Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Volume II. Gestes funéraires en Gaule au Second Âge du fer

Pratiques funéraires des nécropoles laténiennes en Bohême et en Moravie, République tchèque

Pavel Sankot

Résumé

En Bohême, dans la partie occidentale de la République tchèque, la recherche existante soulignait jusqu’ici l’importance du rite funéraire traditionnel d’incinération dans les sépultures tumulaires et les sépultures plates plus modestes au début de la civilisation laténienne au Ve siècle av. J.-C. La recherche actuelle « complique » nettement ce schéma suite à la découverte des premières tombes à inhumation, qui diffèrent considérablement des tombes plates à inhumation des IVe– IIIe siècles av. J.-C. La constance de ces dernières, de l’absence de céramique, d’inhumations dont la tête est orientée vers le nord, du manque d’attributs professionnels des défunts, et l’importance des insignes de leur statut survit en Bohême malgré certaines modifications reflétant une dynamique du développement social pendant le IIIe siècle ainsi que des contacts interrégionaux vraisemblables jusqu’à la période de l’avènement de la civilisation des oppida à la charnière du quatrième et troisième quart du IIe siècle av. J.-C. Ces contacts interrégionaux visibles dans certains éléments de la culture matérielle et spirituelle, et plus concrètement dans le domaine du rite funéraire (incinération, déposition de céramique, d’ossements animaux et éventuellement des instruments) sont perceptibles dans les sépultures en Moravie, c’est-à-dire à l’est de la Bohême. Ils constituent ainsi un pont entre la Bohême et les régions du soi-disant bassin carpatique.

De même, en Bohême et en Moravie, le mode du rite funéraire nous échappe totalement depuis la seconde moitié du IIe siècle avant J.-C. jusqu’au Ier siècle av. J.-C. du fait d’une modification profonde, liée à l’avènement de la civilisation des oppida.

Texte intégral

1. Introduction

1La question des pratiques funéraires en Bohême au cours des IVe – IIIe siècles av. J.-C. a été abordée de manière détaillée à l’occasion d’un récent colloque (Sankot 2007b). La présente contribution permet d’élargir le champ de cette problématique tant du point de vue chronologique en abordant la période de formation de la civilisation laténienne au cours du Ve siècle av. J.-C., que du point de vue spatial en élargissant la réflexion à la Moravie qui correspond à la partie orientale de la République tchèque.

2La Bohême, située dans la partie occidentale du pays, est limitée par des frontières naturelles. Elle est bordée au sud par l’Autriche, au sud-ouest par la Bavière, au nord-ouest par la Saxe et au nord par la Silésie. La Moravie, située à l’est, s’ouvre sur les régions danubiennes qui influencent nettement l’occupation laténienne de ce secteur.

2. Les nécropoles de la période de la formation de la civilisation laténienne au cours du Ve siècle av. j.-c.

3L’occupation du Ve siècle av. J.-C. en Bohême se caractérise par de fortes disparités culturelles qui se traduisent par la coexistence de nombreux groupes régionaux. La partie centrale et nord occidentale correspond au déclin de la civilisation de Bylany. Au sud et à l’ouest du pays, on rencontre la civilisation hallstattienne qui se distingue par l’utilisation de nécropoles tumulaires. Au nord-est se trouve la civilisation dite de Silésie-Plátěnice et au nord-ouest celle de Billendorf (Venclová et al. 2008, p. 45, fig. 9). La Moravie n’est guère plus homogène avec la civilisation de Horákov au sud-ouest et celle de Plátěnice à l’est et au nord-est du pays (Podborský et al. 1993, p. 337).

4Jusqu’à récemment, on considérait que cette période distinguait deux séries de sépultures : les tombes riches sous tumulus le plus souvent à incinération et les tombes plates plus modestes à incinération exclusive. La recherche actuelle permet de nuancer et d’enrichir ce schéma, grâce à l’étude du mobilier des tombes dites « aristocratiques », des tombes de l’élite militaire et à la mise en évidence de différents niveaux dans l’équipement des tombes considérés comme « pauvres » dans les nécropoles de tombes plates à incinération (Sankot 1999). De plus de nouvelles découvertes attestent de la présence, dès le Ve siècle, de tombes plates à inhumation et de nouveautés architecturales telles que les enclos quadrangulaires.

2.1. Les sépultures aristocratiques

5Les tombes à incinération sous tumulus correspondent à des sépultures aristocratiques qui reflètent l’influence de modèles sociaux méditerranéens. Les restes incinérés se trouvent au centre de la tombe accompagnés de chenets en fer, d’un grand couteau, de pièces de harnachement, de nombreux récipients en céramiques ou de vases métalliques liés aux pratiques rituelles. Les importations méditerranéennes y sont fréquentes alors que les armes apparaissent très rarement. On peut rapprocher ce type de sépultures des tombes à char connues jusqu’à la fin de la période laténienne dans plusieurs régions d’Europe (Sankot 2007a).

2.2. Les tombes de guerriers

6Contrairement aux tombes aristocratiques qui se répartissent sur l’ensemble de la Bohême (Chytráček 1995), les tombes à armes se trouvent uniquement le long des voies de communication qui relient la Bohême avec l’Allemagne à partir du sud-ouest et l’Autriche puis l’Italie à partir du sud et vers le nord-ouest en direction de la Porta bohemica et la Saxe et au nord-est vers la Silésie puis la Baltique. Ce groupe de sépultures semble signaler une activité professionnelle bien précise de guerriers qui contrôlent les axes de communications et les voies commerciales. Cette interprétation s’appuie sur l’uniformité de leur équipement et sur le partage d’une même idéologie qui se manifeste par les pratiques de destruction intentionnelle du mobilier. À l’exception de ces sépultures de guerrier, ces destructions rituelles s’avèrent très rares en Europe centrale à l’époque. À l’inverse des sépultures aristocratiques sous tumulus, les importations méditerranéennes font ici totalement défaut (Sankot 2003, Sankot 2007a).

2.3. Un cas particulier : la sépulture de Chlum

7La tombe sous tumulus de Chlum est un ensemble mixte, à la charnière des deux groupes précédents. Outre la combinaison standard de céramiques locales, elle associe une oenochoé en bronze de type Schnabelkanne à une paire de bassin en bronze, assemblage typique des régions entre Saar et Rhin. La fibule, munie d’une plaquette en or du type de Weisskirchen, distingue plutôt les tombes aristocratiques de l’élite militaire en Rhénanie. L’armement en fer est déposé sans déformation rituelle. Il se compose d’une épée, d’une paire de javelots, de deux pointes de flèche et d’une ferrure cylindrique interprétée comme un renfort de carquois. Une hache massive en fer de 22 cm de longueur permet d’évoquer les tombes aristocratiques de type Hochdorf qui se répartissent en France, en Allemagne et en Autriche. On peut également y trouver des points métalliques : flèches et carquois. Ces éléments ne sont vraisemblablement pas des armes mais peuvent être interprétés, d’après les figurations de l’art des situles, comme des instruments rituels utilisés lors des sacrifices animaux. Si l’on suit ces interprétations, l’individu de Chlum concentrerait à la fois des pouvoirs militaires et spirituels (Sankot 2003, 51).

2.4. Les tombes plates à incinération.

8La majorité de la population était ensevelie dans des tombes plates à incinération. Les restes de l’individu, mêlés de charbons de bois, sont généralement déposés dans une urne mais peuvent aussi se trouver en pleine terre, dans une simple fosse. D’un diamètre compris entre 30 et 50 cm, ces structures modestes sont plus difficiles à repérer. Le plus souvent, le mobilier se compose d’un vase haut, bouteille ou amphore, et d’une forme basse de type écuelle. Les autres catégories de mobilier sont peu fréquentes. Il s’agit de perles en verre, de fragments de parures en bronze, de petits couteaux en fer, de lances ou de javelots et enfin d’anneaux en fer. Les restes de faune sont rarement identifiés (Sankot 2006, 149). Ces tombes plates à incinérations semblent réservées aux plus pauvres. Cependant il existe des exceptions comme la sépulture XIII de Hořín qui associe une paire de bassins étrusques décorés (Čermák 1900- 1901, p. 520) ou les sépultures qui livrent un équipement de fabrication locale d’un niveau élevé (Sankot 1994).

2.5. Le développement de l’inhumation

9L’apparition des premières inhumations dès le Ve siècle, hypothèse initialement formulée à partir de données peu assurées (Drda et Rybová 1995, p. 36), a été confirmée par l’analyse de la nécropole de Manětín-Hrádek, district de Plzeň-nord (Soudská 1994, p. 15). L’inhumation y apparaît en effet au cours de la dernière phase d’occupation (phase V) qui correspond à La Tène A2. Cette datation du phénomène se trouve maintenant confirmée par les recherches récentes menées sur plusieurs nécropoles de Bohême centrale. Parmi ces inhumations anciennes, récemment mises en évidence, il convient de signaler la tombe 2254 de Tišice. L’individu est déposé en position repliée avec la tête au sud-ouest. Il est équipé de pièces métalliques de ceinturon, d’un instrument en fer peu courant et d’exceptionnelles garnitures de fer d’une pièce de bois. Il s’agit d’un mobilier tout à fait original pour la Bohême que l’on trouve volontiers plus au sud et au sud-est, en Autriche, de part et d’autre des Alpes orientales (Foster et Sankot 2004).

10Les inhumations de la nécropole de Kněževes près de Prague sont également très originales. Les défunts sont déposés en décubitus dorsal, la tête vers le sud. Les fosses sont aménagées à l’aide de blocs de pierre (Smejtek 2003, p. 174, fig. 8) et le mobilier se compose d’éléments métalliques en fer et en bronze, mais aussi de céramiques.

2.6. Les enclos

11Les enclos funéraires délimités par des fossés ont pu être mis en évidence récemment grâce au développement de la prospection aérienne. Il s’agit soit d’enclos circulaires de tradition hallstattienne (Sofaer et Turek 2004), soit d’enclos quadrangulaires. Ces structures peuvent être comparées aux sépultures privilégiées d’Europe occidentale de la fin de la période hallstattienne ou du début de La Tène dans lesquelles l’inhumation se trouve au centre d’un monument de type heroon (Brnič et Sankot 2005, Milcent 2005).

12L’ironie veut que pour le Ve siècle av. J.-C., malgré des pratiques destructives de l’incinération et du traitement d’une partie du mobilier métallique, on dispose de davantage d’indices permettant de restituer les aspects sociaux que dans les tombes plates à inhumation des IVe et IIIe siècles qui bénéficient pourtant de meilleures conditions de conservation. Ces dernières semblent en effet nettement plus stéréotypées. Le mobilier d’accompagnement signale uniquement des distinctions statutaires et ne permet pas de détailler les différentes fonctions professionnelles des défunts.

3. Nécropoles de tombes plates à inhumation des ive-iiie siècle av. j.-c.

13Les ensembles des IVe et IIIe siècles se distinguent très nettement de ceux des époques précédentes tant du point de vue du matériel déposé, des pratiques funéraires qu’au niveau de la composition sociale des nécropoles (Sankot 2007b).

3.1. Localisation et organisation des nécropoles

14Contrairement à la période précédente où les nécropoles se répartissent sur l’ensemble du pays, les quelques 600 nécropoles identifiées pour les IVe et IIIe siècles en Bohême se concentrent dans la partie nord du pays. En Moravie, on en recense environ 150 concentrées dans la partie méridionale du pays. Dans ces deux zones, elles se trouvent habituellement sur des hauteurs qui dominent les terrains environnants, bien que leur altitude n’excède jamais les 350 m.

15Pour la Bohême, on dispose de davantage de précisions. On peut ainsi remarquer que les nécropoles sont implantées à une distance de 200 à 300 m des cours d’eau, le long desquels on localise volontiers les habitats correspondants. Cette implantation le long des plaines qui disposent des sols de meilleure qualité et des conditions climatiques optimales trahit le caractère éminemment agricole des populations concernées. Des préoccupations d’ordre sanitaire peuvent avoir joué un rôle dans le choix de l’emplacement des sites funéraires, à l’écart des habitats et en dehors des zones inondables.

16Bien que l’on connaisse un petit nombre de sites de moins de 10 sépultures, la plupart des nécropoles contiennent de 20 à 50 sépultures. Certaines présentent des effectifs plus importants qui vont de 70 à 135 individus. Les données anthropologiques font largement défaut car la majorité des sites a été explorée avant la Première guerre mondiale (Waldhauser 1999, p. 12-13). Les effectifs des nécropoles dépendent en grande partie de leur durée d’occupation et du type d’habitat qui leur est associé. L’unité de base pour la période correspond à un habitat dispersé de type ferme. Les sépultures masculines pourvues d’une panoplie de guerrier et les sépultures de femmes adultes dotées de parures complètes correspondent à l’élite dirigeante de ces petites unités. Elles représentent à peu près la moitié des sépultures connues. Le reste de la population des fermes, qui rassemble sans doute une importante main-d’œuvre subordonnée, paraît nettement sous-représentée. On remarque par ailleurs un très net déficit des sépultures d’enfant, phénomène déjà maintes fois signalé.

17On remarque par ailleurs la présence de quelques tombes isolées. Leur exclusion des nécropoles peut obéir à des prescriptions d’ordre rituel.

3.2. La structure sociale et l’équipement des tombes

18Les sépultures à armes présentent un équipement uniforme. À partir du Ve siècle av. J.-C., la panoplie se compose d’une épée, d’une lance, d’un bouclier et d’un ceinturon. Dès le début des nécropoles à tombes plates, on observe cependant plusieurs changements importants. Les ceinturons à agrafe en fer et les grands couteaux, caractéristiques de l’époque antérieure, n’apparaissent plus. La déformation rituelle des pièces d’armement qui précède leur dépôt dans la sépulture, n’est plus pratiquée. Par ailleurs l’armement, plus fréquent, n’est plus réservé à une élite restreinte. Ainsi, dans certaines nécropoles, le taux de sépultures de guerrier peut atteindre 20 % du total. Habituellement, l’épée et la lance sont déposées le long du côté droit de l’individu.

19Le costume et la parure des femmes adultes les mieux dotées se composent de torques, brassards, bracelets et anneaux de cheville en bronze, d’une ceinture en matière organique et plus tard métallique, complétés parfois de bracelets en lignite ou en fer. Ces types de parures trouvent de bonnes concordances avec le secteur du Haut-Rhin et ses alentours.

20En contradiction avec les avis sceptiques qui insistent sur le rôle prépondérant des pratiques funéraires dans la composition des assemblages (Jud 1998, p. 142), nos analyses de la structure des équipements funéraires révèlent de nombreuses régularités. En effet, le contenu des sépultures, les types de parure et leur position qui trahissent la composition d’un costume permettent de définir des groupes d’individus selon des critères biologiques d’âge et de sexe mais aussi d’identifier des groupes sociaux.

21La mise en évidence et le décryptage des pratiques rituelles constituent l’un des axes majeurs de la recherche actuelle. On peut ainsi reconnaitre les différentes interventions pratiquées sur le mobilier. On constate notamment le dépôt en position non-fonctionnelle de certaines parties du costume. Ces éléments traités rituellement finissent par intégrer le dépôt ce qui trahit la permanence des conventions dans le choix du mobilier funéraire.

22Les relations familiales ou sociales apparaissent parfois notamment dans le cas des sépultures doubles, phénomène surtout attesté en Moravie (Meduna 1960). Parfois une incinération est déposée à coté de l’inhumation ou au dessus de celle-ci. Dans d’autres cas les deux individus sont inhumés, côte-à-côte ou l’un au dessus de l’autre. On remarque alors que les tombes les plus richement dotées, de parures féminines ou d’équipement guerrier, se trouvent en bas tandis que les plus pauvres sont aménagées au-dessus.

3.3. Les pratiques funéraires

23Les inhumations sont déposées dans une fosse rectangulaire aux parois verticales et à fond plat. Ces fosses mesurent en moyenne 220 cm de longueur, 80 cm de largeur pour une profondeur de 150 cm. Elles paraissent relativement exiguë en comparaison des larges fosses des régions danubiennes qui ménagent un espace supplémentaire destiné à accueillir le dépôt de céramique situé le long du corps ou aux pieds du défunt.

24L’absence de recoupement entre fosses suggère un marquage de surface des sépultures dont aucune trace ne subsiste. Il peut s’agir d’une simple levée de terre, mais aussi d’aménagements en bois tels que des stèles ou des poteaux installés dans le remplissage de la fosse.

25L’apport de blocs de pierre dans les sépultures peut s’expliquer de plusieurs manières. En se basant sur leur présence aléatoire et leur localisation dans des tombes situées à la périphérie des nécropoles, L. Pauli propose une interprétation rituelle du phénomène (Pauli 1975, p. 179). Ces blocs seraient alors destinés à conjurer la présence de morts dangereux. A l’opposé de cette lecture, l’organisation linéaire des pierres le long des parois suggère une hypothèse plus prosaïque. Il s’agirait ici de simples éléments de calage d’un coffrage en bois.

26Les fouilles récentes révèlent l’importance de l’utilisation du bois dans l’aménagement des fosses. Les traces repérées permettent de restituer des planches qui habillent les parois ou le fond de la tombe, mais aussi dans certains cas de cercueils monoxyles. Sur la nécropole de Radovesice, les traces de cercueils ont pu être mises en évidence dans près de la moitié des sépultures (47 %).

27La fouille de Kutná Hora-Karlov a révélé la présence d’éléments en d’autres matériaux organiques situés sous le corps du défunt ou uniquement sous sa tête. A Radovesice, l’identification de restes de tissus montre qu’ils ne se limitent pas au costume du défunt mais sont aussi utilisés pour emballer une partie du mobilier et servent vraisemblablement de linceul.

28Les inhumations sont majoritairement déposées en décubitus dorsal les bras le long du corps. Les différences observées dans la position des membres peuvent s’expliquer soit par l’état sanitaire de l’individu, soit par de simples considérations pratiques liées aux modalités de dépôt du corps dans la fosse.

29Lorsque l’individu adopte une position inhabituelle, que le mobilier est rare, et éventuellement déformé, et que la sépulture se trouve à l’écart du centre de la nécropole, L. Pauli propose une interprétation sociale de ces anomalies.

30L’orientation de l’individu tête au nord est largement prédominante et constitue la norme. Lorsque l’on constate des écarts d´orientation, plusieurs explications sont envisageables. On peut évoquer notamment, la saison de l’inhumation, des contraintes sociales ou encore les circonstances atypiques du décès. Parmi les orientations divergentes, le cas le plus fréquent est le dépôt tête à l’ouest, comme en Champagne. En Moravie voisine, la position opposée, tête à l’est apparaît dans près de 80 % des sépultures de guerrier, cas surtout fréquent dans la Bade-Wurtemberg.

31Contrairement au bassin des Carpates, le dépôt d’ustensiles et d’outils, de couteaux, de pierres à aiguiser et de faune (porc et chevreuil) est particulièrement rare en Bohême. Il n’est attesté que dans la partie orientale du pays.

32De même, c’est à l’est de la Bohême dans le voisinage du territoire morave, que commence à apparaître, au cours La Tène B, le dépôt de céramique (Waldhauser 1987, Abb. 9). Pendant La Tène C, il se cantonne au nord-ouest du pays.

33Comme en Bohême, les nécropoles de tombes plates à inhumation se développent à partir de la première moitié du IVe siècle av. J.-C. en Moravie (Čižmář 1993, p. 387). La culture matérielle et les pratiques funéraires reflètent de nombreuses influences des régions voisines, Bohême et Silésie, mais aussi du bassin des Carpates et des Balkans. Par exemple, dès La Tène B1, on retrouve des perles et des types de fibules attestés sur les bords de l’Adriatique. A partir de La Tène B2, les influences danubiennes et balkaniques sont nettement plus marquées (Čižmář 1993, p. 388). Elles atteignent la Bohême où elles se manifestent par l’adoption de nouvelles techniques de fabrication et de production mais aussi par la diffusion de nouvelles pratiques comme l’incinération et le dépôt de céramique dans les tombes.

34Contrairement au vaste secteur qui englobe Autriche, Slovaquie et Hongrie, où un grand nombre de vases (5 à 6 récipients par sépulture) est déposé dans une vaste fosse prévue à cet effet, en Moravie, le nombre de vases ne dépasse jamais deux individus (Čižmář 1993, p. 394). Ici donc, « la déposition de la céramique plus limitée est plus proche du rite funéraire de Bohême » (Meduna 1961, p. 279).

35Contrairement à la supposition d’un passage inévitable de l’inhumation à l’incinération (Filip 1956, p. 302), l’inhumation demeure une pratique exclusive dans le nord de la Bohême de La Tène B1 à La Tène C1. En fait, elle perdure jusqu’à la fin de la période d’utilisation des nécropoles à tombes plates qui sont abandonnées dans le premier quart du IIe siècle av. J.-C. D’après le type d’objet qui s’y trouvent et leurs autres composantes, les sépultures à incinérations semblent d’origine exogène.

36En Moravie, l’incinération apparaît dès La Tène B1. Au cours de La Tène B, les restes incinérés sont déposés dans une urne recouverte d’une écuelle. Au cours de La Tène C1, restes humains et offrandes sont le plus souvent déposés dans une simple fosse ronde ou ovale (Čižmář 1993, p. 393). Malgré l’augmentation de la fréquence des incinérations, en Moravie également, l’inhumation perdure jusqu’à la fin de la période d’occupation des nécropoles à tombes plates.

37Avec le développement des oppida à partir de La Tène C2, s’opère un changement radical des pratiques funéraires. Il se traduit par la disparition des sépultures sur l’ensemble de la Bohême et de la Moravie. Il faut supposer ici une forte impulsion d’origine étrangère similaire à celle observée au début du IVe siècle.

4. Conclusion

38Une première rupture apparaît dès La Tène B1, au début du IVe siècle. Elle se matérialise par de nouvelles composantes de la culture matérielle et surtout par l’adoption d’un nouveau rituel : l’inhumation semblable des régions du Haut-Rhin. Dans ces régions rhénanes, ces éléments y sont documentés dès le Ve siècle, à la fin de La Tène A (Sankot 2002a, p. 93-94). Il serait le fait d’une nouvelle élite (Gojda 2002, p. 44) qui impose à la population locale, au delà de la culture matérielle, un nouveau modèle de société et l’idéologie qui l’accompagne.

39Le nouveau complexe de nécropoles à tombes plates des IVe-IIIe siècles av. J.-C. apparaît très standardisé. Il s’agit toujours d’inhumations dans lesquelles la céramique est absente. Les observations récentes sur les pratiques rituelles soulignent le respect général des conventions.

40En ce qui concerne la culture matérielle, le mobilier de La Tène B est de provenance locale et s’inscrit dans la mouvance de la première phase du style dit plastique (Sankot 2002b, p. 334). A partir du IIIe siècle av. J.-C., on perçoit une forte influence danubienne qui passe par la Moravie. La seconde phase du style plastique se traduit par la diffusion de nouvelles technologies en provenance du bassin des Carpates et des Balkans. Elles permettent une hausse générale de la production qui atteint un stade quasi industriel, phénomène qui suppose d’importants changements sociaux (Sankot 2007b, Sankot 2007c). Les tombes de l’élite, vraisemblablement rurale, se dotent alors de mobilier plus somptueux. L’inhumation se maintient de manière conservatrice.

41Le dépôt de céramique qui apparaît en Bohême dans quelques nécropoles orientales semble provenir de Moravie. Il se limite à quelques sites et à des tombes dont l’équipement diffère de la norme. Il ne s’agit donc ni d’un geste anodin ni d’une simple mode individuelle. Ce phénomène manifeste sans doute l’expression de l’identité d’un groupe de population laténienne bien précis. Comme le soulignent le rite de l’incinération et le caractère exotique de l’équipement de ces tombes qui doivent exprimer aussi l’identité de son porteur.

42L’adoption d’éléments de culture matérielle et de pratiques rituelles exogènes telles que l’incinération, le dépôt de céramique, de faune ou d’ustensiles divers est nettement plus marquée dans les nécropoles de Moravie, région intermédiaire entre la Bohême et les Carpates.

43Dans l’ensemble de la zone d’étude, on observe un changement majeur à partir du 3ème quart du IIe siècle av. J.-C.. Les pratiques funéraires ne laissent plus aucune trace tangible jusqu’au Ier siècle av. J.-C.. Toute cette période correspond au développement de la civilisation des oppida qui n’est sans doute pas étranger au phénomène observé.

Bibliographie

Bibliographie

Brnič Ž., SANKOT P., 2005, Časně laténský pohřební areál s "enclos quadrangulaire" v Černoučku, okr. Litoměřice - La nécropole avec l´enclos quadrangulaire du début de La Tène de Černouček, district de Litoměřice, Bohême nord-ouest, Památky archeologické, XCVI, p. 31-70.

Čermák B., 1900, Předhistorické pohřebiště u Hořína, Památky archeologické, XIX, p. 513-524.

Chytráček M., 1995, Élite burials in Bohemia from the 6th-5th century B.C. and the beginnings of a new art-style, in Villes A., Bataille-Melkona. dir, Fastes des Celtes entre Champagne et Bourgogne aux VIIe-IIIe siècles avant notre ère ; Actes du XIX colloque de l´AFEAF, Troyes, 199, Reims, Société archéologique champenoise, p. 359-377.

Čižmář M., 1993, Keltská okupace Moravy (doba laténská) - Keltische Landnahme Mährens (Die Latènezeit), in Podborský Vl. et al., Pravěké dějiny Moravy - Die Vorgeschichte Mährens, Brno, Muzejní a vlastivědná společnost, p. 380-423. 543 p.

Drda P., Rybová A., 1995, Les Celtes de Bohême, Paris, Éditions Errance, 192 p.

Filip J., 1956, Keltové ve střední Evropě – Die Kelten in Mitteleuropa, Praha, Československá akademie věd, 552 p. (Monumenta archaeologica, V).

Foster P., Sankot P., 2004, La tombe no. 2254 de Tišice, Bohême centrale et son contexte du Ve siècle a.C., in Milcent P.-Y. dir., L´économie du fer protohistorique : de la production à la consommation du métal, Actes du XXVIIIe Colloque de l´AFEAF, Toulouse, 2004, Fédération Aquitania, p. 417-422, (Aquitania Supplément, 14/2).

Gojda M., 2000, Archeologie krajiny. Vývoj archetypů kulturní krajiny, Praha, Academia, 238 p.

Jud P., 1998, Untersuchungen zur Struktur des Gräberfeldes von Münsingen-Rain, in Müller F. dir., Münsingen-Rain, ein Markstein der keltischen Archäologie, Bern, 1998, Verlag Bernisches Historisches Museum, p. 123-144, (Schriften des Bernisches Historisches Museums, Band 2).

Meduna J., 1960, K otázce dvojhrobů na moravských laténských pohřebištích – Zur Frage der Doppelgräber auf mährischen latènezeitlichen Gräberfeldern, Sborník Archeologického ústavu Brno, I, p. 55-60.

Meduna J., 1961, Postavení Moravy v rámci středoevropského laténu - Die Stellung Mährens im Rahmen der mitteleuropäischen La Tène-Kultur, Památky archeologické, LII, p. 275-281.

Milcent P.-Y., 2005, Černouček, une sépulture de guerrier décharné et sans armes, Památky archeologické, XCVI, p. 71-78.

Pauli L., 1975, Keltischer Volksgalube. Amulette und Sonderbestattungen am Dürrnberg bei Hallein und im eisenzeitlichen Mitteleuropa, München, C.H.Beck’sche Verlagsbuchhandlung, 235 p. (Münchener Beiträge zur Vor- und Frühgeschichte, Bd. 28).

Podborský Vl. et al., 1993, Pravěké dějiny Moravy - Die Vorgeschichte Mährens, Brno, Muzejní a vlastivědná společnost, 543 p.

Sankot P., 1994, Decorated La Tène single-edged knives in Bohemia. New aspects of early La Tène art, Památky archeologické, LXXXV, p. 35-58.

Sankot P., 1999, Eine neue Konservierungsmethode und ihre Problematik bei der Anwendung an Fundmaterial aus den Gräberfeldern des Typs Hořejany (Ha D/LT A), in Chytráček M., MICHÁLEK J., Schmotz K. dir., Archäologische Arbeitsgemeinschaft Ostbayern/Westund Südböhmen, 8. Treffen in Běšiny bei Klatovy 1998, Rahden, p. 68-83.

Sankot P., 2002a, Eisenzeitliches Kunsthandwerk als Spiegel von Fernkontakten, in LANG A., Salač Vl. dir., Fernkontakte in der Eisenzeit – Dálkové kontakty v době železné, Konferenz Liblice, 2000, Praha, Archäologisches Instituts der Akademie der Wissenschaften der Tschechischen Republik, p. 83-101.

Sankot P., 2002b, Zur Problematik des Kunsthandwerkes und der Werkstattbeziehungen in Böhmen während der Früh- bis Mittel latènezeit, in Dobiat Kl., Sievers S., Stöllner Th. dir., "Dürrnberg und Manching" – Wirtschaftsarchäologie im ostkeltischen Raum, Akten des internationalen Kolloquiums in Hallein/Bad Dürrnberg, 1998, Bonn, Habelt, p. 331-348 (Kolloquien zur Vor- und Frühgeschichte ; Bd. 7).

Sankot P., 2003, Les épées du début de La Tène en Bohême, Prague, National Museum, p. 113 (Fontes archaeologici pragenses, 28).

Sankot P., 2006, Le passage du Hallstatt final à La Tène ancienne en Bohême, in Vitali D. dir., Celtes et Gaulois, l´archéologie face à l´histoire. La Préhistoire des Celtes. Actes de la table ronde, Bologne, 2005, Glux-en-Glenne, p. 143-156 (Collection Bibracte, 12/2).

Sankot P., 2007a, Les déformations rituelles dans les tombes à incinération au début de La Tène en Bohême, in Kruta V., Leman-Delerive G. dir., Feux des morts, foyers des vivants. Les rites et symbols du feu dans les tombes de l´Ages du Fer et de l´époque romaine, Actes du XXVIIe Colloque international de HALMA, Lille, Université Lille 3, p. 157-167. (Revue du Nord, hors série, Collection Art et Archéologie, N° 11).

Sankot P., 2007b, Le rite funéraire de nécropoles laténiennes en Bohême, in Sirbu V., Luca S.A. dir., Funerary practices in Europe, before and after the Roman conquest (3rd century BC - 3rd century AD), Proceedings of the 8th International Colloquium of Funerary Archaeology, Sibiu, University of Sibiu, p. 111-120. (Acta terrae septemcastrensis, VI/1).

Sankot P., 2007c, Les IVe et IIIe s. av. J.-C. en Bohême, Europe centrale, in La Gaule dans son contexte européen aux IVe et IIIe s. av. n. è., Actes du XXVIIe colloque international de l’AFEAF (Clermont-Ferrand 2003), Lattes 2007, p. 309-317.

Smejtek L., 2003, Radiokarbonová data z Kněževsi u Prahy – Radiocarbon dates from Kněževes near Prague, in ŠMEJDA L., Vařeka P. dir., Sedmdesát neustupných let, Plzeň, Katedra archeologie, p. 165-178.

Sofaer J., Turek j., 2004, The excavation of funarely area at Uhy (distr. Kladno), in Gojda M. dir., Ancient landscape, settlement dynamics and non-destructive Archaeology, Praha, Academia, p. 286-305.

Soudská E., 1994, Die Anfänge der keltischen Zivilisation in Böhmen - Počátky keltské civilizace v Čechách, Prague, 220 p.

Venclová N. et al., 2008, Archeologie pravěkých Čech 6 - Doba halštatská, Praha, Archeologický ústav AV ČR, v.v.i., 173 p.

Waldhauser J., 1987, Keltische Gräberfelder in Böhmen, Bericht der Römisch-germanischen Kommission, Bd. 68, p. 25-179.

Waldhauser J., 1999, Jak se kopou keltské hroby, Praha, Nakladatelství Lidové noviny, 340 p.

Auteur

Conservateur d’archéologie en chef, Musée National, Václavské náměstí 68, 110 00 Prague 1, République tchèque, pavel_sankot@nm.cz

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search