Desktop versionMobile version

Médiévalités enfantines

 | 
Caroline Cazanave
, 
Yvon Houssais

Première section. Recomposer le passé défini

La Divine Comédie vue par les yeux des enfants : une expérience

Francesca Gambino and Enrico Cerni

Full text

1 La Divine Aventure, le fantastique voyage de Dante est une réécriture en vers de la principale œuvre de la littérature italienne, la Divine Comédie de Dante Alighieri. Elle est destinée aux enfants de six ans et plus. Le mètre choisi est l’octosyllabe, groupé en quatrains aux rimes alternées (ABAB). Plus de cent aquarelles réalisées par Maria Distefano permettent d’apprécier de manière vivante les principaux lieux et les personnages que le poète florentin, représenté en enfant, rencontre pendant son merveilleux itinéraire. Publié en 2007 par la « Coccole e Caccole » de Cosenza, le livre a déjà connu plusieurs réimpressions.

La naissance du projet

Quest’è ‘l principio, quest’è la favilla dche si dilata in fiamma poi vivace, e come stella in cielo in me scintilla.
Paradiso, XXIV, 145-147

2Dante est un poète sur lequel, en ma qualité de spécialiste de poésie médiévale à l’Université de Padoue, j’ai beaucoup travaillé. Un jour, Paolo Lapo et Maria Chiara, ont reçu en cadeau un livre, Les Aventures d’Ulysse de Roberto Piumini, un des auteurs italiens pour la jeunesse les plus appréciés. Ce récit en octosyllabes a énormément plu aux enfants qui, ensuite, n’ont pas cessé de nous demander d’en lire et relire les vers à jet continu.

3Aussi, quelques jours plus tard, l’idée nous est-elle venue de tenter d’écrire un livre du même type en nous servant de notre poème « national », la Divine Comédie de Dante, comme support. Nous nous sommes lancés dans ce projet avec une inconscience qui a permis de prendre nos distances avec le grand classique.

4Nous avons commencé par les épisodes qui nous plaisaient le plus en cherchant à ne pas trop trahir l’esprit de l’œuvre (même si la trahison était inévitable). Au début, il s’agissait surtout d’un amusement, d’un jeu, mais, une fois la structure de l’histoire établie, s’est posée la question de la publication.

5Les médiévistes, à qui j’ai soumis un échantillon de notre travail, ont manifesté une méfiance instinctive concernant le passage de l’hendécasyllabe à l’octosyllabe. Quelques maisons d’édition se sont cependant intéressées à notre expérience, mais ce type d’écrit ne pouvait s’intégrer à aucune de leurs collections. Pour d’autres structures d’accueil, c’est l’illustration qui était problématique : ces décideurs auraient volontiers pris possession du texte, mais ils n’allaient pas jusqu’à investir dans autant d’images. En revanche, la « Coccole e Caccole », une maison d’édition assez récente de Cosenza, a accepté de publier le livre tel qu’il avait été conçu, c’est-à-dire accompagné de nombreuses illustrations.

Méthode de travail

così vid’io lo schiarato splendore venire a’ due che si volgieno a nota qual conveniesi al loro ardente amore.
Paradiso, XXV, 106-108

6Dans la réécriture, nous avons suivi le déroulement de la narration de Dante en tâchant de rester fidèles à son contenu et à sa globalité. Les vers sont nés du plaisir de s’amuser, du désir de jouer, sans but pédagogique, mais en visant au contraire à produire un effet d’empathie sur le lecteur. Cependant, il nous est arrivé de laisser volontairement quelques mots difficiles, de ceux qui font rêver l’enfant, précisément parce qu’il n’en connaît pas le sens et qu’il se les répète comme une formule magique. De la même manière, nous avons conservé quelques rimes d’origine, avant tout parce qu’il n’y pas à sous-estimer le niveau des enfants, mais aussi avec l’idée que ce texte allait être leur être lu par les parents ou grands-parents.

Une comparaison peu divine

Cerbero, fiera crudele e diversa, con tre gole caninamente latra sopra la gente che quivi è sommersa.
Inferno, VI, 13-15

7Comparer un passage de la Divine Comédie de Dante et sa réécriture permettra de mieux apercevoir le travail accompli. L’extrait concernant le cercle des gourmands a été choisi par nous parce que ce morceau d’anthologie, plus que tout autre, implique les enfants et leur permet de s’interroger.

Sélection d’un mètre

State contenti, umana gente, al quia;
ché se potuto aveste veder tutto,
mestier non era parturir Maria
Purgatorio, III, 37-39

8Nous avons d’emblée souhaité conserver une forme poétique, parce que nous savons combien les enfants sont attirés par les rimes et les comptines. Il n’était cependant pas question de conserver l’hendécasyllabe du texte d’origine (nous ne tenions pas à nous poser en rivaux avec l’un des plus grands écrivains de la littérature italienne). Aussi nous sommes-nous tournés vers l’octosyllabe, mesure de vers traditionnelle dans la littérature de jeunesse de notre pays. L’octosyllabe italien est un quadrisyllabe double (4 +4), normalement accentué sur la 3e syllabe, sur la 5e et sur la 7e. Le rythme de ce vers est donc principalement trochaïque, avec une césure qui tombe après la quatrième syllabe, même si la règle n’impose pas de pause syntaxique plus prononcée. Un octosyllabe italien classique est celui de la canzonetta de Laurent de Médicis, poète du quinzième siècle : « Quanto è bèlla giovinèzza | che si fùgge tuttavìa. | Chi vuol èsser lieto sìa, | di domàn non c’è certèzza ».

9L’octosyllabe de rythme dactylique, avec l’accent sur la 4e syllabe, instaure une variante plus rare. Nous l’avons quelquefois utilisé pour changer le rythme des quatrains, comme par exemple dans « Mille odoròse sostànze | in una sèmbrano fùse, | mille soàvi fragrànze | dai fiori sòno diffùse » (Divina avventura, p. 58).

10De la même manière, nous avons cherché à jouer avec les rimes, disposées en distique, comme c’est la coutume dans la langue et dans la poésie italiennes, qui les accentuent sur la dernière syllabe.

  • 1 Monsieur Bonaventura est une créature de Sergio Tofano, qui a été célébrée récemment dans une expos (...)

11Dans notre enfance, nous lisions le Corrierino dei piccoli, le magazine pour petits du journal Corriere della sera. Parmi les histoires de ce journal, il y avait toujours à la fin « Monsieur Bonaventura »1, en octosyllabes à rimes plates. Ces vers nous ont servi de modèle, même si nous avons cherché de notre côté à en élever un peu le registre.

Précédentes adaptations pour enfants

ché due nature mai a fronte a fronte non trasmutò sì ch’amendue le forme a cambiar lor matera fosser pronte
Inferno, XXV, 100-102

12Notre Divine Aventure n’inaugure pas vraiment : elle prolonge un peu plus la longue tradition des adaptations de Dante.

13En 1949, la bande dessinée Mickey Mouse naît en Italie, ayant pris le nom de « Topolino ». Dès l’origine, le projet éditorial est assez ambitieux pour ne pas hésiter à s’attaquer au chef-d’œuvre par excellence de la littérature italienne, la Divine Comédie. Dans le n° 7 d’octobre 1949, le lecteur découvre l’épisode initial de la série L’Enfer de Topolino (Mickey Mouse), répartie en six parutions, qui constituait la première histoire en bandes dessinées « made en Italy », adaptée par Guido Martina et dessinée par Angelo Bioletto (qui s’inspire des gravures de Gustave Doré). Il s’agit d’une œuvre reposant pour l’essentiel de son texte sur les vers d’origine et elle ouvre en Italie la branche disneyenne (d’autres productions existant déjà en Amérique).

14Martina réécrit les hendécasyllabes de l’Alighieri, en les utilisant pour servir de légendes au bas des dessins. À la fin de l’histoire, il ajoute l’hendécasyllabe « Dio ti protegga Italia e così sia », qui montre à quel point l’Italie, à cette période de son histoire, souhaitait se racheter. Ce vers fut effacé dans les réimpressions, peut-être parce qu’il semblait daté, mais il est remarquable que la première histoire en bandes dessinées italienne soit inspirée de Dante.

15Dans le n° 1654 du 9 août 1987, vient le tour de « L’Enfer de Paperino » (Donald Duck). À trente-huit ans d’intervalle, surgissent à nouveau les mêmes diables que ceux dessinés par Bioletto. Giulio Chierchini est le scénariste et le dessinateur de cette histoire. Massimo Marconi, le versificateur, maintient l’usage des hendécasyllabes. Par rapport à « L’Enfer de Topolino », le texte donaldien est moins centré sur un épisode précis et, en plus de Donald, seul le Pythagoricien Archimède figure parmi les personnages de Disney.

16Guido Martina était un professeur de lettres qui avait abandonné l’enseignement pour écrire Topolino. Son Enfer poursuit une intention pédagogique. En s’inspirant de Pinocchio, l’auteur veut prévenir les lecteurs de Mickey Mouse du sort qui les attend s’ils abandonnent les études : c’est pour cette raison que sont imaginées des peines horribles pour punir les paresseux.

17Dans ces deux bandes dessinées, les protagonistes passent du monde réel à l’outre-tombe en s’assoupissant pendant la lecture du poème de Dante et, dans un cas comme dans l’autre, il s’agit de satiriser – la société de l’après-guerre dans l’« Enfer de Topolino » ; et – la société de consommation des années 80 dans l’« Enfer de Paperino », où sont punis les pollueurs, les bureaucrates qui tourmentent les citoyens, les automobilistes indisciplinés.

18Est ainsi inauguré un genre, celui de la réécriture d’œuvres classiques, variante qu’une bonne dose d’ironie assaisonne. Les héros de Disney prennent l’apparence de grands personnages de la littérature qu’ils parodient. Mickey Mouse, Pippo et les autres habitants de Paperopoli interprètent les entreprises d’Achille, Ulysse, Roland, Hamlet et autres héros célèbres, formulant un courant narratif qui connaîtra la célébrité sous le nom de « Grandes Parodies ».

19Cependant, à la différence de notre publication, les deux bandes dessinées citées se sont inspirées uniquement de l’Enfer. Pour ces prédécesseurs Dante est seulement un prétexte saisi pour conduire un scénario outre-tombe, la trame de la divine comédie étant peu suivie. La dimension accordée à l’au-delà n’est là que pour renvoyer par allégorie à notre vie quotidienne et ses problèmes. En employant le décalage, Martina raille des personnages historiques ou imaginaires connus des élèves, son public de référence, mais il en profite surtout pour tracer un portrait satirique de l’Italie de l’après-guerre, pour peindre le désir de rachat de son peuple. Les peines des pécheurs sont ainsi réinventées : les avares sont plongés dans l’argent, que l’on fait brûler sous les damnés… etc. Les plaintes qui résonnent dans l’enfer rappellent celles que l’on entend dans le tram ou dans le cabinet d’un dentiste… etc.

Le succès de Dante

La tua fortuna tanto onor ti serba, che l’una parte e l’altra avranno fame di te; ma lungi fia dal becco l’erba
Inferno, XV, 70-72

20Quand Dante écrivit sa Divine Comédie, il fut tout de suite reconnu par ses contemporains comme un grand poète : ses strophes étaient lues dans les églises. En 1300, une délégation de quelques citadins demanda aux prieurs des arts de Florence la lecture publique du livre appelé vulgairement Le Dante. On décida de maintenir la lecture pendant un an, tous les jours, sauf pendant les fêtes, et la personne choisie pour cette lecture fut Giovanni Boccace, un des lecteurs les plus passionnés de l’Alighieri. Le public était en grande partie de classe populaire, mais, à en croire Boccace, il y avait aussi des hommes cultivés, des théologiens et des lettrés, dont Benvenuto da Imola, qui se servit de ces leçons et des conversations amicales qui suivaient pour son célèbre commentaire.

21Dès 1300, le succès de la Divine Comédie fut si sensationnel que cette œuvre devint le livre le plus lu en Italie après la Bible, copié et recopié par des centaines de copistes. Beaucoup de patriciens se mirent passionnément à transcrire la Divine Comédie ou ils en possédaient des copies chez eux, parce que Dante était très à la mode dans les milieux littéraires du temps.

22Même si elle connut par la suite des hauts et des bas (la culture humaniste mit ainsi à mal les fondements de cet ouvrage et, par ailleurs, les philosophes des lumières n’apprécièrent pas beaucoup sa poésie), la Divine Comédie fait partie du patrimoine culturel de notre pays et ses vers furent un repère pour tous les écrivains italiens, même les moins enthousiasmés par Dante.

23Notre livre poétique, cartonné et coloré, joliment dessiné est un plaisant petit morceau de culture qui s’intègre dans une longue chaîne de transmission littéraire.

Notes

1 Monsieur Bonaventura est une créature de Sergio Tofano, qui a été célébrée récemment dans une exposition à Rome.

List of illustrations

URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7422/img-1.jpg
File image/jpeg, 126k

Author(s)

Université de Padoue

Directeur commercial de GGIA

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search