Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Volume II. Gestes funéraires en Gaule au Second Âge du fer

Premier bilan sur les nécropoles de la région lorraine de la fin du vie siècle à la fin de l’indépendance

Sylvie Deffressigne, Michaël Landolt, Emilie Millet, Nicolas Tikonoff et Olivier Caumont

Résumé

Les données concernant les nécropoles lorraines de la fin du Premier Âge du fer et du Second Âge du fer sont dans l’ensemble disparates avec principalement des fouilles anciennes. De la fin du Hallstatt (Ha D2-D3) jusqu’au début de phase moyenne de La Tène, les tombes à inhumations sont généralement installées dans des tumulus occupés depuis la fin de l’Âge du bronze, tout en cohabitant parfois avec des enclos quadrangulaires à tombes plates. Le mobilier semble très stéréotypé, quasiment sans armes. La transition vers la phase moyenne de La Tène se caractérise par le passage de l’inhumation à la crémation en urnes céramiques. Il ressort de cette première analyse une dichotomie entre la Lorraine centrale et la vallée de la Meuse plus proche du domaine champenois.

Texte intégral

Avant Propos

1On trouvera ci-dessous la liste exhaustive des sites pris en compte pour cette étude, ainsi que les principales références bibliographiques les concernant. Afin d’éviter de très nombreuses répétitions dans le texte, les appels bibliographiques des sites, comme les lieudits seront indiqués seulement lors de la première citation. La liste bibliographique récapitulative fournie infra permet un accès rapide à l’information.

2Liste des sites :

3(54 : Meurthe-et-Moselle - 55 : Meuse - 57 : Moselle – 88 : Vosges)

41 - AMANTY Vallée du Maire (55). 2 - AMEL-SUR-L’ETANG Plaisance (55) LTA1. 3 - (Arg) ARGANCY Le Clos Des Prés (57) LTC2. 4 - ART-SUR-MEURTHE L’Embanie (54) LTC-D. 5 - AULNOY Bois banal (88) HaD2-D3. 6 - AUTIGNY LA TOUR Les Échanées (88) HaD2-D3. 7 - (BaH) BASSE HAM Kelenveg (57) LTC-D1. 8 - BASSE YUTZ Les Cités (57) LTA. 9 - BEAUFREMONT Naburnessart (88) HaD2-D3. 10 - BENEY-EN-WOËVRE (55) HaD2-D3-LTA. 11 - BETTING-SAINT-AVOLD Galgenberg (57) LTB1b. 12 - (Bzg) BEZANGE LA GRANDE Bois Sainte Marie (54) LTA-B. 13 - BICQUELEY La Queuille (54). 14 - (BxF) BOUXIÈRES-SOUS-FROIDEMONT Le Tremble (54) HaD3. 15 - BOUXURULLES Bois du Mont (88) HaD2-D3. 16 - BOUZEMONT Haut des Faux (88) HaD2-D3. 17 - (Cha) CHAILLON Fonzelles-Maucourt (55) HaD2-D3 (/LTA). 18 - CHAMPIGNEULLES Le Pont de Bouxières (54) HaD2-D3 LTA. 19 - (Chd) CHAUDENEY-SUR-MOSELLE Bois communal (54) HaD2-D3-LTA-B. 20 - (Chm) CHAUMOUSEYBois de Trusey (88) HaD2-D3-LTA. 21 - CHERISEY Rayu de la Forterie (57) LTC-D ?. 22 - CHOLOY-MÉNILLOT (54) LTA-B. 23 - CONTREXEVILLE Bois d’Hazeau (88) HaD2-D3-LTA1. 24 - (Dia) DIARVILLE Devant Giblot, Pâquis devant Giblot (54) HaD2-D3-LTA-B. 25 - (DiM) DIEUE-SUR-MEUSE Thumelou (55) HaD2-D3. Village (LTB) 26 - (DHy) DOMEVRE-EN-HAYE Ouest village (54) LTB2. 27 - ENNERY Mancourt (57) LTC-D ?. 28 - EPPING Hottwiese (liaison RN62) (57) LTD2 ?. 29 -ETIVAL-CLAIREFONTAINE La Pierre d’Appel (88) LTD. 30 - FLORANGE Ebange (57) LTC-D ?. 31 - GIRMONT (88) LTB. 32 - GONDREVILLE La Croix Sainte Anne (54) LTA-B. 33 - HAROUE Bois de Voivre (54) HaD2-D3- LTA et LTC-D. 34 - JOUY-AUX-ARCHES La Machotte (57) LTA et LTC-D. 35 - KERLING-LES-SIERCK Neuwiese (57) HaD2-D3- LTA, 36 -KOEUR-LA-PETITE Fond de Longevaux (55) HaD2-D3. 37 - LACROIX-SUR-MEUSE Les Battants (55) HaD2-D3-LTA, 38 - LAIMONT Poirier Maraudel (55) HaD2-D3-LTA. 39 - (Lié) LIEHON Les lignières (57) LTD1. 40 - LIGNY-EN-BARROIS La Chiennerie (55) HaD2-D3-LTA. 41 - (Li) LIVERDUN La Garenne (54) HaD2-D3-LTA-B-C1. 42 - LIVERDUN Sablière (54) LTA-B ? 43 - LOISON (55) HaD2-D3-LTA. 44 - (Mar) MARAINVILLE-SUR-MADON Sous le chemin de Naviot (88) LTA-B1b-LTD. 45 - MARSAL Les Grands Prés (57) Ha D3 à LTD2. 46 - MARSAL Vieille Seille (57) LTB. 47 - MARSAL Bensale (57) HaD2-D3- LTA. 48 - MARTIGNY-LES-BAINS Bois de Courchepied (88) HaD2-D3. 49 - MARTIGNY-LES-GERBONVAUX Château Gaillard (88) HaD2-D3-LTA-B. 50 - MERTEN (57) HaD3-LTA. 51 - MESSEIN - RICHARDMENIL Bois de Grève (54) LTA-B. 52 - METZ environs de la ville (57) LTA-B . 53 - (Mzx) METZ Hauts de Sainte-Croix/Visitation (57) LTC-D. 54 - (Mdl) MONDELANGE Schemerten (57) HaD3 au LTD2. 55 - MORSBACH Rue des Roses (57) LTB1. 56 - MOYENVIC Territoire de la commune (57) LTB1b-B2. 56 - MOYENVIC La Croix Rayeux (57) LTB. 57 - NANCOIS-SUR-ORNAIN La chardonnière (55) LTA2-B1. 58 - PHLIN Au nord du village (57) HaD2-D3-LTA. 59 PILLON (55) LTB2-C1. 60 - ROBERT-ESPAGNE (55) HaD3-LTA. 61 ROSIÈRES AUX SALINES "Grand Bois de Xarthe" (54). 62 - RUPT-SUR-OTHAIN Le Tilleul (55) LTB2. 63 - SAINT-JEAN-LES-BUZY Buschamps (55). 64 - SARRALTROFF Weiherwald (57) HaD2-D3-LTA-B1. 65 - SAUVILLE Bois le Chesnois - Forêt de Lochets (88) LTB1b-B2. 66 - (Tom) TOMBLAINELe Pré Chenu (54) HaD3-LTA-LTC1. 67 - TOUL Mohin (54) LTB2. 68 - TOUL Haie Saint-Jacques (54) LTB1-B2. 69 - TOUL Territoire de la commune (54) LTB1-B2. 70 - VECKERSVILLER Kieleyer (57) HaD3-LTA. 71 - VECKERSVILLER Spatzmatt (57) HaD3-LTA. 72 - VILLE-EN-WOËVRE Tombois (55) HaD3-LTA1. 73 - (ViSE) VILLEY-SAINT-ETIENNE Bois Communal Cp 13 (54) HaD2-D3-LTA-B-C. 74 - VILLEY-SAINT-ETIENNE Carrière Solvay (54) HaD2-D3- LTA-B. 75 - VITTEL Bois de la Voivre (88) LTA-B. 76 - VOID-VACON Moncel-Pontbiais (55) LTC2. 77 - WOIPPY Bellevue (57) LTC. 78 - YUTZ Les Cités (57) LTB1. 79 - CLAYEURES (54) HaD2-D3. 80 - METZ ZAC Technopole (57) HaD3.

5Abréviations-codes des nécropoles utilisés dans les tableaux : Arg : Argancy, BaH : Basse-Ham (57), Bzg : Bezange-la-Grande (54), BxF : Bouxières sous Froidmont (54), Cha : Chaillon (55), Chd : Chaudeney (54), Chm : Chaumousey (88), Cla : Clayeures (54) (n° 79), DHy : Domèvre en Haye (54), Dia : Diarville (54), DiM : Dieue-sur-Meuse (55), Lai : Laimont (55), Lié : Liéhon (57), Li : Liverdun (54), Loi : Loison (55), Ma : Marainville-sur-Madon (54), Mar : Marsal (57), MeSx : Metz Hauts de Sainte-Croix (57), Mdl : Mondelange (57), Sar : Sarraltroff (57), Tom : Tomblaine (54), Vec : Veckersviller (57), ViSE : Villey-Saint-Etienne (54).

6Sites et références bibliographiques principales :

7Argancy (Schembri 2001), Beaufremont Naburnessart (Michler 2004), Beney-en-Woëvre (Brénon et Staniaszek 2003 ; Brénon et Staniaszek 2006), Bezange-Grande, Bois Sainte-Marie (Beaupré 1909a) (Leroy 1984), Contrexéville Bois d’Hazeau (Michler 2004 ; Bouchet et Beague, 2005), Basse-Ham (Tikonoff et Kaurin en cours), Bouxières-sous-Froidmont Le Tremble (Deffressigne en cours), Chaillon Fonzelles-Maucourt (Delaugeas 2003 ; Landolt 2004 ; 2005), Chaudeney-sur-Moselle Bois Communal (Beaupré 1904a), Diarville Devant Giblot (Olivier 2002), Dieue-sur-Meuse (Liénard 1884), Gondreville La Croix Sainte-Anne (Dufresne 1849), Gugney-sous-Vaudémont (Olivier 2002), Haroué (Millote 1965), Haroué Bois de Voivre (Beaupré et Voinot 1904), Jouy-aux-Arches, La Machotte (Gebus 1990), Koeur-la-Petite Fond de Longevaux (Landolt 2006), Lacroix-sur-Meuse Les Battants (Brénon et Staniaszek 2003 ; Brénon et Staniaszek 2006), Laimont Poirier Maroudel (Landolt 2006), Liéhon Les Lignières (Blouet 1989), Liverdun La Garenne (Beaupré 1907), Marly Le Grand Bouseux (Klag 1990), Marainville-sur-Madon Sous le Chemin de Naviot (Olivier 2002), Marsal Bensale (Olivier 2007), Marsal Grands Prés (Olivier 2007), Martigny-les-Gerbonvaux Château Gaillard (Michler 2004), Messein-Richardménil Bois de Grève (Beaupré 1904b), Metz Hauts de Sainte-Croix (Fichtl et al. 2005), Metz ZAC Technopôle (Dreier et al. 2010), Mondelange Schemerten (Bonnabel et Le Goff 1997 ; Buzzi et Vanmoerkerke 1997, Plouin et al. 2008), Moyenvic La Croix Rayeux (Cournault 1826 ; Beaulieu 1843 ; Schaaff 1974 ; Müller 1989 ; Millotte 1965 ; Olivier 2008), Nançois-sur-Ornain (Liéger, Pomarède 1961 ; Lepage 1985), Phlin (Beaupré 1909b), Sarraltroff (Tisserand et al. 1985), Tomblaine Le Pré Chenu (Tikonoff en cours), Toul, Mohin (Liéger 1996), Veckersviller Kieleyer et Spatzmatt (Tisserand et al. 1985), Villey-Saint-Etienne Bois Communal (Barthélémy 1889 ; Beaupré 1897 ; Liéger 1976) (Liéger 1972), Void-Vacon Moncel-Pontbiais (Blaising et Mangin 1993 ; 1994 ; Landolt 2006), Woippy Bellevue (Brénon, 2008 p. 77), Woippy Le Pollieux (Buzzi 1998).

1. Introduction

8Les données concernant les nécropoles lorraines de la fin du Premier Âge du fer et du Second Âge du fer sont dans l’ensemble disparates. En dépit de différents inventaires ou travaux universitaires, cette région n’a pas réellement fait récemment l’objet d’une étude globale pour l’ensemble des nécropoles de la période allant de la fin du VIe siècle au Ier siècle av. J.-C.

9La Lorraine est drainée par de grands axes fluviaux nord-sud : quatre cours d’eau principaux au centre la Moselle et la Meurthe, à l’est la Sarre, à l’ouest la Meuse. Deux autres cours d’eau mineurs ont tenu une grande place dans l’histoire de la région : la Seille à l’est avec son intensive exploitation du sel pendant la Protohistoire et le Madon au sud. Les découvertes se situent pour l’essentiel dans le sillon Moselle-Madon et dans la vallée de la Meuse. L’échantillonnage des sites retenus se limite à 80 nécropoles au contexte plus ou moins bien connu (fig. 1).

10Les découvertes du XIXe et du début du XXe siècle contribuent très largement à la connaissance des nécropoles, avec en corollaire toutes les difficultés d’interprétation des données anciennes (assemblages pas toujours fiables, forme de la tombe peu renseignée, absence d’étude anthropologique). Par ailleurs, les très prolifiques fouilles anciennes qui s’étaient attachées exclusivement à l’exploration des tumulus, n’ont touché que les occupations de la fin du Hallstatt et du début de La Tène ponctuellement jusqu’à La Tène C. Cet état de la donnée est quasi général pour toute la Lorraine et hormis quelques travaux universitaires sur le sujet, la plupart des nécropoles fouillées anciennement n’ont pas fait l’objet de réexamens récents, mis à part le secteur de Saxon-Sion (54) étudié par Laurent Olivier (Olivier 2002). La reprise de ces données n’est toutefois pas stérile car certaines observations peuvent apporter de nouveaux éclairages permettant de compléter ou de corriger certains aspects.

11Alors qu’on rattachait trop souvent l’occupation de ces tumulus uniquement au début de La Tène, la reprise de la documentation permet d’identifier des sépultures plus anciennes notamment celles du Bronze final généralement fondatrices des monuments funéraires et celles de la fin du Hallstatt souvent ignorées. La fouille d’un grand enclos circulaire (30 m de diamètre) à Tomblaine Le Pré Chenu (Tikonoff en cours) dont la masse tumulaire a vraisemblablement disparu, a mis en lumière deux dépôts de céramiques du Bronze final IIIb au niveau de l’entrée et deux sépultures de La Tène A au sein de l’enclos, perceptibles par la seule présence d’accessoires vestimentaires.

Fig. 1 : carte générale de la Lorraine avec localisation des ensembles funéraires. Fond de carte : Sources SRTM, Logiciel ArcGIS Esri, ArcMap 8.3, Millet 2008, Inrap.

12Enfin, avant d’engager le propos il est important de souligner la très mauvaise conservation des restes osseux dans la majorité des ensembles funéraires lorrains. La tombe à boucles d’oreille en or de Bouxières-sous-Froidmont Le Tremble est un cas typique (Deffressigne en cours). Seul un léger liseré limoneux noirâtre indiquait l’emplacement du crâne. Ainsi, les aspects liés à l’individu et aux pratiques funéraires comme le traitement du corps et ses manipulations ne sont malheureusement souvent pas envisageables. Ainsi, les nécropoles d’Argancy Le Clos des Prés (Adam 2004), Basse-Ham Parc Unicom, Kelenweg (Adam et Ramel en cours), Mondelange Schemerten (Bonnabel et Le Goff 1997) en Moselle, Chaillon Fonzelles-Maucourt (Delaugeas 2003) et Lacroix-sur-Meuse Les Battants (étude en cours) dans la Meuse correspondent aux principaux ensembles qui ont pu faire l’objet d’études anthropologiques.

2. Le Hallstatt D2-D3 et la phase de transition avec La Tène A1

13La majorité de la donnée étant issue d’une documentation relativement ancienne, les modes d’ensevelissement des défunts ne peuvent généralement pas être précisés. Certaines observations cependant encore très limitées peuvent être tirées des fouilles récentes notamment à Marsal Bensale (Olivier 2007) ou à Chaillon Fonzelles-Maucourt (Delaugeas 2003) où des traces de contenants en bois ont été observées (cercueils, caissons sans couverture ?). Pour cette dernière nécropole, on note de nombreux indices de linceuls et l’existence de « coussins funéraires » a pu être mise en évidence.

14La majorité de la donnée étant issue d’une documentation relativement ancienne, les modes d’ensevelissement des défunts ne peuvent généralement pas être précisés. Certaines observations cependant encore très limitées proviennent des fouilles récentes notamment à Marsal Bensale (Olivier 2007) ou à Chaillon Fonzelles-Maucourt (Delaugeas 2003) où des traces de contenants en bois ont été observées (cercueils, caissons sans couverture ?). Pour cette dernière nécropole, on note de nombreux indices de linceuls.

15À partir du Hallstatt D2-D3, les tombes à inhumations sont généralement installées dans des tumulus occupés pour certains depuis la fin de l’Âge du bronze et/ou du Hallstatt C. Cette réutilisation de tertres plus anciens sous-tend une forme de continuité des « communautés locales » tout en soulignant la raréfaction, en règle générale, de nouvelles créations de monuments funéraires (tumulus).

16Les nécropoles du bassin de Nancy (54) nous éclairent sur ce phénomène, principalement à Liverdun La Garenne (Beaupré 1907), Chaudeney-sur-Moselle Bois Communal (Beaupré 1904a) et Villey-Saint-Etienne Bois Communal (Barthélémy 1889 ; Beaupré 1897 ; Liéger 1976). La nécropole tumulaire de Liverdun La Garenne est un ensemble classique pour la région. Dans le tumulus 1, des sépultures de fin de l’Âge du bronze et du début du Hallstatt sont implantées dans le tertre qui recouvre peut-être une allée couverte du Néolithique. Puis, les inhumations du Hallstatt D et surtout de La Tène A et B s’installent massivement dans le tertre (fig. 2).

Fig. 2 : plan phasé du tumulus 1 de Liverdun La Garenne (54). Dessin d’après Beaupré 1907, DAO : N. Tikonoff, Inrap.

17À Diarville Devant Giblot comme dans d’autres nécropoles du sud de la Lorraine, l’édification de nouveaux tertres de taille modeste, destinés à une seule personne, n’est plus effective à partir du VIe siècle (Olivier 2002). La « gent » investit dans deux monuments de grandes dimensions qui accueillent pour l’un une tombe à char, pour l’autre trois tombes à char ainsi qu’une tombe féminine double (tumulus 1 et 7). Toutes ces tombes semblent avoir accueilli des femmes, mais seule la nature du mobilier d’accompagnement permet de le supposer. Cette concentration de tombes aristocratiques est un phénomène propre au secteur privilégié de Saxon-Sion où une tombe à char plus ancienne du Hallstatt D1 est connue à Marainville-sur-Madon Sous le Chemin de Naviot (88) (Olivier 2002).

18Au nord, dans la vallée de la Moselle, des modifications comparables peuvent être observées à Mondelange dès le début du Ve siècle av. J.-C. Parallèlement à la réoccupation de certains tumulus plus anciens, un enclos quadrangulaire de grande dimension (24 m de côté) est probablement créé au cours du Hallstatt D3. Il est principalement destiné à l’installation de neuf tombes féminines dont certaines sont prestigieuses jusqu’à La Tène B. L’une des tombes féminines correspond à une tombe à char à deux roues attribuée au Hallstatt D3 où se surimpose au tout début de La Tène A une seconde inhumation féminine. Dans l’Aube, les exemples de Bouranton Michaulot et de Barberey Saint-Sulpice illustrent bien ce phénomène de grands enclos quadrangulaires ceinturant des sépultures aristocratiques (inhumations ou crémations) qui existent au Hallstatt D3 et à LT A1 (Baray 2003, p. 180). La présence d’un tertre de terre ceinturé par une palissade peut être envisagée. Néanmoins à Mondelange, le manque d’élément permettant une datation fiable de l’aménagement fossoyé ne permet pas d’assurer avec certitude la contemporanéité de l’enclos avec les tombes hallstattiennes.

Fig. 3 : tableau synthétique du mobilier funéraire du Hallstatt D2-D3/LTA : DAO : M. Landolt, Pair, N. Tikonoff, Inrap. Dessins Mon (Mondelange) d’après Buzzi et Vanmoerkerke 1997, Cha (Chaillon), d’après Landolt 2004, Cla (Clayeures), d’après Olivier 1997, Lai (Laimont) d’après O. Guillot, Mdl (Mondelange) d’après Buzzi et Vanmoerkerke 1997 (dessin T. Logel), Vec (Veckersviller) d’après Tisserand et al. 1985 (photographie Musée de Sarrebourg). Échelles diverses.

19Les assemblages mis en évidence dans ces tombes à char (Diarville, Mondelange) possèdent de très nombreuses similitudes hormis le type de char qui est différent (chars à quatre roues à Diarville et à deux roues à Mondelange). La parure et les accessoires vestimentaires se composent d’anneaux lisses, de paires de fibules, d’épingles de coiffe et de ceintures en tôle d’alliage cuivreux décorées. À Diarville cette panoplie classique, presque modeste, s’enrichit de boucles d’oreilles en or, d’une fibule à cabochon recouvert d’or et d’une perle de verre.

20Dans le secteur de Sarrebourg (57), à Sarraltroff Weiherwald et Veckersviller Kieleyer et Spatzmatt, l’occupation de la fin du Hallstatt est bien identifiée à travers le mobilier, mais les contextes sont mal documentés (Tisserand et al. 1985).

21Dans le sud de la Lorraine (Vosges), la documentation funéraire est issue de nécropoles tumulaires fouillées anciennement, toutefois l’examen sommaire du mobilier indique comme dans le reste de la Lorraine une réoccupation des tertres plus anciens (Beaufremont Naburnessart, Contrexéville Bois d’Hazeau, Martigny-les-Gerbonvaux Château Gaillard : Michler 2004, p. 49-54).

22Les contextes funéraires meusiens souffraient quant à eux d’un manque de documentation, seules quelques découvertes provenant de sépultures isolées étaient à signaler (Landolt 2006). Les découvertes récentes réalisées sur le tracé du TGV-Est ont profondément renouvelé les connaissances (Chaillon, Lacroix-sur-Meuse Les Battants (Brénon et Staniaszek 2003 ; Brénon et Staniaszek 2006)). La nécropole tumulaire de Lacroix-sur-Meuse est très structurée avec ses treize enclos circulaires (entre 7 et 20 m de diamètre) généralement ouverts vers l’est. Aux crémations attribuées au Bronze final succèdent des inhumations du Hallstatt final ayant livré du mobilier de parure caractéristique (anneaux de chevilles et armilles). L’existence d’une stèle en pierre signalant une sépulture a pu être mise en évidence.

23Pour l’ensemble de ces nécropoles de la fin du Hallstatt, le costume et la parure des défunts semblent très stéréotypés (fig. 3). La parure annulaire pleine ou tubulaire en alliage cuivreux généralement lisse est dominante. Elle est souvent accompagnée d’une paire de fibules et, pour les plus mieux dotées, d’une ceinture en tôle d’alliage cuivreux. La parure annulaire massive à jonc lisse se retrouve dans tout le domaine hallstattien du Hallstatt D à La Tène A-B notamment dans l’Est de la France (Alsace, Champagne, Bourgogne) et l’Ouest de l’Allemagne (Bade-Wurtemberg, Rhénanie-Palatinat, Sarre) (Polenz 1973 ; Chaume 2001 ; Reinhard 2003).

24Quelques exemplaires présentent cependant une légère décoration, notamment des groupes d’incisions transversales (Ligny-en-Barrois, Veckersviller) ou des impressions géométriques sur le jonc (Mondelange). En Moselle le torque à trois groupes de petits anneaux de Veckersviller appartient à un type de parure caractéristique du groupe Sarre-Palatinat au Hallstatt D2-D3 (Reinhard 2003, p. 70, fig. 46, 132, liste 13).

25Enfin, la parure tubulaire en alliage cuivreux caractérise le Hallstatt D2-D3 même si le type apparaît sporadiquement au Hallstatt D1 et perdure jusqu’au début de La Tène (Chaume 2001, p. 138 ; Reinhard 2003, p. 26-29, fig. 10-11).

26La parure annulaire lisse en fer est plus rare (un bracelet ouvert à Chaillon : Landolt 2004 et un torque fermé à Mondelange : Buzzi et Vanmoerkerke 1997, p. 274). Les fibules retrouvées dans ensembles funéraires lorrains se rattachent aux types P2y, dP4, F1, F2A1, F3, F4A2, F4G2, dZ3 (Mansfeld 1973) et Golfe du Lion (Tendille 1978). La fibule à timbale convexe sur le pied de type F4A2 est le type de fibule le plus représenté dans les contextes funéraires lorrains du Hallstatt D3 voir du début de La Tène A. Les plaques de ceintures décorées de filets horizontaux en tôle d’alliage cuivreux sont peu représentées en Lorraine comme d’ailleurs leurs homologues plus anciennes et plus larges à décor estampé. À Mondelange, quatre plaques de ceinture étroites appartenant à des types caractéristiques de l’Est de la France (types « Hossingen » et « Rixheim » : Kilian-Dirlmeier 1972) ont été retrouvées dans des tombes d’un rang supérieur (tombes à char).

27Quelques tombes privilégiées ont livré des éléments comprenant de l’ambre, du corail ou de l’or, principalement des boucles d’oreille et des fibules (Chaillon : Landolt 2004 ; Diarville et Haroué : Olivier 1997, p. 97-99 ; Sarraltroff : Millotte 1965, p. 116). Portées par paire ou à l’unité, les boucles d’oreille en or sont relativement bien répandues dans la région (Schönfelder 1998). Elles sont en forme de barquette profilée à Bouxières-sous-Froidemont (Deffressigne en cours) et Veckersviller (Tisserand et al. 1985, p. 19, n° 153 et p. 33), à jonc torsadé à Diarville (Olivier 2002, p. 75), ou à jonc lisse à Marsal, Diarville (Olivier 2007, p. 77) et Metz ZAC Technopôle (Dreier et al. 2010).

28On compte également parmi ces tombes privilégiées quelques rares épingles en alliage cuivreux, des tiges à œillet et des perles en verre. Les épingles en alliage cuivreux sont rares mais leur présence est attestée au niveau de la tête dans les tombes à char de Mondelange (Buzzi et Vanmoerkerke 1997, p. 158, fig. 95, n° 6) de Diarville (sépulture 2 : Olivier 2002, p. 75). Les perles sont également peu fréquentes et peuvent être en alliage cuivreux (Chaillon), en pierre (Diarville), en matière fossile (Sarraltroff), en ambre (Chaillon, Diarville, Mondelange), en corail (Chaillon) ou en verre bleu (Diarville, Mondelange). Les tiges à œillet sont rarement attestées en Lorraine. Un exemplaire en fer a été retrouvé dans une sépulture masculine de Chaillon et plusieurs exemplaires en alliage cuivreux dans la tombe à char féminine 2 du tumulus 7 de Diarville (54) (Olivier 2002, p. 77). Les exemplaires retrouvés dans les contextes funéraires lorrains se rattachent bien aux séries représentées dans les habitats de hauteur notamment à Messein Cité d’Affrique (54) (Dubreucq 2007).

29À Chaillon dans la partie ouest de la Lorraine, l’organisation de la nécropole est différente : les vingt-trois inhumations ne se trouvent pas dans des monuments funéraires et présentent une organisation en rangées longitudinales (Delaugeas 2003 ; Landolt 2004 ; 2005). Toutes les fosses, orientées ouest/est, sont creusées à des dimensions anatomiques et les défunts sont inhumés en décubitus dorsal majoritairement la tête à l’ouest comme dans les nécropoles champenoises de cette période. La nécropole est organisée selon quatre alignements plus ou moins homogènes, parallèles et orientés est-ouest. Les espaces intermédiaires pourraient correspondre à des axes de circulation. Le sexe d’un peu plus de la moitié des individus a pu être déterminé. Ainsi onze individus sont masculins, onze sont indéterminés (dont un immature) et un autre est féminin. Quatre sépultures à armes ont été identifiées dont trois avec des panoplies. Parallèlement à ces sépultures de guerriers, une tombe féminine ayant livré du mobilier semi-précieux est attestée (perles en ambre et en corail). Des traces d’oxydations visibles au niveau des vertèbres cervicales indiquent l’existence d’un torque en alliage cuivreux qui a été récupéré. En règle générale, chaque alignement possède une sépulture comportant une panoplie d’armes sauf dans le quatrième où il s’agit d’une tombe féminine probablement avec torque (fig. 4). D’un point de vue chronologique, il semble que la nécropole se soit développée du nord vers le sud, c’est-à-dire vers l’aval du Hallstatt D2 au Hallstatt D3 (voir le début de La Tène A pour la femme à torque). Cette hypothèse s’appuie sur les datations respectives des sépultures et sur l’évolution technologique des dagues. L’organisation en rangées parallèles trouve des points de comparaison à l’ouest dans certaines nécropoles de la culture Aisne-Marne, elles aussi organisées autour de sépultures à armes et de femmes à torques, parfois dès le Hallstatt D mais principalement à La Tène A-B (Beine, Chouilly, Etréchy, Villeneuville-Renneville…) (Baray 2003, p. 351-362, Demoule 1999, p. 181).

Fig. 4 : plan phasé de Chaillon Fonzelles-Maucourt (55) (Landolt 2005). DAO : M. Landolt, Pair.

30Comparé aux autres ensembles funéraires de Lorraine, le mobilier de Chaillon est également original. Une fibule en alliage cuivreux à pied relevé en forme de boule accueillant une petite perle en corail et ressort en fer de type F2A1 est une variante assez rare (arc plein de section plano convexe) qui possède une aire de diffusion principalement centrée sur la Champagne. Un type particulier de ceinture de cuir associant un disque bombé et des barrettes en alliage cuivreux a pu être identifié dans une sépulture de guerrier (Landolt 2004). Cet accessoire vestimentaire est parfois remplacé par un petit crochet en fer comme dans plusieurs sépultures féminines de Mondelange dans le nord de la Lorraine. Ils appartiennent à un type connu dans les nécropoles champenoises (Lepage 1985) et les habitats de hauteur de Messein Cité d’Affrique (54) et de la Heuneburg (Bade-Wurtemberg) qui perdure à La Tène A (Dubreucq 2007). Enfin, le port de quinze perles d’ambre et de corail en collier attesté dans une sépulture féminine trouve un seul parallèle en Lorraine à Mondelange avec un collier associant trente-neuf perles en verre bleu translucide dans une sépulture féminine (Buzzi et Vanmoerkerke 1997, p. 274). Ces ensembles montés en colliers sont caractéristiques du Hallstatt final et du début de La Tène en Picardie et Champagne.

31Dans la mesure où le sexe d’un peu moins de la moitié de la population de la nécropole de Chaillon n’est pas déterminé, il faut rester prudent sur l’interprétation des données anthropologiques qui se trouve ainsi biaisée. Ces dernières mentionnent un recrutement de population qui pourrait être « non naturel », composé essentiellement d’individus masculins inhumés parfois avec des armes. Seule la comparaison avec d’autres nécropoles de la région pourrait valider ou non cette sélection.

32Si les fers de lance de Chaillon ne sont pas atypiques, la présence de deux garnitures de hampe en alliage cuivreux est exceptionnelle et possède quelques rares équivalents en Champagne. Les éléments métalliques issus du renfort métallique d’un bouclier (deux orles en alliage cuivreux) correspondent à l’une des plus anciennes attestations directes de cette arme en Europe non méditerranéenne. Les trois dagues jogassiennes trouvent de fortes affinités avec le groupe d’Aisne-Marne sauf pour le poignard à antennes qui montre quelques parallèles avec des exemplaires de l’est (sud-ouest de l’Allemagne). Il est intéressant de souligner l’existence de traumatismes guerriers sur deux individus inhumés dans des tombes modestes sans déposition d’armement autre que celui lié aux blessures (extrémité d’un fer de lance à l’intérieur d’un fémur et bloc crânien transpercé par un fer de lance). Ce type de traumatisme est très probablement inédit dans le domaine hallstattien. Parallèlement, dans la Meuse, une sépulture de la nécropole de Lacroix-sur-Meuse a livré une arme de poing (Brénon et Staniaszek 2003). Des fers de lance ont également été retrouvés dans des inhumations meusiennes difficilement datables de la fin du Hallstatt ou du tout début de La Tène à Dieue-sur-Meuse Thumelou, Koeur-la-Petite Fond de Longevaux et Laimont Poirier Maroudel (Landolt 2006).

Fig. 5 : tableau synthétique du mobilier funéraire de La Tène A : DAO : N. Tikonoff Inrap. Dessins Mon (Mondelange) d’après Buzzi et Vanmoerkerke 1997, Chm (Chaumousey) d’après Millet 2008, Liv (Liverdun La Garenne) d’après Millet 2008, Tom (Tomblaine) dessins Inrap. Échelles diverses.

3. La Tène A

33La période de La Tène A est attestée dans 36 nécropoles, dont 17 sont véritablement exploitables pour une analyse plus approfondie. Le phénomène de réoccupation de tumulus anciens amorcé dès la fin du VIe siècle av. J.-C. se perpétue durant cette période. Ainsi, les tumulus ancestraux du bassin de Nancy sont toujours occupés, parfois massivement : Liverdun La Garenne, Chaudeney-sur-Moselle, Villey-Saint-Etienne Bois Communal, Carrière Solvay-Sud du Village (Barthélémy 1889 ; Beaupré 1897 ; Liéger 1976), Bezange-Grande Bois Sainte-Marie (Beaupré 1909a), Messein-Richardménil Bois de Grève (Beaupré 1904b), Tomblaine (Tikonoff en cours), comme dans la région de Sarrebourg, à Sarraltroff (Tisserand et al 1985) ou dans les Vosges, à Contrexéville Bois d’Hazeau (Bouchet et Béague 2005).

34Cette pérennisation de l’espace funéraire par son utilisation sur plusieurs siècles est également attestée sur le site de Mondelange. L’espace réservé aux inhumations féminines du Ha D3 (cf. supra) accueille à La Tène A de nouvelles sépultures de défuntes, dont une est implantée au-dessus de la chambre funéraire de la tombe à char (sépultures 187 et 181 supérieure : Buzzi et Vanmoerkerke 1997). Cet espace, ceint par un enclos quadrangulaire de grande taille (24 m de côté), avait dû circonscrire également au moyen d’une palissade, une masse tumulaire (structure 188 : ibid., p. 123 et 297).

35En outre, bien que le phénomène dit d’inhumations « en tombe plate » soit fréquemment évoqué dans les sources pour notamment quelques nécropoles fouillées au XIXe siècle, il est difficile de vérifier la véracité des données par manque de relevés stratigraphiques : Villey-Saint-Etienne Carrière Solvay (Barthélémy 1889 ; Beaupré 1897 ; Liéger 1976), Gondreville La Croix Sainte-Anne (Dufresne 1849), Phlin (Beaupré 1909b), Champigneulles (Beaupré 1897, p. 41 ; Leroy 1984), Nançois-sur-Ornain (Liéger et Pomarède 1961, Lepage 1985). À Jouy-aux-Arches La Machotte, l’arasement important du site, dû aux labours et à l’érosion, permet difficilement de préciser cet aspect (Gébus 1990, p. 58). Le cimetière respecte une organisation très lâche : une des tombes de La Tène A, isolée, semble dépourvue d’architecture funéraire externe. Quant à la seconde sépulture laténienne, elle est placée en position secondaire, intégrée à la surface d’un enclos circulaire (qui ceinturait un tumulus ?) dont la fondation remonte certainement au Bronze final, datation de la crémation centrale (ibid.).

36L’architecture interne des tombes est tout aussi indiscernable et nos réflexions reposent essentiellement sur de rares observations, souvent anciennes. Ainsi, les fouilleurs du XIXe siècle mentionnent parfois la présence de dalles de pierre qui matérialisent la tombe. L’exploration entre autres du tumulus de La Garenne à Liverdun par J. Beaupré, témoigne de tombes en caissons calcaires au sein même de la masse du tertre (Beaupré 1907). Pour la nécropole de Gondreville datée de La Tène A et B, bien qu’aucun tumulus n’ait été identifié, les fouilleurs évoquent la présence de « tombeaux formés de fosses carrées, entourées de murs construits à sec et recouvertes de larges pierres plates » (Dufresne 1849, p. 21). Enfin dans la tombe 181 de Mondelange, des restes de bois sont conservés et attestent de l’utilisation d’un contenant en bois pour le corps de la défunte (Buzzi et Vanmoerkerke 1997, p. 160).

37Dans le nord de la Meuse, la tombe à char d’Amel-sur-l’Étang Plaisance (Liénard 1885 ; Verger 1995) regroupe au sein d’une chambre funéraire incluse dans un petit tumulus (6 m de diamètre) une probable crémation dans une urne en céramique, accompagnée d’un char à deux roues associé à deux harnachements de tête (mors en fer, disques et plaque trilobée en alliage cuivreux). Bien que dépourvue d’armement cet ensemble se rattacherait plus volontiers à une tombe d’homme (Verger 1994, p. 652-653), les harnachements luxueux étant vraisemblablement réservés aux chevaux des défunts de sexe masculin (ibid., p. 658). Elle est actuellement la seule connue en Lorraine pour la Tène A ancienne.

38Dans les tombes plus modestes, le mobilier funéraire se caractérise par de la parure annulaire en alliage de base cuivre, à jonc lisse et petits tampons encadrés de part et d’autre par une nodosité (fig. 5). Les fibules sont issues du schéma hallstattien (Jouy-aux-Arches La Machotte, sépulture 2000 ; Gébus 1990, fig. 63 ; Mondelange, sépulture 181 : Buzzi et Vanmoerkerke 1997, p. 161) ou sont attribuables au type de Marzabotto (Chaumousey : données inédites SRA Metz ; Villey-Saint-Etienne, Bois Communal : Liéger 1976). Des crochets de ceinture à coffret, en fer, sont plus rarement attestés (Tomblaine, sépulture 5001 : Tikonoff, en cours) (fig. 5). Plus particulièrement à Mondelange, dans la tombe 181, l’accroche de ceinture à gouttière en fer et les bracelets appartenant à la famille des Vierknotenringe (quatre zones d’ornements disposés à 90° sur le jonc) sont des types qui se rattacheraient davantage à la sphère de l’Hunsrück-Eifel (Haffner 1976).

39La présence de l’armement dans les tombes est ténue et quelques éléments datés de La Tène A peuvent être signalés dans l’est mosellan : un probable fourreau d’arme de poing en matériaux périssables à Marsal (57) pour le tout début de La Tène A (Olivier 2007, p. 184-187) et une épée en fer avec fourreau en alliage cuivreux provenant d’un tumulus de Sarraltroff (57) (Tisserand et al 1985, p. 24-25, n° 104-105) qui peut être daté de La Tène A (Osterhaus 1969).

4. La Tène B

40À La Tène B, 24 nécropoles ont été recensées en Lorraine, mais seulement 10 sont véritablement exploitables. Ces nécropoles se répartissent majoritairement le long de la Moselle, et plus particulièrement dans le bassin de Nancy.

41Les sépultures de La Tène B peuvent être intégrées à des tumulus hallstattiens comme en témoigne par exemple, le tumulus de Chaudeney-sur-Moselle ou encore un des tumulus de Bezange-la-Grande en vallée de la Seille (Beaupré 1909a), où des tombes adventices ont été implantées dans la masse du tertre. À Mondelange, l’enclos quadrangulaire des femmes continue à être occupé par l’implantation d’une sépulture féminine dont le rang privilégié est souligné par ses parures annulaires abondantes et surtout par le soin apporté à la réalisation de certaines pièces (torques et fibules ornés de pastilles de corail fixées par des rivets plaqués d’or).

42Quelques références anciennes précisent l’existence de cimetières ouverts, composés de sépultures dépourvues d’architecture funéraire externe de type enclos ou tumulus, comme par exemple à Marsal dans la vallée de la Seille (Dugas de Beaulieu 1840, p. 39-42).

43La majorité des sources étant particulièrement anciennes, les modes d’ensevelissement des défunts ne peuvent être véritablement précisés. Aussi, l’information reste globalement anecdotique et se limite à certaines observations : par exemple, dans le secteur de Saxon-Sion, à Diarville (Olivier 1988), les défunts des tombes 3 et 5 (tumulus 1) furent déposés dans des contenants en bois, attestés par des restes de traces organiques (tronc monoxyle, cercueil ?). De même, pour la sépulture 179 de Mondelange, il est fait mention d’un « contenant rigide à parois rectilignes trapézoïdal » dans lequel avait été déposée la défunte (Buzzi et Vanmoerkerke 1997, p. 130). L’inventeur de la nécropole de Gondreville mentionne en outre la présence de sépultures à coffrage de pierres (Dufresne 1849 ; Leroy 1984) et, les fouilleurs de Villey-Saint-Etienne Carrière Solvay (54), des « fosses rectangulaires dont les parements sont revêtus de menus pierrailles grossièrement appareillées » (Barthélemy 1889 ; Leroy 1984).

44Le mobilier funéraire de La Tène B est majoritairement représenté par de la parure annulaire et des accessoires vestimentaires en alliage cuivreux (fig. 6). Les costumes féminins se composent généralement des associations de parures annulaires suivantes : torque/bracelets ; torque/bracelets/brassards/anneaux de chevilles ; torque/bracelets/anneaux de chevilles ; bracelets/anneaux de chevilles. La panoplie des guerriers, composée du fourreau et de l’épée, d’une lance et d’un bouclier, est quasiment absente des découvertes funéraires datées de cette période.

45À La Tène B1a, des parures annulaires à tampons encadrés d’une nodosité et à jonc lisse côtoient dans certains cas des anneaux à jonc entièrement orné de nodosités espacées (Chaudeney-sur-Moselle, tombes 9 et 19). Ces types de parures sont associées à des fibules à pied libre à arc en « archet de violon » (Liverdun La Garenne tombes 10 et 14) ; le pied n’étant jamais conservé, sa typologie ne peut être précisé pied à cabochon ou pied se terminant par une boule prolongée d’un appendice caudal). Les formes de fibules à arc symétrique, semi-circulaire allongé, s’apparentant aux fibule de type Berru (Schaaff 1973), sont également caractéristiques de cette phase ancienne de La Tène B (fig. 6).

46À La Tène B1b, les parures annulaires évoluent vers une certaine massivité en se couvrant de nodosités bien plus marquées (Liverdun La Garenne, tombe 19 ; Mondelange, tombe 179). Caractéristiques de l’espace lorrain, les torques massifs à tampons toriques encadrés de plusieurs nodosités et accompagnés d’anneaux de chevilles et bracelets à jonc à nombreuses nodosités forment un costume funéraire féminin homogène. La répartition des torques à tampons toriques, encadrés de quatre nodosités (fig. 7, en orange) ou plus (en jaune) détermine une bipartition de la Lorraine entre deux pôles délimités par la vallée de la Moselle (Charpy 1991 ; Möller et Schmidt 1998 ; Millet 2008, p. 237-238). À l’est de la Moselle, les torques à nombreuses nodosités se rattachent de manière évidente à un espace rhénan-lorrain, englobant les régions comprises entre le Palatinat et les côtes mosellanes. À l’Ouest, la typologie des torques à quatre nodosités encadrant les tampons, permet de les rattacher à un espace tourné vers la Champagne (Marne et Haute-Marne).

47Attestés également en Lorraine, des torques à tampons toriques encadrés de pastilles de corail (fig. 6) se présentent comme une forme mixte combinant les caractéristiques morphologiques des torques à tampons toriques à celles des Scheibenhalsringe des régions du Rhin supérieur (torques à disques, groupe H : Müller 1989). À Mondelange, une inhumation d’une femme adulte, porteuse d’un torque à tampons toriques, encadrés de pastilles de corail fixées par des rivets plaqués d’or, est implantée dans le grand enclos quadrangulaire (cf. supra). La défunte porte en outre deux bracelets et quatre anneaux de chevilles à jonc à nodosités multiples très marquées et trois fibules de type Münsingen. Cet ensemble illustre parfaitement les types des parures annulaires caractéristiques de Lorraine à La Tène B1b. Provenant de Marsal et Moyenvic La Croix Rayeux, deux autres torques à tampons et jonc en partie orné de pastilles en verre rouge (?), sont mentionnés dans les sources anciennes, sans plus de précisions sur leur contexte de découverte (Dugas de Beaulieu 1843 ; Schaaff 1974 ; Müller 1989 ; Millotte 1965 ; Olivier 2008). Un autre type de torque, dont la répartition se limite principalement à l’espace Moselle-Seille, se définit par un tampon en « calice », encadrés de plusieurs nodosités espacées (Millet 2008, p. 103, 247 : type To B514) : en général, dépourvus de contexte fiable, ils sont notamment connus à Moyenvic, dans la région messine (inédits, ibid., pl. 69, 71), à Bezange-la-Grande (Leroy 1984), ou à Marsal (Olivier 2008). Dans la nécropole de Liverdun La Garenne, le costume funéraire féminin de La Tène B1b peut se composer en outre d’une ceinture à accroche zoomorphe et petits anneaux en alliage cuivreux (tombes 11 ; 21) (fig. 6).

Fig. 6 : tableau synthétique du mobilier funéraire de La Tène B : DAO : E. Millet, N. Tikonoff, Inrap. La Tène B1a : Dessins : Chd (Chaudeney-sur-Moselle), tombes 4 et 19, d’après Leroy 1984 ; Li (Liverdun), tombe 12, d’après Schaaff 1965. La Tène B1b : Dessins : Li (Liverdun), tombes 11 et 19, d’après Schaaff 1965 ; Mdl (Mondelange), tombe 179, d’après Buzzi et Vanmoerkerke 1997 ; Sar (Sarraltroff), d’après Millet 2008 – Photographie : Chd (Chaudeney-sur-Moselle), tombe 17 d’après Millet 2008. La Tène B2 : Dessins et photographies : Bzg (Bezange-la-Grande, Bois Sainte Marie), d’après Dechezleprêtre 2006 ; Chd (Chaudeney-sur-Moselle), tombes 3, 15 et 22, d’après Millet 2008 ; DHy (Domèvre-en-Haye), tombe 1, d’après Leroy 1984 ; DiM (Dieue-sur-Meuse), d’après Liénard 1884. Échelles diverses.

Fig. 7 : carte de répartition des torques à tampons toriques d’après Millet 2008. Points verts = nécropoles lorraines.

48En revanche, certains types de mobiliers découverts dans la vallée la Meuse présentent une apparence bien différente : par exemple, dans la tombe 2 de Nançois-sur-Ornain (Liéger et Pomarède 1961), le torque à tampons en calice très évasé, encadré d’une nodosité, se rattache aisément à des formes de parures connues dans la sphère champenoise, particulièrement dans la culture Aisne-Marne (Demoule 1999 : Aisne-Marne IIIB/IIIC).

49À partir de La Tène B2, le torque disparaît progressivement au profit de ceintures métalliques qui vont devenir une des composantes des costumes funéraires féminins de La Tène C1. Les joncs des bracelets et anneaux de chevilles en alliage cuivreux sont constitués de nodosités multiples très massives (Liverdun, sépulture 19 ; Domèvre-en-Haye). Des anneaux à oves creux lisses à segment amovible sont également attestés dans quelques ensembles, comme à Domèvre-en-Haye ou à Toul Mohin (Liéger 1996) (fig. 6).

50Concernant l’armement, dans l’état actuel des données, seules deux tombes de La Tène B ont livré des armes en Lorraine : l’une dans la vallée de la Meuse, à Dieue-sur-Meuse (Liénard 1884), l’autre dans la vallée de la Moselle, à Bezange-la-Grande Bois Sainte-Marie (Beaupré 1909a ; Dechezleprêtre 2006). Aussi, cette discrétion des tombes à armement en Lorraine, pose la question de la place et de l’affichage des hommes en contexte funéraire.

5. La Tène C-D

51Pour les trois derniers siècles avant l’ère romaine, 14 nécropoles seulement ont été recensées, ce qui est très faible. Ces nécropoles se localisent essentiellement dans la vallée de la Moselle plus précisément au nord de Metz.

  • 1 Dans la publication de J. Beaupré de 1907, cette tombe comprend également un passant trilobé et une (...)

52À partir de La Tène C1, la forme des tombes et des nécropoles se diversifie. Certaines sépultures sont installées dans le sol naturel alors que d’autres sont encore édifiées dans des tumulus. En dépit de la faiblesse de l’échantillon, il est néanmoins possible d’affirmer que la transition vers les phases moyennes et finales de La Tène s’effectue par un changement majeur, avec le passage de l’inhumation à la crémation. Cette transition semble se faire toutefois graduellement. Alors que le port de la ceinture métallique constituée d’anneaux apparaît à La Tène B2 dans les tombes féminines, son dépôt se poursuit dans les tombes de La Tène C1 ; cet objet est désormais constitué de longues chaînettes assorties de pendeloques (nodules bitronconiques, tête zoomorphe). C’est le cas de la tombe 7 de Liverdun où la défunte inhumée comme à la période précédente est encore placée en position adventice dans un tumulus. Elle est accompagnée d’un anneau spiralé, mais également d’un bracelet en verre blanc translucide et filets bleus, grande nouveauté dans la parure du IIIe siècle avant J.- C.1 En revanche à Metz Hauts de Sainte-Croix, l’une des tombes qui montre une ceinture métallique à pendeloques associée à plusieurs fibules est une crémation (Fichtl et al. 2005, p. 366- 369). Malgré la persistance marginale de l’inhumation (Mondelange, Tomblaine), c’est bien dans le courant de La Tène C1 que s’opère le changement dans le mode de traitement du mort. Ils sont désormais incinérés, les restes souvent déposés dans une urne en céramique, mais en présence d’un mobilier d’accompagnement toujours comparable à celui de la période précédente. En règle générale, l’organisation des tombes semble assez standardisée, ainsi à Metz Hauts de Sainte-Croix comme à Basse-Ham (Tikonoff et Kaurin en cours ; Adam et Ramel 2008), chaque tombe possède une urne en céramique d’une grande qualité accompagnée d’une ou plusieurs fibules, parfois un bracelet en verre ou en métal, ou un accessoire de toilette pour les mieux dotées. Toutefois il existe des dépôts en pleine terre (contenant périssable) également pour cette période (Liéhon Les Lignières : Blouet 1989, p. 124).

Fig. 8 : l’enclos carré de Mondelange de La Tène C-D. Dessin d’après Caumont 2008 p. 71 et Buzzi et Vanmoerkerke 1997. DAO : N. Tikonoff, Inrap.

53Ainsi, les 14 tombes à crémation attestées parmi les 17 structures à caractère funéraire (14 tombes avec urne 1 fosse charbonno-cendreuse, 2 sépultures détruites ?) de la nécropole de Basse-Ham sont placées principalement le long d’un petit fossé vraisemblablement un petit enclos si l’on tient compte de la répartition spatiale des structures. Les deux sexes et toutes les tranches d’âge y sont représentés. Hormis l’urne cinéraire en céramique et les fibules, deux tombes de La Tène C1-C2 sont accompagnées de fragments d’ossements de faune brûlés mêlés aux restes humains. Le dépôt d’accessoires de toilette se manifeste par l’unique présence d’un petit rasoir en fer. Enfin deux grelots en céramique ont été découverts au sein d’un bloc osseux. À l’écart de ce regroupement de sépultures, trois autres tombes ont été fouillées. L’une d’elles, la plus complexe de la nécropole, comporte une urne cinéraire, des fragments de vases brûlés en grand nombre, un couteau, une perle de verre bleu et une fibule. Enfin, les tombes fortement arasées sont probablement aussi les plus tardives (LT C2-D1), les urnes en céramique sont en effet plus élancées d’un type dit en forme de « tonnelet ». Le mobilier d’accompagnement est inexistant, soit il a été emporté par l’érosion et les labours, soit les sépultures n’en comportaient pas. Au regard d’autres exemples comme Liéhon où le mobilier métallique est déposé dans l’urne sur l’amas osseux, la première hypothèse est envisageable (Marion 2008, p. 80). Ces petits ensembles de sépultures modestes en apparence, mais souvent complétés d’une tombe dotée d’un nombre plus conséquent d’objets, sont vraisemblablement rattachés à un établissement rural proche, sans preuve indubitable de leur création ex-nihilo. En effet la majorité d’entre elles se situe sur les lieux mêmes d’une nécropole dont la fondation remonte généralement à l’âge du Bronze ou au Hallstatt (Liéhon : Blouet 1989, p. 117-119, Jouy-aux-Arches : Gébus 1990, Argancy : Schembri 2001, p. 54).

54À Mondelange la nécropole à crémations de La Tène C1, se développe dans un enclos quadrangulaire à l’écart de l’ensemble des tumulus, mais en bordure du grand « enclos des femmes » de la fin du Hallstatt et de La Tène A-B (fig. 8). Sur ce site le changement de rite de traitement du corps correspond à la fondation d’un nouveau monument funéraire, peut-être le signe qu’on s’inscrit dans un nouveau courant sans pour autant rompre avec les anciens lieux funéraires. La tombe à crémation fondatrice du monument, s’inscrit au centre de ce nouvel enclos carré (structure 89) de 10 m de côté. Elle est constituée d’une très grande urne en céramique fine contenant une paire de remarquables fibules à nodosités en alliage cuivreux incrustées d’émail rouge et de deux autres fibules en fer dites « en archet de violon » disparues à ce jour. La tombe semble avoir été signalée par un élément périssable en bois (poteau ?).

55Vraisemblablement dans le courant de La Tène C1-C2 ce monument funéraire (structure 89) est remanié, une vaste construction à 8 ou 9 poteaux divisant alors l’espace enclos en quatre carrés de surface équivalente est aménagée. Les tombes de La Tène C2 sont consignées principalement dans le quart sud-est du monument, puis à La Tène C2 et D1 dans le quart nord-ouest et à La Tène D1-D2 dans le quart sud-ouest. Ce sont des structures très simples qui viennent s’installer. Elles sont composées d’une urne en céramique de très belle qualité, tournées pour la plupart et accompagnées d’un mobilier limité à une ou deux fibules à pied attaché sur l’arc ou bien de type Nauheim pour les plus récentes et parfois d’une pince à épiler. Les vases choisis pour recueillir les restes humains brûlés sont pour les phases anciennes (LT C1-C2) de grands vases ventrus parfois bitronconiques alors que vers la fin de période de La Tène C2 et à La Tène D1 comme à Basse-Ham, ils sont élancés et étroits (type tonnelet) (fig. 9). Une seule structure de grande taille peut-être une tombe à crémation, occupe le centre du quart nord-est de l’enclos. Sans mobilier conservé, elle n’est pas datée. La crémation n’est toutefois pas exclusive, une inhumation est établie dans le quart sud-est du monument. Cette tombe dont le cercueil en bois était encore visible lors de la découverte, ne possède comme mobilier qu’un bracelet en verre jaune à nervure centrale crénelée de production suisse. Dans la même partie du monument funéraire se trouve une tombe masculine à armes. Elle comporte une urne en céramique, un talon et une pointe de lance en fer (370 mm), un umbo et un manipule de bouclier, des fragments d’un fourreau d’épée et une fibule en fer de grande taille (125 mm). L’armement a été ployé. Il s’agit de la seule tombe à armes de la nécropole de Mondelange pour la période située entre la fin du Hallstatt et la fin de La Tène. Le dernier témoin de l’occupation de ce monument est une tombe à crémation de la période augustéenne installée dans le quart sud-ouest. La lecture spatiale de l’occupation de cet enclos montre une partition entre la moitié est et la moitié ouest, dichotomie liée d’une part à la forme des tombes (crémations, inhumation, tombe à armes), et d’autre part à la chronologie des décès.

Fig. 9 : tableau synthétique du mobilier funéraire de La Tène C-D1. DAO : N. Tikonoff Inrap. Dessins Mdl (Mondelange) d’après Buzzi et Vanmoerkerke 1997, MeSx (Metz Hauts de Sainte-Croix) d’après H. Delnef in Fichtl et al. 2005, Tom (Tomblaine), Inrap, BaH (Basse-Ham), Inrap, Lié (Liéhon) d’après Blouet 1989, Afan. Liv (Liverdun La Garenne) d’après Millet 2008. Arg (Argancy) d’après Marion 2008, Schembri 2004, Inrap, ViSE (Villey-Saint-Etienne) M.-N. Baudran. Photo : Bracelet de Mondelange, photo V. Brunet, Inrap, Musées de Metz Métropole La Cour d’Or. Échelles diverses.

56Sur cette nécropole, la continuité spatiale est remarquable et elle ne concerne pas uniquement l’occupation de cet enclos. Loin d’être désaffectée à La Tène C, elle se développe sur des secteurs vierges semble t-il de vestiges plus anciens ; de nouveaux enclos quadrangulaires plus petits sont construits en périphérie du grand enclos quadrangulaire dit « enclos des femmes ». On dénombre ponctuellement par ailleurs plusieurs crémations de La Tène D1 et de La Tène D2 dispersées aux alentours, sans pouvoir déterminer si elles correspondent à des monuments funéraires de type enclos qui auraient disparu. Rien dans le mode de dépose ou dans le choix du mobilier d’accompagnement ne les distingue des autres crémations du site de Mondelange.

57Dans l’état actuel de la recherche, les nécropoles meusiennes de La Tène C-D ne sont pas documentées. Cependant, à Void-Vacon Moncel-Pontbiais, les photographies aériennes et un diagnostic ont mis en évidence un petit enclos quadrangulaire de 15 m de côté interrompu au nord (Blaising et Mangin 1993 ; 1994 ; Landolt 2006). À l’intérieur de l’enclos, une sépulture partiellement fouillée a livré un pendentif de ceinture de La Tène C1.

58À La Tène C2 et D1 des instruments de toilette en fer (rasoir, force, pince à épiler) sont parfois déposés dans la sépulture, généralement un seul à la fois (Basse-Ham, Argancy, Mondelange) (fig. 9). Les cas de Liéhon avec l’association d’un rasoir et d’une paire de forces ou d’Argancy avec des anneaux en fer associés à un rasoir (Marion 2008 p. 80 ; p. 78), se distinguent d’autant que cette dernière tombe a peut-être abrité deux individus (détermination anthropologique à conforter). Le cas d’un double dépôt osseux couplé à un double dépôt de mobilier métallique (fibules et fibule/pince à épiler) est en effet avéré à Mondelange (tombe 306, un enfant et un adulte) (Bonnabel et Le Goff 1997, p. 10). Les ensembles de toilette constituent par ailleurs une nouveauté par rapport à la période précédente. Parfois un anneau en métal ou en verre est déposé, mais ils ne concernent que très peu de tombes (Mondelange, Metz Hauts de Sainte-Croix, Argancy). Actuellement en dehors des associations basiques « fibule/accessoire de toilette », « fibule/parure », les dépôts multiples de mobilier métallique restent inhabituels en dehors des sépultures de La Tène C1 (Liverdun, Metz Hauts de Sainte-Croix, Mondelange). Ponctuellement, on remarque la présence d’un mobilier plus « original », des perles en verre multicolore et/ou un anneau en os à Basse-Ham et à Woippy Bellevue (Brénon 2008, p. 77), des grelots en céramique à Basse-Ham, deux micro-vases à Argancy (Schembri 2004, p. 19).

59À partir de La Tène C2, la réduction quantitative des objets métalliques dans les tombes peut vraisemblablement correspondre à des changements sociaux et à des modifications dans les modes de représentation des défunts dans la mort.

60Durant la période de La Tène C-D l’armement reste très discret même si l’on compte quelques exemples de tombes à armes, rien ne permet une analyse détaillée du phénomène. Dès La Tène C, quelques sépultures à armes ont été mises en évidence. C’est le cas de Metz Hauts de Sainte-Croix où les restes très incomplets d’une partie de l’équipement d’un guerrier (croisière d’épée à profil campaniforme et anneaux de suspension) ont été mis au jour dans des tombes à crémation placées au milieu d’autres sépultures de la même période (Fichtl et al. 2005, p. 369-371). On notera également l’épée de Gugney-sous-Vaudémont dans le secteur de Saxon-Sion (54) dont le contexte n’est pas clairement défini (Olivier 2002, p. 116) comme d’ailleurs celui de la lance foliacé de Villey-Saint-Etienne (Liéger 1976) découvert dans la masse d’un tumulus. À Mondelange la seule tombe à armes se tient à l’écart de l’ensemble des autres tombes de l’enclos sans que l’on puisse juger si cette position revêt un caractère privilégié.

61L’époque moyenne et finale de La Tène s’illustre donc par de nombreuses modifications dans le rituel funéraire comme dans le mobilier d’accompagnement qui vraisemblablement évolue en fonction des modes vestimentaires (fibules) et peut-être aussi en fonction des codes d’affichage du statut social du défunt (accessoires de toilette, armes, parure). Ces premiers résultats seront toutefois à conforter compte tenu du très faible nombre de nécropoles fouillées actuellement. Cette indigence induit par ailleurs de nombreux biais qui peuvent fausser l’appréciation et l’analyse des phénomènes funéraires.

62Ainsi, si l’on ne tient compte que des données archéologiques actuellement disponibles, on pourrait se contenter de souligner qu’au début de La Tène C, les masses des tumulus et la plupart des nécropoles, semblent progressivement désertées, laissant une grande interrogation sur la localisation et la forme des tombes et des monuments funéraires de la fin de La Tène.

63Les fouilles récentes ne répondent que très partiellement à cette question, mais divers éléments d’ordre taphonomique semblent se télescoper. Tout d’abord les sépultures à crémations sont des ensembles très fragiles souvent peu marqués au sol, facilement détruits par les mises en cultures. En outre, des amas osseux en pleine terre sont mentionnés dans les nécropoles, l’absence de contenant durable les rends encore plus vulnérables. Si l’on se réfère d’autre part aux découvertes faites dans d’autres régions, Picardie notamment (Prilaux 1997 ; Malrain et al. 2002, p. 197-198), les nécropoles se déploient aussi aux abords des fermes. Leur reconnaissance nécessite donc de vastes décapages dépassant largement le cadre strict de l’habitat ce qui n’est que rarement le cas. On croit pouvoir percevoir parfois leur présence au détour d’un rapport de fouille, lorsqu’il est fait mention d’un ou plusieurs vases entiers placés debout (Woippy Le Pollieux, structure 93 : Buzzi 1998, p. 115- 116 ; Marly Le Grand Bouseux : Klag 1990), mais les preuves restent bien minces. En outre les nécropoles sont très vastes et souvent examinées partiellement, les fouilles anciennes s’étant attachées principalement à l’investigation de la masse des tertres, jamais ou très rarement à leurs abords immédiats. Or si l’on se rapporte aux exemples de Mondelange, d’Argancy, de Marainville-sur-Madon ou de Jouy-aux-Arches, les crémations sont installées en périphérie des enclos ou des tumulus plus anciens.

64À Jouy-aux-Arches, les trois crémations mises au jour ne semblent pas attachées à un enclos, elles sont dispersées dans les environs de la nécropole tumulaire occupée depuis la fin de l’âge du Bronze. Les fouilleurs indiquent qu’elles sont placées sous les labours, il ne subsiste d’ailleurs que les deux tiers inférieurs des vases. Un même constat s’opère sur la nécropole d’Argancy où quatre crémations ont été découvertes en périphérie d’un tumulus abritant une tombe à arme du Hallstatt C.

65Enfin, bien que la désertion des tumulus dans le courant du IIIe siècle avant J.-C. soit souvent évoquée dans la littérature archéologique, certains récits de découvertes anciennes souvent mal documentés, indiquent que des crémations en mauvais état étaient installées dans la masse supérieure des tertres (Haroué Bois de Voivre : Beaupré et Voinot 1904, p. 6-7). Ces structures fugaces sans intérêt pour un fouilleur en quête de « beaux objets » ont été négligées. Mais il faut aussi tenir compte de l’érosion et des mises en culture qui ont certainement dû provoquer des dégâts importants en faisant disparaître ces éléments les plus superficiels et les plus récents.

66On ne peut conclure ni à une désertion unilatérale des tumulus et encore moins à un déficit des nécropoles qui serait dû à une déprise du territoire. Les études entreprises dans la région montrent au contraire une très forte montée en puissance du nombre des habitats dès La Tène C2 (Deffressigne et Tikonoff 2009).

67En dépit d’un nombre très restreint de nécropoles étudiées dans leur globalité, les premières études dévoilent surtout une pérennité d’occupation depuis la fin de l’âge du Bronze final jusqu’à La Tène C-D voire la période augustéenne, couplée à une occupation récurrente des monuments funéraires à diverses époques, (Liverdun La Garenne, Tomblaine, Haroué, Bezange-la-Grande, Mondelange).

6. Conclusion

6.1. Les tombes de haut rang et les phénomènes de « frontières culturelles »

68Au Hallstatt D2-D3, dans le sillon Moselle-Madon, les sépultures privilégiées se composent de sept tombes à char féminines et de six tombes féminines à parure d’or (fig. 10). D’après les critères de « richesse » définis par P.-Y. Milcent, ces tombes à char de Lorraine appartiennent à une catégorie d’un niveau relativement modeste (Milcent 2003, p. 348). Dans l’attente des résultats de l’analyse de la fouille de Bouxières-sous-Froidmont, aucune sépulture princière ou de très haut rang, n’a jusqu’à présent été mise au jour en Lorraine. On notera néanmoins la concentration originale de tombes à char dans le secteur du sud de la Lorraine au niveau de Saxon-Sion (quatre pour Diarville) qui ne trouve qu’un discret écho dans le nord de la région à Mondelange. Plus à l’ouest, les abords de la vallée de la Meuse montrent simplement une tombe féminine à parure abondante et matériaux précieux, mais surtout de nombreuses tombes d’hommes en armes.

69Quel que soit leur rang social, les tombes féminines possèdent en général une parure annulaire et des accessoires vestimentaires (fibules et ceintures) typologiquement simples. En revanche, la chambre funéraire, le char à quatre puis à deux roues, la présence d’objets en or, essentiellement des boucles d’oreilles, et éventuellement la ceinture en alliage cuivreux caractérisent la sépulture de rang supérieur. Dans ce cas, la parure des défuntes de statut privilégié peut être complétée par des objets destinés à leur coiffure comme le montrent les épingles retrouvées au niveau de la tête dans les tombes à char de Diarville et de Mondelange, ou à des colliers composés de perles de verre et d’ambre.

Fig. 10 : carte des tombes de rang supérieur en Lorraine au Hallstatt D2- D3/LTA. Fond de carte : Sources SRTM, Logiciel ArcGIS Esri, ArcMap 8.3, Millet 2008. DAO : N. Tikonoff, Inrap.

70Les nécropoles des vallées de la Moselle, de la Meurthe et du Madon possèdent un mobilier funéraire qui s’inscrit dans le domaine hallstattien nord-alpin. Certains types de parures peuvent être rattachés au Nord-Est de la France alors que d’autres s’apparentent davantage à des formes connues dans les régions du Rhin moyen (Sarre, Rhénanie-Palatinat) et dans une moindre mesure, à celles du Rhin supérieur (Alsace, Bade-Wurtemberg, Suisse). Le nord de la région paraît plutôt se rapprocher du groupe Sarre-Palatinat (Reinhard 2003) tandis que le cas de la sépulture féminine double de Diarville illustre assez bien les relations avec le Rhin moyen (Olivier 2002, p. 80). En revanche aux abords de la vallée de la Meuse, l’organisation de certaines nécropoles tout comme le mobilier funéraire montrent des points communs avec des ensembles champenois. Néanmoins, l’approche typologique réalisée sur le mobilier souligne des affinités intéressantes entre la nécropole de Mondelange (nord de la Lorraine) et celle de Chaillon (vallée la Meuse). Dans l’état actuel de la donnée, l’ensemble de ces observations met clairement l’accent sur une partition de la Lorraine en deux pôles, est et ouest.

  • 2 On évacuera le cas de Basse-Yutz (57) et sa vaisselle métallique, deux stamoi et deux oenochoe en b (...)

71À La Tène A, mis à part la tombe à char d’Amel-sur-l’Étang dans le nord-ouest de la région, plus aucune tombe de rang supérieur n’est signalée en Lorraine (fig. 11), alors qu’en Sarre, dans l’Hunsrück-Eifel, ou bien dans le nord de la Haute-Marne à Courcelles-en-Montagne (Thévenard 1996, p. 175-180), les tombes à char et la vaisselle métallique d’importation abondent2. En outre, pour le début de La Tène A, la sépulture 181 supérieure de la tombe à char de Mondelange (Buzzi et Vanmoerkerke 1997, fig. 97) ou la sépulture 5006 de Jouy-aux-Arches (Gébus 1990, fig. 62) présentent de fortes parentés avec la culture de l’Hunsrück-Eifel (couteau, céramique) (Haffner 1976).

Fig. 11 : carte des tombes de « rang supérieur » en Lorraine à La Tène A. Fond de carte : Sources SRTM, Logiciel ArcGIS Esri, ArcMap 8.3, Millet 2008. DAO : N. Tikonoff, Inrap.

72Au VIe siècle av. J.-C., la Lorraine est donc englobée dans la partie nord-alpine du domaine hallstattien dominé à l’est par le phénomène des tombes à char de guerrier alors que plus à l’ouest ce sont les tombes à char féminines qui sont prépondérantes (Milcent 2006, p. 328-344). Le sillon Moselle-Madon et certainement la vallée de la Seille font clairement partie de ce second courant, tandis que le bassin élargi de la Meuse se rattache à la Champagne compte tenu des nombreuses correspondances avec la culture occidentale de l’Aisne-Marne (Demoule 1999 ; Landolt 2006) (fig. 12).

73Des changements dans les pratiques funéraires s’opèrent au passage à la période laténienne : en Champagne, dans la partie sud de la Belgique et au Luxembourg se développent les inhumations de guerriers dans des tombes à char à deux roues. En Lorraine centrale, on ne connaît plus de tombes à char à partir de La Tène A, mis à part celle d’Amel-sur-l’Étang dans le nord de la Meuse qui ne répond pas totalement aux canons champenois puisqu’il s’agit d’une crémation sans armes, mais dont les affinités avec la Champagne sont indéniables (Verger 1999, p. 288).

74On constate donc que la façade ouest de la Lorraine principalement l’axe de la Meuse, représente une sorte de limite culturelle au phénomène des tombes à char de la fin du Hallstatt et du début de La Tène, mais aussi à celui des tombes de guerrier. Le bassin élargi de la Meuse au moins jusqu’à sa ligne de côtes semble donc se situer à la marge du Westhallstattkreis et du domaine champenois (fig. 12). Par ailleurs, la nécropole de Mondelange par des affinités partagées (mobilier, char à deux roues…) entre le domaine hallstattien nord-alpin, l’espace champenois et la zone de l’Hunsrück-Eifel (cf. supra), semble également appartenir à une sorte d’interface, qui se prolonge peut-être jusqu’aux environs de Metz (Jouy-aux-Arches). Enfin, de la même manière, la vallée de Sarre paraît marquer une limite au début de La Tène comme le montre l’absence de tombes prestigieuses avec vaisselle étrusque en Lorraine.

75Pour les périodes suivantes (La Tène C-D), les quelques ensembles à crémations connus dans le nord de la Moselle ne permettent guère d’engager une analyse poussée des relations avec les régions limitrophes, des notions territoriales liées aux civitas de La Tène finale.

6.2. Une prééminence des femmes dans les nécropoles

76Durant une période de deux siècles qui s’étend de la fin du VIe au début du IIIe siècle av. J.-C, l’absence d’armement dans les tombes de l’axe Moselle-Madon paraît s’associer à une forte « visibilité » des femmes dans les tombes de prestige ou celles plus modestes. Hormis quelques sites comme Mondelange ou Chaillon qui ont bénéficié d’études anthropologiques, la détermination sexuelle des défunts se fait majoritairement par la nature des pièces composant le costume funéraire. Loin d’être simpliste, la « sexuation » à partir du mobilier funéraire doit reposer sur la mise au point d’une méthode d’analyse croisée, validée statistiquement à partir d’un large corpus (Millet 2008). Cette méthode, appliquée aux différents éléments du costume (catégorie, type, effectif, position) et corrélée aux données de l’anthropologie biologique disponibles dans la zone-test (moyenne et haute vallée du Rhin), permet de définir des règles précises liées à l’identité, collective et individuelle, du porteur. Les costumes funéraires sont en effet régis par des normes respectées par les populations à une échelle extrarégionale et sur une longue période. Ce sont les informations liées au sexe des défunts qui constituent un des éléments centraux du système de signes qu’est le costume (ibid.). Aussi, en l’absence de données anthropologiques, peut-on se fier aux compositions des costumes funéraires pour caractériser le genre de leurs porteurs. En fonction des costumes définis, cette opération est généralement aisée ; néanmoins, certains ne possèdent pas la même lisibilité et c’est le cumul de divers indices qui va permettre d’évaluer de manière hypothétique le genre des défunts (ibid.).

77Du Hallstatt D2-D3 à La Tène B, les tombes féminines de rang privilégié possèdent des attributs de qualité (objets utilisant de l’or, de l’ambre et du corail). À Mondelange, seules les défuntes d’un rang supérieur se démarquent par leur inhumation dans le grand enclos carré, dénommé « enclos des femmes » occupé par neuf tombes du Hallstatt D3 à La Tène B2 (Caumont 2008, p. 52). Les tombes à char du Hallstatt D ne font pas exception : à Diarville les trois individus associés à un char sont des femmes (Olivier 1998 ; 2002). Il en est de même à Mondelange (Plouin et al. 2008, p. 32) où l’existence d’un lignage entre les deux femmes inhumées successivement dans la tombe à char et dans le reste de l’enclos peut être proposée. Les analyses anthropologiques montrent que les deux femmes inhumées au Hallstatt D3 et celle ensevelie à La Tène B2, possèdent un caractère discret peu répandu (surface calcanéenne double). D’autre part pour les six inhumées pour lesquelles les observations ont été possibles, il a été signalé qu’elles ont en commun une forme de tibia particulière (eurycnémie) (Bonnabel, Le Goff 1997, p. 19-20). Cette prééminence féminine dans les sphères sociales élevées est confirmée par d’autres découvertes comme la tombe double de femmes de Diarville (tumulus 7, sépultures 6-7 : Olivier 2002). La fouille récente d’une tombe du Hallstatt D3 à Bouxières-sous-Froidmont a livré de la parure féminine (anneaux lisses de chevilles en alliage cuivreux et boucles d’oreille en or) vraisemblablement associé à un élément métallique de siège, mettant ainsi l’accent sur le prestige de la défunte.

Fig. 12a : carte des groupes culturels du Hallstatt D2-D3/LTA.
Fond de carte : Sources SRTM, Logiciel ArcGIS Esri, ArcMap 8.3, Millet
2008. DAO : N. Tikonoff, Inrap, M. Landolt, Pair.
12b : carte des groupes culturels de La Tène A.
Fond de carte : Sources SRTM, Logiciel ArcGIS Esri, ArcMap 8.3, E. Millet.
DAO : N. Tikonoff Inrap, M. Landolt Pair.

78Les recherches actuelles sur la fin du Hallstatt associent le phénomène de prééminence féminine, à un lignage par les femmes qui semblent alors partager un pouvoir politique, religieux et militaire (Milcent 2006, p. 328-344). La « visibilité » du pouvoir des femmes dans les sépultures connaît un accroissement au cours du Hallstatt D1-D2 alors qu’elle était pratiquement inconnue à la période précédente (ibid., p. 222). La présence de sépultures féminines fastueuses connaît son apogée au Hallstatt D3 et au début de La Tène A. Pendant une courte période, des femmes sont inhumées dans des tombes à char alors qu’à l’est du domaine hallstattien, ce type de pratique est presque exclusivement réservé à des hommes. Ce phénomène, reconnu en Lorraine, Franche-Comté et Bourgogne septentrionale ne semble pas perdurer après la seconde moitié du Ve siècle av. J.-C.

79Cette grande « visibilité » des ensembles féminins dans les tombes est également attestée à La Tène B, mais de manière moins ostentatoire. L’utilisation par les femmes de parures régionales (par exemple, torques à tampons toriques et pastilles de corail), de facture parfois remarquable, constitue un bon témoignage de leur statut privilégié. En effet, durant cette période, certaines femmes sont de manière évidente, porteuses des « symboles » identitaires régionaux et semblent, de ce fait, inféodées au lieu (Millet 2008, p. 322-324). Cette importante visibilité des femmes en contexte funéraire contraste de manière évidente avec l’absence de tombes masculines à armes, qui commencent seulement à réapparaître à La Tène B2. En effet, le « réarmement » qui s’opère dans les régions touchées par la domination féminine, n’est aucunement perceptible à La Tène A en Lorraine centrale, éventuellement dans l’est mosellan. Il en est de même à La Tène B1 et il n’intervient que de manière insignifiante à La Tène B2.

80La « carence » de défunts masculins adultes, identifiables par la présence d’armement, pose néanmoins divers types de problèmes. Majoritairement issu de fouilles anciennes, le corpus des sépultures est dépourvu d’analyses anthropologiques indispensables pour comprendre s’il s’agit d’une réelle sous-représentation des hommes dans les nécropoles ou, si les critères de reconnaissance habituellement utilisés pour les hommes adultes (présence d’armement) sont à rechercher dans les associations de parures et d’accessoires vestimentaires « asexuées » (par exemple, costumes se composant d’un bracelet ou d’un brassard ou d’une fibule...) (Millet 2008). Ainsi, l’identification des hommes ne pourra se faire que par une interprétation poussée des éléments du costume en recourant à des méthodes de croisement des données.

81Il se pose également le problème des sépultures sans mobilier qui de manière récurrente sont présentes au sein des nécropoles. Dans la région lorraine on en dénombre plusieurs exemples. À Diarville certaines tombes adventives du tumulus 1 de la fin du VIe siècle à la fin du IVe siècle avant J.-C., sont dépourvues d’objets à la différence des sépultures vraisemblablement féminines dotées de mobilier (Olivier 2002, p. 77). Un tumulus de Mondelange probablement réaménagé au Hallstatt final a livré cinq inhumations sans mobilier (structure 2 : Buzzi et Vanmoerkerke 1997, p. 283). En dehors d’un immature et d’un indéterminé, trois ont accueilli des hommes. La sixième est celle d’une femme, elle possède un petit crochet métallique (Bonnabel et Le Goff 1997). Enfin, à Chaillon deux tombes sans mobilier sont masculines, pour les sept autres le sexe n’est pas déterminable.

82Quoiqu’il en soit les hommes ne portent plus les signes d’un pouvoir guerrier dans la mort, dont la manifestation pourrait être certainement à rechercher dans d’autres contextes de découvertes, comme par exemple dans les dépôts fluviaux. Nous sommes ainsi confrontés à un changement dans les pratiques funéraires liées aux modes de représentation du guerrier et les signes permettant de le reconnaître comme tel, ne sont que très rarement employés par les communautés de Lorraine pour la fin du Hallstatt comme pour celle de La Tène.

83À La Tène C-D, l’identification des hommes et des femmes dans les sépultures n’est pas plus aisée qu’aux périodes précédentes, la diagnose sexuelle des os brûlés restant très limitée. De manière générale les tombes à armes semblent plus nombreuses qu’aux périodes précédentes, mais cela n’est peut-être dû qu’à un biais documentaire. La femme pour les débuts de la période (début La Tène C1) paraît encore afficher des éléments distinctifs forts (ceinture d’apparat métallique à pendeloques), symboles d’un statut social important. Pour les époques plus récentes (La Tène C2-D1 et D2) les faits archéologiques sont nettement moins explicites, le référentiel des valeurs demande encore ici à être analysé en profondeur. En effet, le mobilier d’accompagnement est lui aussi limité et son attribution sexuelle ne va pas de soi. En dehors de la fibule commune à presque toutes les tombes et dont le type évolue avec la « mode », les autres objets sont peu présents et très peu diversifiés (anneaux en métal ou en verre, perles en verre, objets de toilette, outillage). Les femmes n’affichent plus les mêmes attributs qu’aux périodes précédentes, vraisemblablement les hommes non plus.

Bibliographie

Bibliographie

Adam F., 2004, Etude anthropologique, annexe III, in Schembri F. dir., Argancy Moselle (57). Lotissement « Le Clos des Prés » (mai-juin 1998), Document final de synthèse de fouille préventive, Metz, Inrap, p. 93-97.

Adam F., Ramel N., en cours, Etude anthropologique, in Tikonoff N., Kaurin J. dir. en cours, La Nécropole à crémations de La Tène C de Basse-Ham Kelenweg, « Parc Unicom » (Fouilles M. Feller 2000), Rapport final de synthèse de fouille préventive, Metz, Inrap, 17 p.

Baray L., 2003, Pratiques funéraires et sociétés de l’Âge du fer dans le Bassin parisien (fin du VIIe siècle-troisième quart du IIe siècle avant J.-C.), Paris, Editions du C.N.R.S., 454 p. (Supplément à Gallia, 56).

Barthélémy F., 1889, Recherches archéologiques sur la Lorraine avant l’histoire, Nancy, Sidot, Paris, J.-B. Baillière, 302 p.

Beaupré J., 1897, Répertoire archéologique du département de la Meurthe-et-Moselle. Epoques préhistoriques, gallo-romaine, Nancy, A. Crépin-Leblond, 150 p.

Beaupré J., 1904a, Les tumulus hallstattiens à sépultures marniennes superposées de Chaudeney (Meurthe-et-Moselle), Bulletin de la Société préhistorique française, 1, p. 311-316.

Beaupré J., 1904b, Le tumulus du Bois de Grève à Richardménil, Bulletin de la Société Archéologique Lorraine, 4, p. 160-163.

Beaupré J., 1907, La station funéraire de la Garenne à Liverdun (Meurthe-et-Moselle), Mémoire de la Société Archéologique de Lorraine, LVII, p. 429-460.

Beaupré J., 1909a, Trois stations funéraires de l’Âge du bronze, Benney, Azelot, Bezange-la-Grande (Meurthe-et-Moselle), Mémoires de la Société d’archéologie Lorraine, 9, p. 447-461.

Beaupré J., 1909b, Les tumulus de Phlin, Bulletin Mensuel de la Société d’Archéologie Lorraine et du Musée Historique Lorrain, 9, p. 185-191.

Beaupré J., Voinot J., 1904, La station funéraire du Bois de Voivre (Haroué), Nancy, A. Crépin-Leblond, 36 p.

Blaising J.-M., Mangin G., 1993, Void-Vavon 55 : Projet de Z.A.E. du S.I.V.U. Val de Meuse (Commercy, Vaucouleurs, Void-Vacon), Rapport de diagnostic archéologique, Metz, Inrap.

Blaising J.-M., Mangin G., 1994, Void-Vavon 55 « Z.A.E. du S.I.V.U. Val sud de Meuse », in Bilan Scientifique Régional de la Lorraine 1993, Metz, SRA Lorraine, p. 41-44.

Bonnabel L., Le Goff I., 1997, La nécropole de Mondelange « Schemerten ». Étude d’anthropologie biologique. Étude du comportement funéraire, Rapport d’étude anthropologique, Metz, Afan.

Bouchet K., Beague N., 2005, Contrexéville (Vosges), « Bois d’Hazeau ». Aménagement d’un chemin forestier, Rapport de diagnostic archéologique, Metz, Inrap.

Blouet V., 1989, Aéroport régional de Lorraine. Zone G. Liéhon « Les Lignères », Rapport de fouille de sauvetage, Metz, Afan, p. 121-132.

Brénon J.-C., Staniaszek L., 2003, Lacroix-sur-Meuse (55), une nécropole de transition, L’Archéologue, 68, p. 48-49.

Brénon J.-C., Staniaszek L., 2006, Lacroix-sur-Meuse (Meuse). Une nécropole de transition des VIe et Ve siècles avant J.-C. dans la plaine alluviale de la Meuse. Une zone de contact entre la Champagne et la Lorraine, in Vanmoerkerke J., Burnouf J. dir., Cent mille ans sous les rails, Archéologie de la Ligne à Grande Vitesse Européenne, Catalogue d’exposition, Paris, Somogy éditions d’art, Inrap, p. 130-131.

Brénon J.-C., 2008, La nécropole de « Bellevue » à Woippy (Moselle), in Caumont O. dir., Trésors des sépultures celtes et gauloises des environs de Metz, Catalogue d’exposition, Metz, 23 mai-13 octobre 2008, Musées de Metz-La Cour d’Or, Metz, p. 76-77.

Buzzi P., 1998, Le gisement protohistorique et gallo-romain de Woippy « Le Pollieux » (Moselle), Document final de synthèse de fouille préventive, Metz, Afan, 192 p.

Buzzi P., Vanmoerkerke J. dir., 1997, avec la collaboration de Adam F., Bonnabel L., Bourada L., Gleser R., le Goff, Logel T., Meyer N., Miron A., Plouin S., 1997, La nécropole de Mondelange « Schemerten » (Moselle), Document final de synthèse de fouille de sauvetage urgent, Metz, Afan, 318 p.

Caumont O., 2008, À Mondelange l’« enclos des femmes », in Caumont O. dir., Trésors des sépultures celtes et gauloises des environs de Metz, Catalogue d’exposition, Metz, 23 mai-13 octobre 2008, Musées de Metz-La Cour d’Or, Metz, p. 52-53.

Chaume B., 2001, Vix et son territoire à l’Âge du fer, fouilles du mont Lassois et environnement princier, Montagnac, M. Mergoil, 643 p. (Protohistoire européenne, 6).

Charpy J.-J., 1991, Esquisse d’une ethnographie en Champagne celtique aux IVe et IIIe s. av. J.-C, Études Celtiques, 28, p. 75-125.

Dechezleprêtre T., 2006, Les tombes à épées en Lorraine : à propos de la restauration récente de deux épées de l’âge du Fer du Musée Lorrain, Le pays Lorrain, 87, p. 246-249.

Deffressigne S., Tikonoff N., 2009, Rythme de création, fonctionnement et abandon des habitats en Lorraine, in Blanquaert G., Malrainf., Lohro Th., dir., L’organisation et l’évolution de l’espace rural au Second Âge du fer, Projet d’activité scientifique, Axe n° 4 de recherche, Inrap, p. 27-79.

Deffressigne S. en cours, Bouxières-sous-Froidmont « Le Tremble », « La Tuilerie ». Six habitats depuis la fin du Bronze final (BF IIIa) jusqu’à la fin de La Tène, Rapport final d’opération de fouille préventive, Metz, Inrap.

Delaugeas V., 2003, Rapport d’évaluation archéologique, Chaillon, « Meaucourt » (55), Rapport d’évaluation archéologique, Metz, Inrap, 91 p.

Demoule J.-P., 1999, Chronologie et société dans les nécropoles celtiques de la culture Aisne-Marne du VIe au IIIe siècle avant notre ère, Amiens, Revue archéologique de Picardie, 406 p. (Numéro spécial de la Revue archéologique de Picardie, 15).

Dreier C. avec la collaboration de Dupond R., Le Saint Allain M., Marquie S., Trapp J., Tschora N., 2010, Metz (57) ZAC du Parc du Technopôle (07/09/09-25/11/09), Rapport de diagnostic archéologique, Metz, Pôle d’Archéologie Préventive de Metz-Métropole, 333 p.

Dubreucq E., 2007, Les mobiliers métalliques découverts sur les habitats de Ha D à LT A : approches qualitative et quantitative proposées pour quelques sites de l’Allemagne du Sud-Ouest à la France centrale, Mémoire de thèse de doctorat, Dijon, Université de Bourgogne, 2 vol., 406 p.

Dufresne A., 1849, Notice sur quelques antiquités trouvées dans l’ancienne province Leuke de 1832 à 1847, Mémoire de l’académie de Metz, Metz, p. 201-262.

Dugas de Beaulieu J.-L, 1840, Archéologie de la Lorraine ou Recueil des notices et documents pour servir à l’histoire des antiquités de cette province. Tome I, Paris, Le Normand, 288 p.

Dugas de Beaulieu J.-L, 1843, Archéologie de la Lorraine ou Recueil des notices et documents pour servir à l’histoire des antiquités de cette province. Tome II, Paris, Le Normand, 271 p.

Fichtl S., Delnef H., Lefebvre C., Brunella P., 2005, Une nécropole de La Tène moyenne à Metz : Les Hauts-de-Sainte-Croix, in Fichtl S. dir., Hiérarchie de l’habitat rural dans le Nord-Est de la Gaule à La Tène moyenne et finale, p. 359-383. (Archaeologia Mosellana, 6).

Gebus L., 1990, Jouy-aux-Arches « La Machotte », Document final de synthèse de fouille préventive, Metz, Afan, 2 vol., 128 p.

Haffner A., 1976, Die westliche Hunsrück-Eifel-Kultur, Berlin, Walter De Gruyter, 2 vol., 418 p., 179 pl. (Römisch-Germanisches Forschungen, 36).

Kieffer P., Kichenbrand A., 1998, L’incroyable histoire des vases de Basse-Yutz dits de Bouzonville, Thionville, MéMo La Mémoire Mosellane 1927-1930, 73 p.

Kilian-Dirlmeier I., 1972, Die hallstattzeitlichen Gürtelbleche und Blechgürtel Mitteleuropas, Munich, C. H. Beck, 147 p. (Prähistorische Bronzefunde, 12-1).

Klag T., 1990, Marly Lotissement « Clos des Sorbiers », « Le Grand Bouseux » (Moselle), Rapport de sauvetage urgent, Metz, Afan, 155 p.

Landolt M., 2004, La nécropole hallstattienne de Chaillon (Meuse), Mémoire de maîtrise, Strasbourg, Université Marc Bloch, 2 vol., 401 p.

Landolt M., 2005, La nécropole hallstattienne de Chaillon (Meuse), Bulletin de l’Association française pour l’étude de l’Âge du fer, 23, p. 41-43.

Landolt M., 2006, Le bassin supérieur de la vallée de Meuse du VIIIe au VIe siècle avant J.-C. Bilan des connaissances pour le département de la Meuse, Mémoire de Master 2, Strasbourg, Université Marc Bloch, 2 vol., 342 p.

Lepage L., 1985, Les Âges du fer dans les bassins supérieurs de la Marne, de la Meuse et de l’Aube et le tumulus de la Mottote à Nijon (Haute-Marne), Supplément au Bulletin de la Société Archéologique Champenoise, 2, Reims, Société Archéologique Champenoise, 216 p. (Mémoire de la Société Archéologique Champenoise, 3).

Leroy M., 1984, La Tène ancienne en Lorraine, Mémoire de maîtrise, Nancy, Université de Nancy II, 154 p.

Liéger A., 1976, Rapport sur les sondages effectués dans deux tumulus du « Bois communal » de Villey-Saint-Etienne, 1971 à 1976, n. p.

Liéger A., 1996, Parures féminines gauloises trouvées à Toul et aux environs, Études Touloises, 77, p. 3-9.

Liéger A., Pomarede F., 1961, Découverte de deux sépultures de La Tène I à Nançois sur Ornain (Meuse), Bulletin de la Société préhistorique française, 58, p. 163-167.

Liénard F., 1884, Archéologie de la Meuse, Description des voies anciennes et des monuments aux époques celtique et gallo-romaine. Volume II, Verdun, Société Philomathique de Verdun, 191 p., pl.

Liénard F., 1885, Archéologie de la Meuse, Description des voies anciennes et des monuments aux époques celtique et gallo-romaine. Volume III, Verdun, Société Philomathique de Verdun, 144 p., pl.

Malrain F., Matterne V., Méniel P., 2002, Les paysans gaulois (IIIe siècle-52 av. J.-C.), Paris, Errance-Inrap, 236 p. (Collection des Hespérides).

Mansfeld G., 1973, Die Fibeln der Heuneburg 1950-1970 : ein beitrag zur Geschichte der Späthallstattfibel, Berlin, W. De Gruyter, 299 p. (Römisch-Germanische Forschungen, 33, Heuneburdstudien, II).

Marion S., 2008, À Liéhon « Les Lignières » (Moselle), les sépultures des petites gens, in Caumont O. dir., Trésors des sépultures celtes et gauloises des environs de Metz, Catalogue d’exposition, Metz, 23 mai-13 octobre 2008, Musées de Metz-La Cour d’Or, Metz, p. 80-81.

Michler M., 2004, Les Vosges 88, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Ministère de l’Education Nationale, Ministère de la Recherche, Ministère de la Culture et de la Communication, Conseil Général des Vosges, Maison des Sciences de l’Homme, 426 p. (Carte Archéologique de la Gaule, 88).

Milcent P.-Y., 2003, Statuts et fonctions d’un personnage féminin hors normes, in Rolley C. dir., La tombe princière de Vix, Société des Amis du Musée du Châtillonnais, Paris, Picard, vol. 1, p. 312-366.

Milcent P.-Y., 2004, Le premier âge du Fer en France centrale, Paris, Société Préhistorique française, 2 vol., 718 p (Mémoire de la Société Préhistorique française, XXXIV).

Milcent P.-Y., 2006, Premier âge du Fer médio-atlantique et genèse multipolaire des cultures matérielles laténiennes, in Vitali D. dir., Celtes et Gaulois, l’archéologie face à l’Histoire : la préhistoire des Celtes, Actes de la table ronde de Bologne-Monterenzio, 2005, Glux-en-Glenne, p. 81-105. (Bibracte, 12/2).

Millotte J.-P., 1965, Carte archéologique de la Lorraine (Ages du Bronze et du Fer), Paris, Les Belles Lettres, 173 p. (Annales littéraires de l’Université de Besançon, 73).

Millet E., 2008, Parures et accessoires vestimentaires. Le costume funéraire des régions du Rhin moyen et supérieur entre le début du Ve et le milieu du IIIe siècle avant J.-C., Mémoire de thèse de doctorat, Dijon, Université de Bourgogne, Mayence, Johannes Gutenberg Universität, 3 vol., 388 p.

Möller C., Schmidt S., 1998, Ein außergewöhnlicher Halsring der frühen Latènezeit aus Wippe, Gem. Frisenhagen, Kreis Altenkirchen, in Müller-Karpe A., Brandt H., Jöns H., Krausse D., Wigg A. dir., Studien zur Archäologie der Kelten, Römer und Germanen in Mittel- und Westeuropa. Alfred Haffner gewidmet, Rahden, M. Leidorf, p. 553- 624. (Internationale Archäologie, Studia Honoria, 4).

Müllerf., 1989, Die frühlatènezeitlichen Scheibenhalsringe, Mainz-am-Rhein, P. von Zabern, 116 p. (Römisch-Germanische Forschungen, 46).

Olivier L., 1988, Diarville « Devant Giblot » (Meurthe-et-Moselle). Groupe de tumulus à tombe à char. Première campagne de sauvetage programmé, Rapport de fouille pluriannuelle, Metz, SRA Lorraine, 73 p.

Olivier L., 1997, Le pôle aristocratique des environs de Saxon-Sion (Meurthe-et-Moselle) à l’Âge du fer : faut-il revoir le concept de « résidence princière » ?, in Brun P., Chaume B. dir., Vix et les éphémères principautés celtiques, les VIe-Ve siècles avant J.-C. en Europe centre-occidentale, Actes du colloque de Châtillon-sur-Seine, 1993, Paris, Errance, p. 93-105.

Olivier L., 1998, Bilan de la campagne de fouille programmée 1998 dans la nécropole de tumulus à tombes à char de Diarville « Devant Giblot » (Meurthe-et-Moselle), Antiquités Nationales, 30, p. 87-105.

Olivier L., 2002, Princesses celtes en Lorraine, Sion, trois millénaires d’archéologie d’un territoire, Jarville-la-Malgrange, Musée de l’Histoire du Fet-CCSTI du Fer et de la Métallurgie, 192 p.

Olivier L., 2007, avec la collaboration de Kovacik J., Premières découvertes des nécropoles des communautés de sauniers de l’Âge du fer du Briquetage de la Seille à Marsal (Moselle), Antiquités Nationales, 38, p. 181-202.

Olivier L., 2008, Nouveaux ensembles funéraires des sauniers de l’Âge du fer du Briquetage de la Seille (Moselle), Antiquités Nationales, 39, p. 255-263.

Osterhaus U., 1969, Zu verzierten Frühlatènewaffen, in Frey O.-H. dir., Marbuger Beiträge zur Archäologie der Kelten. Festschrift für Wolfgang Dehn zum 60. Geburtstag am 6. Juli 1969, Bonn, R. Habelt, p. 134-144. (Fundberichte aus Hessen, 1).

Plouin S. dir., Bonnabel L., Buzzi P., Caumont O., Grapin C., Laffite J.-D., Le Goff I., Mirambet F., Vanmoerkerke J., 2008, Au temps des Celtes et des Gaulois. Mondelange Schemerten (Moselle), histoire d’une grande nécropole lorraine (de 1300 avant notre ère à 50 de notre ère), Metz, Association pour le Développement de l’Archéologie en Lorraine, 64 p.

Polenz H., 1973, Zu den Grabfunden der Späthallstattzeit im Rhein-Main-Gebiet, Bericht der Römisch-Germanischen Kommission, 54, p. 107-202.

Prilaux G., 1997 avec la collaboration de Lemaire P., Tikonoff N., Weller O., L’établissement gaulois de Pont-Rémy « La Queute », « Le Fond Baraquin ». Les sites de production du sel ignigène découverts dans le cadre des travaux A16. Volume 2, Document final de synthèse de sauvetage urgent, Amiens, Afan, 273 p.

Reinhard W., 2003, Studien zur Hallstatt- und Frühlatènezeit im Südöstlichen Saarland, Bliesbruck-Reinheim, Parc archéologique européen, 408 p. (Blesa, 4).

Schaaff U., 1973, Frühlatènezeitliche Grabfunde mit Helmen vom Typ Berru, Jahrbuch des Römisch-Germanische Zentralmuseum, 20, p. 81-106.

Schaaff U., 1974, Frühlatènezeitliche Scheibenhalsringe vom Südlichen Mittelrhein, Archäologisches Korrespondenzblatt, 4, p. 151-155.

Schembri F., 2001, Argancy « Le Clos des Prés », in Bilan Scientifique Régional de la Lorraine 1998, Metz, SRA Lorraine, p. 54.

Schembri F., 2004, Argancy Moselle (57). Lotissement « Le Clos des Prés » (mai-juin 1998), Document final de synthèse d’opération de fouille préventive, Metz, Inrap, 159 p.

Schönfelder M., 1998, Männer mit goldenen Ohrringen. Zu insignien-haften Gegenständen in der späten Hallstatt- und frühen Latènekultur, Archäologisches Korrespondenzblatt, 28, p. 403-422.

Tendille C., 1978, Fibules protohistoriques de la région nîmoise, Documents d’Archéologie Méridionale, 1, p. 77-112.

Thévenard J.-.J. avec la collaboration d’A. Villes, R. Neiss, 1996, La Haute-Marne 52, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Ministère de l’Education Nationale, Ministère de la Recherche, Ministère de la Culture et de la Communication, Conseil Général des Vosges, Maison des Sciences de l’Homme, 372 p. (Carte archéologique de la Gaule, 52/1)

Tikonoff N. en cours, Tomblaine « Le Pré Chenu » (54). Nécropole protohistorique. Habitat de la fin de La Tène, Rapport final d’opération de fouille préventive, Metz, Inrap.

Tikonoff N., Kaurin J. en cours, La Nécropole à crémations de La Tène C de Basse-Ham, « Kélenweg », « Parc Unicom » (Fouilles M. Feller 2000), Rapport final d’opération de fouille préventive, Metz, Inrap.

Tisserand G., avec la collaboration de Heckenbenner D., Piéchaud S., Estorges I., 1985, Les collections protohistoriques du Musée du Pays de Sarrebourg, Sarrebourg, Editions du Musée de Sarrebourg, 35 p.

Verger S., 1994, Les tombes à char de La Tène ancienne en Champagne et les rites funéraires aristocratiques en Gaule de l’Est au Ve siècle avant J.-C., Mémoire de thèse de doctorat, Dijon, Université de Bourgogne, 3 vol., 709 p.

Verger S., 1999, Les premières tombes à char laténiennes en Champagne, in Villes A., Bataille-Melkon A. dir., 1999, Fastes des Celtes entre Champagne et Bourgogne aux VIIe-IIIe siècles avant notre ère, actes du XIXe colloque de l’AFEAF de Troyes, 1995, Reims, Société Archéologique Champenoise, p. 271-294 (Mémoire de la Société Archéologique Champenoise, 15 ; Supplément au Bulletin de la Société Archéologique Champenoise, 4).

Notes

1 Dans la publication de J. Beaupré de 1907, cette tombe comprend également un passant trilobé et une fibule de type F3 (Mansfeld 1973). De toute évidence il s’agit de deux sépultures distinctes que les fouilleurs n’ont pas clairement identifiées.

2 On évacuera le cas de Basse-Yutz (57) et sa vaisselle métallique, deux stamoi et deux oenochoe en bronze incrustées de corail et animées d’animaux fantastiques issus du bestiaire celtique. Les stamnoi datent de la fin du Ve siècle (fin La Tène A) alors que les oenochoe sont datées stylistiquement du début du IVe siècle avant J.-C. (La Tène B1). Dépôt ou tombe le contexte est mal connu, toutefois une photo aérienne de 1938 pourrait confirmer la présence d’une nécropole sur le secteur (enclos circulaires multiples). Photo aérienne prise le 11 avril 1938, Service Historique de l’Armée de l’Air (Kieffer et Kichenbrand 1998, p. 8).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : carte générale de la Lorraine avec localisation des ensembles funéraires. Fond de carte : Sources SRTM, Logiciel ArcGIS Esri, ArcMap 8.3, Millet 2008, Inrap.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7102/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 2 : plan phasé du tumulus 1 de Liverdun La Garenne (54). Dessin d’après Beaupré 1907, DAO : N. Tikonoff, Inrap.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7102/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Fig. 3 : tableau synthétique du mobilier funéraire du Hallstatt D2-D3/LTA : DAO : M. Landolt, Pair, N. Tikonoff, Inrap. Dessins Mon (Mondelange) d’après Buzzi et Vanmoerkerke 1997, Cha (Chaillon), d’après Landolt 2004, Cla (Clayeures), d’après Olivier 1997, Lai (Laimont) d’après O. Guillot, Mdl (Mondelange) d’après Buzzi et Vanmoerkerke 1997 (dessin T. Logel), Vec (Veckersviller) d’après Tisserand et al. 1985 (photographie Musée de Sarrebourg). Échelles diverses.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7102/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Fig. 4 : plan phasé de Chaillon Fonzelles-Maucourt (55) (Landolt 2005). DAO : M. Landolt, Pair.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7102/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Fig. 5 : tableau synthétique du mobilier funéraire de La Tène A : DAO : N. Tikonoff Inrap. Dessins Mon (Mondelange) d’après Buzzi et Vanmoerkerke 1997, Chm (Chaumousey) d’après Millet 2008, Liv (Liverdun La Garenne) d’après Millet 2008, Tom (Tomblaine) dessins Inrap. Échelles diverses.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7102/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 6 : tableau synthétique du mobilier funéraire de La Tène B : DAO : E. Millet, N. Tikonoff, Inrap. La Tène B1a : Dessins : Chd (Chaudeney-sur-Moselle), tombes 4 et 19, d’après Leroy 1984 ; Li (Liverdun), tombe 12, d’après Schaaff 1965. La Tène B1b : Dessins : Li (Liverdun), tombes 11 et 19, d’après Schaaff 1965 ; Mdl (Mondelange), tombe 179, d’après Buzzi et Vanmoerkerke 1997 ; Sar (Sarraltroff), d’après Millet 2008 – Photographie : Chd (Chaudeney-sur-Moselle), tombe 17 d’après Millet 2008. La Tène B2 : Dessins et photographies : Bzg (Bezange-la-Grande, Bois Sainte Marie), d’après Dechezleprêtre 2006 ; Chd (Chaudeney-sur-Moselle), tombes 3, 15 et 22, d’après Millet 2008 ; DHy (Domèvre-en-Haye), tombe 1, d’après Leroy 1984 ; DiM (Dieue-sur-Meuse), d’après Liénard 1884. Échelles diverses.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7102/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 7 : carte de répartition des torques à tampons toriques d’après Millet 2008. Points verts = nécropoles lorraines.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7102/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Fig. 8 : l’enclos carré de Mondelange de La Tène C-D. Dessin d’après Caumont 2008 p. 71 et Buzzi et Vanmoerkerke 1997. DAO : N. Tikonoff, Inrap.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7102/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Fig. 9 : tableau synthétique du mobilier funéraire de La Tène C-D1. DAO : N. Tikonoff Inrap. Dessins Mdl (Mondelange) d’après Buzzi et Vanmoerkerke 1997, MeSx (Metz Hauts de Sainte-Croix) d’après H. Delnef in Fichtl et al. 2005, Tom (Tomblaine), Inrap, BaH (Basse-Ham), Inrap, Lié (Liéhon) d’après Blouet 1989, Afan. Liv (Liverdun La Garenne) d’après Millet 2008. Arg (Argancy) d’après Marion 2008, Schembri 2004, Inrap, ViSE (Villey-Saint-Etienne) M.-N. Baudran. Photo : Bracelet de Mondelange, photo V. Brunet, Inrap, Musées de Metz Métropole La Cour d’Or. Échelles diverses.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7102/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Fig. 10 : carte des tombes de rang supérieur en Lorraine au Hallstatt D2- D3/LTA. Fond de carte : Sources SRTM, Logiciel ArcGIS Esri, ArcMap 8.3, Millet 2008. DAO : N. Tikonoff, Inrap.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7102/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Fig. 11 : carte des tombes de « rang supérieur » en Lorraine à La Tène A. Fond de carte : Sources SRTM, Logiciel ArcGIS Esri, ArcMap 8.3, Millet 2008. DAO : N. Tikonoff, Inrap.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7102/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Fig. 12a : carte des groupes culturels du Hallstatt D2-D3/LTA.Fond de carte : Sources SRTM, Logiciel ArcGIS Esri, ArcMap 8.3, Millet2008. DAO : N. Tikonoff, Inrap, M. Landolt, Pair.12b : carte des groupes culturels de La Tène A.Fond de carte : Sources SRTM, Logiciel ArcGIS Esri, ArcMap 8.3, E. Millet.DAO : N. Tikonoff Inrap, M. Landolt Pair.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7102/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 94k

Auteurs

UMR 7044, Strasbourg, Musée de la Cour d'Or, 2 rue du Haut Poirier, 57000 Metz

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search