Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Conclusion collégiale

Henri Duday et Gilbert Kaenel

Texte intégral

1Il convient tout d’abord de remercier les différents intervenants, de souligner la richesse, la diversité aussi des approches, et de féliciter les « équipes régionales » qui ont su mettre en commun leurs données pour élaborer et proposer des synthèses, très prometteuses pour l’avenir des études consacrées à la sphère des défunts, et plus particulièrement aux gestes accompagnant les pratiques funéraires au cours du Second Âge du fer. (Voir l’introduction de Bernard Dedet, p. 7).

2Les quelques lignes qui suivent ne doivent pas être considérées comme une véritable conclusion du thème spécialisé du colloque de Caen 2009, c’est la raison pour laquelle nous reprenons l’intitulé de l’intervention commune, proposée « à chaud » à la suite des exposés. La publication de ces actes engage à prolonger la réflexion, tout en offrant la possibilité de « digérer » les synthèses évoquées, dès lors couchées sur le papier…

Un peu de recul

3Remontons dans le temps, d’une à deux générations soit d’environ 30 à 40 ans. Quelle avancée formidable a enregistré le funéraire, au sens le plus large ! La finesse des observations et le renouvellement des interprétations élaborées par les archéologues pour tenter d’expliquer les comportements des sociétés (du Second Âge du fer dans le cas particulier) en fournissent le meilleur témoignage. Avec le développement d’une véritable archéothanatologie (plutôt qu’« archéo-anthropologie », terme incompréhensible pour les chercheurs anglo-saxons puisque l’archéologie, qui se veut une approche palethhnologique des populations du passé, est de ce fait une science anthropologique), les questionnements se sont considérablement enrichis, tout en suscitant l’émergence de nouveaux concepts et modèles liés au funéraire.

4Retour aux années 1970 (et n’ayons pas peur de simplifier, voire de caricaturer les démarches des archéologues à l’aide de quelques exemples choisis) : le défunt était alors, en règle générale, avant tout considéré comme le « support » du mobilier et, dans cette optique, les aspects typo-chronologiques étaient largement privilégiés. Dans la publication de 1968 consacrée à la nécropole emblématique de Münsingen-Rain dans le canton de Berne en Suisse (ouvrage de référence aujourd’hui encore), Frank Roy Hodson ne se préoccupe par exemple pas de distinguer les hommes des femmes dans l’établissement de sa célèbre sériation ; cette dernière repose sur l’analyse des parures métalliques portées par les défunts entre le dernier quart du Ve et le premier quart du IIe siècle avant J.-C. Une dizaine d’années plus tard, en 1978, Herbert Lorenz propose une synthèse « vue d’avion » des costumes funéraires et mobiliers d’accompagnement de La Tène ancienne et moyenne, dans les différentes provinces régionales et culturelles de l’Europe considérée comme celtique, qu’il définit en partie (Cercle Rhin-Danube, Marne-Moselle…). La même année, paraît la synthèse magistrale et foisonnante d’idées et de pistes de recherches signée par Ludwig Pauli (trop tôt décédé en 1994), à l’occasion de la publication des tombes du Dürrnberg près de Hallein en Autriche (le volume III). Jirí Waldhauser de son côté, fort du concours d’un impressionnant collectif de chercheurs, tente de rassembler « toutes » les directions de recherches appliquées à la publication de la nécropole de Jenišúv Újezd en Bohême du Nord. Et nous n’évoquons pas ici les monographies « régionales » (Hunsrück-Eifel Kultur, Suisse occidentale…) jusqu’à celle consacrée par Jean-Paul Demoule à la culture Aisne-Marne en 1989 ; toutes reprennent et adaptent un schéma traditionnel (et opérant il faut le dire) d’analyse du mobilier (typo-chronologie) et des pratiques funéraires (le rite, la fosse, les architectures, les contenants, les costumes, les offrandes…) pour déboucher sur la définition, nous l’avons vu, de groupes « culturels » et la mise en évidence de leurs caractéristiques propres.

5L’anthropologie est peu présente (c’est un euphémisme)…, mais peut-il en être autrement pour des fouilles anciennes ? Dans la monographie consacrée à la culture Aisne-Marne par exemple, l’auteur développe un modèle de fonctionnement social reposant sur le fait funéraire (mobilier avant tout) à défaut de pouvoir s’appuyer sur des données paléoanthropologiques. L’individu, la personne même du défunt est dans la plupart des cas à peine prise en compte (sauf « richesse » exceptionnelle du mobilier funéraire ou autre particularité) ; il en va de même d’ailleurs pour la communauté ou, plus largement, la société à laquelle appartiennent ces individus.

De nouveaux axes de recherche

6On aurait pu s’attendre à la présentation, à Caen, d’une série de communications reposant sur des analyses de génétique moléculaire, de biotechnologie ou isotopiques (ADN, isotopes de strontium...) visant à obtenir des informations sur la structure et la dynamique des populations, les relations familiales entre individus, leur alimentation, l’origine, la mobilité ou les migrations de certains groupes humains, etc. ; ce volet resta en fait très modeste. Mentionnons à cet égard une communication (qui ne fait pas l’objet d’un article dans les actes) à propos de la célèbre nécropole de Münsingen-Rain qui, plus de 100 ans après sa mise au jour, continue d’alimenter les questionnements des archéologues, dans ce cas sur la base de données issues de la paléopathologie, la reconnaissance (à l’aide de caractères épigénétiques) de cas de plagiocéphalie ; cette déformation est présente au sein de deux familles dès les premières inhumations de Münsingen et on peut observer le recours à des pratiques endogames durant toute l’occupation de la nécropole (pratiques qui, dès lors, doivent au moins remonter en plein Hallstatt final, au temps des « princes » et de leurs fastueux tumuli…). Voilà qui engage à la prudence, à ne pas (plus) considérer cette nécropole comme représentative de la société celtique en général, et à réviser un modèle social qui est tout sauf « égalitaire », mais s’apparente plus au repli sur soi d’une communauté et en particulier de ses élites (de quel ordre : héréditaire, économique ?). (On pourra se référer à un article de Felix Müller, Peter Jud et Kurt W. Alt paru en 2008 dans Antiquity 82, 462-469). Affaire à suivre et à valider par d’autres analyses.

7Si l’on entre de manière plus détaillée dans l’analyse globale des diverses contributions et synthèses régionales, plusieurs thèmes se dégagent de manière plus ou moins récurrente.

8Le premier constat réside dans les incidences qu’a eues le développement de l’archéologie préventive sur le corpus des connaissances : du point de vue qualitatif, les acquis sont certes de portée variable selon les secteurs mais du point de vue quantitatif, ils sont partout considérables. La Basse Normandie est à ce titre tout à fait exemplaire.

9Il faut une fois encore souligner le caractère très complet de l’approche que les chercheurs ou collectifs de chercheurs qui se sont attelés à la tâche ont su mettre en œuvre. Bien sûr, il y a désormais l’omniprésence de ce que l’on a appelé l’« Anthropologie de terrain » : les sériations qui en découlent se fondent sur des paramètres dont la pertinence historique se trouve validée par des variations significatives en fonction du temps et de l’espace, et c’est évidemment une grande satisfaction.

10L’étude du phénomène funéraire, telle qu’elle a été conçue dans la « commande » que les organisateurs du colloque ont passée aux auteurs, ne se limite cependant pas au seul traitement du cadavre tel que peut le renseigner l’analyse taphonomique, elle traite en fait de la Mort et des espaces sépulcraux dans toutes leurs composantes : à ce titre, elle s’inscrit pleinement dans le cadre de l’archéothanatologie évoquée ci-dessus.

11Un volet particulièrement fécond aborde le marquage des tombes. D’abord grâce à la conservation tout à fait exceptionnelle des structures de signalisation (des stèles de pierre et des petits tumulus dans le Tessin, des poteaux de bois à Giubiasco, mais aussi les stèles armoricaines…). On retiendra aussi que les recoupements de sépultures sont rares, parfois même exceptionnels à Giubiasco, en Bohême et à Sion « Sous-le-Scex » alors qu’ils sont beaucoup fréquents dans la nécropole grecque de Sainte-Barbe à Marseille : cela pose en fait la question du temps durant lequel le souvenir du défunt est entretenu, ce que l’on pourrait appeler le temps de la mémoire. C’est à l’évidence une composante majeure dans l’histoire des ensembles funéraires. Les fosses architecturées connues à La Tène ancienne en Champagne-Ardennes, avec des poteaux aux quatre angles de la tombe, trouvent des parallèles en Italie méridionale, par exemple à Paestum, et il sera intéressant de voir le degré de similitude entre les restitutions qu’il est possible de proposer. D’autres observations d’un grand intérêt mais très dépendantes des conditions de conservation concernent les éléments ligneux : calfeutrages de végétaux sous le corps dans des tombes sédunes, cercueils monoxyles (troncs d’arbre évidés à section en « U »), par exemple dans les tumulus d’Augère Bazelat dans le Massif Central (texte non parvenu pour cet ouvrage), avec parfois un couvercle constitué d’un élément identique retourné sur le réceptacle funéraire (République tchèque) ; dans ce cas, la complexité du dispositif, avec un double espace vide (à l’intérieur du cercueil et entre celui-ci et les parois et le plafond de la fosse) renvoie à des types bien documentés pour les phases antérieures (Nordhouse en Alsace, Le Paludi à Celano dans les Abruzzes, Cumes en Campanie…).

12Des contributions tout à fait originales concernent ce que l’on a parfois appelé des dépôts « de relégation », notamment en Alsace (corps aux mains liées à Geispolsheim) ; la relation avec des restes d’animaux (cheval, lièvre) ajoute au caractère très particulier des découvertes. On retiendra aussi des gestes qui commencent à être mieux documentés et dont l’occurrence paraît de moins en moins exceptionnelle : ainsi la récupération d’os après décomposition du corps (telle qu’elle avait été mise en évidence par Stéphane Rottier au Bronze final dans l’Yonne et la Haute-Seine), les manipulations ou le prélèvement d’objets métalliques (torque en bronze absent alors que les vertèbres cervicales sont teintés par les sels de cuivre à Challons en Lorraine).

13Il est un point que certains auteurs ont abordé alors que d’autres l’ont passé sous silence, celui des restes humains épars dans les habitats : alors que 12 mentions sont attestées en Champagne-Ardennes et 24 dans la zone Centre – Ile-de-France, il n’en est fait mention ni pour la Picardie, ni pour le Languedoc-Roussillon et la Provence où les découvertes de ce type sont cependant très nombreuses. Cette discordance tient manifestement au statut - funéraire ou non funéraire - que les chercheurs confèrent à ces vestiges.

14L’étude des tombes à crémation témoigne elle aussi de la vitalité des collaborations entre anthropologues et archéologues. Des observations minutieuses intéressent aussi bien les contenants (urnes, réceptacles souples) que les dépôts en fosse ou les résidus provenant du curage de l’aire de crémation. On retiendra notamment des cas tout à fait exceptionnels et particulièrement riches en enseignements où il a été possible d’établir la complémentarité entre ces divers « compartiments » (Bétheniville en Champagne-Ardennes, Mas des Abeilles en Languedoc). Le protocole des études anthropologiques est désormais bien codifié, de sorte que les résultats peuvent faire l’objet de comparaisons utiles : masse totale des os brûlés, qui montre des variations absolument considérables, taux de fragmentation, représentation relative des différentes régions anatomiques (globale et par niveau de démontage).

15Les sépultures doubles (deux sujets attestés et représentés l’un et l’autre de manière suffisamment complète pour que l’on puisse écarter l’hypothèse d’une « erreur » de collecte sur une aire où auraient été pratiquées plusieurs crémations consécutives) posent des questions essentielles sur la chronologie relative des dépôts, des crémations et des décès, et aussi sur l’identité (âge, sexe) des sujets dont les restes se trouvent mêlés dans la tombe (l’association adulte-enfant paraît être la plus fréquente, un cas de regroupement femme-enfant est signalé en Basse-Normandie).

16On retiendra par ailleurs le recours de plus en plus fréquent aux datations absolues, notamment lorsque les sépultures sont dépourvues de mobilier d’accompagnement (résultats répétitifs obtenus notamment en Alsace pour diverses tombes qui peuvent désormais être situées dans la période 400-200 BC). Il devient ainsi possible de mieux comprendre la dynamique interne du développement de grand ensembles, par exemple à Münsingen-Rain où le noyau le plus récent semble être composé de tombes sans matériel, à l’extrémité sud de la nécropole.

17Nous avons évoqué précédemment les données de l’Anthropologie biologique. Certaines affirmations (fréquence élevée des traumatismes dans certaines séries de Champagne-Ardennes, signification de certains caractères discrets) devront être confortées par la comparaison avec d’autres régions. Les données que fournit le dosage des isotopes stables du carbone et de l’azote sont eux aussi trop partiels pour que l’on puisse traiter la question de l’alimentation à grande échelle, mais les perspectives qu’ouvrent les études présentées par Andrew Fitzpatrick sont tout à fait séduisantes et prometteuses.

18Le dernier point que nous aborderons est celui du « recrutement » des ensembles funéraires. Bien sûr, la portée des interprétations dépend largement du caractère exhaustif ou partiel de la fouille, car dans ce dernier cas, il devient impossible de savoir si une éventuelle spécialisation en fonction de critères d’âge au décès (adultes vs. immatures) ou de sexe est propre à un secteur de la nécropole ou si elle caractérise l’ensemble de celle-ci (et si elle vaut pour toute la durée de son utilisation). D’une manière très générale, on retrouve une sous- représentation massive des immatures conforme à ce que Bernanrd Dedet a fort bien décrit pour le Midi méditerranéen, mais il existe des exceptions notables, notamment Sainte-Barbe à Marseille où les influences grecques se concrétisent pas l’abondance des enchytrismoi.

19Les analyses ne remplaceront jamais les observations de terrain produites par l’archéologie funéraire, cette discipline bien établie et que l’explosion récente de l’archéologie préventive contribue à enrichir et développer. Nous entrons en fait dans une nouvelle « ère » pour nos analyses, liée à un changement d’échelle (induit notamment par la taille des fouilles), et à la relation dès lors envisageable entre le(s) secteur(s) funéraire(s) et le(s) habitat(s), générant ainsi de nouveaux modèles explicatifs.

20Des vingt-deux contributions (y compris les sept posters) publiées dans les actes du thème spécialisé du colloque de Caen 2009 (trois communications et quatre posters présentés n’y figurent pas), la moitié nord de la France est la mieux dotée avec onze contributions, le « Centre » en compte deux et le Sud six, auxquelles s’ajoutent quatre articles consacrés à l’Angleterre, la Suisse et la République tchèque. Encore faudra-t-il, à l’avenir, transcender ces fenêtres régionales et autres « terroirs » administratifs pour accéder à une confrontation des observations sur une plus large échelle, visant à définir les caractéristiques des différentes populations, aux traditions différentes face à la mort, pour accéder dès la fin de la période de La Tène aux questions historiques et ethnographiques, grâce aux noms que l’on va pouvoir donner à certains peuples à l’aube de l’époque romaine.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search