Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Volume II. Gestes funéraires en Gaule au Second Âge du fer

Bilan des pratiques funéraires du Second Âge du fer sur la façade méridionale du massif Central : Haute-Auvergne, Causses du Rouergue et du Gévaudan, Cévennes

Fabien Delrieu, Philippe Gruat, Lionel Izac-Imbert et Pierre-Yves Milcent

Résumé

Les us et coutumes funéraires durant le Second Âge du fer dans les contrées sud du Massif central sont documentés de manière partielle et très inégale. La plupart des sépultures se rapportent essentiellement au Ve et, à un degré moindre, au IVe siècles av. J.-C. Leur recensement montre qu’elles sont nettement moins nombreuses que pendant le Premier Âge du fer. Il s’agit généralement de réutilisations de monuments plus anciens (tumulus, dolmens ou coffres), plus rarement de l’érection de nouveaux tertres. Leur corpus offre une certaine unité caractérisée par la généralisation de l’incinération, par une surreprésentation de tombes privilégiées et par des affinités culturelles avec les régions voisines occidentales et méridionales. Les sépultures des IIIe au Ier siècles avant J.-C. sont quasiment inconnues. Une telle lacune pose questionnement. Est-elle due à notre incapacité méthodologique à les mettre en évidence ou est-ce le résultat de pratiques particulières ? Le problème se pose avec d’autant plus d’acuité que la tradition de construction ou de réutilisation de tertres, funéraires ou non, se poursuit tardivement, parfois jusqu’au haut Moyen Âge.

Texte intégral

Introduction

1Sur les Causses du Rouergue et du Gévaudan, correspondant pour partie aux départements actuels de l’Aveyron et de la Lozère, dans les Cévennes micaschisteuses (Gard) ainsi qu’en Haute-Auvergne (département du Cantal), la documentation relative aux pratiques funéraires du Second Âge du fer est relativement modeste par rapport à celle disponible pour les régions septentrionales limitrophes comme notamment la Basse-Auvergne. On ne dénombre, en tout et pour tout, sur une aussi vaste zone géographique, qu’une trentaine de monuments pouvant s’y rapporter, tous tumulaires (fig. 1). La documentation disponible concerne un champ chronologique restreint couvrant presque exclusivement les Ve et IVe siècles av. J.-C. qui correspondent à la phase ultime d’utilisation des tumulus à des fins funéraires. Pour La Tène moyenne et finale, quasiment aucune sépulture indiscutable n’est documentée. Il est pour l’heure difficile d’interpréter cette lacune et de différencier ce qui tient d’un manque de recherches récentes de terrain sous la forme de décapages extensifs, dans le cadre de l’archéologie préventive notamment, ou d’un phénomène pertinent d’un point de vue archéologique.

1. Données chronologiques

1.1. Les Causses et les Cévennes

2Exceptionnels au cours du Chasséen, les tertres ou tumulus non mégalithiques se font plus nombreux à partir du Néolithique final ou Chalcolithique, plus particulièrement lors de la phase moyenne du groupe des Treilles, soit entre 3 000 et 2 500 av. J.-C. en dates calibrées (Gruat 2006). Encore rares avant le Ha B2 (ou Bronze final IIIb), les tumulus se multiplient au début de l’Âge du fer (Ha C et le Ha D1-2) où le phénomène atteint son apogée (Gruat 2000, p. 65).

3Un net déclin du nombre de sépultures tumulaires s’amorce dans cette région au Ha D3, au moment où l’incinération se développe et où les dimensions des monuments se contractent (Gruat 2000). Il est d’ailleurs parfois difficile, faute de mobilier suffisamment bien daté, de distinguer clairement les ensembles du Ha D3 de ceux de La Tène A (fig. 2). C’est plus particulièrement vrai pour une dizaine de monuments : Tumulus de Barriac, tumulus des Martinous, structure des Fonds, tumulus A de La Vialette, dolmen de Barjac, tumulus du Champ Rond, dolmen de L’Estrade, tumulus 5 des Vieilles Mortes, tumulus A5 et B10 de Malausette.

4Quoi qu’il en soit, le Ve siècle av. J.-C. marque dans cette région un net recul de ce type de tombes dont l’utilisation ou la réutilisation est rarissime à partir du IVe siècle av. J.-C. Ce phénomène coïncide avec l’abandon de la plupart des habitats de hauteur et suggère une phase de dépeuplement ou au moins de déprise importante jusqu’à La Tène C2, difficile à interpréter pour l’instant : exode rural ? migrations ? épidémies ? etc. (Garcia et al. 2007).

5Pour les Ve et IVe siècles av. J.-C., seules onze tombes sont recensées avec certitude : tumulus de Souyri, les trois tumulus accolés des Barracs, dolmen du Viala, tumulus 1 de La Granède, tumulus I et VI du Bac, dolmen de Chapieu, tumulus 1 des Conques, tumulus A2 de Malausette. Seul le tumulus 1 des Conques est assurément attribuable au IVe siècle av. J.-C.

6À la suite de ces derniers dépôts sous tumulus, comme pour une bonne partie du Sud-Ouest de la Gaule, on est incapable de présenter des sépultures indiscutables, pour la bordure méridionale du Massif Central, avant le règne d’Auguste, soit un vide de plus de trois siècles ! Un seul monument tardif, le tertre 1 de La Vialette, se rapporte éventuellement à une phase récente du Second Âge du fer.

Fig. 1 : carte des sites de Haute-Auvergne, des Causses du Rouergue et du Gévaudan et des Cévennes.

Fig. 2 : tableau synoptique des contextes funéraires des sépultures du Second Âge du fer de Haute-Auvergne, des Causses du Rouergue, du Gévaudan et des Cévennes.

1.2. La Haute-Auvergne

7L’utilisation de tumulus pour l’ensevelissement de sépultures individuelles est une pratique documentée en Haute-Auvergne au moins dès le Bronze ancien (Delrieu et Milcent, à paraître). Plusieurs dépôts funéraires attribuables au Bronze ancien ou moyen ont ainsi été fouillés dans les ensembles tumulaires de Lair à Laurie (Tumulus n° 1 (Vital et al. 2006)), de La Croix de Baptiste à Vèze et Allanche (Fouilles P.-Y. Milcent, (Delrieu et Milcent 2006) et plus anciennement du Suc des Demoiselles à Vebret (Bouillet 1834).

8Après un abandon de cette pratique au cours d’une phase couvrant la fin du Bronze moyen et l’étape ancienne du Bronze final, l’utilisation des tumulus reprend de manière sporadique dès l’étape moyenne du Bronze final comme dans le cas du tumulus n° 20 de la nécropole de Lair à Laurie. Cependant, c’est véritablement au cours du Ha C que cette pratique connaît un véritable renouveau qui va se poursuivre au cours du Premier Âge du fer et durer de manière significative jusqu’au Ve siècle av. J.-C. (Milcent 2004).

9Par la suite les tumulus ne sont utilisés à des fins funéraires que de manière sporadique, comme le démontre la présence de deux probables sépultures, attribuables aux IVe et IIIe siècle av. J.-C, mises au jour lors de la fouille des tumulus de Moulèdes à Laveissenet (Milcent et Delrieu 2007, p. 57) et de Celles (Izac-Imbert 2004). Au delà de ces deux cas qui ne semblent pas caractéristiques des pratiques funéraires usuelles, aucune autre sépulture n’a pu être documentée pour le Second Âge du fer en Haute-Auvergne. Cette lacune contraste nettement avec l’abondance de la documentation disponible pour cette période en Basse-Auvergne où, faut-il le rappeler, les fouilles préventives par décapage extensif sont très développées.

2. Répartition des sépultures et des nécropoles dans le paysage

2.1. Les Causses et les Cévennes

10Qu’il s’agisse de monuments réutilisés (dolmens, coffres, tumulus) ou nouvellement érigés, les tombes du début du Second Âge du fer s’inscrivent dans une topographie funéraire semblable à celle du Premier Âge du fer. Elles réemploient souvent de tombes plus anciennes autour desquelles elles semblent parfois s’organiser. Les nouveaux tertres érigés sont généralement situés sur des plateaux dégagés, des sommets de collines, voire des lignes de crêtes, dans un souci évident d’être vus de loin et par tous, probablement pour marquer l’existence et/ou le territoire des communautés humaines protohistoriques, à l’instar de certaines sépultures mégalithiques (Gruat 1994a, p. 22).

11Les relations entre le monde des morts et celui des vivants étaient manifestement prononcées même si elles demeurent encore trop peu étudiées. On ne peut que relever la proximité (moins de 500 m) de certains ensembles tumulaires avec des habitats de hauteurs contemporains : Sévérac-le-Château et ses nécropoles périphériques, La Granède, la nécropole de La Vialette et l’enceinte du cirque de Saint-Paul-des-Fonts (Saint-Jean et Saint-Paul). Enfin, sur les Causses, notamment le Larzac, nombre de groupes de tumulus sont localisés à proximité immédiate de dolines, propices à l’agriculture et à l’installation d’établissements agricoles de plein air, encore mal documentés.

2.2. La Haute-Auvergne

12Seuls deux tumulus ont indubitablement été érigés au cours du Ha D3 /La Tène A1. Ils prennent place, dans les deux cas, dans la trame d’un ensemble tumulaire dont l’origine est bien plus ancienne.

13Ainsi le tumulus n° 2 de Lair, à Laurie, est fondé dans une nécropole en usage dès le Bronze ancien ; elle est fréquentée durant l’étape moyenne du Bronze final (Tumulus n° 20, fouille P. Simon 1970-1975) puis tout au long du Premier Âge du fer. Cette nécropole se développe de manière linéaire selon un axe correspondant probablement à une voie de passage permettant la relation entre la vallée de l’Allagnon et les hautes terres du massif du Cézallier. Le fonctionnement de cette voie entre le Bronze ancien et le Ha D3 /La Tène A1 semble pouvoir être rattaché à une activité de transhumance qui reste pour l’heure difficile à caractériser. La fondation de ce tumulus s’inscrit, de ce fait, dans une volonté d’ostentation qui préside au choix du lieu d’érection de ces monuments depuis le Bronze ancien en Haute-Auvergne (Delrieu et Milcent à paraître).

14D’un point de vue chronologique, le tumulus « à cromlech » de la nécropole de Mons à Saint-Georges se place dans un ensemble funéraire qui semble fonctionner dès le Néolithique final. En effet, cette nécropole qui est utilisée sans hiatus entre la fin du Bronze final et le Ha D3 - La Tène A1 s’articule autour d’un dolmen dont l’utilisation remonte au Néolithique final ou au Bronze ancien. La relation de proximité entre dolmens du Néolithique final et tumulus protohistoriques est attestée ailleurs par exemple dans les garrigues languedociennes (Dedet 1992) ou dans le domaine caussenard (Gruat 2000 ; Dedet 2001).

15Dans ces deux cas de figure, l’érection d’un tumulus au cours Ha D3 ou de La Tène A1 marque la fin du fonctionnement de la nécropole et la conclusion d’une activité funéraire entamée dès les prémices de l’Âge du bronze.

3. Les monuments et leurs structures

3.1. Les Causses et les Cévennes

16Parmi les vingt-deux monuments recensés, on dénombre :

  • quatre réutilisations de dolmens érigés au Néolithique final ou au Chalcolithique : le Viala, Barjac, Chapieu, L’Estrade ;
  • quatre réutilisations de coffres construits au Néolithique final ou durant l’Âge du bronze : tumulus VI du Bac, tumulus A2, A5 et B10 de Malausette ;
  • une réutilisation de tumulus plus ancien : La Granède 1 ;
  • huit ou neuf créations probables de nouveaux tertres funéraires : les Barracs 1 à 3, La Vialette A et peut-être 1, Le Bac I, Les Conques 1, Le Champ Rond, Les Vieilles Mortes 5 ;
  • un aménagement d’une structure funéraire particulière : Les Fonds ;
  • trois sites sur lesquels il est impossible de savoir s’il s’agit de création ou de réutilisation : tumulus de Barriac, des Martinous et de Souyri.

17Au total, on recense donc presque autant de réutilisations d’anciens monuments (neuf cas) que de nouvelles constructions (neuf ou dix cas). Dans les réutilisations d’anciennes sépultures, les dolmens caussenards et les coffres des Cévennes micaschisteuses, véritables marqueurs territoriaux, occupent une place de choix. Durant tout le Premier et le début du Second Âge du fer, les dolmens sont fréquemment réutilisés, souvent pour des sépultures privilégiées, et voient se développer parfois, à leur périphérie, de nouveaux ensembles tumulaires (Gruat 2000, p. 71-72).

18On dispose de peu de précisions architecturales sur ces sépultures, excepté pour quelques fouilles récentes bien documentées : tumulus des Barracs (Gruat et al. 1995), structure des Fonds (Dedet 2001) et coffres de Malausette (Dedet et Gauthey 1996-1997).

19Les tertres des Causses du Rouergue sont constitués d’un mélange de blocs en calcaire et de terre, dans des proportions respectives de l’ordre des deux tiers pour un tiers du volume. En Gévaudan, le blocage de pierre ménage de fréquents vides interstitiels dans la masse du tertre où le sédiment encaissant paraît moins présent, à l’instar du tumulus 1 des Conques. Peu de structures particulières sont signalées pour ces monuments :

  • un petit coffre de pierre protège les restes de l’incinération recueillis dans une urne, dans le tumulus des Martinous,
  • un parement au tracé parfaitement circulaire délimite le tumulus 1 des Barracs (fig. 3 et 4) ;
  • une couronne de gros blocs circonscrit la zone funéraire centrale du tumulus 1 de La Granède ;
  • des dalles verticales bordent un côté du dépôt incinéré du tumulus I du Bac ;
  • une dalle de signalisation (0,70 x 0,45 x 0,25 m) est fichée à la surface du tumulus initial du Champ Rond (stèle ?).

20Les tertres sont implantés soit à même le sol naturel (Barracs 1 et 2, La Vialette 1), soit sur le socle soigneusement décapé préalablement (Les Barracs 3), soit encore sur un dallage surajouté sur le paléosol (Champ Rond).

21L’agglomération de trois tumulus successifs aux Barracs, indécelable avant la fouille, implique un regroupement particulier, probablement d’ordre familial ou social (fig. 4). Le tumulus du Champ Rond est également partiellement recouvert par un autre tertre, sans dépôt sépulcral (cénotaphe ?), d’environ 4,15 m de diamètre. De tels tertres agglomérés sont bien attestés dans les nécropoles quercynoises du Frau à Cazals dans le Tarn-et-Garonne (Pajot 2000) et du Camp de l’Église Nord à Flaujac-Poujols dans le Lot (Beausoleil et al. 2007), dans la seconde moitié du VIe et au Ve siècles av. J.-C.

22Le monument des Fonds à Sévérac-le-Château, exceptionnel pour la région, mérite une mention particulière. Il a été fouillé en 1993 par F. Pons (Afan) lors des travaux liés à l’A75 (Dedet 2001, p. 28-33). Il a été érigé à la fin du VIe ou au début du Ve siècle av. J.-C., dans la haute vallée de l’Aveyron, au pied de la butte de Sévérac-le-Château, siège d’un important habitat de hauteur occupé du Ha B2 (ou Bronze final IIIb) au début du Second Âge du fer (Ve ou IVe siècle av. J.-C.). Il s’agit d’une vaste aire quadrangulaire de plus de 650 m2 constituée de blocs en calcaire issus d’un gîte localisé à un kilomètre plus au nord. Cet empierrement, qui correspond peut-être à un grand tumulus arasé ou à un enclos, circonscrit un espace central. Ce dernier est occupé par les vestiges d’un bûcher funéraire (bustum) comprenant les négatifs de cinq trous de poteau et ayant livré deux parures en or et des tessons de deux urnes non tournées. À proximité immédiate prend place une oenochoé grise monochrome de forme VIII définie par Arcelin-Pradelle (1984) qui renfermait des restes osseux incinérés.

3.2. La Haute-Auvergne

23Au Ha D3 et à La Tène A1, la pratique la plus répandue correspond à la réutilisation d’anciens tumulus. Les sépultures adventices seraient donc les plus fréquentes (trois sépultures sur cinq dont la situation dans le tumulus est bien documentée) au cours d’une phase où la construction de nouveaux monuments tumulaires se fait de plus en plus rare. Ce phénomène n’est pas limité à cette période puisqu’il prend ses racines Ha C où les sépultures en position adventice étaient déjà majoritaires et réutilisaient principalement des tumulus érigés au Bronze ancien ou moyen, mais dans des proportions peut-être moindre il est vrai.

Fig. 3 : vue du tumulus 1 parementé des Barracs à Pierrefiche-d’Olt (12) en cours de fouille, Ve siècle avant J.-C. (cliché Ph. Gruat).

Fig. 4 : relevé de surface des trois tumulus accolés des Barracs à Pierrefiche-d’Olt (12), Ve siècle avant J.-C. (fouille Ph. Gruat).

24Pour les trois cas de ce type (tumulus 2, sépulture 2 de Mons à Saint-Georges, tumulus 18, sépulture 2 de Lair à Laurie et tumulus 1, sépulture 3 de Salesse à Saint-Simon) attribuables au Ha D3 ou à La Tène A1, les structures aménagées lors du dépôt des sépultures ne sont que rarement documentées. La sépulture 2 du tumulus n° 2 de Mons à Saint-Georges (Perrin 1989 ; Milcent 2004, p. 435), comporte un petit coffre aménagé en périphérie, accolé au parement externe d’un muret de délimitation ceinturant la masse du tertre originel. Dans les deux autres cas, le mobilier attestant la réutilisation est déposé dans la masse du tertre sans qu’aucune structure spécifique n’ait pu lui être associée.

25Deux tumulus semblent avoir été érigés au cours de cette phase chronologique. Ainsi, la fouille ancienne du tumulus dit « à cromlech » de la nécropole de Mons à Saint-Georges a révélé la présence d’un cercle de monolithes en basalte ceinturant la sépulture à crémation centrale (Milcent 2004, p. 437). Plus récemment, la fouille du tumulus n° 2 de la nécropole de Lair à Laurie a révélé la présence d’un système de délimitation continu et circulaire d’environ 7 m de diamètre, constitué de blocs de basalte parfois jointifs (Daugas et Poinsot 2006). Ce type d’aménagement n’est pas propre à cette étape chronologique. En effet, d’autres cas similaires doivent être signalés en Haute-Auvergne pour des phases plus précoces comme au Bronze ancien pour le tumulus n° 1 de La Croix de Baptiste à Vèze (fouilles P.-Y. Milcent, 2001-2002 : Delrieu et Milcent 2006, p. 390-392) ou pour le Ha C avec le tumulus n° 1 de Fô à Menet (fouilles F. Delrieu, 2003 : Delrieu 2006, p. 406-407). La fouille du tumulus n° 2 de Lair a également mis en évidence l’aménagement d’une aire circulaire centrale d’environ 4 m2. Protégé par une couverture de lauzes en basalte disposées en écailles, cet espace contenait la sépulture centrale qui semble avoir été déposée dans un coffrage en matériau périssable (bois très probablement, d’après Daugas et Poinsot 2006, p. 475). La dernière particularité liée à l’architecture du tumulus n° 2 de Lair est que la zone scellée sous la masse du tertre n’a pas été préalablement dégazonnée : le tumulus a semble-t-il été érigé directement sur le sol en place. Cette pratique est peu documentée en Haute-Auvergne où un décapage superficiel, sinon même une mise à nu du substrat préalable à l’érection du tumulus (tumulus n° 3 ou n° 18 de la nécropole de Lair à Laurie) a été effectué le plus souvent. Elle existe cependant antérieurement comme le montre le cas du tumulus n° 1 de Fô à Menet pour le Ha C.

4. Pratiques funéraires

4.1. Les Causses et les Cévennes

26Durant la période qui nous intéresse ici, l’incinération est clairement le type de traitement du cadavre le plus utilisé. On dénombre au moins douze ou treize monuments où des dépôts incinérés sont avérés : tumulus des Martinous, les trois tumulus accolés des Barracs, structure des Fonds, tumulus 1 de La Granède, tumulus A et peut-être 2 de La Vialette, tumulus I du Bac, tumulus du Champ Rond, tumulus A2, A5 et B10 de Malausette.

27Il s’agit généralement de dépôt des restes osseux hors de tout contenant (neuf ou dix cas), souvent dispersé dans l’ensemble du monument. Le dépôt est rarement recueilli, intégralement ou partiellement, dans un vase : tumulus des Martinous, structure des Fonds et tumulus A de La Vialette. Lorsqu’on dispose d’études anthropologiques, il s’agit généralement de sépultures individuelles de sujets adultes. Seul le tumulus 1 des Barracs se rapporte avec certitude à deux sujets : un adulte et un grand enfant. Les crémations ont eu lieu, le plus souvent, sur des bûchers funéraires manifestement situés hors de l’emprise des monuments et de leurs abords, à l’instar des tumulus accolés des Barracs (Gruat et al. 1995). Toutefois, les vestiges exceptionnels d’un bustum, avec cinq trous de poteaux de 0,30 m de diamètre et de 0,10 m de profondeur, sont bien documentés dans le cas de la structure funéraire des Fonds à Sévérac-le-Château et le vase ossuaire est déposé à proximité immédiate. Les traces d’un probable ustrinum, d’environ 1,85 m de diamètre, sont également attestées à la base du tumulus du Champ Rond à La Malène.

28Au cours de cette période, si l’incinération est souvent de mise, l’inhumation est encore pratiquée dans au moins cinq monuments : dolmens réutilisés du Viala et de L’Estrade, tumulus VI du Bac, tumulus 5 des Vieilles Mortes, sépulture 1 des Conques. Tous paraissent concerner des tombes individuelles, excepté peut-être le tumulus des Conques. L’indigence des descriptions de fouille et l’état de conservation des sépultures permettent rarement d’être plus précis quant aux modes de dépôt : espaces colmatés ou vides, décubitus dorsal ou position latérale, etc. Seules les orientations sont précisées dans trois cas : la tête à l’est pour les sujets du dolmen réutilisé du Viala et du tumulus VI du Bac ; la tête au sud-ouest pour la sépulture 1 des Conques.

29Enfin, aucune précision ne peut être apportée pour quatre monuments : tumulus de Barriac, tumulus de Souyri, dolmens réutilisés de Barjac et de Chapieu.

4.2. La Haute-Auvergne

  • 1 Sur sept sépultures dont le rite funéraire peut être évalué, cinq correspondent à des crémations.

30La période correspondant au Ha D3 et à La Tène A1 est marquée par une pratique quasi exclusive de la crémation1 (Milcent 2002). Deux dépôts de mobilier, supposés funéraires, pourraient cependant être associés à des inhumations. Il s’agit de la sépulture n° 3 du tumulus n° 1 de Salesse à Saint-Simon et de la sépulture n° 1 du tumulus n° 18 de Lair à Laurie, mais dans les deux cas, la présence d’inhumations ne peut être qu’évoquée car l’acidité naturelle du terrain ne permet pas la conservation d’ossements non brûlés (Milcent 2004, p. 428 et 440).

31Le mode de dépôt des restes osseux brûlés est très variable. De petits réceptacles peuvent être aménagés. Ils peuvent être soit en pierre (basalte) comme pour la sépulture n° 2 du tumulus n° 2 de Mons à Saint-Georges (Perrin 1989) ou éventuellement en matériaux périssables, comme le bois, comme pour la sépulture n° 1 du tumulus n° 2 de Lair à Laurie (Daugas et Poinsot 2006), soit ils pouvaient combiner parfois ces différents matériaux. Dans le premier de ces deux cas, un ustrinum se trouve à proximité immédiate de la sépulture, le long du parement externe du muret de délimitation du tumulus originel.

32Les ossements brûlés peuvent être déposés sans réceptacle conservé ou observé, directement dans la masse ou à la base du tumulus. C’est notamment le cas pour la sépulture n° 1 du tumulus n° 2 de Broize-Auriacombe à Marmanhac où les esquilles d’os brûlés ont été déposées dans une couche cendreuse localisée dans la masse du tertre (Delporte 1968). Aucune crémation n’est pour l’heure clairement associée à un réceptacle en céramique ou en métal.

Fig. 5 : mobilier funéraire représentatif du Premier Âge du fer 3 (Ha D3-LT A1) de la Culture du sud du Massif central (exemples du Cantal). 1-3 : Saint-Simon « Salesse » T. 1 S.1 ; 4 : Laurie « Lair » T. 2 S.1 ; 5-7 : Marmanhac « Broize-Auriacombe » T. 1 ; 9-11 : Marmanhac « Broize-Auriacombe » T. 2 S.1 ; 12 : Camp de Pradelle à Saint-Paul-des-Landes ; 13 : Saint-Georges « Mons » T. 2 S.2. Dessins P.-Y. Milcent, à l’exception des n° 8-11 (d’ap. Delporte).

33D’une manière générale, la pratique de la crémation est utilisée tout au long du Premier Âge du fer mais de manière concomitante au rite de l’inhumation et dans des proportions globalement similaires au cours du Ha C et D1-2. C’est à la fin du Premier Âge du fer que cette pratique devient, sinon exclusive, du moins très majoritaire si l’on considère les seules sépultures dont le rite funéraire a pu être caractérisé.

5. Traitement du mobilier d’accompagnement et population recrutée

5.1. Les Causses et les Cévennes

34Seuls quelques objets de dépôts incinérés portent les stigmates d’un passage sur le bûcher funéraire : tumulus 2 et 3 des Barracs, structure des Fonds, tumulus A de La Vialette, tumulus I du Bac et tumulus du Champ Rond. Dans la plupart des cas, il est impossible de savoir s’il s’agit d’objets usagés, mutilés ou ayant subi l’action du feu lors du traitement funéraire des trépassés.

35Peu d’armes ou de rasoirs, généralement attribués à des sujets masculins, sont attestés :

36- un poignard en fer dans le dolmen de Barjac ;

37- un rasoir en fer à soie enroulée dans le dolmen du Viala et dans le tumulus 1 des Barracs.

38Une seule tombe à torque, probablement féminine, est à noter : le tumulus 1 de La Granède. Un seul monument a livré les éléments d’une coupe métallique indigène en bronze : le tumulus A de La Vialette. Des parures en métaux précieux (boucles d’oreilles ou pendentifs) figurent dans deux sites : la structure des Fonds et le tumulus 1 de La Granède. Ces deux ensembles sont directement liés à des habitats centraux contrôlant un axe économique important, reliant au plus court la côte languedocienne à la plaine de la Limagne, via les régions de Millau et de Sévérac-le-Château (Gruat et Marty 2002, p. 161).

39Les parures en bronze et / ou en fer sont beaucoup plus fréquentes. Il s’agit surtout de :

  • bracelets en bronze : tumulus 1 de La Granède, A de La Vialette, I du Bac ;
  • bracelets en fer : dolmen du Viala, tumulus 1 et 3 des Barracs, A de La Vialette ;
  • armilles en bronze décorées ou lisses : tumulus de Barriac, 2 et 3 des Barracs, du Champ Rond et A2 de Malausette ;
  • anneaux : tumulus 1 des Barracs, du Champ Rond et dolmen de L’Estrade ;
  • fibules : tumulus des Martinous, de Souyri, 1 et 2 des Barracs, 1 des Conques et du Champ Rond ; - boutons à bélière en bronze : tumulus A de La Vialette et A5 de Malausette ;
  • éléments divers : tumulus 1 des Barracs, 1 des Conques et du Champ Rond.

40D’autres objets plus rares sont à signaler, notamment :

  • perle en jayet : tumulus 1 de La Granède ;
  • perle en verre : tumulus 1 du Bac et du Champ Rond.

41La céramique tient également une place importante dans le mobilier funéraire. Dans presque toutes ces sépultures, un ou plusieurs vases déposés incomplets, voire très incomplets, sont attestés, souvent brisés et répartis – parfois par paquets – dans la masse tumulaire. Ce rituel, observé à maintes reprises, est attesté, régionalement, depuis le Bronze final et le début de l’Âge du fer (Gruat 2000, p. 69-70). Il semble reposer sur le concept de la pars pro toto et se poursuit, sur la façade méridionale du Massif Central, durant le début du Second Âge du fer. Il s’agit le plus souvent de céramique indigène modelée. Toutefois, comme dans les habitats contemporains datés entre les VIe et IVe siècles av. J.-C., des vases tournés en céramique grecque d’Occident font une timide apparition : tumulus 3 des Barracs, structure des Fonds, tumulus A de La Vialette, dolmens de Barjac et de Chapieu, tumulus A2 et A5 de Malausette. Ils ont généralement fait l’objet du même bris rituel que les récipients non tournés. La répartition et la position stratigraphique des tessons de deux vases des tumulus des Barracs, une coupe tournée en claire peinte et un vase ovoïde fermé modelé, attestent de dépôts réalisés à la fin ou après l’édification des monuments, probables indicateurs de pratiques post-sépulcrales (Gruat et al. 1995).

42Sur l’ensemble du corpus céramique présenté, on ne dénombre, en tout et pour tout, que deux vases complets ou quasiment complets :

  • une coupe modelée à pied bas du tumulus 1 des Conques ;
  • une coupe à fond creux en céramique grise monochrome d’Occident du tumulus A de La Vialette qui a fait office d’urne cinéraire. Elle correspond à une variante de la forme VIa définie par Arcelin-Pradelle (1984).

43Dans plusieurs cas, le viatique (arme, rasoir, torque, parures abondantes ou précieuses, vases d’importation) dénote manifestement un statut privilégié du défunt. C’est plus particulièrement vrai pour les monuments suivants :

  • les tumulus 1, 3 et peut-être 2 des Barracs ;
  • le dolmen du Viala ;
  • la structure des Fonds ;
  • le tumulus 1 de La Granède ;
  • le tumulus A de La Vialette ;
  • le dolmen de Barjac ;
  • le dolmen de Chapieu ;
  • le tumulus du Champ Rond et peut-être les tumulus A2 et A5 de Malausette.

44Au total, neuf à douze sépultures, soit près ou plus de la moitié des sites retenus, sont concernées. Une telle proportion, ainsi que la quasi absence d’enfants parmi ces trépassés, signifie manifestement que nous sommes en présence d’une frange singulière et restreinte de la population d’alors. On ignore le sort qui était réservé au reste de la population, à l’exception des périnatals et des enfants morts en bas âge, inhumés dans les habitats comme le Puech de Mus à Sainte-Eulalie-de-Cernon dans l’Aveyron (Dedet et al. 2001). Sur ce seul site, les restes d’au moins seize sujets ont été identifiés à ce jour pour la phase du Ve siècle av. J.-C., nous montrant combien les sites contemporains à vocation exclusivement funéraire étaient loin de refléter une mortalité préjenerienne.

5.2 . La Haute Auvergne

45La constitution du dépôt accompagnant les restes des défunts connaît une évolution importante au cours du Ha D3 et de La Tène A1 par rapport aux phases précédentes. Ainsi les parures annulaires féminines se font beaucoup plus rares et la présence de fibules associées aux sépultures semble apparaître comme une nouveauté à cette étape chronologique (Milcent et Delrieu 2007, p. 54).

Fig. 6 : vue des fouilles anciennes du tumulus de
Celles (Collection du Musée d’art et d’archéologie
d’Aurillac).

46La présence de vases complets associés aux sépultures comme à Laurie dans le tumulus n° 2, sépulture n° 2 (Daugas et Poinsot 2006) ou à Salesse dans le tumulus n° 1, sépulture n° 3 (Milcent 2004, p. 440) tend à accréditer la présence de dépôts alimentaires. La présence de deux vases à décor peint au graphite met en exergue des influences aussi bien méridionales pour la sépulture 3 du tumulus n° 1 de Salesse à Saint-Simon qu’occidentales pour la sépulture n° 1 du tumulus n° 2 de Broize-Auriacombe à Marmanhac (Milcent et Delrieu 2007, p. 56).

47Enfin, la présence d’un bassin étrusque en bronze dans le tumulus « à cromlech » (Milcent 2004, p. 437), de vaisselle de bronze dans le tumulus de Pradelles à Saint-Paul-des-Landes (Milcent et Delrieu 2007, annexe) ou d’une fibule en fer à pied relevé et ressort de schéma laténien à deux fois deux spires et à incrustations d’or associée à la sépulture n° 2 du tumulus n° 2 de Mons à Saint-Georges (Perrin 1989 ; Milcent 2004, p. 435, pl.15, n° 15) démontre le maintien, au cours de cette étape chronologique, d’un recrutement funéraire privilégié qui caractérise cet ensemble funéraire tout au long du Premier Âge du fer.

6. Des manifestations tardives de l’utilisation des tumulus

6.1. Le « tumulus » de Celles

48Ce tertre, situé à proximité de Murat est implanté sur une terrasse surplombant la vallée de l’Allagnon au niveau de Neussargues (15). Découvert en 1902, par J. Pagès-Allary, il fait l’objet alors d’une description précise : « de forme ovoïde, les dimensions du tumulus sont : grand axe 25 mètres, petit axe 20 mètres, hauteur au centre 1 m 80 » (Pagès-Allary et al.1902). Par la suite, le tertre et son environnement font l’objet d’un relevé topographique puis d’une fouille, ces deux opérations étant conduites par J. Pagès-Allary (fig. 6).

49L’ensemble des données issues de cette fouille ont été reprises par l’un d’entre nous (Izac-Imbert 2004) et leur étude a révélé une structuration du tertre en sept niveaux bien identifiés :

  • U.S. 7 : terre végétale (humus et pierrailles)
  • U.S. 6 : couche de plaques de phonolite
  • U.S. 5 : couche d’argile pure
  • U.S. 4 : couche d’argile rubéfiée
  • U.S. 3 : couche cendreuse et charbonneuse
  • U.S. 2 : lits de plaques de phonolite
  • U.S. 1 : blocs de basalte

50Le mobilier qui concerne uniquement les U.S. 3 à 5 est composé d’au moins vingt-quatre vases et de nombreux éléments en fer, principalement des outils (scies, serpettes, marteau…), en bronze (appliques et anneaux) et en pierre (meule, fusaïole). L’attribution chronologique de l’ensemble, principalement basée sur l’étude des formes céramiques, permet de dater la structure de l’étape récente de La Tène ancienne (IVe-IIIe siècle av. J.-C.).

51Suite à une campagne de fouille menée en 2001, la stratigraphie générale du tertre a pu être affinée et plusieurs éléments architecturaux dont un muret périphérique servant à contenir la masse pierreuse du tertre, ont été mis en évidence.

52Si la fonction funéraire de ce tertre n’a pu être définitivement établie (il est encore possible d’envisager un usage domestique, artisanal ou cultuel pour la structure), elle est cependant la plus sérieusement envisageable eu égard aux données acquises depuis 2001. L’analyse stratigraphique du tertre, mise en perspective par les apports des opérations récentes sur le site, permet de proposer une trame intégrant les différentes étapes de l’érection du tertre (fig. 7) :

  1. aménagement d’une plate-forme vraisemblablement de plan circulaire avec parement en pierre formant une terrasse massive de contention
  2. édification d’un caisson parementé quadrangulaire central dont le comblement est assuré par un apport massif de blocs de basalte
  3. mise en place d’un bûcher funéraire avec dépôt du défunt et d’une série d’objets en offrande funéraire (vases au moins)
  4. utilisation d’une grande masse d’argile et éventuellement d’une structure en bois
  5. crémation du corps
  6. traitement des restes funéraires et possibles dépôt secondaires (outils ?)

Fig. 7 : schéma interprétatif du fonctionnement du tumulus de Celles (d’après Izac-Imbert 2004 p. 381).

  1. protection par le recouvrement (plaques de basalte et sédiments) du bûcher funéraire

53Si la fonction funéraire du tertre semble mieux attestée, son insertion dans l’ambiance chronologique de l’Europe celtique de la fin du IVe siècle av. J.-C. et début du IIIe siècle av. J.-C. permet de le remettre clairement en perspective et de lui ôter son caractère d’unicum. On sait en effet aujourd’hui que la pratique de la crémation est encore bien vivace à cette époque dans un grand quart Centre-Ouest de la France.

6.2. Un unicum pour La Tène D1 : le « tumulus 1 » de La Vialette au Viala-du-Pas-de-Jaux

54Parmi la documentation susceptible de relever des pratiques funéraires de la fin de l’Âge du fer, ce site est curieusement passé inaperçu malgré deux brèves mais explicites mentions dans la littérature archéologique (Labrousse 1972 ; Pajot et Vernhet 1976, p. 694).

55Le monument fait partie d’un groupe de quatre tertres érigés à 500 m environ au nord-est de la ferme de La Vialette, près du cirque de Saint-Paul-des-Fonts (fig. 8, n° 1). Nous sommes en limite méridionale de la commune du Viala-du-Pas-de-Jaux, sur la bordure occidentale du Causse du Larzac, secteur particulièrement riche en tumulus protohistoriques.

  • 2 Nous adressons nos plus vifs remerciements à notre collègue Alain Vernhet pour nous avoir autorisés (...)

56Ce tertre a fait l’objet d’une fouille clandestine durant le printemps 1970, qui a nécessité, l’année suivante, une petite intervention afin de récupérer un abondant mobilier céramique abandonné sur les déblais (Labrousse 1972). L’opération fut assortie d’un rapport circonstancié adressé à la Direction des Antiquités Historiques de Midi-Pyrénées (Hédan et Vernhet 1971) dont nous tirons les informations inédites reproduites ici2.

57Le monument, d’environ 5 m de diamètre pour une hauteur centrale estimée autour de 0,65 m, a presque totalement été détruit dans sa partie centrale. Une coupe stratigraphique a pu toutefois être dressée sur une des bordures préservées, laissant apparaître une couche noire prise entre le socle rocheux et le blocage du tertre (fig. 8, n° 2). Cet horizon a livré quelques esquilles osseuses, dont certaines avec des traces évidentes d’ustion, donnant à penser que nous sommes en présence des vestiges d’un dépôt incinéré qui reste à confirmer par une étude anthropologique.

58Les 13 kg de tessons recueillis sont d’une remarquable homogénéité : ils se rattachent tous au faciès céramique gaulois régional de la fin du IIe ou de la première moitié du Ier siècle av. J.-C. (Vernhet 1971 ; Gruat 1994b). Ceci suggère que nous ne sommes pas en présence d’une réutilisation d’un ancien tumulus mais plutôt face à un tertre érigé exceptionnellement tard. La céramique importée se limite à quelques tessons d’amphores vinaires italiques Dressel 1 et à deux tessons de céramique campanienne de type B.

59La céramique indigène est bien mieux représentée avec une vingtaine de vases modelés ou grossièrement tournés à pâte brune ou noirâtre incluant un dégraissant calcaire.

60Il s’agit surtout d’urnes, dont on dénombre seize individus. Elles sont parfois brossées sur la panse ou lissées sous le col (fig. 9, n° 4). La jonction col/panse offre parfois quelques décors caractéristiques : ondes réalisées au peigne (fig. 9, n° 3), incisions obliques (fig. 9, n° 6), cannelures (fig. 9, n° 7) ou simple baguette (fig. 8, n° 9). Un graffito, incomplet et réalisé à la pointe sèche avant cuisson, orne la partie supérieure d’une panse (fig. 8, n° 7). Un exemplaire présente des dimensions exceptionnelles : 60 cm de diamètre externe à l’ouverture (fig. 9, n° 3).

61Deux coupes à bord rentrant, façonnées au tour, sont attestées (fig. 9, n° 21-22) ainsi qu’une coupe modelée (fig. 9, n° 23). Une seule jatte tournée est à signaler. Elle présente une zone externe lustrée entre le bord et la panse (fig. 9, n° 24).

62La partie supérieure d’un vase peint complète la série. Il s’agit soit d’un ovoïde, soit d’un vase balustre à pâte fine orangée avec une couverte externe blanche décorée d’un bandeau rouge sous la lèvre (fig. 9, n° 5).

Fig. 8 : tumulus 1 de La Vialette au Viala-du-Pas-de-Jaux (d’après E. Hédan et A. Vernhet 1971).

Fig. 9 : céramique indigène du tumulus 1 de La Vialette au Viala-du-Pas-de-Jaux (d’après E. Hédan et A. Vernhet 1971) 3-4 : urnes non tournées ; 5 : vase peint tourné ; 6 : décor incisé ornant la jonction col / panse d’une urne ; 21-22 : coupes à bord rentrant tournées ; 23 : coupe modelée ; 24 : jatte tournée.

6.3. D’autres cas de fondation, réutilisation ou fréquentation tardive des tumulus

63Dans les Causses et les Cévennes, l’essentiel des sépultures attestées, qui concerne autant la réutilisation d’anciens monuments (dolmens, coffres, tumulus) que l’érection de nouveaux, se rapporte au Ve siècle av. J.-C. (La Tène A). Elles confirment le déclin des tumulus amorcé au cours de la seconde moitié du VIe siècle av. J.-C. (Ha D3). Les monuments plus tardifs sont exceptionnels, à l’instar du tumulus 1 des Conques (IVe siècle av. J.-C.) ou peuvent prêter à discussion, comme les monuments de Celles (IVe et IIIe siècles av. J.-C.) et de La Vialette (fin IIe - première moitié du Ier siècle av. J.-C.). Si l’on ajoute à cela le fait que les cavités à dépôts et comblement organisés des agglomérations rutènes de la fin de l’Âge du fer, comme Rodez ou Millau, ne peuvent plus être sérieusement considérées comme des tombes stricto sensu au vu des résultats des recherches récentes (Gruat et Izac-Imbert 2007, p. 876-883), on ignore tout (ou presque) des us et coutumes sépulcraux des trois, voire des quatre derniers siècles avant notre ère.

64À la lumière de ce déficit par rapport aux siècles antérieurs et postérieurs, on peut se demander si ce phénomène ne correspond pas à une évolution ultime de l’incinération, dont la pratique se serait généralisée hors de tout monument, un peu à l’image de l’Inde védique et des crémations contemporaines de Bénarès sur les berges du Gange. Il s’agit là d’une piste parmi d’autres.

65Une telle situation est d’autant plus remarquable que nombre de monuments funéraires plus anciens, dolmens ou tumulus, présentent des traces discrètes de fréquentation (violation ?) au cours de La Tène C et D, qui se limitent le plus souvent à quelques tessons de céramiques et d’amphores ou à de menus objets. C’est notamment le cas de plusieurs monuments de la nécropole de Floyrac à Onet-le-Château : tumulus n° V, VI, X, XV et 2 (Gruat 1988b).

66Il n’est pas inutile de rappeler que sur les contreforts du Massif Central quelques tertres funéraires ou non sont érigés tardivement (époque gallo-romaine), souvent au sein de nécropoles plus anciennes, comme en Limousin (notamment Lintz 1992, p. 42-43).

  • 3 Bien que ces interdictions s’appliquaient prioritairement au peuple saxon avec le Capitulaire de 78 (...)

67Le tumulus 1 de La Granède à Millau a fait l’objet d’une réutilisation au cours du haut Moyen Âge (VIe-VIIe siècles apr. J.-C.) avec un mobilier, notamment céramique et métallique non négligeable (Gruat et Marty 2002, p. 159-161). D’après les auteurs de cette fouille de 1959, L. Balsan et A. Soutou, expérimentés dans le domaine funéraire, il s’agit incontestablement d’un dépôt incinéré hors de tout contenant. Il constituerait ainsi l’exemple le plus méridional d’une telle pratique funéraire franque. Il n’est pas inutile de rappeler que deux Capitulaires du VIIIe siècle de Charlemagne interdisent la crémation puis l’utilisation de tumulus comme espace funéraire, preuve que cela se pratiquait encore3.

68Un autre exemple des Causses du Rouergue est à signaler : le tertre n° 21 de Floyrac qui a fait l’objet d’une fouille exhaustive bien documentée (Gruat 1988b, p. 58-61). Le monument, de 6 m de diamètre, est installé sur le rocher soigneusement et préalablement décapé, à 22 m du plus imposant et plus riche tumulus de la nécropole, le tertre III, abritant une inhumation accompagnée d’une épée de Gündlingen en bronze. Il est constitué d’un blocage calcaire emballé dans de la terre rouge du causse. Il a livré plus de 300 tessons de quatre ou cinq ollae tournées à bord en bandeau ou en poulie, caractéristiques des VIe et VIIe apr. J.-C. Toutes étaient incomplètes et réparties sur le paléosol, dans la masse du tertre et autour de ce dernier, selon une pratique qui n’est pas sans rappeler celle observée dans les tumulus protohistoriques régionaux (supra 5.1.). L’ensemble était associé à des fragments de plaquette en grès rouge et à trois clous en fer. Le reste du mobilier se limite à deux fragments de meule dormante à va-et-vient et à deux galets de quartz (broyons ?) manifestement rapportés fortuitement dans les matériaux du tertre. Le monument ne contenait aucune structure notable et aucun vestige de sépulture.

69Au vu de ces deux exemples tardifs et troublants, qui sont loin d’être isolés, on est en droit de s’interroger sur la fonction exacte de ce type de monument : sépulture ou cénotaphe ? Tertre commémoratif perpétuant le souvenir d’anciennes élites ? Le questionnement qu’ils impliquent ne souligne qu’avec plus d’acuité l’absence criante de sépultures régionales pour l’essentiel du Second Âge du fer.

70En Haute-Auvergne, les traces de fréquentations tardives de tumulus sont particulièrement ténues et difficiles à mettre en évidence. Comme dans le domaine caussenard, les vestiges de la fréquentation des monuments tumulaires sont parfois visibles lors de leur fouille. Ainsi des tessons de céramiques attribuables au Second Âge du fer ont été identifiés dans les couches superficielles de la masse du tumulus n° 1 de Fô à Menet (Delrieu 2006). De même, des tessons de céramique gallo-romaine ont été mis en évidence dans la même configuration stratigraphique lors de la fouille de plusieurs tumulus de la nécropole de Lair à Laurie (tumulus n° 1 et 21 principalement, Provost et Vallat 1996, p. 114 et 116). Il paraît pour l’heure difficile de caractériser ces manifestations qui ne semblent pas correspondre à une pratique funéraire, mais plus probablement cultuelle.

71Quelques rares monuments ont cependant pu être utilisés entre La Tène finale et la période gallo-romaine. Ainsi un tertre de l’ensemble d’Espinasse à Collandres, fouillé en 1985 et 1986 par O. Lapeyre a livré des éléments de mobilier céramique clairement attribuable aux premiers siècles avant et après notre ère (Provost et Vallat 1996, p. 100). De même la fouille en 2004 d’un petit tertre de l’ensemble de la Montagne de Peyre à Lacapelle-Barrès (fouille F. Delrieu : Delrieu 2004) a permis de mettre au jour des tessons, attribuables à la fin de la période gallo-romaine, en surface d’un niveau scellé par la masse du tertre. L’ensemble est délimité par une couronne circulaire constituée de blocs de basalte jointifs. Cependant, dans ces deux cas, la fonction funéraire des tertres n’est pas clairement établie. De ce fait, il semble difficile d’établir des comparaisons pertinentes avec les manifestations contemporaines qui sont signalées sur les secteurs voisins du Plateau de Millevaches en Limousin (Lintz 1992).

7. Conclusion

72À l’extrême fin du Premier et au début du Second Âge du fer, la façade méridionale du Massif Central semble offrir une certaine unité du point de vue des pratiques funéraires, des Planèzes de Haute-Auvergne aux Cévennes en passant par les Causses du Rouergue et du Gévaudan. Chronologiquement tout d’abord, le Ve siècle av J.-C. (La Tène A) correspond à la dernière phase significative d’utilisation des tumulus à des fins sépulcrales (mais ce phénomène vaut également pour beaucoup d’autres régions de l’Europe moyenne), prolongeant en cela un phénomène se développant sans hiatus depuis l’étape moyenne du Bronze final au moins. Pour les phases suivantes du Second Âge du fer, les données funéraires sont ténues, elles pourraient traduire un phénomène profond et durable, marquant probablement une désaffection pour les tombes monumentales.

73Dans l’ensemble du domaine géographique traité, l’érection de nouveaux tertres au cours du Ve, voire du IVe siècle av J.-C. est une coutume assez marginale. La réutilisation de monuments plus anciens semble alors correspondre à un usage largement répandu même si le nombre de cas demeure limité et accuse un net déficit par rapport au nombre de tombes recensées pour les siècles précédents (VIIIe – VIe siècles av. J.-C.). Parallèlement, la pratique de l’incinération se généralise au détriment de l’inhumation dont l’usage restreint est toutefois encore attesté, notamment sur les Causses. Enfin la qualité du viatique accompagnant les défunts laisse entrevoir la présence d’une série de sépultures privilégiées dont la représentativité pose questionnement au regard de la faiblesse du corpus total. Leur surreprésentation nous amène à nous demander si, finalement, seule cette élite n’avait pas droit à des tombes pérennes qui nous sont parvenues…

74D’une manière générale, ce groupe du sud du Massif Central est caractérisé par le faible nombre de sépultures avérées et par la relative homogénéité des pratiques funéraires présentées à l’aube du Second Âge du fer. Ceci semble dissocier nettement ce secteur géographique des manifestations contemporaines observées dans les régions plus septentrionales où l’inhumation est quasi exclusive, comme en Basse-Auvergne. En revanche, une certaine proximité culturelle est à noter avec les régions plus occidentales (Quercy, Limousin) et méridionales (les Garrigues) tant dans la pratique sinon exclusive, du moins extrêmement majoritaire, de la crémation que dans la constitution des ensembles mobiliers associés aux défunts.

Bibliographie

Bibliographie

Arcelin-Pradelle Ch., 1984, La céramique grise monochrome en Provence, 171 p. (suppl. à la Revue archéologique de Narbonnaise, 10).

Beausoleil J.-M., Gros L. avec la participation de Pélissié T., 2007, La nécropole protohistorique (VIe-Ve a.C.) du Camp de l’Église nord (Flaujac-Poujols, Lot). Approche preliminaires et premiers résultats, in Vaginay M., Izac-Imbert L. dir., Les âges du Fer dans le Sud-Ouest de la France, Actes du XXVIIIe Colloque International de l’A.F.E.A.F. (Toulouse du 20 au 23 mai 2004), Bordeaux, p. 125-151 (suppl. Aquitania 14/1).

Bouillet J.-B., 1834, Description historique et scientifique de la Haute-Auvergne (département du Cantal), Paris, J.-P. Baillière (éd.), 438 p.

Daugas J.-P., Poinsot G., 2006, Le tertre n° 2 de la nécropole du plateau de Lair à Laurie (Cantal), in Hommages à Alphonse Vinatié, instituteur et archéologue, Revue de la Haute-Auvergne, 68, p. 473 à 486.

Dedet B. 1992, Rites funéraires protohistoriques dans les Garrigues languedociennes, Paris, Editions du CNRS, 413 p. (suppl. Revue archéologique de Narbonnaise 24).

Dedet B., 2001, Tombes et pratiques funéraires protohistoriques des Grands Causses du Gévaudan (Aveyron, Gard, Lozère), Paris, éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 356 p. (Documents d’archéologie française, 84).

Dedet B., Gauthey J., 1996-1997, La nécropole de Malausette (Soustelle, Gard), à l’Age du bronze, aux VIe et Ve siècles avant J.-C., Documents d’Archéologie méridionale, 19-20, p. 89-142.

Dedet B., Gruat Ph., Marty G., 2001, Sépultures d’enfants en bas âge dans l’agglomération du Puech de Mus à Sainte-Eulalie-de-Cernon, Aveyron, au Ve s. av. J.-C., Documents d’Archéologie méridionale, 24, p. 127-162.

Delporte H. 1968, Informations archéologiques, circonscriptions d’Auvergne et du Limousin, Gallia Préhistoire, XI-2, p. 435-436.

Delrieu F., 2004, Le tertre de la « Montagne de Peyre » à Lacapelle-Barrès (Cantal), rapport de fouille programmée – SRA Auvergne.

Delrieu F., 2006, Le tumulus de Fô-Est à Menet : une incinération du début du 1er âge du Fer sur le versant nord du Cantal, in Hommages à Alphonse Vinatié, instituteur et archéologue, Revue de la Haute-Auvergne, 68, p. 403-426.

Delrieu F., Milcent P.-Y., 2006, Tertres et tumulus de la région d’Allanche (Cantal), communes d’Allanche, Vernols et Chalinargue, in Hommages à Alphonse Vinatié, instituteur et archéologue, Revue de la Haute-Auvergne, 68, p. 383-402.

Delrieu F., Milcent P.-Y. à paraître, Les paysages tumulaires protohistoriques dans le Massif Central (France) : les exemples du Cézallier et du Causse Noir, in Actes du colloque de Herne (Westphallie, Allemagne), LWL-Archäologie.

Garcia D., Gruat Ph., Verdin F., 2007, Les habitats et leurs territoires dans le sud de la France aux IVe-IIIe s. av. J.-C., in Menessier-Jouannet C., Adam A-M., Milcent P.-Y dir., La Gaule dans son contexte européen aux IVe et IIIe s. av. n. è., Actes du XXVIIe Colloque A.F.E.A.F. de Clermont-Ferrand (du 29 mai au 1er juin 2003), Lattes, Association pour le développement de l’archéologie en Languedoc-Roussillon, p. 227-236 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, hors série).

Gruat Ph., 1988a, Les tumulus du Premier Age du Fer en Rouergue, TER de Maîtrise. Université Toulouse-le-Mirail, 145 p. (dactylographiés) et 26 pl.

Gruat Ph., 1988b, La nécropole tumulaire de Floyrac (Onet-Le-Château), Vivre en Rouergue N° spécial Cahiers d’Archéologie aveyronnaise, 2, p. 47-68.

Gruat Ph., 1994a, Couvertures et dispositifs de signalisations des sépultures tumulaires du Bronze final et de l’Age du Fer des Causses aveyronnais, in Schwaller M. dir., Couvertures et signalisations des sépultures protohistoriques du Midi, Actes de la table ronde de Lattes (du 10 décembre 1994), Documents d’Archéologie méridionale, 17, p. 20-27.

Gruat Ph., 1994b, Les terres cuites de la protohistoire, in Terres cuites de l’Aveyron, Catalogue d’exposition du Musée Joseph Vaylet d’Espalion, p. 35-45 (Guide des mœurs et des coutumes n° 7 du Musée du Rouergue).

Gruat Ph., 1995, Les fibules du Premier et du début du Second Age du Fer en Rouergue (VIIe - IVe s. av. J.-C.), Vivre en Rouergue N° spécial Cahiers d’Archéologie aveyronnaise, 9, p. 121-139.

Gruat Ph., 2000, Pratiques et structures funéraires des tumulus du Bronze final IIIb et de l’Age du Fer des Causses Aveyronnais : IXe - Ve s. av. J.-C., in Dedet B., Gruat Ph., Marchand G., Py M. et Schwaller M. dir., Archéologie de la mort – Archéologie de la tombe au Premier Âge du Fer, Actes du XXIe Colloque A.F.E.A.F. de Conques-Montrozier (8 au 11 mai 1997), Association pour le développement de l’archéologie en Languedoc-Roussillon, p. 65-81 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 5).

Gruat Ph., 2006 (avec la collaboration de Vernhet A.), Contribution à la connaissance des « tumulus » non mégalithiques de la Préhistoire récente des Causses de l’Aveyron, in Gasco J., Leyge F. et Gruat Ph. dir., Hommes et passé des Causses – Hommage à Georges Costantini, Actes du Colloque de Millau (16-18 Juin 2005), Toulouse, édit. Archives d’Ecologie Préhistorique, p. 395-413.

Gruat Ph., Duday H., Marty G., 1995, Les Barracs à Pierrefiche-d’Olt (Aveyron) : des tumulus accolés du Ve siècle avant J.-C., Documents d’Archéologie méridionale, 18, p. 25-44.

Gruat Ph., Izac-Imbert L., 2007, Religiosité et territorialité chez les Rutènes à la fin de l’âge du Fer, in Barral Ph., Daubigney A., Dunning C., Kaenel G. et Rouliere-Lambert M.-J. dir., L’âge du Fer dans l’arc jurassien et ses marges. Dépôts, lieux sacrés et territorialité à l’âge du Fer, Actes du XXIXe Colloque International de l’A.F.E.A.F. (Bienne du 5 au 8 mai 2005), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, p. 871-891 (ALUB, volume 2).

Gruat Ph., Marty G. (avec la collaboration de Dedet B.), 2002, Une sépulture particulière du causse du Larzac : le tumulus I de La Granède (Millau, Aveyron), in Carozza L., Dedet B., Passelac M., Valdeyron N. dir., Pratiques funéraires protohistoriques entre Massif Central et Pyrénées : Nouvelles données, Actes du colloque en hommage à Jean-François SALINIER, tenu les 15 et 16 janvier 2000 à Puylaurens, Castres, Comité départemental d’archéologie du Tarn, p. 153-163 (Archéologie tarnaise, 12).

Hédan E., Vernhet A., 1971, Une sépulture gauloise à La Vialette (commune du Viala-du-Pas-de-Jaux, Aveyron), Rapport dactylographiée inédit, Direction des Antiquités Historiques de Midi-Pyrénées, 4 p. + 3 pl. h.t.

Izac-Imbert L., 2004, A la redécouverte du tumulus de Celles, Revue de Haute-Auvergne, 66, p. 331-386.

Labrousse M., 1972, Informations archéologiques - Circonscription de Midi-Pyrénées, Gallia, 30-2, p. 478-479.

Lintz G., 1992, La Corrèze, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Carte Archéologique de la Gaule, 19).

Milcent P.-Y., 2002, Les pratiques funéraires en Auvergne et Limousin oriental au premier âge du Fer (VIIIe-Ve siècles avant J.-C.) : premier aperçu. in Carozza L., Dedet B., Passelac M., Valdeyron N. dir., Pratiques funéraires protohistoriques entre Massif central et Pyrénées. Nouvelles données. Actes du colloque en hommage à Jean-François Salinier, Puylaurens 15-16 janvier 2000, Castres, Comité départemental d’archéologie du Tarn, p. 201-209 (Archéologie Tarnaise, 12).

Milcent P.-Y., 2004, Le premier âge du Fer en France centrale, Société Préhistorique Française, mémoire XXXIV, 2 vol., 718 p. dont 132 pl.

Milcent P.-Y., Delrieu F., 2007, Tertres et archéologie funéraire en Haute Auvergne dans le contexte du premier âge du Fer en Gaule méridionale (VIIIe-Ve s. av. J.-C.), in Menessier-Jouannet Chr., Deberge Y. (éd.) L’archéologie de l’âge du Fer en Auvergne. Actes du XXVIIe colloque international de l’AFEAF, Clermont-Ferrand, (du 29 mai au 1er juin 2003), Lattes, Association pour le développement de l’archéologie en Languedoc-Roussillon, p. 43-70, (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, hors série).

Pajot B., 2000, Données architecturales et pratiques funéraires de la nécropole de la ferme du Frau (Cazals, Tarn-et-Garonne), in Dedet B., Gruat Ph., Marchand G., Py M. et Schwaller M. dir., Aspects de l’Âge du Fer dans le Sud du Massif Central, Actes du XXIe Colloque A.F.E.A.F. de Conques-Montrozier (8 au 11 mai 1997), Lattes, Association pour le développement de l’archéologie en Languedoc-Roussillon, p. 145-154 (Monographie d’Archéologie Méditerranéenne, 6).

Pajot B., Vernhet A., 1976, Les civilisations de l’Âge du Fer dans les Causses. in Guilaine J. dir., La Préhistoire Française - Les civilisations néolithiques et protohistoriques de la France, II, Paris, CNRS, p. 687- 698.

Pagés-Allary J., Delort J.-B. et Lauby A., 1902, Notes sur les premières fouilles du tumulus de Celles près de Neussargues (Cantal), Bulletin de l’association française pour l’avancement des sciences, compte-rendu de la 31e session, première partie, Masson, p. 249-250.

Perrin F., 1989, Saint-Georges (Cantal). Nécropole de Mons - tumulus C/1989/1, Rapport de sauvetage programmé, Direction des Antiquités Préhistoriques et Historiques d’Auvergne, 20p. (dactylographié).

Provost M., Vallat P., 1996, Le Cantal, Paris, Maison des sciences de l’homme (Carte archéologique de la Gaule, 15).

Rouquayrol J., 1971, Fouille du dolmen de Barjac, Bulletin de la Société préhistorique française, 68-4, p. 109-111.

Treffort C., 1996, L’église carolingienne et la mort, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 216 p. (Collection d’histoire et d’archéologie médiévales, 3).

Vernhet A., 1971, Céramiques gauloises et céramiques d’importation dans les départements de l’Aveyron et de la Lozère, du deuxième siècle avant J.-C. jusqu’à l’époque augustéenne, TER de Maîtrise, Université de Montpellier III, 1971, 103 p. + 31 pl. (dactylographié).

Vital J., Blaizot F. Cabanis M., 2006, Retour sur images : La fouille et le mobilier du tumulus n° 1 de la nécropole du Plateau de Lair à Laurie (Cantal), in Hommages à Alphonse Vinatié, instituteur et archéologue, Revue de la Haute-Auvergne, 68, p. 429-459.

Notes

1 Sur sept sépultures dont le rite funéraire peut être évalué, cinq correspondent à des crémations.

2 Nous adressons nos plus vifs remerciements à notre collègue Alain Vernhet pour nous avoir autorisés à utiliser les informations et les dessins de cette note dont il est l’auteur. DAO de N. Albinet, SDA de l’Aveyron.

3 Bien que ces interdictions s’appliquaient prioritairement au peuple saxon avec le Capitulaire de 785 (MGH, Leg. II, Cap. Reg. Franc. I, p. 68-69), elles ont été élargies à l’Empire par le Capitulaire de 789 Admonitio Generalis (MGH, Leg. II, Cap. Reg. Franc. I, p. 52-62). Voir aussi Treffort 1996, p. 76.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : carte des sites de Haute-Auvergne, des Causses du Rouergue et du Gévaudan et des Cévennes.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7167/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 2 : tableau synoptique des contextes funéraires des sépultures du Second Âge du fer de Haute-Auvergne, des Causses du Rouergue, du Gévaudan et des Cévennes.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7167/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Légende Fig. 3 : vue du tumulus 1 parementé des Barracs à Pierrefiche-d’Olt (12) en cours de fouille, Ve siècle avant J.-C. (cliché Ph. Gruat).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7167/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 4 : relevé de surface des trois tumulus accolés des Barracs à Pierrefiche-d’Olt (12), Ve siècle avant J.-C. (fouille Ph. Gruat).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7167/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 5 : mobilier funéraire représentatif du Premier Âge du fer 3 (Ha D3-LT A1) de la Culture du sud du Massif central (exemples du Cantal). 1-3 : Saint-Simon « Salesse » T. 1 S.1 ; 4 : Laurie « Lair » T. 2 S.1 ; 5-7 : Marmanhac « Broize-Auriacombe » T. 1 ; 9-11 : Marmanhac « Broize-Auriacombe » T. 2 S.1 ; 12 : Camp de Pradelle à Saint-Paul-des-Landes ; 13 : Saint-Georges « Mons » T. 2 S.2. Dessins P.-Y. Milcent, à l’exception des n° 8-11 (d’ap. Delporte).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7167/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Fig. 6 : vue des fouilles anciennes du tumulus deCelles (Collection du Musée d’art et d’archéologied’Aurillac).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7167/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Fig. 7 : schéma interprétatif du fonctionnement du tumulus de Celles (d’après Izac-Imbert 2004 p. 381).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7167/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Fig. 8 : tumulus 1 de La Vialette au Viala-du-Pas-de-Jaux (d’après E. Hédan et A. Vernhet 1971).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7167/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Fig. 9 : céramique indigène du tumulus 1 de La Vialette au Viala-du-Pas-de-Jaux (d’après E. Hédan et A. Vernhet 1971) 3-4 : urnes non tournées ; 5 : vase peint tourné ; 6 : décor incisé ornant la jonction col / panse d’une urne ; 21-22 : coupes à bord rentrant tournées ; 23 : coupe modelée ; 24 : jatte tournée.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7167/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

Auteurs

Service Départemental d’Archéologie de l’Aveyron, 12 Boulevard des Balquières, 12850 Onet-le-Château ; UMR 5140 du CNRS, route de Pérols, 34970 Lattes ; philippe.gruat@cg12.fr

DRAC Midi-Pyrénées, service régional de l’archéologie, Hôtel des Chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, 32 rue de La Dalbade, BP 811, 31080 Toulouse Cedex 6 ; UMR 5608-TRACES, Toulouse ; lionel.izac-imbert@culture.gouv.fr

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search