Version classiqueVersion mobile

Médiévalités enfantines

 | 
Caroline Cazanave
, 
Yvon Houssais

Deuxième section. S’aventurer dans le passé indéfini

Représentations du Moyen Âge dans la littérature de jeunesse : clichés et ruptures (2000-2006)

Yvon Houssais

Texte intégral

1Des livres d’histoire aux romans historiques, le terme « Moyen Âge » semble avoir le triste privilège de déclencher instantanément une série d’images convenues, qu’il s’agisse d’une géographie (le château, la forêt, la ville), d’une galerie de personnages (seigneur, chevalier, paysans, bourgeois), ou enfin de scènes à faire (le tournoi, l’attaque du château, la fête). Bien sûr, la littérature de jeunesse n’échappe pas à ces stéréotypes. Cécile Boulaire décrit même ce Moyen Âge proposé aux enfants comme un

  • 1 Cécile Boulaire, Le Moyen Âge dans la littérature pour enfants, Rennes, Presses Universitaires de R (...)

lieu commun dans tous les sens du terme. Parce qu’il est fait de stéréotypes. Parce qu’il se répète, sans génie la plupart du temps. Parce qu’il est l’occasion d’un immense consensus, aussi bien de la part des centaines d’auteurs envisagés, que des diverses instances d’accompagnement du livre jeunesse1.

Existe-t-il néanmoins, dans la production de ces dernières années, des lieux d’innovation ? En quoi consistent ces ruptures ? Pour répondre à ces questions, nous avons sélectionné un corpus d’une dizaine de romans, écrits entre 2000 et 2006, dont il s’agira de définir la représentation du monde médiéval, en analysant leur rapport à l’Histoire, d’une part, leur univers référentiel, d’autre part, et, enfin, l’intrigue qu’ils mettent en œuvre.

Roman et Histoire

2Ce roman médiéval à destination de la jeunesse, à en croire Cécile Boulaire, n’aurait d’historique que le nom et emprunterait beaucoup plus à des sources littéraires (Notre-Dame de Paris de Victor Hugo) ou à un stock de clichés qu’à un savoir historiographique. Or, et il faut peut-être y voir une première rupture, les romans que nous avons lus s’écartent sensiblement de ce degré zéro de la représentation historique.

Quel Moyen Âge ?

  • 2 Martine Pouchain, La couleur du crime, Paris, Castor poche, 2006.
  • 3 Béatrice Nicodème, Le secret de la cathédrale, Paris, Le livre de poche jeunesse, 2006.
  • 4 Anne Pouget, Les brumes de Montfaucon, Paris, Casterman, 2005.
  • 5 Patrick Delperdange, Le royaume des Euménides, tome 1, Julien d’Ombre, Paris, Gallimard jeunesse, 2 (...)

3Certes, comme il est de tradition dans la littérature de jeunesse, nos auteurs manifestent une très nette prédilection pour le XIIIe siècle. La couleur du crime de Martine Pouchain2 est situé en 1220, Le secret de la cathédrale de Béatrice Nicodème3, au printemps 1242 ; il en va de même des Brumes de Montfaucon d’Anne Pouget4 ou du Royaume des Euménides de Patrick Delperdange5.

  • 6 Évelyne Brisou-Pellen, Le cheval indomptable, Paris, Folio, 2006.
  • 7 Rafael Abalos, Grimpow, l’élu des templiers, Paris, Albin Michel, 2006.
  • 8 Ibid., p. 18.
  • 9 Pierre Davy, Les démons de Négreval, Paris, Bayard jeunesse, 2005.

4Il ne s’agit cependant pas d’un principe général. Certains romanciers sortent en effet des sentiers battus pour s’aventurer vers le XIVe siècle, tel Le cheval indomptable d’Évelyne Brisou-Pellen6, dont l’action se déroule après 1356, ou Grimpow, l’élu des templiers de Rafael Abalos7, dans lequel le héros est « né avec le XIVe siècle »8. Il peut s’agir aussi d’une période immédiatement antérieure. Ainsi, l’action des Démons de Négreval, de Pierre Davy9, se déroule dans les dernières années du XIIe siècle.

Temps du roman et temps de l’Histoire

5Plutôt que de cataloguer les textes en fonction de l’époque représentée, nous nous sommes plutôt intéressé à la stratégie utilisée par les auteurs pour qu’un lecteur aux connaissances limitées puisse situer l’action romanesque dans l’Histoire.

  • 10 Béatrice Nicodème, op. cit., p. 7.

6Au stade le plus élémentaire, cette articulation s’accomplit par l’inscription du temps romanesque dans un temps historique repérable, le procédé le plus simple et le plus couramment utilisé consistant à dater le roman. La date figure même parfois, en hors-texte, avant le début du récit : « Printemps 1242 »10. De manière comparable, à mi-chemin entre le texte et le hors-texte, on trouve dans Le Trésor de l’alchimiste, par exemple, un premier chapitre non numéroté, sorte d’introduction dont la fonction est très clairement de resituer la fiction dans l’Histoire Il arrive aussi que la date ne figure pas au début de la fiction mais apparaisse au détour d’un chapitre ou d’une description. Ainsi, dans La couleur du crime, au début du chapitre quatre, l’auteur nous apprend que la première pierre de la cathédrale, où doit avoir lieu une fête, a été posée en 1220.

  • 11 Évelyne Brisou-Pellen, op. cit., p. 60.
  • 12 Idem.

7Plus souvent, c’est la note de bas de page qui va renseigner sur la datation, à l’occasion, par exemple, de propos tenus par un des protagonistes. Ainsi, dans Le cheval indomptable, l’aubergiste se plaint en ces termes du roi de France : « Maintenant qu’il est prisonnier des Anglais, je parie que le paiement de la rançon va nous retomber dessus. C’est notre faute à nous ? Fallait pas perdre la bataille. »11 La référence historique, très obscure, est explicitée par une note de bas de page qui permet de dater l’affrontement « La bataille de Poitiers, en septembre 1356, qui fut une hécatombe pour les chevaliers français. »12

  • 13 Anne Pouget, op. cit., p. 9.

8Plus subtilement, la note de bas de page peut amener une référence à un personnage historique qui permet de dater indirectement le texte. Ainsi, dans Les brumes de Monfaucon, une allusion aux frères mineurs permet la référence à saint Louis dans la note : « Ordre religieux fondé par saint François d’Assise et chargé par saint Louis de procéder à la question, au nom de Dieu. »13

La matière historique

9Il va de soi que la datation du récit ne suffit pas à en faire un roman historique et d’ailleurs une partie de ces textes se signale par une absence totale de références chronologiques. En effet, le roman historique, genre ô combien incertain, hésitant entre fiction et histoire, se doit, pour exister, de donner des gages d’authenticité, tout en relevant très largement de l’imaginaire. D’où un certain nombre de stratégies consistant à reprendre, par exemple, des personnages célèbres ou des événements marquants pour les intégrer à la fiction, avec le risque majeur d’enchaîner les poncifs, les clichés, tout un « déjà lu », « déjà vu », d’autant plus stéréotypé qu’il s’adresse à un public aux compétences limitées.

10C’est précisément cet écueil du stéréotype que les textes s’efforcent parfois d’éviter. D’une part, les grands personnages historiques ne figurent que très peu dans les textes. Seuls deux romans font intervenir les rois de France. Cependant, alors que Philippe Auguste se trouve simplement mentionné dans Les Démons de Négreval, saint Louis est au contraire un des protagonistes des Brumes de Montfaucon. Le portrait du roi s’écarte néanmoins quelque peu des stéréotypes habituels. Même s’il est fait référence à sa traditionnelle bonté, le souverain est surtout présenté comme un fanatique sectaire et dangereux, farouchement antisémite, puisque ne cessant de persécuter les juifs dans Paris.

11La même analyse pourrait être menée à propos des grands événements, qui, lorsqu’ils figurent dans le roman, sont ainsi souvent réduits à l’état d’allusions, au détour d’une conversation, avec des propos parfois si obscurs qu’ils en deviennent difficilement compréhensibles. L’objectif n’est visiblement pas de donner un cours d’histoire déguisé. Parfois, c’est à la note de bas de page que revient la fonction d’éclaircir un arrière-plan historique mentionné succinctement dans l’espace du texte. Mais, cette stratégie indirecte est plus rare, dans la mesure où elle suppose des compétences historiques qui ne sont pas forcément à la portée du jeune public. Il arrive ainsi que l’allusion ne soit jamais explicitée. Dans La couleur du crime, la jeune héroïne surprend une conversation où son père évoque le risque que ferait courir au royaume une tentative de croisade du roi vieillissant, ainsi que la rencontre du souverain avec l’Émir de Tunis, sans autre explication. Notons d’ailleurs que les croisades, qui forment la toile de fond de nombreux romans, ne sont jamais décrites ni racontées, mais seulement évoquées, de manière plus ou moins allusive.

12Qu’il s’agisse de références directes ou indirectes, nos auteurs ne semblent donc que fort peu se soucier de donner à leur roman un cachet historique. Faut-il en conclure que ces romans dits « historiques » se désintéressent de l’Histoire ?

  • 14 Le narrateur de Donjon maudit, valet du XIIIe siècle parle par exemple de « chanter en play back ».
  • 15 Anne Pouget, op. cit., p. 186.
  • 16 Roger Judenne, Le trésor de l’alchimiste, Paris, Rageot Éditeur (coll. Cascade), 2004.
  • 17 Karen Cushman, Matilda Bone, Paris, École des loisirs (coll. Médium), 2005.

13Certes, un certain nombre de textes se contente de dérouler une intrigue dans un contexte vaguement médiéval et se situe plutôt dans une sorte de Moyen Âge de carton pâte, sans aucune indication de dates et même avec des anachronismes aberrants14. Cependant, même lorsque la grande histoire n’est que peu présente dans la fiction, les dossiers qui accompagnent les textes témoignent d’une volonté de sérieux, voire de didactisme. Ainsi, dans Les Brumes de Montfaucon, le récit est suivi d’un dossier intitulé « Ce qui est réel dans l’histoire »15 où se trouve longuement traité l’antisémitisme de saint Louis. De la même manière, dans Le cheval indomptable, un dossier revient sur les foires et le monde des artisans ; dans Le trésor de l’alchimiste16, l’étude porte sur les barbaresques ; dans Matilda Bone17, une postface de l’auteur analyse assez longuement les pratiques médicales du Moyen Âge.

  • 18 Sylvie Weil, Elvina et la fille du roi Salomon, Paris, École des loisirs (coll. Médium), 2004.

14Peut-être alors faut-il y voir une stratégie d’écriture spécifique liée aux contraintes imposées par le lectorat ? Plaisir de la lecture oblige, les références historiques sont réduites au maximum, laissant au jeune lecteur curieux la possibilité de s’informer par la suite. Stratégie paradoxale, puisque histoire et fiction se trouvent séparées, juxtaposées, et non intégrées l’une à l’autre, comme le voudrait le roman historique. Mais stratégie efficace, dans la mesure où elle amène précisément une prise de distance face aux stéréotypes. Un roman comme Matilda Bone de Karen Cushman est à cet égard très révélateur. Il ne comporte aucune date, aucune référence à un événement historique quelconque, l’accent étant plutôt mis sur l’histoire des mentalités, la coexistence entre les pratiques médicales obsolètes et rigides de la médecine traditionnelle, et les pratiques des apothicaires, rebouteux, et autres guérisseurs du peuple, paradoxalement beaucoup plus efficaces. Histoire donc, mais vue par le petit bout de la lorgnette, sous un éclairage particulier, loin des poncifs et des sentiers battus. Signalons dans le même ordre d’idées Elvina ou la fille du roi Salomon, de Sylvie Weil18, difficilement datable, mais qui retrace avec une grande précision les croyances, le mode de vie des communautés juives, régulièrement soumises à des impositions exorbitantes par les seigneurs. Ainsi faut-il voir dans certains textes une volonté de sortir des clichés de la grande histoire, de ce que tout le monde croit savoir, pour confronter le jeune lecteur à un univers inédit, relevant ainsi plutôt d’une histoire des mentalités, de la vie quotidienne.

Quelle représentation du Moyen Âge ?

15Tout d’abord, nos auteurs ne semblent que médiocrement intéressés par le château fort, que Cécile Boulaire décrit comme un incontournable de la littérature de jeunesse. Certes, Donjon maudit nous emmène sur le chantier de construction d’une forteresse, où se déroulent de mystérieux enlèvements. Cependant, très souvent l’action se passe plutôt dans de grandes villes : Paris (Les brumes de Montfaucon), Amiens (La couleur du crime, Le secret de la cathédrale), Provins, Troyes (Le cheval indomptable). Ce cadre urbain est alors l’occasion de faire revivre un Moyen Âge industrieux, celui des marchands, des artisans, des corporations. Dans ce monde du négoce, de l’activité, l’artisan a supplanté le chevalier et nos romanciers semblent fascinés par les commerçants, plus que par les seigneurs et les paysans.

16Au premier rang figure l’apothicaire, personnage essentiel de la fiction, qu’il s’agisse de l’Angleterre (Mathilda Bone), de l’Espagne (Le trésor de l’alchimiste) ou de la France, du XIIe au XVe siècle. Notons également un intérêt certain pour le monde des étoffes et des teintures, quasiment un passage obligé. Ainsi, La couleur du crime évoque-t-il « les guédiers », terme pour le moins obscur au profane, que vient expliquer la note de bas de page :

  • 19 Martine Pouchain, op. cit., p. 9.

De guède. Plante dont les feuilles et les tiges contiennent un principe bleu colorant, et dont la production était florissante en Picardie et en Normandie aux XIIe et XIIIe siècles, et le deviendra au XIVe dans le Languedoc sous le nom de pastel19.

On retrouve donc là un procédé assez classique du roman historique qui consiste à greffer par petites touches une documentation « encyclopédique » sur une trame fictive. Le cheval indomptable, de la même manière, évoque les hangars où séchaient les étoffes, la fabrication des différentes couleurs, et la réglementation très stricte qui l’encadre.

17Conséquences du lectorat, les auteurs pratiquent volontiers le développement explicatif insidieux et confient à la note de bas de page le soin d’éclaircir un terme ardu. Par exemple, dans La couleur du crime, on dénombre dix notes de bas de page pour les trois premiers chapitres, soit à peine trente pages.

18Les contraintes de l’édition de jeunesse sont également visibles en ceci que nos auteurs, dans une stratégie d’écriture qui rappelle, à plus d’un titre, celle des nouvellistes, sont des maîtres du petit détail, de l’évocation rapide ; les descriptions dépassent rarement quelques lignes ; les intrusions explicatives du narrateur sont très condensées, plaisir de la lecture oblige.

19Est-ce pour autant que le récit échappe aux clichés ? Certes, ces descriptions de l’espace urbain sont saturées des stéréotypes dont Cécile Boulaire a dressé l’inventaire : la foule, le bruit, les odeurs, la saleté (avec la répétition des mêmes détails : les cochons dans la boue, le seau d’immondices jeté d’une fenêtre), l’étroitesse des ruelles. Ainsi est-il difficile de trouver un récit qui ne consacre pas un certain nombre de paragraphes à l’énumération des rues, renvoyant aux marchands et artisans regroupés par corporations. De la même manière, lieu par excellence de l’activité mercantile, la foire devient un passage obligé, un stéréotype aussi prégnant que les scènes de tournois. Y est souvent associée, par sa proximité avec la fête, une thématique de la liberté, de la joie, qui culmine dans la fête des fous. Quintesse de la ville, la foire fait la part belle aux clichés que l’on retrouve de texte en texte : le grouillement chaotique d’une foule bigarrée et pittoresque en diable, l’animation avec ses figures obligées : ménestrels, saltimbanques, jongleurs, dresseurs d’ours, les odeurs, le tohu-bohu… etc.

20Cependant, ce désordre bon enfant dissimule, comme la ville, un ordre, une hiérarchie, un règlement. La fête est sous haute surveillance. Symboliquement, dans Le cheval indomptable, le donjon veille :

  • 20 Évelyne Brisou-Pellen, op. cit., p. 49.

La place était gardée par une croix et cernée de belles maisons sur lesquelles veillait un énorme donjon. Ils se frayèrent un passage entre les chariots qui s’emmêlaient les roues20.

Ce regard qui surveille est aussi celui qui punit et le négoce est ainsi strictement réglementé. Des conduits sont nécessaires pour entrer dans la ville ; les lettres de foire régissent les achats ; le garde, responsable des échanges, peut punir ou emprisonner les contrevenants. La description de la foire est donc beaucoup plus ambiguë qu’il n’y paraît au premier abord.

21Il serait ainsi injuste de réduire l’espace romanesque à une juxtaposition de réécritures convenues de Victor Hugo. Dans le meilleur des cas, les stéréotypes sont en quelque sorte revitalisés par leur inscription dans la fiction. Ainsi, Les brumes de Montfaucon d’Anne Pouget offre un catalogue assez exhaustif de l’ensemble des poncifs relatifs à la description de la ville au Moyen Âge, y compris dans cette obsession du roman médiéval qui consiste à rappeler une époque antérieure, une préhistoire où cadre urbain et campagne se côtoyaient beaucoup plus qu’aujourd’hui. L’auteur s’efforce ainsi de ressusciter cette présence de la campagne au cœur ou, du moins, à proximité immédiate de l’espace urbain, convoquant de la sorte les vendanges dans les clos du pays latin (que le héros observe du quai opposé en contrebas de Notre-Dame), les troupeaux qui vont boire le soir au pied du pont Saint Michel.

22Mais l’évocation n’a pas pour seul but de satisfaire un exotisme historique, même si elle s’amuse de l’écart temporel entre le Paris d’aujourd’hui et celui du XIIIe siècle. L’espace est en effet profondément signifiant. Rappelons que le héros des Brumes de Montfaucon, un jeune juif, a dû fuir Valréas après l’exécution de son père et qu’il tente de se protéger dans Paris, malgré les incessantes ordonnances royales. Cette campagne devient alors un monde de la lisière ; ville encore, mais de l’autre côté de la Seine, et en tant que tel, refuge, espace de liberté. Rien d’étonnant dès lors si c’est là qu’Hanin va vivre, en compagnie des pauvres, des exclus. En effet, tout comme la foire, la ville, si elle est le lieu d’un désordre joyeux, est aussi celui de la répression, un espace de la persécution émanant d’un pouvoir qui semble rongé d’un incompréhensible fanatisme religieux et où le constant rappel de la loi est signifié par la fréquence des lieux d’exécution. La visite guidée s’apparente ainsi à un passage en revue des multiples lieux de supplice dont le terrible gibet de Montfaucon, qui donne son titre au roman.

23Ainsi, même si elle s’appuie sur de nombreux clichés, cette œuvre n’offre pas pour autant une vision stéréotypée du Moyen Âge. Par l’accent mis sur l’antisémitisme, la législation frappant les juifs, les brimades et violences dont ces personnages sont l’objet, le monde médiéval est présenté sous un jour probablement inédit pour le jeune lecteur.

24De la même manière, nos auteurs sont fascinés par les bâtisseurs de cathédrales, cheville ouvrière d’une symbolique de la construction, d’un monde tout entier en édification, comme s’ils ne pouvaient se défaire d’une sorte de fantasme de la cathédrale à l’état neuf, à l’exact opposé de la ruine. Certes, là encore, cette frénésie de construction, cette fascination pour le flambant neuf relèvent très largement du lieu commun dans la littérature de jeunesse, mais certains textes vont opposer à cette soif de construction une force antithétique, créant de la sorte un puissant effet dramatique.

25À ce formidable élan de construction s’oppose en effet une force mortifère non moins puissante. Ce monde médiéval est un monde déchiré par les persécutions, violences et guerres de toute sorte et, d’un roman à l’autre, les jeunes protagonistes sont ainsi constamment confrontés à une violence, qui semble être, « dans l’ordre des choses ». Les croisades forment ainsi la toile de fond de nombreux romans et sont souvent démystifiées, dans la mesure où elles font figure d’obsession des grands :

  • 21 Martine Pouchain, op. cit., p. 37.

La cathédrale, dont la première pierre avait été posée en 1220 était presque terminée. Seule manquait encore la flèche, mais il faudrait attendre pour la voir ériger. Le roi voulait repartir en croisade, et cela coûterait cher au royaume et aux provinces qu’il administrait21.

À la scène du départ, qui met en exergue la grandeur de l’entreprise et les ambitions du héros, s’oppose le retour du croisé, mutilé, fou :

  • 22 Ibid., p. 15.

La dame recule lentement, avec sur le visage une expression horrifiée. Tous ceux qui s’étaient empressés pour accueillir le maître demeurent les bras ballants, incrédules. Pourtant aucun doute n’est possible : malgré ses traits vieillis sous la barbe, c’est bien lui22.

Les croisades sont constamment évoquées sous l’angle de l’entreprise mercantile, occasion de pillages, de rançons, d’actes de barbarie en tous genres. Ainsi, le héros sème la désolation sur ses terres, aidé d’un congénère templier, qui n’a plus grand chose à voir avec la glorieuse image du moine chevalier. L’histoire semble ainsi vue à distance, comme un ensemble de faits et gestes subis par le peuple, un peu à la manière dont on subit une catastrophe naturelle. Ainsi en va-t-il des guerres vécues par les paysans dans Les démons de Négreval comme une fatalité de malheur :

  • 23 Ibid., p. 69.

La guerre, ici comme ailleurs, on l’a toujours vécue. Après avoir occupé l’Aquitaine et le Périgord, les troupes du roi d’Angleterre, Henri Plantagenêt, ont envahi le pays poitevin. Philippe de France l’a reconquis. Les soldats des deux armées étaient brutaux, exigeants. Les habitants devaient les loger, les nourrir et se plier à leur loi. C’était dans l’ordre des choses ; les gens des bourgs et des campagnes, s’étaient, au fil des siècles, accoutumés à cette calamité, comme ils l’étaient aux caprices de la nature23.

Cette force de destruction qui s’oppose au mouvement de construction d’une civilisation peut prendre aussi l’allure de l’antisémitisme dans Les brumes de Montfaucon ou Elvina et la fille du roi Salomon, par exemple. Mais il peut aussi s’agir de la persécution des templiers dans Grimpow, de la lutte entre chrétiens et musulmans au sud de l’Espagne au XIVe siècle (Le trésor de l’alchimiste) ou enfin du début de la guerre de Cent ans dans Le cheval indomptable.

26Grimpow offre un exemple manifeste de cette tension antithétique entre les deux forces. À un pouvoir temporel cupide, cruel, n’aspirant qu’à détruire, piller, pour s’emparer des secrets des templiers, s’oppose le lent travail de construction des sages et des initiés qui dissimulent leurs secrets dans les cathédrales qu’ils édifient. Là encore, derrière le cliché, ce qui fait sens, c’est la vision du monde qui se trouve ainsi proposée et qui fait de l’édification une résistance symbolique au pouvoir.

27Cette fascination pour la ville, plutôt que pour le château, pour les marchands et les artisans au détriment du peuple de la campagne, amène donc les auteurs à s’écarter des stéréotypes du roman médiéval. Il semble que, peut-être précisément pour sortir des sentiers battus, les romanciers préfèrent aux scènes choisies de la vie au château l’évocation d’un autre monde, qui porte le nôtre en germe, dans son organisation sociale, politique et économique, un Moyen Âge acharné à construire, édifier, comme mû d’une inextinguible activité, et d’un non moins grand acharnement à se détruire lui-même. Ce Moyen Âge déchiré par des guerres, dont les ressorts demeurent souvent incompréhensibles, mais en même temps parcouru par un très fort mouvement de spiritualité, qui fait la part belle à la magie, l’ésotérisme, n’est évidemment pas sans rappeler notre époque.

Quelle intrigue ?

28Cécile Boulaire a montré comment le roman médiéval exploitait les mêmes grosses ficelles : un enfant de basse extraction apprend que ses parents ne sont pas ceux qu’il croit et part donc à la recherche de ses origines. À la suite d’une série d’épreuves, il se découvre à la fin fils du seigneur ou fils de roi.

29Certes, cette thématique de la quête affleure dans un certain nombre d’intrigues. Comme dans le conte traditionnel, le roman s’ouvre sur le départ du héros. Ainsi, Mathilda Bone, qui a perdu ses parents et est élevée chez lord Randall par le père Leufredus, se voit renvoyée du château et placée chez une rebouteuse, à Londres. De même, à la mort de Dame Hermeline, sa protectrice, Bertoul, jeune domestique, est chassé du château ; Julien d’Ombres quitte la demeure de son père, avec qui il s’est fâché. Comme dans le conte, le départ du héros coïncide avec une mission à accomplir : Grimpow doit remettre l’amulette mystérieuse à son propriétaire ; Bertoul doit redonner à un vieux mage le grimoire dérobé par Dame Hermeline.

30Cependant, si le héros parcourt le vaste monde, c’est le sens même de son aventure qui est revisité, en quelque sorte, dans la mesure où cette quête est avant tout quête de lui-même et qu’il en sort profondément transformé. Bertoul redonne le grimoire à son maître légitime mais celui-ci le fait accéder à son savoir, le transformant de jeune ménestrel en érudit. La quête initiatique se charge dès lors d’une dimension spirituelle. Ainsi, Grimpow, sous-titré « L’élu des templiers », raconte l’histoire d’un jeune garçon qui découvre près du cadavre d’un cavalier une pierre qui le dote d’un savoir universel lui permettant de déchiffrer les rébus, de parler et de comprendre les langues qu’il ne connaît pas. Resurgit ainsi le mythe du trésor des templiers : Graal ?, arche d’alliance ?, trésor dont le héros suit la piste jusqu’à Strasbourg, où il assiste à l’extermination des derniers templiers, en passant par les grandes cathédrales (Amiens, Paris, Chartres) pour déchiffrer les signes mystérieux des vitraux et statuaires. Mais ce trésor a une valeur spirituelle et aux templiers guerriers, riches et tout puissants, incarnation du pouvoir temporel, s’oppose un petit groupe, celui des élus, que l’on dit immortels. Lorsque le héros à la fin du roman découvre enfin le secret, il accède, dans une extase presque mystique, à une sorte de connaissance absolue.

  • 24 Rafael Abalos, op. cit., p. 498.

La coupole sombre de la cathédrale fut constellée d’étoiles minuscules et de petites planètes qui tournaient sur elles-mêmes, comme si en quelques secondes l’univers y avait été recréé. Émerveillé, Grimpow vit une magnifique sphère bleu ciel flotter sur la fleur du labyrinthe, enveloppée de voiles brumeux. À l’intérieur s’amoncelaient une infinité de chiffres et de formules mathématiques, d’images des temps passés et futurs, de signes et de symboles inconcevables et inintelligibles. Le garçon prit conscience qu’il lui suffisait de penser à quelque chose qu’il ne connaissait pas pour trouver dans la sphère bleue les réponses à ses questions, même s’il ignorait leur signification exacte. Il ne tarda pas à se rendre compte que toutes les énigmes de la nature et du cosmos s’étalaient sous ses yeux24.

De la même manière, dans une sorte d’éblouissement final, Matilda Bone choisit son destin : elle sera médecin et restera vivre au milieu des pauvres après avoir passé des années à prier pour quitter cet enfer. Cette révélation finale donne à la quête une coloration initiatique. Plutôt que d’hypothétiques parents, comme le veut le cliché, le héros se découvre lui-même et du même coup quitte l’enfance pour affronter l’âge adulte. De la sorte, si l’intrigue reprend des stéréotypes comme celui du départ, de la quête, de l’orphelin, elle leur donne une signification nouvelle.

31Les textes explorent aussi d’autres pistes, parmi lesquelles celle que l’on pourrait appeler le « polar médiéval ». Les titres témoignent de cette fascination pour l’univers du policier, voire du fantastique : « Donjon maudit », « La couleur du crime », « Les démons de Négreval », « Le secret de la cathédrale », « Le trésor de l’alchimiste ». En effet, beaucoup de romans sont construits autour d’une trame empruntée au roman policier :

  • une mort suspecte (la nourrice de l’héroïne dans La couleur du crime, le père du héros dans Le secret de la cathédrale) ;
  • des enlèvements étranges (Éli l’alchimiste dans Le trésor de l’alchimiste, l’architecte et des ouvriers bâtisseurs dans Donjon maudit) ;
  • une enquête menée par un jeune homme ou une jeune fille ;
  • des suspects, une fausse piste, la révélation finale.

32Soulignons également qu’au moins deux de ces textes (Le secret de la cathédrale, La couleur du crime) ont paru la même année (2006), ce qui pourrait laisser croire à la constitution d’une collection, peut-être même d’une demande des éditeurs. Le roman de Béatrice Nicodème porte sur la jaquette de couverture l’appellation « policier », celui de Martine Pouchain reprend les couleurs du polar, jaune et noir, et son quatrième de couverture mène immédiatement sur la piste du policier, de l’enquête.

33Certes, le polar médiéval permet d’échapper aux clichés du roman historique. C’est ce qui explique, en partie, la distance précédemment mentionnée face aux personnages et aux événements historiques et les stéréotypes qui en découlent (chevaliers, châteaux, tournois… etc.). Cependant, le risque est alors de planter une intrigue policière dans un décor vaguement médiéval, et un certain nombre de textes n’y échappe pas. Autre écueil du polar médiéval : se figer dans sa propre galerie de stéréotypes. L’apothicaire semble ainsi devenir un élément incontournable et central de la fiction ; de la même manière il n’est guère de textes qui échappent au catalogue botanique, remplaçant la visite guidée du château par un tour dans le potager.

  • 25 Béatrice Bottet, Le grimoire au rubis, livre 1, Bertoul et le secret des hiboux, Paris, Casterman, (...)

34D’autres romans tirent davantage vers le fantastique, tout en conservant les ingrédients des textes précédemment cités : des énigmes, des mystères. Ainsi en va-t-il du Royaume des Euménides, qui porte en quatrième de couverture l’étiquette « Fantastique et mystère », et de Grimpow l’élu des templiers, baptisé par son éditeur : « Le nom de la Rose de la littérature de jeunesse ». Effectivement, dans ces textes, les lieux de la fiction sont plutôt les abbayes, les cryptes d’église, les cathédrales, les auteurs éprouvant une véritable fascination pour tout ce qui ressemble de près ou de loin à un message crypté ou un signe cabalistique. Les objets magiques y sont bien sûr légions : grimoire, amulette, entre autres. Il en résulte ainsi, au delà des clichés, un déplacement dans l’intrigue, du temporel vers le spirituel, la figure de l’apothicaire à la fois médecin, alchimiste et sorcier régnant en maître sur l’univers de la fiction. Les exemples abondent, un des plus saisissants est certainement celui de Magnus Gurhaval dans Le grimoire au rubis de Béatrice Bottet25. Écrivain public, il est aussi mage, auteur d’un grimoire où sont compilées des recettes comme celle de la fabrication du miroir magique, et peut lire dans les pensées, voir à distance, et surtout comprimer le temps. Le grimoire, le livre (thème du roman) devient ainsi comme une métonymie, un raccourci, du savoir dont la possession donne le pouvoir absolu. À l’image d’Éli, qui, dans Le trésor de l’alchimiste, a trouvé comment transmuer le plomb en or. Cependant, le sorcier peut également mettre son art au service du mal. Dans Le royaume des Euménides, le sculpteur Ikarus, un nain difforme, est le maîtres des Euménides (des serpents de brume qui s’attaquent aux vivants), et, grâce à un pacte avec le diable, il est capable, avec des créatures de glaise, de fabriquer un monde parallèle, en tous points semblable au monde réel.

35L’univers de la fiction, ainsi tiré par ses étranges intercesseurs entre les humains et l’au-delà, acquiert de la sorte une dimension spirituelle particulièrement prégnante.

36Quel bilan tirer de ce rapide parcours ? Certes, les auteurs n’échappent pas aux stéréotypes, mais il serait cependant injuste de réduire ces œuvres à une suite de clichés. Les romans les plus réussis de notre corpus, Les brumes de Montfaucon ou Grimpow, s’éloignent en partie des poncifs parce qu’ils ne prétendent pas à la reconstitution archéologique et se tiennent à l’écart de l’Histoire, avec cependant suffisamment d’effets référentiels pour que le Moyen Âge soit plus qu’une toile de fond ou un décor de carton pâte. Ces œuvres témoignent de la sorte de la qualité et de la vitalité de la littérature de jeunesse.

Notes

1 Cécile Boulaire, Le Moyen Âge dans la littérature pour enfants, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2002, p. 294.

2 Martine Pouchain, La couleur du crime, Paris, Castor poche, 2006.

3 Béatrice Nicodème, Le secret de la cathédrale, Paris, Le livre de poche jeunesse, 2006.

4 Anne Pouget, Les brumes de Montfaucon, Paris, Casterman, 2005.

5 Patrick Delperdange, Le royaume des Euménides, tome 1, Julien d’Ombre, Paris, Gallimard jeunesse, 2005.

6 Évelyne Brisou-Pellen, Le cheval indomptable, Paris, Folio, 2006.

7 Rafael Abalos, Grimpow, l’élu des templiers, Paris, Albin Michel, 2006.

8 Ibid., p. 18.

9 Pierre Davy, Les démons de Négreval, Paris, Bayard jeunesse, 2005.

10 Béatrice Nicodème, op. cit., p. 7.

11 Évelyne Brisou-Pellen, op. cit., p. 60.

12 Idem.

13 Anne Pouget, op. cit., p. 9.

14 Le narrateur de Donjon maudit, valet du XIIIe siècle parle par exemple de « chanter en play back ».

15 Anne Pouget, op. cit., p. 186.

16 Roger Judenne, Le trésor de l’alchimiste, Paris, Rageot Éditeur (coll. Cascade), 2004.

17 Karen Cushman, Matilda Bone, Paris, École des loisirs (coll. Médium), 2005.

18 Sylvie Weil, Elvina et la fille du roi Salomon, Paris, École des loisirs (coll. Médium), 2004.

19 Martine Pouchain, op. cit., p. 9.

20 Évelyne Brisou-Pellen, op. cit., p. 49.

21 Martine Pouchain, op. cit., p. 37.

22 Ibid., p. 15.

23 Ibid., p. 69.

24 Rafael Abalos, op. cit., p. 498.

25 Béatrice Bottet, Le grimoire au rubis, livre 1, Bertoul et le secret des hiboux, Paris, Casterman, 2005.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search