Version classiqueVersion mobile

Médiévalités enfantines

 | 
Caroline Cazanave
, 
Yvon Houssais

Deuxième section. S’aventurer dans le passé indéfini

Harry Potter ou les enfances d’un héros épique

Isabelle Weill

Texte intégral

1 Le Monde a consacré, le 30 novembre 2007, un encart au Salon du Livre de Jeunesse, texte polémique dans lequel l’éditorialiste a soulevé la question suivante : pourquoi les romans destinés à la jeunesse sont-ils souvent si noirs et pourquoi évoquent-ils meurtre, suicide, maladie, alcoolisme, mort et vie dans la rue ? L’ado serait devenu une figure de l’angoisse, angoisse qui se refléterait dans la vaste littérature qui lui est dédiée à notre époque. J. K. Rowling, une auteure anglaise du XXIe siècle qui a conduit à la lecture des millions d’enfants, semble de prime abord ne pas faire exception à cette règle dans ces sept tomes de Harry Potter où fleurissent harcèlements, mépris, méchancetés, tortures, morts d’êtres aimés, meurtres de très jeunes gens… La série débute sur l’assassinat des parents du héros encore bébé le jour d’Halloween. Mais ce serait une erreur de juger ainsi cette œuvre qu’adultes, enfants et adolescents ont lue avec bonheur dans le monde entier et je voudrais montrer qu’une part de ce succès mondial plonge ses racines dans un passé très ancien, à l’aube de notre littérature épique, à l’époque où Français et Anglais parlaient la même langue. J’ai déjà montré à Besançon, au cours du colloque de 2002 sur l’Épique médiéval et le mélange des genres, comment la série cinématographique Star Wars, organisée en cycle comme nos chansons de geste, présentait des rapprochements étonnants avec par exemple la chanson d’Orson et Valentin, connue par toutes les générations successives des lecteurs anglo-saxons, d’après la traduction en moyen anglais d’Henry Watson. En France, l’esprit cartésien et le rigorisme de Bossuet ont fait disparaître les rêves de l’épopée, alors que les protestants anglais, nourris de lectures bibliques et seuls en face de Dieu, se rattachent bien plus que nous à notre passé commun.

  • 1 L’héroïque fantaisie est une variante de la science fiction car il s’agit d’une application de la t (...)

2Je n’ai pas trouvé beaucoup de renseignements sur les lectures et la lecture de Rowling mais il paraît évident que cette femme a dû être très tôt une lectrice avide : on sait qu’elle a lu Shakespeare et Tolkien ; elle a dû étudier Paradise lost et l’immense figure de Satan, qui perd peu à peu sa beauté d’archange, a pu lui inspirer la déchéance aussi lente qu’implacable du jeune et séduisant Tom Riddle (la traduction française le nomme « Jedusor », le jeu du sort). Elle a certainement vu comme tout le monde au cinéma Merlin l’Enchanteur de Walt Disney, qui a pu lui fournir l’idée du transformisme animal de certains des héros mais les werewolves, les loups garous, doivent venir des légendes médiévales ; il y en a un exemple dans les lais de Marie de France. Son utilisation du loup Fenrir (un loup monstrueux qui a joué un rôle important le jour de Ragnaroth et que tous les enfants actuels connaissent à travers des ensembles de cartes du type Pokémon) nous montre que Rowling connaît les légendes germaniques. Attribuer le nom de Rosmerta, la déesse celtique de la fécondité, à la patronne du bar où se retrouvent les jeunes, ne peut pas être le fait du hasard. Personnellement, je pense qu’elle a dû lire une célèbre série d’heroïc fantasy1, de feu Robert Jordan, The Wheel of time, parue à partir de 1990 : un très jeune héros dont la naissance a été annoncée par toutes sortes de prédictions, séparé de ses parents et élevé par un berger, doit affronter dans un combat final the Dark One, le Ténébreux, encore retenu dans son cachot glacé par sept sceaux qui se délitent et s’ouvrent les uns après les autres (un motif venu des apocalypses). Ses compagnons et amis, de très jeunes gens eux aussi, lui apportent leurs secours dans ses premières luttes contre des monstres à demi humains dont certains, enveloppant leurs victimes dans leurs grandes ailes comme des manteaux, les tuent par un envoûtant baiser mortel. Les filles étudient la magie dans une sorte d’école, la Tour blanche, située dans l’île ensorcelée et protégée de Tarvalon. On reconnaît bien là tous les motifs exploités par Rowling, ce qui expliquerait aussi les tonalités bibliques de son livre, alors que sa famille n’a jamais été pratiquante. Le héros de Robert Jordan doit aussi mourir et accepter ce sacrifice mais, comme l’auteur est mort en 2007 (en laissant des notes), il faut attendre la reprise, par un spécialiste du genre, prévue pour 2010, pour savoir si le héros, comme Harry Potter, va pouvoir échapper à son destin annoncé depuis déjà douze mille pages. En tout cas, comme plus tard chez Rowling, les alliés du personnage diabolique de cette série fleuve sont déjà extraordinairement maltraités par ce dernier, ce qui est finalement très moral. Il faut ajouter que Rowling, si elle n’a pas une connaissance personnelle des textes fondateurs, n’est pas coupée du passé. Elle a vécu dans le pays de Galles, près d’un château médiéval qui reparaît dans le roman en Écosse sous les traits de l’école de Hogwart, nom amusant traduit fort élégamment mot à mot par Poudlard (« pou de lard »).

3Les livres ont été traduits dans une trentaine de langue, le premier titre, Harry Potter and the philosopher stone, a dû inquiéter l’éditeur français et la pierre philosophale a dû s’effacer pour donner Harry Potter à l’école des sorciers. Le mot « potter » veut dire « potier », un métier symboliquement d’une simplicité biblique et « to potter » signifie « accomplir gentiment sa tâche ». Mais, dans les traductions en latin et en grec, on voit apparaître, à côté des allusions à la magie, les mots poto, « boire », et poterion, « le calice » et « la coupe du sacrifice » ; Harry devient Arès le dieu de la guerre et cette entrée dans un monde symbolique épique va nous permettre de nous replonger dans un monde qui reste proche du passé : l’école de Hogwart a été fondée, d’après mes calculs, un peu après l’arrivée de Guillaume le Conquérant mais on retrouve encore, dans cette école et cette Angleterre moderne, une société composée de deux classes, les sorciers, qui forment la classe sociale dite supérieure, et les muggles (« moldus » en français) : ces deux groupes, comme dans le monde féodal, n’ont que peu de rapports entre eux. Le jeune Harry a une enfance fort douloureuse dans le monde des moldus mais le roman n’a rien à voir avec Oliver Twist, David Copperfield ou Sans Famille car il s’agit de l’enfance d’un héros. L’univers baroque de la magie n’a rien de scandaleux et laisse toute la place nécessaire à la mise en valeur des valeurs morales d’humilité, de dévouement, d’amitié, de respect d’autrui et de courage sans limite. L’Église, qui recommande la lecture de notre série, ne s’y est pas trompée.

4L’espace géographique du livre n’a guère changé depuis la Chanson de Roland : il comprend le monde celtique, saxon, anglonormand de la Grande Bretagne joint à la France et à l’Allemagne. À l’Est, les pays frontières, la Bulgarie, la Transylvanie et l’Albanie, et au sud l’Égypte des Alchimistes sont peuplés de créatures bizarres comme les dragons. Les géants hantent les déserts glacés du Nord mais c’est dans les immenses forêts d’Albanie (sic !) que le diabolique Voldemort doit s’exiler pendant dix ans avant de retrouver une apparence un peu humaine. Donc pratiquement pas d’Amérique, pas de Chine, en dépit du patronyme de la jeune Cho, la première petite amie du héros. Les événements sont néanmoins contemporains et peuvent être datés d’après le duel de sorciers entre Dumbledore, alors un très jeune homme, et le fasciste germanique Grindewald, qui a eu lieu en 1945. Cet événement peut être interprété comme un clin d’œil à Tolkien qui a écrit son œuvre pendant la deuxième guerre mondiale.

  • 2 Une des caractéristiques des romans d’heroïc fantasy est l’utilisation préférentielle du vieux fond (...)

5En revanche, la société reste figée et il est très difficile pour un enfant qui n’a pas de parents sorciers d’être accepté par certains de ses condisciples qui le traitent de mudblood (« sang de bourbe », en français) ou de halfblood (« sang mêlé »). La devise de la famille Black, qui s’est illustrée dans une des quatre maisons, la maison Slithering (« Serpentard »), la maison des ennemis d’Harry, s’écrit en français : « toujours pur ». Voldemort, un représentant de cette maison toujours tentée par la magie noire, se moque de Dumbledore, qui défend les Mudblood et les Muggles : il qualifie le directeur de « champion des commoners », un très ancien mot historique qui n’a pas changé depuis les rois français d’Angleterre2 : il s’agit des roturiers qui ont eu le droit de vaine pâture sur les prés de la commune avant de conquérir celui de siéger à la chambre des communes.

  • 3 Rowling a reconnu, au cours d’une interview, qu’elle avait placé son château en Écosse ; dans le li (...)
  • 4 Draco est un terme qui représente aussi bien le dragon des apocalypses que le serpent de la Genèse.
  • 5 Ce nom est un souvenir de Kipling ; il y a un couple de vipères, Nag et Nagaina, dans une des nouve (...)

6Le château écossais3 qui sert d’école très privée se présente comme une forteresse, a stronghold, a spiral castle orné de crenellated ramparts, protégée par une très ancienne magie. Comme dans le Château d’Otrante d’Horace Walpole et dans les romans noirs d’Ann Rathcliffe, les couloirs sans fin, les tours (une pour chacune des quatre maisons), sont gardés par une entrée fortifiée et interdite aux étrangers. Ce sera là qu’aura lieu l’ultime bataille qui rassemblera tous les sorciers et toutes les créatures du monde magique. Cette école a été fondée par quatre sorciers, réfugiés il y a 1000 ans loin des tumultes du monde. Godric Gryffindor, au prénom bien saxon (les directeurs conservent son épée qui vient d’elle-même à l’aide de chaque membre de cette maison), est un symbole du courage guerrier, représenté par un lion griffon sur le blason de l’école. Salazar (des consonnances portugaises, ou un nom hébreu rappelant des souvenirs très médiévaux de recherches interdites ??) Slythering a voulu aller au-delà de tous les domaines de la connaissance qui apporte le pouvoir et son symbole est évidemment le serpent. Helga Hufflepuff (« Poutsouffle » en français), spécialiste du hardwork, de la fécondité et de la ténacité (mais pas de l’intelligence) est représentée par un blaireau, un animal très dangereux à chasser car il ne recule jamais, chose que savent tous les Anglais. La maison Ravenclaw (« Serredaigle » en français, le corbeau a été évacué) est représentée par un aigle aux ailes déployées et se spécialise dans l’étude des textes. Les quatre animaux sont affrontés sur les quatre quartiers formés par le grand H (pour Hogwart) du blason de l’école, la devise latine indique : « draco4 dormiens numquam titillandus », de l’excellent latin pour indiquer fort bibliquement que la connaissance est dangereuse et qu’il faut éviter d’aller au-delà des limites. On peut penser à l’étude dumézilienne qu’a effectuée J. Grisward à propos des neuf fils d’Aimeri de Narbonne. Gryffindor (Gryffondor) relève de la deuxième fonction : Harry et tous ses amis sont des guerriers, des personnages épiques : la jeune Hermione joue dans le groupe un rôle aussi important que la païenne Mirabel dans la chanson d’Aïol. La maison Huflepuff représente la troisième fonction et contient des travailleurs acharnés : le jeune Cédric, celui qui aurait pu gagner le tournoi du Goblet of fire (de la coupe de feu) est leur premier héros (pour peu de temps, hélas !) et le méchant Draco Malfoy (au nom latin et français bien choisi) pense que ç’aurait été pour lui un déshonneur d’être choisi dans cette maison. Les Ravenclaw relèvent de la première fonction. Quant aux Slythering (avec un y comme en moyen anglais, to slither voulant dire se glisser en ondulant comme le font dans le texte le boa du zoo, le basilic et le serpent Nagini5), ils se sont mis en quelque sorte en dehors de la société : Salazar Slythering, déçu par les statuts de l’école, a quitté Hogwart peu après sa fondation et les élèves de cette maison sont tous plus ou moins tentés par la magie noire. L’épée de Godric a été forgée par des goblins, des nains de la mythologie allemande, et nous nous souvenons que Durandal a aussi été forgée par des forgerons sarrasins du monde germanique. Salazar Slythering est parti avec son anneau qui sera transmis de génération en génération jusqu’à son lointain descendant, Voldemort, qui s’appropriera les objets magiques, pendentif et coupe, des deux autres maisons.

  • 6 On peut penser aussi au larron magicien, Picolet, dans la Geste de Guillaume.
  • 7 J. Ch. Herbin, « L’enchanteur Tulle dans Anseïs de Metz », in Senefiance, actes du colloque d’Aix, (...)

7La vie quotidienne à l’école est comparable à celle que menaient les futurs chevaliers. Au cours des matches de quidditch, les broomsticks, les manches à balai, remplacent les destriers et les noms de leurs marques très prisées, comme les fireball, sont aussi évocateurs que les noms de Broiefort, Veillantif ou Flori. Les tournaments (encore un mot d’ancien français) opposent des champions organisés en équipes. Les études des élèves, sources de scènes fort comiques, sont évidemment un peu bizarres : potions, plantes magiques, créatures étranges, et lutte contre les forces du mal, seul domaine où excelle Harry. Le rire est très présent dans cette œuvre comme d’ailleurs dans toutes les chansons de geste, en exceptant la Chanson de Roland. On jure « par la barbe de Merlin » et Hermione en colère oublie toute dignité pour jurer par les « Merlin’s pants », « les caleçons de Merlin », et on trouve un étonnant : « par les gorgones de Galopin » (la traduction française, qui ne connaît pas la Geste des Lorrains, a traduit par « mille gorgones »), un souvenir étonnant du petit enchanteur ivrogne6, ce pilier de tavernes qui arrive, à l’aide d’un charme fait de poils de lièvre, à traverser à toute allure les lignes ennemies dans Garin le Lorrain. Nous nous retrouvons donc en territoire connu et nous pensons aussi au duel de sorciers qui oppose Merlin l’enchanteur à l’horrible Madame Minne chez Walt Disney ; au cours d’échange de sorts jetés en latin (comme dans notre sujet d’étude) les combattants se transforment en animaux existant dans la vie réelle pour respecter les bonnes règles ; mais madame Minne les transgresse et se transforme en dragon alors que Merlin, devenu un virus, hurle « furnunculus ». La malheureuse, couverte de pustules colorées, doit abandonner la partie. Les transformations malencontreuses, les furoncles, les éruptions, les pustules, les dents qui grandissent démesurément, les pilosités incongrues, sans oublier les chaussettes sales hurlant si on veut les remettre, font partie des joyeusetés de notre texte. Nous pensons aussi aux duels de sorciers de la littérature épique, aux combats de Basin et de Jehan de Lanson ; Jean-Charles Herbin a rédigé un article, dans le numéro de Senefiance7 consacré à la magie, du combat de l’enchanteur Tulle et de son élève Jorin dans Anseïs de Metz : Tulle est étonné de voir qu’il ne peut battre son élève, lequel, on l’apprendra plus tard, est protégé par une pierre magique et Voldemort se pose le même genre de question en pensant qu’il suffit de changer de baguette pour vaincre Harry Potter, notre héros.

  • 8 Je renvoie à F. Wolfzettel, « Zur Stellung und Bedeutung des “Enfances” in der altfranzösischen Epi (...)

8Le jeune Potter a une enfance très épique8 et vous allez reconnaître les étapes des enfances des héros de nos chansons. Voldemort poursuit les parents de Harry à cause d’une prophétie annonçant qu’un petit enfant né à une certaine date lui ravirait son pouvoir, mais le courage et l’amour de la mère anéantissent le pouvoir de la formule magique « Adava Kedavra » (on dirait vraiment de l’hébreu comme « abracadabra »). Le sorcier perd ainsi ses pouvoirs face à l’enfant. Le bébé se retrouve confié à son oncle et à sa tante maternelle, des muggles, parents eux-mêmes d’un enfant, fort gâté, du même âge que Harry. Le couple s’avère incapable de bien s’occuper d’un encombrant neveu et M. Dursley, qui est directeur d’une fabrique de perceuses, a pour idée fixe de faire oublier à Harry tout souvenir de son milieu ; on entreprend même de l’abrutir à coups de mauvais traitements (neglect and cruelty) et le cousin Dudley, deux fois gros comme lui, s’unit avec ses amis pour le battre lorsqu’il parvient à l’attraper car Harry est très rapide. Mais l’enfant n’est pas brisé. Il prend ses distances et, non seulement il ne rentre pas dans le moule imposé, mais il va retrouver seul les qualités qui lui appartiennent par naissance. L’enfant, dès que l’occasion se présente, commet un acte qui pourrait être irréparable si nous ne nous trouvions pas dans de la littérature pour jeunes : le drame éclate au cours d’une visite au zoo où les Dursley se sont trouvés contraints d’emmener Harry. Dudley tente d’exciter un serpent en cage, un gigantesque boa constrictor et Harry découvre alors qu’il parle la langue des serpents. Lorsque Dudley veut le frapper pour le punir de ce pouvoir malvenu, Harry furieux ne sait absolument plus ce qu’il fait et ne comprendra que bien plus tard l’acte qu’il a commis : la vitre disparaît comme par magie (c’est le cas de le dire) et le serpent, lancé contre le cousin, prend beaucoup plus philosophiquement le parti de prendre la clef des champs, se contentant d’onduler au passage (to slither) en frôlant les chevilles de Dudley. Harry est ensuite convoqué à l’école des sorciers et, en dépit de l’opposition de son oncle, il retrouve son milieu naturel.

9Vous avez tous reconnu le schéma propre aux enfances des héros épiques et nous allons parcourir les enfances des jeunes héros, comme Mainet, Auberi, Galien, qui ont vu leur vie menacée par leur propre famille. Charlemagne, dans le roman perdu de Mainet (je l’ai lu dans l’adaptation de Girart d’Amiens), est confié à ses demi-frères bâtards après qu’ils ont empoisonné Pépin et Berthe ; Raifroi et Heudri font élever l’héritier légitime dans les cuisines et ne pensent qu’à s’en débarrasser jusqu’au jour où le jeune Mainet, en attaquant ses cousins à coup de broches de cuisine, parvient à s’enfuir pour s’engager dans les armées du roi sarrasin à Tolède.

10Le cas d’Auberi le Bourgoin est bien plus dramatique encore. Auberi a perdu très jeune sa mère, et son père Basin, victime des machinations de sa deuxième épouse, confie l’enfant, âgé de douze ou quinze ans suivant les manuscrits, à son frère, Henri d’Autun, lui-même père de deux enfants un peu plus âgés que leur cousin. Henri, qui a été payé par la marâtre pour la débarrasser d’un héritier gênant, traite fort mal son neveu : le jeune ne reçoit aucune éducation chevaleresque mais apprend en regardant les autres. Il n’est jamais peigné, ni lavé ; il n’a ni habit convenable, ni drap, ni couverture (deux chiens de chasse le tiennent au chaud dans son lit). Il est tous les jours battu par ses cousins, alors que, placé au bout de la table, il ne reçoit que très peu de nourriture ; il se plaint à son oncle qui se contente de lui promettre qu’il sera encore plus battu, ce qui fait déborder la coupe et Auberi achète une guisarme en vendant le pain que lui ont discrètement jeté des chevaliers amis de son père. Le matin suivant, alors que les cousins s’amusent à le faire sauter au-dessus de couteaux enfoncés, la pointe en l’air, dans du fumier, Auberi s’empare de la guisarme qu’il a dissimulée la veille et assassine cruellement les deux adolescents. Il s’enfuit aussitôt chez son oncle maternel, Oedes de Langres, pour découvrir que sa vie, dès la première nuit, est aussi menacée ; il tue sa deuxième série de cousins germains avant de partir s’engager auprès du roi Orri de Bavière assiégé par les Sarrasins.

  • 9 L’emploi du verbe restorer signifie que Galien retrouve son milieu d’origine et la place dans la so (...)

11Dans les diverses versions de Galien le Restoré9, le fils d’Olivier et de la fille de l’empereur de Constantinople ignore tout de ses origines franques et les frères de sa mère sont furieux de devoir supporter la présence de cet intrus ; un cousin traite Galien de bâtard au cours d’une partie d’échecs, ce qui vaut à l’imprudent d’être écervelé à grands coups d’échiquier. Après une fuite mémorable, Galien retrouve son père Olivier en Espagne, le soir de la bataille de Roncevaux.

12Bien entendu la réaction de l’enfant ne se manifeste pas toujours aussi tragiquement et la révolte n’est le plus souvent dirigée que contre le milieu d’accueil. On peut penser à Vivien d’Anseüne, enfant qui a été recueilli par des marchands et qui ne peut s’accoutumer ni à leurs habitudes de vie ni à leurs négoces. Dans Florent et Octavien, c’est non pas un ennemi, mais le père du héros lui-même, qui est à la source de la dispersion de la famille : l’empereur de Rome, trompé par sa propre mère, a accusé son épouse d’adultère et veut l’exécuter ainsi que les jumeaux qu’elle a mis au monde, lesquels sont évidemment des enfants légitimes. La malheureuse parvient à s’enfuir mais perd Florent en cours de route ; l’enfant est recueilli par un changeur parisien qui lui propose d’apprendre un métier ; Florent choisit de devenir boucher mais le commerce lui convient si peu qu’il achète un épervier et un destrier avec l’argent qui lui a été confié et il quitte son emploi après s’être battu avec l’ensemble des autres apprentis. Les Sarrasins assiègent alors Paris, ce qui va donner au héros l’occasion de retrouver sa voie.

13Hughes Capet, dans une chanson du XIVe siècle, refuse aussi d’apprendre le métier de boucher chez son oncle maternel et se contente de dilapider tout son argent. Quant au jeune Lion de Bourges (il a été enlevé par un lion à sa mère le jour de sa naissance), il est recueilli par un petit seigneur désargenté qui se retrouve ruiné par les largesses de son fils adoptif jusqu’au jour où il lui révèle la vérité sur ses origines inconnues, drame qui permettra au jeune homme de faire une rentrée fracassante dans les milieux épiques. On est très proche de l’irréparable avec Hervis de Metz, fils de l’héritière du duché et d’un prévôt, un brave et digne homme enrichi dans le négoce : le prévôt veut faire de son fils un marchand et l’envoie dans les foires acheter fourrures luxueuses et bijoux de prix ; Hervis se contente de tenir table ouverte, et rachète une prisonnière (la fille de l’empereur de Constantinople que personne ne reconnaît) ; le père est furieux et veut battre son fils ; Hervis tire alors son épée et veut tuer son père ; les hommes du prévôt interviennent juste à temps pour éviter l’horreur du parricide.

14Comme tous les jeunes qui l’ont précédé, Harry retrouve à l’école des sorciers son milieu naturel et chacun des sept romans suit le même schéma, le récit d’une année scolaire occupée par des épreuves et des joies et se terminant par une épreuve qualifiante : une énigme résolue et une confrontation avec Voldemort. Le premier volume met en scène une joute individuelle ; il est aidé ensuite par le phœnix de Dumbledore et l’épée de Cédric Gryffondor, puis par ses amis. Comme dans la légende du mort reconnaissant mise en scène dans Lion de Bourges, Harry reçoit également l’aide des pâles mais lumineuses images de ses parents morts et de ses amis tués par Voldemort. Dans le dernier volume, le chapitre intitulé « la bataille de Hogwart » met en scène un combat général où toutes les forces du bien (bons sorciers, géants, elfes, centaures) présentent un front uni contre les forces du mal. On assiste à des combats individuels fort épiques qui laissent place au duel final : la baguette (l’équivalent d’une épée) du méchant le trahit et se retourne contre l’enchanteur. Harry ne meurt finalement pas en dépit des prédictions mais il cesse évidemment d’être un personnage épique. L’auteure a beaucoup hésité entre faire survivre son héros ou lui faire subir le sacrifice ultime et je pense que les éditeurs ont dû lui imposer cette fin heureuse : heureuse pour les jeunes lecteurs, mais une fausse fin dans le cadre de la littérature épique. Harry reste simplement ensuite une figure magique.

15 Nous allons à présent nous intéresser à la magie du texte, qui, à défaut d’être rythmé par la laisse épique, témoigne d’une création verbale étonnante ; cela se marque dans l’onomastique, latine, germanique ou vaguement hébraïque. Nicolas Flamel, vu comme la figure légendaire du possesseur de la pierre philosophale, est le seul personnage historique ; tous les autres noms correspondent à des personnages de fiction. Je n’ai étudié ici les noms que dans l’anglais d’origine et je n’ai pas regardé ce qu’en avait fait le traducteur, car c’était trop éparpillé dans les textes ; viennent du latin Remus (Lupin), Severus (Snape), Sirius (Black, une véritable étoile filante celui-là), Albus (Dumbledore), Ambrosius, Ciceron, Ignotus ; nous avons déjà vu Draco Malfoy, et ce petit monstre appellera son fils Scorpius, ce qui est quand même une preuve étonnante de persistance dans le crime. On trouve pour l’ancien français un Percival, le père de Dumbledore, un Godelot et un Pettigrew qui est la traduction anglaise de Petitcrû (le nom du chien de Tristan, remarquable par sa croissance peu développée). Nous avons en grec un Phineas, comme le célèbre navigateur de la route de Thulé, et un Xénophilus ; pour le saxon, Wilfred the Wistful (un surnom comme celui du célèbre roi Alfred le Grand), Cedric et Godric. Le phénix porte le nom amusant de Fawkes, en souvenir de l’auteur de la Conspiration des poudres : le jour anniversaire où cet opposant catholique a voulu faire sauter le Parlement, le Guy Fawkes’s day, les enfants anglo-saxons de tous les pays du monde font une fête et un feu d’artifice ; c’est évidemment impossible à rendre en français et l’oiseau s’appelle Fumseck. N’oublions pas le werewolf, le loup garou Fenrir Greyback, qui porte un nom propre aux légendes germaniques. Les sectataires de la magie noire portent, exactement comme dans la littérature du moyen âge antisémite, des noms proches d’un hébreu de fantaisie : Abraxias, Zacharias, Barnabas. Dumbledore porte presque autant de prénoms que les membres de la famille royale anglaise actuelle : Albus, Percival, Wulfric, Brian ; il y en a pour toutes les nationalités. Quant au méchant, son nom vient d’un anagramme : Tom Marvolo Riddle donne I am Voldemort, un nom composé bien français, le vol de la mort ; le traducteur en a fait Tom Eleio Jedusor, « je suis Voldemort ». Les jeunes chantent une « chanson de geste » Odo the hero (s’agit-il d’Oedes de Langres ?) et lisent un recueil contenant une histoire qui relève du modèle folklorique, le conte des trois frères, histoire qui leur donnera la clef de l’énigme.

16 Les formules magiques, ponctuant régulièrement le texte, ne risquent pas d’être fonctionnelles car elles relèvent du pur latin de cuisine : « protego totalum », « expecto patronem », « riddikulus » ; la formule « experliliarmus », une sorte d’identifiant du jeune héros qu’est Harry, l’emporte sur « Avada Kedavra », une parole interdite, utilisée par le méchant. Les bestiaires et les plantaires sont très médiévaux. On trouve des licornes, chiens dignes de Cerbère, des phénix, des basilics (un animal connu de tous les enfants depuis plus de trente ans à cause des univers de cartes à échanger et de jeux vidéo), et des manticores ; un très vieux dragon garde le trésor de la banque des Goblins, comme dans la légende de Siegfried ; les hiboux porteurs du courrier viennent sûrement du film de Walt Disney, et à côté d’eux se trouvent toutes sortes d’animaux maléfiques, une énorme araignée comme dans the Lord of the rings, des crapauds, des tarentules et des êtres à demi humains comme les mandragores. La forêt interdite est peuplée de centaures et de géants trolls des montagnes ; le lac cache d’aimables sirènes. Toute cette panoplie n’est là que pour permettre au héros d’accomplir des prouesses et de mettre en lumière les valeurs portées par le texte, valeurs épiques éternelles du courage, de la loyauté, de l’amitié et du compagnonnage, mais aussi de l’abnégation et du don de soi en toute humilité. Il s’agit aussi de lutter contre toutes les terreurs de l’âme symbolisées par les Dementors (un mot d’ancien français traduit par « détraqueurs »), ces monstres devenus démoniaques et incontrôlés qui donnent un baiser à leurs victimes pour avaler leurs âmes et les entraîner dans un enfer sans fin. Il s’agit aussi d’admettre les différences et de prêcher la tolérance et ces valeurs inscrites nettement dans le texte dépassent alors infiniment le Moyen Âge : Harry est tout aussi capable d’un dévouement et d’une charité absolue que d’un courage exceptionnel.

17Pour conclure, je dirai que Rowling a pris une place à part parmi une série d’auteurs de littérature de jeunesse : je citerai seulement parmi bien d’autres le célèbre À la croisière des mondes de Philip Pullman, qui exploite, avec moins de bonheur et de naturel, il faut le dire, la même veine médiévale. Il y aurait toute une étude à faire sur le succès de cette littérature auprès des jeunes, qui lisent beaucoup plus qu’on ne le croirait. Mais seul le monde décalé de Harry Potter, doué d’inventivité et d’humour sans limites, s’avère plonger ses racines dans un passé commun qui nous parle encore obscurément, tout en restant toujours proche de notre monde actuel.

Notes

1 L’héroïque fantaisie est une variante de la science fiction car il s’agit d’une application de la théorie de la mécanique quantique : si on change légèrement les constantes qui régissent notre univers, on obtient un monde différent du nôtre mais parfaitement possible. Certaines séries, comme la série de Jordan, présentent une variante parallèle d’un monde médiéval et le monde sorcier de Harry où nous conduit un train qui part de King’s Cross, voie neuf trois quarts, fait partie de ces types d’univers un peu « tordus » sur eux-mêmes.

2 Une des caractéristiques des romans d’heroïc fantasy est l’utilisation préférentielle du vieux fonds de vocabulaire anglonormand.

3 Rowling a reconnu, au cours d’une interview, qu’elle avait placé son château en Écosse ; dans le livre on sait juste que ce lieu est très au nord de Londres.

4 Draco est un terme qui représente aussi bien le dragon des apocalypses que le serpent de la Genèse.

5 Ce nom est un souvenir de Kipling ; il y a un couple de vipères, Nag et Nagaina, dans une des nouvelles, Rikkitikitavi, du deuxième Livre de la jungle.

6 On peut penser aussi au larron magicien, Picolet, dans la Geste de Guillaume.

7 J. Ch. Herbin, « L’enchanteur Tulle dans Anseïs de Metz », in Senefiance, actes du colloque d’Aix, Magie et illusion au Moyen Âge, 1999. Herbin cite comme noms de magiciens : Antiochus, fils d’Argus de Duras qui tant servi Ipocras ; nous allons retrouver le même genre d’onomastique.

8 Je renvoie à F. Wolfzettel, « Zur Stellung und Bedeutung des “Enfances” in der altfranzösischen Epic », in ZFS, LXXXIII, 1973, p. 317-348.

9 L’emploi du verbe restorer signifie que Galien retrouve son milieu d’origine et la place dans la société qui lui est due par la naissance. Le verbe to restore existe encore avec le sens de l’ancien français en anglais moderne.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search