Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Volume II. Gestes funéraires en Gaule au Second Âge du fer

L’ensemble funéraire protohistorique de la « Zac Mermoz » à Castelnau-le-Lez, Hérault (vie – ive siècles av. j.-c.)

Mathieu Ott, Valérie Bel, Nathalie Chardenon, Pierre Séjalon et Véronique Lelièvre

Résumé

L’ensemble funéraire de Mermoz a été découvert récemment à 2 km au sud de l’oppidum de Sextantio (Castelnau-le-Lez, Hérault) à proximité d’un habitat protohistorique. Il a livré 12 sépultures datées entre le VIe et le IVe siècle av. J.-C., vraisemblablement installées aux abords d’une voie. Nouveau jalon dans la petite série des sites funéraires du Second Âge du fer du Midi de la Gaule, il permet d’appréhender la diversité des pratiques funéraires au sein d’un même espace et d’aborder la question du recrutement sélectif de ces lieux.

Texte intégral

1L’ensemble funéraire de « Mermoz » a été étudié dans le cadre d’une fouille préventive menée par l’Inrap (Ott et al. 2009). L’opération, réalisée en 2006, a permis le dégagement exhaustif de cet ensemble au sein d’une emprise de 8000 m2. Située à 2 km au sud de l’oppidum de Sextantio (Castelnau-le-Lez), sur les plateaux qui dominent la plaine du Lez, l’opération de Mermoz constitue la première fenêtre ouverte sur le terroir de l’agglomération (fig. 1). Elle a livré les vestiges de parcellaires successifs, échelonnés entre le VIe siècle av. et le IIe siècle ap. J.-C., dont la trame est encore inscrite dans le paysage actuel. Les résultats de la fouille seront présentés ici de manière succincte, l’ensemble funéraire devant faire l’objet d’une publication monographique.

1. Tombes, chemin, habitat

2L’occupation funéraire protohistorique débute avec deux dépôts secondaires de crémation, datés du VIe siècle av. J.-C., installés au sommet du comblement d’un paléochenal (fig. 2). Un fossé semble être établi au plus tard à la fin du VIe siècle. Le mobilier céramique retrouvé dans son comblement atteste son utilisation durant le Ve siècle. Au cours de cette période, quatre nouvelles sépultures sont installées de manière dispersée de part et d’autre de cet axe. Ce mode d’implantation permet d’envisager l’existence d’un chemin, pérennisé au Haut-Empire. Des tronçons de fossés, des fosses et deux puits pourraient témoigner de la proximité d’un habitat, ou correspondre à des structures para-funéraires. Deux de ces fosses ont livré des restes osseux humains non brûlés. Trois autres sépultures attestent la permanence de la vocation funéraire du secteur au cours du IVe siècle, voire jusque dans le courant du IIIe siècle. À ces neuf sépultures, il faut ajouter trois tombes non datées.

Fig. 1 : habitat et groupes de tombes des VIe-IVe siècles entre Sextantio et Lattara (DAO Conche, Labarussiat et Lelièvre, Inrap).

Fig. 2 : plan d’ensemble des structures protohistoriques de la ZAC Mermoz (DAO M. Ott, Inrap).

Fig. 3 : le mobilier métallique de la sépulture 2063 (DAO N. Chardenon, Inrap).

2. Un recrutement sélectif

3On peut distinguer deux modes d’implantation : un regroupement de sépultures (9 tombes) autour du noyau initial composé des deux tombes les plus anciennes, et des tombes dispersées le long du chemin supposé. Le petit nombre de sépultures conservées (12), au regard de la durée d’occupation (près de trois siècles), témoigne d’un recrutement sélectif avec moins d’une tombe par génération.

4Les associations rencontrées dans cet ensemble n’ont pas un caractère exceptionnel. En effet, le dépôt d’objets de parure est fréquent dans les sépultures régionales. Cependant, certains éléments retiennent l’attention : disque à rebord perlé, fibule en argent (fig. 3), pointe de lance. Parfois, l’abondance de mobilier céramique et/ou métallique mais aussi sa qualité et sa facture permettent d’avancer l’hypothèse d’un recrutement fondé sur un statut social privilégié. Ce critère ne peut cependant être retenu concernant le mobilier céramique peu abondant qui est essentiellement constitué de productions locales, contrairement aux dépôts observés dans les ensembles funéraires régionaux contemporains.

5Il n’y a pas, semble-t-il, de recrutement spécialisé en fonction du sexe des individus. Ainsi, parmi les sépultures dotées de mobilier considéré comme discriminant (si l’on admet certains postulats), on dénombre une tombe masculine avec un fer de lance et deux tombes féminines pourvues de fusaïoles. Les associations de mobilier des autres sépultures ne permettent pas de proposer une diagnose sexuelle fiable.

3. Les pratiques funéraires

6Toutes les sépultures identifiées sont des dépôts secondaires de crémation (fig. 4). Aucun bûcher n’a été mis en évidence dans l’emprise. Bien que l’ensemble des structures ait été fortement arasé par les labours, il est possible de reconnaître trois types de dépôts distincts : les dépôts en ossuaire, les dépôts mixtes et les dépôts de résidus. Ces différentes pratiques coexistent au sein de l’ensemble funéraire.

3.1. Les dépôts en ossuaire

7Le premier type de dépôt est constitué d’un vase ossuaire placé dans une fosse au comblement non charbonneux, dépourvu de restes osseux brûlés. On identifie quatre tombes de ce type (SP2062, SP2063, SP2064 et SP2067), auxquelles on peut éventuellement adjoindre la fosse SP1084, si l’on admet que le vase en place conservé est un fond de vase ossuaire. Ces dépôts en ossuaire, avérés ou possibles, proviennent tous du même secteur localisé au nord-est de l’emprise. On les rencontre tout au long de l’occupation funéraire du site, au VIe siècle (SP2062), au Ve siècle (SP2063) et au IVe siècle av. J.-C. (SP2064).

Fig. 4 : tableau synthétique des sépultures de la ZAC Mermoz (V. Bel, N. Chardenon, Inrap).

Fig. 5 : Le vase ossuaire de la sépulture 2063 (Cliché M. Ott, Inrap.).

Fig. 6 : le dépôt de résidus de la sépulture 1054, mise au jour lors du diagnostic (Cliché M. Ott, Inrap).

8Les fosses sont circulaires ou ovales et leur taille est ajustée au diamètre du vase, ou légèrement plus importante. Pour l’une des tombes en ossuaire, des indices permettent d’attester une couverture (espace vide à l’extérieur de l’urne). Le vase ossuaire est dans tous les cas un récipient en céramique de production locale, une urne à fond plat ou un vase à pied haut (SP2063, fig. 5). Le plus souvent, l’arasement de la fosse ne permet pas de savoir si le récipient était complet ou non et s’il possédait un couvercle. Toutefois, les fonds de vases en céramique modelée trouvés "en suspension" dans le remplissage des urnes SP2063 et SP2062, appartiennent selon toute vraisemblance à des couvercles placés initialement sur le bord du récipient, face interne vers le haut, et qui se sont effondrés par la suite lors du colmatage de l’ossuaire.

9Les tombes contiennent de petites quantités d’ossements brûlés humains. Les dépôts d’os placés dans les ossuaires sont sans rapport avec la contenance des récipients. Dans deux ossuaires, on observe une surreprésentation du crâne, et dans un troisième, au contraire, un déficit de cette région anatomique.

10En Languedoc oriental, le dépôt en ossuaire est rare avant la deuxième moitié du VIe siècle av. J.-C., alors que ce mode de dépôt est largement attesté depuis le Bronze final IIIb en Languedoc occidental. Le plus ancien exemple, daté du VIIe siècle, a été récemment mis au jour sur le site des « Charmilles » à Nîmes (Escallon et al. 2005). Deux dépôts en ossuaire sont datés de la deuxième moitié du VIe siècle av. J.-C. : la tombe 3 de « La Bergerie-Hermet » à Calvisson (Dedet et Py 1973, p. 49) et la tombe de « La Céreirède » à Lattes (Bel et Conche 2003, p. 224 ; Chardenon et al. 2003). À Nîmes, des dépôts en ossuaire sont attestés au Ve siècle av. J.-C. au « Mas de Vignoles VII » (Séjalon et Dedet 2003) et aux IVe-IIIe siècles av. J.-C. à « la Roussillonne » (Dedet et Gauthey 2008). La tombe 1A du « Mas de Vignoles VII » présente un dispositif comparable à celui de la tombe SP2063 de Castelnau : l’ossuaire (un fond d’urne ou oenochoé grise monochrome) a été installé dans une fosse étroite, sur un dépôt constitué d’une fusaïole et de fragments d’armilles en bronze brûlées dont des éléments étaient également associés au dépôt d’os.

11La place du mobilier varie au sein du dépôt. Les objets sont soit sur la couche de résidus de crémation, soit dans le comblement de l’ossuaire, soit sur le fond des loculi. Il n’est pas toujours possible de déterminer si les objets ou les vases associés au dépôt funéraire sont passés ou non sur le bûcher. Il semble toutefois que les objets non brûlés soient peu nombreux. On peut mentionner peut-être une fusaïole dans la tombe SP2061, un disque à rebord perlé dans la tombe SP2063, (tous deux placés sur les ossements dans l’ossuaire), des fragments de panse d’amphore non brûlés déposés sur la couche de résidus de la sépulture SP1054. Ce dernier dépôt très lacunaire implique le bris préalable de l’amphore en dehors de la tombe. Il peut être lié à un geste de libation. Le dépôt d’amphore lacunaire est attesté au « Cauquillous » à Montpellier (Dedet et Sauvage 1998). Ce type de récipient apparaît également en dépôt secondaire dans la tombe 3 de « La Bergerie-Hermet » (Dedet et Py 1973), et sous forme de fragments brûlés mêlés aux résidus dans les tombes du groupe est de la nécropole de « Las Peyros » à Couffoulens (Passelac et al. 1981). Dans l’une des tombes, une fusaïole a été déposée à l’extérieur de l’ossuaire, sur le fond de la fosse. Dans d’autres cas, les restes osseux sont mêlés à des éléments de parure (fibules et bracelets) qui semblent être passés sur le bûcher. Les éléments d’un couvercle brisé et partiellement brûlé ont été retrouvés à la fois dans et à l’extérieur de l’ossuaire.

3.2. Les dépôts de résidus

12Les dépôts de résidus (fig. 6) sont placés dans des fosses de formes et de dimensions très variables, dépourvues de vase ossuaire. Le dépôt funéraire est constitué d’une couche de résidus charbonneux prélevés sur le bûcher et contenant des ossements humains brûlés, en vrac. Quatre fosses de ce type ont été mises en évidence (SP2055 et SP2103, SP1054, SP1062). Le fond de fosse à comblement charbonneux SP1085, ainsi que la fosse au statut incertain SP2066, pourraient également appartenir à cette catégorie, si l’on retient l’hypothèse funéraire.

Fig. 7 : le mobilier métallique de la sépulture 2055 (DAO N. Chardenon, Inrap).

13Le dépôt de résidus charbonneux occupe le fond de la fosse sur une épaisseur variable oscillant entre 0,15 m et 0,30 m minimum pour le dépôt incomplet de la tombe SP2055. Dans les fosses les mieux conservées, le dépôt est scellé par un comblement généralement dépourvu d’inclusions charbonneuses et d’os brûlés. Seule la tombe SP2103 fait exception avec près 40 g d’os brûlés humains dans le comblement supérieur, qui ne sont pas incompatibles avec les pièces osseuses recueillies dans le dépôt de résidus. Au sein de ce remblai se trouve également un gros bloc non brûlé qui pourrait avoir eu une fonction de signalisation de la tombe en surface.

14Les dépôts de résidus renferment des ossements brûlés en quantité très variable allant de 109,4 g à 549,2 g pour le lot le plus important, pourtant arasé par les labours. On observe que ces lots sont supérieurs à ceux qui ont été déposés dans les vases ossuaires. En revanche, les dépôts de résidus presque complets des tombes SP1054 et SP1062 renferment seulement 24,6 g et 0,8 g d’os.

15Aux dépôts de résidus sont aussi mêlés parfois des graines carbonisées (SP1062), des nodules d’argile rubéfiée (SP1062 et SP1085) et des pierres ou galets brûlés (SP1062, SP2055, SP1085 et SP2103).

16Des éléments de mobilier apparaissent également dans plusieurs dépôts, au sein de la couche de résidus (fibule dans le dépôt incertain SP2066), dans la partie supérieure de la couche (fibule et fragments de vase dans la tombe SP1062 et dans la fosse SP1085), ou encore à la base, près du fond de la fosse (pointe de lance et fibule dans la tombe SP2055, fig. 7). Dans les deux derniers cas, on peut penser que le mobilier (brûlé ou non) n’a pas été introduit dans la fosse avec les résidus en vrac, mais qu’il a été prélevé séparément et a fait l’objet d’un dépôt secondaire avant ou après le déversement des résidus dans la tombe.

17Les dépôts de résidus de Castelnau peuvent être comparés à la tombe de « Font de la Vie » à Saint-Bauzille-de-Montmel (Hérault) datée du Ve siècle (Dedet 1995). Le dépôt est constitué d’un sédiment noir incluant de rares charbons de bois, des ossements brûlés (lot incomplet de 54,7 g) et des fragments d’objets en bronze brûlés. Les fragments de céramique associés au comblement charbonneux (une ou deux coupes attiques à figures rouges) sont également brûlés. Des exemples plus anciens existent également dans la vallée de l’Hérault et en Languedoc occidental. On peut mentionner notamment une crémation inédite datée du VIIe siècle trouvée à « Soumaltre », Aspiran (Hérault), en bordure d’une zone humide (Bel et Feugère 2002). Ce type de crémation est encore attesté à la charnière des IIIe-IIe siècles av. J.-C. à Ambrussum (Fiches 2002 ; Fiches 2003 ; Dedet à paraître) et à Nîmes (tombe inédite des Charmilles : Escallon et al. 2005).

3.3. Les dépôts mixtes

18Le troisième type de sépulture correspond à des fosses qui contiennent un vase ossuaire associé à une couche de résidus charbonneux contenant des restes osseux humains brûlés. Un seul dépôt de ce type a été reconnu lors de la fouille (SP2061). Daté du IVe siècle av. J.-C., il a été mis au jour au sein du groupe de dépôts en ossuaire.

19Le dépôt SP2061 a été installé dans une petite fosse ovalaire de 0,30 m de long. Les résidus qui occupent une moitié de la fosse ont été mis en place en premier lieu, avant le dépôt du mobilier constitué d’objets de parure (six bracelets) et de vêtement (une agrafe de ceinture). Le vase ossuaire repose sur ce mobilier et occupe la moitié nord-est du loculus (fig. 8). Il contient un élément de parure (une fibule) associé aux os brûlés et une fusaïole non brûlée déposée sur la couche d’os, dont la masse (97,9 g) demeure très faible par rapport au poids théorique d’un sujet adulte incinéré.

20Ce type de dépôt apparaît également dans la tombe de Castelnau-de-Guers (Houlès et Janin 1992), dans celle de « Soumaltre » à Aspiran (Thernot et al. 2002), dans la tombe 3 de « La Bergerie-Hermet » à Calvisson (Dedet et Py 1973) et dans le dépôt 1A du « Mas de Vignoles » à Nîmes (Séjalon et Dedet 2003). En Languedoc oriental, le dépôt mixte est illustré par au moins deux exemples. La tombe découverte à « La Cougourlude » à Lattes et datée de la fin du VIe-Ve siècle (Prades 1979 ; Dedet 1995, p. 158) est constituée d’un vase non tourné contenant des os brûlés et une fibule, placés dans une fosse comblée de cendres et recouverte de galets. La tombe 2 du « Mas de Vignoles VII » à Nîmes (Ve siècle) présente une organisation assez comparable à celle de la tombe SP2061 de Castelnau. L’ossuaire (fond d’urne ou d’oenochoé grise monochrome renfermant 113 g d’os), repose sur le fond et sur un lot d’objets (fibule, rasoir et grand couteau), dans la moitié ouest de la fosse. Celle-ci est comblée par un sédiment gris contenant des inclusions éparses de charbons de bois, des fragments de galets brûlés, mais pas d’ossements brûlés.

Fig. 8 : le dépôt mixte de la sépulture 2061 (Cliché M. Ott, Inrap.).

21Établi le long d’un chemin à proximité d’un établissement rural, l’ensemble de la ZAC Mermoz témoigne de l’existence d’espaces funéraires dispersés, à distance des nécropoles implantées au voisinage des oppida comme à Ambrussum. Par ailleurs, les éléments disponibles attestent le caractère sélectif du recrutement, comme sur le site voisin de « la Céreirède » à Lattes. Enfin, la diversité des modes de dépôts observée dans les tombes de Castelnau-le-Lez s’accorde assez bien avec les données, encore peu nombreuses, disponibles pour le Languedoc oriental.

Bibliographie

Bibliographie

Chardenon N., Bel V., Marchand G., 2003, Découverte d’une sépulture du Premier âge du Fer au lieu-dit La Céreirède (Lattes, Hérault), in Les Etrusques en France. Catalogue de l’exposition. Lattes, Musée Henri Prades, p. 132-134.

Bel V., Conche F., 2003, La Céreirède, in Vial J. dir., Le Montpelliérais, Carte archéologique de la Gaule 34/3, pré-inventaire archéologique publié sous la responsabilité de M. Provost, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, p. 224-226.

Bel V., Feugère M., 2002, La tombe du Premier Âge du fer, in Thernot R. dir., L’établissement rural de Soumaltre à Aspiran (Hérault), DFS de fouille archéologique, Inrap, service régional de l’Archéologie du Languedoc-Roussillon, p. 77-82.

Dedet B., à paraître, La nécropole d’Ambrussum (Villetelle, Hérault) au IIIe s. av. J.-C.

Dedet B., 1995, Une illustration de l’évolution des pratiques funéraires en Languedoc oriental à l’Âge du fer : La tombe de Font de la Vie à Saint-Bauzille-de-Montmel, Hérault, Ve s. av. J.-C., Gallia, 52, p. 145-163.

Dedet B., Py M., 1973, Les tombes protohistoriques de La Bergerie-Hermet à Calvisson, Gard, Gallia, 31, p. 37-59.

Dedet B., Gauthey J., 2008, Tombe du Deuxième Âge du fer à la Roussillonne, Nîmes (Gard), Documents d’Archéologie Méridionale, 31, p. 213-228.

Dedet B., Sauvage L., 1998, Les enclos fossoyés du VIe s. av. J.-C. au Cauquillous (Montpellier, Hérault), Bulletin de la Société Préhistorique Française, 95-4, 565-580.

Escallon G., Aurand J.-L., Barberan S., Bel V., Chardenon N., Sejalon P., 2005, Zac Esplanade sud « Les Charmilles » à Nîmes (Gard), DFS de diagnostic archéologique, Inrap, service régional de l’Archéologie de Languedoc-Roussillon, p. 24-37.

Fiches J.-L., 2002, Villetelle, Ambrussum, Bilan scientifique de la région Languedoc-Roussillon, 2001, service régional de l’Archéologie du Languedoc-Roussillon. Montpellier, p. 166-168.

Fiches J.-L., 2003, Notice 340-1, Ambrussum, in Vial J., Le Montpelliérais, Carte archéologique de la Gaule 34/3, pré-inventaire archéologique publié sous la responsabilité de M. Provost, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, p. 390-406.

Houlès N., Janin T., 1992, Une tombe du Premier Âge du fer au lieu-dit Saint-Antoine à Castelneau-de-Guers (Hérault), Revue archéologique de Narbonnaise, 25, p. 433-443.

Ott M., Bel V., Chardenon N., Cretin C., Sejalon P., 2009, Mermoz II à Castelnau-le-Lez (Hérault), Rapport final d’opération de fouille archéologique, Inrap, service régional de l’Archéologie du Languedoc-Roussillon, 168 p.

Passelac M., Rancoule G., Solier Y., 1981, La nécropole de « Las Peyros » à Couffoulens (Aude) (découverte d’un second groupe de tombes), Revue archéologique de Narbonnaise, 14, p. 2-70.

Prades H., 1979, La fibule hispanique de la Cougourlude, Journal Communal de Lattes, 7, p. 20-21.

Sejalon P., Dedet B., 2003, Trois enclos funéraires du Ve s. av. J.-C. au Mas de Vignole VII (Nîmes, Gard), Documents d’Archéologie Méridionale, 26, p. 43-61.

Thernot R., Bel V., Mauné S., 2002, L’établissement rural de Soumaltre à Aspiran (Hérault), DFS de fouille archéologique, Inrap, service régional de l’Archéologie du Languedoc-Roussillon.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : habitat et groupes de tombes des VIe-IVe siècles entre Sextantio et Lattara (DAO Conche, Labarussiat et Lelièvre, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7202/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 2 : plan d’ensemble des structures protohistoriques de la ZAC Mermoz (DAO M. Ott, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7202/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Fig. 3 : le mobilier métallique de la sépulture 2063 (DAO N. Chardenon, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7202/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig. 4 : tableau synthétique des sépultures de la ZAC Mermoz (V. Bel, N. Chardenon, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7202/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 5 : Le vase ossuaire de la sépulture 2063 (Cliché M. Ott, Inrap.).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7202/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 6 : le dépôt de résidus de la sépulture 1054, mise au jour lors du diagnostic (Cliché M. Ott, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7202/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Fig. 7 : le mobilier métallique de la sépulture 2055 (DAO N. Chardenon, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7202/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Fig. 8 : le dépôt mixte de la sépulture 2061 (Cliché M. Ott, Inrap.).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7202/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

Auteurs

Inrap, Centre archéologique de Nîmes, 561 rue Étienne Lenoir, Km Delta, 30900 Nîmes, UMR 5140, Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, 390 avenue de Pérols, 34970 Lattes, mathieu.ott@inrap.fr

Inrap, Centre archéologique de Nîmes, 561 rue Étienne Lenoir, Km Delta, 30900 Nîmes, UMR 5140, Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, 390 avenue de Pérols, 34970 Lattes, pierre.sejalon@inrap.fr

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search