Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Volume II. Gestes funéraires en Gaule au Second Âge du fer

Espaces funéraires et pratiques liées au traitement du défunt et au mobilier en Auvergne au Second Âge du fer

Christine Mennessier-Jouannet, Frédérique Blaizot, Yann Deberge et Elise Nectoux

Résumé

En Auvergne, comme dans les autres régions de France durant la période laténienne, les défunts connaissent un traitement des corps qui nous échappe en grande partie. C’est seulement les sépultures, -inhumations ou incinérations-, regroupées en espaces funéraires plus ou moins organisés qui attirent notre attention. Du point de vue de leur implantation géographique, entre la Tène ancienne et la Tène finale, ces ensembles funéraires sont tout d’abord étroitement liés à la voirie et aux structures limitatives du paysage et éloignés des habitats. À partir de La Tène moyenne, le lien topographique se renforce peu à peu pour aboutir, à La Tène finale, à une intrication nette entre habitations et sépultures. Longtemps présentée comme une région vouée, pendant l’Âge du fer, au rite de l’inhumation, les travaux récents mettent en évidence la pratique de la crémation, peu fréquente, dès La Tène ancienne. Dans le département du Cantal, le fait est même majoritaire, marquant là une limite culturelle entre Haute-Auvergne et Basse-Auvergne où l’inhumation reste dominante. À partir de La Tène moyenne, le recours au bi-ritualisme est attesté autant sur le vaste site d’Aulnat que sur les sites ruraux de la Limagne. Jusqu’à la fin de La Tène ancienne, le défunt porte sur lui soit sa parure ou objets de toilette et accessoires vestimentaire, soit son armement. La Basse-Auvergne se rattache ainsi à l’aire culturelle nord-alpine occidentale. Deux faits méritent l’attention : des associations spécifiques des bijoux selon les nécropoles (port des anneaux de chevilles, port préférentiel des bracelets à l’un ou l’autre bras, port de ceinturons avec anneaux par des femmes…) et l’apparition tardive de l’armement déposé auprès du défunt à La Tène B2b dans certaines nécropoles seulement.

La fin de La Tène moyenne et La Tène finale voit la diversification et l’accroissement des dépôts avec notamment les dépôts de céramique. À la fin de la période (biais de la documentation ?) on constate un clivage plus marqué dans l’abondance ou même la surabondance du mobilier incinéré et/ou déposé auprès du défunt.

Texte intégral

Introduction

1Les rapports entre corps ou squelettes humains et société sont très complexes pendant le Second Âge du fer et l’Auvergne ne déroge pas à cette constatation d’ordre général. De ce fait, notre propos ne prendra pas en compte les multiples attestations de fragments osseux humains erratiques dans les habitats, retrouvés mêlés à des rejets au même titre que la faune domestique. Ainsi, les dépôts en fosse de type silo du IIe siècle av. n. è., -trois cas à « Gandaillat »- renvoient à des modes de sépultures connus par ailleurs en Gaule. Les dépôts de portion de corps même mis en scène comme des ensevelissements, - par exemple les crânes dans des fosses ou des coffrages et entourés de mobiliers présents dans plusieurs nécropoles du sud de la Limagne ne seront pas pris en compte (Loison et al. 1991). La présence d’un crâne non putréfié au moment de son rejet dans le comblement d’une fosse quadrangulaire datée du IVe siècle av. n. è. (Gannat, Allier) pose la question difficile à trancher du rituel, du sacrificiel ou du fait divers (Boulestin et Jouannet 2002). Les os humains servant de matière première à des travaux de tabletterie comme sur le site de La Gravière à Cournon d’Auvergne posent eux aussi d’autres problèmes que nous ne traiterons pas ici. Mais ces quelques exemples suffisent à mettre en relief la complexité des multiples relations au cadavre dont nous entrevoyons l’existence dans la société gauloise.

2Notre réflexion prendra en compte les seuls ensembles funéraires, - ensevelissements regroupés sur un espace plus ou moins restreint et/ou délimité -, à partir du moment où ce fait funéraire correspond à des regroupements constitués. Nous y adjoignons l’inventaire des sépultures isolées ou dispersées, c’est-à-dire placées en dehors de ces concentrations souvent d’importance modeste.

3Nous nous intéresserons d’abord à ce moment qui consiste, pour une communauté donnée, à choisir l’endroit où sera implanté un nouveau lieu d’ensevelissement, à décider de s’y maintenir ou à l’abandonner. Nous aborderons ensuite la question du recrutement, puis du traitement des défunts. Enfin, le mobilier d’accompagnement sera traité à la fois sous l’angle de son évolution dans le temps, de sa composition et de sa position par rapport au corps du défunt.

4L’inventaire a été réalisé en partenariat avec la cellule de la Carte archéologique du SRA Auvergne, démarche qui a abouti à la reprise de la base de données Patriarche et, en conséquence, à une mise à disposition d’une cartographie issue du SIG.

1. Le contexte géographique des espaces funéraires

1.1. L’inventaire des données : une grande inégalité

5L’inventaire total (fig. 1) a permis de dénombrer 526 ensevelissements se répartissant entre 397 inhumations et 129 crémations. L’important déséquilibre dans leur répartition géographique a vraisemblablement des causes variées. Au regard des nombreuses nécropoles tumulaires de l’âge du Bronze et du premier âge du Fer recensées dans le Cantal, la très faible représentation au Second Âge du fer pose la question d’une réelle désaffection des lieux. Huit sépultures y ont été comptabilisées. La situation de la Haute-Loire avec trois sépultures recensées, ne lui est pas comparable et relève plus vraisemblablement d’un déficit d’investigations. Le département de l’Allier a fait l’objet de très nombreuses interventions d’archéologie préventive et la sous représentation du funéraire y pose un problème spécifique. La nécropole de « l’Odepierre » à Diou (une vingtaine de sépultures) et quatre sites à enclos non fouillés cumulent l’essentiel des informations connues sur ce département.

6L’ensemble des données toutes périodes et modes de traitement des corps confondus mettent en évidence une forte centralisation sur la Limagne, mais aussi une tendance à privilégier deux axes : celui de la vallée de l’Allier et de l’Alagnon et la Jordane dans le Cantal, ainsi qu’un axe est/ouest dans le sud de la Limagne (fig. 2)

Fig. 1 : tableau récapitulatif du nombre de sépultures connues en Auvergne, par département et par grande classe chronologique (C. M-Jouannet).

Fig. 2 : cartographie des ensembles funéraires recensés en Auvergne (C. M-Jouannet et E. Nectoux).

Fig. 3 : cartographie des ensembles funéraires recensés en Auvergne pour La Tène ancienne (C. M-Jouannet et E. Nectoux).

7Du point de vue chronologique, l’inventaire est loin d’être homogène. Le IIIe siècle av. notre ère connaît un large déficit à peine comblé par la fouille d’une petite nécropole de 26 ensevelissements au « Bois Joli », commune de Cournon d’Auvergne (63) qui couvre la première moitié de ce siècle. De même, pour le Ier siècle av. notre ère, les occurrences sont peu nombreuses et les fouilles conduites sur les oppida renseignent encore peu ce dossier. Mieux représentée, La Tène ancienne (LT A et B) connaît une inflation du nombre des ensevelissements grâce à la fouille de deux nécropoles qui ont fourni respectivement 65 sépultures à « Champ Lamet » (com. de Pont-du-Château) et 25 aux « Chavoures » (com. des Martres d’Artière) en Limagne. Les quatre ensembles funéraires les mieux dotés fournissent 136 sépultures sur le total de 195 décomptées pour les quatre départements.

8La multiplication des données à partir du milieu du IIe siècle jusqu’au début du Ier siècle av. notre ère (LT C2/D1 à LT D1b), notamment dans le bassin sud de la Limagne (327 sépultures recensées dans le Puy-de-Dôme) est une aubaine pour mieux appréhender et caractériser le fait funéraire autant en milieu rural que dans le site proto-urbanisé d’Aulnat (fig. 16A).

1.2. À La Tène ancienne : ostentation et visibilité

9À La Tène ancienne le total est de 195 sépultures, avec 182 inhumations pour 13 crémations (fig. 3).

1.2.1. Jalonnement d’axes à longue distance et marquage du territoire

10À La Tène ancienne, la répartition des sépultures prend la région en écharpe, du sud-ouest au nord-est. Les quelques sépultures connues du Cantal s’organisent le long d’un axe de passage qui de la vallée de la Jordane franchit le massif du Cantal à Pra de Bou puis rejoint la Basse-Auvergne par la vallée de l’Alagnon (voir aussi dans ce volume Delrieu et al.), matérialisant a minima une ouverture du Massif central vers le sud-ouest aquitain et l’ouest. Vers le nord, dans le département de l’Allier, la dispersion des sites s’échelonne le long de la vallée de l’Allier, tandis que seul le site de l’Odepierre (commune de Diou) borde la Loire (Pion 2007). L’impression laissée par cette cartographie, en l’état de notre documentation, est celle d’une corrélation entre le fait funéraire et un jalonnement d’un axe de communication à longue distance.

11Dans le Cantal, la seule nécropole extérieure aux vallées de l’Alagnon et de La Jordane, celle de Saint-Georges proche de Saint-Flour, se situe au sud de la planèze et au débouché de la grande pénétrante sud du Massif central actuellement encore empruntée par l’A75. Philippe Gruat et Lionel Izac-Imbert ont récemment proposé, sur la base de la répartition des différentes catégories de mobiliers importés de la fin de l’Âge du fer, un modèle d’organisation territoriale où ce même axe sud rejoint la région de Narbonne et Béziers (Gruat et Izac-Imbert 2002 : 84 et fig. 13 notamment). Ce site de Saint-Georges placé à l’entrée du verrou de Massiac est aussi une illustration d’un choix de visibilité de la nécropole, mais peut-être aussi de l’affirmation de la puissance d’un groupe sur ce lieu de passage obligé.

12À mi-chemin entre Cantal et Limagne, le site de Tourzel-Ronzières (63) illustre bien cette situation avec une série de tumulus jalonnant du nord au sud un plateau bordier de la vallée de l’Allier. La fouille de l’un d’eux a fourni, en position adventice, deux sépultures par inhumation datées du Ha D3 / LT A. Remarquons que ce site fait aussi transition entre la zone à crémation majoritaire du Cantal et la zone à inhumation majoritaire de la plaine de Limagne (Tixier et Liabeuf 1984, Tixier 1990).

13A leur entrée dans le bassin de Clermont-Ferrand, les sites funéraires, pendant toute La Tène ancienne, conservent d’abord un axe sud/nord et jalonnent préférentiellement la bordure orientale du bassin de Sarliève puis prennent un axe est/ouest en s’appuyant sur les contreforts marneux qui bordent la Limagne au sud (Mennessier-Jouannet 2010, fig. 1). À Champ-Lamet, commune de Pont-du-Château, l’alignement d’une importante part des sépultures le long et à distance régulière de l’axe d’un fossé met en évidence le lien direct entre nécropole et structure limitative du paysage. L’ensemble funéraire est par ailleurs ouvert et il occupe la seule bordure d’un espace vaste. Nous soupçonnons une limite plus légère et perpendiculaire au fossé limitant au SO l’extension de la nécropole (fig. 4). C’est donc dans un contexte bien structuré topographiquement qu’un groupe restreint d’individus a enterré des morts (une soixantaine pour un minimum de deux siècles) sur et autour d’un tumulus daté du Bronze final IIIb. Le fossé bordier ouest est ensuite recreusé, sans doute à l’époque gallo-romaine, mais surtout il est alors doublé par un puissant fossé reconnu sur plusieurs centaines de mètres. Historiquement cet itinéraire est aussi celui du Grand Chemin d’époque Moderne (Imberdis, 1967, p. 116-120 et cartes), axe qui n’est autre que celui de la via Agrippa antique (Dartevelle et al. 2009). Actuellement, la route nationale se situe à une centaine de mètres au NO du site et garde la même orientation que les autres axes.

Fig. 4 : l’ensemble funéraire de Champ-Lamet à Pont-du-Château (Puy-de-Dôme). Relation avec le parcellaire te le réseau viaire (F. Blaizot, C. M-Jouannet et E. Nectoux).

14L’enclos funéraire des « Chavoures », commune des Martres d’Artière se situe dans le même contexte topographique que celui de Champ-Lamet. En son centre, une fosse quadrangulaire et de nombreux fragments d’arkose autorisent l’hypothèse d’une stèle plantée qui ne peut être comprise que comme un marqueur visuel de l’espace funéraire (Blaizot et al. 2009).

15À l’échelle de la région, il est difficile de mettre en relation l’implantation géographique des ensembles funéraires et celle des habitats. Seule, la zone du bassin de Sarliève et des franges sud de la Limagne nous permet d’illustrer ce propos. La fenêtre ouverte sur le bassin sud de la Limagne montre que les sites funéraires de La Tène ancienne s’organisent indépendamment du réseau des habitats. Outre sa position de jalonnement d’un axe reconnu comme majeur, ce chapelet de nécropoles se caractérise aussi par une implantation sur des terrains ingrats : terrasses alluviales et cônes deltaïques du bassin de Sarliève ou terrasses graveleuses de l’Allier aux Martres d’Artières : marquage et ostentation d’une part mais en même temps évitement des terres profondes de Limagne.

1.2.2. L’éloignement des habitats

16Dans le même secteur de Limagne, les habitats (fig. 5) ont une dispersion géographique beaucoup plus large que l’on peut séparer en deux groupes : celui des habitats répartis dans la plaine et celui des habitats intercalés entre les nécropoles. Pour le premier, plusieurs secteurs bien documentés du point de vue des habitats n’ont à ce jour fourni aucune donnée funéraire, - secteur de Bouy et Trémonteix au nord de Clermont-Ferrand (Eychart 1969) et les sites de la butte de Clermont côté Limagne (Mennessier-Jouannet et al. 2007 ; Périchon, Chopelin 1980). Les sites reconnus sur le tracé de l’A710 (Guichard dir. 2000) n’ont pas livré de données funéraires pas plus que le site du « Grand Navarre » à Gerzat occupé de la fin du Ve siècle à la fin du IIIe siècle. Pour le deuxième, rien ne permet de rattacher les habitats reconnus à l’un ou l’autre des ensembles funéraires, la distance entre les sites, toujours supérieure à plusieurs centaines de mètres étant trop importante. Réciproquement, l’absence de repérage d’habitats à proximité des espaces funéraires (à moins de 150 m) est une donnée récurrente issue du nombre et de l’importance des diagnostics effectués dans ce secteur du sud de la Limagne. Cette observation qui vaut pour La Tène A et B1 doit être nuancée dès que l’on aborde les occupations de La Tène B2 et C1. Aux « Fontanilles », commune de Lempdes, la petite nécropole de La Tène C1 est pressentie comme proche d’un habitat enclos de même époque (Ph. Hénon, fouille 2009, rapport en cours). Mieux documentée, la bordure orientale du bassin de Sarliève fournit trois occurrences de binôme habitat/espace funéraire, tous distants d’environs 100 à 150 m et datés de La Tène B2a et b (fig. 6A). Le premier associe la nécropole de « Bonabry » à un espace non funéraire qui reste à déterminer (rapport de diagnostic, Vermeulen 2002). Les deux autres, - « La Gravière » fouillée en 2001 et « Bois Joli » fouillé en 2006 -, font apparaître un lien étroit mais distancié entre nécropole et habitat : un chemin matérialisé par un double fossé relie l’habitat à la nécropole de « Bois Joli » (fig. 6B). À « La Gravière », un petit nombre de sépultures (7 inhumations) borde l’un des principaux fossés limitatifs de l’habitat reconnu anciennement lors d’un diagnostic (Collis 1986, inédit). Au moment où s’installent ces sépultures, une nécropole sous coffre funéraire du Bronze final 1 est systématiquement détruite (fig. 6C). Chaque fois que le mobilier est présent, il est synchrone avec l’horizon du chemin 8 de La Grande Borne-site d’Aulnat, soit LT B2b. Ainsi, le IIIe siècle av. notre ère paraît le moment où la relation géographique entre lieu d’habitation et espace funéraire tend à évoluer fortement.

Fig. 5 : relation entre habitat et ensembles funéraires dans le grand bassin de Clermont-Ferrand à La Tène ancienne (C. M-Jouannet, E. Nectoux).

Fig. 6 : A : relation entre habitat et ensembles funéraires dans le bassin de Sarliève à La Tène B2b et C1 ; B : plan de la nécropole de Bois Joli ; C : plan des nécropoles de La Gravière (C. M-Jouannet, E. Nectoux, G. Vernet ; DAO Jean Cayrol, Pascal Combes et Daniel Parent, Inrap).

17Le classement matriciel des données pour le seul département du Puy-de-Dôme (fig. 7) illustre notre propos : il y aurait donc une volonté de dévolution de certains secteurs pour la mise en place d’espaces dédiés au domaine funéraire au contact ou à proximité de la voirie. Il peut s’agir du marquage, de l’appropriation du sol en lien avec les axes de circulation ou de la possibilité pour les vivants de garder en mémoire l’empreinte et l’emprise de certains ancêtres auxquels on accorde ainsi une fonction tutélaire. Mais aussi, comme Sylvie Dessenne, on peut penser à « une sorte de trait d’union entre le monde des vivants et celui des morts » (Desenne et al. 2009, p. 37). Peut-être est-il donné aux morts de voir passer les vivants.

18Le cas des sépultures dites isolées mérite une certaine attention. Sans être fréquentes, elles sont attestées dès La Tène A1. Le fait n’est pas nouveau dans ce secteur de la Limagne et a déjà été remarqué dès l’âge du Bronze final aux « Acilloux », commune de Cournon pour une inhumation du Bronze final IIIa (fouille D. Pelletier, inédit) et aux « Varennes », commune de Pérignatès-Allier pour une inhumation du Bronze final IIIb (fouille J-F. Pasty, inédit). L’hypothèse de l’utilisation de l’emplacement de la tombe comme marqueur du territoire et donc comme affirmation de la propriété est aussi évoquée.

1.3. À La Tène moyenne et finale

19Hormis le Cantal, département pour lequel de nombreux indices tendent à valider la profonde désaffection à partir de cette période, la situation de l’Allier et de la Haute-Loire est marquée par un net déficit documentaire. Dans le Puy-de-Dôme même, la concentration des données dans le bassin de Clermont est directement fonction de l’activité en archéologie préventive. À partir de La Tène C1, la concentration des sites d’habitat liée à une mise en valeur intensive de la plaine entraîne une recomposition du paysage agraire et de l’économie rurale de la Limagne. Il est possible que le funéraire se réorganise autour de ce fait-là (fig. 8).

1.3.1. En contexte rural, une proximité forte avec l’habitat

20Le classement matriciel (fig. 9) des espaces funéraires du département du Puy-de-Dôme met en évidence quelques valeurs qui fonctionnent comme des constantes. L’absence de tumulus est avérée, même si dans un cas au moins, la signalisation externe d’une sépulture datée de LT D1a est reconnue sur une inhumation au « Pâtural », commune de Clermont-Ferrand. D’autre part, il n’existe plus de lien diachronique par la réoccupation de monuments ou d’espaces funéraires plus anciens. Pourtant, certains habitats connaissent une récurrence de l’occupation sur le long terme, l’habitat du « Pâtural » connaît des installations depuis le Bronze final III jusqu’à l’époque gallo-romaine (Milcent 2004 ; Deberge, Collis, Dunkley dir. 2007). À ce jour, nous n’avons pas observé le même phénomène concernant le domaine funéraire. Les regroupements de sépultures sont moins fréquents. Avec le développement des réseaux fossoyés liés à la gestion des terres cultivées et au drainage de l’eau durant le IIe siècle, se développe un phénomène d’insertion systématique de sépultures, - inhumations ou crémations-, en bordure des fossés. Il devient fréquent que les ensevelissements se fassent au sein même des habitats. L’exemple du « Pâtural » (fig. 10) avec deux inhumations le long d’un fossé bordant l’accès à deux bâtiments montre une forte proximité, de 20 à 30 m, avec les habitations (Deberge, Collis, Dunkley dir. 2007). Moins caractéristique, le cas du site des « Douzaines Hautes », commune de Malintrat (Guichard dir. 2000), procède du même phénomène avec une crémation placée à l’angle d’un enclos. Sur la commune de Saint-Beauzire, à « Congrenat », un alignement de trois inhumations borde un important fossé de palissade, tandis qu’à « La Montille », à quelques centaines de mètre, une crémation est placée à l’extérieur, le long du fossé périphérique d’un enclos d’habitat (Mennessier-Jouannet 2002). Il en va de même pour l’espace funéraire de « Rochefort » à Gerzat (Alfonso et al. 2001). Cette insertion des ensembles funéraires le long des réseaux parcellaires et dans les secteurs habités devient un marqueur des manifestations funéraires en Limagne à la fin du IIIe siècle et jusqu’à la fin du IIe siècle av. notre ère. La seule exception connue est celle de la nécropole de « La Gravière », commune de Cournon d’Auvergne où les ensevelissements de La Tène D1a et b sont effectués dans un enclos, le long d’un chemin qui traverse le bassin de Sarliève (fig. 6C). On aurait là, affaire à une implantation en rapport avec l’axe de circulation et selon toute vraisemblance plutôt à l’écart du secteur habité, ce qui nous ramène à un schéma plus traditionnel.

Fig. 8 : cartographie des ensembles funéraires recensés en auvergne pour La Tène moyenne et finale (C. M-Jouannet et E. Nectoux).

Fig. 7 : matrice ordonnée des paramètres régissant l’implantation des espaces funéraires durant La Tène ancienne (C. M-Jouannet).

Fig. 9 : matrice ordonnée des paramètres régissant l’implantation des espaces funéraires durant la Tène moyenne et finale (C. M-Jouannet).

1.3.2. En contrepoint : le site aggloméré d’Aulnat

21La fouille d’Aulnat « Gandaillat » couvre près d’un hectare situé dans la zone orientale du site aggloméré d’Aulnat (Deberge et al. 2007) à proximité de l’axe de la via Agrippa, mentionné ci-dessus pour le site de Champ-Lamet (fig. 4). Le site d’Aulnat prend son essor à l’orée du IIIe siècle au carrefour de la voie du Languedoc au Bassin Parisien (N-S) et d’un axe E-O qui porte les prémisses d’une grande voie romaine. Les ensembles funéraires se répartissent en plusieurs groupes distincts strictement compris entre les axes viaires N-S et E-O et un long fossé curviligne qui enserre l’ensemble du secteur bâti (fig. 11). Une interruption associée à une palissade rentrante marque un accès à l’intérieur du secteur habité. Du point de vue chronologique, inhumations et crémations de LT B2 à LT C2 sont toutes placées à l’extérieur de l’enclos, où elles contribuent à former des groupes distincts. Dans la deuxième moitié du IIe siècle, cet emplacement « hors les murs » est toujours en usage, mais à cette localisation traditionnelle se surajoute la mise en place ordonnée d’inhumations le long ou au milieu des axes qui structurent le réseau habité de « Gandaillat ».

Fig. 10 : funéraire et habitat à La Tène finale : l’exemple du site du « Pâtural » à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) (d’après Deberge, Collis, Dunkley (dir.) 2007).

22Ainsi, à « Gandaillat », on constate une évolution similaire à celle repérée dans l’arrière-pays rural. Après une première phase où le domaine funéraire, pour proche qu’il soit, reste en dehors du secteur habité, on assiste à l’introduction de certains individus au sein de l’habitat. Une mise en scène particulière est accordée à certains, mais en restant, ici comme dans la campagne, liée aux zones d’accès (voir aussi Le Pâtural, fig. 10), aux cheminements et aux zones limitatives.

23Pour le Ier siècle av. J.-C., la documentation est peu abondante mais semble témoigner d’une continuité de ces pratiques. Sur l’oppidum de Gergovie, on retrouve des tombes installées contre la fortification à peu de distance d’un espace à vocation domestique. L’oppidum de Gondole montre, comme sur le site d’Aulnat occupé au IIe siècle av. J.-C., une diversité dans les solutions employées avec la présence conjointe d’une nécropole constituée dans la partie nord-ouest du site et celles de sépultures disséminées au sein de l’habitat. Toujours est-il que l’on peut conclure, en l’état actuel des connaissances, à l’absence de « nécropoles » au sens strict contrairement à ce que l’on observe sur les oppida de Gaule interne (Bibracte, Titelberg…). Enfin, on notera que les deux ensembles funéraires à caractère « aristocratique » connues pour les IIe-Ier siècle av. J.-C. (les tombes à char de « La Cime des Bruyères », commune de Pulvérières et les sépultures privilégiées de « Pré Guilhot », commune de Malintrat) ont tous deux été retrouvés isolés dans l’espace rural témoignant ainsi de l’attachement des élites de la fin l’Âge du fer à la campagne.

2. Les espaces funéraires. Leur composition, recrutement et traitement des corps

2.1. Recrutement dans les espaces funéraires

24La taille des ensembles funéraires est assez variable, mais la majorité d’entre eux se composent d’un nombre d’individus compris entre 15 et 60. Dans ce cadre, celui de « Gandaillat », par ailleurs lié à un habitat d’envergure, fait figure d’exception avec 165 sépultures (inhumations et dépôts de crémation) exhumées. Cette variabilité nous apparaît forcément être corrélée aux différences de statut des espaces funéraires : certains sont restreints à l’échelle d’un petit groupe, tandis que le recrutement d’un ensemble comme celui de « Gandaillat » est de toute évidence beaucoup plus large. Sur ce site, qui constitue le plus gros ensemble funéraire du IIe siècle avant J.-C. fouillé en Auvergne (fig.11), les sépultures, dans un premier temps, bien séparées de l’habitat initialement délimité par un fossé, gagnent les secteurs occupés par les activités domestiques dans la deuxième moitié du IIe siècle. Les dépôts de crémation s’organisent quant à eux en petits groupes concentrés en dehors des limites de l’habitat. Le grand nombre de tombes laisse envisager que le site dépasse l’échelle d’une petite communauté villageoise.

25L’interprétation sociale de ces espaces est un exercice difficile, parce que les critères par lesquels les groupes marquent leurs différences ne sont pas tous perceptibles par l’archéologie. Nous devons ainsi considérer plusieurs paramètres, parmi lesquels certains sont structurels (composition par sexes et âges de la population inhumée), et d’autres contextuels (traitement et modes funéraires, aménagements, nature, qualité et quantité du mobilier) ; si les premiers se rapportent à des critères objectifs, les seconds n’ont de sens qu’au sein de la sphère culturelle dans laquelle ils s’inscrivent.

26L’analyse de la composition par sexe et par âge montre que tous les ensembles funéraires présentent un point commun : les jeunes enfants sont soit exclus (pour les phases anciennes), soit fortement sous-représentés, puisque les quotients de mortalité avant un et cinq ans calculés dans les séries numériquement les plus importantes sont en effet très en dessous des données théoriques d’une population pré-jennérienne, soit 322-540‰ (fig. 12). Il semble donc que ces sociétés pratiquent l’exclusion des espaces funéraires, des enfants âgés de moins de deux ans environ (1q0 nul ou très faible, 1q4 insuffisamment élevé), à l’exception du site de la « Grande Halle » à Cournon (LT D1a) où seul le quotient de mortalité avant 1 an est aberrant (celui entre 1 et 4 ans est plausible : 133 ‰). À noter qu’au « Pâtural », le squelette d’un sujet périnatal a été recueilli au sein de déchets domestiques. Une attention particulière doit être portée à la partie du site d’Aulnat représentée à « Gandaillat » ; si la répartition des sujets selon l’âge au décès reste proche des caractéristiques relevées sur les sites plus anciens, avec une sous-représentation des jeunes enfants, (quotient de mortalité infantile compris entre 19,6 et 26,1‰, et quotient de mortalité entre 1 et 4 ans variant de 13,4 à 80‰), ce caractère est ici étonnant dans la mesure où l’habitat a été largement exploré et qu’il est d’usage de retrouver ces derniers dans les secteurs domestiques. Cette constatation vaut aussi pour l’habitat de Bois Joli, contemporain de la nécropole qui lui est proche (LT B2b). Ces résultats permettent donc de mettre en évidence une règle d’accès aux ensembles funéraires fondée sur le critère de l’âge au décès, ce qui a largement été émis par ailleurs (Sellier 1996 ; Dedet 2008) : les ensembles funéraires n’accueillent qu’une partie de la population décédée. De plus, la population adulte inhumée à « Gandaillat » est aberrante, puisqu’elle se caractérise par la sur-représentation des sujets masculins en regard de la population féminine (5 femmes pour 41 hommes) ; ainsi, le secteur de « Gandaillat » confirme l’existence de règles fondées sur l’état civil qui régissent l’accès aux espaces funéraires, et indique en outre que plusieurs systèmes peuvent interférer : le recrutement est de toute évidence fondé sur plusieurs critères. Les règles habituelles d’exclusion des très jeunes enfants y sont respectées, mais le cas des femmes pose un problème, sauf si l’on envisage qu’elles sont toutes dans les dépôts de crémations, hypothèse à laquelle nous ne pouvons apporter aucune preuve, et qui n’est validée par aucun autre ensemble funéraire à ce jour. Par ailleurs, les outils actuels de l’anthropologie biologique n’offrent pas de précision suffisante pour traiter statistiquement les individus adultes du point de vue de l’âge, parce que la sénescence s’avère un phénomène soumis à une trop grande variabilité individuelle. La méthode actuellement la plus fiable (Schmitt 2005) fournit des marges trop importantes à l’échelle individuelle pour classer les individus selon les règles de la démographie historique, et celle qui permet d’examiner les faits à l’échelle populationnelle demande un nombre substantiel d’individus (Masset 1982). Les résultats obtenus à « Gandaillat » au moyen de ces méthodes ne révèlent cependant aucune aberration a priori (pas de prévalence des classes jeunes ou au contraire âgées).

27Les résultats obtenus au moyen de l’analyse du recrutement conduisent à relativiser quelques « évidences » propres à la littérature archéologique, qui tendent à identifier ces ensembles funéraires comme l’illustration de groupes familiaux ou de systèmes communautaires. Il convient de faire la part entre la définition sociologique des termes, sous-entendue semble-t-il par les auteurs qui l’emploient, et les modèles que sous-tendent les données archéologiques et anthropologiques, en réalité bien partielles. Les critères sur lesquels reposent ces définitions, en contexte archéologique, s’avèrent bien trop fragiles, d’autant plus qu’ils se réduisent le plus souvent à des données globales telles que la taille des ensembles funéraires et la présence d’enfants et d’adultes, et que l’on se heurte à une chronologie flottante au sein de chaque ensemble. En prenant en compte la règle selon laquelle les enfants les plus jeunes sont exclus, tout au mieux est-il possible, au moyen de l’analyse du recrutement, de mettre en évidence un recrutement non pas familial, mais de type familial pour le reste de la population inhumée, à condition bien sûr de maîtriser autant que faire se peut la chronologie des ensevelissements, ce qui constitue l’une des pierres d’achoppement de l’exercice. Sans doute est-il nécessaire de préciser ici que les espoirs mis dans l’analyse des variations non métriques du squelette (« caractères discrets »), dans le courant des années 90, pour révéler les liens de parenté entre les individus inhumés (Crubézy, Sellier 1990), se sont évanouis au cours de cette dernière décennie : les biologistes sont en effet revenus sur la question du déterminisme de la plupart des caractères et donc de l’échelle à laquelle il convenait de les interpréter (Crubézy et al., 1999 ; Gemmerich 1999 ; Murail 2005). Si un site funéraire comme « Gandaillat » exclut l’hypothèse d’un recrutement familial puisqu’il privilégie le sexe masculin (rapport de masculinité : 12,2), les sites de « Champ-Lamet », des « Chavoures » ou encore de « La Grande Halle » à Cournon évoquent un recrutement de type familial en raison de la distribution correcte des sexes (rapports de masculinité de 76,5, 80 et 100) et des quotients de mortalité après 5 ans. Mais qu’en est-il en réalité ? Enfin, pour ce qui concerne l’expression d’« ensembles communautaires », les critères archéologiques retenus manquent de clarté ; l’analyse des pratiques funéraires (traitement du corps, modalités de dépôt et organisation manifeste des ensembles funéraires dans l’espace) semble indiquer qu’il existe une population qui partage les mêmes règles, mais le constat est insuffisant pour parler de système communautaire, qui implique quant à lui une organisation collective du territoire regroupant des activités ou des fonctions communes aux groupes humains ; l’archéologie funéraire ne peut résoudre à elle seule toutes les questions, et c’est bien sûr à l’archéologie des habitats de le démontrer. Le constat funéraire consiste en la prévalence des petites unités sépulcrales fréquentées sur une courte durée, dispersées sur le territoire.

Fig. 11 : le site aggloméré d’Aulnat. Vue d’ensemble du site en mettant en évidence secteurs bâtis, espaces funéraires et réseau viaire (Ch. Vermeulen, Y. Deberge, E. Nectoux et C. M-Jouannet).

Fig. 12 : courbe de représentativité de la mortalité des moins de 5 ans dans plusieurs sites laténiens (F. Blaizot).

28Certaines de nos séries funéraires indiquent que des sélections, portant sur d’autres critères que l’état civil, peuvent être envisagées, et que ceux-ci évoquent, en l’état des connaissances, des sociétés hiérarchisées. Le cas le plus flagrant est celui du site de « La Cime des Bruyères », à Pulvérières (LT C2-D1a à LT D1a), où prennent place cinq individus, dont les restes brûlés ont été inhumés au rythme d’un à deux individus par génération (Blaizot et al., à paraître). Précisons que cet ensemble renferme une population spécifique, illustrée par la présence de chars et d’un mobilier abondant et diversifié ; il semble que cette élite utilise la crémation en raison sans doute de son potentiel ostentatoire, comme en témoigne l’usage de bûchers en fosse et de pratiques post-crématoires complexes. De tels ensembles dont le recrutement est ainsi spécialisé (accès limité à un ou deux individus par génération) sont ponctuellement connus par ailleurs, à Nîmes notamment (Bel et al., 2008). La population inhumée sur le site des « Chavoures », aux Martres d’Artières, s’inscrit dans un enclos trapézoïdal délimité par un large fossé flanqué d’un probable système d’accès et d’une structure centrale de 1,70 m sur 1,40 m, caractérisée par un énorme calage de blocs et les restes d’un élément en pierre démantelé autour de LTA2-B1 (Blaizot et al. 2009). La majeure partie des 25 individus sont inhumés dans des coffrages soulignés par un aménagement soigné et presque monumental, 4 ont fait l’objet d’une crémation, ce qui, conjugué au caractère ostentatoire de l’enclos évoque un groupe sans doute privilégié. On peut, à cet égard, comparer ce site avec celui de « Champ-Lamet » (fig. 4), de la même époque, où au départ, le recrutement semble restreint à un petit ensemble d’inhumations qui s’organise autour du dépôt de crémation DP65 implanté à la fin du Ha D3, sur celui du Bronze final au centre du monument circulaire. Dans un second temps, dans le courant de LT A1, on assiste à une ouverture envers un plus grand nombre de personnes, dont les tombes, bien qu’attirée par l’enclos circulaire, s’organisent différemment, s’orientant sur l’axe du fossé qui vient délimiter l’espace funéraire (Blaizot et Milcent 2002). Ce site montre que le statut d’un ensemble funéraire peut changer dans le temps, ce qu’il n’est d’ailleurs pas toujours possible de démontrer ; la question peut aussi être posée aux « Chavoures », où le nombre de tombes, réduit à trois au Ha D3-LT A1, augmente à LT A2-B1, au moment où le marqueur central du monument est démantelé.

29La variabilité enregistrée du point de vue des pratiques funéraires pourrait illustrer une forme de différentiation entre les groupes ; nos résultats font long feu de l’hypothèse d’une hiérarchisation tardive des sociétés dans le courant de La Tène et conduisent à relativiser les notions de « groupes familiaux » et « d’espaces communautaires » souvent trop rapidement énoncées. Afin d’apporter des éléments de réponse à l’ensemble de ces questions, il conviendrait dans un premier temps de travailler sur la mise en évidence de la variabilité au sein des divers secteurs géographiques, de rechercher par quoi elle s’exprime et de la mesurer. Dans notre région, l’approche de ces sociétés doit être fondée sur une démarche intégrée qui prend en compte le plus grand nombre de critères, -le nombre et la qualité du mobilier n’étant que l’un d’entre eux-, en commençant par s’interroger sur ce qu’est un marqueur et sur la manière dont il peut s’exprimer. Parmi ceux-ci, nos séries font émerger celui de la crémation, puisque le choix de ce rite à La Tène ancienne et dans certaines communautés de La Tène finale, semble concerner des personnes particulières, de rang social élevé. En témoignent le dépôt central SP65 de « Champ-Lamet » qui fonde au Ve siècle tout l’ensemble funéraire laténien, ou le site des « Chavoures » qui en comporte quatre dans son enclos monumental, sans compter celui de Pulvérières où un petit groupe d’individus auxquels sont associés des chars et des amphores a été brûlé sur des bûchers ostentatoires. Ainsi, comme le montrent de nombreux exemples en France du Centre (Milcent 2004), le choix de la crémation, sans doute en référence au modèle héroïque, peut ne pas être anodin dans certains groupes (Blaizot (dir.) 2009, p. 331 et 336).

2.2. Traitement des corps : pratiques et rites concernant le défunt lui-même

2.2.1. Évolutions relatives des pratiques de crémation et d’inhumation

30Les opérations archéologiques menées ces dernières années dans le cadre préventif, notamment dans le bassin de Clermont-Ferrand, révèlent que la crémation est pratiquée aux côtés de l’inhumation depuis le début du Ve siècle (fig. 13). Avec un dépôt de crémation à Champ-Lamet (Blaizot et Milcent 2002) et quatre aux « Chavoures » (Blaizot et al. 2009) puis la centaine fouillée à Aulnat- « Gandaillat », ces résultats offrent une vision modifiée de celle qui prévalait jusqu’alors, dans laquelle le traitement des morts au Second Âge du fer en Auvergne était, au moins jusqu’à la fin du IIe siècle, marqué uniquement par l’inhumation. Cependant, l’inhumation domine les ensembles funéraires les plus anciens, avec un seul dépôt de crémation à « Champ-Lamet » (SP65 dont les charbons datent de 495-389) contre 64 inhumations (480-300 av. J.-C.), quatre dépôts contre 21 inhumations aux « Chavoures » (480-300 av. J.-C.). Au IIe siècle, la part de la crémation varie énormément selon les sites ; les deux rites sont relativement équilibrés à « Rochefort » (Gerzat), avec onze inhumations pour douze crémations, à « Gandaillat » avec 79 inhumations et 80 dépôts de crémation, alors que d’autres sites antérieurs au milieu du Ier siècle ne comptent que des inhumations et que celui de Pulvérières est au contraire caractérisé par la seule pratique de la crémation (cf. supra). La parcimonie des dépôts de crémation à La Tène ancienne dans le Puy-de-Dôme semble rattacher ce secteur au domaine alpin occidental, contrairement au Cantal, plus tourné vers le sud puisque les tombes recensées sont liées au rite de la crémation Cependant, en référence aux riches sépultures du Berry au Ve siècle, un système de différenciation sociale pourrait interférer avec ces traditions, comme nous l’avons évoqué ci-dessus.

Fig. 13 : modes de traitement des défunts dans les nécropoles laténiennes de Limagne (F. Blaizot).

31En milieu rural, une crémation difficile à dater (soit de la transition C2/D1 ou D1a) se situe le long du fossé de la ferme indigène de « La Montille » à Saint-Beauzire (Mennessier-Jouannet et al. 2002) et une autre de la même période est connue aux « Quaires », commune des Martres d’Artières (Chuniaud 2000, étude reprise par Mennessier-Jouannet, inédit). Sans doute plus nombreuses que ne fournit l’inventaire actuel, elles côtoient des inhumations dans les deux cas. Il ne s’agit donc pas d’un phénomène propre à un site comme celui d’Aulnat, mais d’un recours généralisé à ce bi-ritualisme.

2.2.2. Typologie des inhumations : architecture funéraire et position du défunt

32L’inhumation est dominée par les tombes en fosse sur l’ensemble du Second Âge du fer (fig.14). Il s’agit de fosses relativement étroites, souvent resserrées aux deux extrémités. Le corps du défunt est placé directement sur le fond de la fosse, et les indices de décomposition en espace vide indiquent que la fosse possédait une couverture ; cette dernière est maintenue entre les parois obliques de la fosse ou alors repose sur une feuillure aménagée sur les parois. Pour les périodes les plus anciennes, cette couverture est surmontée de gros blocs de pierre, placés sur toute la surface ou disposés en couronne. Ce type d’inhumation concerne plutôt les phases anciennes du Second Âge du fer : les coffres et/ou les cercueils monoxyles, restitués au moyen de l’anthropologie de terrain, ne sont guère représentés que dans les deux ensembles funéraires les plus anciens (« Champ-Lamet » et « Les Chavoures ») ou le site de « Gandaillat » largement centré sur le IIe siècle. Les sites de « Rochefort » (Alfonso et al. 2001) et du « Brézet » ne comptent qu’un exemplaire chacun. À « Champ-Lamet » et à « Gandaillat », l’usage d’un coffre de bois s’accompagne d’un mobilier abondant ou particulier ou caractérise des sépultures mises en valeur par leur emplacement dans l’ensemble funéraire : c’est le cas des deux tombes du IVe siècle installées au centre du tumulus du Bronze final réutilisé à « Champ-Lamet ». À « Gandaillat », la tombe du guerrier SP474 (LTC2/D1), la tombe ostentatoire SP366 qui renferme une chèvre sacrifiée (LTC1/C2) et deux tombes (l’une de LTC2 et l’autre de LTD1) comptent parmi celles qui sont les plus pourvues en mobilier. Les faits diffèrent aux « Chavoures » où 13 des 25 sépultures sont placées dans un contenant de bois, avec ou sans mobilier et dans tous les secteurs de l’enclos trapézoïdal qui délimite l’espace funéraire. Ce constat, conjugué à la pratique de la crémation avec quatre dépôts disposés autour de la structure de « signalisation » centrale pour 21 inhumations, laisse envisager que cet ensemble funéraire accueille un groupe possédant un statut particulier.

33Les défunts sont majoritairement inhumés sur le dos, mais le dépôt sur le ventre est fréquent durant La Tène ancienne, bien que variable selon les sites (entre 9 et 39 %), celui sur le côté est plus rare (fig.15). Cette pratique d’ensevelir sur le ventre avec les membres inférieurs en rectitude apparaît à l’âge du Fer, mais devient presque anecdotique sur certains sites à partir de La Tène C1 ; à « Gandaillat » cependant, où l’attitude des corps est variée à l’échelle des trois zones fouillées (25 % reposent sur le ventre, 60 % sur le dos et 15 % sur le côté), la position en procubitus est surtout représentée dans la zone 1 avec quatorze des seize tombes concernées, qui sont parmi les plus anciennes, antérieures aux dépôts de crémation. Elle est également très bien représentée à l’époque romaine, au Haut-Empire, dans toute la Gaule. La nécropole de Bois Joli, rend également compte d’une grande variété des positions des squelettes, avec une priorité accordée aux dépôts sur le dos ou le ventre, mais les mains, les avant-bras, et les membres inférieurs n’ont pas de posture fixée. On peut considérer soit que ce paramètre n’avait pas grande importance, soit qu’il distingue certaines personnes sur des critères que l’on ne peut pas percevoir par les données archéologiques.

Fig. 14 : typologie des tombes à inhumation de Limagne (F. Blaizot). Limagne (F. Blaizot).

Fig. 15 : tableau des différentes positions des corps des défunts à La Tène en Limagne (F. Blaizot).

2.2.3. Typologie des structures liées au rite de la crémation

34Le rite de la crémation est illustré pour la majorité des sites par des structures de dépôt, seuls les ensembles funéraires de « Pulvérières » et de « Rochefort », datés du IIe siècle, conservent des bûchers. Il s’agit de bûchers en fosse, ce qui explique sans doute qu’ils nous soient parvenus. On peut aussi supposer que les corps étaient brûlés sur des aires au sol qui n’ont pas été conservées. Dans le premier cas, apparaît un rite post-crématoire élaboré, caractérisé par l’intégration d’un vase ossuaire sur la couche de crémation du bûcher et par la translation d’une partie des résidus du même bûcher dans une fosse distincte établie à distance de celui-ci. Ces pratiques, également relevées sur le site de Saint-Laurent la Conche dans la Loire (fouille Vincent George, Inrap) daté de la même période, annoncent, un peu plus d’un siècle avant l’heure, celles qui caractérisent l’époque romaine. À l’échelle de tout le Second Âge du fer en Auvergne, les structures de dépôt sont de trois sortes : des fosses accueillant une partie des résidus de la crémation, les fosses renfermant un ossuaire et les fosses qui contiennent ces deux unités. Les données de La Tène ancienne du site des « Chavoures » montrent que les dépôts sont constitués d’ossuaires, placés dans des contenants en matière organique. La situation est différente aux périodes plus récentes : à « Gandaillat » par exemple, les dépôts en ossuaire, également contenus dans un élément en matériau organique, ne représentent que 14 % des dépôts, et dans la grande majorité, ils sont associés aux résidus. Sur ce site, les fosses contiennent pour la plupart les seuls résidus (charbons mêlés aux os), et se présentent sous la forme de loculi de faible taille (diamètre varie de 0,10 m à 0,32) et de forme circulaire. La quantité d’ossements est variable, mais la plupart des dépôts de résidus ne conserve qu’une part symbolique des vestiges de la crémation puisque la masse osseuse est comprise entre 0,6 et 254 g.

35Lors de la crémation, aucun mobilier primaire (brûlé avec le corps) n’accompagne le défunt sur les sites des « Chavoures », de « Champ-Lamet » (Ve-IVe siècle) et de « Gandaillat » (IIe siècle), en dehors de la parure et des accessoires vestimentaires portés par le défunt sur le bûcher. En revanche, à « Pulvérières » et à « Rochefort »-Gerzat (IIe siècle), les résidus de crémation livrent les restes de vases passés au bûcher, ainsi que des dépôts carnés. Le mobilier secondaire (non brûlé et placé avec les restes calcinés du défunt) est représenté par trois cas seulement : un ceinturon de La Tène A2-B aux « Chavoures », un vase de La Tène D1a à « Pulvérières », et un amas d’objets en fer non déterminés placé au contact de la paroi externe d’un vase ossuaire de La Tène D2 au « Brézet ». Ces données s’opposent en partie à ce qui est observé en contexte méditerranéen à La Tène finale, où le mobilier primaire est absent, mais le mobilier secondaire abondant (Bel et al., 2008).

3. Le mobilier en contexte funéraire

3.1. Base documentaire et premières observations

36Compte tenu de la documentation disponible, la fenêtre d’observation a été restreinte au bassin clermontois (fig. 16, A). Les ensembles funéraires retenus sont de taille très variable ; le plus vaste regroupe plus de 150 tombes et les plus modestes une à deux sépultures. Leur répartition chronologique est déséquilibrée avec la période de La Tène C1 à D1 largement majoritaire en regard des séquences plus anciennes et récentes.

37De ce corpus, il ressort que le dépôt de mobilier concerne globalement un tiers des sépultures (inhumations et crémations). En réalité, il existe une assez grande disparité dans la fréquence des dépôts en fonction de la chronologie (fig. 16, B). Dans le détail, la situation est plus nuancée et des sites pourtant contemporains ont un nombre de tombes « à mobilier » très variable témoignant de l’existence de différences entre ces communautés humaines voisines (fig. 16, C). La règle semble être un rapport inversement proportionnel entre taille de la population enterrée et fréquence des tombes livrant du mobilier. Pour la période de La Tène C1 à D1, les petites nécropoles rurales montrent la plus forte fréquence de sépultures pourvues en mobilier (souvent autour de 60 %) alors que le vaste ensemble funéraire associé au site proto-urbain d’Aulnat compte à peine un tiers de tombes ayant fait l’objet d’un dépôt d’objet. À cet égard, on note que les deux ensembles funéraires à caractère aristocratique attribués à La Tène D1a jusqu’à La Tène D2b (sites de « Pulvérières » et de « Malintrat ») sont tous deux intégrés à l’espace rural montrant qu’existe, au moins à La Tène moyenne et finale, un fort attachement des élites pour la campagne (Blaizot et al. à paraître, Deberge et Orengo 2007).

38En Basse-Auvergne, les crémations rares dans les deux ensembles funéraires de « Champ-Lamet » et des « Chavoures » sont généralement sans mobilier ou dotées d’objets remarquables comme des anneaux de ceinturon. À La Tène moyenne et finale, période à laquelle le bi-ritualisme est installé dans un rapport de 1/3 pour 2/3 en faveur de l’inhumation, les dépôts de mobilier sont plus fréquents dans les inhumations que dans les crémations. En revanche, dans ce dernier cas, le mobilier, souvent de qualité, y est représenté en plus grande quantité. Ceci traduit une préférence des populations au statut socio-économique élevé pour ce rituel de la crémation.

3.2. Hallstatt D3-La Tène B1 : accessoires du costume et objets de parure

39« Champ-Lamet », « Les Chavoures » et « Les Cérais » à Aigueperse (Puy-de-Dôme) totalisent pour cette période 95 inhumations et 5 crémations (Blaizot et Milcent 2002 ; Blaizot et al. 2009 ; Alfonso et al. 1998). Sur ce total, on décompte 28 immatures (fig. 17, B). Le dépôt de mobilier, essentiellement de la parure et des accessoires du costume, touche environ 40 % de ces inhumations. Les femmes sont, et de loin, les plus fréquemment concernées par le dépôt de mobilier : les ¾ des tombes féminines, contre seulement 1/3 pour les sujets immatures et moins de ¼ pour les hommes.

40La grande majorité des tombes contiennent un ou deux objets, principalement des bracelets ou armilles et des fibules. Les tombes qui livrent trois objets sont au nombre de cinq alors que celles qui en totalisent quatre, six ou huit sont rares (une occurrence pour chaque classe). On notera que ces tombes les mieux dotées sont exclusivement des tombes de femmes (fig. 17, C). Les parures relèvent du corpus habituellement rencontré en milieu funéraire dans l’Est de la France, la Bourgogne, Franche-Comté, Plateau Suisse et dans l’ensemble du domaine nord-alpin occidental. Il s’agit de bijoux toujours portés ou d’objets très personnels comme l’aiguillette de botte de l’adulte de sexe indéterminé de SP66 de « Champ-Lamet » ou l’ornement de couvre-chef de l’homme adulte de SP 113 de « Champ-Lamet » et des deux tiges de bottes des « Chavoures » SP 2010 et 2139. La parure complète avec torque est rare : deux exemplaires dans les SP 33 et SP 59 de « Champ-Lamet ».

Fig. 16 : les sites retenus pour aborder le thème de la pratique du dépôt de mobilier en contexte funéraire. A : localisation géographique ; B : occurrences des dépôts selon la chronologie ; C : les sites concernés (Y. Deberge).

41Les bracelets ou armilles sont présents dans les tombes de femmes (neuf cas), d’immatures (trois cas) et d’adultes de sexe non déterminé (dix cas). Ils se portent surtout à l’avant-bras droit avec dix occurrences contre quatre à gauche. Dans le cas du port de deux bracelets, la distribution est bilatérale dans dix cas ou homolatérale (deux fois), les bracelets étant alors à droite. Au-delà de ces chiffres, remarquons qu’aux « Chavoures », les bracelets sont majoritairement portés par paire. Sur sept défunts, cinq ont un bracelet à l’avant-bras droit et gauche, les deux autres à l’avant-bras droit, tandis qu’à « Champ-Lamet », le bracelet se retrouve préférentiellement à l’avant-bras gauche (quatre cas) sauf pour les quatre sépultures avec agrafes et anneaux de ceinturon où il est absent dans un cas et placé à l’avant-bras droit pour les autres défunts. Aux « Cerais », la pratique est nettement tranchée : les bracelets, seuls ou par deux, sont toujours à l’avant-bras droit (quatre défunts dont un enfant et trois adultes de sexe indéterminé) (fig.18).

42Les fibules présentes dans les inhumations de femmes (huit cas) et d’immatures (quatre cas) sont souvent situées autour de la partie supérieure du corps, principalement à proximité du crâne (8 cas). Position difficilement interprétable que l’on peut rattacher soit au port d’un voile, soit à la fermeture d’un linceul (fig. 18). Deux épingles à tête moulurée placées également au-dessus de la tête (SP 59 de « Champ-Lamet ») peuvent être associées à ce groupe d’objets sans que l’on puisse trancher sur leur mode d’utilisation. Plus rare, la présence sur la partie supérieure du thorax (cinq cas) peut indiquer le maintien d’un vêtement. Deux occurrences, l’une au coude gauche et l’autre à hauteur des chevilles, plaident en faveur d’une interprétation liée à l’utilisation de linceuls. Aux « Chavoures », quatre inhumations en sont dotées et une crémation (SP 2074). Le sexe déterminé dans un seul cas se rapporte à une femme. Aux « Cerais », un seul défunt, - adulte de sexe indéterminé-, porte une fibule sur la clavicule droite, associée à un bracelet porté à l’avant-bras droit, un anneau et une agrafe de ceinture sur le coxal droit (SP 9)

43Les anneaux de cheville sont portés par paire et associés à deux bracelets en port bilatéral. A « Champ-Lamet », deux tombes de femme et une tombe d’adulte de sexe non déterminé sont concernées. Cette parure n’est pas utilisée aux « Chavoures », ni aux « Cerais ».

44Ces objets sont de même type sur l’ensemble du domaine étudié, mais l’intérêt est de constater des nuances bien sensibles d’une nécropole à l’autre. Le port à droite ou à gauche des bracelets, la présence ou non d’anneaux de chevilles ou la répartition sexuée des fibules sont autant de règles qui, sur ce corpus de trois ensembles, différencient des groupes géographiquement proches.

45Avec les agrafes associées ou non à des anneaux de ceinture, il semble que l’on a affaire à un autre type de distinction. Aux « Cerais », la SP 9, -adulte indéterminé-, associe une « plaque de ceinture triangulaire » (non dessinée) à un anneau, un bracelet à l’avant-bras droit et une fibule. À « Champ Lamet », quatre sépultures sont concernées : SP 244 (femme adulte) et SP 253 (indéterminé adulte) portent une agrafe de même type, en fer à crochet étroit et ferret coulissant, sans anneau en métal associé, mais dans les deux cas avec un bracelet à l’avant-bras droit. Une fibule sur le côté gauche du cou de SP 244. La sépulture SP 191 (femme adulte) est dotée d’une agrafe de ceinture à tube ouvert et de deux anneaux en fer déposés devant la poitrine avec, comme les précédentes, un bracelet à l’avant-bras droit et une fibule au sommet du crâne. SP 235 (femme adulte) porte, outre une fibule probablement à double ressort à proximité de l’épaule droite, un ceinturon composé de cinq anneaux en fer placés côté droit et d’une agrafe ajourée également en fer. Aux « Chavoures », des anneaux de ceinture et une fibule ont été placés au sommet du dépôt de crémation SP 2074. Une inhumation SP 2010, -homme adulte-, associe sept anneaux à une agrafe et un renforcement de ponton probablement d’un fourreau déposé sans épée et en l’absence de fibule et de bracelet. Une autre inhumation SP 2139, -adulte indéterminé-, possède cinq anneaux et une agrafe ajourée associée à une fibule. Dans les deux derniers cas, il y a présence de tiges de chaussures.

Fig. 17 : A : occurrence chronologique des dépôts dans les tombes selon le rituel employé ; B : selon les critères d’âge ; C : selon les critères de sexe (Y. Deberge).

46Hormis l’épée de La Tène B1 de « La Gravière » à Cournon d’Auvergne et dont on ne connaît pas le contexte archéologique (Augier et al. 2007, 134, fig. 13), il y a à ce jour, pour la Basse-Auvergne, une carence des panoplies guerrières en contexte funéraire à La Tène A. En revanche, les anneaux de ceinture associés ou non à des agrafes, mais sans l’armement auquel il est habituellement rattaché, sont ici plutôt représentatifs de tombes de femmes. Ce fait se rencontre aussi dans le Centre de la France (Milcent 2004, p. 271-272 ; Milcent dans Blaizot et al. 2009, p. 85), mais aussi en Champagne, en Suisse (Kaenel 1990, p. 217-219) et dans la Cisalpine (Frey 1987). Dans ce dernier cas, notamment en Vénétie, l’auteur fait mention de tombes féminines avec anneaux de ceinture et agrafes, relève la difficulté que représente l’absence d’armes stricto sensu et propose d’y voir l’influence du costume guerrier gaulois (idem, p. 12) par référence aux panoplies complètes découvertes au nord de l’arc alpin. En fait, ces ceinturons, - les mêmes qu’il y ait présence d’armes ou pas -, sont en Limagne portés autant par des hommes que par des femmes, au moins dans la mise en scène funéraire. Pour les femmes, ils sont souvent associés au bracelet à l’avant-bras droit et à une fibule. Dans un cas au moins, - un homme-, l’épée ou poignard est suggéré à travers le fourreau déposé vide. L’absence fréquente d’études anthropologiques autorise trop de glissements rapides vers une interprétation univoque, masculine et militaire (Milcent 2004). L’existence de telles études met en évidence la complexité du phénomène puisqu’aux « Chavoures » où un homme est attesté (SP 2010), le mobilier ou sa disposition sur le corps diffère de celui des tombes féminines à ceinturon de « Champ-Lamet ». Constatons aussi que l’ensemble funéraire des « Cerais » avec seulement huit inhumations de La Tène A1 est doté d’une sépulture de ce type que le mobilier associé rattacherait plutôt à une tombe de femme. Gestes divers, attribut identique : le même objet peut être porteur de sens et de symboliques différentes.

Fig. 18 : règles régissant le port de la parure annulaire et des fibules du Hallstatt D3-La Tène B1 à La Tène C1-D1 (Y. Deberge).

Fig. 19 : La Tène C1 à D1. A : répartition des tombes selon le nombre d’objets déposés et le rituel employé ; B et C : répartition fonctionnelle des récipients céramiques ; D : fonction des récipients et données anthropologiques ; E : position des récipients au sein des tombes (Y. Deberge).

3.3. L’apparition des tombes à armes à La Tène B2

47La Tène B2 est mal documentée puisque ne renvoient à cette période qu’un ensemble funéraire fouillé dans les années 1920 (site de « Bonabry » à Cournon ; Charvilhat 1926) dont la documentation de fouille et le mobilier ont presque totalement disparu, une nécropole de 26 inhumations fouillées récemment (site du « Bois Joli » à Cournon d’Auvergne ; étude inédite Mennessier-Jouannet) et quelques découvertes faites sur des sites occupés jusqu’à La Tène C et D. Dans le département de l’Allier, la nécropole de « l’Odepierre » à Diou, fouillée anciennement, compte 20 à 22 inhumations dont l’étude a été reprise récemment (Pion 2007). Cet ensemble comprend, au final, 69 inhumations pour une crémation (à Aulnat- « Gandaillat »), mais seul « Bois Joli » et les sépultures éparses dans divers sites ont fait l’objet d’une étude anthropologique. Comme à l’étape précédente, les adultes constituent l’essentiel de la population. Un peu plus de la moitié des tombes livre du mobilier qui correspond à de la parure, des accessoires vestimentaires et, chose nouvelle, de l’armement dans certaines d’entre elles. Les catégories de mobilier se trouvent inchangées et correspondent, comme entre le Hallstatt D3 et La Tène B1, aux éléments de parure toujours portés par le défunt (douze objets), à de l’armement (onze épées et deux umbos) et une ceinture constituée d’anneaux métalliques… Les nécropoles de « Bonabry » datée de La Tène B2 et de « l’Odepierre » datée de La Tène B1b et B2a, se partagent ces épées, tandis qu’aucune sépulture avec arme ne se retrouve à Bois Joli daté de La Tène B2b et transition La Tène C1. Ces tombes à armes, en l’absence de données anthropologiques, ont été attribuées à des hommes et, quand il est connu pour trois tombes des fouilles 1925-1926 de « Bonabry », le port se fait sur le côté droit la pointe en bas, exception faite d’une arme, ployée, retrouvée pointe en haut. Elles sont associées soit à un bracelet à l’avant-bras gauche, soit deux fois au port bilatéral du bracelet (Deberge, Orengo 2007, p. 345).

48La seule inhumation avec anneaux de ceinture fouillée en 1931 à « Bonabry » ne contient pas d’épée, mais deux fibules placées symétriquement sur les deux épaules, deux bracelets à l’avant-bras droit pour un à l’avant-bras gauche et une épingle sur le côté gauche du crâne (Deberge, Orengo 2007 : 345).

49À « Bois Joli » où la répartition par sexe peut être envisagée, les hommes portent moins souvent, -deux fois sur cinq-, de la parure que les femmes, quatre fois sur six. Les enfants se partagent à part égale (deux et deux). Les adultes de sexe indéterminé ont du mobilier pour huit d’entre eux contre trois. Le poids des indéterminés est tel qu’il interdit toute conclusion d’ensemble pour cette nécropole.

50Les fibules sont présentes à l’unité ou par paire, jamais plus (fig. 18). Leur distribution spatiale concerne plutôt la partie haute du corps avec, par ordre d’importance, le thorax puis la tête. Comme à l’étape précédente, cette disposition peut indiquer une utilisation comme accessoires du vêtement ou pour la fermeture du linceul. La position « aberrante » de certaines fibules, - sous la tête, sous l’omoplate, sur les genoux, sur le coude…, plaide en faveur de cette dernière hypothèse.

51À « Bonabry » ou à « l’Odepierre », les autres mobiliers sont nettement moins bien représentés : les anneaux de cheville sont présents mais aucune donnée ne nous permet d’en préciser la disposition, un collier de perle est présent dans une tombe d’immature, deux épingles ont été retrouvées l’une dans une sépulture d’homme, l’autre dans une sépulture d’adulte non déterminé, dans les deux cas à proximité du crâne (linceul, coiffure ?).

52Malgré cette documentation peu fournie, on note que La Tène B2 ne témoigne pas de changements importants dans les règles de dépôt et la nature des mobiliers retrouvés dans les tombes. La seule nouveauté consiste en l’introduction de l’armement. Les ensembles funéraires de « Bonabry » et de « l’Odepierre » montrent l’existence d’une part de la population qui se distingue dans la mort par le port d’armement, une épée accompagnée d’un bouclier dans deux cas à « Bonabry » ou de lances à « l’Odepierre » (quatre cas). Le nombre élevé de tombes à arme montre que leur présence devient un paramètre important pour caractériser ces deux sites. Dans une société guerrière de longue date, -Tite-Live cite les Arvernes dans sa liste des peuples qui ont participé aux premières migrations-, retenons que la Limagne se distingue justement par le non-port de l’armement à La Tène A et qu’il est prématuré d’en tirer des conclusions d’ordre général. En effet, ces constatations, au premier abord contradictoires, peuvent être le reflet de la disjonction existant entre attributs propres aux vivants et parures des morts dans une société qu’il est difficile de concevoir autrement que guerrière. Il peut s’agir aussi d’un biais documentaire. La seule Limagne nous étant connue, l’image renvoyée est donc toute relative à sa spécificité. Il est possible que l’adoption du dépôt de l’armement dans la tombe soit liée aux mouvements migratoires du IVe siècle et à la croissance du mercenariat. La concordance de la chronologie irait dans ce sens (Baray et al. 2007, p. 207). De plus, en Basse-Auvergne comme en Bourgogne ou dans le Bassin parisien à La Tène B2 et C1 notamment, la proportion des hommes en arme et une plus grande militarisation de la société, selon l’expression de Stéphane Marion, s’observent au même moment (Baray et al. 2007 ; Marion 2007, p. 111-112 ; Ginoux 2009, p. 121).

3.4. La Tène C1 à D1a, une phase de diversification et d’accroissement des dépôts

53La période de La Tène C1 à D1a montre une documentation foisonnante avec, outre l’ensemble découvert sur l’agglomération protohistorique d’Aulnat, plusieurs nécropoles de taille plus modeste découvertes principalement en plaine de Limagne. Cette phase est caractérisée par deux phénomènes nouveaux : l’apparition des tombes au caractère aristocratique affirmé (à Pulvérières et Aulnat) et l’introduction, à partir de La Tène C2, du mobilier céramique dans le rituel funéraire.

54Le corpus, qui compte 164 inhumations et 96 crémations, se compose d’adultes (152 tombes dont 54 hommes et 29 femmes) et d’immatures (54 individus). Le mobilier, essentiellement de la parure, des accessoires du costume et, à partir de La Tène C2, de la vaisselle céramique, est présent dans un cinquième des crémations et la moitié des inhumations. Les femmes et les hommes sont les plus fréquemment concernés par le dépôt de mobilier. Le petit mobilier seul est présent dans 1/10e des tombes ce qui est aussi le cas de la céramique. L’association de ces deux catégories d’objets est documentée dans un nombre à peine plus élevé de sépultures. Les tombes de femmes et d’immatures sont plus fréquemment pourvues en mobilier céramique que celles des hommes.

55La grande majorité des ensembles ne contient qu’un ou deux objets (55 cas sur 104). Les effectifs des tombes ayant plus de trois objets décroissent régulièrement (fig. 19, A). Les tombes « riches » (plus de huit objets) sont assez nombreuses (14 cas) avec toutefois des situations très variables pour ce qui est du nombre d’éléments déposés (entre 8 et plus de 25). Ce sont préférentiellement des crémations, ce qui traduit une préférence des élites pour ce rituel. On notera enfin, que cette classe des tombes « riches », qui n’est pas attestée avant le milieu du IIe siècle à ce jour en Basse-Auvergne, est dominée par les adultes masculins.

56Le petit mobilier est à la fois abondant (187 objets) et diversifié. Sans pousser très loin l’inventaire descriptif, il s’agit principalement de fibules (61), de bracelets (38), de perles (38), d’anneaux ou de bagues (17), d’armes (7), de pendentifs (6), de monnaies (2), d’instruments de toilette (pincette, paire de force, rasoirs) et d’éléments de char…

57Les bracelets sont en fer (12), en alliage cuivreux (19), plus rarement en verre (4) ou en matière organique fossilisée (3). Les bracelets en fer sont quasi-exclusivement portés par les sujets masculins alors que les autres matériaux sont rencontrés en majorité dans les tombes féminines ou d’immatures. Ils sont généralement portés à l’unité (26) même si on les rencontre parfois par paire (6). Pour les exemplaires dont la position est connue, le port est principalement fait sur le bras droit (fig. 18).

58Les fibules sont présentes majoritairement dans les tombes d’hommes, les femmes et les immatures étant moitié moins nombreux. On les rencontre à l’unité même si les cas de port par deux sont assez nombreux. La présence de trois fibules ou plus est en revanche plus rare (6 cas). Les critères de sexe et d’âge n’ont aucune influence sur la typologie des fibules déposées. Le type de Nauheim, souvent considéré comme un élément de la parure féminine, se rencontre aussi bien dans les tombes d’hommes que dans celles des femmes (3 cas contre 5). En revanche, la présence de plus de trois fibules semble une caractéristique essentiellement masculine. Concernant la répartition de ces objets sur le squelette, on note que la partie supérieure du corps, principalement l’hémi-thorax droit, est privilégiée ce qui évoque une utilisation pour la fermeture de pans de vêtement. La position à proximité du crâne est néanmoins attestée dans deux cas et peut renvoyer à l’utilisation de linceul ce qu’évoque aussi la découverte de deux exemplaires aux pieds d’un des défunts. Les perles (en verre et en matière organique fossilisée) sont présentes dans onze tombes (dont six adultes et quatre immatures). Elles indiquent la présence de colliers ou bracelets auxquels on associe également des pendeloques en bronze et en fer (chaudron, hache et poignard miniature, clé, rouelle…) découvertes dans quatre sépultures.

59L’armement provient de quatre crémations et d’une inhumation datées de La Tène C2/D1 et D1a et découvertes sur les sites de Pulvérières et d’Aulnat. Dans le cas des crémations, il s’agit uniquement de fragments de fourreaux et de lames passés sur le bûcher qui sont, par voie de conséquence, fortement dégradés. Pour l’inhumation (sep. 474 de « Gandaillat » ; Deberge et Orengo 2007 ; Deberge et al. 2008), il s’agit d’une panoplie complète associant une épée placée sur le bras droit du défunt avec son ceinturon, d’un bouclier plaqué contre la paroi de la tombe à la gauche du défunt et d’une lance déposée entière à la gauche du défunt, pointe en haut.

60Pour le reste, on rencontre une variété assez importante de petits objets, représentés à un ou deux exemplaires : des rasoirs en fer et en bronze, dans une tombe d’immature et dans deux crémations dont celle d’un homme ; une pince à épiler dans une sépulture de femme ; deux monnaies provenant d’une tombe de femme et d’une crémation ; un seau à cerclage de bronze, dans la sépulture de guerrier précitée… On note enfin la présence, dans deux crémations de Pulvérières, de plusieurs éléments métalliques fondus appartenant à un ou deux chars (Blaizot et al. à paraître).

61Le mobilier céramique, absent des contextes antérieurs à La Tène C2/D1, est bien représenté par la suite (209 récipients et 4 amphores). La céramique fine tournée et la céramique peinte sont les catégories les mieux représentées dans ces contextes. Sur le plan fonctionnel, à côté de quelques rares récipients de stockage, présents seulement dans les contextes les plus riches, on rencontre principalement des vases destinés au service des liquides et à la consommation de la boisson (fig. 19, B et C). Les formes basses ouvertes, assignées à la consommation des mets solides, sont également nombreuses. La vaisselle culinaire est en revanche rare et correspond à quelques jattes destinées à la présentation des solides et à quelques pots à cuire miniaturisés. Ces derniers récipients sont quasi-exclusivement rencontrés dans les tombes de femmes et d’immatures. À l’inverse, la vaisselle destinée à la consommation et au service des liquides est plus fréquente dans les tombes d’hommes (fig. 19, D). La présence d’amphores vinaires renvoie aux contextes privilégiés (tombes à char).

62Dans la seconde moitié du IIe siècle se dégage un service funéraire standard qui associe une ou plusieurs formes hautes (vases à liquides) à une ou plusieurs formes basses (vases à boire ou à manger). Les contextes privilégiés ne se démarquent des autres que par la multiplication de ce service « de base » et par l’introduction de récipients de stockage (amphores et pots de grande contenance).

63Dans la grande majorité des cas, les récipients sont placés en position fonctionnelle, ouverture vers le haut, à l’exception notable d’une tombe de femme sur les jambes de laquelle reposait une grande jatte en position retournée. Dans quelques tombes, une forme plate sert de couvercle à une forme haute.

64Les récipients sont généralement localisés à proximité de la tête du défunt, aussi bien à droite qu’à gauche (fig. 19, E). La localisation à hauteur du thorax ou du bassin concerne les femmes et les sujets immatures. La présence de récipients culinaires sur les jambes est une caractéristique des tombes féminines. Pour les hommes et les immatures, les récipients se répartissent de façon équitable à droite et à gauche alors que pour les femmes le côté droit domine nettement.

65Pour conclure, la tendance est à la modestie de la plupart des dépôts associés aux tombes de La Tène C1 à D1a. Les différences induites par les critères de sexe ou d’âge sont minimes : armes pour les hommes, parure en verre et en matière organique pour les femmes et les immatures, vases à boire plus fréquents dans les tombes d’homme, vases miniatures plutôt dans les tombes de femmes et d’immatures. L’introduction du mobilier céramique, et donc des offrandes alimentaires solides et liquides, est une caractéristique notable des contextes funéraires postérieurs à La Tène C2. Enfin, cette période voit l’apparition de tombes privilégiées, très peu nombreuses (environ 2 % du corpus), qui se démarquent par la présence d’armement, de vaisselle indigène et/ou d’importation, et dans certains cas d’amphores vinaires. La présence d’un grand nombre de récipients évoque alors des pratiques de consommation collective (banquet funéraire). Sur le site de Pulvérières, le caractère aristocratique de l’ensemble est également affiché par la présence d’un ou de plusieurs chars portés sur le bûcher à l’occasion des funérailles.

3.5. La Tène D2, un clivage accentué

66La période suivante (de La Tène D2 à la période augustéenne) est à nouveau assez mal documentée puisque ne renvoie à cette période qu’une trentaine de structures mises au jour sur les oppida de Gergovie et de Gondole ainsi que sur le site rural à caractère aristocratique de « Pré Guilhot » à Malintrat (Puy-de-Dôme) dit site de Chaniat. Cette période est caractérisée par deux phénomènes : la perduration des tombes à caractère aristocratique affirmé (Malintrat) et à l’inverse la raréfaction des mobiliers impliqués dans le rituel funéraire pour les autres sépultures.

6727 inhumations, cinq crémations et un « cénotaphe » constituent la documentation disponible. Sont identifiés de façon certaine 20 adultes (dont 10 hommes et 4 femmes) et 3 immatures. Comme à l’étape précédente, le mobilier correspond à de la parure, de l’armement et de la céramique. Il ne concerne plus qu’un quart des structures funéraires avec un déficit net pour les inhumations alors que les crémations livrent toutes du mobilier associé.

68Les tombes les plus modestes contiennent un ou deux objets, de la parure (3 cas ; bracelets, fibule et bague) et de la céramique (1 cas). L’ensemble à caractère aristocratique de Malintrat se démarque ostensiblement de ces premières tombes. Les quatre cérémonies funéraires qui s’y sont déroulées, entre La Tène D2a et la seconde moitié du règne d’Auguste, ont impliqué quelques objets de parure (trois fibules), de l’armement (lance, épée, casque), de la vaisselle métallique (manche de simpulum ?) et surtout une profusion de vaisselle céramique (184 récipients au total) à laquelle s’ajoute un grand nombre d’amphores (26 récipients). Ces derniers éléments, comme le reste du mobilier, ont été intégralement passés sur le feu, amphores comprises, à l’exception de quelques objets placés dans un cénotaphe. La vaisselle céramique fait une large place à la consommation des aliments solides (assiettes et plats). Les récipients dédiés au service des liquides (cruches, gobelets et coupes) sont également nombreux et indiquent une consommation importante de vin au cours de funérailles (entre 70 et 300 l par cérémonie si l’on se base sur le nombre d’amphores). La vaisselle culinaire est, comme dans les contextes plus anciens, extrêmement rare.

69Ainsi, après une phase de développement de la pratique du dépôt de mobilier observée entre La Tène C1 et D1, la tendance semble être à un recours moins fréquent à cette pratique à LT D2. À l’inverse, les élites se démarquent par le caractère ostentatoire des cérémonies qui accompagnent leurs funérailles. Les marqueurs statutaires mis en évidence au siècle précédent restent les mêmes (arme) et témoignent de l’attachement à la composante guerrière qui caractérise les élites locales depuis au moins le IIIe siècle. En revanche la multiplication des éléments liés à la sphère alimentaire, notamment la vaisselle et les amphores, indique une aisance économique accrue qui permet à cette population privilégiée de mobiliser une grande quantité de denrées (viande, céréale, vin…) pour les rites de consommation collective qui accompagnent les funérailles.

Conclusion générale

70Ainsi, au terme de ce survol d’ensemble des données concernant le domaine arverne du Ve au Ier siècle, il convient de rappeler la variabilité de la documentation : abondante dans le sud de la plaine de Limagne, elle devient évanescente dans le reste de notre aire d’étude. Le Cantal seul pose une interrogation réellement d’ordre historique. Les nécropoles anciennement fouillées ont, pour la période qui nous intéresse, des sépultures secondaires ou adventices à un tumulus, attribuées à La Tène ancienne.

71À l’échelle de la région, la phase ancienne de La Tène présente une répartition géographique des espaces funéraires qui se cale, semble-t-il, le long d’un axe de communication à longue distance reliant le sud-ouest aquitain ou l’ouest de la France à la Limagne et au-delà vers le Berry, la Bourgogne ou plus précis encore vers l’Est de la France. Un axe qui se repère mieux qu’un autre, en l’état actuel de notre documentation, mais qui n’est sûrement pas exclusif, notamment pour les relations vers le sud de la France. On évite alors la proximité des habitats. Cette organisation de l’espace funéraire change à la fin de La Tène ancienne, à La Tène B2, quand l’implantation de plusieurs habitats est associée chacun à une nécropole sur la bordure orientale du bassin de Sarliève, mais aussi sur le site d’Aulnat (fouille de « Gandaillat »). Peu à peu, le lien spatial se resserre fortement entre espaces funéraires et secteur habité au point d’enterrer une jeune femme à moins de vingt mètres des habitations à Pâtural, alors que le puits à eau reste encore distant de plus de cent mètres. Le mort participe alors du paysage, peut-être contribue-t-il à le borner, à affirmer la propriété familiale ou lignagère, mais en tout état de cause il contribue à rendre intime cette relation en l’enserrant dans la trame paysagère quotidienne.

72La partition entre le recours à la crémation ou à l’inhumation recouvre deux aspects en Auvergne. La Haute-Auvergne (le Cantal) paraît avoir majoritairement opté pour la crémation rejoignant en cela les pratiques en cours dans le domaine aquitain, tandis que la Basse-Auvergne reste le domaine de l’inhumation majoritaire. A cela se surajoute pour cette dernière un autre niveau où le recours à la crémation, effectif dès le début de la période envisagée, tend à démarquer certaines tombes de l’ensemble des autres. Le recrutement des défunts reste sélectif sans que nous puissions mettre en évidence les mécanismes sociaux ou rituels qui prévalent. Le déficit du nombre des immatures se connaît en Auvergne comme ailleurs, mais le déséquilibre prononcé entre hommes et femmes à Aulnat- « Gandaillat » contraste avec une répartition de type familial rencontré ailleurs.

73Sur la base de notre documentation, on note une évolution marquée des modes de représentation dans la mort du Ve au Ier siècle. Centrée sur la Basse-Auvergne, l’étude des mobiliers portés en parure ou en accessoires vestimentaires sont, durant La Tène ancienne, conformes à ce que l’on connaît par ailleurs dans le domaine celtique. Nous nous sommes attachés à commenter l’existence dans les trois nécropoles les mieux documentées (« Champ-Lamet », « Les Chavoures » et « Les Cerais ») du port de ceinture ou ceinturon en cuir fermé par une agrafe. La corrélation entre données anthropologiques (sexe des défunts) et prise en compte de l’ensemble de la parure portée suggère l’existence de groupes distincts, mais aussi probablement de parure codifiée pour certaines femmes portant ceinture et bracelet uniquement à l’avant-bras droit, souvent associé à une fibule. Il est difficile d’associer dans ce cas, le port de ces ceintures ou ceinturons à la seule panoplie militaire, même si effectivement les hommes qui portent effectivement des armes portent aussi ces anneaux avec agrafe. Mais des hommes sans arme ou avec un accessoire évocateur de l’armement (le probable fourreau de SP 2010) sont inhumés avec cet insigne qu’il convient alors de prendre en compte en tant que tel. Enfin, il faut retenir que l’ensevelissement du « guerrier » doté de son armement n’intervient pas dans notre zone d’étude avant LT B2 et correspond à l’horizon des fibules de Dux.

74La Tène moyenne et finale montre des changements importants avec, en premier lieu, l’introduction du mobilier céramique dans le rituel funéraire. Cette vaisselle constitue le seul indice objectif, exception faite des quelques rares dépôts de faune conservés, permettant de déceler la présence d’offrandes alimentaires. La boisson semble tenir une place de choix dans ce nouveau rituel même si les denrées solides sont également attestées. Le statut du défunt apparaît alors affiché par la capacité des membres de sa famille à mobiliser une plus ou moins grande quantité de nourriture au cours des funérailles. L’autre phénomène est une plus forte hiérarchisation de la société avec toute une série de strates qui se distinguent les unes des autres par le nombre et la qualité des mobiliers déposés. Au sommet de ce système, figurent des élites, très peu nombreuses, qui affichent leur statut dans la mort grâce à certains marqueurs statutaires (armement, char) et par un mobilier céramique abondant qui indique la tenue de pratiques de consommation collective (banquet). Au Ier siècle, la modestie des dépôts rencontrés dans la plupart des tombes contraste avec le caractère ostentatoire des funérailles des élites, où les convives devaient se compter par dizaines, témoignant ainsi de l’accroissement des inégalités dans la société de l’extrême fin de l’Âge du fer.

Bibliographie

Bibliographie

Alfonso G., Forest V., Savino V., Vicard T., 1998, Aigueperse « Les Cérais » (Puy-de-Dôme), habitat rural du Haut Moyen Âge, Document Final de Synthèse, Service Régional de l’Archéologie d’Auvergne, 38 p. 33 fig.

Alfonso G., Bel V., Mennessier-Jouannet C., Lisfranc R., Rodet-Belarbi I., Wittmann A., 2001, Gerzat "Rochefort" (Puy-de-Dôme), Occupation rurale laténienne et gallo-romaine, Document final de synthèse de fouille archéologique préventive, Clermont-Ferrand, AFAN/SRA Auvergne, 3 volumes.

Barray L., Chaume B., Millet E., 2007, Culturel matérielle et pratiques funéraires en Bourgogne du nord aux IVe et IIIe siècles av. J.-C., in Mennessier-Jouannet C., Adam A.-M., Milcent P.-Y. dir., La Gaule dans son contexte européen aux IVe et IIIe s. av. n. è., Actes du XXVIIe colloque de l’AFEAF, Clermont-Ferrand, 2003, Lattes, Editions de l’Association pour le Développement de l’Archéologie en Languedoc-Roussillon, p. 187-226. (Monographie d’Archéologie Méditerranéenne, Hors série).

Bel V., Barberan S., Chardenon N., Forest V., Rodet-Bélarbi I., Vidal L., 2008, Tombes et espaces funéraires de la fin de l’âge du Fer et du début de l’époque romaine à Nîmes (Gard), Monographies d’Archéologie Méditerranéennes, 24, 522 p.

Blaizot Fr., Milcent P.-Y., avec la collaboration de De Goër Hervé A., Macabéo G., Moulherat Chr., Plantevin C., Oberlin Chr., Surmely Fr., 2002, L’ensemble funéraire Bronze final et La Tène ancienne de Champ-Lamet à Pont-du-Château (Puy-de-Dôme). Société Préhistorique Française, 2002, 164 p., 34 fig., 47 pl. (Travaux 3)

Blaizot Fr. dir., 2009, Pratiques et espaces funéraires dans le centre et le sud-est de la Gaule au Haut-Empire, Gallia, 66/1, Paris, CNRS éd., 2009, 387 p., 219 fig. 39 tabl.

Blaizot Fr., Milcent P.-Y., Cabezuelo U., Cabanis M., Vernet G., 2009, Les ensembles funéraires du Bronze final et La Tène ancienne des Chavoures, Les Martres d’Artière, Puy-de-Dôme. Rapport de fouilles, Inrap RAA, Bron, 2 volumes.

Blaizot Fr., Dunkley J., Deberge Y., Caillat P., Perrin F., à paraître, L’ensemble funéraire aristocratique de la Cime des Bruyères à Pulvérières (Puy-de-Dôme) : un témoignage des élites arvernes du IIe s. av. J.-C.

Boulestin B. et Jouannet C., 2002, Gannat « La Contrée Viallet » (Allier) : les restes humains de la structure 4 et leur incidence sur la problématique des dépôts céphaliques à l’Âge du Fer. Bulletin de l’AFEAF, 20, p. 47-53, 3 fig., bibliogr. (6 réf.).

Charvilhat G., 1926, La nécropole gauloise du Second Âge du fer ou époque de La Tène de Sarliève (Puy-de-Dôme), Clermont-Ferrand, Impr. Vissouze, [1926], 9 p., 5 plan et photos (extrait du Soleil d’Auvergne, 19.09.1926).

Chuniaud K., 2000, Les Martres d’Artières (Puy-de-Dôme), Champ Chalatras, Les Tyoleyres, Les Quaires. Rapport d’une fouille d’évaluation archéologique, SRA/AFAN, 36 p. et 76 fig. et annexes.

Crubézy É., Sellier P. 1999. Caractères discrets et organisation des ensembles sépulcraux, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s., 2, n° 3-4, p. 171-178.

Crubézy É., Telmon N., Sevin A., Picard J., Rougé D., Larrouy G., Braga J., Ludes B., Murail P., 1999, Microévolution d’une population historique : étude des caractères discrets de la population de Missiminia (Soudan, IIIe-IVe s.), Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 11 (1-2), 213 p.

Dartevelle H., Mennessier-Jouannet C., Arbaret N., 2009, La capitale des Arvernes, une histoire en boucle, In Buchsenschutz et al., L’Âge du fer dans la boucle de la Loire. Les gaulois sont dans la ville. Actes du XXXIIe colloque international de l’AFEAF (Bourges, 1-4 mai 2008), Revue archéologique du Centre de la France, suppl. n° 35, Paris-Tours, p. 293-316, 22 fig.

Deberge Y., Collis J., Dunkley J. dir., 2007, Le Pâtural. Clermont-Ferrand. Puy-de-Dôme. Un établissement agricole gaulois en Limagne d’Auvergne, Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne (DARA), n° 30, 336 p.

Deberge Y., Vermeulen C., Collis J., 2007, Le complexe de Gandaillat/ La Grande Borne : un état de la question, in Mennessier-Jouannet C., Deberge Y. éds., L’archéologie de l’âge du Fer en Auvergne, Actes du XXVIIe colloque international de l’AFEAF (Clermont-Ferrand, 2003), Thème régional. Lattes, Association pour le développement de l’archéologie en Languedoc-Roussillon, Monographie d’archéologie méditerranéenne. [Hors série], p. 267-289, 16 fig.

Deberge Y., Orengo L., 2007, Les mobiliers en contexte funéraire en Basse-Auvergne (du IIIe au Ier s. avant notre ère) : nouvel état des connaissances », in Mennessier-Jouannet C., Deberge Y. éds., L’Archéologie de l’âge du Fer en Auvergne, Actes du XXVIIe colloque international de l’AFEAF (Clermont-Ferrand, 2003), Thème régional. Lattes, Association pour le Développement de l’Archéologie en Languedoc-Roussillon, Monographie d’Archéologie Méditerranéenne. [Hors Série]. 2007, p. 333-364.

Deberge Y., Vermeulen C., Collis J., 2008, La première ville des Arvernes, in Les Arvernes peuple celtique d’Auvergne, Paris, Archéologie Nouvelle, p. 14-19. (L’Archéologue, 95).

Dedet B., 2008, La mort du nouveau-né et du nourrisson dans le sud de la France protohistorique (IXe-Ier siècles av. J.-C.), Servei d’Investigacions Arqueologiques i Prehistoriques, p. 143-182.

Desenne S., Blancquaert G., Gaudefroy S., Gransar F., Henon B., Soupart N., 2009, Implantation et occupation des espaces funéraires au second âge du Fer en Picardie, in Pinard E., Desenne S., Les gestuelles funéraires au Second Âge du fer, Actes de La Table-ronde de Soissons (6-7 novembre 2008), Revue archéologique de Picardie, n° 3-4, p. 25-45.

Eychart P., 1969, Préhistoire et origines de Clermont. Volcans éd., Clermont-Ferrand, 1969, 372 p., 68 fig., 40 pl.

Frey O-H., 1987, Sui ganci di cintura celtici e sulla prima fase di La Tène nell’Italia del nord, in Vitali D., Celti ed Etruschi nell’Italia centro settentrionale dal V sec. AC alla romanizzazione, Atti del colloquio di Bologna (12-14 aprile 1985), University press bologna, p. 9-22, 9 fig.

Gemmerich I., 1999, Création d’une collection anthropologique de référence et application des caractères discrets dans le cas de généalogies connues, Thèse de doctorat, Université de Genève, 266 p.

Ginoux N. dir., 2009, Elites guerrières au nord de la Seine au début du IIIe siècle av. J.-C., La nécropole du Plessis-Gassot (Val-d’Oise), Lille, Université Charles-de-Gaulle, Lilles 3, 164 p. (Revue du Nord, Collection Art et Archéologie, 15).

Gruat Ph., Izac-Imbert L. 2002, Le territoire des Rutènes : fonctionnement et dynamiques territoriales aux deux derniers siècles avant notre ère, in Garcia D. et Verdin F. dir., Territoires celtiques. Espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d’Europe occidentale, Actes du XXIVe colloque international de l’AFEAF (Martigues, 1-4 juin 2000, Paris, Errance, p. 66-87, 13 fig.

Guichard V. dir., 2000, Archéologie en Grande Limagne d’Auvergne sur le tracé de l’autoroute A710, Contribution à l’histoire de l’exploitation d’un milieu palustre, DFS de sauvetage, AFAN/ARAFA/SRA Auvergne, Clermont-Ferrand, 1995-1996 (multigraphié), 5 volumes.

Imberdis F., 1967, Le réseau routier de l’Auvergne au XVIIIe siècle. Ses origines et son évolution, PUF (publications de l’Institut d’Etudes du Massif Central), Paris, 1967, 349 p. et 17 cartes HT.

Kaenel G., 1990, Recherches sur la période de La Tène en Suisse occidentale. Analyse des sépultures, Cahiers d’Archéologie Romande, 50, Lausanne, 1990.

Loison G., Collis J., V. Guichard V., 1991, Les pratiques funéraires en Auvergne à la fin du Second Âge du fer : nouvelles données, Revue archéologique du Centre de la France, 30, p. 97-112.

Marion S., 2007, Les IVe et IIIe siècles avant notre ère en Ile-de-France, in Mennessier-Jouannet C., Adam A.-M., Milcent P.-Y. dir., La Gaule dans son contexte européen aux IVe et IIIe s. av. n. è., Actes du XXVIIe colloque de l’AFEAF (Clermont-Ferrand, 2003), Lattes, Association pour le développement de l’archéologie en Languedoc-Roussillon, Monographies d’archéologie méditerranéenne [Hors série], p. 91- 115, 13 fig.

Masset C., 1982, Estimation de l’âge au décès par les sutures crâniennes, Thèse de doctorat d’Etat en sciences naturelles, Paris VIII, multigraphiée, 301 pages.

Mennessier-Jouannet C., 2002, Saint-Beauzire "Biopole", Occupation du sol en bordure du marais de Cœur, secteur de la "Montille" et "Congrenat", DFS de sauvetage, Clermont-Ferrand, Inrap/SRA Auvergne.

Mennessier-Jouannet C., Cabanis M., Gruel K., Loughton M., Parent D., Prat B., Wittmann A., 2007, Un enclos laténien au 45-47 av. Albert et Elisabeth, Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), rapport de fouille, Inrap, 46 p. et 34 fig. et inventaires en annexes.

Mennessier-Jouannet C., avec la collaboration de Leguet D. et Nectoux E., 2010, La bordure orientale du bassin de Sarliève durant La Tène ancienne (Cournon d’Auvergne, Puy-de-Dôme), Bulletin de l’AFEAF, 28, p. 59-62.

Milcent P.-Y., 2004, Le Premier Âge du fer en France centrale, Société Préhistorique Française, mémoire XXXIV, Paris, 2 vol.

Murail P., 2005, Variations anatomiques non métriques : les caractères discrets, in O. Dutour O., Hublin J.-J., Vandermeersch B. dir., Objets et méthodes en paléoanthropologie, Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, Orientation et méthodes, n° 7, Paris, p. 137-151.

périchon R., Chopelin Cl., 1980, Un site du Deuxième Âge du fer à Clermont-Ferrand : La Cartoucherie, Bulletin Historique et Scientifique D’Auvergne, 90, p. 123-134.

Pion P., 2007, Autopsie d’une découverte centenaire : la nécropole celtique de l’Odepierre à Diou (Allier), in Mennessier-Jouannet C., Deberge Y. éd., L’archéologie de l’Âge du fer en Auvergne, Actes du XXVIIe colloque de l’AFEAF, Clermont-Ferrand, 2003, Thème régional. Lattes, Association pour le développement de l’archéologie en Languedoc-Roussillon, Monographies d’archéologie méditerranéenne [Hors série], p. 313-333, 7 fig.

Schmitt A., 2005, Une nouvelle méthode pour estimer l’âge au décès des adultes à partir de la surface sacro-pelvienne iliaque, Bulletin et Mémoire de la Société d’Anthropologie de Paris 17, 1-2, p. 89-102.

Sellier P., 1996, La mise en évidence d’anomalies démographiques et leur interprétation : population, recrutement et pratiques funéraires du tumulus de Courtesoult, in Piningre J.-F. dir., Nécropoles et société au premier âge du Fer : le tumulus de Courtesoult (Haute-Saône), Documents d’Archéologie Française, 54, p. 188-202.

Tixier L., Liabeuf R., 1984, Découverte de céramique graphitée dans un tumulus de Basse-Auvergne, Bulletin de la Société préhistorique française, 81, p. 42-44.

Tixier L., 1990, Les tumulus de la Croix Blanche à Tourzel-Ronzières, in Ballade archéologique dans le Puy-de-Dôme, Archéologie en Auvergne, DRAC-Auvergne, plaquette non paginée.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : tableau récapitulatif du nombre de sépultures connues en Auvergne, par département et par grande classe chronologique (C. M-Jouannet).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7142/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Fig. 2 : cartographie des ensembles funéraires recensés en Auvergne (C. M-Jouannet et E. Nectoux).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7142/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 3 : cartographie des ensembles funéraires recensés en Auvergne pour La Tène ancienne (C. M-Jouannet et E. Nectoux).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7142/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 4 : l’ensemble funéraire de Champ-Lamet à Pont-du-Château (Puy-de-Dôme). Relation avec le parcellaire te le réseau viaire (F. Blaizot, C. M-Jouannet et E. Nectoux).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7142/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 5 : relation entre habitat et ensembles funéraires dans le grand bassin de Clermont-Ferrand à La Tène ancienne (C. M-Jouannet, E. Nectoux).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7142/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Fig. 6 : A : relation entre habitat et ensembles funéraires dans le bassin de Sarliève à La Tène B2b et C1 ; B : plan de la nécropole de Bois Joli ; C : plan des nécropoles de La Gravière (C. M-Jouannet, E. Nectoux, G. Vernet ; DAO Jean Cayrol, Pascal Combes et Daniel Parent, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7142/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Fig. 8 : cartographie des ensembles funéraires recensés en auvergne pour La Tène moyenne et finale (C. M-Jouannet et E. Nectoux).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7142/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 7 : matrice ordonnée des paramètres régissant l’implantation des espaces funéraires durant La Tène ancienne (C. M-Jouannet).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7142/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 9 : matrice ordonnée des paramètres régissant l’implantation des espaces funéraires durant la Tène moyenne et finale (C. M-Jouannet).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7142/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Fig. 10 : funéraire et habitat à La Tène finale : l’exemple du site du « Pâtural » à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) (d’après Deberge, Collis, Dunkley (dir.) 2007).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7142/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Fig. 11 : le site aggloméré d’Aulnat. Vue d’ensemble du site en mettant en évidence secteurs bâtis, espaces funéraires et réseau viaire (Ch. Vermeulen, Y. Deberge, E. Nectoux et C. M-Jouannet).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7142/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Fig. 12 : courbe de représentativité de la mortalité des moins de 5 ans dans plusieurs sites laténiens (F. Blaizot).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7142/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 13 : modes de traitement des défunts dans les nécropoles laténiennes de Limagne (F. Blaizot).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7142/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Fig. 14 : typologie des tombes à inhumation de Limagne (F. Blaizot). Limagne (F. Blaizot).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7142/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Fig. 15 : tableau des différentes positions des corps des défunts à La Tène en Limagne (F. Blaizot).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7142/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Fig. 16 : les sites retenus pour aborder le thème de la pratique du dépôt de mobilier en contexte funéraire. A : localisation géographique ; B : occurrences des dépôts selon la chronologie ; C : les sites concernés (Y. Deberge).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7142/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Fig. 17 : A : occurrence chronologique des dépôts dans les tombes selon le rituel employé ; B : selon les critères d’âge ; C : selon les critères de sexe (Y. Deberge).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7142/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 18 : règles régissant le port de la parure annulaire et des fibules du Hallstatt D3-La Tène B1 à La Tène C1-D1 (Y. Deberge).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7142/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 19 : La Tène C1 à D1. A : répartition des tombes selon le nombre d’objets déposés et le rituel employé ; B et C : répartition fonctionnelle des récipients céramiques ; D : fonction des récipients et données anthropologiques ; E : position des récipients au sein des tombes (Y. Deberge).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7142/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

Auteurs

Inrap, 13bis rue Boulanger 63100 Clermont-Ferrand ; UMR 4586 AOROC ENS-Paris. christine.jouannet@inrap.fr

Service régional de l’Archéologie, DRAC Auvergne, 4, rue Pascal, 63000 Clermont-Ferrand. elise.nectoux@culture.gouv.fr

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search