Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Volume II. Gestes funéraires en Gaule au Second Âge du fer

Découverte d’enclos funéraires des environs de 500 av. j.-c. dans la plaine littorale languedocienne à Pérols, Hérault

Isabelle Daveau et Bernard Dedet

Résumé

Les tombes du milieu de l’Âge du fer des plaines languedociennes sont encore fort mal connues. La fouille préventive menée en 2004 sur le site de « la Pailletrice », à Pérols, a procuré quatre enclos fossoyés circulaires de la fin du VIe s. av. J.-C. Le mieux conservé entoure un tumulus de terre très bas, avec tombe à incinération centrale, avec ossuaire et bassin en bronze, et une fosse peu profonde contenant des résidus du bûcher. Dans les fossés de ces quatre enclos sont conservés de nombreux restes d’amphores et de vases à boire, témoins de possibles cérémonies auprès des tombeaux.

Texte intégral

1 En Languedoc oriental, jusqu’à ces dernières années, les pratiques funéraires du Premier Âge du fer étaient surtout documentées dans l’arrière-pays et la plaine littorale était particulièrement méconnue en la matière (fig. 1). Plusieurs opérations récentes d’archéologie préventive commencent à combler cette lacune autour de Nîmes et de Montpellier. Parmi elles, la fouille menée en 2004 aux portes de cette dernière ville, sur la ZAC de Pérols, au lieudit « La Pailletrice », a révélé quatre enclos circulaires fossoyés qui s’échelonnent entre le dernier quart du VIe siècle et le premier quart du Ve siècle av. J.-C. (Daveau dir. 2008). Ces enclos sont implantés dans un talweg, au bas du versant septentrional de la butte de Pérols, vestige d’une terrasse rhodanienne qui culmine vers 20 m d’altitude et borde la rive des étangs littoraux du Méjean et de Mauguio. Pour la première fois dans cette région, l’état de conservation du gisement permet d’affirmer le caractère funéraire de telles structures. Cette zone sépulcrale peut se poursuivre dans le talweg, à l’ouest de l’emprise fouillée, dans une parcelle qui doit faire l’objet d’une nouvelle opération de diagnostic dans quelques mois. Le but de cette courte note est seulement de signaler ce gisement, en attendant sa publication exhaustive, en cours d’élaboration.

2D’un diamètre compris entre 13 m et 17,8 m, ces enclos sont groupés à proximité immédiate d’un chemin empierré, attesté dès le dernier quart du VIe siècle av. J.-C. Leur répartition de part et d’autre d’une voie romaine est également troublante (fig. 2). Elle pourrait indiquer une origine plus ancienne de cet axe de circulation menant à Lattara.

3Situé dans la zone la plus basse du terrain fouillé, l’enclos FO3009 est le mieux conservé et les principales composantes de la tombe, qui a abrité les restes d’un adulte dont le cadavre a été brûlé au préalable en un autre lieu, peuvent être appréciées dans leurs grandes lignes (fig. 3). Un fossé de 13,40 m de diamètre externe limite un tertre peu élevé, d’une vingtaine de centimètres de haut, constitué des déblais issus du creusement (fig. 4). Le dépôt funéraire est placé dans un loculus aménagé depuis le sommet du tertre et fermé par un tesson de panse d’amphore massaliète. Les os ont été placés dans une œnochoé à pâte claire (fig. 5). Un bassin en bronze étrusque accompagne l’ossuaire et cet objet pourrait indiquer probablement un homme, au vu de comparaisons régionales. Une fosse creusée à proximité immédiate a reçu d’autres restes provenant du bûcher. Elle a en outre pu servir à implanter un dispositif de signalisation. Le fossé s’est colmaté progressivement par érosion et a recueilli, alors que le comblement avait débuté, des tessons d’amphores massaliètes et étrusques.

4Les trois autres fossés ont aussi livré de nombreux tessons de récipients liés à la boisson, amphores et coupes, probables vestiges de cérémonies ou d’actions complémentaires des funérailles et postérieures à elles. En particulier dans le fossé FO3001, les morceaux d’une même coupe grecque d’Occident à pâte grise monochrome ont été retrouvés en deux secteurs quasiment opposés du cercle, à 15 mètres de distance (fig. 6). La forme est complète et peu d’éléments sont absents, ce qui permet d’exclure l’hypothèse de mobilier en position secondaire, piégé dans le fossé à la suite de l’érosion d’un tertre sur lequel il aurait été déposé. Cette coupe a été brisée et le rejet de ses tessons témoigne d’un geste intentionnel.

5Cette découverte du site funéraire de « La Pailletrice » apporte une confirmation très importante au niveau régional. En effet, d’autres groupes de cercles fossoyés protohistoriques ont été mis au jour ces dernières années dans les plaines du Languedoc oriental, près de Montpellier aux « Cauquillous » (Dedet et Sauvage 1998) et près de Nîmes, à « Vignole » (Séjalon et Dedet 2003 ; Célié et Darde coord. 2007), à « la Roussillonne » (Dedet et Gauthey 2008) et au « Mas Neuf » (Hervé 2000). Cependant à l’exception de ce dernier gisement, au demeurant plus ancien, VIIIe - VIIe siècle av. J.-C., leur degré d’arasement n’avait pas permis la conservation de sépulture à l’intérieur de l’enclos, et leur fonction funéraire n’était qu’hypothèse. « La Pailletrice » fournit une contribution d’autant plus précieuse que les tombes protohistoriques fouillées dans la région littorale du Languedoc oriental sont encore très peu nombreuses, à peine une douzaine pour une longue période allant de la transition Bronze final - Premier Âge du fer au milieu du Ve siècle av. J.-C., et ce, en total contraste avec l’arrière-pays proche ou plus éloigné, Garrigues du Languedoc oriental (Dedet 1992 ; 1994), Cévennes (Dedet et Gauthey 1994 ; 1996-1997), Causses (Dedet 2001), Provence (Bouloumié 1990), où plusieurs centaines de tumulus de cette époque ont été étudiés.

Fig. 1 : La Pailletrice. Localisation du site parmi les nécropoles et tombes contemporaines du Languedoc (DAO B. Dedet).

Fig. 2 : La Pailletrice. Plan général des structures, tombes et voies (DAO É. Henry et I. Daveau).

Fig. 3 : La Pailletrice. Enclos funéraire FO3009, en début de fouille. Le fossé 3009 n’est pas discernable dans le sol contemporain des tombes comme le montrent les banquettes préservées. 3008 : fosse charbonneuse ; 3102 : couvercle de l’ossuaire ; 3136 : nappe de galets scellant le fossé (cliché É. Henry).

Fig. 4 : « La Pailletrice ». Enclos funéraire FO3009. Restitution du profil nord-sud (DAO I. Daveau).

Fig. 5 : « La Pailletrice ». Enclos funéraire FO3009. 1 : la sépulture en cours de dégagement (a : tesson de l’amphore massaliète de couverture ; b : ossuaire ; c : bassin en tôle de bronze). 2 : cruche en pâte claire massaliète servant d’ossuaire (cliché et dessin B. Dedet).

Fig. 6 : « La Pailletrice ». Enclos funéraire FO3001. Répartition des catégories de vases dans le fossé et notamment des tessons de la coupe grise monochrome (dessin et DAO B. Dedet).

6Quatre autres gisements contemporains peu ou prou de « La Pailletrice » ont été découverts durant ces dernières années dans la plaine montpelliéraine. On connaît très mal la structure de la tombe de « la Cougourlude » à Lattes (Prades 1979) et de celle de « la Céreirède » à Montpellier (Chardenon et Bel 2003). Les sépultures de « Mermoz II » à Castelnau-le-Lez ont une architecture différente (voir Ott et al. dans ce volume). Seul l’enclos des « Cauquillous » à Montpellier présente un dispositif semblable à celui de la Pailletrice, avec un tertre de terre entouré d’un fossé circulaire de 26 m de diamètre qui recélait, à mi-hauteur de son comblement, des tessons de récipients liés à la consommation du vin ; mais l’arasement consécutif aux travaux agricoles a fait ici totalement disparaître le dépôt funéraire.

7La question des habitats correspondants reste posée. Elle n’est pas seulement liée à la connaissance, ou plutôt la méconnaissance, des lieux habités proches, mais aussi au type de recrutement des défunts en vigueur dans cette région où la sélection des sujets ayant accès à un traitement solennel de la mort laissant des traces durables apparaît très stricte. En tous cas ici ces sépultures semblent s’ancrer le long d’axes de circulation, en des points remarquables, carrefours ou gués, et participer au bornage et à la délimitation du territoire (Bel et Daveau 2008). Le contexte funéraire proche de « La Pailletrice » doit aussi prendre en compte l’existence de la nécropole de Lattara, qui reste à découvrir.

Bibliographie

Bibliographie

Bel V., Daveau I., 2008, L’occupation du territoire autour de Lattara : quelques aspects mis en lumière par les fouilles récentes, Gallia, 65, p. 23-44.

Bouloumié B., 1990, Rites de l’Âge du fer, inhumation et incinération. Le mobilier funéraire, in Voyage en Massalie, Catalogue d’exposition, Marseille, Musée de Marseille - Édisud, p. 126 - 139.

Célié M., Darde D. coord., 2007, Mémoire du geste : les pratiques funéraires à Nîmes du Néolithique à l’époque romaine, Catalogue d’exposition, Musée Archéologique de Nîmes, Bulletin de l’École Antique de Nîmes, 27.

Chardenon N., Bel V., 2003, Découverte d’une sépulture du premier Âge du fer au lieu-dit La Céreirède (Lattes, Hérault), in Landes C. éd., Les Étrusques en France. Archéologie et collections, Catalogue d’exposition, Lattes, Musée archéologique Henri Prades, p 132-134.

Daveau I. dir., Dedet B., Guerre J., Rémy I., Rascalou P., Raux S., Henry É., Jorda C., Martin S., Carozza L., Pellé R., 2008, Enclos funéraires de l’Âge du fer et voies romaines à « La Pailletrice » à Pérols (Hérault), Rapport final d’opération, Nîmes, Inrap, 224 p.

Dedet B., 1992, Rites funéraires protohistoriques dans les Garrigues languedociennes, Paris, éd. du CNRS, 413 p. (Supplément à la Revue archéologique de Narbonnaise, 24).

Dedet B., 1994, Pratiques funéraires et société au Premier Âge du fer dans les Garrigues languedociennes, in GASCó J., Claustre F. dir., Habitat, économies et sociétés du Nord-Ouest méditerranéen de l’Âge du Bronze au Premier Âge du fer, XXIVe Congrès Préhistorique de France, Carcassonne, p. 175-189.

Dedet B., 2001, Tombes et pratiques funéraires protohistoriques des Grands Causses du Gévaudan. Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 356 p. (Documents d’Archéologie Française, 84).

Dedet B. et Gauthey J., 1994, La nécropole de Peyraube (Lamelouze, Gard) au Premier Âge du fer, Documents d’Archéologie Méridionale, 17, p. 101-151.

Dedet B. et Gauthey J., 1996-1997, La nécropole de Malausette (Soustelle, Gard) à l’Âge du bronze, aux VIe et Ve s. av. J.-C., Documents d’Archéologie Méridionale, 19-20, p. 89-142.

Dedet B. et Gauthey J., 2008, Tombe du Deuxième Âge du fer à La Roussillone, Nîmes (Gard), Documents d’Archéologie Méridionale, 31, p. 213-228.

Dedet B. et Sauvage L., 1998, Les enclos fossoyés du VIe s. av. J.-C. au Cauquillous (Montpellier, Hérault), Bulletin de la Société Préhistorique Française, 95-4, p. 565-580.

Prades H., 1979, La fibule hispanique de la Cougourlude, Journal communal de Lattes, 7, p. 20-21.

Séjalon P. et Dedet B., 2003, Trois enclos funéraires du Ve s. av. J.-C. au mas de Vignole (Nimes, Gard), Documents d’Archéologie Méridionale, 26, p. 43-61.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : La Pailletrice. Localisation du site parmi les nécropoles et tombes contemporaines du Languedoc (DAO B. Dedet).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7232/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Fig. 2 : La Pailletrice. Plan général des structures, tombes et voies (DAO É. Henry et I. Daveau).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7232/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 3 : La Pailletrice. Enclos funéraire FO3009, en début de fouille. Le fossé 3009 n’est pas discernable dans le sol contemporain des tombes comme le montrent les banquettes préservées. 3008 : fosse charbonneuse ; 3102 : couvercle de l’ossuaire ; 3136 : nappe de galets scellant le fossé (cliché É. Henry).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7232/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Fig. 4 : « La Pailletrice ». Enclos funéraire FO3009. Restitution du profil nord-sud (DAO I. Daveau).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7232/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Fig. 5 : « La Pailletrice ». Enclos funéraire FO3009. 1 : la sépulture en cours de dégagement (a : tesson de l’amphore massaliète de couverture ; b : ossuaire ; c : bassin en tôle de bronze). 2 : cruche en pâte claire massaliète servant d’ossuaire (cliché et dessin B. Dedet).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7232/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 6 : « La Pailletrice ». Enclos funéraire FO3001. Répartition des catégories de vases dans le fossé et notamment des tessons de la coupe grise monochrome (dessin et DAO B. Dedet).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7232/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

Auteurs

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search