Version classiqueVersion mobile

Médiévalités enfantines

 | 
Caroline Cazanave
, 
Yvon Houssais

Première section. Recomposer le passé défini

Traduire et abréger les textes du Moyen Âge à l’intention des jeunes lecteurs : contraintes et limites de l’exercice

Jean-Pierre Tusseau

Texte intégral

  • 1 Le problème ne concerne pas spécifiquement la littérature de jeunesse mais aussi des œuvres « pour (...)

1La place importante qu’occupe le Moyen Âge dans la littérature de jeunesse (albums, romans, bandes dessinées…) témoigne de l’intérêt certain que présente encore cette époque pour le jeune lecteur contemporain et justifie le thème de notre étude. Il semble en effet important de s’interroger sur la cohérence de l’image du Moyen Âge diffusée par ces œuvres de création récente. Quelle est la part d’authenticité ? Quelle est la part de reconstruction plus ou moins anachronique1 ? C’est une première phase de notre réflexion.

2Je voudrais me placer sur un autre plan. Il existe un certain nombre de textes authentiquement médiévaux, dont le contenu renferme tous les ingrédients romanesques, qui peuvent séduire les jeunes lecteurs. Pourquoi ne pas tenter de partir de ces textes, plutôt que de fictions de facture récente, pour faire découvrir aux jeunes lecteurs contemporains l’univers du Moyen Âge, ses héros, leurs valeurs ? Je pense évidemment d’abord au milieu scolaire mais pas exclusivement. C’est ce que j’ai essayé d’entreprendre, non sans rencontrer quelques difficultés, en ayant, dans les premiers temps, l’impression d’être un peu iconoclaste et de braver un interdit.

3Faire découvrir les textes du Moyen Âge, c’est d’abord une histoire de rencontre personnelle et de passion. C’est aussi une affaire de rigueur. Pour ce qui est de la rencontre et de la passion, j’évoquerai mon itinéraire personnel et je m’efforcerai de justifier le choix de quelques textes. Dans un second temps, pour expliquer ce que j’entends par rigueur, j’aborderai quelques considérations d’ordre technique.

Survol rapide d’une aventure personnelle : une première expérience de traduction

4Avant d’accéder à l’université, je ne connaissais de la littérature du Moyen Âge que quelques passages de la Chanson de Roland (les deux scènes du cor et la mort de Roland) et deux ou trois extraits du Roman de Renart, réduit à des contes pour enfants, comme « la pêche dans la glace ». Aux chevaliers et à leurs châteaux, je préférais les cow-boys des westerns, avec les grandes chevauchées et les bagarres dans les saloons.

  • 2 Mis à part ce qu’on pouvait trouver sur Tristan et Iseut et quelques très rares exceptions, notamme (...)

5La licence de lettres a été l’occasion de découvrir les textes du Moyen Âge, principalement le cycle de Guillaume d’Orange. Des textes d’un certain intérêt dont il n’existait à l’époque pratiquement aucune traduction à cause de la prévention des spécialistes contre les traductions et la vulgarisation2.

De Roland à Guillaume et Raoul

6Quand on appartient à la génération qui avait vingt ans en mai 68 on est plutôt rebuté par l’héroïsme de Roland qui n’est que la manifestation d’une soumission inconditionnelle au pouvoir en place et l’expression d’un désir morbide de mourir en martyr pour Dieu ou la patrie. Guillaume d’Orange présente une loyauté plus critique et plus impertinente et s’enrichit d’un véritable destin personnel, de moments de doutes et de faiblesse, d’une vie amoureuse, le tout dans une ambiance qui rappelle celle des westerns (par exemple Guillaume se servant de ses poings ou poursuivant les moines à travers le dortoir). On est réceptif aussi, comme l’évoque Raoul de Cambrai, à la révolte individuelle contre l’injustice du pouvoir, quelles qu’en soient les conséquences et le prix à payer. C’est la découverte de ces deux œuvres qui a été décisive et m’a fait prendre conscience que la littérature médiévale ne se limitait pas à Roland et valait la peine d’être découverte.

Traduire ? Quelle idée !

7En 1966-67, à l’université de Paris X-Nanterre, au programme de la licence de Lettres modernes figurait le certificat de grammaire et philologie avec ancien français et phonétique historique. La terreur des étudiants !

8À plusieurs, nous avons imaginé de traduire les passages du Couronnement de Louis qui pouvaient être donnés à l’examen. On a fait un polycopié très primitif (machine à écrire, stencils perforés par la frappe et tirés à la machine à alcool…) vendu au profit de la CLEF (Commission de Liaison des Étudiants en Français). C’était la première étape.

9Un second élément a été décisif. Après la licence, j’ai entrepris une maîtrise sur l’édition de Lancelot en prose avec Alexandre Micha. Il recherchait encore quel serait son manuscrit de base. Il s’est donc entouré d’une petite équipe d’étudiants chargés de comparer un passage dans les différents manuscrits. De cet exercice, j’ai gardé la conviction qu’il était indispensable, quand on voulait travailler sur un texte, d’en comparer différentes versions, qu’on ne pouvait sérieusement le faire qu’à partir d’une édition critique.

10Parti au Québec en tant que coopérant, j’ai enseigné pendant sept ans l’ancien français et la littérature française médiévale à l’université du Québec. Le pas était définitivement franchi. En 1972, avec Claude Lachet, nous avons proposé une traduction de la Prise d’Orange chez Klincksieck, une maison spécialisée. Cela n’a pas manqué de soulever quelques problèmes puisque le directeur de la « bibliothèque française et romane » ne voulait pas dans sa collection d’une traduction, même juxtalinéaire et commentée, destinée aux étudiants en lettres. L’ouvrage est quand même paru « hors collection » et a connu cinq éditions. Depuis, d’autres éditeurs ont suivi, ayant compris qu’il y avait un « marché ». Alexandre Micha, éditeur du Lancelot en prose, en a proposé lui-même une traduction partielle dans la collection 10-18. Maintenant, il est facile de trouver des textes traduits, et même des éditions bilingues à des prix abordables dans des collections comme Lettres Gothiques ou Garnier Flammarion.

Pourquoi traduire et abréger ?

  • 3 Voir « Défense et illustration des classiques abrégés », L’École des Lettres, n° 6-7, année 2005-20 (...)

11Traduire et abréger3 les grands textes du Moyen Âge répond au moins à une triple nécessité.

  1. Réagir à une certaine vision du Moyen Âge largement diffusée par le cinéma : qu’il s’agisse du Merlin de Walt Disney ou de Lancelot sous les traits mollassons de Richard Gere. Les modèles originaux sont autrement plus riches.

  2. Pour l’enseignant dont la mission est de favoriser la démocratisation du savoir et de partager ses connaissances, la traduction contribue à faire sortir des bibliothèques ces textes qui demeureraient enfermés, ignorés, excepté des spécialistes.

  3. Un intérêt à plus long terme : éveiller la curiosité pour la littérature médiévale dès l’enfance ou les débuts de la scolarité. Henri Schliemann n’a pas commencé à lire Homère dans le texte grec mais dans des versions pour enfants.

Un choix personnel de textes

12Traduire est un travail long et méticuleux qui exige du temps et des efforts, un tête-à-tête de plusieurs mois avec un texte en ancien français. C’est pourquoi mon choix personnel se limite à des textes dont la lecture m’apporte un certain plaisir.

13Juste quatre exemples :

14– Guillaume d’Orange

15Découvert à la fac, le cycle de Guillaume d’Orange baigne dans une vraie ambiance de western. C’est en même temps une histoire d’amour avec une image positive de la femme, désirable mais aussi active, bâtisseuse. L’œuvre témoigne aussi d’une certaine ouverture vers la civilisation de l’autre.

16– Raoul de Cambrai

  • 4 Par exemple cette dédicace de Joseph Fabre, auteur d’une traduction :
    « À l’armée nationale est dédi (...)

17Si Guillaume d’Orange était une découverte liée au programme de licence, Raoul est une découverte personnelle. Ce récit très moderne exprime la revendication d’un destin individuel, que Raoul refuse de sacrifier au destin collectif. Si le pouvoir est injuste, la révolte est justifiée. Ce sont certaines valeurs féodales qui engendrent la guerre et qui interdisent la paix chaque fois qu’elle pourrait être possible. Raoul exprime les catastrophes provoquées par un pouvoir politique qui refuse de se remettre en question, par l’application d’un système à la lettre et sans esprit critique. On peut réagir par la révolte individuelle (Raoul), vouée à l’échec, ou passer par la révolte collective (celle des familles de Raoul et Bernier contre Gibouin et le roi) qui peut aboutir à une forme de révolution (renversement du pouvoir ou modification du système). C’est le contraire de Roland, qu’on donnait comme modèle de sacrifice pour la patrie4.

18Un autre aspect m’a beaucoup marqué : c’est le nombre de gros plans non pas sur la violence mais sur les effets de la violence et la douleur individuelle. L’horreur de la guerre n’est pas abstraite dans Raoul. Le dénombrement des morts, qu’il y en ait cent ou dix mille, reste du domaine de la statistique, mais le spectacle d’un chevalier blessé qui regarde à terre son poing encore agrippé aux énarmes du bouclier fait froid dans le dos !

19J’ai aussi été particulièrement sensible, en lisant ce texte, à la présence dense et attachante de deux figures féminines : présence grave de la mère, dame Alaïs, qui tente de dissuader son fils de se lancer dans une opération qu’elle sait vouée à l’échec, et intervention touchante et pleine de grandeur de la fiancée, Héloïse, qui prend en charge l’ordonnancement des funérailles de Raoul. C’est un exemple rare dans les chansons de geste.

20– Lancelot du Lac

21J’avais une raison personnelle : la contribution à l’édition critique que préparait Alexandre Micha. L’expérience avait été aussi riche de relations humaines que de contacts avec les textes. Le contenu même de l’œuvre est séduisant : un être qui se cherche, qui connaît quelques crises existentielles, qui vit une histoire d’amour exemplaire (Lancelot et Guenièvre) et d’amitié (Lancelot et Galehot). Comme Ulysse refuse l’immortalité pour retourner à Ithaque, Lancelot choisit la terre plutôt que le ciel en préférant l’amour de Guenièvre à une pureté spirituelle désincarnée.

22– Le Roman de Mélusine

23La rencontre personnelle avec Mélusine est le fait de mon activité d’enseignant. L’association Atemporelle organise dans la vieille ville de Parthenay des animations scolaires. Nous y avions emmené des élèves de 5e et nous avions appris sur place l’histoire de Mélusine à qui l’on attribuait la fondation de la ville. Ma collègue d’histoire m’avait demandé de retrouver quelques passages de l’histoire de Mélusine, ce que j’avais fait à partir d’une traduction du texte de Jean d’Arras. L’année suivante, nous avons pu voir une exposition d’enluminures tirées de l’histoire de Mélusine d’après Coudrette, écrite pour les seigneurs de Parthenay. C’était le coup de foudre déterminant.

L’aspect technique : contraintes et limites

Au départ

  • 5 J. Frappier, Les Chansons de geste du cycle de Guillaume d’Orange, Paris, SEDES, vol. 1, 1955 ; vol (...)

24Le point de départ est évidemment toujours une édition critique en ancien français. Le texte seul ne suffit pas. Il est indispensable d’avoir une bonne connaissance critique de l’œuvre. Par exemple pour Guillaume d’Orange, en dehors des textes, je disposais de l’indispensable étude de Jean Frappier5. Pour Raoul de Cambrai, outre le texte, j’avais lu, en plus de quelques articles critiques, l’ouvrage de Pauline Matarasso, Recherches historiques et littéraires sur Raoul de Cambrai, Nizet, 1962.

  • 6 Traduction par A. Lanly, Paris, Champion, 1971.
  • 7 Traduction par F. Gégou, Paris, Champion, 1972.
  • 8 C. La Roussarie, Raoul de Cambrai, « Les chansons de geste », Société d’Éditions Littéraires et Tec (...)
  • 9 Raoul de Cambrai, chanson de geste du XIIe siècle renouvelée par P. Tuffrau, Paris, L’Artisan du Li (...)

25Il est aussi utile d’avoir pris connaissance des traductions existantes. Elles peuvent aider à résoudre certaines difficultés, suggérer des interprétations, proposer quelques formulations heureuses. Pour le cycle de Guillaume d’Orange, il existait des traductions de la partie centrale du cycle : Le Couronnement de Louis6, Le Charroi de Nîmes7 et, évidemment celle dont j’étais le co-auteur, La Prise d’Orange. Pour Raoul, il existait des adaptations assez personnelles de Claudius La Roussarie8 et Paul Tuffrau9, qui a beaucoup œuvré pour faire connaître les grands textes du Moyen Âge, ainsi qu’une véritable traduction de Berger et Suard, Histoire de Raoul de Cambrai et de Bernier, le bon chevalier, aux éditions Corps 9, 1986.

26Au niveau du texte lui-même, trois cas peuvent se présenter :

27a) il n’existe qu’une seule version du texte.

28C’est un cas rare (ex : Raoul de Cambrai dont il ne reste même qu’un seul manuscrit). On traduit donc au mieux le texte qu’on a sous les yeux.

29b) il existe plusieurs éditions du même texte.

  • 10 « Édition Foerster ou édition Roques ? », L’École des Lettres, n° 12 (1992-1993), n° spécial Yvain (...)

30C’est le cas le plus fréquent, celui par exemple des romans de Chrétien de Troyes (édition Roques et édition Foerster pour Yvain et pour Érec et Énide). Dans ces circonstances, je travaille avec les deux éditions sur le bureau. Je compare leurs leçons respectives. Les variantes sont parfois intéressantes. J’en ai tiré un petit article dans la revue L’École des Lettres10.

31Deux exemples à propos d’Yvain, cités dans l’article : le délai accordé par Arthur à Lunette est-il de « trente jorz » (Roques 3685) ou de « quarante » (Foerster 3691) ? Si je pose la question aux élèves que je rencontre, ils me suggèrent souvent de faire la moyenne : trente cinq jours. Or, un minimum de connaissance du droit médiéval nous fait opter plutôt pour quarante jours, délai courant. Les jeunes filles qui soignent la folie d’Yvain sont savantes en « mecines » (Roques 4692) ou « cirurgie » (Foerster 4698) ? Y a-t-il une différence ? Un peu plus loin, le roi Arthur fait appel à un « fisicïen qui savoit / de mirgie plus que nus hom » (R. 6494-95) ou à un « cirurgïen qui savoit / de plaies garir plus que nus » (F. 6504-05). On peut en déduire que si les termes « médecin » et « chirurgien » désignent aujourd’hui deux aspects différents et spécifiques de la médecine, ce n’était pas encore le cas au Moyen Âge. L’historien ou l’amoureux de la langue y trouve son compte.

32Il est intéressant d’avoir accès aux variantes pour répondre à certaines questions. Deux exemples tirés cette fois d’Érec et Énide. Les héros, de retour chez eux, vont prier. On trouve dans l’évocation de la prière d’Énide à Notre Dame : « que an lor vie lor donast / oir qui après ax heritast » (éd. Roques, v. 2351-52). Évoquer un héritier ne semble pas dans l’esprit de l’œuvre. Vérification faite, ces deux vers ne figurent que dans un seul manuscrit. C’est sans doute une addition personnelle d’un copiste.

33Autre intérêt aussi, la découverte d’une version plus pudique que l’autre. C’est le cas de l’édition Roques d’Érec et Énide, comparée à l’édition Foerster :

34- évoquant à deux reprises les retrouvailles d’Érec et Énide :

Ançois que il s’antre tenissent (« jusqu’à ce qu’ils s’étreignent ») (R2032) / a ce que nu s’antretenissent (F précise la nudité)

35Ansamble jurent an un lit (R5200) / que nu a nu sont en un lit (F)

36- évoquant l’histoire de Didon et Énée :

En son leu (« chez elle », « en sa ville ») le reçut (R5293) / an son lit (F)

37Traduire avec rigueur, c’est aussi s’offrir au cours du travail l’occasion de ces plaisantes découvertes.

38c) il existe deux textes de deux auteurs différents.

39C’est le cas du Roman de Mélusine : texte de Jean d’Arras écrit pour Jean de Berry, proche du roi de France, et texte de Coudrette écrit pour Guillaume l’Archevêque, proche du roi d’Angleterre, en pleine guerre de cent ans. J’ai lu les deux avant d’opter pour le texte de Coudrette, qui, contrairement à celui de Jean d’Arras, n’était plus disponible dans le commerce. J’ai photocopié l’édition d’Éleanor Roach, qui se trouvait en bibliothèque. Et, lorsqu’il y avait une différence qui pouvait être significative, par exemple sur les lieux ou le comportement des personnages, je l’ai indiqué dans une note en bas de page.

Traduire et abréger

a) Traduire, c’est transposer dans une autre langue

  • 11 Deux exemples tirés d’Yvain le Chevalier au Lion :
    « À voir le coup le lion se crête. À aider son se (...)

40Il faut considérer deux cas : une « traduction horizontale », d’une langue dans une autre langue, qu’on parle à la même époque (de l’anglais au français ou inversement), ou d’une langue qu’on ne parle plus dans une autre langue encore utilisée (du latin ou du grec ancien en français moderne). Et une « traduction verticale », d’une même langue dans un certain état (ancien français), à la même langue telle qu’elle est maintenant utilisée (français moderne). L’ancien français n’était pas ressenti comme archaïque à l’époque où il était utilisé. On n’a donc aucune raison de transcrire en le vieillissant artificiellement, en allant même parfois jusqu’au ridicule d’un sabir pseudo-médiéval11.

b) Abréger pour s’adapter aux nouvelles conditions de la lecture et au lecteur contemporain

41Contrairement à ce qui se passait au Moyen Âge, le livre est généralement lu de manière personnelle et silencieusement. Le lecteur a le livre à sa disposition et peut revenir en arrière à son gré. D’où l’inutilité de certaines reprises et récapitulations. Certains passages lasseraient le lecteur moderne : par exemple les « prières du plus grand péril » que les chevaliers récitent avant un combat dans les chansons de geste. Certaines s’étendent sur plusieurs pages. Elles tiennent en dix lignes dans ma version de Guillaume d’Orange. Les combats sont très longs, répétitifs et presque tous construits sur le même modèle. Dès le troisième affrontement, on a envie de sauter le passage. Alors, comme lorsqu’on raconte le match du dimanche, non pas en quatre-vingt dix minutes mais en gardant les buts, les incidents et les moments marquants, on sélectionne aussi les coups décisifs pour ne garder qu’eux. Pour Raoul de Cambrai, Paul Tuffrau déjà prévenait dans l’avant propos : « […] j’ai simplifié, dégagé, clarifié. J’ai éliminé bon nombre de combats, et, dans ceux que j’ai dû conserver, je n’ai voulu retenir que les traits expressifs » (p. 11). C’est un modèle que j’ai suivi.

Version abrégée et interprétation de l’œuvre

42Parfois le traitement que l’on fait subir en abrégeant touche à l’interprétation de l’œuvre. C’est le cas pour Raoul de Cambrai ou Lancelot du Lac. Sur le seul manuscrit conservé, Raoul compte près de 8700 vers. Le ton change au v. 5556 (changement d’écriture, passage de la rime à l’assonance). Beaucoup de critiques ont considéré que le poème primitif s’arrêtait à cet endroit-là. L’enlèvement de Julien par les Sarrasins, la fausse mort de Bernier, les retrouvailles vingt ans après dans un duel opposant Julien et son père Bernier, l’enlèvement de Béatrice par le roi qui veut la marier de force à un autre seigneur, nommé Herchambaut de Ponthieu, les herbes que la jeune femme utilise pour rester fidèle à son mari… Tout cela relève du roman, je dirai même du mauvais roman, et n’a rien à voir avec le ton de la première partie, dont la matière n’est pourtant pas épuisée : la vengeance contre le Manceau Gibouin n’est pas accomplie ; la mort de Raoul n’est pas vengée.

  • 12 J.-P. Tusseau et H. Wittmann, « Règles de narration dans les chansons de geste et le roman courtois (...)

43Dans la logique et la morale de la chanson de geste, toute trahison entraîne logiquement et inévitablement un châtiment. C’est imposé par la structure narrémique12. Après une variation de plus de 2000 vers sur des thèmes romanesques à la mode, le copiste revient à la fin logique du poème que nous avons donc gardée parce qu’elle nous semblait indispensable pour la cohérence et le sens de l’œuvre : la mort de Gibouin et de Bernier.

44Pour donner une unité à Lancelot et afin que ses exploits puissent être lus dans une continuité, comme un roman, non comme un interminable feuilleton, j’ai systématiquement éliminé les exploits des autres chevaliers de la Table Ronde qui étaient longuement racontés dans le Lancelot en prose. La supériorité de Lancelot est souvent mise en relief par le récit de l’échec de ceux qui l’ont précédé. Ainsi, Lancelot arrive au Val sans Retour en compagnie d’Yvain. J’ai simplement évoqué l’échec d’Yvain par une phrase, sans le raconter :

Elle [=la jeune fille qui le guidait] pénètre dans le val derrière monseigneur Yvain et ne tarde pas à revenir pour raconter à Lancelot comment monseigneur Yvain est désormais prisonnier avec tous les autres. (p. 124)

Un seul récit suffit au lecteur contemporain.

L’œuvre achevée et publiée

45À la fin de chacune des traductions que je signe dans la collection « Classiques abrégés » à l’École des loisirs, figurent sous une rubrique intitulée « Pour en savoir plus » :

  • la mention du texte en ancien français qui a servi de texte de base et des autres textes utilisés s’ils ont fourni certaines variantes ;

  • la mention des traductions consultées ;

  • une rubrique « Établissement du texte » qui précise les écarts et libertés prises avec le texte original.

46On aboutit à une version simplifiée, largement accessible, que certains pourraient considérer avec mépris comme un « produit de grande consommation ». Le texte traduit et abrégé est pourtant le résultat d’un travail d’élaboration long et méthodique.

En guise de conclusion : version courte et version longue

47La traduction abrégée contribue à la diffusion de la littérature du Moyen Âge en la sortant des bibliothèques, en favorisant l’accès aux non spécialistes. C’est un outil anti-élitiste, un instrument de démocratisation. On trouve parfois au Moyen Âge une version courte et une version longue d’une même œuvre. À condition qu’elle soit faite sérieusement, il me plaît de considérer la version abrégée comme une version courte, donc tout-à-fait légitime et non contraire à l’esprit du Moyen Âge.

Notes

1 Le problème ne concerne pas spécifiquement la littérature de jeunesse mais aussi des œuvres « pour adultes » comme les romans de Jeanne Bourin, Marion Zimmer-Bradley ou Maryse Rouy dont j’avais sévèrement rendu compte du Guilhèm ou les enfances d’un chevalier dans la revue littéraire québécoise Nuit Blanche, n° 67 (été 1997), p. 16.

2 Mis à part ce qu’on pouvait trouver sur Tristan et Iseut et quelques très rares exceptions, notamment deux collections : les Éditions d’Art Piazza qui ont vulgarisé des textes depuis 1920 et les Éditions De Boccard.

3 Voir « Défense et illustration des classiques abrégés », L’École des Lettres, n° 6-7, année 2005-2006.

4 Par exemple cette dédicace de Joseph Fabre, auteur d’une traduction :
« À l’armée nationale est dédiée cette traduction de l’épopée du patriotisme… » et la lettre de Gaston Paris en réponse : « Vous avez fait une œuvre scientifique, littéraire et patriotique, qui réalise un de mes vœux les plus chers et qui contribuera efficacement, je n’en doute pas, à fortifier la conscience nationale en la retrempant à la source… » (La Chanson de Roland et récits épiques, Paris, Belin, 1903, 644 p.).

5 J. Frappier, Les Chansons de geste du cycle de Guillaume d’Orange, Paris, SEDES, vol. 1, 1955 ; vol. 2, 1965.

6 Traduction par A. Lanly, Paris, Champion, 1971.

7 Traduction par F. Gégou, Paris, Champion, 1972.

8 C. La Roussarie, Raoul de Cambrai, « Les chansons de geste », Société d’Éditions Littéraires et Techniques, 1932.

9 Raoul de Cambrai, chanson de geste du XIIe siècle renouvelée par P. Tuffrau, Paris, L’Artisan du Livre, 1941, 13e édition.

10 « Édition Foerster ou édition Roques ? », L’École des Lettres, n° 12 (1992-1993), n° spécial Yvain Le Chevalier au Lion, p. 25-28.

11 Deux exemples tirés d’Yvain le Chevalier au Lion :
« À voir le coup le lion se crête. À aider son seigneur s’apprête, saute par ire et par grand force, saisit et fend comme une écorce sur le géant la peau velue… »
Ou pour Érec et Énide :
« Elle est mon déduit et mon déport, elle est mon soulas mon avoir et ma richesse, mon seul trésor. »
J’ai proposé les traductions suivantes :
« À ce coup, le lion se hérisse et se prépare à venir en aide à son maître. Poussé par la fureur, il bondit de toutes ses forces. Ses griffes fendent comme une écorce la peau dont était revêtu le géant. »
« Elle est toute ma joie de vivre, mon bonheur, mon réconfort, ma richesse, mon seul trésor. »

12 J.-P. Tusseau et H. Wittmann, « Règles de narration dans les chansons de geste et le roman courtois », Folia Linguistica VII, n° 3-4, p. 401-412.

Auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search