Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Volume II. Gestes funéraires en Gaule au Second Âge du fer

Le système de suspension à anneaux et garnitures tubulaires métalliques des armes de poing du Ve siècle av. j.-c. de la culture Aisne-Marne

Michaël Landolt et Franck Mathieu

Résumé

Les éléments métalliques retrouvés en association avec les dagues jogassiennes de la nécropole de Chaillon (Meuse) permettent de restituer le système de suspension des armes de poing du Ve siècle av. J.-C. mettant en oeuvre des anneaux et des garnitures tubulaires. Ces éléments, mis en évidence dans plusieurs sépultures du Nord de la France, pourraient être caractéristiques de la culture Aisne-Marne.

Texte intégral

1 Les systèmes de suspension des armes de poing du Hallstatt final et de La Tène ancienne ont rarement fait l’objet d’études particulières car ils mettent principalement en œuvre des matériaux périssables. Il existe cependant quelques études ponctuelles pour le début de La Tène, notamment pour les sépultures d’Aure, de Manre (Ardennes), de Bouranton (Aube) et de Saint-Denis-de-Palin (Cher) (Rozoy 1986-1987 ; Rapin 1999, 2000).

  • 1 Quelques sépultures à épées du Hallstatt C ont livré des anneaux métalliques (en fer ou en alliage (...)

2Pour le Ve siècle av. J.-C., un système utilisant des anneaux et des garnitures tubulaires métalliques, ne trouvant pas d’équivalent au début de la période hallstattienne1, a été mis en évidence dans plusieurs contextes funéraires. L’analyse des sépultures de Chaillon (Meuse), éclairée par quelques découvertes plus anciennes, permet désormais de proposer une première hypothèse de reconstitution.

1. Les garnitures tubulaires dans les sépultures à armes du Hallstatt final (Hallstatt D2-D3)

  • 2 Les dagues jogassiennes du Hallstatt final utilisent des fourreaux mixtes bimétalliques (alliage cu (...)

3Trois sépultures de la nécropole de Chaillon « Meaucourt-Les Fonzelles » (Meuse), datées du Hallstatt D2-D3, ont livré des dagues jogassiennes2 accompagnées de leurs systèmes de suspension qui se composent d’anneaux pleins de section circulaire et de garnitures tubulaires (Delaugeas 2003 ; Landolt 2004, 2005). Ces derniers sont formés d’une petite tôle rectangulaire en alliage cuivreux repliée en « U » pour former un tube ouvert longitudinalement présentant généralement trois petites incisions parallèles aux extrémités (épaisseur de la tôle 0,5 mm).

4La sépulture 1005 a livré trois anneaux qui se trouvaient respectivement entre les deux jambes, sous la dague et contre la jambe droite (fig. 1, n° 1). Ils étaient associés à trois petites garnitures tubulaires localisées à droite du pied droit, entre les deux jambes et au fond de la fosse à un emplacement indéterminé. La présence de traces de matière organique minéralisée sur l’un d’eux témoigne de l’existence d’un lien en cuir. Dans la tombe 1018, cinq petits anneaux ont été retrouvés au niveau de l’avant-bras droit (2 ex.), à droite du bassin (2 ex.) et contre la jambe droite (fig. 1, n° 2). Deux fragments de garnitures tubulaires, appartenant probablement à un même objet fragmenté, se trouvaient entre la jambe droite et la dague. Enfin, dans la sépulture 2008, trois petits anneaux se trouvaient à droite des vertèbres lombaires et deux à l’arrière de la dague (fig. 1, n° 3). Une seule petite garniture tubulaire complète se trouvait à droite des vertèbres lombaires. Un fragment de tôle pourrait appartenir à une seconde garniture incomplète.

  • 3 La section de l’anneau de la sépulture 192 de Chouilly « Les Jogasses » (Marne) est pentagonale. Un (...)

5L’intérêt de la nécropole de Chaillon dans l’étude de la suspension des dagues jogassiennes est à souligner car il s’agit des seuls ensembles récemment mis au jour et de ce fait bien documentés. En effet, les autres exemplaires sont tous issus de fouilles anciennes, de dragages fluviaux ou de contextes imprécis (Charpy 1995). En contexte funéraire, le système de suspension utilise toujours des anneaux pleins en alliage cuivreux de section plus ou moins circulaire aux diamètres externes compris entre 14 et 25 mm3. Dans une même sépulture, deux modules d’anneaux peuvent parfois être associés (Chaillon et Saint-Denis-la-Populeuse) et leur nombre peut varier jusqu’à cinq (généralement trois ou cinq).

2. Les garnitures tubulaires dans les sépultures à armes du début de La Tène ancienne (La Tène A1-A2)

6Des garnitures tubulaires comparables à celles retrouvées à Chaillon existent dans des ensembles funéraires de La Tène ancienne de l’Aisne, de la Marne et de l’Yonne.

7La sépulture 4 collective de Saint-Jean-sur-Tourbe « Jardinet » (Marne) regroupe cinq individus ayant livré des dépôts funéraires datés de la transition Hallstatt D3/La Tène A et de La Tène A (Thénot 1975, 1982) (fig. 1, n° 4). Plusieurs objets fragmentés non attribués à l’une ou l’autre inhumation sont issus de cette sépulture, notamment une garniture tubulaire en alliage cuivreux et un fragment de fourreau en fer avec gouttière latérale en alliage cuivreux. La réouverture de cette sépulture pourrait expliquer leur fragmentation et leur attribution à la sépulture 4 peut être proposée en raison de la présence d’armement (pointe de lance) et de trois anneaux en alliage cuivreux. La sépulture de Saint-Martin-du-Tertre « Les Croûtes » (Yonne), probablement une tombe à char, est une inhumation vraisemblablement masculine datée de La Tène A (Barbier et Villes 1981) (fig. 1, n° 5). La présence d’un système de suspension, constitué de cinq anneaux pleins et de deux garnitures tubulaires en alliage cuivreux, a suggéré le prélèvement d’une arme de poing peu de temps après l’inhumation.

  • 4 Le poignard ne provient pas de Mairy-sur-Marne (Bretz-Mahler 1971) mais de Sogny-aux-Moulins (Verge (...)

8La tombe à char 236 de Sogny-aux-Moulins « Terres Brûlées » (Marne), datée de La Tène A1, a livré un poignard en fer associé à un fourreau en fer présentant un pontet étroit très allongé (60 x 6 mm) (Verger 1994, 1999) (fig. 1, n° 7)4. L’oxyde du fourreau a fixé deux anneaux en fer et deux garnitures tubulaires en alliage cuivreux de part et d’autre du pontet (fig. 2, A). Deux autres anneaux moulurés en alliage cuivreux appartenaient probablement aussi au système de suspension de l’arme.

9La sépulture 200 de Sogny-aux-Moulins, également datée de La Tène ancienne, a livré une garniture tubulaire identique à celle de la sépulture 236 (Verger 1994) (fig. 1, n° 6). Le poignard et sa suspension ont certainement été récupérés lors du pillage de la sépulture.

  • 5 La garniture tubulaire ne provient pas de Charmont (Thénot 1982) mais de Vert-Toulon, anciennement (...)

10Une paire de garnitures tubulaires et une autre d’anneaux en alliage cuivreux sont issues de la sépulture 9 de Vert-Toulon « Charmont » (Marne) (Thénot 1982) (fig. 1, n° 8)5. S’il s’agit d’une sépulture masculine, l’arme pourrait avoir été absente dès l’inhumation ou avoir fait l’objet d’une récupération après l’inhumation.

Fig. 1. garnitures tubulaires et anneaux associés à la suspension d’armes de poing et carte de répartition des garnitures tubulaires provenant de contextes d’habitats et de nécropoles (sépultures masculines et féminines) (M. Landolt).

11Quatre garnitures tubulaires et les fragments d’une plaque de revers de fourreau à pontet étroit fixé par deux disques rivetés ont été retrouvés dans la tombe à char d’Évergnicourt « Le Tournant du Chêne » (Aisne), datée de La Tène A2 (Lambot 2005) (fig. 1, n° 9). Ces objets ne se trouvaient pas dans leur position originelle à cause de la réouverture de la sépulture. Trois anneaux rainurés en alliage cuivreux peuvent aussi être associés au système de suspension de l’épée.

3. Les garnitures tubulaires dans les sépultures féminines de La Tène ancienne (La Tène A1-B1)

  • 6 L’exemplaire unique de la sépulture 181 qui n’est pas associé à des anneaux présente une perforatio (...)

12Neuf sépultures féminines de la nécropole de Bucy-le-Long « La Héronnière » (Aisne) ont livré des garnitures tubulaires généralement associées à des anneaux en alliage cuivreux (sépultures 10, 13, 20, 60, 101, 114, 181, 196 et 330)6 (fig. 1, n° 11) (Desenne et al. 2009, p. 369-374). Elles sont datées de La Tène A1 (Aisne-Marne IIA) au début de La Tène B1 (Aisne-Marne IIIA). L’étude complète de la nécropole a démontré leur utilisation pour des systèmes de fixation et de préhension de contenants en matériaux organiques destinés à accueillir un trousseau féminin (céramique, trousse de toilette et aiguille à chas). Différentes hypothèses de restitutions pertinentes ont été proposées. D’un nombre identique ou inférieur à celui des anneaux, les tubes sont toujours d’une longueur supérieure au diamètre interne des anneaux. Le tube enserre l’extrémité d’une sangle et l’anneau est fixé à une autre sangle. Le tube joue le rôle de boucle amovible en étant inséré à l’intérieur de l’anneau (Desenne et al. 2009, p. 372, fig. 263, A). On notera l’absence de garnitures tubulaires dans la suspension des armes de poing de la nécropole.

13La sépulture 4 à torque de La-Croix-en-Champagne (Marne), probablement féminine et datée de La Tène A, a livré une garniture tubulaire qui pourrait appartenir à un trousseau de ce type (Thénot 1982) (fig. 1, n° 12).

4. D’autres types de garnitures tubulaires du Hallstatt final et de La Tène ancienne (Hallstatt D3- La Tène B2)

14Le manque crucial d’éléments de comparaison est à l’origine de rapprochements avec des éléments métalliques présentant quelques similitudes mais qui s’avèrent cependant appartenir à des systèmes différents. Ainsi, la morphologie et le rôle fonctionnel des garnitures tubulaires courbées du début de La Tène retrouvées dans la tombe à char de Bouranton (Aube) (Rapin 2000) et la sépulture A3 de Saint-Denis-de-Palin (Cher) (Favière et al. 1964) sont d’un autre ordre. En l’absence de pontet, elles sont destinées à être fixées aux bords latéraux d’un passant réalisé à l’arrière d’un fourreau en cuir et font partie intégrante du fourreau (Rapin 2000). De même, les petits tubes en alliage cuivreux (29 x 3 mm) retrouvés dans la sépulture masculine 28 d’Andelfingen (Suisse, Zurich : Viollier 1912, p. 43-44), datée de La Tène B2, et ceux de la tombe à char de Molinons « Les Graisses » (Yonne) datée du Hallstatt D3 (52 x 6 mm) (Baray 1999, p. 106, fig. 11) n’appartiennent pas à la catégorie des garnitures tubulaires car les deux extrémités de la tôle sont jointives. Enfin, les garnitures tubulaires du système de suspension des armes de poing peuvent aussi être confondues avec des fragments de garnitures de crochet de ceinture du début de La Tène. Ainsi, le fragment tubulaire (longueur 13 mm) retrouvé dans la tombe à char de Somme-Bionne « L’Homme Mort » (Marne) datée de la transition La Tène A1/A2, doit plutôt être mis en relation avec l’agrafe de ceinture ajourée zoomorphe retrouvée dans la sépulture (Stead et Rigby 1999, p. 136 et pl. 190, n° 4209). La garniture tubulaire en fer (40 x 6 mm) de la sépulture féminine 191 de Pont-du-Château « Champ-Lamet » (Puy-de-Dôme) correspond peut-être aussi à ce type d’élément. La perforation centrale pourrait avoir été obstruée par la présence de matière organique et de tissu minéralisés par l’oxydation (Blaizot et al. 2002, p. 32, 128-129, pl. 30, n° 36). Cette interprétation pourrait être corroborée par la présence de deux agrafes de ceinture de ce type dans la nécropole. Enfin, les deux garnitures incomplètes en alliage cuivreux provenant de Bourges (Cher) appartiennent plus vraisemblablement à des éléments d’agrafes de ceintures du début de La Tène (Milcent 2007, p. 202, n° 8281-96, pl. 95, pl. 127, n° 14185-4711). On notera que l’une d’elle a conservé sa perforation centrale.

5. Proposition de reconstitution du système de suspension à garnitures tubulaires

5.1. Synthèse de la documentation archéologique

15Les garnitures tubulaires sont généralement retrouvées dans des sépultures masculines en association avec des petits anneaux pleins métalliques et des armes de poing (poignard, dague ou épée). Si l’arme est absente, on peut suggérer sa récupération peu de temps après l’inhumation ou sa non déposition (Saint-Martin-du-Tertre, Sogny-aux-Moulins). L’existence de « sépultures de guerriers sans arme » est en effet attestée au Ve siècle av. J.-C. (Milcent 2004, p. 271-272). Les tubes retrouvés dans les sépultures masculines et féminines ne diffèrent pas morphologiquement et sont probablement issus des mêmes ateliers. Ainsi, la présence de ces objets dans des sépultures féminines évoque une extension du dispositif à d’autres usages que sa fonction initiale d’élément de ceinturon de guerrier (Bucy-le-Long, La-Croix-en-Champagne).

  • 7 Le troisième exemplaire est d’une taille différente.

16L’absence de crochet de ceinture est systématique dans les ensembles ayant livré des garnitures tubulaires. Ce phénomène peut être mis en parallèle avec ce qui a pu être mis en évidence pour les tombes à char champenoises à poignard ou à épée, où les anneaux de suspension sont fréquents et les fermoirs de ceintures particulièrement rares (Verger 1994, p. 421). Les garnitures, d’une longueur généralement d’une vingtaine de mm (longueur comprise entre 16 et 56 mm), fonctionnent généralement par paire (1 ou 2). Les exemplaires retrouvés en un seul exemplaire sont issus de contextes incertains issus de fouilles anciennes (Sogny-aux-Moulins) ou d’un ensemble funéraire ayant subi des manipulations (Saint-Jean-sur-Tourbe). Une seule sépulture a livré trois garnitures tubulaires (sépulture 1005 de Chaillon7).

17Les fourreaux composites des armes de poing du Hallstatt final étaient relativement lourds et leur fixation devait être particulièrement élaborée afin de ne pas gêner les déplacements tout en permettant une extraction facile de l’arme. Les pontets peuvent atteindre une dizaine de centimètres de longueur et il peut y avoir jusqu’à quatre anneaux (entre 14 et 36 mm de diamètre). La taille importante du pontet comparé à la finesse des anneaux pose un problème pour la compréhension et la restitution du harnachement au niveau de la taille du guerrier. Pour la période laténienne, il n’existe aucun équivalent et les modélisations proposées pour les systèmes de suspension de cette époque ne peuvent pas être appliquées pour le système à garnitures tubulaires et anneaux.

18Il est certain que les garnitures métalliques tubulaires jouaient un rôle dans la suspension en rigidifiant le cuir. En effet, les tensions subies par le cuir ont tendance à provoquer sa courbure. La fonction des petites incisions situées aux extrémités des tubes (Chaillon, Sogny-aux-Moulins) n’est pas décorative mais fonctionnelle. Les ligatures pouvaient s’y loger et compléter la fixation de la garniture à la courroie. Les croisillons centraux présents sur un exemplaire pourraient avoir la même fonction (Saint-Martin-du-Tertre). Les garnitures tubulaires peuvent être mises en parallèle avec celles fixées aux agrafes ajourées de La Tène ancienne, très répandues en Champagne, où le tube était encastré à l’extrémité de la ceinture en cuir rivetée à l’agrafe (Frey 1991 ; Leconte 1993, 1995).

5.2. Proposition de reconstitution

19La dispersion des éléments métalliques dans la sépulture 200 de Sogny-aux-Moulins et la tombe à char d’Évergnicourt n’est pas pertinente pour l’élaboration d’une restitution du système de suspension. Par contre, les sépultures de Saint-Martin-du-Tertre, 236 de Sogny-aux-Moulins et 1018 de Chaillon apportent quelques informations sur la connexion des garnitures tubulaires avec les anneaux de suspension. À Saint-Martin-du-Tertre, les garnitures tubulaires sont associées aux anneaux situés aux extrémités du système de suspension. Une modélisation peut être proposée à partir des sépultures de Chaillon et de Sogny-aux-Moulins, qui présentent de grandes similitudes avec l’association d’un anneau et d’une garniture tubulaire de chaque côté du pontet (fig. 2 et 3). Comme pour les systèmes de suspension postérieurs, l’arme de poing est placée sur la ceinture serrée à la taille et le pontet ne sert pas de passant. La largeur de la ceinture en cuir peut être évaluée à environ 7 cm dans la sépulture 1005 de Chaillon grâce à des barrettes métalliques de renforcement. Sur le côté où était portée l’arme, la ceinture (a) possède une paire de perforations circulaires (c) associée à des perforations longitudinales renforcées par des garnitures tubulaires (b) disposées sur un axe oblique correspondant à l’inclinaison de l’arme. Chaque courroie de fixation(e), repliée bord à bord en « U » est passée dans un anneau (d), dans la perforation circulaire, dans l’encoche renforcée par la garniture tubulaire, puis dans le pontet (f). Enfin, l’extrémité de la courroie est passée à travers l’anneau qui joue alors le rôle d’étrangleur. Après serrage, le pontet est emprisonné entre les anneaux débordants, les courroies et la ceinture, le fourreau se trouvant ainsi plaqué contre la ceinture en position oblique. Les anneaux supplémentaires peuvent jouer le rôle de passe-guides pour les courroies ou intervenir dans la fermeture de la ceinture. En effet, l’absence d’agrafe indique que les deux extrémités de la ceinture devaient être liées par un simple lacet de cuir. Enfin, la fixation terminale des courroies pourrait être assurée par des encoches réalisées dans la ceinture permettant leur ligature (fig. 2, B).

Fig. 2. A. Anneaux et garnitures tubulaires fixées par l’oxydation à l’arrière du fourreau du poignard de la tombe à char 200 de Sogny-aux-Moulins (Marne) (Verger 1999). B. Reconstitution du système de suspension de la dague jogassienne de la sépulture 1005 de Chaillon (Meuse) sur la ceinture. C. Système de suspension en position fonctionnelle (F. Mathieu et M. Landolt).

Fig. 3. A. Disposition des éléments de fixation du fourreau avant serrage.
B. Disposition des éléments de fixation du fourreau après serrage (pour plus de lisibilité le pontet, étranglé par les courroies en cuir, n’est pas représenté).
C. Disposition des éléments de fixation du fourreau en coupe avant serrage (F. Mathieu et M. Landolt).

20Ce système présente l’avantage de permettre au fourreau d’être facilement fixé à la ceinture lorsqu’elle est portée (fig. 2, C). Dans le cas de la présence de quatre tubes, les deux côtés de la perforation sont alors consolidés par un tube. Une modélisation où les garnitures tubulaires serviraient de pièce d’arrêt comme dans les trousseaux féminins est peu fonctionnelle avec le petit diamètre interne des anneaux qui peut être observé dans la majorité des associations.

21Pour le système de suspension d’arme de poing, l’analyse de la répartition des garnitures tubulaires métalliques évoque un système plutôt caractéristique de la culture Aisne-Marne du nord-est du Bassin Parisien (Demoule 1999) (fig. 1). Les sites de Saint-Jean-sur-Tourbe, Sogny-aux-Moulins et Vert-Toulon dans la Marne et d’Évergnicourt dans l’Aisne appartiennent bien à cette zone culturelle. Le site de Chaillon (Meuse) correspond à un des sites les plus orientaux de cette culture (Landolt 2006). La probable tombe à char de Saint-Martin-du-Tertre (Yonne) se trouve en limite du faciès bourguignon, au niveau de la confluence Seine-Aube (Baray 1999, p. 112 ; Demoule 1999, p. 154). Cette sépulture appartient au groupe des tombes à char de l’Aube et de l’est de l’Yonne rattachable aux tombes à chars champenoises (Verger 1994, p. 378). Les garnitures tubulaires des trousseaux féminins connaissent la même répartition (Aisne et Marne). Parallèlement à ces découvertes issues de contextes funéraires, plusieurs habitats ont livré des garnitures tubulaires qui ne peuvent malheureusement pas être attribuées aux systèmes masculin ou féminin. On notera par exemple l’exemplaire de Messein « Cité d’Affrique » (Meurthe-et-Moselle) (Dubreucq 2007, pl. 73, n° 10, fig. 1, n° 13), de Posieux « Châtillon-sur-Glâne » (Suisse) (Dubreucq 2007, pl. 124, n° 3, fig. 1, n° 14) pour le début de La Tène ancienne et de Bucy-le-Long « La Grande Pièce de la Croix Rouge » (Aisne) (fig. 1, n° 10), pour La Tène A2 (Aisne-Marne IIB) (Debord, Desenne 2005, p. 171, fig. 13). Ce dernier se trouve bien dans l’aire de répartition de ce type d’objet mais sa présence dans des « sites princiers » du Ve siècle av. J.-C. pourrait s’expliquer par des échanges ou témoigner de contact avec des « élites champenoises ».

22D’un point de vue chronologique, le système de suspension à anneaux et garnitures tubulaire apparaît au Hallstatt final (Chaillon) mais se développe véritablement à La Tène A (Saint-Jean-sur-Tourbe, Saint-Martin-du-Tertre, Sogny-aux-Moulins, Vert-Toulon) jusqu’à sa phase la plus récente (Évergnicourt). L’utilisation des tubes pour la confection de trousseaux a été mise en évidence pendant cette même phase de développement mais semble perdurer un peu plus longtemps, jusqu’au début de La Tène B1 (Bucy-le-Long).

23Enfin, il est important de souligner la parenté des garnitures tubulaires avec celles fixées à l’extrémité de certaines agrafes de ceintures du début de La Tène. Une confusion entre les deux types peut même facilement être réalisée, notamment en cas d’objet fragmentaire. Généralement associées à deux, trois ou cinq anneaux, elles sont retrouvées en association avec des poignards ou des épées, sauf à Ensérune (Aude) où ce type d’agrafe n’est jamais associé avec des armes. Le même type de changement fonctionnel pourrait expliquer la présence de garnitures tubulaires dans la mise en œuvre de trousseaux féminins.

Bibliographie

Bibliographie

Barbier M., Villes A., 1981, Tombe à coffrage de La Tène ancienne Ia découverte à Saint-Martin-du-Tertre (Yonne), in Kruta V. dir, L’âge du Fer en France Septentrionale, Actes du IIIe colloque de l’AFEAF, Châlons-sur-Marne, 1979, Reims, Société Archéologique Champenoise, p. 99-105 (Mémoire sde la Société Archéologique Champenoise, 2 ; Supplément au Bulletin de la Société Archéologique Champenoise, 1).

Baray L., 1999, Le faciès culturel du Sénonais au Hallstatt D et à La Tène A, in Villes A., Bataille-Melkon A. dir., 1999, Fastes des Celtes entre Champagne et Bourgogne aux VIIe-IIIe siècles avant notre ère, Actes du XIXe colloque de l’AFEAF, Troyes, 1995, Reims, Société Archéologique Champenoise, p. 93-128 (Mémoire de la Société Archéologique Champenoise, 15 ; Supplément au Bulletin de la Société Archéologique Champenoise, 4).

Blaizot F., Milcent P.-Y., avec la collaboration de Goër de Herve A. de, Macabeo G., Moulherat C., Plantevin C., Oberlin C., Surmeley F., 2002, L’ensemble funéraire Bronze final et La Tène ancienne de Champ-Lamet à Pont-du-Château (Puy-de-Dôme), Paris, Société Préhistorique Française, 164 p. (Travaux, 3).

Bretz-Mahler D., 1971, La civilisation de La Tène I en Champagne : le faciès marnien, Paris, CNRS éditions, 295 p. (Supplément à Gallia, 23).

Charpy J.-J., 1995, The Late Hallstatt Burial at Saint-Lumier-la-Populeuse (Marne) and the Problem of Jogassian Daggers, in Stead I.- M., Raftery B., Megaw V., Rigby V. éd., Sites and Sights of the Iron Age : Essays on Fieldwork and Museum Research presented to Ian Mathieson Stead, Oxford, Oxbow, p. 13-30 (Oxbow Monograph, 56).

Debord J. Desenne S., 2005, Bucy-le-Long « La Grande Pièce de la Croix Rouge » (Aisne). Découvertes d’un ensemble caractéristique du début de La Tène ancienne, in Auxiette G., Malrain F. éd., Hommages à Claudine Pommepuy, Amiens, Revue archéologique de Picardie, p. 163-174 (Numéro spécial de la Revue archéologique de Picardie, 22).

Delaugeas V., 2003, Rapport d’évaluation archéologique, Chaillon, « Meaucourt » (55), Rapport d’évaluation archéologique, Inrap, Metz, SRA Lorraine, 2003, 91 p.

Demoule J.-P., 1999, Chronologie et société dans les nécropoles celtiques de la culture Aisne-Marne du VIe au IIIe siècle avant notre ère, Amiens, Revue archéologique de Picardie, 406 p. (Numéro spécial de la Revue archéologique de Picardie, 15).

Desenne S., Pommepuy C., Demoule J.-P. dir., Thouvenot S., Auxiette G., Guichard Y., Berger J.-F., Boulen M., Breton C., Durand A., Lobjois G., Lourdaux-Jurietti S., Martin G., Niggemann H., Pernaud J.-M., Pinard E., Rapin A., Robert B., Verger S., 2009, Bucy-le-Long. Une nécropole de La Tène ancienne (Ve-IVe siècle avant notre ère), Amiens, Revue archéologique de Picardie, Staatliche Museum zu Berlin, 3 vol., 1152 p. (Numéro spécial de la Revue archéologique de Picardie, 26).

Dhennequin L., 2005, L’armement au Premier Âge du fer en Europe tempérée, Thèse de doctorat, Paris, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, 3 vol., 403 p.

Dubreucq E., 2007, Les mobiliers métalliques découverts sur les habitats de Ha D à LT A : approches qualitative et quantitative proposées pour quelques sites de l’Allemagne du Sud-Ouest à la France centrale, Thèse de doctorat, Dijon, Université de Bourgogne, 2 vol., 406 p.

Favière J., Boudet R., Nicolle J., 1964, Un tertre funéraire protohistorique à Saint-Denis-de-Palin, Gallia, 22, fasc. 1, p. 222-247.

Frey O.-H., 1991, Einige Bemerkungen zu den durchbrochenen Frühlatènegürtelhaken, in Haffner A., Miron A. dir., Studien zur Eisenzeit im Hunsrück-Nahe-Raum, Actes du colloque de Birkenfeld, 1987, Trèves, Rheinisches Landesmuseum Trier, p. 101-111 (Trierer Zeitschrift für Geschichte und Kunst des Trierer Landes und seiner Nachbargebiete, 13).

Lambot B., 2005, La tombe à char d’Évergnicourt (Aisne) « Le Tournant du Chêne », in Auxiette G., Malrain F. éd., Hommages à Claudine Pommepuy, Amiens, Revue archéologique de Picardie, p. 327-354 (Numéro spécial de la Revue archéologique de Picardie, 22).

Landolt M., 2004, La nécropole hallstattienne de Chaillon (Meuse), Maîtrise, Strasbourg, Université Marc Bloch, 2 vol., 401 p.

Landolt M., 2005, La nécropole hallstattienne de Chaillon (Meuse), Bulletin de l’Association Française pour l’Etude de l’Âge du fer, 23, 2005, p. 41-43.

Landolt M., 2006, Le bassin supérieur de la vallée de Meuse du VIIIe au VIe siècle avant J.-C. Bilan des connaissances pour le département de la Meuse, Master 2, Strasbourg, Université Marc Bloch, 2 vol., 342 p.

Leconte S., 1993, Les agrafes de ceinture ajourées de La Tène ancienne en Gaule, Antiquités Nationales, 25, p. 51-79.

Leconte S., 1995, Les agrafes de ceinture ajourées à Ensérune. Etude et comparaisons interrégionales, Études Celtiques, XXXI, p. 7-47.

Milcent P.-Y., 2004, Le premier âge du Fer en France centrale, Paris, Société Préhistorique Française, 2 vol., 718 p (Mémoire de la Société Préhistorique Française, XXXIV).

Milcent P.-Y., 2007, Instrumentum et déchets de production : étude et synthèse, in Milcent P.-Y. dir., Bourges-Avaricum, un centre proto-urbain celtique au Ve siècle avant J.-C. Les fouilles du quartier de Saint-Martin-des-Champs et les découvertes des Établissements militaires, Bourges, Édition de la ville de Bourges-Service d’archéologie municipal, p. 189-228 (Monographie Bituriga, 2007-1).

Rapin A., 1999, L’armement celtique en Europe : chronologie de son évolution technologique du Ve au Ier siècle avant J.-C., Gladius, 19, p. 33-67.

Rapin A., 2000, L’équipement militaire du guerrier de Bouranton (Aube), Bulletin de la Société Archéologique Champenoise, 93-2, p. 13-42.

Rozoy J.-G., avec la collaboration de Alduc-Le Bagousse A., Bigot B., Bourhis J., Genaux A., Masurel H., Méniel P., Rapin A., 1986/1987, Les Celtes en Champagne. Les Ardennes au second âge du Fer : le Mont Troté, les Rouliers, Charleville-Mézières, Société Archéologique Champenoise, 2 vol., 504 p. (Mémoire de la Société Archéologique Champenoise, 4).

Stead I.-M., Rigby V., 1999, The Gauls : Celtic antiquities from France, Londres, British Museum, 392 p.

Thénot A., avec une contribution de Dastugue J., 1975, La sépulture multiple de Saint-Jean-sur-Tourbe (Marne) d’après les fouilles du Baron de Baye, Antiquités Nationales, 7, p. 42-48.

Thénot A., 1982, La civilisation celtique dans l’est de la France d’après la collection Baye au Musée des Antiquités Nationales à Saint-Germain-en-Laye, Paris, Editions de la fondation Singer-Polignac, 2 vol., 333 p.

Verger S., 1994, Les tombes à char de La Tène ancienne en Champagne et les rites funéraires aristocratiques en Gaule de l’Est au Ve siècle avant J.-C., Thèse de doctorat, Université de Bourgogne, Dijon, 3 vol., 709 p.

Verger S., 1999, Les premières tombes à char laténiennes en Champagne, in Villes A., Bataille-Melkon A. dir., 1999, Fastes des Celtes entre Champagne et Bourgogne aux VIIe-IIIe siècles avant notre ère, Actes du XIXe colloque de l’AFEAF, Troyes, 1995, Reims, Société Archéologique Champenoise, p. 271-294 (Mémoire de la Société Archéologique Champenoise, 15 ; Supplément au Bulletin de la Société Archéologique Champenoise, 4).

Viollier D., 1912, Fouilles exécutées par le soin du Musée National. VII Le cimetière gallo-helvète d’Andelfingen (Zürich), Anzeiger Schweizerische Altertumskunde, 14, p. 16-57.

Notes

1 Quelques sépultures à épées du Hallstatt C ont livré des anneaux métalliques (en fer ou en alliage cuivreux), généralement retrouvés par paires, qui pourraient appartenir à un système de suspension associé à un fourreau sans pontet (Dhennequin 2005). La suspension des poignards à antennes du Hallstatt D est mal connue et met quelquefois en œuvre de petits anneaux métalliques. À partir du Hallstatt final et pendant La Tène ancienne, le système de suspension peut comprendre jusqu’à cinq anneaux métalliques (fer ou alliage cuivreux) reliés par un lien en cuir ou en tissu.

2 Les dagues jogassiennes du Hallstatt final utilisent des fourreaux mixtes bimétalliques (alliage cuivreux, bois et fer) ou monométalliques (fer et bois) et possèdent généralement des bouterolles en ancre (Charpy 1995).

3 La section de l’anneau de la sépulture 192 de Chouilly « Les Jogasses » (Marne) est pentagonale. Un exemplaire d’anneau en fer a été retrouvé dans la sépulture 28 de la même nécropole. Le diamètre externe de ce dernier ne correspondant pas à la moyenne qui a pu être observée (36 mm), il ne s’agit peut-être pas d’un élément de suspension de l’arme.

4 Le poignard ne provient pas de Mairy-sur-Marne (Bretz-Mahler 1971) mais de Sogny-aux-Moulins (Verger 1994).

5 La garniture tubulaire ne provient pas de Charmont (Thénot 1982) mais de Vert-Toulon, anciennement Vert-la-Gravelle (Demoule 1999).

6 L’exemplaire unique de la sépulture 181 qui n’est pas associé à des anneaux présente une perforation centrale indiquant qu’il s’agit d’un élément d’agrafe de ceinture ajourée.

7 Le troisième exemplaire est d’une taille différente.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. garnitures tubulaires et anneaux associés à la suspension d’armes de poing et carte de répartition des garnitures tubulaires provenant de contextes d’habitats et de nécropoles (sépultures masculines et féminines) (M. Landolt).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7047/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Fig. 2. A. Anneaux et garnitures tubulaires fixées par l’oxydation à l’arrière du fourreau du poignard de la tombe à char 200 de Sogny-aux-Moulins (Marne) (Verger 1999). B. Reconstitution du système de suspension de la dague jogassienne de la sépulture 1005 de Chaillon (Meuse) sur la ceinture. C. Système de suspension en position fonctionnelle (F. Mathieu et M. Landolt).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7047/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 6,3k
Légende Fig. 3. A. Disposition des éléments de fixation du fourreau avant serrage.B. Disposition des éléments de fixation du fourreau après serrage (pour plus de lisibilité le pontet, étranglé par les courroies en cuir, n’est pas représenté).C. Disposition des éléments de fixation du fourreau en coupe avant serrage (F. Mathieu et M. Landolt).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/7047/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 25k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search