Version classiqueVersion mobile

Médiévalités enfantines

 | 
Caroline Cazanave
, 
Yvon Houssais

Première section. Recomposer le passé défini

Dangers et séductions du rêve médiéval : littérature arthurienne et littérature jeunesse

Danielle Quéruel

Texte intégral

  • 1 Jacques Roubaud, Graal-Fiction, Paris, Gallimard, 1978, p. 13.

1Au commencement de Graal-Fiction Jacques Roubaud écrivait à propos des récits arthuriens : « Qui les connaît encore aujourd’hui, sinon les enfants dont se nourrissent les contes, et les médiévistes qui sont, nul ne l’ignore, de grands enfants ? »1

  • 2 Cécile Boulaire, Le Moyen-Âge dans la littérature pour enfants 1945-1999, Rennes, Presses universit (...)
  • 3 Selon les textes proposés, plusieurs tranches d’âge sont concernées par l’imaginaire arthurien, des (...)
  • 4 Nous ne prendrons absolument pas en compte — peut-être à tort — le phénomène récent et important qu (...)

2Le monde médiéval offre aux jeunes lecteurs une abondante matière pour rêver : des chevaliers courageux toujours prêts à se battre et à défendre les justes causes, des héros prestigieux appartenant à un monde de légende plus qu’à l’histoire tels que le roi Arthur, Lancelot ou Gauvain, des châteaux qui surgissent dans des paysages celtiques irréels et offrent à leurs hôtes des épreuves extraordinaires. Il semble que ces récits trouvent toujours un public fidèle et que la légende arthurienne en particulier cristallise une grande part des rêves suscités par les récits médiévaux chez les jeunes lecteurs du XXIe siècle. Dans son ouvrage : Le Moyen Âge dans la littérature pour enfants, Cécile Boulaire indique que, dans le corpus qu’elle a étudié, un livre sur dix évoque le roi Arthur et ses chevaliers2. Les statistiques rassemblées par les bibliothèques donnent les mêmes résultats et confirment que ces récits inspirés de la littérature arthurienne sont fortement appréciés par les jeunes lecteurs3. Ils font partie aujourd’hui indubitablement de ce que l’on appelle désormais la littérature de jeunesse, littérature qui cherche à répondre aux attentes d’un imaginaire enfantin4.

Fascinations et dérives

  • 5 Kevin Crossley-Holland, Arthur roi d’hier, roi de demain, Pocket jeunesse, Gautier-Languereau, 2001
  • 6 Claude Sylvain (pseudonyme de Jeannine Harmand), Contes et légendes du roi Artus, Paris, Gautier-La (...)

3Cette matière arthurienne a suscité pendant les dernières décennies un foisonnement de textes qui va des traductions ou adaptations faites à partir des œuvres médiévales jusqu’à des réécritures parfois très éloignées des modèles anciens. De plus, les ouvrages proposés aux enfants dans ce domaine sont parfois difficiles à classer et à analyser : en dépit des efforts des professionnels du livre pour distinguer les documentaires et les textes à vocation plus littéraire, la différence est rarement faite. Sous le titre Arthur, roi d’hier, roi de demain5 par exemple, on trouve des résumés historiques ou des fiches mêlant l’évocation des personnages arthuriens et d’autres grands thèmes médiévaux comme le cadre de vie de l’époque féodale, les rites de chevalerie, les croisades ou la construction des châteaux ou des cathédrales, thèmes qui sont certes caractéristiques de la civilisation médiévale, mais très éloignés de cet univers arthurien. Sous le titre de Contes et légendes du roi Artus, Claude Sylvain6 proposait dès 1947 un album - par ailleurs charmant - racontant les premières années de Merlin, mais sans jamais citer Arthur et sans expliciter les liens existant entre l’enchanteur et le prestigieux roi breton. Les titres de certains ouvrages sont souvent vagues et, se contentant de jouer sur l’imaginaire qui naît des mots « légendes » ou « Arthur », ne correspondent pas toujours aux récits. Malgré une ingéniosité certaine de la part des auteurs, l’amalgame est souvent fait entre les récits venus de la littérature arthurienne et certaines idées reçues sur les siècles médiévaux. Dans ce cas, les références chronologiques sont malheureusement souvent bouleversées : la période médiévale, qui est si longue dans l’histoire de l’Occident et s’étend du IVe siècle au XVe siècle, est malmenée et les évocations dites « médiévales » proposées aux lecteurs donnent lieu à des approximations, voire à des erreurs. De même les confusions génériques en particulier entre certains textes épiques comme les chansons de geste et les romans arthuriens sont fréquentes.

  • 7 Il convient de remarquer en le regrettant que les éditeurs français présentent souvent aux jeunes l (...)

4Certes, la part de liberté que les romanciers modernes - et en particulier ceux qui écrivent pour les jeunes - revendiquent est grande et elle est justifiée par la richesse de l’imaginaire arthurien. Par ailleurs, il est difficile de maîtriser l’ensemble des sources littéraires qui nous ont transmis les légendes arthuriennes : nés au XIIe siècle avec les superbes romans de Chrétien de Troyes, ces récits ont été repris, complétés et continués à partir du XIIIe siècle en France d’abord, puis plus tard en Angleterre7.

La mémoire des temps arthuriens

  • 8 Odile Weulersse, Les chevaliers du roi Arthur, coll. Les romans des légendes, Pocket jeunesse, 2005
  • 9 Neil Philip, Roman d’un chevalier, Paris, Hachette jeunesse, 1992.
  • 10 Michaël Morpurgo, Le Roi Arthur, Paris, Gallimard, Lecture junior, 1995. L’ouvrage a d’abord été éc (...)
  • 11 Cf. la traduction en français dans Thomas Malory, Le roman du roi Arthur et de ses chevaliers de la (...)
  • 12 William Caxton, le premier imprimeur anglais, publie en 1485 une sorte de résumé en prose des avent (...)

5La profusion de cette littérature explique sans aucun doute les dérives que nous avons relevées. Cependant, certaines œuvres récentes offrent des récits à la fois séduisants et conformes à une image plus juste du Moyen Âge et de ses légendes. Plus fidèles aux récits que la mémoire collective a portés jusqu’à nous, elles mêlent de façon harmonieuse les différentes versions de ces légendes arthuriennes. Ces auteurs ont pris le parti de relire les œuvres médiévales et s’en inspirent de façon plus ou moins fidèle tout en créant une atmosphère romanesque conforme aux attentes modernes des jeunes lecteurs. Nous nous proposons ici de feuilleter trois ouvrages composés ces dernières années et de comparer les procédés d’écriture utilisés par les auteurs. Il s’agit d’une part de l’ouvrage intitulé Les chevaliers du roi Arthur par Odile Weulersse8 et d’autre part de deux livres composés par des auteurs anglo-saxons : le Roman d’un chevalier9 de Neil Philip et le récit de Michaël Morpurgo, Le Roi Arthur10. Dans les trois cas, les auteurs ont choisi de faire une présentation cyclique et totalisante de l’histoire du royaume arthurien suivant en cela le modèle des compositions médiévales du XIIIe siècle. Dans le premier roman, on reconnaît surtout des sources françaises : les œuvres de Chrétien de Troyes, les romans de Lancelot du Lac et de la Mort Arthur. Pour les deux autres volumes, il s’agit d’auteurs d’origine anglo-saxonne, mais connaissant à la fois la littérature arthurienne diffusée en France et en Angleterre. Ils n’hésitent pas à dire leurs sources d’inspiration : les romans de Chrétien de Troyes et de ses continuateurs, mais aussi la grande synthèse arthurienne composée par Sir Thomas Malory11, Le Morte d’Arthur (éditée dès 1485 par William Caxton)12.

  • 13 Les traductions de récits médiévaux destinées à un public jeune, voire à des programmes scolaires, (...)

6Les trois œuvres retenues pour cette étude se présentent comme des romans, créations littéraires intermédiaires entre les grands textes médiévaux qui contiennent une matière arthurienne foisonnante et complexe, et des versions accessibles à un public jeune et contemporain. Les auteurs n’ont pas inventé la matière qu’ils développent ici. Personnages, cadre, aventures viennent de ces sources anciennes dans lesquelles ils ont puisé abondamment. Leur travail s’inscrit ainsi dans la tradition médiévale des réécritures tout en s’appuyant sur des thématiques pouvant séduire un public jeune actuel. En aucun cas il ne s’agit de traductions13, mais de re-créations littéraires.

  • 14 Cf. Alexandre Micha, Lancelot, roman en prose du XIIIe siècle, 9 vol., TLF, Droz, Genève, 1978-1983
  • 15 Cf. Alexandre Micha, Merlin en prose, du pseudo-Robert de Boron, TLF, Droz, Genève, 1979.
  • 16 Cf. Albert Pauphilet, La Queste du Saint Graal, CFMA, Champion, Paris, 1967.
  • 17 Cf. Emmanuèle Baumgartner et Marie-Thérèse de Medeiros, La Mort du roi Arthur, CFMA, Champion, Pari (...)

7La littérature médiévale arthurienne comprend une immensité de textes ayant fixé, du XIIe au XVe siècle, les aventures de héros qui réapparaissent de façon récurrente : le cadre de référence est toujours la cour idéalisée du roi Arthur et les châteaux de Camalot ou de Tintagel ; les héros sont les chevaliers de la Table Ronde parmi lesquels s’imposent les noms les plus prestigieux : Lancelot, Gauvain, Perceval, Tristan, Bohort. Après que Chrétien de Troyes a imaginé les liens prestigieux entre l’amour et la chevalerie qui caractérisent les aventures d’Érec, d’Yvain, de Cligès, de Perceval ou de Lancelot, les auteurs du XIIIe siècle ont complété et organisé cette matière de façon chronologique, réinventant ou retrouvant les origines du royaume arthurien sans doute dans des sources aujourd’hui disparues ou transmises oralement. C’est ainsi qu’ils ont réuni les légendes concernant les premiers rois bretons, en particulier Uterpandragon, la naissance d’Arthur et le rôle de Merlin dans l’instauration du royaume breton : les grandes sommes du Lancelot en prose14, ainsi que de l’histoire de Merlin15 témoignent de cet immense travail cyclique. Les clercs du XIIIe siècle ont également inventé une suite aux aventures destinées aux chevaliers les plus courageux, les faisant participer à la quête du Graal et aux derniers combats du roi Arthur. Quant aux romans de la Quête du Saint Graal16, puis de La Mort Artu17, ils décrivent cette trajectoire qui conduit les chevaliers de la Table ronde et le roi Arthur lui-même vers la fin des temps arthuriens en mettant en scène le meurtre commis par Mordred contre son père, Arthur.

  • 18 Odile Weulersse, Les chevaliers du roi Arthur, op. cit., p. 24.

8Cette structure cyclique et cette cohérence chronologique sont le plus souvent reprises dans les versions modernes, certes très écourtées mais synthétiques, qui veulent présenter de façon globale aux jeunes l’histoire des chevaliers arthuriens et du royaume du roi Arthur. Les chevaliers du roi Arthur, d’Odile Weulersse, illustre parfaitement cette ambition et a recours à cette même technique : l’auteur s’inspire sans les citer des romans de Chrétien de Troyes, mais surtout du Lancelot en prose et de La Mort du roi Artu. L’ouvrage, long seulement de 261 pages, divisé en quinze chapitres, retrace toute l’histoire du royaume arthurien, depuis les premiers temps où se situe l’étrange naissance d’Arthur jusqu’à sa disparition dans l’île d’Avalon. De l’écriture médiévale, l’auteur retient d’abord le principe de l’entrelacement. En effet, dans les deux premiers chapitres, alternent des épisodes qui se déroulent dans la forêt de Brocéliande et les châteaux de Grande Bretagne. Merlin et Viviane sont les premiers à apparaître, colorant le récit d’une atmosphère merveilleuse ; les personnages relevant de la seule humanité : la duchesse de Tintagel, le roi Uter Pendragon, l’enfant que Merlin enlève à sa mère et confie à Antor et à sa femme, le futur roi Arthur, semblent être ainsi les jouets de la volonté de l’enchanteur. Conformément aux versions médiévales, Merlin se présente lui-même comme l’instrument de l’histoire de la Bretagne : « Que feraient les Bretons sans moi pour vivre dans la paix et les enchantements ? »18 L’autre procédé adopté par l’auteur consiste à souligner le parallélisme existant entre le sort d’Arthur et celui de Lancelot. Tandis qu’Arthur est enlevé à sa mère par Merlin, Lancelot, encore bébé, est enlevé à sa mère, la reine de Benoic, par Viviane, la Dame du lac, qui l’élève dans un manoir au fond des eaux. Les deux héros se retrouvent au château de Camalot alors que Lancelot rêve de devenir chevalier auprès de ce jeune roi, Arthur, dont la renommée grandit. Le deuxième chapitre s’organise en effet autour de la révélation du destin d’Arthur qui, ignorant tout de sa naissance illustre, réussit à ôter l’épée Excalibur de la pierre dans laquelle elle est fichée. Le récit respecte alors ce que racontent longuement les textes du XIIIe siècle : l’incrédulité des chevaliers et des hommes d’église qui retardent autant qu’ils le peuvent le moment du sacre du nouveau roi de Bretagne pour mieux le célébrer ensuite lorsque Merlin leur révèle que le jeune homme est le fils du roi Uter Pendragon.

9Le chapitre suivant apporte une dimension romanesque et sentimentale qui n’est pas développée dans les textes médiévaux mais répond au besoin de combler des « blancs » qui existent dans la légende : la rencontre entre Arthur et Guenièvre, la fille du roi de Carmélide, est placée sous le signe de l’amour et du coup de foudre. La beauté de la jeune fille (surnommée « Blanche Apparition ») est ici soulignée et fait allusion aux traditions galloises anciennes qui assimilent Guenièvre à une reine appelée Gwenhwyvar, c’est-à-dire « Blanc Fantôme » ou « Blanche fée ». Se souvenant que la postérité fera de Guenièvre non seulement la femme du roi Arthur, mais la dame aimée de Lancelot, l’auteur poursuit le chapitre par l’arrivée du jeune homme à la cour et s’attarde sur la première rencontre entre celui-ci et la reine :

  • 19 Odile Weulersse, Les chevaliers du roi Arthur, op. cit., p. 59.

Lorsque le chevalier aux blanches armes est présenté à la Blanche Apparition, une émotion violente les saisit tous les deux. Ils ne peuvent se quitter des yeux, comme sous l’effet d’un charme. La reine s’approche pour lui prendre la main qui frisonne à son contact19.

L’amour qui naît alors entre Guenièvre et Lancelot est l’un des éléments les plus profonds de cette tradition arthurienne. Fort habilement, le récit suggère combien Arthur apprécie Lancelot sans jamais soupçonner la moindre trahison à son égard.

10Les autres éléments fondateurs de la légende arthurienne sont réunis dans la scène du couronnement : celle-ci se passe à Carduel où Arthur reçoit publiquement l’épée Excalibur qu’il a été le seul à pouvoir retirer du perron dans lequel elle était fichée. Merlin annonce que le roi doit réunir autour d’une table ronde les douze meilleurs chevaliers du royaume et que la treizième place est réservée à celui qui saura conquérir le Graal. Dès lors, le royaume arthurien est lié à la quête du vase sacré et chaque année à la Pentecôte les chevaliers viendront raconter leurs aventures.

11À partir de ce moment, Odile Weurlesse quitte ce schéma emprunté à l’histoire de Merlin pour insérer des aventures particulières prises aux romans de Chrétien de Troyes afin de mettre à l’honneur certains chevaliers tels que Lancelot, Yvain ou Perceval. Sont alors repris rapidement quelques épisodes qui constituent la trame du Chevalier de la charrette, du Chevalier au lion et de Perceval. Le retour à la cour se fait au chapitre 14 alors que s’annonce une chasse au cerf blanc inspirée par le début du roman de Chrétien de Troyes, Érec et Énide. Mais le chevalier Érec n’apparaît pas dans ce montage ; dans un raccourci saisissant, le début du roman de Chrétien de Troyes sert ici de prétexte pour revenir à l’histoire du royaume arthurien et aux menaces qui pèsent sur lui. C’est ainsi qu’est introduit le personnage de Mordred qui n’apparaît jamais dans les romans composés par Chrétien de Troyes au XIIe siècle, mais qui dans les œuvres du siècle suivant joue un rôle essentiel et néfaste dans le destin du royaume d’Arthur. Vainqueur de la chasse au blanc cerf, Mordred - à qui est attribuée ici l’aventure d’Érec - obtient le droit de choisir la plus belle femme du royaume et de lui donner un baiser : il se dirige alors vers sa belle-mère Guenièvre, suscitant la colère du roi et la jalousie de Lancelot. Tout est en place pour dire la fin terrible du royaume arthurien : l’auteur s’inspire à nouveau des œuvres du XIIIe siècle et en particulier de La Mort du roi Artu pour suggérer l’engrenage fatal qui entraîne le monde arthurien vers sa disparition. La guerre contre les Romains oblige Arthur à confier son royaume et sa femme à son fils Mordred, puis la trahison de Mordred, qui s’allie aux Saxons, entraîne la bataille de Salisbury où le père et le fils s’affrontent. Arthur blessé mortellement demande à Guinas [nom proposé ici pour Girflet] de jeter son épée Excalibur dans le lac et, quittant le monde des humains, suit la fée Morgane sur une nef qui l’emmène dans l’île d’Avalon.

12Le cycle est ici complet ; les héros choisis sont les plus prestigieux de la chevalerie arthurienne. L’esprit de l’œuvre proposée aux jeunes lecteurs se veut fidèle aux textes médiévaux. Ce montage littéraire a pour qualité principale de respecter l’esprit des récits médiévaux et de proposer une vision totalisante de l’aventure arthurienne ; la cohérence psychologique entre les personnages est respectée ; quant à la fatalité qui pèse sur le règne d’Arthur et son royaume de Bretagne, elle est sensible d’un bout à l’autre de l’œuvre. Aucune médiation n’est proposée aux lecteurs. L’histoire jaillit d’elle-même, portée par les strates romanesques qui, de siècle en siècle, ont permis d’en garder la mémoire.

Témoin ou héros ?

  • 20 Alain Demouzon, Contes d’Excalibur, Paris, La Table Ronde, 1993.
  • 21 Sans doute faut-il reconnaître ici la figure du « chevalier errant » des romans arthuriens.
  • 22 Voir sur ce roman l’analyse qu’en donne Cécile Boulaire, Le Moyen-Âge dans la littérature pour enfa (...)
  • 23 Odile Weulersse, Le Chien du roi Arthur, Paris, Kid Pocket, 1994.
  • 24 Voir sur ce roman l’analyse qu’en donne Cécile Boulaire, op. cit., p. 224.
  • 25 Cf. Mark Twain, Un Yankee à la cour du roi Arthur, trad. Odette Ferry et Jacques de Plunkett, Paris (...)

13Au contraire, le récit proposé par Michaël Morpurgo, Le Roi Arthur, recourt à une construction médiatique visant à mettre à la portée des jeunes lecteurs une histoire qui se passe dans un passé très lointain. Le procédé est également utilisé dans certains romans historiques destinés à des adultes. L’un des objectifs des auteurs est en effet d’abolir la distance temporelle qui sépare le lecteur et l’époque où le récit est censé se dérouler. L’anachronisme sert alors souvent le projet de l’auteur : une rencontre inexpliquée et soudaine entre des enfants et un des personnages du monde arthurien est inventée au mépris de toute vraisemblance. C’est ainsi que dans les Contes d’Excalibur d’Alain Demouzon20, deux adolescents, Clotilde et Corentin, rencontrent un « chevalier dérouté »21 au sortir d’une gare de banlieue22. Dans Le chien du roi Arthur d’Odile Weulersse23, c’est un lévrier - Kaval, le chien du roi - poursuivi par le jeune Oscar qui entraîne l’enfant dans le royaume de Logres. L’enfant qui ne rêvait que chevalerie, exploits et aventures est adoubé et devient un chevalier de la Table Ronde24. C’est à un procédé similaire que recourt Mark Twain en 1889 dans son roman parodique Un Américain à la cour du roi Arthur25. Un héros contemporain, vivant en Amérique à la fin du XIXe siècle, se trouve soudain transporté dans le monde médiéval du roi Arthur. Lorsqu’il revient dans le monde des hommes, il lègue avant de mourir un manuscrit racontant ainsi à la fois son aventure et celle du roi Arthur.

  • 26 Les îles Scilly ou îles Sorlingue forment un archipel d’environ 100 îles dont seules six sont habit (...)
  • 27 Il s’agit des Eastern Isles formées d’ensembles de granit impressionnants.

14Michaël Morpurgo a usé de ce procédé permettant de rapprocher des êtres vivant à des époques différentes, mais il l’a fait avec une extrême subtilité, substituant à l’anachronisme une invention poétique. Dès l’ouverture de son livre, il imagine une plongée dans un univers étrange qui permet d’entrer dans le monde breton. Il commence par raconter une aventure extraordinaire survenue à un petit garçon vivant dans une famille unie, dans une région située au bord de la mer ; l’enfant a l’habitude d’aller à la pêche avec son père. Il vit dans les îles Scilly26 au sud-ouest des côtes anglaises et de la Cornouaille dans une région aride et sauvage. La rudesse de la mer est telle que de nombreux navires y ont fait naufrage. Les notations toponymiques abondent dans les premières pages et dessinent un archipel fait d’îles qui, au gré des marées, apparaissent et disparaissent, sont accessibles ou interdites aux hommes. Depuis les îles de Brywer, Tresco et Samson des bancs de sable permettent de rejoindre les îles du Levant27 situées un peu plus à l’est, en particulier Great Ganilly. Il s’agit pour le petit garçon qui rêve d’accomplir cette expédition de battre la marée de justesse et de réussir une épreuve qui, jusqu’à maintenant, n’a jamais été réussie par un homme. L’enfant s’assoupit quelques minutes et ce retard fait qu’entre Great Ganilly et St Martin il se laisse prendre par le brouillard et par la mer.

  • 28 Michaël Morpurgo, Le Roi Arthur, op. cit., p. 14-15.

Il appela au secours et l’eau salée lui remplit la bouche et le suffoqua. Ses forces déclinèrent rapidement. Le froid de la mer étreignit ses jambes et provoqua des crampes. Ses bras ne parvenaient plus à soutenir sa tête hors de l’eau. Il cria une dernière fois, et la mer l’engloutit28.

L’aventure de l’enfant se veut probatoire. En partant ainsi en cachette, il brave l’interdit parental et s’engage dans une épreuve physique et morale. Lorsqu’il quitte le domicile familial, il souhaite montrer aux adultes de quoi il est capable et se prouver à lui-même sa valeur.

  • 29 Plusieurs traditions littéraires affirment que le roi Arthur n’est pas mort et qu’il reviendra un j (...)

15Quand il se retrouve dans la caverne où Arthur l’a recueilli, l’enfant rencontre alors en lui un père de substitution qui, de son côté, attend un messager auquel transmettre son histoire en héritage. La mission de l’enfant est alors de recevoir et de transmettre la mémoire d’un vieil homme, mais c’est en même temps de la mémoire de tout un royaume qui a existé quatorze siècles plus tôt et des origines d’un pays, la Bretagne, que l’enfant est dépositaire. L’ambiguïté du personnage du roi Arthur est ici soulignée : présenté comme un vieillard qui vit dans un univers où le temps n’existe pas, il sent que l’heure approche où les hommes auront à nouveau besoin de lui29.

16Un merveilleux diffus renforce ici le souvenir des légendes celtiques : le son de la cloche qui retentit alors que l’enfant se perd et se noie n’est pas sans rappeler les légendes des villes englouties sous l’eau. A-t-il atteint un autre monde ? Les silhouettes des dames qui se dressent dans le brouillard, la nef magique sans pilote qui le ramène chez lui rappellent les dames et le bateau venus chercher Arthur blessé après la bataille de Salisbury.

17À la fin du roman, le jeune garçon revient chez lui. Le temps qui s’est écoulé depuis son départ n’a pas été perceptible pour les parents alors qu’Arthur a eu le temps de raconter sa vie à l’enfant. Le roman est ainsi encadré par deux scènes qui se font écho : sa disparition dans la mer et son retour dans le monde des hommes. Entre les deux, se place l’évocation de l’histoire du royaume arthurien qui, tout en revendiquant son authenticité, ne quitte jamais l’univers du merveilleux et des légendes.

De la légende au récit

  • 30 Le chien Bercelet est ici une des formes prises par l’enchanteur Merlin capable de métamorphoses.
  • 31 Michaël Morpurgo, Le Roi Arthur, op. cit., p. 17.

18En feignant de s’interroger sur l’authenticité de son récit, Mickaël Morpurgo lui donne une profondeur indéniable. C’est la voix de l’enfant qui introduit le doute sur la réalité de cette histoire et sur ce qu’il voit. En entendant le nom d’Arthur il s’exclame : « Mais le roi Arthur […] ce n’est qu’une histoire, une légende ! » tandis que, tout en se montrant flatté que l’enfant ait déjà entendu parler de lui, Arthur proteste : « Une légende, dis-tu ! Une légende ! Tu entends cela, Bercelet30 ? Ton maître est une légende. »31 L’importance de la transmission du récit est alors soulignée et devient le but principal du livre. Raconter, c’est donner une existence à une histoire. Arthur le redit :

  • 32 Ibid., p. 19.

Les histoires c’est comme les personnes, elles disparaissent quand on les oublie. Et si elles disparaissaient, alors je disparaîtrais avec elles. Je veux qu’on sache ce qui est arrivé, ce qui s’est réellement passé. Je ne veux pas qu’on nous oublie32.

En racontant sa vie Arthur continue à exister et sort de la légende pour entrer dans l’histoire. L’enfant représente-t-il l’espoir pour Arthur de revenir parmi les hommes ? Est-il le messager qui vient lui dire qu’on a à nouveau besoin de lui ? Est-il tout simplement le dépositaire de la mémoire arthurienne ? Le gland que lui donne Arthur en est le symbole car planté par l’enfant à son retour sur terre, il deviendra chêne et sera signe de recommencement. Le montage ici cache la voix de l’auteur et sa certitude sur son rôle d’écrivain : redire, réécrire, raconter, c’est intégrer ces histoires dans l’histoire du monde et éviter que la mémoire des hommes ne disparaisse.

Voix et conteurs

19Le roi Arthur ne raconte en fait que ce qu’il sait, ce qu’il a vu ou vécu. Il s’attarde ainsi sur son enfance, ses querelles avec son demi-frère Kay, ses rencontres avec Merlin, la façon dont il a pu sortir l’épée du perron. Il découvre son origine et son destin de la bouche même de Merlin, se souvient de son couronnement, de ses premières batailles, de sa rencontre avec Guenièvre. Lorsqu’il doit relater des événements auxquels il n’a pas participé ou qui concernent d’autres chevaliers, le roi Arthur laisse la parole à d’autres personnages.

20Le texte souligne ainsi l’importance de la transmission orale des aventures. Les chevaliers qui quittent Camelot pour se lancer dans des aventures lointaines reviennent à la cour :

  • 33 Michaël Morpurgo, Le Roi Arthur, op. cit., p. 104.

Pas une semaine ne s’écoulait sans qu’un chevalier ne revienne nous faire part de ses aventures. Certains étaient meilleurs conteurs que d’autres, et il est indéniable que la fanfaronnade n’était pas absente de Camelot33.

Le roi Arthur tient ce qu’il sait de ces chevaliers qui reviennent à sa cour ou des trouvères qui les ont rencontrés et racontent à leur tour les exploits extraordinaires que ces chevaliers ont accomplis, contribuant ainsi à grandir la renommée de la cour :

  • 34 Ibid., p. 132.

Les échos de leurs aventures parvenaient jusqu’à Camelot. Les trouvères chantaient leurs hauts faits, et leur renommée se répandait comme un feu de paille dans tout le royaume. Des prouesses de ce genre, je pourrais t’en raconter sur chacun d’eux - et elles seraient toutes véridiques -, mais cela nous occuperait jusqu’à la fin des temps, et tu ne peux pas rester ici jusqu’à la fin des temps, n’est-ce pas ? Alors laquelle de ces histoires choisir34 ?

L’auteur fait alors l’éloge de ceux qui au cours des siècles médiévaux ont transmis ces histoires et ont permis la constitution d’une littérature. Les récits se nourrissent des contes et des légendes et à leur tour ces contes et légendes, sans cesse racontés et répétés par les ménestrels, prennent consistance et réalité :

  • 35 Michaël Morpurgo, Le Roi Arthur, op. cit., p. 157.

De tous les visiteurs qui défilaient au château de Camelot, aucun n’était mieux accueilli que les ménestrels qui sillonnaient le pays en racontant des histoires. Certains d’entre eux, blanchis sous le harnais, ressassaient de vieilles légendes que tout le monde connaissait et adorait, mais qu’ils narraient différemment, chacun à sa manière. Ils parlaient aussi bien de monstres vivant dans les marécages du Nord et de redoutables géants irlandais que de Jésus marchant sur les eaux et rendant la vue aux aveugles, et nous chantions tous en chœur au son de la harpe en revivant inlassablement les anciennes épopées. Mais maintenant, les récits concernaient de plus en plus souvent des chevaliers de la Table ronde et relataient nos propres exploits, nos propres aventures. Camelot était rapidement en train de devenir une légende, et cela de notre vivant35.

Les auteurs successifs qui, au Moyen Âge, ont construit ces récits arthuriens avaient-ils conscience, sinon de la fragilité de ces récits, du moins de l’obligation de les protéger et de les conserver ? Issus d’une tradition orale diffuse et anonyme, ces récits ont trouvé leurs nouveaux auteurs aux XIIe et XIIIe siècles. Cependant ceux-ci se sont effacés derrière les histoires qu’ils racontent, donnant priorité à la transmission des textes plus qu’à leur écriture. Dans le roman de Merlin, c’est le scribe Blaise qui recueille les paroles de Merlin et les consigne afin qu’elles passent à la postérité. L’enchanteur Merlin, capable de maîtriser le temps et de l’ordonner selon les besoins de l’histoire arthurienne est celui qui sait aussi en conserver la mémoire. Le livre dès lors semble avoir été écrit au fil de l’histoire, alors qu’elle se fait et se défait.

21Le même procédé est utilisé par Neil Philip dans Le Roman d’un chevalier. Au-delà de la narration elle-même, c’est le fait de dire l’importance de ce récit et de sa transmission de lecteur en lecteur, de génération en génération, qui structure l’ouvrage. Neil Philip s’inspire ici d’un épisode du Morte d’Arthur de Thomas Malory, où Gauvain écrit une lettre à Lancelot pour lui demander pardon avant de mourir. Malory lui-même se souvenait sans doute des dernières pages de La Mort le roi Artu où Gauvain s’adresse au roi Arthur pour lui dire adieu et lui demande d’aller chercher Lancelot afin qu’il le revoie une dernière fois. Neil Philip ouvre son récit sur la mort de Gauvain et sur la fin du monde arthurien en donnant la parole à l’écuyer de Gauvain, Njall ; celui-ci a reçu de son maître la mission de raconter son histoire et celle du monde arthurien :

  • 36 Neil Philip, Le Roman d’un chevalier, op. cit., p. 6.

Le récit qui va suivre, je l’ai recueilli de la bouche de mon maître, Sire Gauvain, alors que nous avions établi notre campement devant le château de Sire Lancelot avec l’armée du roi Arthur. Jour après jour, Sire Gauvain m’a conté toute l’histoire de sa vie36.

Ce choix narratif inscrit le roman d’emblée dans une perspective dramatique, insistant sur la place essentielle que Gauvain a eue parmi les chevaliers d’Arthur. Gauvain, le neveu du roi, tient un rôle de premier plan dans les œuvres médiévales. Toujours présent - qu’il soit acteur ou témoin - lors des principales aventures survenues à la cour arthurienne, il sait mieux que tout autre ce qui s’y est passé. Dès les premiers romans de Chrétien de Troyes, Gauvain est celui qui assiste aux aventures, accompagne les héros, commente les faits. C’est lui qui dans Le Chevalier au Lion pousse Yvain à préférer la chevalerie au mariage ; c’est lui qui, dans Le Chevalier de la Charrette, suit et observe Lancelot quand, poursuivant Méléagant, il cherche à sauver la reine Guenièvre. C’est lui qui, le premier, dans Le Conte du Graal, fait le vœu de partir à la recherche du Graal et entraîne les autres chevaliers à le suivre. Les auteurs du XIIIe siècle ont noirci le rôle de Gauvain en donnant une immense place au drame qui l’oppose à Lancelot. La Mort le roi Artu insiste sur l’épisode final où, aveuglé par sa douleur alors que Lancelot a tué ses frères, il s’en prend à celui qui était autrefois son ami. C’est lui enfin qui, poussé par le désir de se venger, confirme au roi que Lancelot et Guenièvre l’ont trompé. Gauvain est alors celui qui cause la fin du royaume arthurien. Neil Philip s’est souvenu de la complexité de cette tradition littéraire en choisissant de raconter l’histoire arthurienne par la voix de Gauvain tout en insistant sur son douloureux destin. Cécile Boulaire écrit fort justement à propos de la perspective adoptée par Neil Philip :

  • 37 C. Boulaire, op. cit., p. 212.

Dans ce texte, Gauvain agonisant évoque rétrospectivement tous les grands moments de l’aventure arthurienne, et ce choix d’une instance narrative intra-diégétique est une des libertés que permet à l’auteur la dimension cyclique du récit médiéval37.

La littérature arthurienne, repensée et réécrite pour de jeunes lecteurs permet-elle de garder l’esprit des textes médiévaux ? Il semble que cela soit le cas pour certaines œuvres. La liberté des auteurs modernes, nouveaux jongleurs, s’y exerce d’autant mieux que la matière médiévale est riche et complexe. Cependant des sources aux réécritures modernes les structures narratives se retrouvent : construction cyclique et vision globale, entrelacement des aventures, voix mêlées des héros. Plus que la fidélité aux textes antérieurs, c’est la mémoire des récits arthuriens qui est ainsi préservée. Njall, l’écuyer de Gauvain dans Le Roman d’un chevalier, sauve de l’oubli l’histoire arthurienne en la racontant :

  • 38 Neil Philip, Le Roman d’un chevalier, op. cit., p. 8.

Conformément aux dernières volontés de Sire Gauvain, je livre ici le témoignage dont il m’a fait le dépositaire. Ses paroles seront sauvées du désastre général38.

Ainsi l’enfant à qui sont offerts ces récits devient à son tour le dépositaire d’une littérature ancienne, mais toujours vivante. Sans le travail des auteurs - nouveaux ménestrels - les récits n’existeraient plus, non plus que la matière qu’ils contiennent et dont ils se nourrissent. L’histoire des chevaliers arthuriens, des châteaux du roi Arthur, du royaume de Logres cesserait d’exister sans les récits qui la répètent inlassablement.

Notes

1 Jacques Roubaud, Graal-Fiction, Paris, Gallimard, 1978, p. 13.

2 Cécile Boulaire, Le Moyen-Âge dans la littérature pour enfants 1945-1999, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Interférences, 2002, p. 209.

3 Selon les textes proposés, plusieurs tranches d’âge sont concernées par l’imaginaire arthurien, des plus petits (de 5 à 6 ans) jusqu’aux adolescents.

4 Nous ne prendrons absolument pas en compte — peut-être à tort — le phénomène récent et important qui a vu se multiplier des produits nouveaux quittant le support du livre pour exalter cette matière médiévale, en particulier la chevalerie et les héros arthuriens : films, jeux, produits multi-media offrent parfois une imagerie arthurienne très réductrice. Il conviendrait cependant de se demander si ces productions n’aident pas en partie la littérature consacrée à cette matière à garder son succès auprès des jeunes.

5 Kevin Crossley-Holland, Arthur roi d’hier, roi de demain, Pocket jeunesse, Gautier-Languereau, 2001.

6 Claude Sylvain (pseudonyme de Jeannine Harmand), Contes et légendes du roi Artus, Paris, Gautier-Languereau, 1947.

7 Il convient de remarquer en le regrettant que les éditeurs français présentent souvent aux jeunes lecteurs cette littérature arthurienne comme un reflet de la littérature anglaise, oubliant le rôle essentiel joué aux origines de cette littérature par des auteurs français comme Chrétien de Troyes au profit de Thomas Malory.

8 Odile Weulersse, Les chevaliers du roi Arthur, coll. Les romans des légendes, Pocket jeunesse, 2005.

9 Neil Philip, Roman d’un chevalier, Paris, Hachette jeunesse, 1992.

10 Michaël Morpurgo, Le Roi Arthur, Paris, Gallimard, Lecture junior, 1995. L’ouvrage a d’abord été écrit en anglais et édité en Angleterre en 1994.

11 Cf. la traduction en français dans Thomas Malory, Le roman du roi Arthur et de ses chevaliers de la Table Ronde (Le Morte d’Arthur), traduit de l’anglais par Pierre Goubert, Éd. L’Atalante, Nantes, 1994.

12 William Caxton, le premier imprimeur anglais, publie en 1485 une sorte de résumé en prose des aventures arthuriennes à partir d’un manuscrit contenant l’œuvre de Thomas Malory.

13 Les traductions de récits médiévaux destinées à un public jeune, voire à des programmes scolaires, existent et sont très inégales. Même accompagnées de notes ou de glossaires conçus pour éclairer certaines difficultés, ces traductions sont souvent décevantes, loin du sens profond et de la poésie du texte original. Il convient de saluer le travail fait par Anne-Marie Cadot-Colin, qui a traduit pour les jeunes lecteurs les romans de Perceval ou le conte du Graal, de Lancelot du lac, d’Yvain, le chevalier au lion et de Merlin. Ces traductions sont publiées dans la collection Livre de Poche jeunesse, Hachette Livre.

14 Cf. Alexandre Micha, Lancelot, roman en prose du XIIIe siècle, 9 vol., TLF, Droz, Genève, 1978-1983.

15 Cf. Alexandre Micha, Merlin en prose, du pseudo-Robert de Boron, TLF, Droz, Genève, 1979.

16 Cf. Albert Pauphilet, La Queste du Saint Graal, CFMA, Champion, Paris, 1967.

17 Cf. Emmanuèle Baumgartner et Marie-Thérèse de Medeiros, La Mort du roi Arthur, CFMA, Champion, Paris, 2007.

18 Odile Weulersse, Les chevaliers du roi Arthur, op. cit., p. 24.

19 Odile Weulersse, Les chevaliers du roi Arthur, op. cit., p. 59.

20 Alain Demouzon, Contes d’Excalibur, Paris, La Table Ronde, 1993.

21 Sans doute faut-il reconnaître ici la figure du « chevalier errant » des romans arthuriens.

22 Voir sur ce roman l’analyse qu’en donne Cécile Boulaire, Le Moyen-Âge dans la littérature pour enfants, p. 204.

23 Odile Weulersse, Le Chien du roi Arthur, Paris, Kid Pocket, 1994.

24 Voir sur ce roman l’analyse qu’en donne Cécile Boulaire, op. cit., p. 224.

25 Cf. Mark Twain, Un Yankee à la cour du roi Arthur, trad. Odette Ferry et Jacques de Plunkett, Paris, Éditions de la Paix, 1950.

26 Les îles Scilly ou îles Sorlingue forment un archipel d’environ 100 îles dont seules six sont habitées.

27 Il s’agit des Eastern Isles formées d’ensembles de granit impressionnants.

28 Michaël Morpurgo, Le Roi Arthur, op. cit., p. 14-15.

29 Plusieurs traditions littéraires affirment que le roi Arthur n’est pas mort et qu’il reviendra un jour parmi les hommes.

30 Le chien Bercelet est ici une des formes prises par l’enchanteur Merlin capable de métamorphoses.

31 Michaël Morpurgo, Le Roi Arthur, op. cit., p. 17.

32 Ibid., p. 19.

33 Michaël Morpurgo, Le Roi Arthur, op. cit., p. 104.

34 Ibid., p. 132.

35 Michaël Morpurgo, Le Roi Arthur, op. cit., p. 157.

36 Neil Philip, Le Roman d’un chevalier, op. cit., p. 6.

37 C. Boulaire, op. cit., p. 212.

38 Neil Philip, Le Roman d’un chevalier, op. cit., p. 8.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search