Version classiqueVersion mobile

Médiévalités enfantines

 | 
Caroline Cazanave
, 
Yvon Houssais

Deuxième section. S’aventurer dans le passé indéfini

S’aventurer dans le passé indéfini

Texte intégral

1Pour interroger le Moyen Âge destiné aux enfants dans l’étendue de sa gamme la plus complète – l’écart maximal, pourrait-on dire, n’étant pas évité –, il convient, dans cette deuxième section, d’aller de ce fonds médiéval le plus conforme aux habitudes, grevé de toutes les restrictions que nous venons de signaler, à des résurgences plus indéfinies (et qui ne sont pas forcément plus subtiles).

  • 1 Le Moyen Âge en Jeu, études réunies et présentées par Séverine Abiker, Anne Besson, Florence Plet-N (...)

2En effet, la matière du NMAJ (Nouveau Moyen Âge Jeunesse) ne correspond pas seulement à du « médiéval » recréé, puisque le « moyenâgeux » fait aussi partie de son horizon d’intervention immédiat. Foin de la construction traditionnelle des places fortes et des pont-levis quand, pour les mêmes objets, le préfabriqué est d’un emploi si commode ! Le recours au passé retrouvé dans ses traces matérielles et ses élaborations littéraires, qui elles-mêmes partaient souvent de figures historiques, est loin d’être l’unique accès. La représentation a la possibilité de partir d’une image mentale, donc du néo-Moyen Âge, et à partir de là de dériver de proche en proche pour gagner de nouveaux terrains, où le neuf, comme dans les jeux médiévalisants, avoisine le « déjà-connu »1. Dans cette sphère où la liberté créative devient encore plus grande, la figure du chevalier s’autonomise ; l’aventure se déploie sur le fond du décor d’un autre temps, dont les stratégies de « recomposition authentique » se multiplient et le montage artificiel n’est pas forcément homogène ; la fantasy est une sorte de conte merveilleux moderne que des bouillons de culture médiévale aident à grandir ; la commémoration de Nicolas de Myre conduit à une correspondance envoyée par le Père Noël ; l’acte de récit débouche sur une pratique ludique qui jette les dés pour faire vivre des fictions déroutées et malléables, dont l’élaboration se fait sous couvert d’une certaine et plus ou moins lourde caution historique ; rien de tel qu’une bonne BD médiévalisante pour que l’imagerie rayonne à un bon niveau de documentation et de dialoguicité avec la littérature née en ancien et moyen français ; rien d’autre qu’un microscopique et fallacieux prétexte de saga pour laisser une petite fille envahir la culture franque de blagues plus ou moins consternantes auxquelles seule la modernité médiatisée donne un sens outrancier et loufoque.

3Le point commun entre toutes ces exploitations est ténu : le Moyen Âge s’y voit de loin et même de plus en plus loin. Protéiforme, récupéré par X formes de vente, mis en petits livres, images, bulles, lettres, lesté d’anachronismes voyants, le néo-médiéval récréatif popularise à tout va, livre du rêve et du jeu à domicile, fait du rapport à l’enfance son mot d’ordre : les civilités puériles se modernisent, l’espace contemporain se lit par transparence. C’est clairement lui qui a pris le dessus.

4Est-ce à dire que cette industrie du médiéval fait fi de l’histoire ?

5Emprunter à l’historiographie et en même temps produire de la fiction est un pari que le roman historique, en tant que genre, a toujours aimé lancer. Ici la gageure est encore plus aventureuse du fait des limites du savoir historique du jeune public. Si la reconstitution d’un médiéval pré-établi et à la chaîne – opération dont les mécanismes ont été clairement analysés par Cécile Boulaire – prévaut encore grandement, il n’en reste pas moins qu’une importante partie de la production du XXIe siècle, tout en essayant d’échapper aux stéréotypes communs, se signale par son souci d’exactitude (les dossiers et l’appareil des notes critiques qui accompagnent ces œuvres témoignent de la manifeste pression exercée par la volonté didactique). Regardant une dizaine de romans apparus entre 2000 et 2006, Yvon Houssais repère quels sont les siècles préférés des nouvelles fictions, traque les stratégies utilisées pour l’intégration du matériau encyclopédique – gage d’authenticité pour tout le reste –, catalogue les outils vedettes servant à dresser un décor à l’ancienne (ancienneté installée afin qu’en transparence la modernité aperçoive son reflet déformé). Les intrigues se développent sur un petit nombre de schémas types. Dans le jeune corpus examiné, la créativité de plusieurs auteurs contemporains et la vitalité de l’univers médiéval qui ne cesse d’inspirer ces volontaires en rupture de ban apparaissent avec netteté.

6 Cette question de la représentation du Moyen Âge est envisagée par Catherine Brasselet sous l’angle d’un des plus durables archétypes de la médiévalité : le chevalier. Le versant contemporain de cette figure traversant la littérature de jeunesse peut peindre à grands traits un héros positif, modèle de conduite, exemplaire par sa force physique et ses qualités morales. Mais, bien souvent, une tendance seconde déconstruit la silhouette mythique, quand il y a adoption d’une tonalité parodique. Le changement de registre installe au centre des attentions un anti-héros, plutôt qu’un héros. Cependant, derrière ces innovations a priori renversantes, la littérature de jeunesse reste la gardienne fidèle des grandes valeurs morales. Elle continue à avoir une vision manichéenne du monde et fait de l’éviction du Mal la quête essentielle du protagoniste. Pour autant, les fondamentaux historiques ne sont pas négligés, même si, perceptibles malgré le brouillage de certains éléments, les vrais enjeux restent, quoi qu’il en soit, d’apporter une aide mentale efficace à la personnalité du pré-adolescent en train de se construire.

7Revient ensuite à Isabelle Weill de démontrer comment la série des récits qui concernent le célébrissime Harry Potter est imprégnée d’un intertexte médiéval qu’on peut apprendre à reconnaître. L’onomastique anglo-saxonne est décryptable à plusieurs niveaux de signification, ce qui donne d’ailleurs bien du fil à retordre à ses traducteurs. L’enfance de Harry et celle des héros épiques montrent des points de ressemblance (une prophétie annonce l’arrivée d’un enfant aux pouvoirs extraordinaires, lui permettant de mettre fin à l’emprise du Mal ; il y a des menaces qu’un réseau haineux fait peser sur le héros, un apprentissage au long cours parsemé d’épreuves qualifiantes). L’espace spatio-temporel, les stratifications de la société, la question de la famille, la magie du travail lexical, chaque détail rencontré chez J. K. Rowling peut rappeler l’entourage du chevalier et le symbolisme du Moyen Âge ; mais l’humour et le latin de cuisine sont là pour bien marquer le recul pris. L’heroic fantasy plaît car elle fait sourire, mais son érudition, quand elle est dévoilée, incite à la prendre au sérieux et ce, malgré tous les décalages intentionnels que le travail au second degré installe.

  • 2 Le Jeu de saint Nicolas de Jean Bodel (1533 vers) exemplifie vers 1200 la puissance du saint et a p (...)

8De Nicolas de Myre à saint Nicolas, grand personnage de la littérature et de la vie artistique du Moyen Âge2, après ce premier jalon le légendaire a encore poursuivi sa course étoilée, mais maintenant dans un traîneau tiré par des rennes. Les rites hivernaux, qui avaient été récupérés par la religion chrétienne, sont entrés dans un processus de laïcisation bien avant même que l’entreprise Coca-Cola n’aide à populariser la figure du gros bonhomme rouge et blanc, exploitée cette fois à des fins très commerciales. Sans avoir été le premier de son époque à déclencher le passage à la nouvelle mythologie, comme Charles Ridoux le rappelle, Tolkien a été un des marqueurs de cette phase de transition, mais discrètement et dans des textes que leur nature ne destinait pas courir le monde. Les Lettres du Père Noël sont peut-être une œuvre dite mineure, mais leur importance réside ailleurs. Cet univers minimaliste à usage familial se peuple au fur et à mesure de personnages de plus en plus extraordinaires : l’elfe Ilbereth et les gobelins préfigurent les créatures du Légendaire, les thèmes abordés pouvant recouper ceux du Silmarillion et du Seigneur des Anneaux. La culture de Tolkien le polyglotte, la fréquentation des manuscrits médiévaux de celui qui a enseigné à Oxford la littérature en vieil anglais, le sens de l’ornementation, l’amour des enfants, tous ces atouts se sont conjugués dans un exercice suivi sur plusieurs années de vie de couple, présentant à la progéniture la possibilité de se réfugier dans l’imaginaire comme une perspective rassurante. Cette supercherie timbrée crée un rite dans la sphère privée et le Pôle Nord entre par la tangente dans l’Histoire de la Terre du Milieu. Quand il écrit un poème dans la Lettre de 1938, le Père Noël révèle qu’il est un rimailleur de second ordre (l’Ours Polaire et l’elfe Ilbereth s’en plaignent un peu), mais qu’à cela ne tienne la charmante correspondance montre en Tolkien un père attentionné, que double un auteur dont tous les talents resplendissent au firmament de l’unité conceptuelle et artistique.

9Les lisières sont une zone qu’Antoine Dauphragne n’hésite pas à explorer en proposant une fine analyse des passerelles reliant les jeux de rôle sur table et la littérature de jeunesse néo-médiévale. Si nous avons affaire à deux univers apparemment assez éloignés l’un de l’autre, à des modes d’expression possédant chacun leurs spécificités, les supports différenciés par l’usage qu’on en fait présentent néanmoins entre eux d’authentiques similitudes. D’abord l’âge d’entrée dans le jeu de rôle prolonge celui de la fréquentation de la littérature de jeunesse. Le public est plus adulte, mais la transmission indéniable. Dans les livres à lire, la typologie était triple (recomposition du Moyen Âge historique, ou du cadre arthurien, ou encore imposition de la fantasy). Les jeux conservent ces orientations mais sans garder la même distribution proportionnelle et en forçant la dose du merveilleux. Enfin, romans écrits pour la jeunesse et créations rôlistes utilisent en commun un certain nombre d’outils éditoriaux : les objets livres, d’un côté comme de l’autre, donnent le ton par leurs couvertures, leurs titres, sans que les doubles évocations tiennent un discours identique. La caution de l’Histoire dans le JdeR est un élément tout de suite intégré dans la structure ludique, donc les déclinaisons sont plus diversifiées, et le para-historique non voilé (le passé devient malléable et il peut être refaçonné librement). Même libération dans l’approfondissement de la fantasy car les extrapolations rôlistes sont encore plus aventureuses que dans le livre de jeunesse. La manipulation des références et la transgression des genres créent des métissages renforcés.

  • 3 Cf. A. Corbellari et A. Schwarz, op. cit. et B. Ribemont, « Mythe médiéval… », art. cit.
  • 4 La série Messire Guillaume de Matthieu Bonhomme pour les dessins et Gwen de Bonneval pour le scénar (...)

10Le succès du Moyen Âge dans la bande dessinée remonte à loin3. Il va de ces grands ancêtres que sont Prince Vaillant (Prince Valiant, créé par Hal Forster en 1937) et son digne héritier, Chevalier ardent (dû à François Craenhals dans Tintin une vingtaine d’années plus tard), à la production d’aujourd’hui que de grandes séries dominent encore (comme celle concernant le célèbre Messire Guillaume4). Derrière ce constat de bonne santé générale, deux études que nous donnons à comparer montrent à quel point le sens de la médiévalité peut se diversifier, surtout quand les prétentions référentielles dirigées vers le passé sont revues à la baisse. À partir du moment où, comme Camille Bozonnet et Bernard Ribemont le font apparaître, le Moyen Âge sert de bon prétexte pour lancer un feu nourri de clins d’œil évidents au monde moderne, à qui cette manœuvre truquée s’adresse-t-elle ? à l’enfant ? à l’adulte ? à l’ensemble des deux ? Et la médiévalité, elle-même, ne risque-t-elle pas d’afficher ses limites, dès lors que les dérives y sont plus importantes que le phénomène d’ancrage ?

11À travers l’analyse d’une série d’albums d’Yvan Pommeaux, assemblée sous le titre d’Angelot du Lac (en 1998), B. Ribemont pose en préalable la question de l’horizon d’attente lié à la collection et à son exploitation pédagogique favorisée par l’appareil scolaire. La stratégie mise en place s’arrange pourtant pour que la réception soit double. La BD médiévalisante s’adresse certes à la jeunesse, mais plusieurs de ses messages et de ses grands effets travaillés partent en direction d’adultes, souhaités suffisamment lettrés pour percevoir quelles sont les sources des jeux citationnels et comprendre à quoi renvoie le balayage historique. Les enfants effectuent un autre parcours, deviennent sensibles aux tonalités épiques, sombres et guerrières, qu’apporte avec elle la Guerre de Cent Ans. L’aventure sur fond gothique déploie quelques stéréotypes, l’ensemble restant bien dominé. Conventions et érudition se partagent le terrain, la morale restant sauve et instructive.

  • 5 Sylvain Runberg (scénario) et Karim Friha (dessins et couleurs), Astrid, tome 1 : La Barbare Academ (...)

12Le bilan dressé par Camille Bozonnet est moins encensé, Astrid la petite vandale étant exemplaire d’une des dérives fréquentes rencontrées dans les BD modernes5. En effet, la stratégie d’appel à la connivence du public adulte et à la reconnaissance de toutes les médiévalités « sérieuses », qui restait un argument fort chez Y. Pommeaux dans les dernières années du XXe, devient chez Sylvain Runberg, à l’orée du XXIe, un jeu intertextuel encore très fouillé, mais tout dirigé vers la modernité qui explose dans la culture cinématographique, musicale, publicitaire et très télévisuelle. Les télescopages burlesques sont surtout fabriqués dans cet album pour faire de l’effet sur la génération des trentenaires. Le monde vandale est l’objet de quelques allusions et clichés partis en raid, pour faire rire. Le socle historique est très vite dégagé des planches. La Barbarie à jeune minois fonde une Academy New Age inscrite dans une collection qui se fait fort d’être « anti-rides » alors que le vieillissement des lourdes blagues qui entourent la sauvageonne est terriblement immédiat. La grande invasion se voulait conquérante, lançait des annonces vers une matière à suivre. Dans une séquence de pêche à la ligne, la dernière bulle d’Astrid proclame « Mon instinct me dit que ça va mordre ». Frère Justinien le tonsuré a beau prêcher dans cet épisode (finement ! intitulé « Pauvres pêcheurs ») qu’« il […] faut prendre patience », le requin n’a pas encore mordu à l’hameçon puisque le tome 1 d’ouverture est l’unique album de la série promise.

Notes

1 Le Moyen Âge en Jeu, études réunies et présentées par Séverine Abiker, Anne Besson, Florence Plet-Nicolas, Bordeaux, PUB (coll. Eidôlon, 86), 2009, préface, p. 10.

2 Le Jeu de saint Nicolas de Jean Bodel (1533 vers) exemplifie vers 1200 la puissance du saint et a peut-être été donné dans l’église Saint-Nicolas d’Arras. Pendant tout le Moyen Âge la légende du saint est largement illustrée par des statues, des vitraux et des miniatures.

3 Cf. A. Corbellari et A. Schwarz, op. cit. et B. Ribemont, « Mythe médiéval… », art. cit.

4 La série Messire Guillaume de Matthieu Bonhomme pour les dessins et Gwen de Bonneval pour le scénario compte quatre albums (Paris, Éditions Dupuis, coll. Repérages) : Les contrées lointaines, 2006 ; Le pays de vérité, 2007 ; Terre et mère et L’Esprit perdu, 2009.

5 Sylvain Runberg (scénario) et Karim Friha (dessins et couleurs), Astrid, tome 1 : La Barbare Academy, éditions Soleil, 2004 (coll. Start).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search