Version classiqueVersion mobile

Médiévalités enfantines

 | 
Caroline Cazanave
, 
Yvon Houssais

Première section. Recomposer le passé défini

Les ruses du traducteur de Renard

Christian Poslaniec

Texte intégral

1J’ai déjà eu l’occasion de traduire des extraits du Roman de Renart, des fabliaux, et des farces, mais aussi pas mal de textes en langues étrangères – je n’en parle aucune couramment, mais je lis sans problème l’anglais littéraire, et en ce moment, par exemple, je traduis Jack et le haricot magique, à partir du texte de Joseph Jacobs. Si je parle néanmoins de « langues étrangères » au pluriel, c’est que j’ai eu l’occasion de finaliser des livres, initialement en allemand ou en japonais, à partir de traductions littérales. En fait, le processus est identique : je commence moi-même par faire une traduction littérale, même si le résultat n’est pas du français, afin de collecter, pour ainsi dire, les nuances du texte originel. C’est ce qui va me permettre d’adopter un ton particulier, par exemple détaché, ou ironique, ou faussement naïf… Et de répertorier les nœuds littéraires, presque toujours des figures de style.

2La particularité de toutes mes traductions, c’est leur destinataire : un enfant. Et, dans mon esprit, un enfant de dix à douze ans environ, qui constitue donc mon « lecteur modèle », et aussi le « lecteur virtuel » inscrit dans ma traduction. Or, pour emprunter une autre expression à Umberto Eco, ce lecteur-ci a une « encyclopédie » relativement limitée, et je ne peux donc compter que partiellement sur la coopération de ce jeune lecteur.

3Quand il s’agit de traductions destinées à des adultes, la plupart du temps, le « lecteur modèle » que le traducteur a en tête est un lettré, si bien qu’on peut lui déléguer le soin de coopérer, et l’on suppose alors qu’il connaît suffisamment l’histoire de France, la réalité et les stéréotypes de la chevalerie, le système hiérarchique de la société du Moyen-Âge… etc., et qu’il est donc capable de recadrer ce qu’il lit dans l’époque où cela a été écrit. Là-dessus, je renvoie aux travaux de Jauss et aux théories de la réception qui s’intéressent à l’histoire littéraire.

4Mais quand on s’adresse à des enfants, il n’est pas possible de se situer de cette façon. Je dois donc davantage transposer que traduire, autrement dit, pour certains procédés littéraires, trouver des équivalents contemporains, directement recevables par des jeunes d’aujourd’hui. En même temps, il ne s’agit ni d’expliquer le sens d’un passage tel qu’il était reçu au Moyen Âge (pour autant que je parvienne à le percevoir), ni de saturer le texte d’explications qui ne figurent pas dans l’œuvre originale, sinon on tombe dans l’adaptation / déformation des produits destinés aux jeunes, par exemple les contes traditionnels quand ils s’inspirent davantage de Disney que de Perrault, ou encore ce qu’on trouve trop souvent dans les outils scolaires et parascolaires.

5Le vrai problème est là : naviguer entre Charybde et Scylla, et je pense que la qualité d’une traduction pour la jeunesse peut se jauger à partir du « lecteur virtuel » inscrit dans le texte d’arrivée. Pour poursuivre, je voudrais donner des exemples concrets, en me limitant à une édition de Renart pour laquelle je me sens d’autant plus responsable que je reçois chaque année une nouvelle traduction, dans une autre langue. Je m’arrêterai plus particulièrement sur trois points : le distique d’octosyllabe, les figures de style, et la symbolique.

Le distique d’octosyllabe

6Ce type de vers détermine une rythmique par les huit syllabes et les sonorités répétées, ce qui constitue la musicalité du texte, mais en quelque sorte une musicalité qui n’est pas valorisée par la transcription écrite, qui n’a rien à voir avec la sophistication ultérieure des rimes et des vers de longueur variée. Les octosyllabes se suivent et se ressemblent, forment une brève séquence ; ils ne sont nullement regroupés en strophes par exemple, ou en quatrains, tercets, etc. Ils ne changent pas non plus de longueur, naturellement.

  • 1 Roman de Renart, édit. M. Roques, Paris, Champion, 1983, CFMA, n° 85, branche X-XI, aux v. 9315-16  (...)
  • 2 Op. cit., v. 9313-24, « marchié / chargié », « set / tret », « lassez / passez », « devorer / demor (...)

7Leur rime également n’a rien de sophistiqué, et surtout elle passe par des codes graphiques qui ne la mettent pas en valeur, ne la perfectionnent pas. Les rimes classiques, par exemple, alternent d’une certaine façon : plates ou embrassées, féminines ou masculines, riches ou pauvres. Les assonances n’obéissent à aucune autre loi que leur définition, une même voyelle accentuée peut donc être répétée dix fois, ici, tandis qu’une autre ne l’est que deux fois. Dans le Roman de Renart, la rime peut parfois être prise pour une assonance par un lecteur moderne qui veut faire passer à toute force sa prononciation à lui, tout simplement parce qu’il tient un peu trop compte des consonnes qui n’ont plus de valeur phonétique, mais que l’écrit note quand même, ou prononce de façon un peu trop moderne l’aboutissement d’une diphtongue1. J’ai envie de dire que la musicalité créée par les octosyllabes à petite rime ressemble à une litanie, laquelle met l’auditeur en condition de réception de fiction : manifestement, ce n’est plus le langage de la tribu, celui de la réalité ; on entre dans un autre monde qui parle une autre langue, ritualisée. Il n’y a pas besoin, comme pour les contes, dont la langue est proche de celle du quotidien, de recourir à des rituels de passage entre le réel et la fiction, comme « Cric, crac ». Or un effet de litanie peut être créé par des séquences d’octosyllabes qui n’hésitent pas à relancer la même voyelle tonique. Jouant à la fois sur une subtile identité et une fine variation, cet assemblage, qui n’est pas dû au hasard, suffit à créer une unité phonétique approximative, un morceau de musique que l’oreille repère. Il ne s’agit pas d’une facilité2.

8On peut alors s’étonner que tant de traductions de la langue médiévale ne respectent pas l’organisation originelle du texte. Pourtant, quand on propose à des lecteurs contemporains de leur faire découvrir des œuvres anciennes, il me paraît indispensable de réaccoutumer leur oreille au rythme du distique de l’octosyllabe à rapide variation de rime, mais parfois approximativement répétée ; cela fait partie de notre idiosyncrasie : à l’époque où d’autres langues aux accents toniques bien marqués fondent le rythme poétique sur ce type de récurrence (dactyle, spondée, etc.), le francien, principalement issu d’un latin populaire, argotique, aux accentuations relâchées, invente le vers de huit syllabes rimé, l’imperfection de quelques rimes et leur parfaite liberté graphique étant deux phénomènes très bien acceptés.

9Le roman a choisi majoritairement l’octosyllabe car ce vers est souple et il est dépourvu de la cassure qu’apporte la césure dans le décasyllabe ou dans l’alexandrin. Cette structure rythmique de la parole a favorisé son emploi dans le théâtre du Moyen-Âge :

  • 3 Adam de la Halle, Le Jeu de Robin et Marion [1924], éd. E. Langlois, Paris, Champion, CFMA, 2008, v (...)

— Biaus sire, il i a bien pour coi ;
Car j’ain Robinet, et il moi,
Et bien m’a monstré qu’il m’a kiere3

répond Marion au chevalier qui lui demande pourquoi elle célèbre Robin dans une chanson d’amour (Le jeu de Robin et Marion, d’Adam le Bossu ou Adam de la Halle, 13e siècle, probablement 1283). On le trouve encore dans la deuxième moitié du XVe siècle :

  • 4 André Tissier, La Farce en France de 1450 à 1550, Recueil de textes établis sur les originaux, prés (...)

Le grand dyable me mena bien
Quant je me mis en mariage.
Ce n’est que tempeste et oraige4 ;

C’est une réplique de Jacquinot introduisant la « Farce nouvelle tresbonne et fort joyeuse du Cuvier ».

10C’est aussi la métrique des fabliaux, ainsi Les trois aveugles de Compiègne, de Cortebarbe, commence par :

  • 5 Cortebarbe, Les trois aveugles de Compiègne, fabliau du XIIIe siècle, éd. G. Gougenheim, Paris, Cha (...)

Une matère ci dirai
D’un fabel que vous conterai.
On tient le menestrel a sage
Qui met en trover son usage
De faire biaus dis e biaus contes
C’on dit devant dus, devant contes5.

En fait, on peut avancer que le couplet d’octosyllabe est le substrat d’une très grande partie de la production poétique française, et l’on peut suivre cette aventure à travers les huitains du Lais et du Testament de Villon, à travers la poésie de Du Bellay et de Ronsard, pour aboutir à la façon dont La Fontaine transfigure la versification, en dépit de l’académisme qui anoblit l’alexandrin avant qu’au 19e siècle, Victor Hugo démembre « ce grand niais ».

11Mais comparons plutôt. Voici un passage du début du Jugement de Renart.

121. Le texte original, édité d’après le manuscrit de Cangé, établi par Mario Roques dans l’édition Honoré Champion :

  • 6 Le Roman de Renart, Première branche, éditée d’après le manuscrit de Cangé par Mario Roques, Paris, (...)

Ce dist l’estoire es premiers vers
que ja estoit passez yvers
et l’aube espine florisoit
et la rose espannisoit
et pres fu de l’Acension,
messires Noble le lyon
toutes les baisstes fist venir
en son palais por cort tenir.
Onques n’i ot beste si ose
qui se tardast por nule chose,
fors que Renart tant solement,
le mal laron, le sodoiant,
que tuit li autre vont huiant ;
et si le vont mout despisant
et encusant devant le roi
par son engin, par son desroi6.

132. La traduction de Jean Dufournet et Andrée Méline, édition Flammarion :

  • 7 Le Roman de Renart, I, Texte établi et traduit par J. Dufournet et A. Méline, Paris, GF-Flammarion, (...)

L’histoire en son début,
rapporte que l’hiver venait de se terminer,
que la rose s’épanouissait,
que l’aubépine était en fleur
et que, à l’approche de l’Ascension,
sire Noble le lion
convoqua toutes les bêtes
dans son palais pour tenir sa cour.
Aucune bête n’eut l’audace
de s’attarder – toutes affaires cessantes – et de ne pas accourir
si ce n’est le seigneur Renart,
ce mauvais larron, ce fourbe,
que les autres ne cessent d’accuser
et de calomnier devant le roi
pour son orgueil et son inconduite7.

143. La traduction de Marc Boyon et Jean Frappier, en « classiques Larousse » :

  • 8 Le Roman de Renart, extraits, avec une Notice biographique…, par J. Frappier, Paris, Larousse, 1937 (...)

L’hiver était passé ; la rose s’épanouissait et l’aubépine fleurissait, et l’Ascension était proche, quand sire Noble le lion fit venir dans son palais toutes les bêtes pour tenir cour plénière. Nul ne fut assez hardi pour s’abstenir en aucun cas d’y venir au plus vite, hormis le seul dom Renart, le voleur rusé, le trompeur, que les autres accusent devant le roi en dénonçant son orgueil insensé8.

154. La traduction d’Henri Rey-Flaud et André Eskénazi, dans la collection « Traductions » de chez Honoré Champion :

  • 9 Le Roman de Renart, branche I, traduit en français moderne par Henri Rey-Flaud et André Eskénazi, P (...)

L’histoire raconte dans les premiers vers que l’hiver venait de finir, que l’aubépine était en fleurs, que la rose s’épanouissait et que l’Ascension était proche. Messire Noble le lion convoqua toutes les bêtes dans son palais pour tenir sa cour. Jamais il n’y eut de bête assez hardie pour se mettre en retard sous quelque prétexte que ce fût, si ce n’est Renart, le mauvais drôle, le fourbe, que tous les autres maudissent ; ainsi le méprisent-ils et l’accusent-ils à l’envi devant le roi, se plaignant de ses mauvais tours et du désordre qu’il cause9.

165. Voici la mienne :

  • 10 Le Roman de Renart, Adapté par Christian Poslaniec, Illustré par François Crozat, Paris, France Loi (...)

La rose s’épanouissait
Et l’aubépine fleurissait ;
Bientôt ce serait l’Ascension,
Quand messire Noble, le lion,
Convoqua tous les animaux
À sa cour. Alors aussitôt
Tous accoururent sans retard
Excepté le seigneur Renart.
Bientôt le palais retentit
D’accusations, de calomnies,
Chacun se plaignit du gredin,
À commencer par Isengrin10.

Les figures de style

17J’y passe beaucoup de temps car non seulement il faut être fidèle à l’intention de l’auteur – et non à la lettre – mais j’estime nécessaire que la transposition permette aux enfants d’aujourd’hui d’être directement sensibles à l’effet du trope, sans que cela nécessite une jonglerie mentale, ou une note en bas de page.

18Je ne prendrai qu’un exemple, vu le temps qui m’est imparti. Dans Renart et les anguilles, texte qui, dans ma version moyenâgeuse de la branche XII, a pour titre Les poissons dérobés, les marchands qui trouvent Renart soi-disant mort font des plaisanteries. L’une d’elles intervient quand ils jettent la prétendue dépouille dans la charrette :

  • 11 Le Roman de Renart, I, éd. cit. Dufournet-Méline, branche III, p. 284, v. 75-80 ; Le Roman de Renar (...)

Li uns à l’autre fait grant joie,
Et dïent : « N’en ferons or el,
Mais anquenuit en nostre hostel,
Li reverserons la gonnele ! »
Or leur plaist auques la favele11 (var. Or ont il auques la favele).

Ce qui peut se traduire littéralement par :

L’un et l’autre manifestent une grande joie
et disent : « Pour l’instant n’en faisons pas plus,
mais ce soir, au logis
nous lui retournerons la peau ! »
La plaisanterie leur plaît beaucoup.

19Le jeu de mots porte sur le sens de « gonnele » qui selon les dictionnaires peut signifier « peau » ou « paletot ». En fait, c’est un diminutif de « gone » qui était une robe longue unisexe, tandis que le mot « gonele », dès le 12e siècle, s’est spécialisé pour désigner une longue cotte portée par-dessus l’armure.

  • 12 Le Roman de Renart, extraits, éd. cit., p. 34.

20Or, quand Marc Boyon et Jean Frappier (pour les « Classiques Larousse ») traduisent : « […] nous lui retrousserons sa robe. Ils sont plutôt satisfaits de l’histoire »12, ces traducteurs ne sont pas très fidèles au texte, ni pour le sens de « gonele », ni pour celui de « favele », qui renvoie davantage à une manipulation de mots, un mensonge, qu’à une histoire. Et j’irai jusqu’à dire qu’ils introduisent une nuance qui est de l’ordre de la gaudriole, et que je ne sens pas dans le texte originel, qui pratique plutôt l’humour noir.

  • 13 Le Roman de Renart, I, éd. cit. Dufournet-Méline, p. 285, v. 77-80.

21En revanche, la traduction de Jean Dufournet et Andrée Méline (Flammarion) rend bien compte de l’esprit du texte : « “Nous lui retournerons le paletot”. Ils rient fort de leur plaisanterie »13. Mais aucun enfant d’aujourd’hui ne sait ce qu’est un paletot, d’où ma version : « “ Nous lui ôterons son manteau ” / Disent-ils, riant du bon mot ».

  • 14 Ibid., v. 96-99.

22Il s’agit en fait d’une métaphore filée car peu après, quand Renart s’empare de plusieurs guirlandes d’anguilles et saute de la charrette, le texte dit qu’il les enfile en y passant la tête et le cou, et qu’il s’en couvre tout entier. Comme d’un vêtement, en fait. Jean Dufournet et Andrée Méline (Flammarion) proposent comme toujours une traduction presque littérale : « Renart, qui n’est jamais à court d’idées, les enfila autour de son cou et de sa tête, puis il les arrangea sur son dos qui en est tout recouvert »14.

  • 15 Le Roman de Renart, extraits, éd. cit., p. 34.

23Idem pour Marc Bayou et Jean Frappier, avec une formulation plus fluide : « Renart le rusé passe le cou et la tête dedans, et s’en couvre toute l’échine »15.

24Mais moi, je pense qu’aucune de ces deux traductions ne rend compte de la parenté entre la plaisanterie des marchands, qui comptent écorcher le goupil pour s’en faire un vêtement, et le comportement de Renart qui, à sa façon, se fait un vêtement d’anguilles. Quant à ma propre traduction, la voici :

  • 16 Le roman de Renart-Poslaniec, éd. cit., 1997, « Renart et les anguilles ».

Enfilées sur une ficelle,
Il trouve dans l’autre panier
Où il vient de fourrer son nez
Trois belles guirlandes d’anguilles.
Aussitôt, Renart s’en habille,
Au point qu’on ne voit plus sa peau ;
S’entourant le cou, puis le dos,
Il en a par dessus la tête16.

25À noter qu’une nuance se perd néanmoins dans toutes les traductions : le mot « gonele » renvoie aux chevaliers puisque ce vêtement se portait par dessus l’armure. Les marchands ironisent donc à ce propos en comparant ce qu’ils croient être un cadavre à un chevalier. C’est un des nombreux détails qui parsèment Le roman de Renart et en fait un pastiche des épopées et des romans de chevalerie. Mais il ne me paraît pas possible d’en rendre compte pour des enfants, surtout quand cela induit une possible interprétation historique : ici, le désir larvé des marchands de faire la peau aux chevaliers qui possèdent le pouvoir réel, alors que le pouvoir de l’argent est peu à peu en train d’émerger chez les roturiers.

La symbolique

26La remarque précédente me permet d’introduire ma dernière partie qui concerne la symbolique de l’œuvre, à son époque, et la façon dont on peut la faire percevoir à des enfants d’aujourd’hui, sans passer par un supplément documentaire, autrement dit, par des moyens littéraires.

27En premier lieu, j’ai un peu procédé à la façon des trouvères, choisissant d’abord, dans l’arbre branchu du Roman de Renart, les épisodes que je voulais faire connaître, et ajoutant, fort modestement, un texte de mon cru, qui ne fait que quatorze lignes, et sert d’introduction à l’album. Or, dans ce texte, quelques paramètres fondamentaux de l’œuvre anonyme sont introduits, concernant notamment :

  • la nature emblématique du héros ; « le très malin maître Renart » ;
  • l’ambivalence de ce personnage : « un hors la loi/Que beaucoup trouvaient fort aimable » (même si je n’avais pas l’intention de reprendre l’épisode de la relation entre Renart et Dame Hersant) ;
  • la focalisation sociale de ce récit, par cette évocation de la loi et de sa transgression, au-delà des histoires interpersonnelles ;
  • néanmoins, la façon dont le comportement de Renart interfère avec la vie d’autrui : « jouaient des tours pendables/à ses compagnons de forêt » ;
  • enfin, le recadrage du récit à une époque lointaine : « un livre ancien rempli d’histoires ».

28Quant à rendre compte de la société du Moyen-Âge, c’est par le choix des épisodes que j’ai tenté d’y parvenir – même si, en même temps, j’ai choisi comme fil conducteur le personnage de Renart, en le montrant tour à tour triomphant, méchant, bon père, grugé par d’autres, malin, hors la loi mais finalement jugé, c’est-à-dire dans toute sa polyphonie. Ainsi :

29– Renart apparaît fréquemment comme le porte-parole des pauvres, indépendamment de sa classe sociale présumée : au début de Renart et les anguilles, chez lui, il n’y a plus de provisions. À la fin, il nourrit « ses proches, qui crevaient de faim ». Au début de Renart et Isengrin dans le puits, il est dit que « notre rusé filou » est « torturé d’une faim de loup ». Au commencement de Renart et la mésange, notre héros est toujours affamé, et Tibert et l’andouille commence par « Renart était bien affamé ». Cette itération me paraît permettre à des enfants d’aujourd’hui d’appréhender une donnée centrale du Moyen-Âge, sans autre explication.

30– À l’inverse, ceux qui profitent de cette société inégalitaire sont clairement désignés dans les épisodes retenus : l’abbaye, qui possède un poulailler, dans Renart et Isengrin dans le puits. Les marchands d’anguilles, plutôt bien lotis, mais d’autres marchands aussi qui ont un bon millier de fromages mis à sécher, dans Renart et le corbeau. Sire Constant des Granges, qui a le droit de chasse, dans La pêche à la queue. Le forestier Lanfroi, qui exploite la forêt, dans la partie du Jugement de Renart où le goupil gruge Brun l’ours.

31– Quant à l’influence de l’église au Moyen-Âge, on la discerne lorsque Renart, au fond du puits, pour abuser Isengrin, ajoute une pincée d’effet de réel (comme disait Barthes) de l’époque en affirmant qu’avant d’accéder au paradis, il faut d’abord se confesser. Idem, toujours sur le mode ironique, quand Tibert, hors de portée en haut d’une croix, déclare onctueusement à Renart, sa victime :

  • 17 Ibid., « Tibert et l’andouille ».

Voyons, reprenez-vous, Renart,
Vous devez pourtant bien savoir
Qu’une andouille est chose sacrée
Et qu’on ne doit la déguster
Que sur une croix, mon cher frère,
Ou sur le toit d’un monastère17.

– Les perpétuelles escarmouches entre les barons sont évoquées d’une certaine façon quand, pour tenter de tromper la mésange, Renart dit que le roi Noble impose la paix : « Et chacun doit la respecter / Fini les querelles, les guerres ! ». Ce que la mésange, qui l’emporte sur Renart dans cette escarmouche, lui renvoie ironiquement, quand une meute surgit et pourchasse le goupil :

  • 18 Ibid., « Renart et la mésange ».

Eh ! Renart ! Où donc allez-vous ?
Revenez et embrassons-nous !
Vous rompez cet accord de paix
Dont naguère vous me parliez18 !

Mais il faut reconnaître que Renart, bien qu’en fuite, bien que ne l’ayant pas emporté sur la mésange, réagit avec panache, si j’ose dire, en continuant à faire semblant :

  • 19 Ibid.

Renart répond : « Ce sont des chiots ;
Leurs parents respectent la paix,
Mais voyez donc ces grands dadais,
Ils n’étaient pas encore nés
Quand la trève a été jurée ! »19

– Enfin, l’organisation de la société au Moyen-Âge apparaît dans Le jugement de Renart, mais en l’occurrence, bravant rois et barons, Renart refuse d’y paraître, et reste chez lui, « bien à l’abri », dit le texte. C’est qu’il est alors repu, ainsi que ses proches, entouré de provisions, et prêt à soutenir un siège s’il le faut. On le sait, ici s’ouvre l’épisode du « Siège de Maupertuis ». Comme je n’ai pas voulu trancher brusquement le destin de Renart, à la fin de ma traduction, j’ai résumé ce siège en six lignes.

32Et, pour reprendre la fin d’un épisode qui ne figure pas dans ma traduction, Le partage des proies (branche XVI), sachant que Pierre est mon second prénom :

  • 20 Le Roman de Renart, II, éd. cit. Dufournet-Méline, v. 1505-06, p. 451.

Pierre abandonne ici
cette histoire à laquelle il a consacré ses efforts,
et il laisse Renart à ses réflexions20.

Notes

1 Roman de Renart, édit. M. Roques, Paris, Champion, 1983, CFMA, n° 85, branche X-XI, aux v. 9315-16 « set », notre chiffre « sept » rime avec « tret » (participe passé du verbe « traire »), v. 11213-14 « besanz » rime avec « presant », v. 11344- 45 « mis » rime avec « poucins » et aux v. 11809-10 « ronci » avec « Malvoisin » (car le i est l’avant-dernière voyelle à se nasaliser, ne le fait qu’au XIIIe siècle, et en position entravée sa prononciation moderne n’est acquise qu’au XIVe), au v. 10422-23 « furet » rime avec « diroit », aux v. 12197-98 « quite » avec « luite » (aujourd’hui « lutte »), aux v. 12533-34 « passer » avec « assez ». Comme le note l’éditeur dans son introduction, p. XVII, il y a pourtant quelques rimes imparfaites (mais qui, somme toute, ne sont pas très nombreuses).

2 Op. cit., v. 9313-24, « marchié / chargié », « set / tret », « lassez / passez », « devorer / demorer », « terre / querre », « mai / esmai » proposent des variations autour de « -é ».

3 Adam de la Halle, Le Jeu de Robin et Marion [1924], éd. E. Langlois, Paris, Champion, CFMA, 2008, v. 20-22.

4 André Tissier, La Farce en France de 1450 à 1550, Recueil de textes établis sur les originaux, présentés et annotés, Paris C.D.U.-S.E.D.E.S, t. I, 1976, p. 65, v. 1-3.

5 Cortebarbe, Les trois aveugles de Compiègne, fabliau du XIIIe siècle, éd. G. Gougenheim, Paris, Champion, 1932, CFMA, v. 1-5.

6 Le Roman de Renart, Première branche, éditée d’après le manuscrit de Cangé par Mario Roques, Paris, Champion, 1969, CFMA, v. 11-26.

7 Le Roman de Renart, I, Texte établi et traduit par J. Dufournet et A. Méline, Paris, GF-Flammarion, 1985, n° 418, v. 11-26.

8 Le Roman de Renart, extraits, avec une Notice biographique…, par J. Frappier, Paris, Larousse, 1937, Classiques Larousse, Branche I, p. 45, « La plainte d’Ysengrin ».

9 Le Roman de Renart, branche I, traduit en français moderne par Henri Rey-Flaud et André Eskénazi, Paris, Champion, 1982 (coll. Traductions, VIII), p. 21.

10 Le Roman de Renart, Adapté par Christian Poslaniec, Illustré par François Crozat, Paris, France Loisirs, 1997 (sans pagination, à la hauteur d’une p. 57).

11 Le Roman de Renart, I, éd. cit. Dufournet-Méline, branche III, p. 284, v. 75-80 ; Le Roman de Renart, éd. publiée sous la direction d’Armand Strubel, Paris, NRF-Gallimard, 1998, coll. La Pléiade, branche X, p. 309, v. 77-82.

12 Le Roman de Renart, extraits, éd. cit., p. 34.

13 Le Roman de Renart, I, éd. cit. Dufournet-Méline, p. 285, v. 77-80.

14 Ibid., v. 96-99.

15 Le Roman de Renart, extraits, éd. cit., p. 34.

16 Le roman de Renart-Poslaniec, éd. cit., 1997, « Renart et les anguilles ».

17 Ibid., « Tibert et l’andouille ».

18 Ibid., « Renart et la mésange ».

19 Ibid.

20 Le Roman de Renart, II, éd. cit. Dufournet-Méline, v. 1505-06, p. 451.

Auteur

Chercheur et écrivain

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search