Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Volume II. Gestes funéraires en Gaule au Second Âge du fer

Pratiques funéraires en Champagne-Ardenne à La Tène finale

Isabelle Le Goff, Nathalie Achard-Corompt, Vincent Desbrosse, Muriel Friboulet, Vincent Garenaux, Catherine Moreau, Cécile Paresys, Marion Saurel, Elisabeth Vauquelin et Geert Verbrugghe

Résumé

Cet article dresse un panorama des pratiques funéraires à La Tène finale en s’appuyant sur un corpus inédit de treize sites. La période, bénéficiant de programmes de recherche régionaux, s’avère suffisamment documentée pour replacer les situations rencontrées au travers de ce corpus, dans des perspectives plus générales. Une attention particulière, qui traverse la plupart des thèmes abordées ici, est portée aux gestes et aux structures non sépulcrales également attestés au sein des espaces funéraires. Il s’agit de mettre en relief les témoins, souvent ténus, des différents aspects des funérailles pratiquées à la fin de La Tène.

Texte intégral

1. Introduction (i.l.-g., v.d., v.g.)

1Le colloque AFEAF qui s’est tenu en 1990 avait été l’occasion de réaliser un inventaire des « tombes et nécropoles en France et au Luxembourg [datées] entre le IIIe et le Ier siècle avant J.-C. » (Pion et Guichard 1993). En s’appuyant sur une solide équipe de chercheurs locaux, P. Pion et V. Guichard avaient réuni un corpus de 480 sites, base d’un premier bilan sur les tombes de la fin de l’Âge du fer. Il nous a semblé intéressant de poursuivre, pour ces deux dernières décennies, le travail d’inventaire des sépultures de la fin du IIe siècle - première moitié du Ier siècle avant notre ère (La Tène D), en Champagne-Ardenne (fig. 1). Ainsi est identifié un corpus inédit, d’une douzaine d’ensembles funéraires d’ampleur variable. S’appuyant sur les questionnements développés en Champagne-Ardenne, ces dernières années, et malgré un nombre de structures relativement réduit, les informations obtenues permettent d’aborder plusieurs situations archéologiques significatives ou représentatives des problématiques actuelles.

1.1. La fin du XXe siècle : une période faste pour les recherches sur La Tène D

2Les travaux actuels s’inscrivent dans une région au riche passé archéologique. On citera, pour les années soixante, la thèse de P. Sankot qui reprend notamment les nécropoles publiées par J.-J. Hatt et A.Brisson (Sankot 1976).

3Les années 1970 – 1980, tout particulièrement, avaient été marquées par une intense activité de recherche sur le funéraire de La Tène finale. Deux grands programmes, tous deux localisés dans le nord de la plaine crayeuse, étaient centrés sur ce thème. Le premier a été conduit dans les années 1970 par J.-L. Flouest et I. Stead (Flouest et Stead 1981) et le second à partir de 1986 par B. Lambot. À ces fouilles programmées, se sont ajoutées des découvertes liées aux grands travaux d’aménagement du territoire (Bouy « La Voie de Vadenay », fouille D. et M. Chossenot en 1975). Ces années ont également vu l’étude de fouilles anciennes, au travers de leurs matériels conservés dans les réserves de musées. Ainsi, P. Roualet a publié le mobilier des sépultures fouillées dans les années 1930 par L. Simonet, sur la commune d’Hauviné, elle aussi située dans le sud du département des Ardennes (Roualet 1977).

4Dans les années 1990-2000, le programme de B. Lambot sur les sites laténiens du Rethélois s’est poursuivi par la fouille de sites funéraires déjà explorés au cours de la décennie précédente (Vieux-lès-Asfeld « les Longs Beaumonts » en 1991, Acy-Romance « La Noue de Barue » et « La Noue Mauroy II », Thugny-Trugny en 1999 et 2002). C’est également à cette époque que sont mises en évidence la diversité des lieux d’ensevelissement et la variété des pratiques impliquant les morts à La Tène finale (inhumations et restes humains erratiques dans l’habitat d’Acy-Romance, Lambot 1998 b).

5Le Nord de la Champagne crayeuse est donc le secteur qui a connu la plus forte activité archéologique puisque près de 230 tombes ont été mises au jour en une trentaine d’années. L’ensemble le plus important est celui d’Acy-Romance dont les cimetières (la Croizette, la Noue de Barue, la Noue Mauroy I et II, La Prêle) renfermaient environ 128 sépultures qui s’échelonnent du IIe siècle avant au début de notre ère (Lambot 1998a). À cela, s’ajoute une trentaine de tombes découvertes par la même équipe à Vieux-lès-Asfeld « Les Longs Beaumonts » et surtout Thugny-Trugny « Le Mayet ». L’équipe de J.-L. Flouest et I. Stead a, quant à elle, fouillé 70 incinérations datées entre le début du IIe siècle avant notre ère et le début de notre ère (Ménil-Annelles, Ville-sur-Retourne, Juniville…).

6Ce survol de l’archéologie funéraire laténienne ne serait pas complet, si on ne mentionnait pas les nombreux sites révélés par la prospection aérienne. Au cours des 20 dernières années, la plaine crayeuse a été survolée régulièrement (B. Lambot, V. Garenaux…). Certes, ces sites n’ont qu’une datation imprécise et tous les lieux d’enfouissement ne sont pas détectables par cette méthode, mais les prospections ont donné une idée plus juste de la densité de l’occupation de la plaine crayeuse et augmenté la masse des données.

7Cette activité soutenue dans le domaine du funéraire depuis plusieurs décennies a donné lieu à de multiples articles thématiques et synthétiques ainsi qu’à des monographies de sites en cours de fouille (Lambot, Friboulet et Méniel 1994) ou pour clore un programme (Stead, et al. 2006). Parallèlement, un travail universitaire a synthétisé les matériaux disponibles pour La Tène moyenne – finale (Chossenot 1997). Par ailleurs, le développement de l’archéologie préventive a amené la découverte régulière, depuis les années 1990, d’occupations funéraires encore inédites et dont le présent article se propose de rendre compte.

1.2. L’inventaire des sites fouillés depuis 1990

8Pour réaliser cet inventaire des sites funéraires fouillés depuis 1990, nous nous sommes appuyés sur le dépouillement des bilans scientifiques de la région : du premier paru en 1990, au dernier publié en 2004. Ce premier travail présentait des limites, les rapports n’étant pas forcément achevés lors de la rédaction des notices et toutes les occupations n’étant pas toujours mentionnées ou décrites ; ce recensement fut donc complété par les informations fournies par les collègues. Depuis 1990, 16 sites funéraires de La Tène D / Augustéen ont été fouillés dont trois avaient déjà fait l’objet de fouilles programmées avant 1990 (Acy-Romance, Thugny-Trugny et Vieux-lès-Asfeld).

9Il ressort que les sépultures fouillées depuis 1990 sont, à deux exceptions près, situées dans la partie septentrionale de la plaine crayeuse. Si l’on considère que les diocèses médiévaux de Reims, Laon et Châlons-en-Champagne ont perpétué dans ses grandes lignes le territoire des Rèmes, les sites funéraires sont principalement implantés au cœur de cet ensemble. Nous avons donc un corpus a priori cohérent d’un point de vue culturel, postulat qui reste à confirmer.

10Par ailleurs, le déséquilibre spatial que l’on pouvait déjà noter en 1990 n’a été qu’à peine corrigé avec les nouvelles surfaces fouillées ou diagnostiquées. En effet, l’inventaire effectué en 1990 renfermait 81 sites funéraires pour la fin de La Tène, mais certaines découvertes anciennes laissant seulement supposer la présence de sépultures. Un déséquilibre flagrant apparaissait au sein de la région ; avec 69 sites pour les deux départements septentrionaux (respectivement 28 sites pour les Ardennes et 41 dans la Marne) contre 12 pour la partie sud (11 pour l’Aube et 1 pour la Haute-Marne). Dans ce décompte, ne sont pas pris en considération les sites d’habitat qui ont livré des restes humains épars, voire des incinérations ou des inhumations.

11Le corpus de 9 sites, avec lequel nous avons travaillé, se concentre sur les espaces funéraires, ce qui ne rend pas compte de la multiplicité des lieux concernés par l’ensevelissement de corps ou d’os humains à La Tène finale comme l’illustre à nouveau la récente fouille d’une inhumation en silo qu’une datation C14 place à la Tène C-D (Pont-sur-Seine/Marnay, site 1, Truc en cours). Dans l’espace même du village, ainsi que le montrent les fouilles d’Acy-Romance, se trouvent les os dispersés de nombreux squelettes disloqués ; certains comportant des entailles ou des traces de carbonisation (Lambot 1998 b, 2007).

Fig 1 : inventaire des sites funéraires de La Tène finale.

12Centré sur les espaces funéraires, notre propos ne rendra pas compte non plus de la multiplicité des traitements du cadavre pratiqués à La Tène finale ; décomposition passive (inhumation) ou active, desséchement ou incinération. En effet dans les ensembles funéraires, ce sont exclusivement des tombes à crémation qu’il nous est donné d’observer. En revanche, une attention particulière a été portée aux structures fugaces composant les espaces funéraires, de sorte que le corpus des 9 sites considérés ici s’est élargi à quelques cas (4) dont la configuration à La Tène finale atteste des pratiques mortuaires autres que sépulcrales (fig. 1 liste des sites). Cette question a bénéficié d’une attention particulière, abordée de manière transversale, chacun des thèmes apportant un point de vue.

2. Les ensembles funéraires dans le paysage

2.1. Relation au paysage anthropisé : voies, habitats, lieux funéraires antérieurs

  • 1 Des habitats de l’Âge du bronze ont été fouillés à proximité des enclos de Bezannes « Les Marsiller (...)

13Aucune des neuf occupations funéraires La Tène D du corpus n’a livré de vestiges contemporains (parcellaire ou habitat) à proximité (fig 2 et 3). Certes, à quelques dizaines de mètres de ces sites, des creusements anthropiques ont souvent été fouillés, mais cette proximité est fortuite, les occupations antérieures n’ayant pas influé sur l’implantation ou l’organisation du site funéraire laténien1. Le cas de figure qui domine dans ce corpus est donc l’absence de conservation d’un lien direct avec l’habitat (fossé, chemin…). Or en Picardie, à partir de La Tène C1, près de la moitié des sites funéraires est liée à un habitat (Desenne et al., 2009). Dans la Somme, les cimetières sont implantés le plus souvent dans l’enceinte même de l’habitat : dans un espace ouvert, le long d’un fossé ou à l’intérieur d’un enclos (Malrain et al., 2005). Ainsi l’association habitat, parcellaire, site funéraire est fréquente (Malrain et Pinard 2006). En Champagne, le seul exemple de tombe située très près d’un habitat contemporain est daté de la période augustéenne. À Bussy-le-Château, « Bout des Forces », des vestiges gallo-romains ont été retrouvés à proximité d’une tombe (fossé à 25 m et bâtiments à 250 m) (Moreau 2009).

14Puisqu’il n’y a pas de liens directs, perceptibles entre lieu funéraire et habitat, il faut donc chercher les habitats à proximité et là, les seuls liens de contemporanéité ont été mis en évidence à Acy-Romance. Cinq nécropoles laténiennes ont été repérées entre 100 et 500 m de l’habitat contemporain. Cet exemple montre que les cimetières de La Tène C-D ne s’implantent pas préférentiellement près de cimetières antérieurs. De plus, il n’y a pas un espace funéraire unique par habitat mais plusieurs. B. Lambot propose d’associer chaque ensemble funéraire à un quartier du village.

  • 2 L’enclos de Bétheniville, « Le Mont de Merlan », pourrait être en relation avec un établissement ru (...)

15Les nombreux sites funéraires découverts par prospection aérienne nous donnent a priori l’image de cimetières établis le plus souvent à distance des habitats. Ainsi, dans la plaine crayeuse entre Reims et Rethel, 58 % des enclos funéraires quadrangulaires se trouvent à moins de 800 m de systèmes fossoyés probablement d’habitat2. Mais le faible nombre de sites fouillés ne nous permettant pas de valider cette vision, on ignore donc si le schéma général est celui d’un cimetière fossoyé à quelques dizaines ou centaines de mètres de l’habitat ou s’il existe également des secteurs réservés aux sépultures au sein l’habitat ; ce dernier cas de figure n’ayant pas encore été mis en évidence dans la région.

2.2. Relation au paysage naturel

16Les neuf sites de La Tène finale du corpus n’ont pas été implantés sur un type de relief spécifique. Même si le relief de la plaine est parfois peu marqué, il n’y a pas de volonté de s’installer sur le point le plus haut à l’exception du cas de Bétheniville. Les quelques sites connus dans la vallée de l’Oise ne sont pas non plus en position dominante (Malrain et Pinard 2006). La faiblesse du corpus ne permet pas de mesurer s’il existe des variations dans les implantations topographiques des cimetières en fonction du paysage ou en fonction de l’ampleur de site (tombe « isolée », enclos carré d’une ferme, enclos familial d’un hameau ou de village…). Pour B. Lambot, la proximité de l’habitat et le maintien d’un lien visuel dans le paysage naturel priment parmi les critères d’installation des monuments funéraires, qu’il s’agisse d’établissements ruraux ou d’habitats groupés comme Acy-Romance (Lambot 2006).

17Il convient sans doute d’ajouter d’autres facteurs, comme la nature des sols. Le site de Doux, La Cayabre (A34, site 4) a été implanté en bas de pente, dans la zone la plus argileuse du secteur et donc, la moins propice à l’agriculture (Desbrosse en cours).

3. Formes et composantes des espaces funéraires (N. A-C.)

18Le présent corpus renseigne deux formes de lieux funéraires : les sites funéraires centrés autour d’un monument individuel et les espaces funéraires communautaires (fig. 2). Les plus anciennes installations sont celles de Neuflize « Le Clos » et de Bezannes « Les Marsillers » attribués au début de La Tène D1, voire à la transition avec La Tène C2. On note par ailleurs plusieurs exemples de fondations laténiennes ayant duré pendant la période gallo-romaine.

3.1. Les espaces funéraires centrés sur un monument funéraire individuel

19Ils ont en commun une structuration centrée autour d’un monument, qui prend la forme soit d’un enclos quadrangulaire soit d’un édicule, ou parfois les deux, encadrant une tombe centrale. La réalisation des sondages archéologiques au pourtour confirme leur caractère « isolé » (fig. 3). Les ensembles de La Veuve « Le Champ Pertaille », de Neuflize, de Bussy-Lettrée « Europort de Vatry, sites 24-25 » prennent place dans la partie inférieure de petits versants peu marqués. Aucun lien n’a pu être fait avec une autre installation funéraire aussi, à ce titre, semblent-ils édifiés hors espace communautaire. L’exemple de Bétheniville « Le Mont de Merlan » diffère légèrement ; installé au sommet d’un petit relief, en position dominante, il accueille les restes brûlés de trois défunts dans la tombe centrale, ainsi que quatre sépultures dans le fossé d’enclos. Bien que regroupant plusieurs défunts, le mode d’agrégation des tombes évoque un espace funéraire centré sur le monument destiné probablement à la tombe placée au cœur de l’enclos. Les autres sépultures s’y agrègent en étant implantées dans le fossé d’enclos, occupant ainsi un monument destiné à un autre défunt.

Fig. 2 : distribution chronologique des sites étudiés.
DAO plans originaux Inrap sauf n° 13 : GEACA. 10 et 17 : N. Achard-Corompt, 11 : N. A-C. et S. Culot, 12 : A. Koehler, 13 : P. Prilleux, 14 : G. Verbrugghe, 15 : F. Krolikovski, 16 : S. Culot, 18 : V. Desbrosse, 20 : G. Guillier, 21 et 23 N. A-C. et E. Vauquelin, 22 : R. Durand et P. Stocher.

Fig. 3 : les espaces funéraires individuels et isolés.

Fig. 4 : les espaces funéraires communautaires.

Ces configurations d’espace funéraire centré autour d’une tombe individuelle, s’avèrent encore peu documentées dans la région de sorte qu’elles contribuent à alimenter les modèles régionaux, surtout connus, à La Tène finale, par les ensembles funéraires communautaires.

3.2. Des espaces funéraires communautaires

20On observe des ensembles funéraires qui rassemblent plusieurs dizaines de défunts, formant ainsi un espace funéraire communautaire, parfois hiérarchisé (fig. 4).

21Ils prennent, dans les Ardennes, la forme d’enclos accolés, avec souvent une tombe centrale, du type de Ville-sur-Retourne « Budant à la route de Pauvres » ou d’enclos proches comme à Ménil-Annelles « le Montant de l’Obit » (Stead et al. 2006). On signalera également le site d’Écriennes « Le Gercourt » (Achard-Corompt et Delor-Ahü 2008) diagnostiqué et celui, plus tardif, fouillé à Recy « Déviation » car ils montrent cette fois l’association de plusieurs enclos non jointifs selon un modèle proche de Thugny-Trugny, de St-Etienne-à-Arnes « la Garenne » ou de La Cheppe « la Tomme » (Lambot 2000). Ces modèles d’agrégation de tombes en enclos se déclinent selon différents modules en relation, selon les travaux développés par B. Lambot, avec l’importance des communautés (établissement rural, hameaux… etc). Dans la région, ils prennent encore la forme de nécropoles qui s’organisent fréquemment autour d’une structure sur poteau, délimitées dans un vaste enclos qui in fine regroupe plusieurs dizaines de défunts.

22Notre corpus comprend trois cas. Deux exemples étudiés, Caurel « Le Puisard » et Bezannes « le Marsillers » (phase 1) n’ont pas conservé d’élément structurant ou délimitant l’espace (type enclos ou édicule), dans leur première phase de fonctionnement. Ils apparaîtraient, selon les auteurs des fouilles, au cours du fonctionnement de l’ensemble funéraire. Le troisième site, Doux « A.34, site 4 » est constitué d’un ensemble dense de tombes ceint d’un fossé peu marqué, inscrit sur une surface de 400 m2, supérieure à celle des sites funéraires individuels. On n’observe, à ce stade de l’étude du gisement, aucun élément architectural structurant l’espace interne.

3.3. Les sites comportant des témoins fugaces d’activités funéraires (?)

23Enfin, le corpus comporte quatre ensembles funéraires ayant livré du mobilier laténien sans pourtant comporter de tombe associée. L’espace témoigne bien d’une activité sépulcrale soit antérieure à l’époque laténienne, comme à Sommesous « la Côte d’Orgeval », soit postérieure, à l’image des implantations de Recy, de Bezannes « ZAC de la gare TGV, site K » et de Sommesous encore (fig 5). En revanche, ces sites présentent tous des phénomènes ténus observés par ailleurs au sein d’espaces funéraires actifs à La Tène finale (La Veuve, Bezannes, Bussy-le-Château, Avenay-Val-D’or, Ecriennes, Val de Vesle « Les Ormissets » (Hugon et al. 2007). On retrouve le principe de l’enclos et celui de l’édification d’un bâtiment sur poteaux. À cela, s’ajoute la présence de fragments d’amphores de type Dressel 1a ou 1b dans le comblement du fossé, de celui de certains trous de poteau du bâtiment et dans des fosses. À Sommesous, des fibules de type Nauheim ou des os humains incinérés ont été observés dans le fossé d’enclos.

3.4. Composantes des espaces funéraires

24La plupart des ensembles évoqués ci-dessus possèdent une structuration marquée soit par la triade enclos/édicule/tombe, soit par la présence ou la combinaison d’un ou de deux de ces éléments. D’autres structures moins récurrentes se juxtaposent à ceux-ci (fig. 6).

Le fossé d’enclos

25Présent dans 9 cas fouillés sur 13, cet élément déterminant mais pas indispensable, assure plusieurs fonctions :

26- Il délimite, et dans une moindre mesure, protège un espace qui accueille des structures assurément sépulcrales (tombe principale et tombe adventice) et d’autres dont la fonction funéraire est moins évidente à percevoir (édicule, fosse dite annexe, fosse-dépôt de mobilier, trou de poteau, chablis).

Fig. 5 : les espaces funéraires ayant livré des vestiges mobiliers et immobiliers de La Tène finale.

Fig. 6 : les différentes composantes des espaces funéraires.

27- Sa puissance et la superficie enclose sont révélatrices d’un statut social privilégié notamment par son impact dans le paysage et également par le temps dévolu à sa mise en place. Il fait alors partie d’un monument funéraire individuel (Bétheniville, Auberive, La Veuve, Bezannes) et paraît indispensable pour certaines catégories sociales. Il participe dans certain cas à l’élaboration d’un tumulus ou de talus.

28- Il sert de lieu ensevelissement en accueillant des sépultures (Bétheniville), des résidus de combustion du ou des bûchers funéraires (Bétheniville, Auberive, Écriennes).

29- Il témoigne d’autres activités liées à la mort (banquet, libation …), marquées par la présence d’amphores, de résidus de combustion…

3.4.1. Les structures architecturales ou architecturées

30L’édicule : nous réservons ce terme, par convention, à la structure sur poteaux surmontant une tombe. À Auberive et à Bétheniville, cette association occupe le centre de l’enclos, à l’inverse de Bezannes et de La Veuve, où elles sont légèrement décentrées. Cet aménagement compte majoritairement 4 poteaux dessinant au sol un plan carré ou rectangulaire. Bezannes est l’exception de notre corpus puisqu’il regroupe 9 poteaux. On peut lui attribuer certaines des fonctions de l’enclos, notamment la délimitation, la protection et le marquage visuel d’un espace sépulcral ainsi que l’indication d’un statut social. Il ne concerne que la tombe principale, les autres sépultures incluses dans l’enclos en sont dépourvues.

31Les structures sur poteau non associées à une tombe : elles ont été observées à Bezannes (site K), Recy et Sommesous. Comme les édicules, elles se localisent au sein de l’espace funéraire et, dans deux cas sur trois, au sein d’un enclos. D’un point de vue architectural, il s’agit de petites constructions dont la taille est semblable à celle des édicules, mais dont la structuration est moins régulière.

32Dans le cas de Bezannes et de Sommesous, des trous de poteau ont livré des fragments d’amphores Dressel 1. À Recy, un dépôt contenant plusieurs fragments d’amphores de même type associés à une céramique de forme basse du début de l’époque augustéenne, prend place en avant de la structure sur poteaux. À Sommesous, il n’est pas impossible que cette structure appartienne à un habitat gallo-romain proche (fig. 5). La datation de ce type de structure fait en effet souvent défaut, toutefois leur localisation et le mobilier intrusif associé suggèrent un lien avec une activité funéraire ou mortuaire qu’il reste à comprendre.

33D’autres témoins architecturaux encore sont lisibles. Il s’agit de trous de poteau isolés et non associés à une construction. Leur interprétation pose problème car ils n’ont pas livré d’élément de datation. Il n’est pas impossible qu’ils correspondent à une occupation antérieure ou postérieure. À Bétheniville, localisés en bordure du fossé d’enclos, il est possible qu’ils soient liés à un système de franchissement de l’enclos et ce, d’autant plus qu’à ce niveau du fossé d’enclos, furent découverts des os incinérés et quelques tessons.

34Dans ces différents éléments architecturaux, le mobilier découvert peut être l’écho de funérailles et de cérémonies commémorant le défunt. Il nous semble qu’il témoigne d’un lien entre les structures architecturales et la gestuelle funéraire ; la récurrence des associations paraît, à elle seule, une preuve de l’existence de ce lien. Il en est de même pour l’édicule. Aucun doute sur sa relation avec la tombe centrale, par contre son fonctionnement lors du rituel funéraire est difficile à cerner. Le site de Bezannes permet de suggérer un mode de fonctionnement de l’édicule par le biais de la présence des portions d’amphore. En effet, de l’amphore Dressel 1 figure dans les trous de poteaux de l’édicule (27, 33 et 41), dans les dépôts de mobilier (17 et 37) et dans l’incinération centrale. Cette présence, même si aucun recollage n’est attesté, incite à lier la tombe centrale et l’édicule et par ricochet, l’édicule au dépôt de céramique. C’est le seul exemple, de ce présent corpus, illustrant une relation autre que spatiale entre les différents types de structure ; relation que nous envisageons en lien avec le rituel funèbre (banquet, commémoration etc…). La complexité des liens inter structures sera développée dans le chapitre 5 (voir infra).

3.4.2. Les structures en creux de type fosse

35Les fosses avec dépôt de mobilier : Toujours localisées au sein de l’enclos (Bétheniville, Bezannes « les Marsillers », Recy) ou à proximité (Bezannes « Les Marsillers »), de petites fosses contenant du mobilier céramique mêlé parfois à des restes osseux ont été remarquées. Dans un des dépôts de Recy par exemple, l’amphore sert de réceptacle à d’autres céramiques et porte les traces d’un passage au feu. Ces structures se distinguent des fosses, dites fosses-annexes.

36Les fosses annexes : A Bétheniville, à 2 m à l’ouest de la tombe centrale et à l’extérieur de l’édicule, fut fouillée la structure 6. Cette fosse de petites dimensions, recelait des tessons de céramiques, des fragments d’objets métalliques et un morceau de perle ayant subit un passage au feu, identiques à ceux trouvés dans la tombe centrale placée sous l’édicule. En plus de ce mobilier, il a été observé de la cendre et des os brûlés, ce qui lie directement son contenu au bûcher funéraire.

37Des os brûlés et des restes céramiques et métalliques ont été également découverts dans certains fossés d’enclos, notamment à Sommesous, à Auberive et à Bétheniville. Pour le dernier exemple, le mobilier céramique correspondrait, chronologiquement, davantage aux tombes adventices qu’à la tombe centrale. Dans tous les cas, il a semblé important aux officiants de rapporter un témoignage de la crémation sur le lieu d’ensevelissement.

  • 3 Le ou les bûchers funéraires des ensembles étudiés n’ont jamais été observés.

38Aucun aménagement spécifique n’a été remarqué pour le mobilier découvert dans les fossés et on ne peut écarter l’hypothèse d’un déversement accidentel explicable par la proximité de bûcher3 ou par l’arasement d’autres sépultures à incinérations ; à l’inverse la fosse 6 de Bétheniville, spécialement conçue, est implantée à proximité immédiate de la tombe centrale, montrant de la sorte un acte volontaire.

39Les éléments végétaux : Enfin, le chablis est le dernier type de vestige remarqué sur les ensembles funéraires. À Bétheniville, la présence de végétation est supposée dans l’angle sud de l’enclos. À Recy, dans l’enclos I d’Écriennes et de Val-de-Vesle, il a été noté la présence d’un chablis central. Nous ne pouvons assurer qu’ils participaient au rituel funéraire ou à la signalétique du lieu. Cependant, ce fait est assuré pour des ensembles plus anciens (Bouche et al. 2003) ou a été évoqué pour les implantations funéraires de « la Croizette » ou de « La Noue Mauroy » à Acy-Romance (Lambot et al. 1994, p. 141).

4. Aspects du mobilier dans les espaces funéraires (M.F., M.F., C.M.)

4.1. Du corpus à l’étude synthétique

40Si l’ensemble le plus important en nombre de sépultures, la nécropole de Doux (Ardennes), est encore peu exploitable étant donné la complexité de l’étude liée à une conservation médiocre des ensembles, les autres sépultures de La Tène D, une petite vingtaine en tout, ont cependant pu être replacées dans une perspective plus générale grâce à la confrontation avec les résultats récents d’études de grande ampleur.

41Par ailleurs, le dépôt dans la sépulture n’est qu’un des aspects que revêt le mobilier archéologique dans les espaces funéraires pris en compte. Les sites funéraires récemment fouillés, ouvrent ainsi sur des problématiques différentes en raison de la diversité des contextes ayant livré du mobilier de la fin de l’Âge du fer.

4.1.1. Mobilier déposé dans les tombes, dépôts de mobilier hors sépulture et mobilier détritique

42D’une façon générale, hormis des résidus antérieurs ou des tessons intrusifs, souvent réduits et aux fractures émoussées, les éléments retrouvés dans la sépulture sont considérés comme pièces du dépôt funéraire ou mortuaire. L’interprétation des vestiges mobiliers des incinérations de la fin de l’Âge du fer est d’une complexité plus variable que celle des combinaisons observées dans les tombes à inhumation de La Tène ancienne. Toutefois, dans les deux cas, le mobilier se répartit principalement entre équipement personnel lié au défunt et dépôt d’accompagnement (faune, vaisselle, éventuellement couteau…). La relation à la cérémonie funéraire, donc au défunt, est possible et l’on peut envisager une interprétation sociale du dépôt mobilier.

43Par ailleurs, des éléments mobiliers, pour l’essentiel de la céramique, proviennent aussi de structures en creux autres que les sépultures, en particulier des fossés d’enclos et de quelques autres types de creusement. L’interprétation du contexte repose alors sur une série de critères. L’on prend en compte la part représentée de l’objet, en proportion et en nature (fond ou autre partie), son état induisant ou non un traitement spécifique (passage sur le bûcher en particulier). On considère aussi le positionnement de l’objet, l’interconnexion des artefacts et la relation au creusement.

44Ce mobilier se présente sous trois formes principales dont l’interprétation n’est pas univoque :

45- Les dépôts localisés : un objet complet, ou un fragment spécifique, peut être interprété, par sa disposition ou sa localisation, comme un dépôt intentionnel. Il est parfois malaisé, étant donné les aléas de la conservation, d’assurer qu’il ne s’agit pas d’une sépulture où ne subsiste aucune trace de l’incinération.

46- Les rejets localisés d’objets : Il existe un lien spatial entre différents artefacts, le plus souvent fragmentaires, et une structure en creux (fosse, secteur d’un fossé), mais à la différence du dépôt, on ne perçoit pas d’organisation volontaire des éléments mobiliers. Un lien est parfois reconnu avec une sépulture (en particulier, fragments d’un objet présent dans la sépulture).

47- Les restes erratiques : petits fragments isolés et vraisemblablement piégés dans les structures fossoyés.

48Sauf cas du dépôt, voire du rejet, en fosse où l’on peut supposer que cette dernière a été creusée à cette fin, le mobilier relève en général de la phase de comblement de la structure. Ces témoins doivent être considérés et discutés car ils peuvent, selon le cas, être révélateur d’activités pratiquées alentours et de la fonction, funéraire ou non, de l’espace à un moment donné.

Fig. 7 : corpus des tombes à incinération prises en compte pour l’étude de mobilier.

4.2. Le dépôt de mobilier dans les sépultures : du corpus à la pratique générale

4.2.1. Le corpus

49Les tombes à incinération de La Tène D retenues pour l’analyse du dépôt mobilier sont au nombre de 21 - dont 2 d’interprétation plus incertaine car dépourvues d’os humain reconnu - et se répartissent sur 6 sites (fig. 7). Toutes ont livré du mobilier, en quantité variable. Si l’effectif peu abondant ne permet pas de développer une étude statistique concernant l’évolution de la pratique dans le temps, la concentration des sépultures à La Tène D1-D2a, période relativement bien documentée par ailleurs, permet de les replacer dans une perspective plus large en se référant en particulier aux travaux réalisés sur les nécropoles d’Acy-Romance (Friboulet 1997 ; 2009 ; Lambot et al. 1994).

50Un classement fonctionnel du mobilier a été privilégié. On observe la représentation variable des catégories d’objets sur l’ensemble des tombes (fig. 8). Si l’on considère que la vaisselle est, comme la faune, liée au dépôt alimentaire, celui-ci est presque systématique. Les fibules, comme accessoires vestimentaires ou de mise en scène, sont très fréquentes. Les autres catégories sont présentes de façon plus ponctuelle, mais témoignent d’une certaine diversité dans le mobilier déposé bien que ce corpus soit limité.

4.2.2. L’équipement personnel et les objets domestiques

51L’équipement personnel, les objets domestiques et les petites pièces métalliques d’interprétation incertaine sont en général associés directement à l’amas osseux. La plupart d’entre eux proviennent du bûcher funéraire, certains portants des traces assurées de passage au feu. La parure est représentée par quel ques bracelets et perles en verre, ambre ou alliage cuivreux. Plus de 60 % des tombes ont livré des fibules, déposées dans ou sur l’amas osseux. Celles-ci ont pu servir tant à l’équipement vestimentaire du défunt qu’à la fermeture d’une enveloppe souple contenant des os brûlés.

Fig. 8 : représentation des différentes catégories de mobilier au sein de contextes identifiés comme sépultures (présence/absence). Les éléments en "D" n’ont pu être rattachés à une catégorie reconnue et ont été exclus du graphique.

52Le nombre de fibules par tombe est variable, de 1 à 7 : six tombes en ont livré une seule, cinq tombes en ont livré 2 ou 3 et seules deux se démarquent avec plus de quatre exemplaires (fig. 9 M3). Il s’agit des deux sépultures au mobilier le plus exceptionnel (Aubérive « Les Grandes Fosses » sép. 3 et Bétheniville « Mont de Merlan » sép. 1). Avec une moyenne de 1,4 fibule par tombe, les dépôts considérés s’inscrivent dans des valeurs légèrement en-deçà de celles observées dans les nécropoles d’Acy-Romance (Friboulet 1997, p. 269) et de « Lamadelaine » au Titelberg (Metzler-Zens et al. 1999, p. 374).

53Les pièces en fer, dites « éléments en D », issues d’une seule structure (Bétheniville tombe 1) sont les mieux représentées avec plus de trente occurrences. Ce type d’objet encerclant selon toute vraisemblance un objet en bois, reste rare. Des éléments similaires sont connus localement (Ville-sur-Retourne tombe V2 ; Stead, Flouest et Rigby 2006, p. 259-262). Leur interprétation en tant qu’éléments de seau reste incertaine.

4.2.3. La vaisselle en céramique

La pratique du dépôt céramique

54La vaisselle est présente dans toutes les tombes, à l’exception d’une tombe à incinération d’un adulte (st. 13) de Bétheniville. Cela s’accorde avec la pratique observée, entre autres, à Acy-Romance entre la fin de La Tène C2 et le tout début de l’époque romaine. En effet sur les 125 tombes réparties dans différents espaces funéraires, les rares sépultures dépourvues de dépôt céramique sont arasées ou présentent des signes de bouleversements (pillage ou autres) (Friboulet 1997). Cette tendance rappelle celle de La Tène A récente-B1, après une période de raréfaction de la vaisselle dans les dépôts funéraires régionaux à La Tène B2- C, période moins documentée pour la zone septentrionale de la plaine champenoise (Saurel 2009, p. 248).

Le nombre de récipients

55Le nombre de récipients du dépôt est évalué en prenant en compte les vases bien représentés et les fragments significatifs, avec une certaine marge d’erreur. Sur les 20 tombes contenant de la céramique, le dépôt se compose dans 9 cas de 1 ou 2 récipients (l’un étant plus incertain, entre 2 et 3 récipients), dans 5 cas, de 3 à 5 (une tombe contenant entre 4 et 6 individus céramiques), dans 4 cas, de 6 à 7 voire 8 récipients et deux ensembles ont livré les fragments d’environ 21 à 22 individus. À Acy-Romance, la fourchette est similaire, entre 1 et 21 vases. Une bonne majorité des ensembles (65 %) comportent de 1 à 5 vases, et environ le tiers (35 %) en présente seulement 1 ou 2. Un nombre non négligeable de sépultures recèle 6 à 10 vases (27 %), mais au-delà les cas sont rares (Friboulet 2009, p. 224).

Fig 9 : nombre de fibules par tombe.

Fig. 10 : Un choix inhabituel de récipient comme urne cinéraire à La Veuve « Le Champ Pertaille » (Marne) ; l’exposition au feu est incertaine pour ce récipient commun, alors que les autres vases sont très altérés par le passage sur le bûcher ; les quelques éléments métalliques de la sépulture ne sont pas figurés (relevé de la tombe J.-J. Bigot et S. Culot, dessin céramique P. Verbrugghe).

56Les deux ensembles comprenant une vingtaine de récipients correspondent d’une part à la structure centrale dans l’enclos de Bezannes, dont l’interprétation comme sépulture reste ouverte à discussion, et d’autre part à la tombe centrale de l’enclos de Bétheniville. Toutefois, pour cette dernière, si l’on corrige la valeur en fonction du nombre d’incinérés, comme cela avait été préconisé pour un calcul plus significatif dans le cadre de la publication de la nécropole de Lamadelaine, on observe que le dépôt par incinérés n’est alors que de 7 récipients (Metzler-Zens et al. 1999, p. 394-395). De même l’une des tombes qui comprend entre 6 et 8 récipients (dont deux indiqués par des fragments réduits) est la double sépulture st. 14 de Bezannes « Les Marsillers » et le nombre de vases maximum théorique par individus est alors de 4 vases. À Aubérive « Les Grandes Fosses », le nombre total de récipients est probablement de 7 pour les restes de deux défunts, ce qui donne un dépôt de céramique réduit par individu alors que le mobilier métallique et les aménagements indiquent une sépulture remarquable (Ardhuin et al. 2007). Il est bien entendu nécessaire de confronter toutes les données, le dépôt alimentaire n’étant qu’un élément de l’affirmation du statut.

57En comparaison, à La Tène A-B1, dans la zone Aisne-Marne, sur un corpus de 143 sépultures avec céramique, le nombre moyen de vases dans les dépôts funéraires évolue au cours du temps, mais dans tous les cas on observe une "rupture des 4 vases". Les dépôts de 4 vases ou plus sont plus rares, notamment au sein des sépultures féminines et moins de 10 % des sépultures atteint 5 vases ou plus, sans dépasser 8 récipients (Saurel 2009, p. 248-249). Il est à noter que les tombes à char ne figurent pas dans ce bilan. Ces dernières accueillent en général 6 récipients ou plus, environ une quinzaine dans les ensembles les plus remarquables (Verger 1994, p. 464-465 ; Saurel 2009, p. 249). Les quantités moyennes sont donc plus importantes dans les sépultures de la fin de l’Âge du fer mais la comparaison reste à affiner pour interprétation.

4.2.4. Sélection de la céramique et de l’urne cinéraire

58Comme c’est en général le cas, pour les phases anciennes comme récentes, les récipients sont pour l’essentiel des pièces en céramique fine sélectionnées au sein de la vaisselle de présentation et/ou consommation. Dans le corpus pris en compte ici, sur un total de 69 récipients, les formes hautes et moyennes sont privilégiées et représentent 70 % des vases déposés, contrairement à ce qui a été constaté dans les nécropoles d’Acy-Romance où les formes basses ou écuelles sont légèrement majoritaires (Friboulet 2009, p. 223).

59Dans 4 sépultures, les ossements ne se trouvaient pas dans un contenant en céramique, alors que dans 12 cas, tous les ossements se trouvaient dans un récipient-urne, et dans 4 cas, ils se trouvaient répartis entre un récipient-urne principal en raison du volume osseux, et d’autres récipients ou un amas au sol.

60Le récipient sélectionné comme urne principale peut être recuit et altéré, et il est en très grande majorité choisi parmi les formes fermées fines, plus ou moins hautes (bouteille à embouchure resserrée ou jarre) (fig. 11). Une seule tombe diffère, il s’agit de la sépulture au centre de l’enclos de La Veuve. Les ossements s’y trouvaient déposés dans un pot culinaire dont le passage sur le bûcher est incertain (fig 10). La forte altération des vases brûlés qui l’accompagnaient explique peut-être en partie ce choix inhabituel.

61Dans les cimetières d’Acy-Romance, les restes humains se retrouvent aussi dans des écuelles, mais la masse principale de l’incinération se rencontre plus souvent aussi dans des formes fermées. Par ailleurs, sur le même site, un choix sélectif du vase cinéraire selon le genre du défunt s’esquisse, sur une base il est vrai restreinte à 28 tombes : les jarres élancées seraient dévolues aux hommes, les bouteilles et autres formes plus trapues seraient plutôt destinées aux femmes (Friboulet 2009, p. 227). De fait, 4 tombes pourvues d’armement possèdent des jarres, les tombes à fusaïole n’ont que des bouteilles. Les dépôts mobiliers du site de Doux (Ardennes), en cours d’analyse, semblent aller dans le même sens (Delor-Ahü et Saurel dans Desbrosse et al., en cours). On n’y observe aucun dépôt combinant bouteille et jarre. La sépulture 62 comprend une fusaïole et les restes de deux bouteilles alors que la tombe 230 associe des vases galbés à large ouverture à une épée et aux restes d’une seille. De même, la tombe 286 contenait, entre autres, deux bouteilles et une parure plutôt féminine, composée d’une perle et de bracelets. Si cette tendance semble se vérifier pour le sud des Ardennes, le dépôt de la tombe d’Aubérive combine une fusaïole et des vases à liquide dont la plupart semblent à embouchure large.

Fig. 11 : A et B. Bétheniville "Mont de Merlan" (Marne).
A - Mobilier exceptionnel de la tombe 106 à
B - Exemple de mobilier issu d’une tombe modeste (dessin céramique M. Friboulet, dessin autres mobiliers I. Turé, cl. I. Le Goff).

4.2.5. Vers une interprétation sociale du dépôt de mobilier De la pratique courante aux tombes remarquables

62Les tombes les plus courantes présentent une urne en terre cuite et parfois d’autres vases, des fibules, voire des ustensiles de toilette (fig. 10, 11, 13). Tous ces éléments sont plus ou moins lacunaires et fragmentés, et, dans la plupart des cas, ils paraissent avoir été passés sur le bûcher. Certaines sépultures, ayant bénéficié d’un monument funéraire à enclos comme à La Veuve, ont parfois un dépôt mobilier modeste. Toutefois, quelques tombes se démarquent, à la fois par les aménagements de l’espace funéraire dont elles apparaissent comme l’élément marquant, et par le mobilier représenté, tant par sa quantité que par sa nature.

63La tombe principale du site de Bétheniville a livré un dépôt remarquable du point de vue de la diversité des éléments, de leur nombre et de leur qualité. Comme à Aubérive, autre tombe particulièrement riche, le dépôt comprend, entre autres, des pièces de vaisselle plus exceptionnelles, seau à cerclage de bronze et cruche en terre cuite à Bétheniville et passoire à Aubérive (Achard-Corompt et al., 2008 ; Ardhuin et al., 2007). Dans les deux sépultures, l’amas osseux n’est pas dans une urne en terre cuite et l’organisation du dépôt montre une mise en scène dans un espace vaste, plus complexe que dans les dépôts courants.

4.2.6. La tombe centrale de Bétheniville "Le Mont de Merlan" : analyse et interprétation des dépôts

64Dans ce riche ensemble, qui compte 21 vases, c’est une écuelle, unique forme basse du cortège céramique à l’exception d’un couvercle, qui constitue le dépôt secondaire, c’est-à-dire qui n’est pas passé sur le bûcher (fig. 11). Tous les autres récipients composent un important service à boisson, dont les éléments sont plus ou moins fortement mutilés par un séjour à proximité du bûcher funéraire ou par d’autres manipulations. Certains sont réduits à l’état de tessons isolés. Outre l’assemblage de céramique, le mobilier funéraire comprend divers éléments de qualité, des fibules en alliage cuivreux, une perle en verre bleu, un rasoir ou petit couteau, les poignées d’un éventuel petit coffret et les cerclages en bronze d’un petit seau.

65En ce qui concerne la composition de cette dotation céramique, l’ensemble se caractérise donc par un rapport, entre formes basses et formes hautes, de 2/12. Pièces essentielles de ce service à boire, une cruche à col tronconique et un haut gobelet se côtoient dans la sépulture, tous deux en position basculée, faisant face au dépôt de l’incinération. Ces deux pièces, de probables importations du Centre de la Gaule, sont étroitement associées aux cerclages en tôle de bronze d’un petit seau, qui ont été pliés et placés dans la cruche, elle-même fissurée comme le gobelet, par une légère recuisson à proximité du bûcher. Cette économie de l’espace - ou bien cette dissimulation intentionnelle - s’inscrirait dans la sphère symbolique ou encore sociale. A cette sphère renvoient aussi l’ordre et l’agencement des dépôts, qui semblent se conformer à ce que l’on a pu observer aussi bien dans les sépultures privilégiées d’Acy-Romance qu’à « Lamadelaine » au Titelberg : en premier viennent l’incinération et les parures personnelles, en second l’offrande alimentaire d’un quartier de viande, en dernier le service céramique. Des tessons isolés, ne pouvant être attribués à aucune des céramiques de la sépulture, y sont parfois mêlés, ou même placés à l’intérieur d’un vase intact. Ils peuvent aussi être trouvés dans le comblement de la fosse, évoquant alors plus nettement l’hypothèse de dépôts différés sur le plancher de couverture. La faune, du moins en partie, est placée sous l’incinération.

Fig. 12 : comparaison de la composition fonctionnelle des dépôts particuliers de Bezannes "Les Marsillers", de l’hypothétique sépulture 36 et des dépôts funéraires du corpus.

4.3. Le mobilier enseveli hors sépulture

66Des éléments mobiliers se retrouvent sur les espaces funéraires de La Tène D dans des structures autres que les sépultures, en particulier dans des fosses et dans les fossés d’enclos, sous la forme de dépôts localisés ou de restes erratiques. Par ailleurs, des sites funéraires antérieurs ou postérieurs ont livré des restes de productions céramiques diffusées à la fin de l’Âge du fer dont la présence suscite certaines interrogations. Le cas des amphores est particulièrement significatif.

4.3.1. Des dépôts de mobilier à la composition particulière

67À Bezannes, quelques contextes ont livré un mobilier dont la composition diffère de celui déposé dans les tombes à incinération. Si la céramique est bien présente, l’équipement personnel et la faune sont absents (fig. 12 ; fig. 16). Au contraire, l’amphore y figure dans une fonction spécifique, comme couverture dans la fosse 17. Concernant la vaisselle, on note une représentation plus importante des formes basses, particulièrement sensible dans les dépôts 17 et 38 qui donnent bien l’image d’un ensemble très différent des dépôts funéraires contemporains, avec une vaisselle en grande partie brûlée.

68On retrouve une combinaison particulière et apparentée dans une petite fosse du site d’Avenay-Val-d’Or (Marne) à proximité d’un fossé d’enclos où se trouvaient des restes d’amphores Dressel 1 (Durand en cours). Les 4 récipients sont de petite taille. Il s’agit de deux formes basses communes, d’un petit pot commun et d’un vase fermé en céramique fine. Petite taille moyenne des récipients et présence notable des formes basses caractérisent ailleurs les combinaisons céramiques des espaces cultuels comme dans le sanctuaire de Mirebeau-sur-Bèze à la fin de l’Âge du fer (Côte d’Or) (Barral 1994).

69Dans la structure de Bezannes, st. 36, certains éléments mobiliers se trouvaient par ailleurs disposés au-dessus du coffrage de la tombe contenant le dépôt principal. Parmi ces éléments, figurent en particulier l’épaule d’une amphore et des éléments céramiques, plus ou moins fragmentaires.

4.3.2. Le cas des éléments métalliques

70Le petit matériel piégé dans le comblement des fossés d’enclos se résume à quelques rares fragments de fer (élément de fibule et indéterminés sur les sites de La Veuve et Bezannes « Les Marsillers »). Les éléments issus de la fosse annexe de Bétheniville (st. 6) témoignent, par le caractère identique des objets, d’un lien étroit entre la tombe centrale et cette fosse (fragment de cerclage de seau, élément en D) (Achard-Corompt et al., 2008). Les restes de bûcher identifiés à Aubérive ont livré, parmi les clous et autres éléments indéterminés, des fragments de fibule, passoire et bassin, que l’on retrouve également dans la composition du dépôt funéraire (Ardhuin 2007).

4.3.3. Le cas des amphores

71On a pu voir l’association des fragments d’amphore avec des dépôts particuliers non représentés dans les sépultures. Depuis les travaux de J. Metzler au Luxembourg, on connaît l’importance du témoignage des restes d’amphores dans les espaces funéraires (Metzler 1991 ; Metzler-Zens et al. 1999, p. 401-403). Ils y apparaissent avant tout comme mobilier "hors-tombe" et ne figurent dans ces dernières que comme éléments d’architecture. Ils sont pour l’essentiel du type Dressel 1 témoignant d’une réutilisation de ces productions sur le long terme, jusque dans l’époque romaine.

72Dans le cadre de notre corpus, certains sites, parmi les plus précoces comme Bétheniville et Aubérive n’ont pas livré un fragment d’amphore. Les amphores se diffusent dans la région essentiellement à partir de La Tène D1 et de façon alors limitée et localisée. Leur présence ou leur absence est toutefois intéressante à souligner, circulant à la fin de l’Âge du fer. L’amphore devient mieux représentée à compter de La Tène D2.

73Des fragments d’amphores, en particulier de type Dressel 1, proviennent non seulement des fosses-dépôts mentionnées ci avant, mais aussi de divers autres types de structures, parfois postérieurs : comblements des enclos funéraires comme à La Veuve et trous de poteaux de petites constructions, comme sur les deux sites de Bezannes ou à Recy (fig 5 et 6).

74Le cas du mobilier du fossé d’enclos de La Veuve est exemplaire. L’amphore figure seulement dans l’enclos funéraire. Le lot se compose de 8 fragments réduits (397 g) correspondant probablement à quelques individus distincts, deux ou trois peut-être, présentant pour certains des signes sûrs de recuisson. Il en est sans doute ainsi d’un fragment de lèvre de Dressel 1A provenant de la couche supérieure de la branche sud du fossé. Une portion de col d’amphore se compose par ailleurs de plusieurs tessons jointifs provenant de différents côtés du fossé (angle sud-est, couche supérieure de la branche est et branche nord, côté ouest). Ces fragments peuvent être contemporains de la sépulture. De petits fragments de céramique commune - dont un bord d’un probable pot et deux autres bords - plus rarement fine, ont été également retenus, une fois écartés les résidus d’une occupation domestique du site, au premier Âge du fer.

Fig. 13 : Bezannes « Les Marsillers », forme et composition de la tombe 20.

5. Formes des tombes et traitement complexe des mobiliers céramiques : le cas de la nécropole des « Marsillers » à Bezannes (G. V. coll. M. F.)

75La nécropole des « Marsillers » de Bezannes (Marne) est un exemple bien conservé d’une nécropole illustrant la forme des différentes structures composant l’espace funéraire de la fin de l’Âge du fer. Elle a été découverte en 1993 dans une dépression qui avait préservé un habitat de la fin de l’Âge du bronze (Verbrugghe 1997). L’installation funéraire comprend quelques structures creusées en profondeur – le fossé, les trous de poteau et l’incinération 36 -, mais également, et surtout, des dépôts enfouis « seulement » dans la couche archéologique de l’habitat de l’Âge du bronze affleurante. Cette fouille offre ainsi une occasion privilégiée d’étudier un ensemble funéraire comprenant des dépôts généralement disparus sur nos sites arasés. Est illustrée notamment la complexité du traitement des céramiques impliquées dans les pratiques funéraires. Reconnues entières ou fragmentées dans les tombes, elles sont également déposées dans des structures spécifiques, avec, par ailleurs, une distribution de portions de récipients entre différents types de structures.

5.1. Forme générale des tombes

  • 4 Cette tombe constitue un cas particulier dans la mesure où les restes incinérés d’un adulte jeune ( (...)

76L’occupation funéraire comprend un bâtiment implanté au sein d’un espace fossoyé à l’intérieur et/ou à l’ouest duquel une douzaine de dépôts funéraires ont été mis au jour. Une dizaine d’entre eux ont livré des restes osseux incinérés, humains (étude : I. Le Goff) et animaux (étude : S. Lepetz), déposés dans une urne dite « principale » (tombes 13, 16, 18/30, 21 et 22) ou réparties dans plusieurs contenants (tombes 154, 20 et la tombe double 14). Seule la tombe 20 atteste le dépôt, bien que partiel, de restes humains hors récipient céramique : il contient surtout les membres inférieurs du défunt, les offrandes animales, un rasoir, une pince à épiler et deux fibules en fer, le tout recouvert d’un grand fragment d’une jatte carénée (fig. 13). Les caractéristiques chrono-typologiques du mobilier permettent d’attribuer cette tombe, et trois autres situées à l’ouest (tombes 13, 14 et 21), à la première phase d’occupation de cet ensemble funéraire (La Tène C2/D1a).

Fig. 14 : Bezannes « Les Marsillers », liaisons entre tessons céramiques issus de structures distinctes.

Fig. 15 : Bezannes « Les Marsillers », phasage et liaisons inter structures.

Fig. 16 : Bezannes « Les Marsillers », un exemple de dépôt de mobilier (st. 17).

5.2. Mobilier céramique dans les tombes : urnes, formes basses et relations complexes

77Outre cette variabilité dans le traitement des restes osseux, les contenants cinéraires sont souvent accompagnés d’autres éléments céramiques, notamment des formes basses. Ainsi, à titre d’exemple, dans la tombe 21, la jarre contenant les restes d’un jeune enfant est accompagnée de deux écuelles empilées complètes, d’une écuelle fragmentaire (n° 2) et de tessons (n° 5 à 8) (fig. 14).

78L’étude céramique menée par M. Friboulet a révélé des liaisons complexes avec quatre structures funéraires : des recollages sont effectués entre les objets de la tombe 22 (écuelle 21-2 & frgt. 22- 2) ; et du trou de poteau 33 (jarre ou urne : tessons 21-5 & 33-2) et de la fosse 31 (urne ou jatte 31-3 & tesson 21-6), localisés à l’intérieur de l’enclos trapézoïdal (fig. 14). Outre le fait de témoigner d’une relation entre différentes structures, la complexité du traitement des céramiques intègre également une dimension temporelle. En effet, les recollages concernent des structures attribuées à des étapes différentes d’après l’étude typo-chronologique du mobilier ; quelques éléments fragmentaires sont attestés dans des tombes « anciennes », alors que la partie la plus grande du récipient a été retrouvée dans des structures postérieures (La Tène D1b/D2a), implantées à proximité ou à l’intérieur de l’enclos (fig. 15 et 14).

5.3. Des dépôts spécifiques de céramiques

79D’autres dépôts funéraires révèlent quasi exclusivement du mobilier céramique. Ainsi par exemple, hormis un fragment indéterminé de faune incinérée, le comblement de la fosse 31 a livré trois céramiques partielles dont des fragments ont été retrouvés dans plusieurs structures (fig. 14 et 15). Au-delà d’une distribution aléatoire de fragments, une écuelle trouvée dans son comblement suggère un geste intentionnel de partage : en effet, si trois quarts ont été retrouvés dans le dépôt 31 (n° 31-2), le quart manquant (n° 36-8) a été déposé dans l’incinération 36, au centre du bâtiment funéraire.

80Deux autres dépôts soulignent encore le rôle particulier des formes basses : à l’extérieur de l’enclos, le dépôt 38 avec trois formes basses incomplètes ; et, dans l’angle occidental du bâtiment funéraire, le dépôt 17 qui se distingue par deux couvercles et cinq formes basses quasi complets, recouverts par six fragments d’amphore (fig. 12 et 16).

5.4. L’incinération 36

81L’incinération 36 constitue un cas à part en raison du creusement profond de la structure placée au centre d’un bâtiment situé à l’intérieur d’un espace enclos (fig. 17). Au fond de cette fosse, est aménagé un coffrage à l’intérieur duquel ont été déposés les restes osseux incinérés, notamment de porc, et des coquilles d’œuf, de part et d’autre de la moitié non brûlée d’un porc ; du mobilier métallique ; et sept céramiques et les fragments de deux récipients dont le quart manquant de l’écuelle du dépôt 31 (cf. supra). Puis, sur le coffrage sont à nouveau déposés des jarres fragmentées et les tessons d’une dizaine d’autres récipients, recouverts d’un fragment d’amphore, de la même manière que pour les formes basses du dépôt 17 (cf. supra).

82Par ailleurs, des fragments d’amphore ont également été reconnus dans quatre autres structures concernant l’édifice même (trous de poteau ou fosses dans sa partie méridionale) (fig. 15). Ces observations illustrent des pratiques particulières, peut-être commémoratives, qui impliquent surtout les structures les plus récentes de cet ensemble (La Tène D1b/D2a), notamment celles localisées auprès du bâtiment à l’intérieur de l’enclos.

6. Le devenir des os humains incinérés et des restes du bûcher (I. L.-G.)

83Il sera question, dans ce chapitre, des témoignages concernant le mort lui-même tels que l’on peut les percevoir au sein des espaces funéraires. Nous traiterons du devenir des ossements et du bûcher, après crémation, lorsque les funérailles conduisent à leur ensevelissement. Les ensembles funéraires montrent, à l’évidence, que les os brûlés n’ont pas un devenir unique car, outre dans la tombe, ils se rencontrent également dans d’autres types de structure. La publication des sites funéraires de la cité voisine des Trévires, puis, dans la continuité, celle des ensembles rethélois, ont montré toute la complexité des funérailles mises en œuvre à La Tène finale et notamment, l’importance et la diversité des témoins ténus qui en subsistent (Metzler et al. 1991, Metzler et al. 1999, Metzler et Gaeng 2009) - Lambot 1998b et 2007).

6.1. L’ensevelissement des os dans la tombe

  • 5 Que M. Ardhuin et M. Grand soient ici remerciés de nous avoir présenté la fouille et les os incinér (...)

84À l’occasion du colloque AFEAF de 1990, l’étude de la nécropole de Ménil-Annelles fut une première occasion, dans la région, de classifier le traitement des ossements en s’appuyant sur une typologie allemande largement diffusée en France par les travaux de Van Doorselaer (Flouest 1993, Van Doorselaer 2000). Les dépôts concernent le plus souvent des os séparés des restes du bûcher et ensevelis hors du bûcher. Les quatre configurations reconnues - le dépôt contenu en urne, celui en tas sur le sol, l’épandage en fond de structure et les dépôts multipliés - sont également observées à Acy-Romance (phase 4 et 5 de La Croizette, La Noue Mauroy 89, Thugny-Trugny le Mayet 86, d’après Lambot et al. 1994) (fig. 18). Les travaux de M. Chossenot montrent les mêmes tendances, malgré les difficultés soulignées quant à l’identification des dépôts en tas (Chossenot 1997). La diversité des modes d’ensevelissement en usage à La Tène finale se confirme avec le présent corpus. L’emploi d’urne céramique est en effet attesté au sein de chacun des sites, sauf celui d’Auberive qui renferme une tombe unique avec des os regroupés en tas (?)5. Les amas sans indices de contenant, déversés en tas ou par épandage, se rencontrent fréquemment à Bétheniville et à Doux « La Cayabre ». À Bezannes « Les Marsillers », un tesson couvre l’amas comme dans une des tombes de la Croizette (tb 114). Enfin, l’association de différentes techniques d’ensevelissement pour un même défunt est également pratiquée sur plusieurs des sites (fig. 19). La reconnaissance des gestes de dépôt a bénéficié ces dernières années, d’avancées méthodologiques qui portent sur l’identification des contenants périssables (Le Goff et al. 2009) de sorte que la diversité des actions d’enfouissement s’en trouve augmentée. On sait maintenant qu’en Champagne-Ardenne existent des contenants périssables circulaires, des supports ou des enveloppes quadrangulaires (fig. 20). Ce constat conduit à revisiter les comparaisons avec les populations du Belgium qui pratiquent l’ensevelissement du mort en contenant organique quadrangulaire, de type coffret, ou circulaire, de type enveloppe souple (Le Goff et al. 2009).

85Au sein même d’une nécropole, est observée une diversité des modes d’ensevelissement possible. Ce constat, déjà dressé à plusieurs reprises, se vérifie à nouveau avec les dernières découvertes. Dans un répertoire commun aux Rèmes, les différentes communautés semblent puiser des manières préférentielles d’agir (fig. 19). Ainsi, à Caurel et à Bezannes, l’usage de l’urne céramique est quasi exclusif tandis qu’à Acy-Romance, à Ménil-Annelles ou encore à Doux, il est fréquent et se combine à d’autres contenants. À Bétheniville, c’est une possibilité parmi d’autres. Avec cinq tombes seulement, ce site présente la plupart des configurations actuellement reconnues dans la région. Dans les tombes renfermant des dépôts cinéraires multiples, se retrouvent souvent différentes actions d’ensevelissement.

86Si les actions de dépôt sont dénombrables, donner sens à leur variété s’avère plus délicat. Des relations avec d’autres traits du système funéraire ou social sont envisagées et suggèrent un lien entre « la richesse des offrandes et le rite de dépôt des ossements directement sur le sol. En revanche, les tombes pauvres sont plutôt liées au rituel du dépôt des ossements répandus sur le sol ou placés dans une urne » (Flouest 1993 p. 209). Le jeune âge du défunt n’influerait pas puisque les quelques enfants en tombe individuelle sont traités comme les sujets adultes. Les rares données liées au genre suggéreraient, dans les tombes à dépôts multiples de Ménil-Annelles et d’Acy-Romance, un usage de l’urne cinéraire pour les femmes, tandis que le déversement en tas prévaudrait pour les hommes.

6.2. Les dépôts cinéraires multiples

87Le dépôt cinéraire multiple est un autre trait culturel caractéristique des Rèmes qui, à Acy-Romance « s’affirme surtout pendant La Tène D1 et à La Tène D2a » (Friboulet 2009 p. 231). Ces dépôts consistent à diviser les restes osseux en plusieurs dépôts placés ensuite dans une même tombe (fig. 3). Ils correspondent parfois à une sépulture double dans laquelle l’individualité des défunts est maintenue sous forme d’amas osseux distincts (Le Goff et Guillot dans Lambot et al. 1994, Flouest 1993). D’autres fois, les restes des corps, pourtant mélangés avant ensevelissement, sont tout de même répartis en plusieurs tas. Observées à Ménil-Annelles, ces configurations indiqueraient, selon J.-M. Flouest, la situation relative des défunts sur le bûcher ou la crémation de corps sur des bûchers distincts.

88Dans quelques cas, il est possible de montrer que les restes d’un même sujet sont distribués dans plusieurs dépôts (étude anthropologique de S. Stead (Stead et al. 2006). Ce geste ne semble pas motivé par le taux de remplissage de l’urne comme l’illustre le site de Bezannes avec des récipients restés à moitié vide d’os (fig. 21). La distribution des os a rarement un sens anatomique ; une des sépultures de Bézannes en offre un exemple explicite, avec un dépôt composé uniquement de portions des membres inférieurs tandis qu’un autre contient les os de la partie supérieure du corps. Le sens de cette action pourrait dépendre encore, selon M. Friboulet, du lien fonctionnel entre os et vaisselier (lavage, transport…), qui se maintient dans la tombe. Le dépôt des os dans la sépulture conduit en tous les cas à une mise en place « plus ou moins complexe, dans laquelle transparaît le souci d’intégrer le plus largement possible les restes humains à l’espace constitué pour eux et au service céramique » (Friboulet 2009, p. 231).

Fig. 17 : Bezannes « Les Marsillers », le cas de l’incinération 36.

Fig. 18 : Ensevelissement des os brûlés : extrait de la typologie du traitement des os (Flouest 1993).

Fig. 19 : les actions d’ensevelissement reconnues en Champagne-Ardenne.

Fig. 20 : exemples de modes d’ensevelissement. A : Bétheniville – B : Doux, site 4.

Fig. 21 : dépôt multiple et remplissage des urnes cinéraires ; le cas de Bezannes.

89Si peu de constantes se dégagent pour l’heure de la relation entre différents traits de la pratique funéraire, le geste se structure en revanche de manière répétée autour d’un dépôt dit principal et de dépôts dit annexes ou supplémentaires en raison d’un moindre volume d’os. Leur contenu osseux, par exemple à « La Croizette », ne dépasse pas le tiers du poids des dépôts « principaux ». Avec une moyenne de 45 g. d’os, une tombe peut totaliser jusque six dépôts « annexes » (Le Goff et Guillon dans Lambot et al. 1994). Après crémation, la représentation du défunt évoque finalement un corps sécable ; au cours des funérailles, ses restes étant distribués selon un principe qui nous échappe mais qui conduit in fine à plusieurs actions d’ensevelissement au sein d’une même sépulture. Ce constat fait écho à la tendance plus générale, qu’il nous semble important de souligner ici, de « distribuer » reliquats céramique, résidus de combustion du bûcher et os entre différents types de structures.

6.3. Multiplication des actions d’ensevelissement des os et des restes du bûcher

90En effet, l’espace funéraire à la fin de La Tène joue un rôle complexe dans la gestion des cadavres. Peu de traces du lieu de crémation sont identifiées, à l’exception d’un bûcher quasi vidé à « La Croizette ». Si la fonction « conservatoire », évoquée ci-dessus par le biais des actions d’ensevelissement, est mieux documentée, d’autres actions sont également perceptibles témoignant sans doute d’autres fonctions des funérailles (rites d’agrégation, de marge ..). Elles conduisent à des situations archéologiques qui laissent perplexes en raison du caractère résiduel du contenu, évoquant habituellement deux interprétations antagonistes : le rejet de vidange de bûcher ou un ensevelissement ritualisé.

91L’ensevelissement des « cendres » et des os s’effectue dans différents types de structures (voir chapitre 2). Parfois, il s’agit de structure spécifique. Ainsi, os et résidus du bûcher se combinent dans les fosses dites annexes ou additionnelles quand le raccord a pu être établi avec une tombe (Ménil-Annelles). À Bétheniville, les os y figurent en faible quantité (5 g). Dans d’autres cas, l’ensevelissement s’effectue dans une fosse ayant déjà une fonction. À ce titre, le présent corpus apporte de nouvelles configurations avec des dépôts de « cendres » mis en place cette fois dans les tombes, à côté de l’amas osseux (fig. 20a). À nouveau, la part de restes osseux y est faible, de sorte que le transfert vers la tombe concerne assurément le combustible après extraction des os ou un secteur du bûcher éloigné du corps. Ce geste diffère de l’action de combler la sépulture avec les restes du bûcher, cas déjà observé à « La Croizette » (tbe 112) car il conduit à un dépôt plus élaboré, parfois contenu dans un récipient.

92Les fossés d’enclos sont également impliqués dans l’ensevelissement combinant os, résidus de combustion avec des mobiliers résiduels. Localisée ou répandue en large nappe, leur mise en place pose question. Plusieurs hypothèses sont habituellement proposés : un dépôt perturbé de mobilier, une tombe à incinération mal conservée, implantée ou glissée dans le fossé, un rejet de bûcher (Chossenot 1997). Du point de vue osseux, ce contexte reste à ce jour mal connu ; le sondage du fossé du site d’Auberive atteste pour le moins la présence d’os assurément humains.

93On citera encore parmi les manières d’ensevelissement, le cas de la fosse n° 7 de « La Croizette ». En position centrale sous un bâtiment, cette dernière correspond au creusement successif de trois fosses dont la configuration du remplissage est éloignée du profil classique des tombes ; une importante masse de 1241 g d’os est recouverte d’un vase sans fond et par ailleurs, les tessons d’une quinzaine de vases résiduels sont épars dans le comblement (Lambot et al. 1994). Quelle fonction pour ce type de structure ?

94Les os semblent absents, en revanche, de certains types de structures rencontrées dans les ensembles funéraires. Ils sont peu décrits dans les fosses à dépôts de mobilier. D’après le présent corpus comme d’après l’observation d’une portion de fossé d’enclos de Bouy « Le Guillardet », riche en mobilier, les os semblent absents de ce type de contexte (Chossenot 1997, p. 178).

95Ces configurations pourraient relever de certaines étapes des funérailles qui ne concernent pas les restes du défunt contrairement aux structures qui contiennent des os et/ou des cendres. Ces dernières témoignent de la complexité d’un moment spécifique consacré à l’intégration physique du défunt dans la tombe et à la conservation de ses restes.

96En d’autres termes, le statut définitif du défunt à l’issue des funérailles s’accompagnerait de la multiplication des actions de d’enfouissement et de la distribution des os et des cendres dans plusieurs structures (Thomas 2000, Van Gennep 1909). Plus largement, les enjeux de la reconnaissance des actions d’ensevelissement impliquant les os du défunt et le bûcher funéraire ouvrent sur la caractérisation les différentes étapes des funérailles mises en œuvre chez les Rèmes, à partir des deux derniers siècles avant J.-C.

7. Le « recrutement » des ensembles funéraires (c. p.)

97La composition de la population des ensembles funéraires sera abordée essentiellement du point de vue du nombre de défunts regroupés et du recrutement selon l’âge au décès. En effet, l’accès aux autres critères biologiques est limité du fait de la pratique de la crémation. Des structures non sépulcrales découvertes sur les sites considérés, tels que les fosses contenant un dépôt de mobilier ou de résidus de combustion avec quelques os, ne seront pas abordées ici.

7.1. Le nombre de défunts

98Du présent corpus, on retiendra six sites funéraires constitués de tombes datées de La Tène finale, et dont certains sont occupés aussi au cours de la période romaine (Doux, Caurel). Le corpus est comparé à six autres sites fouillés antérieurement (Acy-Romance « La Croizette », Acy-Romance « La Noue Mauroy I », Thugny-Trugny « Le Mayet », Ménil-Annelles « le Montant de l’Obit », Juniville « Sous Blosseru », Ville-sur-Retourne « Budant à la Route de Pauvres »), pour lesquels nous disposons d’une étude anthropologique et ce, dans le but de caractériser le recrutement des défunts pour une période couvrant le milieu du IIe siècle jusqu’à la fin du Ier siècle av. J.-C. Le second objectif est de percevoir des modifications dans le recrutement des défunts. Les sites de notre corpus regroupent de 1 à 19 sépultures tandis que la quantité de sépultures est, dans l’ensemble, plus importante pour les sites référents, qui totalisent de 5 à 34 tombes. La totalité du corpus compte donc 144 sépultures datées des deux derniers siècles avant notre ère, pour 163 individus (fig. 22).

99Le corpus présenté ici documente donc plutôt des sites laténiens de petit module, comprenant moins de 5 tombes (5 parmi les ensembles considérés), voire des tombes « dites isolées », tandis que les sites fouillés plus anciennement, quant à eux, illustrent des ensembles d’un module plus important, entre 20 et 30 tombes. Est-ce la traduction d’une tendance à la dispersion des sépultures au cours des deux derniers siècles de notre ère comme le suggèrent les multiples nécropoles découvertes autour du village de la Warde, à Acy-Romance ? Les pratiques funéraires de l’époque laissent-elles peu de traces archéologiques ? On rappellera ici le nombre important de défunts concernés par les os erratiques dispersés dans l’habitat.

7.2. Les sépultures plurielles

100Une réponse partielle à ces nécropoles de petits modules, pourrait être l’association de plusieurs défunts dans la même tombe. Bien que les sépultures individuelles dominent largement le corpus, la présence de sépultures plurielles avoisine les 12 %. Ces dernières s’avèrent fréquentes à La Tène finale ; 9 sites totalisent 18 associations, pour 37 individus. L’importance de ce phénomène à La Tène finale (17 doubles pour une triple) semblerait contraster avec leur faible nombre au Haut-Empire, si l’on se base sur le site de Ville-sur-Retourne où deux sépultures doubles seulement ont été découvertes. Cette pratique s’observe aussi bien dans un espace funéraire dédié à un unique monument funéraire (trois morts dans la tombe centrale de Bétheniville) que dans les ensembles funéraires communautaires (15 cas). On en compte parfois jusqu’à 4 sur le même site.

101La majorité des sépultures plurielles se trouve sur des sites localisés dans le nord de la région (autour de Rethel, Ardennes) ; mais on ne dispose pas d’assez d’éléments en Champagne pour savoir si cette situation reflète une spécificité des populations vivant dans cette partie de la région.

102L’interprétation de la présence de plusieurs défunts dans une même sépulture à incinération est possible lorsque la robustesse osseuse ou la maturation osseuse permet de les distinguer. La majorité des associations concerne un adulte et un enfant (13 cas), le regroupement de deux adultes a été constaté 5 fois. Dans un cas, deux adultes et un enfant se trouvent dans la même tombe.

103Ces associations soulèvent plusieurs questions, notamment le moment du regroupement des défunts, (sur le bûcher, dans la tombe) et l’ordre d’introduction des défunts dans les contenants cinéraires.

104Si l’ordre des dépôts des os (simultanés ou dissociés) peut être approché par les observations archéologiques, il est plus délicat d’accéder à l’étape précédente. Les défunts peuvent avoir été brûlés en même temps ou à des moments distincts, sur un même bûcher ou sur des bûchers séparés, et ensuite déposés dans une même tombe. Un usage répété des bûchers est également évoqué pour expliquer les associations de défunts, conduisant à l’hypothèse d’un regroupement involontaire des os. Dans les faits, il est observé, dans les tombes doubles, que l’ensevelissement des os concerne les restes mélangés de plusieurs défunts. Parfois l’individualité du sujet est maintenue avec des dépôts osseux distincts.

105Trois exemples du présent corpus illustrent une association de sujets (fig. 23) ; Bétheniville (Achard-Corompt et al. 2008), Bezannes « les Marsillers » (Verbrugghe 1996), Caurel (Koehler et Bonnabel 2004). Sur aucun de ces trois sites, on ne peut être assuré d’une crémation conjointe des corps. En revanche, le dépôt des os semble simultané et volontaire à Bétheniville. La tombe contient les ossements de trois défunts dont un enfant. Le mode de dépôt témoigne d’une individualisation des sujets par l’ajout d’objets spécifiques (grelot, nombreuses fibules de taille différente).

106Pour Caurel, l’association des défunts nous semble en revanche fortuite, car le second défunt de la sépulture 29 n’est représenté que par 4 g d’os. Il pourrait s’agir dans ce cas d’un ramassage accidentel sur le bûcher, des restes de crémation précédente.

107Pour Bezannes, trois sépultures contenaient plusieurs dépôts osseux répartis dans différents contenants. Dans deux cas, aucune pièce en double ni de maturité incompatible n’est observée. L’hypothèse de l’auteur est qu’il s’agit des restes d’un seul individu réparti dans plusieurs contenants (I. Le Goff dans Verbrugghe 1996). Dans un cas, il s’agit d’une tombe double regroupant les restes d’un enfant et d’un adulte. Les os du sujet adulte (NMI) sont distribués dans trois vases et regroupés avec ceux de l’enfant dans une seulement des céramiques.

7.3. Composition de la population

108La population d’après le corpus considéré ici est composée d’adultes et de sujets immatures, ceux-ci présents dans les deux tiers des sites, mais en faible nombre (entre 1 et 4) (fig. 24), sauf à Bétheniville où figurent trois enfants pour quatre adultes. Les espaces funéraires centrés autour d’un monument sembleraient accessibles, comme les espaces funéraires communautaires, aux sujets immatures. Ces immatures se répartissent de manière à peu près comparable dans toutes les classes d’âge, à raison de un à quatre individus, à l’exception de celle des 15-19 ans, totalement absente du corpus (fig. 25). L’absence de très jeunes enfants (fœtus et périnatal) est également à souligner. La distribution ne reflète sans doute pas la réalité démographique de l’époque. Ces deux classes d’âge sont sous-représentées, pour des raisons diamétralement opposées. Les grands adolescents sont en effet peu touchés par la mort. À l’inverse les sujets périnataux, dont on considère qu’un quart mourait avant un an, ont pu faire l’objet de traitements funéraires spécifiques ou être enfouis dans des lieux différents. Cette absence peut également résulter des difficultés à les percevoir par les méthodes de l’archéologie.

109À partir du Ier siècle ap. J.-C., le rapport adulte/immature se modifie, ces derniers étant mieux représentés dans les nécropoles. Ainsi, leur présence peut dépasser les 50 % des défunts gallo-romains à Caurel.

110Un phénomène majeur se produit aussi à cette époque, inconnu à La Tène finale, qui concerne l’apparition d’espaces funéraires consacrés aux très jeunes enfants (sujets périnataux et nourrissons). Ces ensembles, illustrés ici par les exemples de Sommesous et de Caurel, peuvent prendre deux formes : soit un recrutement sélectif d’enfants (jusqu’à 21 à Sommesous) pendant une phase de la nécropole, soit leur regroupement dans un espace spécifique au sein d’une nécropole communautaire ouverte à des enfants plus âgés et aux adultes (Caurel) (fig. 26).

Fig. 22 : nombre de sépultures par ensemble funéraire pour les deux derniers siècles avant notre ère.

Fig. 23 : association de défunts dans la même sépulture, proportions de sépultures plurielles.

Fig. 24 : représentation des immatures au sein des sites des deux derniers siècles avant notre ère.

Fig. 25 : répartition des immatures par classes d’âge au sein d’ensembles funéraires.

Fig. 26 : exemples d’espaces funéraires gallo-romains consacrés aux jeunes enfants.

8. Conclusion

111Dans les années 1970 et 1980, l’intense activité de recherche dans le domaine du funéraire à La Tène finale s’est surtout déployée dans la partie septentrionale de la plaine crayeuse entre les vallées de la Suippe et de l’Aisne. Le présent corpus a contribué à élargir légèrement ce cadre, mais l’essentiel des découvertes reste néanmoins concentré dans la moitié nord de la Champagne sèche ce qui correspond peu ou prou à l’ancien territoire des Rèmes. Avec les découvertes des années 1990- 2000, on constate malgré l’importance des surfaces sondées ou fouillées que finalement les sites funéraires de La Tène finale sont rares. La modestie de ce corpus, en nombre de sites et nombre de tombes, en est une bonne illustration dont il conviendra d’en tirer les implications historiques. S’il confirme la diversité des types de sites funéraires, il documente par ailleurs une forme encore peu connue dans la région, mais pourtant attendue. Une demi-douzaine de sites funéraires de ce présent corpus concerne en effet des monuments dédiés initialement à un unique défunt. Interprétés comme les sépultures de personnes jouant un rôle politique local, marquant leur statut par un monument funéraire spécifique et par une inhumation hors espace communautaire, on pourrait s’attendre effectivement à en rencontrer d’avantage. Il conviendra d’étoffer le nombre de sites afin de percevoir plus clairement les multiples critères qui ont présidé à l’implantation des sites funéraires dans le paysage à l’époque laténienne.

112Pour ce qui concerne la tombe, c’est par le biais du mobilier que nous avons approché quelques aspects des pratiques funéraires malgré le nombre réduit des sépultures considérées. Les tendances observées retrouvent celles décrites à la fin de l’Âge du fer pour les nécropoles de plus grande ampleur comme Acy-Romance. Pour La Tène D1b-D2a au sein des tombes sous édicule, on peut observer des différences de statuts, fortement marquées à travers le mobilier, avec une nette disparité entre la tombe de La Veuve, au dépôt mobilier très modeste incluant un pot à cuire en guise d’urne, et les sépultures dites riches d’Aubérive ou de Bétheniville. En revanche, l’architecture aérienne, visible, nous renvoie d’autres signaux, car ces mêmes tombes bénéficient toutes d’un monument funéraire affichant une certaine ostentation.

113Un effort particulier est porté, au cours de ce travail, sur la caractérisation et sur l’articulation des différents types de contextes non sépulcraux, qui pourtant participent aux espaces funéraires. Quel type de structures et à quelle place les trouve-t-on ? L’exemple de Bezannes, sur la base d‘une étude poussée de recollages inter structures, a montré toute la complexité des relations spatiale et chronologique en probable liaison entre les différentes étapes des funérailles. Par exemple, la présence récurrente de fragments d’amphore placés dans des dépôts ou plus ou moins piégés dans le comblement de trous de poteaux ou d’enclos fossoyés, témoigne, entre autres, de pratiques de libations. Autre exemple, celui des résidus du bûcher régulièrement associés, selon différents modes, aux espaces funéraires. Bien qu’insuffisamment documentés, ils semblent s’intégrer aux funérailles et, comme les os du défunt, se « conserver » autrement qu’en simple rejet de curage de bûcher.

114Si ces structures fugaces ont déjà attiré l’attention des archéologues, elles prennent du sens, peu à peu, ces dernières années. Malgré leur forme souvent « élémentaire » et un contenu fragmentaire, elles témoignent de gestes spécifiques du système funéraire de La Tène finale.

Bibliographie

Bibliographie

Achard-Corompt N., Lagatie C., 2002, Neuflize (Ardennes), lotissement « le Clos », Archéologie préventive en Champagne-Ardenne, Inrap, SRA Champagne-Ardenne, 8 p.

Achard-Corompt N., Bonnabel L., Friboulet M., Matterne V., Paresys C. 2003, Neuflize « Le Clos », DFS de fouille, Inrap, SRA Champagne-Ardenne, 134 p.

Achard-Corompt N., Le Goff I., Auxiette G., Friboulet M., Moreau C., 2008, Bétheniville « Mont de Merlan », RFO de fouille, Inrap, SRA Champagne-Ardenne, 123 p.

Achard-Corompt N., Bonnabel L., Friboulet M., Gestreau R., Giry K., Moreau C., Paresys C., Yvinec J.-H. 2006, Bussy-Lettrée « En Haut Les Gravelles ; Site 24-25 » Europort de Vatry, ZAC 2. DFS de fouille, Inrap, SRA Champagne-Ardenne, 2 tomes.

Achard-Corompt N., Delor-A A., 2008, Ecriennes (51) « Le Gercourt » section ZA, parcelles 1pp et 2pp, RFO de diagnostic, Inrap, SRA Champagne-Ardenne, 79 p.

Achard-Corompt N., Burgevin A., Delor-A A., Fechner K., Fort B., Paresys C., 2009, Recy « Déviation », RFO de fouille, Inrap, SRA Champagne-Ardenne, 2 tomes.

Achard-Corompt N., en cours, Bezannes, « ZAC 1, plateforme du tramway », sites K et L, RFO de fouille, Inrap, SRA Champagne-Ardenne.

Achard-Corompt N., Le Goff I., sans date, Bétheniville (Marne) « Mont de Merlan », un monument funéraire du début du Ier siècle avant notre ère, Archéologie préventive en Champagne-Ardenne, Inrap, SRA Champagne-Ardenne, 8 p.

Ardhuin M., 2007, Auberive – Marne « Les Grandes Fosses », Rapport de fouilles, GEACA, SRA Champagne-Ardenne, 37 p.

Barral P., 1994, Céramiques indigènes et faciès culturels à La Tène finale dans la vallée de la Saône, Mémoire de thèse pour le Doctorat de l’Université, Université de Franche-Comté, Besançon, non publié.

Bouche K. dir, 2003, Tombes aristocratiques gauloises à Raillencourt-Sainte-Olle, in Archéologie en Nord-Pas-de-Calais, plaquette 8 p., Inrap, RA Nord-Pas-de-Calais

Chossenot M., 1997, Recherches sur La Tène moyenne et finale en Champagne. Etude des processus de changement, Mémoires de la Société archéologique champenoise, n° 12, suppl. au bulletin n° 1, 407 p.

Chossenot M., 2004, La Tène finale et la période gallo-romaine dans le département de la Marne, in Chossenot R. dir., La Marne 51/1, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 96-123, (Coll. Carte Archéologique de la Gaule).

Desbrosse V. et al., en cours, Novy-Chevrières, Doux, Auboncourt-Vauzelles « A.34, sites 1, 2, 3, 4, 8, 9, 13, 15 et 16 » DFS de fouille, Inrap, SRA Champagne-Ardenne.

Denajar L. 2005, L’Aube (10), Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, X p. (Coll. Carte Archéologique de la Gaule).

Desenne S., Blancquaert G., Gaudefroy S., Gransar M., Henon B., Soupart N., 2009, Implantations et occupations des espaces funéraires au Second Âge du fer en Picardie, in Pinard E. et Desenne S. dir., Actes de la table-ronde Les gestuelles au second âge du Fer, tenue à Soissons les 6 et 7 novembre 2008, Revue archéologique de Picardie, n ° 3 / 4, p. 25 – 45.

Durand R., en cours, Avenay Val d’or « Les Courtes Royes », RFO de fouille, Inrap, SRA Champagne-Ardenne.

Flouest J.-L., Stead I., 1974, Des tombes de La Tène II et III à Ménil-Annelles et Ville-sur-Retourne (Ardennes), Bulletin de la Société Archéologique Champenoise 5, p. 59-67

Flouest J.-L., Stead I., 1977, Une tombe de la Tène III à Hannogne (Ardennes), Mémoires de la Société. d’Agriculture, de Commerce, des. Sciences et des Arts de la Marne 94, p. 55-72

Flouest J.-L., Stead I., 1981, Iron Age cemeteries in Champagne. The Third Interim Report on the excavations carried out between 1971 and 1978, Occasional Paper n° 6, British Museum, 345 p.

Flouest J.-L., 1993, L’organisation interne des tombes à incinération du IIe au Ier av. J.C.. Essai de description méthodique, in Clicquet D., Remy-Watte M., Guichard V., Vaginay M. dir., Les Celtes en Normandie. Les rites funéraires en Gaule (IIIe - Ier siècle avant J.C.), Actes du 14èmecolloque de l’AFEAF, Evreux, mai 1990, Revue archéologique de l’Ouest, supplément n° 6, p. 201-209

Friboulet M., 1997, Les cimetières du village gaulois d’Acy-Romance (Ardennes), thèse de doctorat, Université Paris I, Panthéon-Sorbonne, Paris, 2 vol.

Friboulet M., 2009, La céramique des cimetières d’Acy-Romance (Ardennes) : choix assemblages et usages, in Pinard E. et Desenne S. dir., Les gestuelles au Second Âge du fer, actes de la table-ronde tenue à Soissons les 6 et 7 novembre 2008, Revue archéologique de Picardie, n° 3/4, p. 223-232

Guillier G., 1991, Une nécropole de La Tène II à Sommesous « la Côte d’Orgeval », Rapport de fouille, AFAN, SRA Champagne-Ardenne, 61 p., 93 fig.

Hugon Z., Avival F., Saurel M., 2007, Val de Vesle « Les Ormissets » (Marne), RFO de diagnostic, Inrap, SRA Champagne-Ardenne, 15 p.

Jonot M., 1980, la nécropole à incinération de La Tène III, « le Bois de Perthes » à Crugny (Marne), Bulletin de la Société archéologique Champenoise, 4, p. 4.

Koehler A., Bonnabel L., 2004, Caurel « le Puisard » (51). Nécropole antique, DFS de fouille, Afan, SRA Champagne-Ardenne, 2 vol., 63 p.

Lambot B., 1981, Sépultures de La Tène finale à Vieux-les-Asfeld (Ardennes), Bulletin de la Société archéologique Champenoise, 75, p. 13-20

Lambot B., 1993, Habitats, nécropoles et organisation du territoire à La Tène finale en Champagne septentrionale, in Monde des morts et monde des vivants en Gaule rurale, Actes du colloque ARCHEA/AGER. Orléans 7-9 février 1992,. 6e supplément à la Revue archéologique du centre de la France, p. 121-151.

Lambot B., Friboulet M., Meniel P., 1994, Le site protohistorique d’Acy-Romance (Ardennes) – II. Les nécropoles (1986-1989) dans leur contexte régional, Mémoires de la Société archéologique Champenoise, n° 8, supp. au bull n° 2, p. 315

Lambot B., Friboulet M., 1996, Essai de chronologie sur le site de La Tène finale d’Acy-Romance (Ardennes), in La chronologie du Second Âge du fer en Gaule du Nord, Actes de la table-ronde, Ribemont-sur-Ancre, octobre 1994, Revue d’Archéologie de Picardie, n° 3/4, p. 123-151

Lambot B., Casagrande P., 1996, Les Rèmes à la veille de la romanisation. Le Porcien au Ier siècle avant Jésus-Christ, Revue archéologique de Picardie, n° spécial 11, p. 13-38.

Lambot B., 1998 a, Essai d’approche démographique du site de La Tène finale d’Acy-Romance (Ardennes), in Brunaux J.-L., Leman-Delerive G, . Pommepuy C. dir, Les rites de la mort en Gaule du Nord à l’Âge du fer. Actes de la table-ronde, Ribemont-sur-Ancre, 1997, Revue archéologique de Picardie, n° 1 / 2, p. 71 – 84.

Lambot B., 1998b, Les morts d’Acy-Romance (Ardennes) à la Tène finale. Pratiques funéraires, aspects religieux et hiérarchie sociale, in Leman-Delerive G. dir., Les Celtes : rites funéraires en Gaule du Nord entre le VIe et le Ier siècle avant Jésus-Christ. Recherches récentes en Wallonie, Ministère de la Région wallonne. Direction générale de l’Aménagement du territoire, du Logement et du Patrimoine, Division du Patrimoine et Maison de la Culture de Tournai, Namur, p. 73-87 (Etudes et Documents, série Fouilles, 4).

Lambot B., 2000, Les enclos funéraires en Champagne : indicateurs chronologiques, sociaux culturels ?, Revue archéologique de Picardie, n° 1/2, p. 147-159.

Lambot B., 2002, Noblesse, Aristocratie et signes extérieurs de richesse à La Tène finale en Champagne, in Guichard V., Perrin F. dir, L’aristocratie celte à la fin de l’âge du Fer (IIe s av. au 1er siècle ap. J.-C.), Actes de la Table Ronde de Glux-en-Glenne juin 1999 Centre archéologique européen du Mont Beuvray, p. 87-108 (Bibracte 5).

Lambot B., 2006, La Champagne et les Rèmes, in Kruta V., Licka M., Cession-Louppe J., Celtes, Belges, Boïens, Rèmes, Volques…, catalogue d’exposition, musée royal de Mariemont, p. 222 -241

Lambot B., 2007, Crémation et organisation de la société chez les Rèmes : l’exemple d’Acy-Romance (Ardennes), in Kruta V., Leman-Delerive G., Feux des morts, foyers des vivants, Revue du Nord n° 11, p. 107-122, hors série (coll. art et archéologie)

Le Goff I., Achard-Corompt N., 2009, La Veuve « le Champ Pertaille », RFO de fouilles, Inrap, SRA Champagne-Ardenne, 41 p.

Malrain F., Gaudefroy S., Gransar F. 2005, La Protohistoire récente IIIe siècle – Ière moitié du premier siècle avant notre ère, in La Recherche archéologique en Picardie : bilan et perspectives. Journée d’études tenues à Amiens mars 2005, Revue archéologique de Picardie, n° 3-4, 127- 176 p.

Malrain F., Pinard E., 2006, Les sites laténiens de la moyenne vallée de l’Oise du Ve au Ier siècle avant notre ère, Revue archéologique de Picardie, n° spécial 23, 268 p.

Metzler-Zens N., Metzler J., Meniel P., Bis R., Gaeng C., Villemeur I., 1999, Lamadelaine. Une nécropole de l’oppidum du Titelberg, Luxembourg, Musée d’Histoire et d’Art, 471 p. (Dossiers d’Archéologie du Musée d’Histoire et d’Art VI).

Metzler J., Waringo R., Bis R., Gaeng C., Metzler-Zens N., 1991, Clémency et les tombes de l’aristocratie en Gaule Belgique, Luxembourg, Musée d’Histoire et d’Art, 182 p. (Dossiers d’Archéologie du Musée d’Histoire et d’Art I).

Metzler J., Gaeng C., 2009, Goeblange-Nospelt. Une nécropole aristocratique trévire, Luxembourg, Musée d’Histoire et d’Art, 559 p., (Dossier d’archéologie du Musée d’Histoire et d’Art XIII).

Moreau C., 2009, Les occupations protohistoriques et antiques du site de Bussy-le-Château « Bout des Forces » (Marne), in Vanmoerkerke J. dir, Le Bassin de la Vesle du Bronze final au Moyen Âge. À travers les fouilles du TGV Est, Bulletin de la Société archéologique champenoise, 102, n° 2, p. 193-231.

Pion p., Guichard V. dir., 1993, Tombes et nécropoles en France et au Luxembourg entre le IIIe et le Ier siècle avant J.-C. Essai d’inventaire, in Clicquet D., Remy-Watte M., Guichard V., Vaginay M. dir., Les Celtes en Normandie. Les rites funéraires en Gaule (IIIe - Ier siècle avant J.C.). actes du 14èmecolloque de l’AFEAF, Evreux, mai 1990, Revue archéologique de l’Ouest, supplément n° 6, p. 175-200.

Roualet P., 1977, Cimetières à incinération d’Hauviné et Saint-Clément-à-Arnes (Ardennes) 1ere partie, mémoires de la Société d’Agriculture, Commerce, Sciences et Arts du département de la Marne, 72, p. 37-53.

Sankot P., 1976-77, Le rite funéraire des nécropoles laténiennes en Champagne, Etudes celtiques, 15, p. 49-94.

Saurel M., 2009, De l’habitat à la sépulture : quelques aspects du dépôt de vaisselle dans les tombes du Ve au IIIe siècle av. J.-C. en Champagne, in Pinard E., Desenne S. dir., Les gestuelles au Second Âge du fer, Actes de la table-ronde tenue les 6 et 7 novembre 2008, Revue archéologique de Picardie, n° 3/4, p. 233-244.

Stead I., Flouest J.-L., Rigby V., 2006, Iron Age and roman Burials in Champagne, Oxford, Oxbow Books, 372 p.

Thomas L.V., 2000, Les chairs de la mort. Corps, mort, Afrique, Paris, 572 p. (coll. Les empêcheurs de penser en rond)

Truc M.-C., en cours, Pont-sur-Seine / Marnay, site 1, RFO de fouille, Inrap, SRA Champagne-Ardenne.

Van Doorselaer A., 2000, Les tombes à incinération à l’époque gallo-romaine en Gaule septentrionale : introduction générale, in Les nécropoles à incinération en Gaule Belgique", Actes du XIXe colloque international du CRAU tenue les 13 et 14 décembre 1996, Revue du Nord, n° 8 hors série, p. 9-14., (art et archéologie).

Van Gennep A.,1909, Les rites de passage, Paris, Nourry.

Verbrugghe G., Friboulet M., 1996, Bezannes « Les Marsillers ». Un habitat rural de l’Âge du bronze (BF III) et des incinérations de l’âge du Fer (La Tène finale), DFS de sauvetage urgent, Afan, SRA Champagne-Ardenne, 72 p.

Verbrugghe G., 1997, Un habitat rural de la fin de l’Âge du bronze (BF III) : les « Marsillers » à Bezannes (Marne), Bulletin de la Société archéologique champenoise 90, n° 4, p. 31-80.

Verbrugghe G. dir. 2010, Livry-Louvercy (Marne) la Rue Monthoison, Tombe à char du début du Second Âge du fer, enclos funéraires du début de notre ère et éléments de parcellaires, RFO, Inrap, SRA Champagne-Ardenne, 2 vol., 160 p.

Verger S., 1994, Les tombes à char de La Tène ancienne en Champagne et les rites funéraires aristocratiques en Gaule de l’Est au Ve siècle av. J.-C., mémoire de thèse, Université de Bourgogne, non publié, 3 vol., 709 p.

Notes

1 Des habitats de l’Âge du bronze ont été fouillés à proximité des enclos de Bezannes « Les Marsillers », de La Veuve « le Champ Pertaille » ou de Doux « La Cayabre ». Un habitat de La Tène ancienne se trouvait également à Neuflize « Le Clos » et des indices de site funéraire de La Tène ancienne près de Bétheniville « Mont de Merlan ». Enfin une occupation La Tène moyenne jouxtait le site de Bussy-Lettrée « Europort Vatry, site 24-25 »

2 L’enclos de Bétheniville, « Le Mont de Merlan », pourrait être en relation avec un établissement rural repéré lors de prospections aériennes.

3 Le ou les bûchers funéraires des ensembles étudiés n’ont jamais été observés.

4 Cette tombe constitue un cas particulier dans la mesure où les restes incinérés d’un adulte jeune (< 30 ans) ont été répartis dans deux récipients dont un est attribuable à la fin de l’Âge du bronze : il fut vraisemblablement récupéré sur le site parmi les vestiges de l’habitat antérieur (Verbrugghe 1997).

5 Que M. Ardhuin et M. Grand soient ici remerciés de nous avoir présenté la fouille et les os incinérés d’Auberive.

Table des illustrations

Légende Fig 1 : inventaire des sites funéraires de La Tène finale.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7062/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 2 : distribution chronologique des sites étudiés.DAO plans originaux Inrap sauf n° 13 : GEACA. 10 et 17 : N. Achard-Corompt, 11 : N. A-C. et S. Culot, 12 : A. Koehler, 13 : P. Prilleux, 14 : G. Verbrugghe, 15 : F. Krolikovski, 16 : S. Culot, 18 : V. Desbrosse, 20 : G. Guillier, 21 et 23 N. A-C. et E. Vauquelin, 22 : R. Durand et P. Stocher.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7062/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Fig. 3 : les espaces funéraires individuels et isolés.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7062/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Fig. 4 : les espaces funéraires communautaires.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7062/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 5 : les espaces funéraires ayant livré des vestiges mobiliers et immobiliers de La Tène finale.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7062/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Fig. 6 : les différentes composantes des espaces funéraires.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7062/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Fig. 7 : corpus des tombes à incinération prises en compte pour l’étude de mobilier.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7062/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Fig. 8 : représentation des différentes catégories de mobilier au sein de contextes identifiés comme sépultures (présence/absence). Les éléments en "D" n’ont pu être rattachés à une catégorie reconnue et ont été exclus du graphique.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7062/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig 9 : nombre de fibules par tombe.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7062/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende Fig. 10 : Un choix inhabituel de récipient comme urne cinéraire à La Veuve « Le Champ Pertaille » (Marne) ; l’exposition au feu est incertaine pour ce récipient commun, alors que les autres vases sont très altérés par le passage sur le bûcher ; les quelques éléments métalliques de la sépulture ne sont pas figurés (relevé de la tombe J.-J. Bigot et S. Culot, dessin céramique P. Verbrugghe).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7062/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Fig. 11 : A et B. Bétheniville "Mont de Merlan" (Marne).A - Mobilier exceptionnel de la tombe 106 àB - Exemple de mobilier issu d’une tombe modeste (dessin céramique M. Friboulet, dessin autres mobiliers I. Turé, cl. I. Le Goff).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7062/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 12 : comparaison de la composition fonctionnelle des dépôts particuliers de Bezannes "Les Marsillers", de l’hypothétique sépulture 36 et des dépôts funéraires du corpus.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7062/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Fig. 13 : Bezannes « Les Marsillers », forme et composition de la tombe 20.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7062/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Fig. 14 : Bezannes « Les Marsillers », liaisons entre tessons céramiques issus de structures distinctes.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7062/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Fig. 15 : Bezannes « Les Marsillers », phasage et liaisons inter structures.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7062/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 16 : Bezannes « Les Marsillers », un exemple de dépôt de mobilier (st. 17).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7062/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Fig. 17 : Bezannes « Les Marsillers », le cas de l’incinération 36.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7062/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Fig. 18 : Ensevelissement des os brûlés : extrait de la typologie du traitement des os (Flouest 1993).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7062/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Fig. 19 : les actions d’ensevelissement reconnues en Champagne-Ardenne.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7062/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 20 : exemples de modes d’ensevelissement. A : Bétheniville – B : Doux, site 4.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7062/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 21 : dépôt multiple et remplissage des urnes cinéraires ; le cas de Bezannes.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7062/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 22 : nombre de sépultures par ensemble funéraire pour les deux derniers siècles avant notre ère.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7062/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Fig. 23 : association de défunts dans la même sépulture, proportions de sépultures plurielles.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7062/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Fig. 24 : représentation des immatures au sein des sites des deux derniers siècles avant notre ère.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7062/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Fig. 25 : répartition des immatures par classes d’âge au sein d’ensembles funéraires.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7062/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende Fig. 26 : exemples d’espaces funéraires gallo-romains consacrés aux jeunes enfants.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7062/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

Auteurs

SRA de Champagne-Ardenne 3 Faubourg Saint-Antoine 51 000 Châlons-en-Champagne, vincent.garenaux@culture.gouv.fr

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search