Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Volume II. Gestes funéraires en Gaule au Second Âge du fer

Les pratiques funéraires dans la Province de Transalpine aux iie-Ier siècles av. j.-c

Valérie Bel, Sébastien Barberan et Nathalie Chardenon

Résumé

Les données issues des fouilles préventives à Nîmes ou à Lattes, confrontées aux recherches menées depuis une quarantaine d’années en Languedoc oriental et dans les Alpilles, permettent de restituer les principaux traits des usages funéraires au cours du siècle qui suit la Conquête de la Transalpine. Elles mettent en lumière des disparités régionales qui reflètent des réalités sociales et culturelles diverses et témoignent d’une romanisation tardive des pratiques funéraires.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Sur ces questions voir notamment : Barruol et Sauzade 1969 ; Py 1990, p. 713- 714 ; Fiches 1989 ; G (...)

1Dans le Midi de la Gaule, la fin du IIe et le Ier siècle av. J.-C., entre la Conquête et le Principat d’Auguste, est une période complexe où se mêlent des signes d’évolution et des témoignages de conservatisme et de stabilité. Parce qu’elle est l’expression de pratiques sociales, la documentation funéraire est largement sollicitée pour aborder la question de la romanisation, mesurer l’impact culturel des sociétés méditerranéennes sur les sociétés gauloises ou discuter de l’organisation sociale de ces dernières1. Ces réflexions s’appuient le plus souvent sur des aspects particuliers comme le mobilier, l’architecture, ou la répartition des tombes, sans que soit toujours bien perçu, faute de données suffisantes, le système funéraire dans lequel ils s’intègrent. Le renouvellement récent de la documentation grâce au développement de l’archéologie préventive, permet de caractériser les gestes et comportements funéraires de façon beaucoup plus précise qu’auparavant. Il semble alors possible d’appréhender l’évolution des pratiques funéraires de manière spécifique. Les tentatives de synthèses à l’échelle de la Transalpine demeurent cependant fragiles, notamment en raison de l’hétérogénéité de la documentation disponible.

1. Le corpus des tombes d’époque républicaine du Midi de la Gaule

2Afin d’évaluer les processus dans la durée, il a paru nécessaire de prendre en compte les données du IIe siècle. Pour l’ensemble de la période des IIe et Ier siècles av. n. è., le corpus disponible est relativement réduit - seulement 220 tombes environ - et surtout très inégalement réparti dans le temps et l’espace. Ainsi, la moitié des découvertes s’inscrit dans la fourchette -125/-25. Si l’on prend en compte les tombes à la chronologie plus lâche, le déséquilibre de l’information en faveur du Ier siècle av. n. è. apparaît plus nettement encore (fig. 1).

3La documentation utilisable est par ailleurs essentiellement concentrée dans la basse vallée du Rhône (fig. 2). Les trois principaux ensembles documentaires sont issus des Alpilles, du Languedoc rhodanien et de Nîmes. Il n’existe que très peu de mentions en dehors de cette aire géographique. Pour la période des IIe et Ier siècles av. J.-C., le corpus le plus important numérique- ment est celui du Languedoc oriental (134 sépultures dont 50 issues de la commune de Nîmes). Dans cet ensemble, on attribue à la période républicaine 58 tombes dans la région des Alpilles, 23 à Nîmes, 23 dans le Beaucairois et le secteur rhodanien languedocien, 6 dans le reste du Languedoc oriental. À l’ouest de l’Hérault, les découvertes sont rares et assez mal documentées. Le poids de Nîmes dans cette documentation pourrait être lié, en partie au moins, à la multiplication des opérations d’archéologie préventive dans la périphérie sud de l’agglomération nîmoise. L’attribution de ces disparités géographiques à l’activité archéologique apparaît toutefois de moins en moins convaincante, dans la mesure où les interventions préventives concernent l’ensemble des secteurs de plaine actuellement urbanisés. Le phénomène reflète donc une réalité historique. Comme on le verra, il est probable que les vides de la carte témoignent de l’existence de pratiques funéraires ne laissant aucune trace perceptible par l’archéologie.

Fig. 1 : diagramme cumulatif du nombre de tombes par tranche chronologique de 50 ans dans le Midi de la Gaule.

Fig. 2 : carte de localisation des tombes et espaces funéraires de Gaule Transalpine.

4Enfin, l’approche des pratiques funéraires souffre du caractère hétérogène d’un corpus en grande partie constitué de fouilles anciennes et de découvertes fortuites. Néanmoins, les recherches menées depuis les années 1970 dans la région des Alpilles (Arcelin et Arcelin 1979 ; Arcelin 1980 ; Arcelin 1999 ; Marcadal et al. 2003 ; Royet et Verdin 2000, Verdin 2000), ainsi qu’en rive droite du Rhône, à Beaucaire (Dedet et al. 1974 ; Garmy et al. 1981), Aramon (Genty et Feugère 1995) ou Nîmes (Feugère et al. 1995), livrent des informations précises sur quelques ensembles funéraires. Plus récemment, à Nîmes et à Lattes, l’étude détaillée de nouvelles sépultures (une trentaine), dans le cadre de fouilles préventives, a permis de réexaminer la documentation disponible à l’aune des nouvelles problématiques de l’archéologie funéraire (Bel et al. 2008). C’est en grande partie sur ces dernières recherches que s’appuie la présente synthèse.

2. Implantation, organisation et recrutement des espaces funéraires

5Dans le Midi de la Gaule, la période républicaine est caractérisée par l’émiettement et la dispersion des espaces dévolus aux morts (Bel et al. 2008, p. 358-369). Relevée depuis longtemps par les chercheurs étudiant la région nîmoise (Fiches 1989, p. 218- 222 ; Py 1990, p. 763), l’existence de tombes isolées ou de petits groupes dispersés semble attestée dans tous les secteurs étudiés. C’est ce que suggèrent par exemple les découvertes de Fabrègues (Vial 2003, p. 178-179), de la Céreirède à Lattes (Bel et Conche 2003, p. 224-226 et dans ce volume) ou encore, en rive gauche du Rhône, celles de Servanes à Mouriès (Marcadal et Féménias 2001), de Saint-Pierre-de-Vence à Eyguières (Verdin 2000, p. 189), des Tremaïe aux Baux-de-Provence (Arcelin et Arcelin 1979) ou du Vallon du Fou à Martigues (Duval et al. 2005). Ces implantations sont parfois localisées dans l’environnement immédiat d’une agglomération (à Nages, Nîmes, Beaucaire, Aramon, Mouriès, Les Baux-de-Provence…), très souvent dans un rayon de 2 à 3 km (Nîmes, Lattes, Beaucaire, Saint-Rémy-de-Provence…), plus rarement à l’écart de tout habitat reconnu, comme la tombe de Saint-Laurent-des-Arbres (Barruol et Sauzade 1969).

6Les tombes dispersées pour lesquelles on dispose d’éléments de datation assez précis appartiennent pour la plupart au Ier siècle av. n. è. Néanmoins, plusieurs exemples, comme celui de la Céreirède à Lattes (tombes du VIe au Ier siècles av. n. è.), ceux de Préville à Uzès (IIIe-IIe siècles) (Provost et al. 1999, p. 721- 722), de la Gare à Nages (-150/-125 ; Py 1980), de Lafoux à Sernhac (-175/-150 ; Py 1983) et surtout, à Nîmes, une série de 8 tombes datées entre 225 et 125 av. J.-C. (Bel et al. 2008, p. 355), font penser que le phénomène existe avant la Conquête, au moins sur le territoire des Volques Arécomiques.

7En Languedoc oriental non rhodanien, où aucune nécropole n’est attestée à ce jour, il semble que ce soit le mode d’implantation habituel pour ceux qui bénéficient de pratiques funéraires perceptibles par l’archéologie. Dans bien des cas cependant, les conditions de découvertes (trouvailles fortuites parfois anciennes) ne permettent pas de se prononcer avec certitude sur l’isolement réel des sépultures. En revanche, le dossier nîmois bénéficie d’une dizaine d’observations récentes, dont plusieurs effectuées au sein de vastes décapages, qui montrent que l’on a bien affaire à des tombes isolées (par exemple, la tombe du Mas Vigier : Barberan et al. à paraître) ou à des ensembles regroupant moins de 8 tombes (Bel et al. 2008, p. 358-372). Ces espaces funéraires sont implantés à distance de l’agglomération (fig. 3) : les plus nombreux (dont certains antérieurs à -125) sont situés entre 1 et 3 km de l’oppidum (Bel et al. 2005, p. 27-29 ; Séjalon et al. 2009, p. 173- 175).

Fig. 3 : carte des tombes des IIe et Ier siècles av. J.-C. à Nîmes (DAO V. Lelièvre, V. Bel, Inrap).

8Les tombes les plus proches sont situées à environ 400 m du tracé supposé de l’enceinte préromaine et à environ 200 m du quartier artisanal et des habitats suburbains qui se développent à partir du début du Ier siècle av. J.-C. (Monteil 1999, p. 333 ; Pomarèdes et al. à paraître). Leur dispersion ne s’accorde pas avec l’hypothèse d’une nécropole périurbaine, bien que l’existence d’un regroupement plus important dans les secteurs urbanisés à partir de l’époque augustéenne ne soit pas totalement exclue. Ces tombes périurbaines ne se distinguent en rien des sépultures plus éloignées : elles témoignent de pratiques funéraires homogènes et le dépôt d’armes y est très comparable (Bel et al. 2008, p. 365). On observe néanmoins que les tombes les mieux dotées sont situées dans la campagne.

9Les données nîmoises offrent donc l’image d’un éclatement des lieux funéraires établis systématiquement le long des voies, le plus souvent au sein des terroirs cultivés, mais à l’écart des rares habitats ruraux contemporains (Bel et al. 2008, p. 367 ; Séjalon et al. 2009, p. 176). Le lien avec les voies n’est pas propre à Nîmes. Il est bien attesté à Lattes, sur le site de la Céreirède, ainsi qu’à Aramon (Genty et Feugère 1995, p. 170). À Beaucaire, les sites des Marronniers et du Mas de Jallon sont localisés à proximité de la voie Domitienne et celui du Sizen, le long de la route de la vallée du Gardon (Fiches 1989, p. 214-216 et 222). En rive gauche du Rhône, les tombes de Servanes et du Cagalou à Mouriès sont installées le long de deux chemins, à proximité d’un carrefour (Marcadal et al. 2003, p. 253). La présence d’un chemin semble avoir déterminé l’implantation des sépultures à la Catalane aux Baux-de-Provence (Arcelin et Arcelin 1973, p. 95), ou celles de Saint-Pierre-de-Vence à Eyguières (Arcelin et Arcelin 1977-1978, p. 73-75). À Saint-Rémy-de-Provence, plusieurs sépultures sont localisées le long de la voie Domitienne (Arcelin et Arcelin 1975, p. 68).

10Rares sont les tombes retrouvées à proximité d’un établissement rural d’époque républicaine, comme celle du Mas de Jallon à Beaucaire (Fiches 1989, p. 222). À Nîmes et à Aramon (tombe de la Grande Palun ; Genty et Feugère, 1995, p. 146), les sépultures apparaissent plutôt en position intermédiaire entre l’agglomération et l’habitat rural.

11Dans les Alpilles et le secteur rhodanien, les tombes isolées coexistent avec des nécropoles comme à Aramon où un ensemble d’au moins 12 tombes a été partiellement fouillé près de l’agglomération antique (Genty et Feugère 1995). Au pied de l’oppidum de Mouriès, on connaît à la fois une sépulture apparemment isolée, Servanes 4, un petit groupe établi à 50 m d’un habitat, Servanes 3, et un ensemble d’au moins 6 tombes sur le site de Cagalou (Marcadal et al. 2003). Ces nécropoles sont le plus souvent implantées au voisinage des agglomérations (comme à Glanum ou Cavaillon), parfois à proximité des quartiers bas, comme à Saint-Pierre-de-Vence (Chausserie-Laprée 2000, p. 248-250), ou en relation avec une source, comme celle de l’Arcoule à Paradou (Arcelin 1979). À Beaucaire, outre la tombe isolée du Mas de Jallon déjà mentionnée, 3 ensembles funéraires ont été identifiés. Le site des Colombes, à un kilomètre de l’agglomération, a livré au moins 13 tombes datées entre le début du IIe et la fin du Ier siècle av. J.-C. (Dedet et al. 1974). En périphérie de l’habitat, les nécropoles des Marrronniers (40 tombes) et du Sizen (3 tombes individualisées et de nombreuses sépultures détruites) sont occupées principalement au Ier siècle av. J.-C. et à l’époque romaine (Dedet et al. 1978 ; Bessac et al. 1987). Ainsi, dans le quartier des Marronniers, seules 8 tombes peuvent être attribuées à l’époque républicaine (Ier siècle av. J.-C.).

12On ignore souvent tout de l’importance, du recrutement ou de l’organisation de ces nécropoles seulement connues par des fouilles anciennes ou partielles portant sur une dizaine ou une quinzaine de tombes au plus. Seul le site de la Catalane aux Baux-de-Provence suggère un regroupement significatif (une trentaine de sépultures sur une surface de 500 m2 : Arcelin et Arcelin 1973 ; Arcelin 1980).

13On connaît mieux en revanche les espaces funéraires nîmois, constitués d’un petit nombre de sépultures alignées le long des voies (fig. 4). Les données chronologiques disponibles montrent que ces enfouissements s’échelonnent sur une longue période, comme si ces lieux étaient réservés à un nombre restreint d’individus, un par génération (Bel 2004, p. 279-281 ; Bel et al. 2008, p. 369-370 ; Séjalon et al. 2009, p. 176-177). Il semble donc que les sépultures de la plus grande partie de la population nous échappent. Le caractère sélectif du recrutement, ajouté à l’aspect ostentatoire de la plupart des tombes retrouvées, conduit à les attribuer à une classe sociale supérieure. Leur localisation au sein des terroirs mis en valeurs et la fréquence des armes (dans les contextes antérieurs à 50) témoignent de l’assise guerrière et foncière de ces groupes qui pourraient être les propriétaires des terres sur lesquelles ils ont établi leurs tombes. L’ensemble de la Céreirède à Lattes, comme les tombes isolées du Mas de Jallon à Beaucaire, de la Grande Palun à Aramon ou de Servanes 4 à Mouriès pourraient s’inscrire dans ce modèle.

Fig. 4 : plan de l’ensemble funéraire du Mas des Abeilles II à Nîmes (DAO A. Recolin, V. Bel, Inrap).

14La question se pose pour les espaces funéraires des Alpilles et du Beaucairois. Les tombes à armes y sont plus rares, ce qui pourrait témoigner d’un recrutement différent. Ainsi, les armes sont présentes dans près de 50 % des tombes nîmoises et dans seulement 20 % des tombes provençales (Bel et al. 2008, p. 313- 314). Ces disparités pourraient être liées, en partie au moins, à la répartition chronologique des différents corpus. En effet, les tombes antérieures à 75 (plus fréquemment dotées en armes : Bel et al. 2008, p. 334) sont moins bien représentées en rive gauche du Rhône. Les tombes à armes ne sont pas totalement absentes des nécropoles, que ce soit à Beaucaire (Les Colombes), aux Baux, à Paradou ou à Eyguières, mais elles semblent mieux représentées dans les tombes isolées et les petits groupes. Par ailleurs, l’étude quantitative des dépôts de mobilier met en évidence une distribution des tombes selon un mode pyramidal plus marqué dans les ensembles de la région des Alpilles que dans les autres secteurs (Bel et al. 2008, p. 327-328). Ce pourrait être l’indice d’un recrutement plus large ou d’une hiérarchisation plus importante au sein des groupes ayant accès à l’espace funéraire.

15Le plus souvent les aires funéraires sont ouvertes. Les fossés ou segments de murs associés à certains ensembles nîmois (Kinepolis, Mail Romain) semblent en fait correspondre à des limites parcellaires antérieures, sans fonction funéraire propre (Bel et al. 2008, p. 371). Le seul véritable enclos attesté a été mis au jour sur le site de la Céreirède à Lattes. De plan quadrangulaire, il est délimité par un large fossé, sans interruption, dans lequel ont été retrouvés d’importants dépôts de faune et de céramiques datés du premier quart du Ier siècle av. n. è. Ces dépôts sont contemporains de la principale tombe de l’enclos, qui a livré un mobilier métallique exceptionnellement riche. L’enclos lattois a peut-être un parallèle sur le site de Saint-Pierre-de-Vence à Eyguières dont le puissant fossé comportait des restes de faune et de mobilier du second quart du Ier siècle, qui s’apparentent aux dépôts funéraires de la même période (Verdin 2000, p. 186). Des pratiques similaires ont été observées sur le site du Mas des Abeilles II à Nîmes (Bel et al. 2008, p. 57-60). Deux tombes datées de la première moitié du Ier siècle av. J.-C. y étaient associées à un segment de fossé dont les deux comblements successifs contenaient des fragments de vases et d’amphores non brûlés et des fragments osseux brûlés non identifiés provenant des bûchers ou de foyers sacrificiels. Un exemple très comparable a été trouvé récemment sur le site funéraire de la Métairie de Monquiers à Carcassonne. Daté de l’époque augustéenne, il témoigne de la persistance de dépôts en relation avec les funérailles dans des fossés associés à l’espace funéraire (Bel et al. 2007).

16La signalisation individuelle des sépultures est attestée à Nîmes par la disposition régulière des tombes et l’absence de recoupement, par la présence de restes de tertres de pierres et des calages de poteau (Bel et al. 2008, p. 371-372). Par ailleurs la documentation ancienne fournit plusieurs stèles avec inscriptions gallo-grecques dans la région nîmoise (Fiches 1989), ainsi que divers types de monuments funéraires comme les colonnes, pilastres ou cippes dont les découvertes sont principalement concentrées dans les Alpilles et le secteur rhodanien (notamment Marcadal et al. 2003, p. 305-315). Ces documents se rapportent au Ier siècle av. J.-C., principalement au troisième quart de ce siècle, et témoignent de l’adoption précoce de petits monuments d’inspiration méditerranéenne dans ce secteur. En revanche, le mausolée, qui traduit une véritable monumentalisation de la sépulture, n’apparaît pas avant l’époque triumvirale et proto-augustéenne (Roth-Congès 1993, p. 392), si l’on excepte le monument du Fugeret (Alpes-de-Haute-Provence) daté du deuxième quart du Ier siècle, mais qui appartient à un chevalier romain (Roth-Congès 2006).

17Notre perception des pratiques funéraires est tributaire des règles régissant l’accès à la tombe et à l’espace funéraire. De manière générale, celles-ci paraissent avoir été restrictives tout au long de la période considérée, avec cependant des variations selon les secteurs géographiques.

3. Le traitement des restes humains

18Dans la continuité des pratiques protohistoriques, la crémation est le traitement habituel du corps aux IIe et Ier siècles av. n. è. Deux inhumations seulement peuvent être attribuées à la période républicaine : à Nîmes, une tombe en coffrage de dalles, datée de la seconde moitié du Ier siècle av. J.-C., associée à une série de vases en céramique et à un simpulum en bronze (Bel et al. 2008, p. 214-215) et une inhumation isolée datée par le radiocarbone, découverte récemment près de Martigues, associée à une paire d’anneaux d’entrave retrouvés au niveau des membres inférieurs (Duval et al. 2005). Une autre découverte nîmoise atteste cette pratique au début du IIe siècle av. J.-C. Il s’agit dans ce cas d’une sépulture en fosse ou coffrage avec couverture. Ces exemples très différents montrent que ce rite marginal existe tout au long de la période et ne semble pas lié à un groupe spécifique.

19Toutes les structures funéraires attestées sont des dépôts secondaires de crémation. On ne connaît aucun bûcher en fosse avant la période augustéenne. Les études ostéologiques, encore peu nombreuses, montrent qu’on ne dépose qu’une faible quantité d’os brûlés dans la tombe (Bel et al. 2008, p. 218). À Mouriès, les lots sont d’importances diverses (entre 1 et 672 g : Marcadal et al. 2003), mais à Nîmes, il s’agit toujours de dépôts infimes (au maximum 33,6 g, souvent moins d’1 g), constitués de petites pièces dont certaines pourraient avoir été broyées (Bel et al. 2008, p. 216-220), parfois d’un unique fragment comme dans la sépulture des Carmes. Cette pratique est attestée au IIe siècle, antérieurement à la Conquête (sites des Charmilles, de Kinépolis) et se maintient, sans évolution notable, jusqu’au Ier siècle ap. J.-C. (Bel et al. 2008, p. 218). Le dépôt de résidus de crémation est rarement observé dans ces tombes (mentions de résidus hors de l’ossuaire à Nages et aux Baux-de-Provence : Bel et al. 2008, p. 224), mais il est présent massivement dans la sépulture centrale de l’enclos de la Céreirède, à l’extérieur du coffre. Ce dernier renferme, à côté d’un dépôt de vases et de faune, une simple poignée de cendres et d’esquilles osseuses brûlées, qui pourraient représenter le défunt. Il faut attendre l’époque augustéenne (par exemple sur le site de Monquiers à Carcassonne : Bel et al. 2007) et surtout le deuxième quart du Ier siècle ap. J.-C. pour trouver de manière régulière des dépôts de résidus charbonneux dans les tombes.

20Dans la région des Alpilles (Saint-Rémy-de-Provence, Les Baux-de-Provence, Mouriès, Le Paradou…) et le secteur rhodanien (Aramon), la présence d’un vase contenant des os brûlés est signalée dans presque toutes les tombes. À Nîmes en revanche, les ossuaires ne sont attestés que dans 7 des 32 tombes documentées. Les récipients utilisés comme ossuaire sont le plus souvent des pots, notamment dans les Alpilles et à Nîmes (Bel et al. 2008, p. 221). Le choix se porte également sur les vases pour la boisson comme les vases balustres, les gobelets en paroi fine ou les amphores (notamment à Nîmes ; fig. 5), ainsi que les vases à anses collées ou les pots à deux anses (vallée du Rhône et Alpilles) dont P.-Y. Genty a montré la filiation avec le modèle du cratère hellénistique (Genty et Feugère 1995, p. 180). Ces exemples témoignent du lien entre les restes du défunt et la vaisselle du symposion, dans la continuité des usages du Deuxième Âge du fer (Schwaller et al. 1995). Cette relation est également bien illustrée par la présence de ce type d’objet au plus près ou au contact même de l’ossuaire comme dans les tombes de Mouriès (Servanes 4 : Marcadal et Féménias 2001 ; anse de situle de la tombe 10 de Cagalou : Marcadal et al. 2003, p. 279) ou des Baux-de-Provence (Arcelin 1980, p. 96).

21À Nîmes, la pratique la plus fréquente est la dispersion des restes osseux dans la tombe, sur le fond de fosse ou sur les dispositifs d’étagement internes (cf. infra), ou encore à l’extérieur du coffrage comme dans les tombes du Mail Romain (Feugère et al. 1995 ; Bel et al. 2008, p. 222-223). Ces gestes ont été mis en évidence grâce à la localisation des éléments in situ et le prélèvement de sédiment par niveau et par secteur. La dispersion des os s’accompagne parfois d’un dépôt en ossuaire, comme dans la tombe du Mas Vigier (Barberan et al. à paraître) (fig. 5) ou celles du Mas des Abeilles II (tombes 290 et 347 ; Bel et al. 2008, p. 223). Sur ce dernier site, la découverte, dans un fossé, d’ossements brûlés éparpillés parmi des fragments d’amphores, suggère l’existence de pratiques plus complexes encore. La dispersion d’une petite quantité d’os n’est pas attestée dans les contextes régionaux du Deuxième Âge du fer. Elle apparaît dans des tombes du IIe siècle, antérieurement à la Conquête, et s’efface au Ier siècle ap. J.-C. (Bel 2010). Elle semble aujourd’hui spécifique des pratiques funéraires nîmoises, peut-être en raison des conditions d’observation plus favorables. L’étude de l’ensemble de Cagalou à Mouriès fournit un indice pour restituer des gestes similaires : ainsi dans la tombe 10 de petites quantités d’ossements, parfois dispersées dans le remplissage, ont été retrouvées dans 3 vases accompagnant l’ossuaire (Marcadal et al. 2003, p. 279-282).

22Ce mode de dépôt des restes humains pourrait expliquer qu’on n’appréhende qu’une faible partie des sépultures, les tombes dépourvues de mobilier et de dispositif architectural étant quasiment invisibles. On serait alors tenté d’attribuer les vides de la carte et les lacunes de la documentation funéraire à une possible généralisation de ce rite à l’ensemble de la Gaule Transalpine.

Fig. 5a et b : vue de la tombe du Mas Vigier à Nîmes (-125/-75) et proposition de restitution (cliché et dessin, N. Chardenon, Inrap). Les os brûlés ont été déposés dans le vase balustre (ossuaire), et dispersés dans l’amphore, avec un fer de lance, et dans un grand pot.

4. La tombe : dispositif architectural et organisation interne

23Les tombes sont des cavités non remblayées, dotées de dispositifs de couverture constitués d’une dalle ou d’un élément en bois. Ces derniers sont restitués grâce à l’observation des processus taphonomiques (effondrements de mobilier). Dans beaucoup de cas, les arguments disponibles ne permettent pas de trancher, mais on ne connaît aucun exemple de remblaiement intentionnel avéré. À partir du dernier quart du IIe siècle av. n. è., on assiste au développement des fosses de plan quadrangulaire aux dépens des fosses circulaires (fig. 6 et 7). Ce mouvement s’accompagne d’une augmentation de la taille des fosses qui peuvent atteindre 2 m de long (Bel et al. 2008, p. 234). Elles s’apparentent alors à des petites chambres funéraires parfois pourvues de coffrages de bois ou de coffrages mixtes, comme la tombe des Carmes à Nîmes (fig. 13 ; Bel et al. 2008, p. 19-20, 233-237). Les coffrages de dalles apparaissent à la charnière des IIe-Ier siècles av. n. è. à Beaucaire, mais seulement dans le courant du deuxième quart du Ier siècle à Nîmes (fig. 8 et 9). Le coffre monolithique de la tombe principale de la Céreirède à Lattes est le seul exemplaire antérieur à l’époque augustéenne. Il se distingue des coffres d’époque romaine par sa taille et sa forme quadrangulaire. L’évolution architecturale se traduit par la réduction de la taille des fosses et des coffrages, surtout perceptible après -50 (Bel et al. 2008, p. 236 ; Bel 2010).

24Parallèlement au développement des coffrages, entre le dernier quart du IIe siècle et le premier quart du Ier siècle, on assiste à Nîmes à la généralisation des dispositifs d’étagement internes sur lesquels repose une partie des dépôts (Bel et al. 2008, p. 238- 239). Les indices sont donnés par la répartition du mobilier et notamment la présence d’objets en équilibre instable dans le colmatage différé des fosses. L’étagement des dépôts dans les tombes est attesté au Second Âge du fer à Ensérune (Schwaller et al. 1995, p. 216). En dehors de Nîmes et d’Aramon (Genty et Feugère 1995, p. 172) et des Colombes à Beaucaire (tombe 2 : Dedet et al. 1974), les exemples régionaux d’époque républicaine sont encore peu nombreux, faute peut-être d’une documentation suffisamment précise.

25La répartition des vases sur des niveaux distincts ne semble pas toujours motivée par le manque de place, même si les espaces vides qu’on observe dans certaines tombes peuvent avoir été occupés par des éléments en matériau périssable. Dans les tombes du début de la période, comme dans la sépulture SP3322 du Mas de Vignoles, les indices d’effondrements permettent de restituer de véritables planchers qui dissimulent la partie inférieure de la tombe et n’ont donc pas été conçus pour une mise en scène (fig. 6). Ils pourraient matérialiser de manière symbolique les étapes successives d’installation des dépôts dans la fosse. D’autres dispositifs sont attestés dans des contextes du milieu du Ier siècle av. J.-C. comme le coffre ou coffrage en bois de la tombe SP1236 du Mas de Vignoles qui contient une partie du dépôt et sert de support à une série de vases (Bel et al. 2008, p. 166). Dans la tombe SP347 du Mas des Abeilles II, c’est probablement un meuble (table ou tabouret ?) qui maintient plusieurs récipients à distance du fond au-dessus du coffret ossuaire et d’une partie du dépôt (fig. 8 et 9). Encore attestés à l’époque augustéenne à Aramon (tombes 2, 5 et 11 : Genty et Feugère 1995) et à Carcassonne (Bel et al. 2007), ces aménagements ne sont plus guère observés ensuite (un exemplaire du milieu du Ier siècle ap. J.-C. à Nîmes (Bel et al. 2008, p. 238).

Fig. 6 : plans, coupe et restitution schématique de la tombe SP3322 du Mas de Vignoles à Nîmes (-100/-75) (DAO A. Recolin, Inrap).

Fig. 7 : vue de la tombe SP3322 du Mas de Vignoles à Nîmes (cliché V. Bel, Inrap).

Fig. 8 : plans, coupe et restitution schématique de la tombe SP347 du Mas Abeilles II à Nîmes (-60/-40) (DAO A. Recolin, Inrap).

26Si l’ossuaire repose le plus souvent sur le fond, les os dispersés ont le plus souvent été mis en place sur le support. C’est le cas aussi des objets personnels, notamment des armes et de la parure, à l’exception des pièces lacunaires. Dans la tombe SP3322 du Mas de Vignoles, les objets pouvant faire référence au patrimoine du défunt (fléau de balance, éléments de coffret et de charrue) ont été mis en place sur le sol de la fosse, alors que les armes (casque, épée, umbo) et les fibules devaient se trouver sur le support.

27Un dépôt de faune apparaît systématiquement sur le fond et, de manière plus irrégulière, sur le support. Les données disponibles indiquent que les vases pour les liquides apparaissent plus fréquemment sur les dispositifs d’étagement, contrairement aux vases pour les solides. Il n’y a toutefois rien de systématique et la place des vases ne semble pas liée à leur usage, mais peut-être à leur fonction dans le rituel. Ainsi dans la tombe SP347 du Mas des Abeilles II, les cruches couchées sur le flanc, en un geste de libation, s’opposent aux cruches placées sur le meuble avec les gobelets, en position fonctionnelle (Bel et al. 2008, p. 245).

28L’organisation interne des tombes nîmoises permet ainsi de distinguer des dépôts effectués sur le fond de la fosse, qui accompagnent ou même précèdent la mise en place des ossements brûlés. Ils pourraient être liés à des pratiques sacrificielles associées au dépôt secondaire des restes du défunt et/ou à la consécration de la fosse destinée à les recevoir (Bel et al. 2008, p. 241). À l’appui de cette hypothèse, on peut mentionner, par exemple, les nombreux dépôts de faune, dont les deux extrémités de pattes de porc associées à un tranchoir en fer dans la tombe SP6022 de Kinepolis (Bel et al. 2008, p. 134, 242-243), le pot brisé et le couteau placés dans l’ossuaire de la tombe SP290 du Mas des Abeilles II (Bel et al. 2008, p. 63, 241) ou encore les cruches renversées déjà évoquées et l’amphore couchée sur la panse de la tombe de Mas Vigier (fig. 5 ; Barberan et al. à paraître). Les dépôts installés sur le support pourraient marquer une autre étape ou peut-être relever d’un statut différent (objets personnels, part du repas funéraire…).

29En plan, le regroupement des objets par fonction, observé à Nîmes (Bel et al. 2008, p. 247), mais aussi par exemple à Saint-Laurent-des-Arbres (Barruol et Sauzade 1969, p. 18), Saint-Rémy-de-Provence (Arcelin et Arcelin 1975, p. 74) ou Beaucaire (Garmy et al. 1981, p. 73-74), confirme l’existence de règles complexes présidant à la mise en place des dépôts dans la tombe. À Nîmes, l’organisation interne des sépultures ne semble pas témoigner d’une mise en valeur de l’ossuaire quand il existe. Ainsi, dans la tombe SP347 du Mas des Abeilles II, le coffret ossuaire, dissimulé sous un quartier de viande de porc et une pile de plats, est occulté par un meuble (Bel et al. 2008, p. 85-90). De manière générale, le vase cinéraire est souvent placé dans un angle, rarement en position centrale, comme dans la sépulture du Mas de Jallon (Garmy et al. 1981) ou dans la tombe 3 de Saint-Rémy-de-Provence (Arcelin et Arcelin 1975, p. 74). Il en va tout autrement au Ier siècle ap. J.-C., où l’ossuaire apparaît clairement comme le dépôt principal, témoin de la place nouvelle dévolue aux restes du défunt dans la sépulture (Bel 2010).

Fig. 9 : reconstitution de la tombe SP347 du Mas des Abeilles II dans le cadre de l’exposition "Mémoire du geste. Pratiques funéraires du Néolithique à l’époque romaine", Musée archéologique de Nîmes, 12 juillet-31 décembre 2007 (cliché D. Stokic, Musée archéologique de Nîmes).

5. Le mobilier et les dépôts de faune : fonction et modalité de dépôt

30Plus que les ossements du défunt dont la présence est parfois fort discrète, ce sont les éléments de mobilier et les restes de faune, attestés dans toutes les tombes identifiées comme telles, qui constituent l’essentiel du dépôt funéraire. Font toutefois exception les dépôts de crémation en amphore de Servian dans le Bittérois, dépourvus de mobilier d’accompagnement (Vidal et al. 1995). Il s’agit principalement de restes non brûlés. On possède très peu de données relatives à l’étape de la crémation. L’accumulation de mobiliers issus du bûcher dans la tombe SP4002 de la Céreirède à Lattes est tout à fait exceptionnelle et pourrait être liée à la volonté d’enfouir avec le défunt les signes de sa richesse et de son statut. Quelques indices ténus font penser que les objets personnels n’étaient pas les seuls à accompagner le défunt sur le bûcher. Ainsi, les restes de faune et de pépins de raisins signalés dans des tombes de Nîmes (Bel et al. 2008, p. 224) et de Mouriès (Marcadal et al. 2003, p. 296-298), ou les fragments brûlés de vases en métal ou en céramique à Lattes et à Mouriès (bassin en bronze de la tombe 2 de Servanes 2 : Marcadal et al. 2003, p. 258), attestent des dépôts en relation avec le repas à cette étape du rituel (Bel et al. 2008, p. 224-225).

31Une petite série d’objets personnels présente des traces évidentes d’un passage au feu (Bel et al. 2008, p. 226-227) : ce sont les armes de la tombe SP4002 de Lattes ou de la tombe 1 de Servanes 2 à Mouriès (Marcadal et al. 2003, p. 256), le casque de la tombe SP3322 du Mas de Vignoles à Nîmes, et peut-être les fourreaux d’épées des tombes SP1236 du Mas de Vignoles, SP290 du Mas des Abeilles II ou de celle des Carmes. C’est le cas aussi des strigiles des tombes des Carmes et de la Céreirède, des fibules dans les tombes 13 et 27 de Cagalou à Mouriès (Marcadal et al. 2003, p. 285 et 290), ou des éléments de coffret (tombe des Carmes à Nîmes).

32Au sein d’une même tombe, c’est parfois l’ensemble du mobilier métallique qui est brûlé (tombe SP4002 de la Céreirède, tombe 1 de Servanes 2). En revanche, dans la tombe SP3322 du Mas de Vignoles, le casque brûlé était associé à une épée (fig. 10) dont l’analyse métallographique a montré qu’elle n’avait pas été exposée aux flammes (Bel et al. 2008, p. 230).

33Le passage des objets sur le bûcher a parfois été précédé ou suivi par des manipulations complexes (bris ou déformations) (Bel et al. 2008, p. 251). C’est sans doute le cas d’une partie du mobilier métallique de la tombe SP4002 de la Céreirède dont l’étude n’est pas terminée. Dans la tombe SP3381 des Carmes, une plaque de serrure en bronze dépourvue de trace d’exposition au feu a été dissociée des rivets de fixation qui sont manifestement brûlés. Dans la tombe SP1236 du Mas de Vignoles à Nîmes, le fourreau préalablement séparé de l’épée a été brûlé, brisé en plusieurs fragments dispersés dans la tombe (fig. 11 et 12). Dans la tombe SP290 du Mas des Abeilles II, l’épée et son fourreau, brûlés et repliés, ont été déposés à distance de la soie préalablement brisée. Ces observations permettent d’établir un parallèle entre le traitement de l’équipement personnel (brûlé, brisé et dispersé) et celui des restes humains.

34Les gestes de manipulations ont également porté sur une partie du mobilier non brûlé. Les déformations, les mutilations et le dépôt très partiel apparaissent dans tous les secteurs géographiques. Les déformations associées ou non à des mutilations concernent les armes (41 occurrences), principalement les épées (27 occurrences), et, dans les Alpilles, la vaisselle métallique ou les ustensiles du repas (6 occurrences) (Bel et al. 2008, p. 251- 252). Attestée depuis le début de l’Âge du fer dans le Midi de la Gaule, cette pratique s’observe tout au long de la période républicaine. La mutilation de vases en céramique est attestée par des traces de percussion (col d’amphore de la tombe SP3322 du Mas de Vignoles, une assiette de la tombe des Carmes), ou de sciage (pot à anses collées de la tombe 7 de Servanes 3 à Mouriès : Royet et Verdin 2000) et par des perforations. Ces dernières apparaissent notamment sur des récipients utilisés comme ossuaires (à Aramon et dans les Alpilles : Bel et al. 2008, p. 259).

Fig. 10 : mobilier de la tombe SP3322 du Mas de Vignoles à Nîmes (dessin et DAO S. Barberan, S. Lancelot, Inrap).

Fig. 11 : Plats, fourreau d’épée brisés et restes de faune sur le fond de la tombe SP1236 du Mas de Vignoles (-60/-40) (DAO A. Recolin, Inrap).

Fig. 12 : vue des dépôts sur le fond de la tombe SP1236 (cliché V. Bel, Inrap).

Fig. 13 : répartition des dépôts de faune dans la sépulture SP3381 des Carmes (-100/-75) (DAO V. Lelièvre, Inrap).

35Le dépôt d’objets ou de vases lacunaires, qui concerne tous les types de mobiliers, est tout aussi fréquent (Bel et al. 2008, p. 255-258). Il s’agit souvent de petites lacunes d’interprétation incertaine (traces de mutilations intentionnelles, d’un passage sur le bûcher ou d’une utilisation antérieure). On observe aussi des dépôts d’objets très incomplets (de type pars pro toto) : fragments d’épée ou de fourreau, éléments d’assemblage de char ou de charrue (dans 2 tombes de Nîmes), anses de cruche, de situles, de chaudrons ou de seaux, simpula ou fourchettes (dans les Alpilles et à Beaucaire), vases en céramique dépourvu de fond, anses ou cols d’amphores (7 occurrences à Nîmes).

36À Nîmes, les recherches récentes ont mis en évidence des gestes de bris intentionnel de vases, suivis d’une dispersion d’une partie ou de la totalité des fragments dans la fosse (Bel et al. 2008, p. 261-263 ; fig. 11 et 12). Ces gestes sont attestés dans la moitié des contextes nîmois et concernent plus de 20 % des vases de toutes catégories. Rien ne distingue les vases brisés des autres récipients, auxquels ils sont souvent étroitement associés. On rencontre ainsi des empilements où alternent vases brisés et vases intacts, comme dans les tombes SP347 du Mas des Abeilles II (fig. 8 et 9) et SP3322 du Mas de Vignoles (fig. 6 et 7). Le bris de vases avec dispersion évoque le traitement réservé aux restes osseux brûlés. Il n’a pas d’équivalent dans les contextes méridionaux contemporains, ni dans les tombes du Second Âge du fer. Il a néanmoins été observé dans des tumulus du Premier Âge du fer à inhumation ou à crémation (Dedet, Gauthey 1994). Encore présent au Haut-Empire, il semble alors associé à la pratique de l’inhumation (Bel 2010).

37Il apparaît donc qu’une partie importante du mobilier impliqué dans le rituel funéraire, et pas uniquement l’équipement personnel du défunt, fait l’objet de manipulations que l’on devine multiples et complexes et qui semblent accompagner les étapes successives du rituel, de la crémation à l’enfouissement dans la tombe (Bel et al. 2008, p. 265-268 et 294). Les objets incomplets ne sont pas de simples substituts destinés à représenter de manière symbolique et économique les attributs du défunt. La destruction d’une partie des vases, mais aussi le dépôt de récipients en position non fonctionnelle, montrent que le rôle de la vaisselle ne se réduit pas à la présentation des mets ou de boissons destinés à subvenir aux besoins du défunt. Certes, plusieurs récipients ont livré des restes de faune (une trentaine d’occurrences dont les deux tiers à Nîmes). En réalité, il s’agit rarement de restes en connexion (3 occurrences), mais plutôt de pièces démembrées et décharnées pouvant correspondre à des reliefs de repas (tombe SP3381 des Carmes : Bel et al. 2008, p. 29). Ils ont d’ailleurs parfois été dispersés dans la fosse postérieurement au dépôt des plats, comme dans la tombe SP1236 du Mas de Vignoles (Bel et al. 2008, p. 296). Les vases brisés et entiers, souvent étroitement associés, pourraient donc correspondre à la vaisselle utilisée au cours du repas partagé symboliquement entre les vivants et le mort, les vases brisés ou incomplets étant peut-être attribués au défunt.

38L’importance des rites alimentaires dans les pratiques funéraires de la période républicaine se traduit également par la présence systématique de dépôts de faune dans les tombes complètes récemment étudiées à Nîmes et dans une majorité de sépultures des ensembles de Mouriès et d’Aramon (Bel et al. 2008, p. 244).

39Les espèces attestées sont très variées (porc, mouton/chèvre, bœuf, lapin, poulet, poissons, chien, cheval), mais la plus fréquente est le porc (Bel et al. 2008, p. 247-250). Les restes de faune comprennent souvent au moins un quartier en connexion ou un os isolé pouvant constituer une pièce de viande. Certaines peuvent correspondre à des offrandes, d’autres évoquent des rites sacrificiels liés à l’étape de l’enfouissement, comme les extrémités de pattes de porc associées à un tranchoir sur le fond d’une tombe de Kinépolis (cf. supra). On rencontre également des os de faune isolés et dispersés, ou des ensembles disparates déposés en vrac, interprétés comme des déchets de repas (cf. supra). Très souvent, les assemblages associent des dépôts multiples, comme dans la tombe SP3381 des Carmes à Nîmes. Celle-ci comportait des quartiers de porc (demi-crâne et côtes) placés sur le fond, et, sur le support un fémur de bovin, un lapin (sans la tête et l’extrémité des pattes), ainsi que les restes incomplets d’un poulet et d’un agneau ou cabri retrouvés en différents endroits de la tombe et dans les vases, avec des restes de poisson (Bel et al. 2008, p. 28-29 ; fig. 13).

40Les dépôts les plus fréquents et les plus abondants sont les récipients et les ustensiles en relation avec la nourriture ou la boisson, qui apparaissent dans des proportions différentes dans les trois groupes géographiques documentés (Bel et al. 2008, p. 269-271). Ainsi, les vases pour la boisson représentent 54 % de la vaisselle dans les tombes de Nîmes et seulement 37 et 31 % dans celles de la basse vallée du Rhône et des Alpilles. Le groupe nîmois est caractérisé par une prédilection pour les cruches et les vases à boire, notamment les vases à anses (Bel et al. 2008, p. 277-278).

41Nîmes et les deux autres groupes régionaux se distinguent également par la place accordée à la vaisselle métallique du symposion et aux vases à mélanger en céramique, comme le cratère, les vases à anses collées ou les pots à deux anses. Ces récipients ne sont présents que dans 4 tombes sur 34 à Nîmes, 12 sépultures sur 31 dans le secteur rhodanien et 13 sur 31 dans les Alpilles. Une imitation de cratère en céramique tournée à pâte claire apparaît toutefois dans une tombe nîmoise du début du Ier siècle (SP3322 du Mas de Vignoles ; Bel et al. 2008, p. 193 ; fig. 10). À l’exception de la tombe SP4002 de la Céreirède (-125/-75), ce sont les contextes du Ier siècle av. n. è. des Alpilles et de la basse vallée du Rhône, qui fournissent l’essentiel des objets métalliques pour le service du vin (simpula, passoires, situles), les ablutions (cruches, bassins, poêlons), les vases et ustensiles du repas (couteaux, fourchettes, chaudrons, broches, chenets), mais aussi le luminaire (candélabres et lanternes, lampes en céramique) (Bel et al. 2008, p. 279-281).

42Ces disparités régionales pourraient refléter des manières de tables différentes, les élites nîmoises manifestant clairement leur attachement au repas funéraire traditionnel, qui n’exclut pas la consommation de vin comme le montre la présence régulière des amphores dans les tombes dès avant la Conquête (Bel et al. 2008, p. 275-276 ; Barberan et al. à paraître). Le dépôt d’amphore apparaît dans les mêmes proportions dans les principaux groupes étudiés, mais selon des modalités différentes. À Nîmes, au Ier siècle, le dépôt d’amphores incomplètes ou lacunaires (dépôt de type pars pro toto) se substitue aux dépôts de conteneurs entiers. Ces éléments apparaissent dans la partie supérieure du colmatage des fosses (fig. 6), ce qui fait penser qu’ils ont été mis en place sur le support interne, voire sur la couverture, au moment de la fermeture de la tombe ou dans le cadre du culte funéraire (Bel et al. 2008, p. 245).

43Les pratiques libatoires ou sacrificielles postérieures à l’enfouissement sont également documentées par la présence de vases au sommet de la tombe des Carmes à Nîmes (Bel et al. 2008, p. 245) ou de la sépulture 27 du Cagalou à Mouriès (Marcadal et al. 2003, p. 289). Sur le site du Mail Romain à Nîmes, des restes d’un crâne et de vertèbres d’équidé ont été retrouvés au sein d’un tertre de pierre aménagé au-dessus des tombes.

44Au cours de la période républicaine, l’évolution de la pratique funéraire est d’abord marquée par une augmentation du nombre moyen de mobiliers que l’on perçoit dès le dernier quart du IIe siècle à Nîmes et seulement au cours de la première moitié du Ier siècle en basse vallée du Rhône et dans les Alpilles. Dans la seconde moitié du Ier siècle, on assiste au contraire à une diminution générale du nombre moyen d’objets ou de vases déposés (Bel et al. 2008, p. 328). Cette évolution s’accompagne d’une modification de la composition des dépôts. D’abord sélection aléatoire de vases utilisés au cours du repas funéraire, le mobilier introduit dans la tombe évolue à partir du milieu du Ier siècle vers un service plus équilibré qui pourrait correspondre à une représentation symbolique et simplifiée du repas. Cela pourrait traduire une simplification du rituel ou plutôt une gestion différente des restes du repas non plus rejetés dans la sépulture mais ailleurs, notamment sur le bûcher, comme ce sera le cas à l’époque romaine (Bel 2010).

Conclusion

45L’analyse de la documentation disponible, essentiellement limitée au triangle bas-rhodanien, permet de dégager les principales étapes de l’évolution des pratiques funéraires au cours des IIe et Ier siècles av. n. è. (Bel et al. 2008, p. 340-342 ; Bel 2010). Il s’agit de transformations progressives qui se produisent dans la continuité des usages du Second Âge du fer. Ainsi, la crémation reste la pratique quasiment exclusive pendant toute la période considérée.

46- Au IIe siècle, avant la Conquête, les tombes sont des dépôts de crémation en fosses circulaires dotées d’une couverture, exceptionnellement équipées de dispositifs d’étagement internes. À Nîmes, dès cette époque, les sépultures sont caractérisées par le dépôt de petites quantités d’os dispersés dans la fosse ou placés dans un vase ossuaire. Les armes déposées dans les tombes font l’objet de déformations et de mutilations selon une pratique bien établie depuis le début de l’Âge du Fer dans le Midi de la Gaule. Le bris intentionnel de vases apparaît ponctuellement. Enfin, on assiste, dans le courant du IIe siècle, au développement des espaces funéraires dispersés, notamment en Languedoc oriental qui livre la plupart des contextes de cette période.

47- La période qui suit la Conquête, entre 125 et 75, est marquée par l’affirmation des pratiques apparues précédemment comme le dépôt d’une faible quantité d’os, que l’on place dans un vase ou que l’on disperse dans la tombe ou dans des fossés associés à l’espace funéraire. On observe une accentuation du caractère ostentatoire d’une grande partie des tombes, une augmentation du nombre des dépôts de mobiliers, ou le développement des dispositifs d’étagement internes que l’on peut mettre en relation avec le développement des fosses quadrangulaires et des tombes en coffrage. L’analyse des mobiliers laisse entrevoir des rituels complexes, marqués par des pratiques de bris et de dispersion aux différentes étapes de rituels, notamment au moment de l’installation de la tombe. Celle-ci semble accueillir une partie des restes du repas funéraire. Cette étape se traduit aussi par des emprunts exogènes dans l’architecture (coffrages de dalles) ou le mobilier (vaisselle métallique, luminaire…), dont l’importance et la précocité varient sensiblement d’une région à l’autre, les groupes nîmois étant réfractaires à ces nouveaux emprunts. À Nîmes, cette évolution semble être liée à l’essor d’une élite guerrière et foncière, à laquelle on est tenté d’attribuer la plupart des tombes disséminées le long des voies, dans un rayon de 3 km autour de l’agglomération. Ce modèle n’est pas contredit pas les données disponibles pour Beaucaire ou les agglomérations des Alpilles, mais le développement de regroupements en petites nécropoles pourrait suggérer dans ce cas un recrutement plus large.

48- Les changements observés à partir du milieu du Ier siècle dans l’organisation de la tombe ou les assemblages de mobiliers témoignent d’une simplification progressive du rituel associé à l’étape de l’enfouissement dans la tombe. Toutefois, ce n’est que dans les dernières décennies du Ier siècle av. J.-C. et surtout au cours du siècle suivant qu’interviennent les modifications les plus radicales, attestant une réelle intégration des pratiques en usage dans l’Empire romain (Blaizot dir. 2009 ; Bel 2010). Ces changements concernent notamment l’élargissement de l’accès à l’espace funéraire et à la sépulture ainsi que la simplification des dépôts funéraires. L’ostentation apparaît dans la construction de monuments funéraires, mais aussi dans l’aménagement des bûchers. La tombe est alors centrée sur les restes du défunt, qui sont déposés en plus grande quantité.

49La pratique, mise en évidence à Nîmes, du dépôt d’une très petite quantité d’ossements dispersés dans la tombe pourrait expliquer l’absence presque complète de découverte funéraire dans bien des régions du Midi de la Gaule, notamment en Languedoc occidental. Dans cette hypothèse, on pourrait conclure qu’il existait une certaine homogénéité dans le traitement des restes du défunt à cette période en Gaule Transalpine. La présence d’ossements brûlés, de fragments d’amphores et de vases brûlés dans un fossé de l’espace funéraire augustéen de la Métairie de Monquiers à Carcassonne (Bel et al. 2007), constitue un indice probant de l’existence de pratiques de dispersion héritées de la période républicaine dans des secteurs éloignés de la vallée du Rhône. Les disparités résideraient principalement dans la présence de tombes dotées de dispositifs architecturaux parfois complexes et de dépôts de mobiliers abondants. Ce type de tombe serait spécifique du Languedoc oriental, de la basse vallée du Rhône et des Alpilles.

50Comment interpréter alors ces disparités ? Le caractère plus ou moins ostentatoire qui s’exprime dans ces dispositifs reflète-t-il des différences culturelles ? On peut envisager en effet l’existence de systèmes funéraires dans lesquels l’étape de la constitution de la sépulture n’implique pas les mêmes gestes sacrificiels et ne soit accompagnée d’aucun dépôt, ni même d’aucun aménagement de structure dans le sol. Cela n’implique pas l’absence de manifestations ostentatoires, lesquelles ont pu s’exprimer au moment de la crémation et au cours du banquet ou lors des cérémonies commémoratives.

51D’autres schémas interprétatifs peuvent être envisagés, comme l’absence de pratiques démonstratives, liée à des postures culturelles, à des modes de représentations sociales, ou bien encore à la situation sociale et politique des communautés concernées.

52On pourrait ainsi considérer le rôle économique et politique de Marseille et de Rome, la diversité des relations qu’elles entretiennent avec les communautés indigènes et le poids des alliances antérieures à la Conquête. Des relations privilégiées avec Marseille ont ainsi pu favoriser le dynamisme économique et social de la basse vallée du Rhône dont les preuves archéologiques sont multiples (Arcelin 1984 ; Fiches 1989 ; Py 1990 ; Verdin 2002 ; Fiches 2002 ; Arcelin 2003). Dans ces processus, il faut envisager une captation probable d’une partie des échanges et du développement agricole au profit des élites, notamment à Nîmes. Rome a pu favoriser leur ascension pour s’assurer du contrôle politique et militaire de la région (Goudineau 1975, p. 30 ; Goudineau 1976 ; Christol et Goudineau 1987-1988). L’affirmation de ces élites s’exprime peut-être dans les pratiques ostentatoires observées au début du Ier siècle, mais aussi, avec des nuances selon les secteurs, dans leur conservatisme culturel. L’évolution du système funéraire à partir du milieu du Ier siècle n’est peut-être pas sans rapport avec l’évolution institutionnelle des communautés à cette période (octroi du droit latin), mais les changements sont minimes et on ne peut guère parler de romanisation des pratiques régionales avant la période impériale.

53En Languedoc occidental, d’autres facteurs ont pu intervenir, comme l’émiettement politique des communautés indigènes (Christol 1998), accentué par une implication plus forte du pouvoir romain dans des secteurs économiques vitaux (vallée de l’Aude et de l’Hérault, secteurs miniers). Celle-ci se traduit par une politique coloniale, mais aussi par un processus d’intégration plus marqué, repéré notamment dans la vallée de l’Hérault (Mauné 1998, Mauné 2003).

54La diversité des situations au sein de la Transalpine pourrait donc fournir des pistes pour expliquer la répartition très inégale de la documentation funéraire. Il n’est pas sûr toutefois que cela recouvre des systèmes funéraires très différents. L’étude de la documentation disponible pour les groupes de la basse vallée du Rhône indique qu’au-delà d’une réelle variabilité, les pratiques funéraires de l’époque républicaine ne montrent pas d’importantes ruptures au sein des sociétés du Midi de la Gaule.

Bibliographie

Bibliographie

Arcelin P., 1979, La nécropole préromaine de l’Arcoule, commune du Paradou (Bouches-du-Rhône), Documents d’Archéologie Méridionale, 2, p. 133-155.

Arcelin P., 1980, Nouvelles observations sur la nécropole préromaine de la Catalane aux Baux-de-Provence (B.-du-Rh.), Bulletin de l’École Antique de Nîmes, 15, p. 91-110.

Arcelin P., 1984, Évolution des rapports sociaux dans la basse vallée du Rhône aux IIe et Ier siècles avant notre ère, in Daubigney A. dir., Archéologie et rapports sociaux en Gaule, Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 290, Besançon, p. 185-218.

Arcelin P., 1999, Entre Salyens, Cavares et Volques : peuplement protohistorique et dynamique culturelle dans la région Alpilles-Montagnette, in Gateau F., Gazenbeck M., Les Alpilles et la Montagnette, Carte archéologique de la Gaule 13/2, pré-inventaire archéologique publié sous la responsabilité de M. Provost, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 61-78.

Arcelin P., 2003, Les poleis massalias d’Étienne de Byzance, in Bats M., Dedet B., Garmy P., Janin T., Raynaud Cl., Schwaller M. éd., Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne, Hommage à Guy Barruol, Montpellier, p. 131-145 (Revue archéologique de Narbonnaise, supplément 35).

Arcelin P., Arcelin Ch., 1973, La nécropole protohistorique de la Catalane aux Baux-de-Provence, Revue archéologique de Narbonnaise, 6, p. 91-195.

Arcelin P., Arcelin Ch., 1975, Les sépultures préromaines de Saint-Rémy-de-Provence (Bouches-du-Rhône), Revue archéologique de Narbonnaise, 8, p. 67-135.

Arcelin P., Arcelin Ch., 1976-1978, Une nécropole préromaine à Eyguières (Bouches-du-Rhône), Bulletin de l’École Antique de Nîmes, 11 à 13, p. 71-109.

Arcelin P., Arcelin Ch., 1979, Une sépulture protohistorique aux Baux-de-Provence, Bulletin Archéologique de Provence, 3, p. 17-23.

Barberan S., Bel V., Chardenon N., avec la coll. de Bouchette A., Forest V., Ratsimba A. , à paraître, Le vin dans les pratiques funéraires du Midi de la Gaule aux IIe-Ier s. av. J.-C. : l’exemple de la tombe du Mas Vigier à Nîmes (Gard), in Itinéraires des vins romains en Gaule, IIIe-Ier s. av. J.-C., confrontation de faciès, Actes du colloque européen, UMR 5140, Lattes (30 janvier-2 février 2007), Lattes, UMR5140 du CNRS Archéologie des sociétés méditerranéennes (Monographie d’Archéologie Méditerranéenne).

Barruol G., Sauzade G., 1969, Une tombe de guerrier à Saint-Laurent-des-Arbres (Gard), Contribution à l’étude des sépultures du Ier siècle av. J.-C. dans la basse vallée du Rhône, Revue d’Études Ligures, 35, p. 15-89.

Bel V., 2004, De l’analyse spatiale à l’interprétation des ensembles funéraires : deux exemples de la fin de l’âge du Fer et de l’époque romaine dans le Midi de la Gaule, in Baray L. dir., Archéologie des pratiques funéraires, Approches critiques, Actes de la table ronde de Bibracte (Glux-en-Glenne, 7-9 juin 2001), Glux-en-Glenne, Bibracte, p. 279-286. (Bibracte 9)

Bel V. 2010, Évolution des pratiques funéraires à Nîmes entre le IIe siècle av. J.-C. et le IIIe siècle ap. J.-C., in Scheid J., Rüpke J. Hg., Bestattungsrituale und Totenkult in der römischen Kaiserzeit, Rites funéraires et culte des morts aux temps impériaux, Stuttgart, p. 93-112 (Postsdamer Altertumswissenschaftliche Beiträge, Band 27).

Bel V., Barberan S., Fabre L., Forest V., 2007, La Métairie de Monquiers. Un ensemble funéraire d’époque augustéenne à Carcassonne (Aude), Rapport final d’opération de fouille archéologique, Inrap, Méditerranée, SRA Languedoc-Roussillon, Nîmes, 71 p.

Bel V., Barberan S., Chardenon N., Forest V., Rodet-Bélarbi I., Vidal L., et coll., 2008, Tombes et espaces funéraires de la fin de l’Âge du fer et du début de l’époque romaine à Nîmes (Gard), Lattes, Association pour le développement de l’Archéologie en Languedoc-Roussillon, 519 p. (Monographies d’Archéologie Méditerranéennes, 24).

Bel V., Conche F., 2003, La Céreirède, in Vial J. dir., Le Montpelliérais, Carte archéologique de la Gaule 34/3, pré-inventaire archéologique publié sous la responsabilité de M. Provost, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 224-226.

Bel V., Breuil J.-Y., Monteil M., Pomarèdes H. avec la collaboration de Vidal L. et Sauvage L., 2005, Réflexions sur une ville et sa proche campagne dans l’Antiquité : le cas de Nîmes (Gard), in Bouet A., Verdin F., Territoire et paysages de l’âge du Fer au Moyen Âge, Mélanges offerts à Philippe Leveau, Mémoires 16, Bordeaux, Ausonius éditions, p. 19-44.

Bessac J.-C., Christol M., Fiches J.-L., Gasco Y., Janon M., Michelozzi A., Raynaud Cl., Roth Congès A., Terrer D. 1987, Ugernum, Beaucaire et le Beaucairois à l’époque romaine, Travaux du Centre Camille Jullian, 2, Caveirac, Association pour la Recherche Archéologique en Languedoc oriental, 120 p. (Cahier 15).

Blaizot Fr. dir., Bel V., Bonnet Chr., Tranoy L. et coll., 2009, Pratiques et espaces funéraires dans le Centre et le Sud-Est de la Gaule au Haut-Empire, Gallia, 66.1, 383 p.

Chausserie-Laprée J. dir., 2000, Le temps des Gaulois en Provence, catalogue de l’exposition, Musée Ziem, Martigues, 279 p.

Christol M., 1998, Cités et territoire autour de Béziers à l’époque romaine, in Cité et territoires, II, Actes du IIe colloque européen, Béziers, 24-26 octobre 1997, Paris, Presses Universitaires Franc-Comtoises, p. 209-222.

Christol M., Goudineau Chr., 1987-1988, Nîmes et les Volques Arécomiques au Ier s. av. J.-C., Gallia, 45, p. 87-103.

Dedet B., Gauthey J., 1994, La nécropole de Peyraube (Lamelouze, Gard) au Premier Âge du fer, Documents d’archéologie méridionale, 17, 1994, p. 101-151.

Dedet B., Michelozzi A., Py M., 1974, La nécropole des Colombes à Beaucaire (Gard) (IIe-Ier siècles avant J.-C.), Revue archéologique de Narbonnaise, 7, p. 59-118.

Dedet B., Michelozzi A., Py M., Raynaud Cl., Tendille C., 1978, Ugernum, Protohistoire de Beaucaire, Association pour la Recherche Archéologique en Languedoc oriental, Caveirac, 156 p. (Cahier 6).

Duval S., Rétif M., Tzortzis S., 2005, Une sépulture d’esclave à Martigues (Bouches-du-Rhône) ? Documents d’Archéologie Méridionale, 28, p. 157-170.

Feugère M., Gardeisen A., Manniez Y., Monteil M., Vidal L., 1995, Un espace funéraire du deuxième quart du Ier s. avant J.-C. Nîmes, Gard, Gallia, 52, p. 165-204.

Feugère M., Passelac M., Pellecuer Chr., Garmy P., Bel V., Bessac J.-C., de Chazelles C.-A., Fiches J.-L., Mauné S., Monteil M., Roth Congès A., Sabrié M., Sabrié R., 1998, Signes de la romanisation, Revue archéologique de Narbonnaise, 31, p. 299-353.

Fiches J.-L, 1989, Tombes et monuments lapidaires dans l’espace rural arécomique (IIIe-Ier siècles avant notre ère), in Mélanges P. Lévêque. II. Anthropologie et société, Paris, Les Belles Lettres, p. 207-235.

Fiches J.-L., 2002, Volques Arécomiques et cité de Nîmes : évolution des idées, évolution des territoires, in Garcia D., Verdin F., Territoires celtiques. Espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d’Europe occidentale, Paris, éditions Errance, p. 119-128.

Garmy P., Michelozzi A., Py M., 1981, Une nouvelle sépulture protohistorique à Beaucaire (Gard), La tombe du Mas de Jallon, Revue archéologique de Narbonnaise, 14, p. 71-87.

Genty P.-Y., Feugère M., avec la coll. de Gardeisen A., Janin T., Richard J.-C., 1995, Aramon (Gard), La nécropole du Ier siècle avant notre ère, Documents d’Archéologie Méridionale, 18, p. 143-195.

Goudineau Chr., 1975, La romanisation des institutions en Transalpine, Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie, 24, p. 26-34.

Goudineau Chr., 1976, Le statut de Nîmes et des Volques Arécomiques, Revue archéologique de Narbonnaise, 9, p. 105-114.

Marcadal Y., Féménias J.-M., 2001, Une sépulture remarquable du Ier s. av. J.-C. à Servanes (Mouriès, B.-du-Rh.), Documents d’Archéologie Méridionale, 24, p. 185-199.

Marcadal N., Marcadal Y., Paillet J.-L., Heijmans M., Villemeur I., Columeau Ph., 2003, La nécropole protohistorique et gallo-romaine de Servanes-Cagalou (Ier s. av. J.-C.–IIIe s. ap. J.-C.) à Mouriès (Bouches-du-Rhône) : sépultures et monuments funéraires, Documents d’Archéologie Méridionale, 26, p. 251-348.

Mauné S., 1998, Les campagnes de la cité de Béziers dans l’Antiquité (partie nord-orientale), (IIe s. av.-VIe s. ap. J.-C.), Montagnac, éd. M. Mergoil, 532 p. (Archéologie et histoire romaine 1)

Mauné S., 2003, À propos de Piscenae, Pézenas et des Piscenois : quelques réflexions sur la localisation de l’agglomération antique et sur les oppida latina de la vallée de l’Hérault, in Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne, Hommage à Guy Barruol, Montpellier, (Revue archéologique de Narbonnaise, supplément 35), p. 281-296.

Monteil M., 1999, Nîmes antique et sa proche campagne, Lattes, 528 p. (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 3).

Pomarèdes H., Bel V., Breuil J.-Y., Célié M., Monteil M., Séjalon P., Vidal L., à paraître, Le paysage périurbain à Nîmes, de la Protohistoire au Haut-Empire, in Le paysage périurbain pendant la Protohistoire et l’Antiquité en Méditerranée occidentale, Institut Català d’Arqueologia Clàssica, Actes du colloque de Tarragone, 6-8 mai 2009.

Poux M., Feugère M., 2002, Le festin, miroir privilégié des élites celtiques de Gaule indépendante, in Guichard V., Perrin F. dir., L’aristocratie celte à la fin de l’âge du Fer (du IIe siècle avant J.-C. au Ier siècle après J.-C.), L’aristocratie celte dans les sources littéraires, Recueil de textes commentés, Actes de la table ronde organisée par le Centre archéologique européen du Mont-Beuvray, l’UMR 5594 du CNRS, l’Université de Bourgogne, Glux-en-Glenne, 10-11 juin 1999, Glux-en-Glenne, Bibracte, p. 199-222 (Bibracte, 5).

Provost M. et al. 1999, Le Gard, Carte archéologique de la Gaule, 30/2 et 30/3, pré-inventaire archéologique, 1999, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2 vol., 399 et 865 p.

Py M., 1980, Une sépulture du IIe siècle av. J.-C. à Nages (Gard), Revue archéologique de Narbonnaise, 13, p. 211-222.

Py, M., 1981, Recherches sur Nîmes préromaine, Habitats et sépultures, Paris, éditions du CNRS, 244 p. (Gallia, supplément 41).

Py M., 1983, La tombe d’Atila (Sernhac, Gard, IIe s. av. notre ère), Revue archéologique de Narbonnaise, 16, p. 367-376.

Py M., 1990, Culture, économie et société protohistoriques dans la région nîmoise, Rome, École Française de Rome, 2 volumes, 957 p. (Collection de l’École française de Rome, 131).

Roth-Congès A., 1993, Les mausolées du sud-est de la Gaule, in Ferdière A. dir., Monde des morts, monde des vivants en Gaule rurale (Ier s. av. J.-C.-Ve s. ap. J.-C.), actes du colloque ARCHEA/AGER, Orléans, 7-9 février 1992, Tours, p. 199-208 (Revue archéologique du Centre de la France, 6e supplément).

Roth-Congès A., 2006, Le mausolée d’Argenton (Le Fugeret, Alpes-de-Haute-Provence) : un problème de restitution, in Moretti J.-Ch., Tardy D. éd., L’architecture funéraire monumentale, La Gaule dans l’Empire romain, actes du colloque organisé par l’IRAA du CNRS et le musée archéologique Henri Prades, Lattes, 11-13 octobre 2001, Paris, édition du Comité des travaux historiques et scientifiques, p. 273-287.

Royet R., Verdin F., 2000, Servanes à Mouriès ou les faubourgs de l’oppidum des Caisses de Saint-Jean, in Leveau Ph., Saquet J.-P. dir., Milieu et sociétés dans la Vallée des Baux, Montpellier, p. 157-180 (Revue archéologique de Narbonnaise, supplément 31).

Schwaller M., Duday H., Janin T., Marchand G., 1995, Cinq tombes du deuxième Âge du Fer à Ensérune (Nissan-lez-Ensérune, Hérault), in Arcelin P., Bats M., Garcia M., Marchand G., Schwaller M. éd., Sur les pas des Grecs en Occident, Hommages à André Nickels, Lattes-Paris, ADAM-éd. Errance, p. 205-230 (Étude Massaliètes, 4).

Séjalon P., Bel V., Breuil J.-Y., Pomarèdes H., 2009, Définition et organisation des terroirs protohistoriques de Nîmes, Gard (de la fin du VIe au Ier s. av. J.-C.), in Bertrand I., Duval A., Gomez De Soto J., Maguer P., Habitats et paysages ruraux en Gaule et regards sur d’autres régions du monde celtique, actes du XXXIe colloque international de l’AFEAF, 17-20 mai 2007, Chauvigny (Vienne), tome II, Chauvigny, p. 153-180 (Chauvigny, Mémoires, 35).

Verdin F., 2000, Saint-Pierre-de-Vence à Eyguières au Ier s. av. J.-C., un quartier cultuel et funéraire au voisinage des Caenicenses, in Leveau Ph., Saquet J.-P. dir., Milieu et sociétés dans la vallée des Baux, Montpellier, p. 183-199 (Revue archéologique de Narbonnaise, supplément 31).

Verdin F., 2002, Les Salyens, les Cavares et les villes du Rhône, in Garcia D., Verdin F., Territoires celtiques. Espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d’Europe occidentale, Paris, éditions Errance, p. 139-149.

Vial J. dir., 2003, Le Montpelliérais, Carte archéologique de la Gaule 34/3, pré-inventaire archéologique publié sous la responsabilité de M. Provost, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 479 p.

Notes

1 Sur ces questions voir notamment : Barruol et Sauzade 1969 ; Py 1990, p. 713- 714 ; Fiches 1989 ; Genty et Feugère 1995 ; Feugère et al. 1998, p. 349-353 ; Marcadal et Féménias 2001 ; Poux et Feugère 2002.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : diagramme cumulatif du nombre de tombes par tranche chronologique de 50 ans dans le Midi de la Gaule.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7252/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Fig. 2 : carte de localisation des tombes et espaces funéraires de Gaule Transalpine.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7252/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 3 : carte des tombes des IIe et Ier siècles av. J.-C. à Nîmes (DAO V. Lelièvre, V. Bel, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7252/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 4 : plan de l’ensemble funéraire du Mas des Abeilles II à Nîmes (DAO A. Recolin, V. Bel, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7252/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7252/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Fig. 5a et b : vue de la tombe du Mas Vigier à Nîmes (-125/-75) et proposition de restitution (cliché et dessin, N. Chardenon, Inrap). Les os brûlés ont été déposés dans le vase balustre (ossuaire), et dispersés dans l’amphore, avec un fer de lance, et dans un grand pot.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7252/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 6 : plans, coupe et restitution schématique de la tombe SP3322 du Mas de Vignoles à Nîmes (-100/-75) (DAO A. Recolin, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7252/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Fig. 7 : vue de la tombe SP3322 du Mas de Vignoles à Nîmes (cliché V. Bel, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7252/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 8 : plans, coupe et restitution schématique de la tombe SP347 du Mas Abeilles II à Nîmes (-60/-40) (DAO A. Recolin, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7252/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Fig. 9 : reconstitution de la tombe SP347 du Mas des Abeilles II dans le cadre de l’exposition "Mémoire du geste. Pratiques funéraires du Néolithique à l’époque romaine", Musée archéologique de Nîmes, 12 juillet-31 décembre 2007 (cliché D. Stokic, Musée archéologique de Nîmes).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7252/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Fig. 10 : mobilier de la tombe SP3322 du Mas de Vignoles à Nîmes (dessin et DAO S. Barberan, S. Lancelot, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7252/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Fig. 11 : Plats, fourreau d’épée brisés et restes de faune sur le fond de la tombe SP1236 du Mas de Vignoles (-60/-40) (DAO A. Recolin, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7252/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Fig. 12 : vue des dépôts sur le fond de la tombe SP1236 (cliché V. Bel, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7252/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Fig. 13 : répartition des dépôts de faune dans la sépulture SP3381 des Carmes (-100/-75) (DAO V. Lelièvre, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7252/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

Auteurs

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search