille, souligne la faiblesse du héros, véritable David ; un bout d’épée taché de sang quelque peu édulcoré, de couleur rose-orangé échappé du gant de fer souligne enfin qu’il y eut bataille chevaleresque. Au fond, en grisaille, s’élève une figure archétypale de château-fort – elle aussi triangulaire –, incarnant à la fois la puissance et, par sa couleur – qui s’oppose au bleu serein dans lequel baigne Angelot –, un pouvoir obscur et probablement abusif. En une image donc, un champ topique est clairement tracé : nous sommes au temps des loups et des seigneurs, où la guerre affame le pauvre peuple dont ce charmant garçon fait partie ; et l’on devine à son attitude qu’il va se défendre vaillamment contre la cruelle injustice de l’époque en promouvant au passage de saines valeurs, probablement un tantinet démocratiques : à côté de Thierry la Fronde, Jacquou le Croquant et Robin des Bois ne sont sûrement pas très loin. Quant au jeune David biblique, il apparaît sur la page de garde où l’on voit Angelot, minuscule, face à un chevalier gigantesque présentant un air particulièrement terrifiant.

9En même temps, la curiosité du lecteur averti est éveillée : pourquoi en effet ce nom d’Angelot du Lac ? Va-t-on lire une réécriture des aventures de Lancelot ? S’agira-t-il des « Enfances » du héros revisitées ? Quoi qu’il en soit, les sens culturels du lecteur cultivé sont mis en éveil, à la recherche des clins d’œil, des références dans lesquelles il va pouvoir retrouver ses propres lectures, avec l’ineffable satisfaction des intellectuels, ou de ceux voulant passer pour tels, d’avoir le sentiment de faire partie d’un groupe d’initiés, de ceux qui comprennent, à qui les allusions sont adressées. Et, par la suite, quelle joie de pouvoir faire partager à son fils, à sa fille, ce morceau de savoir et, conjointement, d’autorité maternelle ou paternelle et, déjà, de sentiment de supériorité : « moi, mon papa, y m’a raconté Lancelot, et Tristan et Iseut ! » L’enfant de médiéviste pourra même avoir droit à Watriquet de Couvin dès le premier volume de la BD !

10La couverture du deuxième album, d’une tonalité un peu différente, joue sur d’analogues procédés. Le climat y est plus sombre, les couleurs dominantes étant le noir et le bleu foncé, ce qui souligne le caractère de mystère annoncé par le titre Le Secret de la caravane. La violence est toujours présente, encore opacifiée, et souligne à nouveau le jeu d’opposition entre le faible déterminé et le fort anonyme. Tenue par deux mains dont l’une comporte une cicatrice, une grande rapière barre en diagonale le champ de vision et Angelot, toujours aussi propret et déterminé, s’avance avec courage, tenant une minuscule dague en sa main, prêt à se défendre devant cette lourde épée penchée vers une mystérieuse main gantée de noir. Le décor est occupé par un lac et, sur le côté, par un arbre dont on ne voit que le tronc et une puissante racine s’enfonçant dans le sol. Mais, comme protégée par le couteau du héros, apparaît à demi une jeune fille nue cachant pudiquement sa poitrine et se baignant dans le lac. Elle a les cheveux longs et, comme il se doit, elle est belle et blonde. Pour le lecteur qui prend la série en chemin, l’interpellation demeure identique à celle impliquée par la couverture du premier album. Voici encore ce Moyen Âge de violence et de mystère, avec ici la prédominance des deux éléments mythiques par excellence des textes celtiques et arthuriens : le lac et la forêt. Qui est en outre cette belle blonde ? Une fée sans doute, peut-être la Dame du Lac ou quelque créature tout droit sortie des Lais de Marie de France. Quant au lecteur qui est devenu fidèle de la série, il est satisfait de voir qu’il demeure dans la même veine, avec ici l’annonce d’un climat qui semble très proche de celui des romans de chevalerie.

11La troisième couverture, illustrant Les Frères vengeurs, est plus lumineuse, dominée par le jaune. Mais le noir impose aussi son contraste pour toujours rappeler que nous sommes en période obscure et ce sont des corbeaux et non des mésanges qui volent dans le ciel. À nouveau des flèches fichées dans le sol – motif pictural en boucle du premier album –, avec cette fois-ci une épée ornée plantée dans la terre, un heaume et un bouclier accompagnés d’un squelette de tête de cheval, montrent que la guerre est là, mais, le squelette l’attestant, la bataille a un parfum de passé. Les deux jeunes héros s’avancent le long d’un pré vert et le fond est occupé par l’ébauche d’une cité ou d’un village ensoleillé. Le message est donc clair ; le lecteur arrive vers la fin – ou du moins une fin – des aventures qui promet une résolution des tensions et des conflits, au moins provisoire. Angelot chemine, l’air méfiant, mais il n’est plus en position d’attaque ou de défense.

12Prises dans leur ensemble, les trois couvertures illustrent donc bien une structure narrative traditionnelle du roman d’aventure : violence et fracture dans le monde du héros, rencontre de la femme et mystère, résolution des tensions. L’ensemble des éléments picturaux mis en dessin de couverture concourent de toute évidence à « faire médiéval », annonçant ainsi l’exploitation probable d’une série de topoi afférant à une période vue comme violente et obscure, ce que souligne également le choix des titres. Le nom du héros, quant à lui, marque à la fois l’inscription dans la période médiévale et la volonté de mettre un enfant en scène, dispositif susceptible de créer un système d’identification avec le jeune lecteur. Mais, conjointement, le jeu de mot, comme certaines images de couverture, annonce une série de clins d’œil que seul un adulte un peu au fait peut immédiatement capter, étant alors tenté d’ouvrir l’album pour en savoir plus.

Références

13Le système le plus employé par les auteurs de BD médiévalisantes pour s’adresser à un lecteur-complice est celui de la référence : à plus ou moins forte dose, selon des degrés variés de connaissance des textes et de la culture médiévale, les auteurs glissent dans leurs albums des éléments, directs ou décalés, voire dérisionnels, tirés de textes médiévaux, de réécritures ou d’un fonds culturel relevant d’un savoir moyen partagé, qui fonctionnent comme autant d’appels à la connivence du lecteur. Yvan Pommaux ne se prive pas du procédé, même s’il n’en abuse pas. Comme on l’a vu, la complicité première s’établit dès la couverture, avec le nom du jeune héros en écho de Lancelot du Lac et, pour ce qui concerne le premier album, avec la nette allusion à David vainqueur de Goliath. L’intertextualité qui fonctionne ici en dialogue avec le lecteur averti repose sur trois ensembles référentiels : la littérature médiévale proprement dite, des récits à coloration médiévale, des inscriptions gothiques.

Littérature médiévale

14La première référence littéraire apparaissant dans la série est vraiment réservée aux initiés : la belle Coline, devenue mère adoptive d’Angelot, lui chante une berceuse : Ythier, son compagnon, trouve cela ridicule, Angelot ayant déjà grandi en cette page 17, mais le petit garçon réplique qu’il aime les berceuses. Or, celle-ci est assez curieuse pour endormir un enfant :

Doucement me jette un sort
Une chatte à moitié morte
Qui chante tous les jeudis
Un alléluia si fort
Que le loquet de ma porte
Tinte et se change en or gris.

Le texte tient évidemment plus de la fatrasie que de la berceuse et, effectivement, il s’agit, à quelques variations près, d’un emprunt au trouvère hainuyer Watriquet de Couvin, précisément d’un extrait d’une fatrasie faisant suite à Doucement me reconforte / Celle qui mon cuer a pris :

  • 6 Dits de Watriquet de Couvin, éd. A. Scheler, Bruxelles, V. Devaux, 1868, p. 296.

Doucement me reconforte
Une chate a moitié morte
Qui chante touz les jeudis
Une alleluye si forte
Que li clichés de nos porte
Dist que siens est li lendis6 ;

Cette insertion lyrique, au demeurant à la mode de l’écriture de la fin du Moyen Âge, incite à s’interroger sur la culture de l’auteur, Watriquet de Couvin n’étant pas l’auteur le plus célèbre du XIVe siècle.

15Plus classique et surtout davantage développée, s’inscrit à la page 42 du Temps des loups, sous la forme d’un récit dans le récit, la légende de Tristan et Iseut. Angelot et son ami et protecteur Ythier ont réussi à s’échapper, poursuivis par un brigand et des paysans en colère, grâce à une barque miraculeusement accostée au bord d’un lac qui leur permet de gagner en toute sécurité une île, sur laquelle ils passeront la nuit. C’est alors qu’Ythier raconte à Angelot qu’un jour un homme lui a rapporté une histoire : dans une série de bulles elles-mêmes illustrées, est alors contée, résumée à ces principaux épisodes, la légende de Tristan et Iseut : amitié de Tristan et Marc, combat contre le Morholt, blessure et guérison de Tristan, rencontre d’Iseut, le philtre d’amour. La suite est particulièrement résumée et se termine sur la belle image de la ronce qui toujours repousse. Le récit est parfaitement contextualisé, ici encore en forme de clin d’œil pour celui qui possède un minimum de lecture en matière de littérature médiévale : la barque ersatz de la nef miraculeuse, l’élément aquatique, l’île, créent une atmosphère topique, dans laquelle le récit de la légende s’intègre avec harmonie. L’énoncé ramassé des aventures de Tristan et Iseut fonctionne pour l’adulte à la fois comme clin d’œil référentiel et, éventuellement, comme déclencheur pédagogique, l’adulte initié, parent ou enseignant, pouvant développer le récit et le commenter.

  • 7 Vol. 3, p. 22.

16Le parcours d’Angelot, qui se fait en boucle entre sa découverte, bébé abandonné au bord d’un lac, par des saltimbanques qui vont l’adopter et l’éduquer, et ses retrouvailles avec ses amis après de multiples aventures, est marqué par le spectacle : jonglerie, chants, théâtre. C’est la scène qui est à son tour l’occasion, à deux reprises, d’insertions référentielles, cette fois en relation avec le théâtre du Moyen Âge. L’auteur de la BD qui a délibérément choisi de focaliser son univers sur les petits – les seigneurs et chevaliers n’étant ici que des adjuvants – va mettre en scène le genre théâtral profane le plus en accord avec ce choix, à savoir la pastourelle dramatisée. La première scène, évoquée en deux images, l’une de répétition, l’autre de jeu devant le public, montre le jeune Robin sauvant à coups de bâton sa Marion ennuyée par un séducteur se prétendant aveugle7. La seconde, plus développée, est une réminiscence très claire du Jeu de Robin et Marion d’Adam de la Halle : Marion file en chantant une chanson qui, à un écart près, est celle qui inaugure la pièce d’Adam :

  • 8 Éd. trad. Jean Dufournet, Paris, GF, 1989, p. 41-42.
Les Frères vengeurs (p. 38) Le Jeu de Robin et Marion8
Robin m’aime, Robin m’a
Robin m’a demandée et il m’aura.
Robin m’a acheté un surcot d’écarlate
et le bracelet d’or que je porte à mon bras.
Robin m’aime, Robin m’a ;
Robin m’a demandée, et il m’aura.
Robin m’a acheté petite robe
d’écarlate solide et belle,
long fourreau, jolie ceinture

La scène se termine par le départ du chevalier qui, comme chez Adam, se nomme Aubert, et par les retrouvailles de Robin et de Marion.

17Indéniablement donc, Yvan Pommaux a une certaine connaissance de textes du Moyen Âge, avec lesquels il joue, prenant de courts extraits et opérant quelques variantes, dans un dialogue avec un lecteur adulte considéré d’abord comme complice, puis comme lecteur-éducateur.

Sonner médiéval

18Les auteurs, à défaut de citations ou de références précises à des sources médiévales, peuvent aussi construire des systèmes référentiels, là encore sous la forme de récits dans le récit, qui rappellent une narration médiévale, sans pour autant emprunter directement à un texte du Moyen Âge. Yvan Pommaux met ainsi en scène, dans le second album de la série, un conteur qui apparaît sporadiquement d’une façon étrange et sans aucun rapport direct avec l’action. Barbu, muni d’un bâton long et vêtu d’une houppelande – il peut rappeler un pèlerin – il raconte une histoire évidemment épique mettant en scène Huon, Guichard, Geoffroy, Ganelon, Olivier, Sigismond, Turpin et Aude. On y retrouve quelques images topiques particulièrement célèbres et galvaudées comme celle du cavalier fendu en deux avec sa monture, d’un seul coup d’épée, et le ton y est délibérément épique, imité du langage des jongleurs de geste : « Alors ce ne fut plus que tumulte, heurts d’écus, de lances, d’épées, fureur d’hommes bardés de métal » (p. 42). Il ne s’agit pas ici d’emprunt ; l’auteur s’éloigne même complètement de toute tradition en inventant un combat où Olivier perd un bras, en faisant d’Aude l’amie d’un certain Guichard le Tendre et en faisant décapiter Ganelon par Hugon. Ces micro-récits, présentés comme des extraits non suivis de ce qui pourrait être une chanson de geste, sont tissés à l’aune de la fantaisie de Pommaux qui reprend toutefois des noms célèbres de l’univers épique médiéval, surtout celui de la Chanson de Roland, en omettant soigneusement Roland lui-même, comme s’il répugnait à trahir ce héros trop fameux. Ces récits fonctionnent donc comme un rappel du genre épique, reconnaissable par les noms, certaines figures et un climat particulièrement violent qui fait contraste avec la violence contenue de l’ensemble du texte et des images : « La houle qui agitait la plaine dans le crépuscule, c’était cette masse de corps enchevêtrés d’où les blessés cherchaient à s’extirper, englués dans une boue rouge que parcourait, comme une lave incandescente, un flot de sang » (p. 49). On se croirait à Larchamp ! Outre leur rôle de clin d’œil, les apparitions du conteur fonctionnent comme une ponctuation, un arrière-récit qui introduit une ambiance de violence, de ténèbres et de mystère contribuant au climat général médiéval de la BD, la période choisie étant un temps de guerre et d’exactions.

Un peu de gothique

19Il est très rare qu’une BD médiévalisante échappe au genre troubadour, tant l’image romantique du Moyen Âge marque profondément la représentation de cette époque et l’esthétique, attendue du public, qui lui est attachée. Du point de vue de la référence, une insertion gothique assez facile à décrypter est inscrite par Yvan Pommaux à la suite du récit des amours tragiques de Tristan et Iseut. Ici, il ne s’agit pas de récit dans le récit et donc d’un discours renvoyant à un texte, mais d’une mise en scène qui ne peut que rappeler au lecteur un minimum lettré et / ou très au fait des productions modernes, une scène sentant son Notre-Dame de Paris de Victor Hugo. Voici en effet qu’Angelot et Ythier arrivent à un port, au pied d’une cathédrale immense, occupant les deux-tiers de la page. Ils vont aussitôt rencontrer des baladins qui ne sont autres que leurs amis perdus au cours des précédentes aventures. Prenant refuge, la nuit venue, dans la cathédrale, est raconté en images le sort de Coline, accusée de sorcellerie. Montée sur la charrette d’infamie, les cheveux bruns aux vents, la poitrine décolletée et généreuse en avant, Coline a des airs d’Esméralda. Cathédrale immense et inquiétante, couleur délibérément centrée sur le noir, saltimbanques et jongleurs, ambiance de Cour des Miracles, évocation de la sorcellerie et du bûcher, le gothique topique imprime bien sa marque ici, sous les auspices implicites et discrets (pas de dessin précis de Notre-Dame de Paris, pas d’évocation de Quasimodo) d’une des meilleures réussites littéraires dans le genre.

Du médiéval modernisé

20Je ferai, pour terminer cette question des références littéraires, une place à part à un jeu de l’auteur avec un poème médiéval, mais qui sans doute est bien plus connu grâce à sa réinterprétation moderne. Au cours de ses aventures, Angelot a rencontré et sauvé une jeune fille belle et particulièrement capricieuse – Agnès, destinée à un prince italien mais qui, in fine, choisira de rester avec Angelot et de partager sa vie de baladin, ce qu’elle fera d’autant mieux qu’elle a des talents d’actrice et un joli brin de voix qu’elle sait accompagner du luth. À l’occasion d’une veillée en forêt, Agnès prend son luth pour distraire ses compagnons et entonne la célèbre Complainte Rutebeuf, « Que sont mes amis devenus ? ». On s’en serait douté, c’est la version de Léo Ferré, qui sera reprise par Joan Baez, que chante la belle Agnès. Le clin d’œil est donc ici double : vers Rutebeuf pour le connaisseur, vers Ferré pour le lecteur adulte le plus largement visé. Ce choix est emblématique de la technique d’interpellation de l’auteur et résume les différents choix opérés en matière d’insertions littéraires. Car la référence à Léo Ferré, en 1998, n’est pas anodine. Elle identifie, me semble-t-il, l’horizon d’attente d’une telle BD constitué en premier lieu d’enseignants ou socialement – et politiquement – proches, qui étaient étudiants dans les années 60-70 et se reconnaissent évidemment dans le trio fameux Brel, Brassens, Ferré.

Ne pas se priver de clichés

  • 9 Vol. 1, p. 28.
  • 10 Ibid.

21Si l’auteur d’Angelot du Lac sait ménager – sans en abuser – un ensemble de clins d’œil référentiels destinés à un public bien ciblé, il joue également sur des éléments de représentation du Moyen Âge les plus traditionnels. Notons que ces éléments – décors, costumes, ambiance, personnages, situations… – ne sont pas partie constituante d’un ensemble se voulant historique. La BD ne joue avec aucune date, aucun événement particulier de l’histoire médiévale. Lors de l’épisode du léopard, le bon Eustache, comte de Forez, révèle la nature de l’animal qu’il prétend avoir vu dans la ménagerie de René d’Anjou, ce qui correspond bien à la réalité. Le lecteur, dès le premier album, peut comprendre que le récit se déroule vers la fin de la Guerre de Cent Ans à une allusion d’Ythier à l’approche d’une troupe de cavaliers à propos de laquelle Angelot demande si ce sont des Anglais : « Comment savoir Angelot ? Tout le monde se bat contre tout le monde, sur notre sol. Il paraît que cela dure depuis cent ans »9. Ce choix permet aisément de mettre en scène des chevaliers guerroyant dans le plus grand mépris du peuple, des troupes de brigands, des pauvres affamés, des habitants de villages ou de bourgs terrorisés par des Grandes Compagnies, etc. L’univers mis en scène dans Angelot correspond donc bien à une image des plus traditionnelles du Moyen Âge tardif : faim, misère, injustice et violence. Le jeune enfant trouvé par des baladins au cœur généreux force donc la sympathie dans sa lutte pour simplement survivre dans un monde de brutes. Les effets manichéens ne sont donc pas absents de la BD : les méchants ont d’horribles têtes de méchants – ils sont mal rasés, ont de vilaines dents, de gros mentons… etc. –, les bons ont de belles figures de gentils et ils sont toujours propres. Les clichés utilisés, ici encore avec une certaine modération, par Yvan Pommaux, sont classiques dans la BD médiévalisante, comme dans le cinéma d’ailleurs : ils ressortissent à des catégories bien précises que l’on retrouve au fil des textes : 1) scènes d’action et figures ; 2) fantastique et merveilleux ; 3) injustice sociale ; 4) obscurantisme, superstitions et grossièreté des mœurs. La cinquième catégorie serait celle de l’érotisme, mais qui, en toute logique dans un album pour la jeunesse, n’est pas ici exploitée, à l’exception d’une image, où l’on voit Angelot couché parmi les compagnons qui, pauvres, vivent dans la promiscuité et où la belle Coline laisse dépasser un sein – au demeurant fort beau – de la paillasse sur laquelle elle repose près de son fils adoptif10. On pourrait y ajouter les deux scènes au bain où Agnès révèle quelques discrets éléments de sa nudité d’une jolie prépubère de douze ans.

  • 11 Vol. 2, p. 18.

22Dans la mesure où Angelot est une BD qui défend un certain nombre de valeurs morales essentiellement regroupées autour des relations de l’homme social et de son prochain – générosité, charité, volonté, solidarité, amitié… –, ce sont surtout les catégories afférant à la société médiévale qui sont ici exploitées. En conséquence, les éléments fantastiques et merveilleux, pourtant particulièrement à l’œuvre dans beaucoup de réécritures, sont peu présents dans la série Angelot. On voit dans le premier album un homme des bois, à l’allure quelque peu inquiétante, qui est l’ami des loups, leur parle et est obéi d’eux. C’est lui qui, sans se faire connaître, va protéger Angelot perdu dans la forêt et le soigner grâce à un breuvage verdâtre, alors que l’enfant évanoui est veillé par les loups devenus amis de l’homme lorsque la bonté ou la valeur de celui-ci est révélée, ce qui rappellera peut-être à certains l’inoubliable Miracle des loups avec le non moins inoubliable Jean Marais. Dans le second album, apparaît un léopard dans une caravane de marchands mise sous la protection d’un prévôt plutôt sympathique, enveloppé et craintif ; le félin est un cadeau fait par un riche marchand de drap flamand, Hiéronymus Muffel, au futur mari de sa fille Agnès, un noble florentin. Confiant son secret à Angelot et Eustache, le prévôt précise bien que la présence de l’animal doit être bien cachée, « car son aspect terrifiant provoquerait l’effroi parmi les gens du peuple, ou même parmi les commis drapiers de ce convoi : ils ne verraient que magie, diablerie dans cet animal »11. Si les déclarations du prévôt sont bien dans la lignée du topos de l’obscurantisme, elles annoncent également un épisode qui tient du miraculeux : Angelot en effet va être conduit, pour se débarrasser de quelque gibier de potence escortant le prévôt, à libérer le léopard, qui va se cacher dans une forêt où, un peu plus tard, Angelot est agressé. Alors qu’il est sur le point d’être tué, le léopard reconnaissant se rue sur le bandit meurtrier et sauve in extremis le jeune Angelot. Étant donné le contexte, on pourrait peut-être voir ici une réexploitation décalée d’un motif du Chevalier au lion de Chrétien de Troyes. Dans le troisième album enfin, Agnès et Angelot, à la suite d’un naufrage, sont recueillis par un géant. Mais celui-ci, muet et ne s’exprimant que par signe, est fort aimable et courtois.

23Cela est clair, Yvan Pommaux n’a pas voulu jouer de la corde du merveilleux et du fantastique : il en égrène seulement quelques éléments qui, soit sont décalés avec humour – l’épisode du gentil géant muet –, soit sont véritablement limite et très proches d’une réalité probable.

24Plus manifestes sont les clichés ressortissant au domaine de l’espace de la narration. Les personnages sont attendus : villageois incultes et grossiers, bandits de grands chemins particulièrement patibulaires, chevaliers caracolant parfaitement équipés, montreur d’ours, riche bourgeois bouffi à la bourse pleine qu’il se fait aisément voler par un tire-laine, seigneur méprisant le peuple vs noble au grand cœur, humain et charitable (Eustache de Forez), bon moine protecteur des pauvres… il est inutile de donner une liste complète pour voir qu’Angelot ne fait pas exception dans l’exploitation d’un ensemble de personnages bien tracés par la tradition. Remarquons cependant qu’une figure-type, et des plus galvaudées, n’apparaît absolument pas : le méchant prélat inquisiteur et corrompu ou fanatique.

25Les décors répondent également à l’attente du lecteur : silhouettes inquiétantes de châteaux-forts, forêts périlleuses, pauvres masures de paysans, cachot humide et, évidemment, l’inévitable souterrain que dénonçait Crébillon dans sa préface des Égarements, souterrain conduisant au non moins inévitable trésor qui, s’il n’est pas des Templiers, appartient quand même à un ordre de moines soldats, d’ailleurs particulièrement fanatiques, l’Ordre des Frères vengeurs du Saint-Sépulcre.

26L’action quant à elle s’apparente à une quête, ponctuée par des aventures tenant surtout de l’épopée tardive, si l’on voulait faire un parallèle avec la littérature médiévale. Angelot est un enfant trouvé, abandonné près d’un lac, sauvé des loups et adopté par un groupe de jeunes hommes et femmes habitant dans une forêt et vivant comme ils le peuvent, de cueillette, de chasse, mais aussi de rapine. Parmi eux, Angelot va apprendre à chasser, à se battre, à reconnaître plantes et champignons. Il fera également l’apprentissage de la tendresse et de la solidarité régnant dans le groupe, mais aussi de la cruauté des temps et de la rapacité des autres. Une charge de deux armées de chevaliers dans laquelle les amis sont malencontreusement pris va les séparer. Angelot, à nouveau seul, va être recueilli par le bon seigneur par excellence, Eustache, comte de Forez, qui lui propose de devenir son écuyer ; mais le jeune garçon refuse, voulant impérativement retrouver Coline et Ythier. Eustache lui offre alors une bague qui pourra lui servir de signe de reconnaissance. Le scénario est très classique. L’ensemble des aventures va ensuite se dérouler sur le mode des retrouvailles et séparations, jusqu’à la fin de la quête où le groupe initial est réuni, grossi de maître Songe-Creux, théâtreux doucement fou et fort sympathique bien que bavard impénitent, et de la jeune et belle Agnès qui finalement, en dépit de son amour capricieux du confort, renonce à son mariage avec un prince italien dont elle a au passage appris qu’il était féroce et sanguinaire.

27L’entrelacement des aventures est l’occasion d’exploiter des motifs traditionnels des créations médiévalisantes contemporaines et qui sont les ressorts de bien des romans d’aventures épiques, du XIVe siècle à la Bibliothèque bleue et aux œuvres de Tressan ou Contant d’Orville, en passant par Gomberville ou La Calprenède : lutte contre les brigands, enlèvement de l’héroïne, navigation et attaque des pirates, naufrage, rencontres de hasard quasi miraculeuses dénouant une situation, découverte du trésor, banquet chez un riche et détestable seigneur, évocation du bûcher. Mais si Yvan Pommaux joue de ces motifs, il le fait toujours avec modération, sans en prolonger les mises en acte, utilisant plutôt une image-résumé ou même préférant l’évocation à l’action.

28Comme je l’ai annoncé plus haut, ce sont les catégories ressortissant au social qui sont majoritairement à l’œuvre dans cette BD. L’accent est donc mis sur une période plutôt noire, d’où le choix du Moyen Âge tardif comme cadre des aventures d’Angelot. L’introduction du premier album est emblématique : la nuit, un clerc, maître Guillot, écrit sur un parchemin et, par la fenêtre ouverte, une flèche vient lui transpercer le dos. Ce sont deux brigands qui lâchement assassinent le frère pour le voler. Mais ils seront immédiatement punis, dévorés par des loups qui, décidément, semblent bien être les instruments d’une justice divine. Les compagnons qui, peu après cette scène, ont trouvé le bébé spontanément baptisé Angelot, décident d’aller voir Guillot, dont la générosité est mentionnée (« Allons chez Maître Guillot, il nous donne toujours quelque chose », p. 11). Margot découvre le cadavre du clerc et la caméra se focalise sur le parchemin, découvrant au lecteur un morceau de chronique dont la teneur n’a rien à envier au Journal du Bourgeois de Paris :

La guerre a dévasté notre pays. Nous sommes en enfer. Mon riant village n’est plus qu’un tas de cendres. Presque tous mes amis ont disparu, et leurs pauvres enfants rôdent sur les chemins comme des chiens errants. Nos paysans sont morts ou en fuite. Nos champs se couvrent de saules, de ronces, de buissons, et se transforment en forêts impénétrables qui deviennent le royaume des loups. Ceux-ci viennent hurler à nos fenêtres. Partout, à tout instant, des bandits peuvent surgir…

L’injustice sociale apparaît donc toujours, directement ou en filigrane, au cours du récit. Dès le départ, ceux qui adoptent Angelot sont très pauvres et s’ils volent, c’est par nécessité. Dès qu’Ythier trouve la bourse volée par les brigands assassins de Guillot, il déclare : « Les voleurs avaient quelques pièces de monnaie, Coline… Nous allons pouvoir nourrir ton protégé ! » (p. 13). Ils sont effectivement voleurs de poules, maraudeurs, ces compagnons-saltimbanques : ils dérobent une poule à un gras fermier ridicule, et soulagent de sa bourse un bourgeois gros et gras, à la mine peu sympathique, accompagné d’ailleurs d’une jeune et belle femme que le lecteur pourra supposer lui avoir été vendue (p. 26). Tout au long du récit cependant, ces compagnons d’Angelot sont systématiquement démarqués des vrais bandits, tous très laids, vulgaires et sales, qui sont des meurtriers.

  • 12 Vol. 1, p. 51.

29Les troupes de chevaliers sont montrées féroces, impitoyables et totalement insensibles à la misère du peuple qu’elles contribuent d’augmenter et la scène du banquet montre un seigneur, lui aussi particulièrement laid, se faisant significativement servir une tête de porc sur un grand plateau, qui annonce que l’on brûlera demain une sorcière (Coline) et il ajoute d’un air satisfait et condescendant « le bon peuple adore ça »12. De même, les moines-chevaliers vengeurs du Saint-Sépulcre sont montrés fanatiques, impitoyables et très riches à la fois.

30La vision du peuple est également stéréotypée, en deux volets : d’un côté, la populace grossière et superstitieuse, prête à brûler une jeune fille innocente, criant à la sorcellerie pour un rien – par exemple lorsque Angelot découpe un morceau de peau du léopard percé de flèches et qu’il s’en fait une ceinture. De l’autre, le bon peuple naïf certes, mais surtout oppressé par les malheurs du temps : quand, dans le dernier album de la série, maître Songe-Creux décide de jouer son Jeu de Robin et Marion envers et contre tout dans une bourgade où chacun se terre dans la peur d’un assaut d’une compagnie – celle des « Retondeurs » –, on voit peu à peu de braves gens sortir de leurs maisons pour venir écouter la pièce, une lueur d’espoir et de détente sur le visage.

31En conclusion de ce parcours dans la série Angelot du Lac, il me paraît tout d’abord que l’ensemble, du point de vue des intentions qui apparaissent en filigrane et dans les choix de l’auteur, est assez réussi. Nous avons là une BD que l’on pourra avant tout qualifier de sobre et qui, en conséquence, peut bien servir de support à des parcours didactiques, mais qui surtout offre, dans le corpus des BD médiévalisantes, une forme nuancée, assez rare, de création : peu historique, mais non anachronique, peu outrancière mais contrastée, peu violente mais n’ignorant pas la brutalité des hommes, elle joue sur des images manichéennes obligées du genre, en gommant leur contour, les opacifiant, les voilant.

32Elle s’inscrit cependant dans une vision extrêmement traditionnelle et conventionnée du Moyen Âge, période obscure et violente. Cet arrière-plan offre la possibilité contrapuntique de souligner combien les valeurs de solidarité et de charité sont fortes et toujours possibles, quelles que soient les circonstances. De ce point de vue, cette BD fonctionne comme un récit exemplaire, au sens médiéval du terme.

33Plus généralement, là est peut-être surtout son intérêt pour un historien du genre, elle s’inscrit parfaitement, à sa façon, dans un ensemble multiforme de réexploitations de la matière médiévale en ce qu’elle offre aussi une illustration – dans un cadre pédagogique et moralisateur – du rapport de complicité que la plupart des auteurs de ce type de BD veulent établir avec un lecteur adulte. Même si la BD peut être lue, au degré zéro, comme un récit d’aventures à la façon d’un « Club des cinq au Moyen Âge », elle intègre un ensemble de signes et de références impliquant un horizon d’attente capable de réagir à ces signaux, parce que possédant le niveau de connaissances nécessaire.

34La BD médiévalisante serait-elle condamnée à toujours être d’abord une BD pour adultes ayant peu ou prou traîné un jour dans une Faculté des Lettres ?

Notes

1 Une recherche rapide sur internet, avec le mot-clé « Astrapi » ou « Angelot du Lac » permet de voir arriver sur l’écran un certain nombre de sites pédagogiques destinés aux enfants du primaire.

2 Cf. par exemple la polémique soulevée par la publication des numéros de déc. 2005 de Tralalire, de Astrapi de 2006, faisant état de couples homoparentaux et de contraception. Voir un aperçu et des références sur le site http://www.spiritualite-chretienne.com/combat/09-01-2006.html.

3 http://www.ac-grenoble.fr/ien.st-marcellin/questlec.html.

4 http://www.ia85.ac-nantes.fr/37834390/0/fiche___pagelibre.

5 Voir mon article « Mythe médiéval, BD et dérision : le cas de Tristan et Iseut », colloque Mythe et Bande dessinée, V. Alary (dir.), Clermont-Ferrand, 2007, p. 419-36 et mon site web : http://bernard.ribemont.neuf.fr/chantierBD.htm.

6 Dits de Watriquet de Couvin, éd. A. Scheler, Bruxelles, V. Devaux, 1868, p. 296.

7 Vol. 3, p. 22.

8 Éd. trad. Jean Dufournet, Paris, GF, 1989, p. 41-42.

9 Vol. 1, p. 28.

10 Ibid.

11 Vol. 2, p. 18.

12 Vol. 1, p. 51.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search