Version classiqueVersion mobile

Médiévalités enfantines

 | 
Caroline Cazanave
, 
Yvon Houssais

Deuxième section. S’aventurer dans le passé indéfini

La figure chevaleresque dans la littérature pour la jeunesse : représentation, évolution, fonction

Catherine Brasselet

Texte intégral

1La littérature pour la jeunesse contemporaine constitue un fonds culturel essentiel. À la fois tournée vers le passé et l’avenir, elle se définit avant tout par son destinataire et évolue de ce fait en fonction des goûts et des besoins d’un lectorat particulièrement dépendant des phénomènes de mode. La représentation du chevalier dans les livres pour enfants n’échappe pas à la règle. Au fil des siècles qu’est devenue cette figure si notoire du Moyen Âge ? Quels changements a-t-elle subis ? Les contextes où elle s’inscrit sont-ils identiques à ceux de la réalité historique ? Enfin, existe-t-il encore une quête chevaleresque ? Autant de questions qui appellent une réflexion sur le rôle qu’a pu prendre ce personnage emblématique dans l’imaginaire des auteurs et des lecteurs.

Représentation du chevalier dans la littérature pour la jeunesse

  • 1 Odile Weulersse, Le Chevalier au bouclier vert, Livre de poche, Hachette Jeunesse, [1990], 2001, p. (...)

2Les livres pour enfants regorgent de chevaliers. Si ces derniers n’occupent pas nécessairement la place du héros, ils donnent souvent lieu à une description positive et s’affichent généralement comme des modèles de conduite qui respectent les règles élémentaires du savoir-vivre en faisant preuve de bravoure, de loyauté, de sagesse et d’équité. La narration s’attarde sur leurs caractéristiques en les valorisant par des expressions plus ou moins stéréotypées qui renvoient aux poncifs utilisés au Moyen Âge. Par exemple, ils « joutent avec force et adresse », et « font voler en éclats »1 les armes de leurs adversaires. Cette rhétorique a cependant pour effet de figer l’image du chevalier dans un idéal inaccessible.

  • 2 Polly Schoyer Brooks, Aliénor, deux fois reine, traduit de l’anglais par Dominique Tournier, Paris, (...)

3Aussi, le lecteur sera-t-il d’abord sensible à la force physique, l’allure et la prestance de ces incarnations de la perfection qui, dans de nombreux textes historiques à caractère didactique, forcent l’admiration en s’offrant à la contemplation. L’auteur de Queen Eleanor, Independant Spirit of the medieval world (paru aux États-Unis en 1983 et traduit en France en 1992 sous le titre : Aliénor, deux fois reine) défend l’idée selon laquelle « un chevalier armé et voisin semble plus utile qu’un roi faible et lointain »2. Le cortège des combattants en partance pour les croisades est ainsi perçu par des synesthésies évocatrices de force physique :

  • 3 Ibid., p. 47. Notons que Polly Schoyer Brooks écrit de nombreux livres d’histoire destinés aux jeun (...)

Étendards flottant au vent, croix rouges luisant au soleil, l’énorme cavalcade, la plus puissante armée de chevaliers jamais réunie par la France, commença son long périple vers l’Est3.

Les « étendards flottant au vent » renvoient à la sensation aérienne de la liberté. Conjuguée au champ sémantique de la lumière : « luisant au soleil » et de la puissance : « énorme cavalcade », la notion d’invincibilité s’impose comme dominante. Polly Schoyer Brooks réactive donc d’anciens clichés, dont on peut penser qu’ils fonctionnent toujours. De fait, l’écrivain, spécialisée par ailleurs dans l’éducation des jeunes à problèmes et des milieux scolaires confrontés à la violence, se sert de l’image du chevalier pour inculquer des principes moraux aux adolescents dont l’insertion sociale est difficile. De ce point de vue, la figure chevaleresque fonctionne comme un concept ; elle permet une représentation mentale et générale de l’exemplarité :

  • 4 Philippe Brochard, Chevaliers et Châteaux-forts, Paris, Édition Nathan, Monde en poche, 1990, p. 37

Un chevalier est un homme différent des autres. Il ne doit jamais faillir à l’honneur et, surtout, ne jamais manquer à sa parole. Jamais il ne doit s’en prendre aux plus faibles que lui – femmes, enfants, vieillards et prêtres. Jamais il ne doit oublier les enseignements de l’Église : la messe, les sacrements, la charité, le jeûne et la lutte contre les Infidèles4.

Les textes définissent toujours très clairement le chevalier comme quelqu’un d’exceptionnel : « un homme différent des autres » car soumis aux interdits sociaux du Surmoi, comme le sous-entend l’injonction réitérée : « il ne doit jamais ». Par ailleurs, le soin que l’écriture porte au chevalier montre bien que la littérature pour la jeunesse développe une véritable poétique de la figure chevaleresque. Ses faits et gestes ne semblent pas dépeints pour eux-mêmes, mais tout se passe comme si la syntaxe, le rythme et la prosodie se chargeaient de suggérer un sentiment de beauté. Dans l’épreuve de la quintaine, l’un des exercices pratiqués pour consolider les compétences au combat, l’énonciation s’ancre dans un registre épique, porteur d’onirisme :

  • 5 Jean-Côme Noguès, Le Vœu du paon, Paris, Gallimard, Folio junior, 1987, p. 35-37.

Vingt coups mortels que le chevalier avait réussis sur son destrier noir prometteur de belles batailles. […] Bleue était sa cotte et bleue la housse du coursier. […] Les sabots attaquaient le sol, arrachant des mottes qui volaient au milieu d’un grand mouvement d’étoffe brodée. Cela faisait un bruit sourd. Déjà, le cavalier enlevait son diable noir par-dessus l’étroit fossé qui délimitait les deux pièces de terre. Le fer vint frapper la quintaine à l’endroit du cœur. Sous le choc, le mannequin s’abattit, la poitrine trouée. Quelques brins de paille s’en allèrent au vent comme sang d’infidèle et souffle de félon. Amiel en eut une grande joie5.

Dans ce passage, extrait du roman de Jean-Côme Noguès, Le Vœu du paon, l’exploit guerrier constitue la première composante du champ sémantique du combat : « sous le choc / s’abattit / la poitrine trouée ». Plusieurs éléments diégétiques symbolisent la prouesse. D’abord le cheval, désigné par des termes élogieux représentant la rapidité, donc l’habileté. Le « destrier noir » est « prometteur de belles batailles ». Ses « sabots » sont dotés des qualités propres au combattant. Ils « attaquent le sol », « arrachent les mottes » de terre. L’euphonie créée par le parallélisme des sons vocaliques renforce l’impression de prodige, confirmée plus loin par l’image : « diable noir ». La reprise de « bleue » ainsi que l’ellipse du verbe transparent (« était ») confère finesse et légèreté : « bleue était sa cotte et bleue la housse du coursier ». L’auditif fait place au visuel, qui finit par s’offrir en spectacle au lecteur. Les sabots « vol[ent] au milieu d’un grand mouvement d’étoffe brodée » et ne font qu’« un bruit sourd ». Au final, l’attention porte sur un détail anodin, dont la fonction poétique qu’amplifient les comparaisons, est de signifier que le rôle du chevalier reste attaché à l’éviction du Mal : « quelques brins de paille s’en allèrent au vent comme sang d’infidèle et souffle de félon ».

Une figure en évolution : de la parodie au ludisme

4Cependant, la figure chevaleresque est également mise à mal. Une seconde tendance de la littérature enfantine consiste à la parodier, à la manière de Cervantès avec son Don Quichotte qu’on peut définir comme une imitation satirique des romans de chevalerie. Il s’agit dès lors, comme c’est souvent le cas dans ce genre particulier d’écriture, d’imaginer une transposition burlesque. Le sujet, à savoir l’aventure chevaleresque, est traité dans un style bas.

  • 6 Dick King Smith, Le Chevalier désastreux, traduit de l’anglais par Roland Lamarre et Gilles Laurend (...)

5En tant que produit littéraire de la civilisation et des valeurs féodales qui s’enracinent dans la tradition arthurienne, le roman de chevalerie connaît un regain d’intérêt dans la littérature jeunesse dont il devient aussi la cible privilégiée. Les Britanniques sont les plus enclins à exploiter cette veine d’écriture. Tumbleweed de Dick King-Smith, publié en Grande-Bretagne en 1987, paraît en 1990 en France sous le titre Le Chevalier désastreux. Ce livre, destiné aux enfants de neuf à dix ans, me semble constituer l’un des meilleurs exemples de représentation parodique du chevalier. Alors que les poétiques classiques véhiculent, à la suite des préceptes horaciens, une définition du personnage fondée sur le decorum, c’est-à-dire la cohérence de divers traits : âge, sexe, pays d’origine, apparence physique et caractère, les romans modernes malmènent cette image convenue. La répétition et le stéréotype ne se donnent plus comme garants du bon fonctionnement de la machine romanesque et l’attente du lecteur n’est plus comblée. Le héros fonctionne comme un anti-héros. Le chevalier désastreux est dépeint comme malingre et risible : « on ne voyai[t] qu’un être maigrichon, à la chevelure d’un roux flamboyant, et portant une ridicule moustache rousse »6. Il refuse de combattre et même de porter son armure, laquelle en constitue pourtant l’apanage :

  • 7 Ibid., p. 48.

Il aurait enfin été débarrassé de cette épouvantable armure et de cet horrible cheval. Il ne serait plus obligé d’accomplir tous ces fichus exploits que doivent accomplir les chevaliers : se battre en tournoi, affronter les dragons, sauver des princesses en détresse… etc7.

Ce qui caractérise traditionnellement le chevalier est défini non seulement de manière négative, mais aussi dans un style emphatique. L’armure est « épouvantable », le cheval « horrible », les exploits perçus comme une corvée puisque qualifiés de « fichus exploits ». L’écriture s’établit dans un registre comique à visée satirique : elle se joue du stéréotype chevaleresque et entreprend de défaire sa représentation canonique. Les tournois perdent tout caractère prestigieux. À l’image du valeureux combattant se substitue, par exemple, celle du monstre de foire :

  • 8 Ibid., p. 43-44.

Voici à ma gauche, pesant deux cent quarante-huit kilos et trente-six grammes, voici donc le magnifique, l’incomparable, le fantastique Denys le Tueur. […] Il ôta son heaume et montra son énorme tête, fortement plantée sur son énorme corps d’athlète, lui-même dressé sur un énorme cheval aux naseaux frémissants8.

  • 9 Ibid., p. 52.
  • 10 Ibid., p. 20.

La tournure hyperbolique à laquelle recourt l’auteur crée une déformation comique due à l’emphase. Il s’agit d’exploiter les ressorts de la gradation : « le magnifique, l’incomparable, le fantastique », de la répétition : « voici, […] voici donc […], son énorme tête […], son énorme corps […], son énorme cheval » et de la caractérisation, pour dénoncer le ridicule d’un personnage identifié par son poids : « deux cent quarante-huit kilos et trente-six grammes », par sa masse : « énorme » et par sa cruauté : « Denys le Tueur ». Tout se passe comme s’il s’agissait de rire des actes chevaleresques. Quand il se bat, c’est pour tomber, et dans ce cas sa chute est perçue comme une cacophonie : « on aurait dit cent cinquante casseroles s’écrasant sur un carrelage »9. Son langage cumule familiarité et grossièreté : « Ouf ! Ce que c’est lourd, ces trucs là. […] L’hiver on gèle à l’intérieur. L’été, on cuit comme dans un four »10. Le registre bas, dépourvu de finesse, s’apparente à la grossièreté. Le héros insulte tous les chevaliers. Il les nomme : « Messire Pot de chambre » ou « Chevalier Grosses Fesses ». De tels néologismes fonctionnent comme des provocations. Les métaphores iconoclastes et scatologiques : « Pot de chambre », « Grosse Fesses » renvoient de façon humoristique à une fonction chevaleresque, du coup dénigrée. Tout porte à croire que les valeurs médiévales sont contaminées et qu’un nouvel ordre, celui du désordre, s’instaure. La quête identitaire perd alors son caractère sacré pour fusionner avec l’idée de mascarade. Le chevalier ne parvient plus à imposer son statut par la solennité et le respect d’autrui. Pour être reconnu, il doit injurier mais aussi déjouer les moqueries de son patronyme, réduit à l’ineptie d’un jeu de mots désignant la couardise :

  • 11 Ibid., p. 49.

Vous faites erreur, gros poussah ! Je ne suis pas un clown. Je suis un chevalier […] — Et quel est ton nom ? — Tumbly, dit le chevalier. — Tombe-lit, criaient les gens. Il ne va pas tarder à s’y coucher pour longtemps. Ah ! Ah ! Ah11 !

À lire cette écriture parodique, on serait en droit de supposer que ce sont les valeurs du monde médiéval qui sont visées. En fait, le ludisme et les effets parodiques permettent à l’auteur de se distancier uniquement d’un style d’écriture. La suite de l’histoire sanctionne ainsi le triomphe de l’être sur le paraître. La magie viendra en aide à cet anti-héros qui tient à peine sur ses jambes, car il possède les qualités essentielles, à savoir l’intelligence, la ténacité, la vivacité et l’innocence. On lui reconnaîtra en effet son identité de chevalier :

  • 12 Ibid., p. 54.

Je ne suis pas complètement fou ? — Non, pas du tout ! dit Basil en bégayant. — Ni un clown ? — Non, non ! — Alors qui suis-je donc ? — Vous êtes un chevalier12.

La littérature pour la jeunesse affiche régulièrement ces marques de modernité dans l’intention évidente de séduire le lectorat. L’humour, les effets d’inversion et de surprise plaisent au lecteur en quête de ballottement et de déstabilisation parce qu’il se trouve plongé dans un univers en décalage, mais indirectement lié au sien, et où il perd nombre de repères dans la représentation sociale des modèles. Il s’agit là d’un phénomène de mode contemporain ; ce qui explique que la parodie rencontre autant de succès, même auprès d’enfants peu cultivés. Le jeune lecteur, tout en riant de l’allure peu solennelle du défenseur du Bien, salue son idéal car le déplacement des valeurs fait qu’il perçoit encore mieux le modèle que doit incarner le chevalier.

Fonction de la figure chevaleresque : du combat universel à la quête d’identité

  • 13 Cabrita est une orpheline livrée à la charité d’une paysanne qui la nourrit. Elle affronte la bruta (...)
  • 14 Ibid., p. 40.

6Précisément, c’est au rôle et aux significations de la figure chevaleresque que je vais maintenant m’intéresser. Les textes pour la jeunesse mènent en commun un combat universel contre les forces maléfiques. Le mauvais chevalier représente ainsi un agresseur effectif qu’il convient d’anéantir. Il se présente avec des traits variables, dont l’immaturité de la jeunesse13. Ainsi, dans Cabrita, la sauvage, le jeune chevalier irresponsable, dont la face d’enfant (qui fait penser à un démon) n’a plus rien à voir avec le chevalier protecteur, incarne le mal et l’auteur insiste à plusieurs reprises sur le tragique d’une telle situation, parce que l’héroïne n’a aucun moyen de lutter contre lui, « parce qu’une Cabrita ne se défend pas. Une Cabrita ne peut se défendre : elle n’en a pas le droit »14. Le chevalier félon peut, à l’inverse, revêtir l’apparence de l’âge mûr, voire de la vieillesse. Il paraît alors encore plus terrifiant au jeune lecteur, parce qu’il donne à voir l’inéluctable détérioration subie par les humains. Tout se passe comme si la vieillesse avait emprisonné l’individu dans son impuissance à vaincre le temps ; ce qui se manifeste par une augmentation des défauts les plus patents. Dans le passage qui suit, le représentant de la chevalerie est réduit à « un être misérable et voûté ». Son regard a perdu toute vie et reflète la haine :

  • 15 Jean-Côme Noguès, Le Chevaucheur de Provence, Hachette-Jeunesse, Livre de poche, 1996, p. 97.

Le vieillard se mit à trembler. Il ramena frileusement les pans de sa cotte sur ses genoux serrés, se tassa au bout du banc jusqu’à devenir un être misérable et voûté. Dans son regard gris, une larme brûla comme huile de lampe, goutte sénile d’où la générosité était exclue15.

Attribuer au chevalier la capacité de pleurer pourrait s’interpréter comme une marque légitime de sensibilité. Pourtant cette larme brûle, tel un feu dévorateur. En la comparant à une « goutte sénile d’où la générosité [est] exclue », l’auteur sous-entend que le vieil homme n’est habité par aucun sentiment humain. C’est la raison pour laquelle il est significativement envahi par le froid extérieur, correspondance métonymique de son égoïsme et de sa froideur.

  • 16 Mircea Eliade, Méphistophélès et l’androgyne, Gallimard, 1962, p. 49.

7Le Mal donne aussi lieu à des mises en scènes spectaculaires, donc séduisantes pour le lecteur. Sur ce point la littérature pour la jeunesse s’inspire des romans bretons, qui racontent les aventures du Roi Arthur et de ses chevaliers de « la Table Ronde ». Parmi les thèmes narratifs les plus féconds, on retrouve celui de l’enchantement, dont le sens est probablement à rechercher dans l’antique conception magique de la souveraineté. En effet, selon Mircea Eliade, « la création cosmique selon l’hindouisme est un jeu divin, un mirage, une illusion magiquement projetée par la déité »16. Le christianisme, à l’inverse, renvoie tous les pouvoirs magiques de l’enchanteur du côté diabolique. Le démiurge méphistophélique s’oppose au Créateur puisqu’il modifie ses créatures en les métamorphosant contre leur gré. Ainsi, par exemple, le scénario dans lequel un chevalier a la charge de sauver une jeune fille transformée en sorcière est-il récurrent. Le chevalier au bouclier vert prononce les mots qui exercent un pouvoir destiné à contredire celui de l’enchanteur, dont le pouvoir contredit celui de Dieu :

  • 17 Odile Weulersse, op. cit., p. 44.

« Dieu soit loué ! Tu as dit “ belle dame ”. Merci, chevalier ! » Alors, sous le regard stupéfait de Thibault, les cheveux carotte se transforment en une magnifique chevelure fauve, les yeux deviennent couleur d’amande, le teint blanc comme neige […]. « Un enchanteur m’a transformée en sorcière jusqu’à ce qu’un chevalier me sourie et me complimente »17.

Il s’agit donc d’anéantir cet anti-pouvoir, anti-courtois, anti-chrétien et anti-humain qu’exerce l’enchantement, sur un monde abandonné à l’illusion et à sa propre perdition :

  • 18 Alain Demouzon, Contes d’Excalibur, Paris, La Table Ronde, 1993, p. 46-47 et 65.

Suis la Voie des enchantements ! Sache voir les merveilles du monde. Il n’y a pas d’autre chemin contre le mal. Beautés, richesses ! Ne te prosterne jamais devant ces vanités. Car tu te trompes sur ce que sont les merveilles du monde. […] Il te faut apprendre à lire les signes18.

La figure chevaleresque s’identifie dans la littérature pour la jeunesse à une quête qui se donne toujours à lire comme une reconquête d’équité, d’équilibre et d’harmonie. Les conseils transmis par les anciens aux jeunes successeurs qui se lancent dans l’aventure, constituent un premier rite initiatique. Jean-Yves Tadié dit de l’aventure qu’elle constitue l’essence de la fiction :

  • 19 Jean-Yves Tadié, Le Roman d’aventures, Paris, PUF, [1982], 1996, p. 5.

L’aventure est l’irruption du hasard, ou du destin, dans la vie quotidienne, où elle introduit un bouleversement qui rend la mort possible, probable, présente, jusqu’au dénouement qui en triomphe – lorsqu’elle ne triomphe pas19.

Corentin de Perbanlieue affronte ainsi de multiples enchantements (géants, mauvaises fées, monstres, cavalier noir invincible, morts-vivants… etc.), dont il triomphera grâce, entres autres, à l’aide de l’amitié et de l’amour. À l’issue de l’aventure, il sait discerner l’être du paraître et découvre que « les vraies merveilles du monde » ne sont pas « les beautés et richesses ».

  • 20 Alain Demouzon, op. cit.
  • 21 Ibid., p. 66.

8L’enjeu de la représentation du chevalier dans la littérature du Moyen Âge ne change donc pas radicalement avec un public jeune. Les livres pour enfants, même lorsqu’ils donnent lieu à une innovation formelle, restent attachés à un décodage des valeurs morales. La vision dominante des textes s’impose comme manichéenne et l’enjeu explicite des romans se définit comme l’éviction du Mal. Certes, des phénomènes de mode sont perceptibles dans l’écriture. La structure subit parfois des entrelacements qui rappellent ceux des romans médiévaux. Ainsi, les Contes d’Excalibur20 s’organisent autour d’une structure assez complexe qui procède à la fois du parallélisme (deux histoires alternent avant de se rejoindre, celle de Corentin et celle de Clothilde), de l’emboîtement (le récit cadre s’ancre dans le XXe) et de la chronologie (les différentes aventures des héros correspondent aux épreuves successives qu’ils franchissent dans leur quête). On assiste fréquemment au brouillage de certains codes, comme celui de la transposition temporelle et du style qui oscille entre trivialité et poésie. Le fait que les écrivains contemporains s’adressent à un jeune lectorat modifie le choix des registres. Même quand l’écriture n’est pas pourvue d’intention parodique, elle reste empreinte de ludisme. Une certaine fantaisie surgit au cœur de propos sérieux. « Le soleil », par exemple, peut « se change[r] en œuf au plat grésillant dans une poêle »21. L’humour facilite la dédramatisation et l’ironie souligne les effets excessivement spectaculaires de « la merveille », avec laquelle l’auteur prend ses distances.

9On note que le contexte historique s’avère souvent exact, comme s’il s’agissait de profiter du prétexte narratif pour dispenser un savoir sur une époque (croisades, tournois, valeurs chevaleresques, amour courtois). La plupart des romans affichent très clairement leur ancrage historique. Le roman de Jean-Marc Soyez expose les motivations et l’historique de la première commune en France. L’œuvre de Jacqueline Mirande relate les conditions terribles dans lesquelles les croisés combattaient en Terre Sainte :

  • 22 Jacqueline Mirande, Le Chevalier à la licorne, La Croisade inachevée, Paris, Flammarion, 2005, p. 1 (...)

Tout le jour, les mangonneaux et les perrières lançaient des blocs de pierre qui ébranlaient les murailles. Flèches, carreaux d’arquebuse volaient et tiraient sous un ciel d’un bleu impitoyable […] L’air brasillait. Les armures devenaient brûlantes. Et l’on étouffait sous les heaumes de fer22.

  • 23 Odile Weulersse, op. cit., p. 7.

Les dates et les lieux sont exacts. Le lecteur sait, par exemple, quand la ville d’Acre se rend. Les personnages de référence sont nommés et présentés en quelques mots. Odile Weulersse rappelle ainsi que « Louis VI le Gros », qui régna de 1108 à 1137, exerça l’autorité royale avec le soutien de l’Église. L’auteur dessine cependant les limites socio-politiques sur lesquelles se construit la fiction car l’invention se mêle à la vraisemblance. Une note de bas de page explique, dès l’introduction, que « dans le récit, Louis VI le Gros et Suger, abbé de Saint-Denis, sont des personnages historiques [mais que] les autres sont imaginaires »23. De fait, le mariage d’Éléonore ne se conclura pas avec le fils de Louis VI, futur monarque de France, mais avec le chevalier qui délivre la demoiselle de deux bandits.

  • 24 Marc Soriano, Dictionnaire de la littérature pour la jeunesse, Paris, Flammarion, 1975.
  • 25 Odile Weulersse, op. cit., p. 15.
  • 26 Suzanne Sens, Mémoires d’Hubert, écuyer de Janville, éditions Milan, 1988.

10La chevalerie fonctionne surtout comme une toile de fond pour des histoires où l’aventure, l’amitié, l’amour et les animaux se révèlent des centres d’intérêt essentiels. Aucun exploit du héros ne s’accomplit sans l’aide de ses pairs : Thibault vole au secours de sa sœur, prisonnière du chevalier félon, Clothilde inculque à Corentin ses premières leçons, propédeutique indispensable à la réussite. Affection, soutien, complicités et amitiés deviennent les moteurs de l’action. Les animaux peuvent avoir une fonction non négligeable. Souvent dotés de pouvoirs, comme le loup que Bohort donne à Corentin, ils constituent les adjuvants privilégiés dont parle Marc Soriano dans son Dictionnaire de la littérature pour la jeunesse24. Substituts occasionnels de la tutelle parentale, ils équivalent à des relais diégétiques rattachés au merveilleux. Les ingrédients constitutifs du plaisir de lire trouvent parfaitement leur place dans les textes médiévaux destinés à la jeunesse. L’onirisme, la poétique et le suspense jouent un rôle complémentaire dans l’engouement qu’ils déclenchent chez le lecteur. Quant à l’amour, il renvoie fidèlement aux principes de la « fine amor » et suscite un intérêt certain chez le pré-adolescent qui découvre, avec la puberté, une libido naissante, emplie de pulsions et de désirs latents. Aussi, même si l’amour n’apparaît pas comme le principal centre d’intérêt des récits, il fonctionne comme un objet de séduction. Les écrivains l’exploitent en tant qu’élément constitutif de la quête chevaleresque. La jeune-fille aimée est toujours belle, car la beauté renvoie aux critères de la perfection, ce que suggère la régularité rythmique (6/6/6) de ce passage d’Odile Weulersse, où un jeune chevalier explique ce qu’il ressent en voyant pour la première fois Éléonore : « Éléonore est si belle / que de la regarder/ je me sens tout troublé »25. La demoiselle, exact équivalent de la dame, représente un absolu à atteindre. La lecture engendre donc un questionnement sur l’existence et une réflexion sur les modes de conduite à tenir. La sensualité est ainsi évincée, à peine suggérée au profit de l’idée d’un bonheur plus poétique. Néanmoins, le tragique n’est pas exclu et il occupe même une place de choix. Les héros sont ou orphelins, ou confrontés à l’expérience de la mort. Le jeune chevalier de Janville26 perd tour à tour ses parents. Le jeune Guiraud de Fontbrouge assiste au décès de son meilleur ami, Hugues de Lusignan, qui se révèlera être son père :

  • 27 Jacqueline Mirande, op. cit., p. 136-137.

Un carreau d’arquebuse l’a frappé, juste la porte franchie. J’étais près de lui et je n’ai rien pu faire […]. Il perdait tout son sang. Il m’a d’abord commandé de trouver au plus vite un moine ou un prêtre. Il a dit : « Qu’au moins ma mort soit celle d’un chevalier »27.

  • 28 Ibid., p. 15.
  • 29 Ibid., p. 33.

Le Moyen Âge s’avère être une période de l’histoire particulièrement barbare, où les disettes et les maladies ont succédé aux combats. Cet ancrage offre donc un espace créatif privilégié pour soumettre l’enfant aux difficultés qu’il devra affronter dans la vraie vie. Il est aisé de deviner pourquoi les écrivains pour la jeunesse puisent volontiers dans cette veine : elle procure en effet un cadre spatio-temporel apte à favoriser la construction de la personnalité. De fait, la figure chevaleresque dispense des éléments symboliques fondamentaux pour nourrir la réflexion du jeune lecteur. À un moment ou à un autre, la quête du personnage sera aussi la sienne, même si elle se situe à un autre niveau. La fascination que l’enfant éprouvera inévitablement pour ce personnage-chercheur l’amènera à pratiquer une conduite imitative, grâce à laquelle il pourra, à son tour, ressentir des angoisses identiques et des victoires semblables, aidé par le charme du merveilleux qui opère dans les livres. Il s’agit moins d’être « une âme perdue, une âme épuisée [qui a] mené la Quête jusqu’au plus extrême de l’univers et du temps »28 que d’avoir le droit de l’entreprendre, le « cœur empli de la crainte et du bonheur de la Quête »29. En ce sens, le chevalier symbolisera toujours le principe initiatique par excellence. À l’image des chevaliers de la Table ronde, le chevalier dans la littérature enfantine reste au fil du temps un emblème d’idéal, conscient des chemins à parcourir, des obstacles à surmonter, des valeurs à propager :

  • 30 Ibid., p. 44.

La Table est égale pour tous […] Tous sont à même distance de son centre. […] Son unique patrie est dans le cœur des chevaliers qui combattent avec générosité pour la justice rendue aux faibles, pour l’avènement équitable et fraternel. Leur cause est circulaire dans l’espace et le temps, comme est ronde la Table. N’es-tu pas de retour, toi, petit Corentin de Perbanlieue30 ?

Pour conclure

11Tout porte à croire qu’un relais s’est établi entre le héros arthurien et celui du monde contemporain. Comme Corentin de Perbanlieue, chevalier des banlieues parisiennes, qui hérite des valeurs chevaleresques grâce au gant de force que lui délègue Bohort, le lecteur entre à son tour dans l’aventure de la vie. Parce que l’aventure implique une déstabilisation et une perte des repères, le motif de la figure chevaleresque invite le lecteur à grandir intérieurement. Les phénomènes de mode n’ont aucune prise sur cette démarche. En effet, en accomplissant les exploits les plus extraordinaires, le chevalier répond aux besoins de dépassement les plus profonds de l’enfant qui poursuit une quête identitaire au centre de laquelle l’exemplarité joue le rôle d’un modèle, nécessaire à la construction de la personnalité.

Notes

1 Odile Weulersse, Le Chevalier au bouclier vert, Livre de poche, Hachette Jeunesse, [1990], 2001, p. 10.

2 Polly Schoyer Brooks, Aliénor, deux fois reine, traduit de l’anglais par Dominique Tournier, Paris, Hachette Jeunesse, Livre de poche, 1992, p. 10. Titre originel, Queen Eleanor, Independent Spirit of the medieval world [1983].

3 Ibid., p. 47. Notons que Polly Schoyer Brooks écrit de nombreux livres d’histoire destinés aux jeunes et publie des articles sur le Moyen Âge dans l’Encyclopédie Britannique Junior.

4 Philippe Brochard, Chevaliers et Châteaux-forts, Paris, Édition Nathan, Monde en poche, 1990, p. 37.

5 Jean-Côme Noguès, Le Vœu du paon, Paris, Gallimard, Folio junior, 1987, p. 35-37.

6 Dick King Smith, Le Chevalier désastreux, traduit de l’anglais par Roland Lamarre et Gilles Laurendon, Paris, Nathan, Bibliothèque Internationale, 1990, p. 9. Titre originel, Trumbleweed, Londres, [1987].

7 Ibid., p. 48.

8 Ibid., p. 43-44.

9 Ibid., p. 52.

10 Ibid., p. 20.

11 Ibid., p. 49.

12 Ibid., p. 54.

13 Cabrita est une orpheline livrée à la charité d’une paysanne qui la nourrit. Elle affronte la brutalité d’un jeune chevalier irresponsable, Evrard de Piedraille. (Anne-Marie Pol, Cabrita la sauvage, Bayard poche, coll. Je bouquine, 1993).

14 Ibid., p. 40.

15 Jean-Côme Noguès, Le Chevaucheur de Provence, Hachette-Jeunesse, Livre de poche, 1996, p. 97.

16 Mircea Eliade, Méphistophélès et l’androgyne, Gallimard, 1962, p. 49.

17 Odile Weulersse, op. cit., p. 44.

18 Alain Demouzon, Contes d’Excalibur, Paris, La Table Ronde, 1993, p. 46-47 et 65.

19 Jean-Yves Tadié, Le Roman d’aventures, Paris, PUF, [1982], 1996, p. 5.

20 Alain Demouzon, op. cit.

21 Ibid., p. 66.

22 Jacqueline Mirande, Le Chevalier à la licorne, La Croisade inachevée, Paris, Flammarion, 2005, p. 134.

23 Odile Weulersse, op. cit., p. 7.

24 Marc Soriano, Dictionnaire de la littérature pour la jeunesse, Paris, Flammarion, 1975.

25 Odile Weulersse, op. cit., p. 15.

26 Suzanne Sens, Mémoires d’Hubert, écuyer de Janville, éditions Milan, 1988.

27 Jacqueline Mirande, op. cit., p. 136-137.

28 Ibid., p. 15.

29 Ibid., p. 33.

30 Ibid., p. 44.

Auteur

Université de Valenciennes

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search