Version classiqueVersion mobile

Médiévalités enfantines

 | 
Caroline Cazanave
, 
Yvon Houssais

Deuxième section. S’aventurer dans le passé indéfini

Tolkien : Les Lettres du Père Noël

Charles Ridoux

Texte intégral

  • 1 John, ordonné prêtre en 1946, est décédé en 2003. Michael, engagé durant la Seconde Guerre mondiale (...)

1Ils sont assez peu nombreux les enfants qui ont la chance d’avoir pour père un écrivain ; mais bien moins nombreux encore ceux dont le père écrivain prend soin, chaque année, au moment où l’on approche de la veillée de Noël, de faire parvenir à ses enfants une Lettre du Père Noël, directement envoyée du Pôle Nord – ce dont témoignent les timbres dûment estampillés sur des enveloppes elles-mêmes ornées d’étoiles. Tel fut le bonheur des quatre enfants qui entrèrent successivement dans la famille Tolkien : John, l’aîné, né en 1917 ; Michael, né en 1920 ; Christopher, né en 1924 ; enfin, Priscilla, née en 1929, qui est à l’origine de plusieurs témoignages précieux sur la famille1.

2C’est pour répondre à une question posée par John, alors âgé de trois ans, que Tolkien écrivit, en décembre 1920, sa première Lettre du Père Noël, qui présente sa demeure au Pôle Nord. La lettre suivante, en 1923, est adressée à John, mais évoque des cadeaux destinés aux deux premiers garçons, John et Michael. En 1927, le Père Noël fait allusion à des lettres que lui ont adressées Michael et Christopher, mais John semble déjà devenu trop grand pour suspendre ses souliers dans la cheminée. À partir de 1934, les lettres sont adressées à Christopher et Priscilla, les deux aînés ayant grandi. Enfin, de 1938 à 1943, les dernières lettres sont adressées à Priscilla seule.

3Tolkien n’est pas le premier écrivain à rédiger des Lettres du Père Noël pour ses enfants. En 1821 déjà, un pasteur américain, Clement Clarke Moore, avait écrit pour ses enfants un conte dans lequel le Père Noël apparaissait dans son traîneau tiré par huit rennes auxquels la tradition attribue les noms de Tornade, Danseur, Furie, Fringuant, Comète, Cupidon, Éclair et Tonnerre. On doit au poète Robert L. May la création, en 1939, du dernier renne, Rodolphe, dont le nez rouge permet au Père Noël de s’orienter dans les tourmentes de neige du Grand Nord. En 1860, l’illustrateur et caricaturiste d’un journal new-yorkais donnait au Père Noël son costume rouge garni de fourrure blanche ; par la suite, ce même journaliste situait au Pôle Nord la résidence du Père Noël. Mais c’est à l’entreprise Coca-Cola que l’on doit, depuis 1931, un portrait du Père Noël humanisé et rendu jovial et sympathique, avec l’intention d’amener les consommateurs à boire du Coca Cola même en hiver.

  • 2 J. R. R. Tolkien, Letters from Father Christmas, edited by Baillie Tolkien, Harper Collins Publishe (...)

4La publication des Lettres est due à la seconde épouse de Christopher, Baillie, fille d’un médecin ami de Tolkien ; elle avait collaboré un temps à l’Index du Seigneur des Anneaux. Une première édition, parue en 1976, avait pour titre Father Christmas Letters. Il s’agissait alors d’une sélection, tandis que l’édition des Letters from Father Christmas, parue en 1999, comporte les lettres de huit Noëls absentes des éditions précédentes, avec la reproduction des enveloppes et des illustrations, qui constituent une part essentielle de l’œuvre2.

  • 3 Charles Ridoux, « Tolkien : des ponts vers l’enfance et le rêve », Devenir adulte et rester enfant  (...)

5Il apparaît donc que, tant du point de vue de sa conception, de son premier public et de son édition, cette œuvre appartient à la sphère privée de la famille Tolkien ; cependant, elle est ouverte au grand public, qui l’a accueillie avec enthousiasme, et pour la joie de nombreux enfants… et de leurs parents ! Cette ambiguïté du statut d’une œuvre rattachée à la fois à la sphère privée et au domaine public caractérise également l’œuvre dont la publication assura le succès de Tolkien – le Hobbit - tout en le confinant, dans l’esprit de son éditeur et du public, dans le domaine de la littérature pour la jeunesse, alors que le Légendaire s’adresse avant tout à des adultes, c’est-à-dire à des enfants qui ont grandi. Nous avons montré, lors d’un colloque qui s’est réuni à Clermont-Ferrand en 2006, que le véritable héros, dans l’œuvre de Tolkien, n’est pas tant l’enfant que l’adulte porteur des rêves de l’enfance3. De fait, ce que nous voudrions rendre sensible au travers de cette présentation des Lettres du Père Noël, c’est combien une œuvre en apparence mineure peut être reliée par maints aspects au Légendaire de Tolkien, preuve d’une permanence et d’une cohérence de l’inspiration créatrice chez cet auteur depuis les tout débuts du Légendaire en 1916 jusqu’à sa mort en 1973.

Un micro-univers en expansion

  • 4 Cf. notre communication au Colloque international de Rambures sur Tolkien (13-15 juin 2008) : « Le (...)

6Si le Légendaire dans son ensemble présente l’extension maximale possible d’un univers – puisqu’il englobe à la fois la conception du monde avant même sa création au travers du grand chant des Ainur (thème évoqué dans la première partie du Silmarillion, l’Ainulidalë), et une fin cataclysmique à la suite de laquelle est envisagée une nouvelle création au travers d’un nouveau grand chant (auquel participeraient cette fois les Hommes, les Elfes et les Nains4), les Lettres du Père Noël présentent le cas inverse d’un univers minimaliste centré au début sur un lieu exceptionnel – le Pôle Nord – et sur deux personnages : le Père Noël et l’Ours Polaire, son compagnon. On devine aisément que l’Ours Polaire sera, du fait de sa paresse, de sa gourmandise et de sa maladresse, l’occasion de maintes mésaventures qui affectent la demeure et les activités du Père Noël. Dans la Lettre de 1925, on apprend que l’Ours a été à l’origine d’un accident qui a contraint le Père Noël à installer sa nouvelle demeure sur une colline. L’année suivante, l’Ours Polaire produit par mégarde une impressionnante aurore boréale. En 1928, tombant des escaliers chargé de paquets, il entraîne un retard dans la distribution des cadeaux du Père Noël. En 1936, l’Ours Polaire s’est endormi dans sa baignoire en laissant couler l’eau, provoquant une inondation qui a endommagé les cadeaux destinés aux enfants d’Angleterre… Les neveux de l’Ours Polaire viennent élargir la petite société du Pôle Nord et égayer les fêtes qui accompagnent la venue de l’hiver ou qui suivent les livraisons de cadeaux après Noël. L’Ours Polaire et ses neveux portent des noms qui se rattachent à la langue finnoise, une des langues préférées de Tolkien avec le gallois pour ses riches et rares sonorités : Karhu (« l’ours »), Paksu (« vigoureux, vaillant ») et Valkotukka (« aux poils blancs »). Ce petit monde reçoit, en 1927, la visite de l’Homme dans la Lune – une figure héritée d’une comptine anglaise qui a inspiré Tolkien pour deux poèmes, pour une chanson insérée dans le Seigneur des Anneaux (avec une spectaculaire et plutôt malvenue prestation de Frodo à l’auberge de Bree, le Prancing Poney), et pour son récit Roverandom, où ce personnage joue un rôle important et apparaît comme une sorte de gardien empêchant les dragons de ravager la Lune. Dans la Lettre du Père Noël de 1927, l’absence de l’Homme dans la Lune, qui s’est endormi dans la demeure du Père Noël, a entraîné une sortie des dragons dont les fumées ont obscurci la Lune : Priscilla Tolkien a témoigné que cet épisode a certainement été inspiré à Tolkien par une éclipse de lune qui s’est produite le 8 décembre 1927.

7Un autre personnage apparaît en 1936 comme partageant la vie du Père Noël et de l’Ours Polaire, l’elfe Ilbereth, une sorte de secrétaire du Père Noël, plus ou moins en rivalité avec l’Ours Polaire et qui dévoile aux enfants les sottises commises par ce dernier, suscitant en réponse l’indignation de Karhu. Avec ce trio s’établit un équilibre qui permet à l’auteur de varier à la fois le style et la calligraphie de ses Lettres, puisque chacun – Père Noël, Ours Polaire et elfe Ilbereth – possède sa propre écriture. Le nom de l’elfe n’est pas sans rappeler le nom d’Elbereth que porte, en langue sindarin – l’une des deux grandes langues elfiques inventées par Tolkien – Varda, la « reine des étoiles », qui occupe une place éminente dans la mythologie du Légendaire. Cependant, cet elfe des Lettres du Père Noël n’a rien à voir, dans sa figuration, avec les êtres splendides qui peuplent les terres du Beleriand dans les âges anciens du Silmarillion et dont il demeure quelques-uns, à l’abri de demeures hospitalières, dans le Seigneur des Anneaux. Mais, par la magie du nom propre, l’elfe Ilbereth peut être perçu comme un pont entre la mythologie de Tolkien, en pleine réélaboration dans le cours des années trente, et ses œuvres « secondaires », telles que les Lettres du Père Noël ou autres récits en relation plus ou moins étroite avec la littérature d’enfance.

8Si l’elfe Ilbereth se rattache au côté lumineux des êtres inventés par Tolkien, les gobelins, habitants des cavernes du Pôle, appartiennent aux franges sombres et inquiétantes de l’univers des Lettres du Père Noël. Ces gobelins, habitants de cavernes aux parois ornées de figures d’animaux, évoquent les Nains du Légendaire, créatures non d’Eru, le Créateur, mais d’Aulë, un des Valars qui demeurent dans le Royaume Béni de Valinor. Mais on peut également les rattacher aux futurs Orques qui sèmeront la terreur dans le Seigneur des Anneaux. Leur présence permet à l’auteur d’élargir considérablement le cadre de sa narration et de déboucher sur un thème qui structure les récits du Légendaire de bout en bout : la guerre. Le Silmarillion est construit autour des guerres menées contre le Seigneur Ténébreux (Morgoth), qui conduisent à la ruine et à la destruction des trois royaumes elfiques de Gondolin, de Nargothrond et de Doriath ; le Seigneur des Anneaux raconte la Guerre de l’Anneau qui se situe au terme du Troisième Âge ; à la fin du Hobbit déjà, on assistait à la Bataille des Cinq Armées. Dans les Lettres du Père Noël, la dimension épique a tendance à prendre le pas sur la fantaisie des débuts ; les batailles des gnomes (que l’on peut rapprocher des elfes) contre les gobelins (précurseurs des orques) constituent la matière des Lettres de 1933 et de 1941, où ces derniers font un retour en force. Or, c’est le moment où Tolkien, dans ses Lettres du Père Noël, évoque l’« horrible guerre » qui est en train de se dérouler à travers le monde, rendant difficile la tâche du Père Noël, et privant d’innombrables enfants de leur foyer et de leurs cadeaux de Noël.

Tolkien artiste et calligraphe

9Le principe de l’expansion n’affecte pas seulement le nombre des personnages et l’ampleur des aventures ; il entraîne également une démultiplication des narrateurs et suscite un dialogue entre les trois rédacteurs supposés des Lettres du Père Noël. Le Père Noël lui-même, du fait de son grand âge, écrit d’une main tremblante qui est surtout sensible dans l’écriture des premières lettres. L’Ours Karhu, pour sa part, formant ses lettres avec une grosse patte, a une écriture plus épaisse et anguleuse, à la façon des runes. Quant à l’elfe Ilbereth, son écriture est plus fluide. Mais surtout, l’Ours Polaire intervient souvent pour ajouter un bref commentaire – en général pour témoigner son vif désaccord – inséré dans le cours des textes rédigés par le Père Noël (ou éventuellement d’Ilbereth). Le procédé donne à la fois de l’épaisseur et de l’animation aux récits simples que fait le Père Noël des désastres causés par l’Ours Polaire ou dus à la malignité des gobelins. Le morceau le plus travaillé en ce genre provient de la Lettre de 1938, où, au lieu d’accompagner sa lettre par un dessin, le Père Noël y joint un poème. L’Ours Polaire et l’elfe Ilbereth ne manquent pas de souligner toutes les imperfections formelles de ce texte – en particulier la mauvaise rime qui associe le nom de Priscilla avec « matelas ». Ces chamailleries de rimailleurs ne tirent pas à conséquence et les trois auteurs de ce poème à plusieurs mains envoient leurs affectueuses pensées à toute la maisonnée des Tolkien.

  • 5 Cf. la communication de Leo Carruthers au Colloque international de Rambures (13-15 juin 2008).

10Le don de Tolkien pour la calligraphie et pour diverses formes d’art ornemental – parmi lesquelles l’invention tout à fait remarquable d’un système héraldique propre au Légendaire – provient de son grand-père maternel John Suffield ainsi que de sa mère, Mabel Tolkien, mais a sans doute été affiné par la fréquentation des manuscrits du Moyen Âge dont il pouvait consulter les originaux en tant que philologue enseignant à Oxford la littérature en vieil-anglais. Leo Carruthers a souligné récemment, par exemple, l’importance de la Chronique anglo-saxonne, dont le style annalistique a inspiré Tolkien dans ses écrits historiques du Légendaire (Annales de Valinor, Annales du Beleriand)5. Ce goût de l’ornementation inspire, par exemple, à Tolkien un alphabet floral ou encore le très beau dessin de l’Arbre d’Amalion qui symbolise toute l’œuvre du Légendaire avec ses feuilles originales et diverses qui renvoient à autant de sources distinctes provenant des Âges Anciens et se fondant harmonieusement dans un ensemble plein de grâce.

  • 6 Christina Scull et Wayne Hammond, The J. R. R. Tolkien Companion and Guide, t. I. Chronology, Bosto (...)

11Dans les Lettres du Père Noël, on découvre encore un autre aspect de l’art pictural de Tolkien à propos des dessins que l’Ours Polaire a découverts sur les murs des Cavernes habitées par les gobelins. Il s’agit toujours, si l’on veut, d’un art décoratif, mais d’un art qui s’inspire très directement des dessins préhistoriques découverts en Dordogne, en Espagne, en Suède ou en Russie. Dans le Reader’s Guide de Christina Scull et de Wayne Hammond, il est fait mention d’une précieuse information apportée à cet égard par Christopher Tolkien, qui indique comme source de son père une monographie de M. C. Burkitt sur les cultures anciennes en Europe et dans le bassin méditerranéen parue en 1925 ; c’est de là que proviennent le mammouth et l’ours noir, le cheval et le bison, le rhinocéros et les multiples figures humaines stylisées qui apparaissent sur le dessin qui accompagne la Lettre du Père Noël de 19326.

Tolkien et l’enfance

12Tout cet art de l’ornementation, toute cette fantaisie de l’imagination, toute cette recherche de styles variés dans l’écriture et dans la calligraphie, sont mis au service d’un cadeau que Tolkien faisait chaque année à ses enfants sans intention aucune de publication. Le don de son talent et surtout le don précieux de son temps, alors qu’il était « suroccupé » par ses cours, par d’innombrables copies d’examens dont il se chargeait pour améliorer son traitement et subvenir aux besoins de sa famille, par la rédaction de sa mythologie, tout cela témoigne de l’amour qu’éprouvait Tolkien pour ses enfants. La Lettre de 1931 nous apprend, par exemple, que Tolkien offre à ses garçons, lesquels en éprouvaient le vif désir, un train miniature, qui sera installé dans une chambre de la maison, alors que Tolkien abhorrait les chemins de fer à cause du bruit, de la saleté et de la dégradation du paysage. Dans la Lettre de 1939, le Père Noël évoque la famille d’ours en peluches dont Priscilla s’occupait et qu’elle ne supportait pas d’abandonner même pour les vacances ; l’indulgence de son père allait jusqu’à emmener dans sa voiture Priscilla et ses jouets, tandis que les autres membres de la famille se rendaient sur le lieu de vacances par le train ou à bicyclette…

13Tolkien passait le plus clair de son temps à son domicile et son cabinet de travail était ouvert aux enfants, sauf lorsqu’il recevait un étudiant pour un cours particulier. Le père était surtout présent à ses enfants lors des séances de lecture de contes qu’il rédigeait et dont ils étaient les premiers auditeurs. Certains n’ont jamais été mis par écrit, mais d’autres ont donné lieu à des publications, tel Roverandom, imaginé pour consoler Michael de la perte d’un jouet (un petit chien) qu’il avait égaré au bord de la plage, ou Mr. Bliss, fantaisie qui met en scène les mésaventures d’un automobiliste distrait qui doit sans doute beaucoup à Tolkien lui-même. Le Fermier Giles de Ham est né d’un récit impromptu lors d’un pique-nique. Et le Hobbit a fait l’objet de lectures de Tolkien à ses enfants. Tolkien eut également un lecteur à la fois attentif, enthousiaste et de la plus grande utilité dans le fils de son éditeur, Rayner Unwin ; alors qu’il était âgé de dix ans, celui-ci rédigea pour son père un rapport favorable à la publication du Hobbit ; un peu plus tard, il recommanda aussi Giles de Ham et Roverandom. Durant les années de guerre, alors que Rayner Unwin se trouvait à Oxford, Tolkien lui fit la lecture de passages du Seigneur des Anneaux, alors en cours de rédaction. Et c’est finalement le sens diplomatique de Rayner Unwin qui, en 1952, assura la publication de ce livre qu’il jugeait comme l’œuvre d’un génie littéraire dans la firme Allen & Unwin.

  • 7 J. R. R. Tolkien, Lettres, traduit de l’anglais par Delphine Martin et Vincent Ferré, Paris, Christ (...)
  • 8 Scull et Hammond, op. cit., p. 163.

14Par la suite, lorsque ses enfants furent devenus adultes, l’affection de Tolkien envers eux s’exprime à maintes reprises dans sa correspondance, récemment publiée en français7 ; les plus émouvantes de ces lettres adressées à ses fils concernent les thèmes de la religion, de la guerre, du mariage et de l’amour courtois. Les petits-enfants bénéficièrent aussi des attentions bienveillantes de leur grand-père ; ainsi Joanna, la fille de Michael, témoigne avoir été encouragée dans son amour pour les plantes, les arbres et les chevaux, et elle évoque aussi le plaisir que prenait Tolkien à décorer la maison et l’arbre de Noël pour les fêtes8. Il se plaisait aussi, à l’occasion des fêtes de Noël, à revêtir une peau d’ours et à pourchasser les enfants dans la chambre.

15Surtout, Tolkien éprouvait un grand respect pour les enfants et s’indignait de la niaiserie trop souvent véhiculée par la littérature destinée à la jeunesse. Ses critiques à cet égard sont particulièrement développées dans son récit Smith of Wootton Major, où la critique littéraire s’exprime sous le couvert d’une métaphore culinaire : un splendide gâteau offert tous les vingt-quatre ans aux enfants du lieu, que gâche l’incompétence d’un cuisinier prosaïquement attaché aux bonbons et aux friandises et totalement fermé aux attraits de la Faërie. Dans ses écrits sur la Faërie, Tolkien ne manque pas de stigmatiser la tendance à « infantiliser » les enfants au lieu de leur apporter une nourriture intellectuelle substantielle à laquelle ils aspirent à condition qu’elle leur soit servie sous la forme de récits plaisants et exaltants. À cet égard, les Lettres du Père Noël témoignent du don de Tolkien d’apporter, même à de très jeunes enfants, la vision d’un monde imaginaire de qualité et en relation avec le monde ordinaire (ici, par exemple, avec les allusions à la Seconde Guerre mondiale ou avec l’évocation des enfants privés de jouets, de nourriture ou d’abri).

Les Lettres du Père Noël et le Légendaire

  • 9 Nous empruntons ce terme à l’œuvre du critique russe Mikhaïl Bakhtine au sens de synthèse des éléme (...)
  • 10 Daniel Couegnas, « Fiction, calligraphie, illustrations : Les Lettres du Père Noël », Cahiers de l’ (...)

16Il nous apparaît finalement que cette création, d’abord non destinée à la publication et de nature essentiellement privée et familiale, reflète bien des tendances profondes à l’œuvre dans l’immense archipel du Légendaire. En premier lieu, avec l’association de la mythologie du Père Noël, aux résonances plutôt païennes, et de la fête qui célèbre la naissance du Christ. Tolkien, fervent catholique, ne voit aucune incompatibilité à procurer à ses enfants, dans leur jeune âge, les joies liées à un monde clos, qui préfigure par certains côtés le cocon protecteur que sera la Comté dans le Seigneur des Anneaux. En outre, le mythe du Père Noël est nordique à un double titre : par son ancrage dans le temps, au moment du solstice d’hiver, lorsque la lumière, après son déclin maximum, commence à croître de nouveau, et par son ancrage dans l’espace, le Pôle Nord, dans un monde de glace et de feu (avec les aurores boréales et les feux d’artifice du Père Noël), un axe essentiel qui relie Oxford, lieu de rédaction du Légendaire de Tolkien, et le Pôle, symboliquement le Centre des traditions. Le « chronotope »9 des Lettres du Père Noël préfigure celui du Hobbit, avec le contraste entre des aventures qui suscitent un frisson de peur ou un émerveillement, et la rassurante protection d’une demeure douillette et confortable – à ceci près, comme le soulignait Daniel Couegnas, que les Lettres du Père Noël ne développent pas le thème d’une quête héroïque sur la trame narrative d’un voyage aller-retour qui constituera la structure du Hobbit et du Seigneur des Anneaux10. Dans les Lettres du Père Noël, Tolkien s’adonne déjà à sa tendance à développer une connaissance encyclopédique à propos d’un « univers secondaire », fruit de son inventive imagination. Cette tendance trouvera à se déployer, par exemple, dans les Annexes au Seigneur des Anneaux, mais surtout dans les innombrables écrits de nature juridique, philosophique et historique du Légendaire qui remplissent les volumes de l’Histoire de la Terre du Milieu. Enfin, ce rite annuellement répété fournit à Tolkien l’occasion de mettre en œuvre tout à la fois ses talents de conteur, d’artiste et illustrateur, de calligraphe et d’inventeur de langues et d’alphabets tous plus beaux les uns que les autres.

17On peut donc dire à juste titre que les Lettres du Père Noël, ouvrage apparemment marginal et secondaire, témoigne de l’unité de l’inspiration créatrice chez Tolkien. On mesure combien Tolkien est habité par un monde intérieur d’une richesse exceptionnelle, qui se manifeste pleinement dans le Légendaire, mais qui transparaît également plus ou moins dans toutes ses autres réalisations, et même dans des écrits de nature « privée » comme le sont les Lettres du Père Noël.

Notes

1 John, ordonné prêtre en 1946, est décédé en 2003. Michael, engagé durant la Seconde Guerre mondiale dans la Royal Air Force, est décédé en 1984. Christopher a contribué durant toute sa vie à l’édition et au rayonnement de l’œuvre de son père, notamment par la publication des sources manuscrites du Légendaire, dans les douze volumes de Home (The History of the Middle Earth) entre 1983 et 1996 ; son fils Adam Tolkien, issu d’un second mariage avec Baillie Klass, a traduit en français les deux premiers volumes de l’Histoire de la Terre du Milieu (Le Livre des Contes perdus).

2 J. R. R. Tolkien, Letters from Father Christmas, edited by Baillie Tolkien, Harper Collins Publishers, 1999 (1st ed. George Allen & Unwin, 1976), édition en français : J. R. R. Tolkien, Les Lettres du Père Noël, éditées par Baillie Tolkien, traduites de l’anglais par Gérard-Georges Lemaire, Paris, Christian Bourgois Éditeur, 1993 (1re éd. 1977).

3 Charles Ridoux, « Tolkien : des ponts vers l’enfance et le rêve », Devenir adulte et rester enfant ? Relire les productions pour la jeunesse, dir. Isabelle Cani, Nelly Chabrol Gagne et Catherine d’Humières, actes du colloque international de Clermont-Ferrand 18-19-20 mai 2006, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2008, p. 371-380.

4 Cf. notre communication au Colloque international de Rambures sur Tolkien (13-15 juin 2008) : « Le Légendaire d’Âge en Âge ».

5 Cf. la communication de Leo Carruthers au Colloque international de Rambures (13-15 juin 2008).

6 Christina Scull et Wayne Hammond, The J. R. R. Tolkien Companion and Guide, t. I. Chronology, Boston / New York, Houghton Mifflin Company, 2006, t. II. Reader’s Guide, Londres, Harper Collins Publishers, 2006, t. II, p. 369.

7 J. R. R. Tolkien, Lettres, traduit de l’anglais par Delphine Martin et Vincent Ferré, Paris, Christian Bourgois, 2005.

8 Scull et Hammond, op. cit., p. 163.

9 Nous empruntons ce terme à l’œuvre du critique russe Mikhaïl Bakhtine au sens de synthèse des éléments spatiaux, temporels et narratifs caractéristiques de tel ou tel genre, voire de telle ou telle œuvre.

10 Daniel Couegnas, « Fiction, calligraphie, illustrations : Les Lettres du Père Noël », Cahiers de l’Imaginaire, n° 6, juin 1982, p. 10-18.

Auteur

Université de Valenciennes

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search