Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Volume II. Gestes funéraires en Gaule au Second Âge du fer

Sépultures et ensembles funéraires du Second Âge du fer en Île-de-France et en Région Centre

Stéphane Marion, Matthieu Gaultier, Céline Villenave, Jean-Philippe Chimier, Marielle Delémont, Eric Frénée, David Josset, Pascal Joyeux, Jérôme Livet, Alexis Luberne, Emilie Millet, Sandrine Riquier et Antide Viand

Résumé

L’inventaire de plus de 200 sites funéraires du Second Âge du fer découverts dans le Centre et l’Île-de-France permet de proposer au lecteur un aperçu, sous la forme de présentations thématiques, des gestes et pratiques funéraires, de la topographie des nécropoles ou des populations inhumées dans les deux régions. Ainsi, les auteurs proposent de courtes synthèses sur des éléments de paléodémographie des populations, sur les tumulus et les enclos funéraires ou encore sur la pratique de la crémation, les sépultures en silos ou les assemblages mobiliers.

Texte intégral

1. Présentation de l’étude

1.1. Un état de la recherche

1Le 33e colloque de l’AFEAF à Caen a été l’occasion de créer une base documentaire, sous la forme d’une base de données relationnelle et d’un Système d’Information Géographique regroupant la documentation ancienne et les informations issues des recherches récentes des Régions Centre et Île-de-France.

2Le travail s’appuie sur le dépouillement d’inventaires topo-bibliographiques pré-existants et de synthèses locales et région- ales. La base ainsi constituée pourra être alimentée dans les années à venir à l’occasion de futures découvertes ou de prochains travaux de synthèse.

3La documentation d’Île-de-France provient de différents travaux d’inventaire, particulièrement la thèse de Stéphane Marion (2004) ou encore les travaux de synthèse sur la vallée de la Bassée (Delattre et Séguier 2005 ; 2007). Par ailleurs, les découvertes récentes ont été prises en compte, par exemple les sites de Bobigny « Hôpital Avicenne » (29), de Bonneuil-en-France « RD84 » (198) ou encore les découvertes de Nanterre « Avenue Jules Quentin » (40).

Fig. 1 : localisation des 242 sites funéraires inventoriés dans le Centre et l’Île-de-France (M. Gaultier).

Fig. 2 : données synthétiques sur la constitution du corpus de sites funéraires inventoriés dans le Centre et l’Île-de-France (M. Gaultier).

4Dans le Centre, si quelques inventaires sont disponibles, aucun ne couvre l’intégralité de la région et l’ensemble de la période considérée (Milcent 2004, Batardy et al. 2001, Chimier 2010, Riquier 2008b). La partie orientale de la région a récemment fourni de nombreuses données inédites, par exemple à Bourges « Port Sec Sud » (266) ou les sites découverts à l’occasion des fouilles du tracé de l’autoroute A19 : Chevilly « Pièce de Chameul » (59) et Batilly « Les Pierrières » (54).

5Enfin des inventaires plus généraux comme celui de Patrick Pion et Vincent Guichard publié à l’occasion du 14e colloque de l’AFEAF (Pion et Guichard 1993) ou ceux de la collection « Carte archéologique de la Gaule » ont largement été mis à contribution pour les deux régions.

1.2. Description du corpus

6Le recensement a permis de constituer un corpus de 242 sites. Chaque site est individualisé par un numéro unique (les numéros indiqués entre parenthèses dans le texte renvoient à l’annexe 1). Les informations recueillies sont les suivantes :

  • localisation du site (région / département / commune / n° insee / lieu-dit),
  • caractérisation du site (catégorie d’ensemble funéraire / contexte / précision / chronologie / date de la découverte),
  • informations funéraires (nombre d’individus / nombre d’adultes, d’immatures, d’individus d’âge indéterminé / présence d’incinérations, de dépôts en silos, d’ossements erratiques, de tumulus),
  • remarques et observations diverses,
  • sources de l’information.

7Parmi ces 242 sites, 14 sont relatifs à la découverte d’ossements humains erratiques, la plupart du temps en contexte d’habitat. Ces dépôts d’ossements humains constituent un aspect spécifique du traitement du corps des défunts au Second Âge du fer et ne seront pas abordés dans cet article. Les 228 fiches restantes sont classées selon trois catégories : sépultures isolées, petits ensembles funéraires et nécropoles (fig. 1).

8Le corpus ainsi établi, quelques considérations introductives s’imposent. L’ensemble ne totalise qu’un peu plus de 2 200 individus pour une aire géographique de plus de 51 600 km2 et sur une amplitude chronologique de cinq siècles entre la fin du Premier Âge du fer et le tournant de l’ère. C’est bien peu, puisque cela représente environ 4 individus / 100 km2 pour l’ensemble de La Tène ou un peu plus de 440 sépultures par siècle.

9Nombre de sites sont peu ou mal renseignés, notamment en ce qui concerne les informations biologiques des individus inhumés ou incinérés. De nombreuses données proviennent en effet de découvertes antérieures à 1990 voire plus anciennes (XIXe ou début du XXe siècle). Les lacunes de la documentation peuvent également être liées au fait que les sites n’ont pas été fouillés ou très partiellement, par exemple lorsqu’il s’agit d’une nécropole tumulaire simplement repérée dans le paysage. Dans d’autre cas, ce sont les conditions pédologiques qui n’ont pas permis la conservation de l’os.

10Sur l’ensemble de l’aire géographique prise en compte, certaines zones sont un peu mieux documentées que d’autres (fig. 2).

11Le Centre rassemble 154 sites tandis que l’Île-de-France en compte 74. La proportion de découvertes récentes est plus importante en Île-de-France (près de 70 %) qu’en région Centre (un peu moins de 35 %). Par ailleurs, bien que les sites soient deux fois plus nombreux dans le Centre (un peu plus de 850 pour 132 sites renseignés), ceux-ci rassemblent bien moins d’individus qu’en Île-de-France (un peu plus de 1400 pour 74 sites renseignés). On notera que 36 % des individus d’Île-de-France proviennent de la nécropole de Bobigny « Hôpital Avicenne » (29).

12La moitié est de l’aire d’étude est la mieux documentée (Seine-et-Marne, Loiret, Cher). Par ailleurs, les subdivisions de La Tène sont inégalement représentées : par exemple, la période de LTA/B est particulièrement bien représentée dans les trois départements les mieux documentés ce qui n’est pas le cas dans la moitié ouest de la région Centre (fig. 2).

13La qualité des données est très variable. Les lacunes et effets de sources sont autant d’écueils pour une étude globale de l’ensemble que forme la réunion des deux régions administratives actuelles. Toutefois, les gestes et pratiques funéraires au Second Âge du fer vont être abordés sous différents angles afin de dresser un état des lieux des connaissances et, si possible, de proposer quelques éléments de réflexion et de synthèse.

14Ainsi nous avons choisi d’aborder les données relatives à la paléodémographie sous le prisme du rapport entre le nombre d’adultes et d’immatures au sein des ensembles funéraires. Le thème de la topographie funéraire sera, quant à lui, traité succinctement par quelques rappels synthétiques sur les enclos funéraires et les tumulus. Enfin, de courtes synthèses permettront de dresser un état des connaissances sur la pratique de la crémation, les dépôts de corps en silo et l’évolution des assemblages de mobilier funéraire.

2. Eléments de paléodémographie

15Compte tenu du très faible nombre de nécropoles ayant fait l’objet d’une étude paléodémographique récente, et ne pouvant, dans de nombreux cas, revenir sur les données sources, nous avons fait le choix de n’exploiter qu’une information simple : la proportion entre nombre d’adultes et d’immatures.

16Cette donnée est assez fréquemment renseignée dans le cas des petits ensembles ou des nécropoles (un peu plus de 60 % des individus), par contre dans le cas des sépultures isolées une majorité d’individus est indéterminée (fig. 3).

17Lorsque l’âge au décès est estimé, on observe que le rapport immatures/adultes (noté IM/AD) est toujours défavorable aux premiers quelque soit le type de site. C’est dans le contexte des petits ensembles que la valeur du ratio IM/AD est la plus faible (fig. 3). Or, compte tenu des schémas de mortalité supposés des populations historiques (Séguy 1997), le nombre d’immatures - et notamment de très jeunes immatures - devrait être important. Il nous manque donc une large part de la population théoriquement décédée.

18Si l’on veut procéder à une observation du ratio IM/AD intra site, on ne peut le faire que sur des nécropoles ou petits ensembles pour lesquels l’âge au décès de la majorité des individus a été déterminé. Sur l’ensemble de notre corpus, seuls 22 nécropoles et 32 petits ensembles répondent à cette exigence. Parmi ces 54 sites, 15 ont été explorés avant 1990 et 39 après. La répartition géographique de ces 54 découvertes montre que le Centre est moins bien documenté que l’Île-de-France pour ce qui concerne le ratio IM/AD. En Île-de-France, seule la Seine-et-Marne présente un nombre de nécropoles et petits ensembles exploitables relativement important (fig. 4). À proximité, dans les départements des Hauts-de-Seine et de Seine-Saint-Denis, la proportion de sites exploitables est supérieure à 50 % mais pour un nombre de sites connus assez faible.

Fig. 3 : proportions d’adultes, d’immatures et d’individus d’âge indéterminé au sein des trois catégories de sites funéraires (M. Gaultier).

Fig. 4 : proportions, par département, de nécropoles et petits ensembles utilisables pour une analyse du ratio immatures/adultes (M. Gaultier).

2.1. Qualité des données

19Il n’y a que 35 sites sur lesquels l’âge de la totalité des individus fouillés a pu être déterminé : 3 nécropoles et 6 petits ensembles fouillés anciennement, 22 petits ensembles et 4 nécropoles fouillés récemment.

20Sur dix autres sites, le nombre d’individus d’âge indéterminé ne dépasse pas 20 % : 4 nécropoles et 1 petit ensemble fouillés anciennement, 5 nécropoles fouillées récemment.

21Les neuf derniers sites retenus présentent un taux de détermination de l’âge compris entre 50 et 80 % : 1 nécropole fouillées anciennement, 3 petits ensembles et 5 nécropoles fouillées récemment.

2.2. Ratio immatures / adultes

22La majorité des sites présente un ratio favorable aux adultes : 18 sites avec exclusivement des adultes et 26 autres avec une majorité d’adultes (fig. 5). Trois petits ensembles ont livré exclusivement des immatures : Orléans « 18 rue Porte Saint Jean » (76), Nanterre « Les Guignons » (194), Levroux « Terrain Lacotte » (260) (les ossements erratiques de 11 adultes ont été retrouvés sur le même site mais nous ne les comptabilisons pas en tant que sépultures - Buchsenschutz et al. 2000). Six autres sites présentent une majorité d’immatures (fig. 5). Enfin, sur 3 d’entre eux, on compte autant d’adultes que d’immatures.

23De même qu’on n’observe pas de concentration préférentielle des sites avec une majorité d’immatures dans une sous-période de La Tène, il n’y a pas de répartition géographique spécifique des sites avec une majorité d’immatures (fig. 5).

24Peu d’échantillons issus de nécropoles offrent donc l’image d’une mortalité archaïque telle que nous l’avons définie plus haut. Les nécropoles d’Esvres « Vaugrignon » (48) et « La Haute Cour » (138), de Chevilly « Pièce de Chameul » (59) et de Genainville « Les Vaux de la Celle » (37) demeurent des exceptions.

25Dans certains cas, le déséquilibre immatures/adultes en faveur des seconds n’est pas trop marqué. Ainsi sur la nécropole de Bobigny « Hôpital Avicenne » (29), on constate un léger biais dans le recrutement des individus. Il est cependant bien moins exacerbé que dans nombre de nécropoles de Seine-et-Marne : Buthiers « Le Champ Brodier » (151), Courcelles-en-Bassée « Le Montapot » (8), Dampmart « Le Champ Breton » (9), Gouaix « La Haute Grève » (11), Gravon « Le Chemin de l’Écluse » (13), Jaulnes « Le Bas des Hauts Champs » (152), Marolles-sur-Seine « La Butte Saint Donain », « Saint Donain » et « Le Tureau des Gardes » (15-18-232), Montigny-Lencoup « La Justice » (19), Soisy-Bouy « Les Grillons » (23) ou du nord de l’Orléanais à Bromeilles « Mainville » (56) et Cortrat « Les Terres de l’Étang » (64).

26L’étude des nécropoles ne suffit donc pas pour appréhender l’intégralité de la population, comme l’illustre bien l’exemple de Levroux (« terrain Lacotte » 260 et « terrain Rogier » 263), où l’étude des sépultures présentes en contexte d’habitat ou, plus généralement, en dehors des ensembles funéraires permet de compléter notre vision des populations de La Tène. Malgré tout, en l’état des connaissances au sein de notre zone d’étude, on ne peut dégager ni constantes, ni un quelconque schéma chronologique ou géographique du traitement funéraire des jeunes immatures. Régulièrement observés en contexte d’habitat, ils sont également présents en contexte de nécropoles comme à Chevilly (59) ou Esvres-sur-Indre (48-138). Dans le cas d’Esvres, les deux nécropoles peuvent être considérées comme deux pôles d’un même ensemble funéraire se succédant dans le temps et l’espace, au nord d’une agglomération de la fin de La Tène et du début de l’Antiquité. Ainsi on peut envisager une spécialisation de la nécropole de « La Haute Cour » dans l’accueil des immatures (sans plus de précision car les âges au décès n’ont pu être déterminés finement). À Chevilly, en revanche, nous sommes probablement dans le cas d’une nécropole à l’usage des résidents de l’habitat tout proche. Dans ce cas, un recrutement des défunts du fait de leur appartenance à l’établissement rural et non en rapport avec leur âge permet d’obtenir un échantillon proche d’une population « naturelle ».

Fig. 5 : ratio immatures / adultes au sein d’un échantillon exploitable de petits ensembles et de nécropoles (M. Gaultier).

3. Éléments de topographie funéraire

3.1. Les tumulus

2743 mentions de sites avec tumulus sont recensées dans notre corpus. Nous avons exclu les tumulus strictement datés du Premier Âge du fer pour ne conserver que ceux utilisés ou réutilisés au cours de La Tène (fig. 6). 31 de ces monuments funéraires sont érigés à la fin du Hallstatt (Hall. D) et utilisés pendant La Tène ancienne (LTA). Quelques uns font l’objet d’une réutilisation plus tardive jusqu’à La Tène moyenne (LTB voire LTC : 4 mentions). Quelques tumulus semblent construits après le Hallstatt. 5 sont mentionnés pour La Tène A : Ineuil (114), Morthomier « Prunet », « La Butte » (115), Saint-Germain-des-Bois « La Tour » (120), Saint-Just « Le Colombier » (121) et Savigny-en-Septaine « Chenevière » (123). 3 sont plus tardifs puisque leur construction est attribuée à La Tène B ou C : Sublaine « Le Grand Ormeau » (141), Vasselay « Les Vignes du Champ de Saint-Palais » (169) et Buzançais « La Presles » (215).

Fig. 6 : localisation des enclos et des tumulus du second Âge du fer au sein
de la zone étudiée.

3.2. Les enclos

28Sur l’ensemble des sites étudiés, il est fait mention de présence d’enclos sur 33 sites (fig. 6). Nous avons pu recenser les caractéristiques de 130 d’entre eux (106 en Centre et 24 en Île-de-France), dont 60 % ont pu être appréhendés sur la totalité de leur emprise. Le caractère funéraire de ces enclos est avéré dans 73 % des cas par la présence de sépulture(s) associée(s) ou s’organisant autour de la structure. Seulement 60 % des enclos recensés ont pu être datés grâce au mobilier découvert dans le comblement des fossés (céramique et/ou mobilier métallique). La fréquence des inhumations installées dans l’aire interne est plus importante à La Tène ancienne et on observe une proportion plus importante d’incinérations associées à partir de La Tène moyenne, période durant laquelle les aménagements internes tendent à disparaître.

29Les enclos marquent durablement le paysage des nécropoles et peuvent conditionner l’implantation de sépultures beaucoup plus récentes que les premières qui leur sont associées comme à Esvres-sur-Indre « La Haute Cour » (138).

3050 % des enclos ont une superficie comprise entre 10 et 40 m2. Lorsqu’ils ont pu être datés, ces derniers appartiennent tous à La Tène ancienne ou moyenne. Le reste du corpus présente des dimensions très variables allant de 5 m2 à 625 m2. En région Centre, il semble que les enclos les plus vastes soient globalement les plus récents comme à Bourges « Lazenay Chemin de la Rottée » (96) ou à Saumeray « Le Bas des Touches » (171), alors que le phénomène inverse a pu être observé en Île-de-France par exemple à Gouaix « La Haute Grève » (11) ou Chatenay-sur-Seine « Les Pâtures » (6). Enfin, les enclos carrés ou légèrement trapézoïdaux avec ou sans entrée sont majoritaires, toutes superficies et toutes phases confondues.

4. Les pratiques funéraires

4.1. Les crémations

31La crémation des défunts apparaît comme une pratique minoritaire par rapport à l’inhumation sur l’ensemble de la période étudiée. Il n’est fait mention de crémations que sur 51 sites, soit un peu plus de 20 % du corpus recensé. Lorsque ces sites ont livré à la fois des inhumations et des crémations, la proportion de crémations est toujours minoritaire par rapport aux inhumations (fig. 7)

32Le détail du nombre de crémations est connu sur 41 ensembles funéraires. On y dénombre 82 individus. Parmi ceux-ci, quatre sont mal datés (attribués à LT sans précision) et donc exclus de notre analyse. Un corpus de 39 sites est finalement retenu.

4.1.1 Évolution générale de la pratique de la crémation

33Attestée sur un peu plus de 12 % des sites à La Tène A, la pratique de la crémation des défunts est absente à La Tène B1 (fig. 8, courbe 1). Elle réapparaît timidement à la période suivante et sa fréquence augmente jusqu’à concerner presque un quart des sites à La Tène C2. Les crémations restent pratiquées à La Tène D bien que l’on enregistre une légère baisse par rapport à la fin de La Tène moyenne. Au tournant de l’ère, les crémations semblent plus fréquentes : elles concernent plus de 50 % des sites recensés. Il convient toutefois de relativiser ce chiffre eu égard au faible nombre de sites attribués à cette période (12 mentions dans le corpus).

Fig. 7 : localisation des sites avec crémations : expression du rapport entre nombre de crémations et d’inhumations au sein de chaque site. Les crémations sont en rouge (M. Gaultier).

34Si l’on observe le phénomène en tenant compte de l’évolution du pourcentage d’individus incinérés par période par rapport au nombre total d’individus incinérés toutes périodes confondues, on constate que les périodes de La Tène C1 et C2 concentrent l’essentiel des crémations (fig. 8, courbe 2). Le poids de La Tène A est légèrement réévalué par rapport à celui des subdivisions de La Tène finale et du début de la période romaine.

4.1.2. Pratique de la crémation : évolution chronologique et spatiale

35À La Tène A, les sites à crémations connus sont situés au sud de la Loire (Cher, Indre-et-Loire) ou très légèrement au nord de cette limite dans le Loiret. Un seul site se démarque de ce schéma celui de Genainville « Les Vaux de la Celle » (37) au nord-ouest de l’Île-de-France (fig. 9).

36Après l’interruption observée à La Tène B1, une reprise de faible ampleur du phénomène de la crémation est attestée à La Tène B2 dans le nord de la région Île-de-France sur deux sites : Nanterre « av. J. Quentin » (40) et Bouqueval « Longchamp » (36).

37C’est au cours de La Tène C que la pratique de la crémation atteint son apogée. Elle est particulièrement présente en Île-de-France et, aux marges de cette région, dans le Loiret et l’Eure-et-Loire. Au sud de la Loire, deux sites ont livré chacun une crémation de La Tène C : Sublaines « Le Grand Ormeau » (141) et Bourges « Route de Dun » (254).

Fig. 8 : évolution de la pratique de la crémation entre la Tène ancienne et le tournant de l’Ere au sein de la zone étudiée (M. Gaultier).

38À La Tène D, on observe un repli de la pratique de la crémation au sein d’une aire géographique qui concerne le sud de l’Île-de-France et le nord-est de la région Centre. Un site, placé au sein de la cité des Bituriges, semble isolé de ce groupe : Dun « Place de la Tournoise » (160).

39Au début de l’époque romaine, la pratique de la crémation semble réservée à des individus bénéficiant d’un traitement privilégié : sépultures à armes et/ou amphores de Huismes « Beaulieu » (178), Berry-Bouy « Fontillet » (154), Esvres « Vaugrignon » (48) et Primelles « Le Grand Malleray » (166). Plus au nord, elle apparaît en contexte urbain comme à Chartres « Place des Epars » (44).

Fig. 9 : cartographie par périodes des sites avec crémations en Régions Centre et Île-de-France (M. Gaultier).

Fig. 10 : cartographie par périodes des sépultures en silos en Régions Centre et Île-de-France - distribution par classes d’âges et par sexes des individus inhumés en silos au sein de la zone étudiée (C. Villenave, M. Gaultier).

4.2. Les sépultures en silos

4040 sites, soit 17,5 % du corpus, se distinguent par la présence de dépôts humains dans des structures de stockage : silos ou vastes fosses aux fonctions similaires. Avec 14 sites dans le Centre, principalement dans le département du Loiret, et 26 en Île-de-France, majoritairement dans le département de Seine-et-Marne, on remarque une nette concentration dans la partie centre-orientale de notre zone d’étude qui correspond aussi à une zone d’intense activité archéologique ces trente dernières années (fig. 10).

41Ces dépôts se situent soit en contexte d’habitat proprement dit, soit au sein de batteries de silos apparemment isolées.

42Au sein de notre échantillon, on recense 89 dépôts de corps (58 en Île-de-France et 31 en région Centre). L’essentiel des dépôts est constitué d’inhumations individuelles primaires ou secondaires (81 cas), avec généralement un individu par structure, et parfois la superposition asynchrone de plusieurs sujets. Dans la majorité des cas, les squelettes ont conservé leur intégrité anatomique, mais certains présentent une dispersion assez prononcée, et/ou des reprises sur os sec.

43Il convient également de signaler de rares dépôts collectifs (6 cas, NMI : 2 à 15 individus) au sein d’une même fosse. Plus rares encore, sont les dépôts multiples (2 cas seulement).

44Ainsi les 89 dépôts recensés rassemblent 117 individus. Il s’agit surtout de sujets adultes (fig. 10) ayant dépassé les trente ans (59,8 %). Cependant toutes les classes d’âges sont représentées avec quelques adultes jeunes (3,4 %), une proportion d’immatures non négligeable (16,2 %) avec parmi ceux-ci quelques périnataux (1,7 %). Signalons que plus d’un cinquième des individus demeurent indéterminés (20,5 %). Le genre des adultes a pu être déterminé dans 60 % des cas : on observe une très légère sur-représentation féminine (37 % des adultes) (fig. 10).

45Les plus anciens dépôts, au nombre de 20, sont attribuables au Hallstatt avec une plus forte proportion à la fin de la période. 16 sont datés de La Tène ancienne, et 25 se situent entre La Tène ancienne et La Tène moyenne. Malgré l’imprécision de certaines attributions chronologiques, il n’en demeure pas moins que le phénomène n’est que très peu représenté à La Tène finale, période au cours de laquelle les silos sont également plus rares. D’un point de vue géographique et chronologique, la répartition par phases (fig. 10) montre un phénomène concentré dans la confluence Seine-Yonne pour la fin du Hallstatt, puis une dispersion géographique et une intensification de la pratique au cours de La Tène A et de La Tène B. Au cours de La Tène C et de La Tène D, on observe une baisse du nombre de dépôts avant la disparition de cette pratique à La Tène D2.

46Les structures d’accueil présentent des profils et des volumes très variables et sans trait de caractère récurrent si ce n’est leur fonction première. De la même manière, la déposition des corps intervient à tout moment du processus de comblement lié à l’abandon de la structure. Il ne ressort de l’observation systématique de l’orientation et de la position des corps (agencés ou pas), et de leur localisation au sein des structures (au fond, dans des comblements intermédiaires ou supérieurs, contre la paroi ou au centre) qu’une très grande variabilité des modalités d’un geste qui, au fil des découvertes, apparaît quant à lui de moins en moins inhabituel. Enfin, on peut remarquer que les associations avec des dépôts d’animaux sont fréquentes et majoritairement datées du Hallstatt D. À cette période, les manipulations spécifiques telles que les reprises sur os sec par exemple ne sont pas encore attestées. Elles ne semblent apparaître qu’à partir de La Tène ancienne.

4.3. Les assemblages funéraires

47L’étude de la composition des assemblages funéraires repose sur la prise en compte de l’ensemble de la documentation disponible. Tous les assemblages complets ou supposés tels ont été sélectionnés et décrits. Une exigence minimale de cohérence conduit à éliminer les sépultures perturbées ainsi que celles qui se trouvent mal ou incomplètement documentées. Au final, un échantillon d’un peu moins d’un millier d’individus (958) a été retenu sur l’ensemble de la zone d’étude, pour une période allant du Hallstatt D3 au tout début de l’époque Gallo-romaine (fig. 11). Toutefois ces deux extrêmes ne seront pas commentées en détail. En effet, ici l’enquête n’est pas exhaustive et se limite à de rares ensembles issus de sites occupés également au cours des différentes phases de La Tène. Pour ces dernières, la base qui s’avère relativement étendue n’en comporte pas moins quelques biais. Sur le plan chronologique, on constate un très net déficit pour les périodes récentes (La Tène D) et une très forte proportion d’ensembles attribuables à La Tène B2 et La Tène C1. Ce déséquilibre est en partie, mais en partie seulement, accusé par le large effectif issu du site de Bobigny « Hopital Avicenne » (29), occupé précisément durant cet intervalle. Du point de vue démographique la documentation se révèle également très imparfaite. Le sexe n’est déterminé que pour moins du quart des sépultures prises en compte, ce qui ne permet pas une étude très fine des associations. Dans cette situation, seules les exclusions manifestes peuvent être relevées. En revanche, pour ce qui est de la répartition par âge et à condition de se cantonner à une distinction simple entre enfants et adultes, dans une perspective sociologique qui placerait la limite à l’intérieur de la classe 15-19 ans, la part des indéterminés, de l’ordre d’un quart du corpus, paraît plus acceptable. On notera le taux relativement important des enfants qui représentent plus d’un quart de la population analysée.

48Le corpus ainsi constitué se compose d’un peu moins d’un tiers de sépultures sans aucun mobilier, soit 292 (fig. 11). Toutes les périodes y sont représentées de manière similaire. Tout au plus peut-on noter des taux relativement plus élevés dans les ensembles attribuables à La Tène A et B1 (de l’ordre de 40 %), mais il n’est pas certain que ces différences soient significatives dans la mesure où la ventilation précise des sépultures sans mobilier soulève de nombreux problèmes (Marion 2004). Notons que par rapport à d’autres secteurs du Bassin parisien, ces périodes se singularisent dans notre zone d’étude par la grande discrétion, si ce n’est l’absence, de dépôts de céramiques et de dépôts alimentaires. Ce choix culturel explique en partie les fortes proportions de sépultures sans mobilier. Catégorie de sépultures qui semble d’autre part se distinguer par une légère surreprésentation des enfants, mais là encore cette tendance paraît relativement peu marquée.

49Afin d’appréhender les assemblages issus des 627 sépultures qui comportent au moins un élément mobilier, le corpus a été traité par analyse factorielle des correspondances. Celle-ci repose uniquement sur les catégories d’objets présents dans le dépôt funéraire qui constituent les variables actives de l’analyse. Les résultats illustrés par la projection des données sur le premier plan factoriel (fig. 12) permettent d’en dégager les principales caractéristiques.

50On note une série de regroupements de variables qui ne paraissent pas aléatoires. Ainsi, les pièces d’armement constituent un bloc compact et isolé à l’extrême gauche du plan factoriel, ce qui souligne bien l’homogénéité des sépultures dites de guerrier par rapport au reste. La proximité des amphores et des armes s’explique par la fréquence de leur association dans les sépultures de La Tène D2. De même et en opposition à ce premier groupe, on remarque la concentration dans la partie droite du plan des principales catégories de parure, à l’exception des bagues qui se trouvent projetées entre ces deux groupes. Il serait tentant ici de proposer une lecture sexuelle de cette opposition arme-parure qu’on ne peut tout à fait confirmer, en raison du nombre important d’individus non sexués. L’axe vertical est quant à lui marqué par une seconde opposition qui distingue d’un coté les catégories de parure et de l’autre les objets utilitaires et ceux associés aux dépôts alimentaires (faune, couteau, céramique, outil et monnaie). Cette organisation des données semble traduire une évolution chronologique puisque, sur cette dimension verticale, on peut également lire la succession des différentes périodes (entrée ici en variables supplémentaires) parfaitement ordonnées. Ainsi et sans grande surprise, on constate que les Ve et IVe siècles privilégient les dépôts de parures alors que à partir du IIe siècle et surtout pendant La Tène D, on assiste à une diversification du mobilier déposé. Dans ce schéma chronologique, la position médiane des armes s’explique à la fois par leur forte fréquence dans les périodes intermédiaires et notamment au cours de La Tène B2 et par la permanence de leur occurrence tout au long de la période considérée.

Fig. 11 : répartition de la population en fonction des catégories de mobilier les plus fréquentes (S. Marion).

Fig. 12 : projection dans le premier plan des résultats de l’analyse factorielle des correspondances réalisée sur les différentes catégories d’objets présentes dans les sépultures (en noir : les variables actives, en grisé : les individus (sépultures), en couleur : les variables explicatives) (S. Marion).

51Par ailleurs, il convient de remarquer que les assemblages de mobilier ainsi analysés globalement discriminent peu les différentes catégories d’âge : adultes et enfants se trouvent projetés de manière assez proche dans le plan factoriel. Ce résultat rend compte du fait que toutes les catégories de mobilier associées aux adultes peuvent figurer dans des sépultures d’enfant, à l’exception notable des armes. La mise en évidence de règles de sélection du mobilier en fonction de l’âge est envisageable mais demande une focale d’observation plus précise tant du point de vue typologique que chronologique et géographique (Marion 2009).

52Au centre du plan un petit ensemble associant pièces de char et de harnachement se distingue. Sa situation s’explique à la fois par leur chronologie, centrée sur La Tène B2, et par la diversité des éléments qui s’y trouvent associés : la plupart des autres catégories d’objet peuvent figurer à l’inventaire de ces sépultures qui s’avèrent plutôt rares.

53À l’inverse, les fibules, omniprésentes dans le corpus puisqu’elles concernent plus des deux tiers des sépultures à mobilier (70 %), ne ressortent absolument pas et se trouvent très logiquement projetées à proximité du point d’intersection des axes. En effet, il s’agit là d’une catégorie d’objet très fréquente et qui s’associe volontiers aux autres variables prises en compte. Les fibules sont effectivement attestées dans près de la moitié des sépultures (48 %). Cependant cette moyenne dissimule de fortes disparités chronologiques : sur l’intervalle La Tène B2-La Tène C2, elles se trouvent dans plus de 60 % des sépultures, alors que pour les autres périodes, cette proportion oscille entre 20 et 35 % de l’ensemble. Il faut souligner ici la relative monotonie de l’échantillon étudié qui se compose pour près des deux tiers (63 %) de sépultures sans aucun mobilier ou de sépultures dotées uniquement de fibules.

54Par le nombre de sépultures dans lesquelles elles se trouvent, les parures constituent la deuxième catégorie de mobilier, attestée dans un cinquième du corpus (19 % de l’ensemble et 28 % des sépultures à mobilier). Là encore on remarque de forts écarts chronologiques. Le début de la séquence est souligné par de fortes proportions avec plus d’un tiers de sépultures à parure, alors que par la suite ce taux ne dépasse jamais plus du quart de l’effectif (entre 15 et 25 %). Les adultes semblent se distinguer ; les enfants se trouvent moins bien représentés que dans la population de référence (fig. 11). Les fibules, omniprésentes, constituent la catégorie la plus fréquemment rencontrée dans les sépultures à parures puisque près de la moitié d’entre elles (49 %) en possède. Par ailleurs, les différentes sortes de parure s’associent volontiers entre elles ce qui s’illustre par le fait que de nombreuses sépultures contiennent uniquement cette catégorie de mobilier (41 %). Cependant, l’écrasante majorité des sépultures (de 75 à 90 % selon les périodes) ne contient qu’une seule catégorie de parure. Celles qui en possèdent plus de deux s’avèrent toujours marginales (de 0 à 5 % selon les périodes). Rares sont celles qui possèdent également d’autres catégories, le plus souvent armes (10 %) ou vases (7 %). Le bracelet ou brassard est de loin l’élément le plus fréquent : on le trouve tout au long de la période dans plus des deux tiers des sépultures à parure (69 %). Les autres parures connaissent des évolutions plus contrastées qui transparaissent dans leur succession selon l’axe vertical du plan factoriel (fig. 12). Les anneaux de chevilles, fort rares, caractérisent surtout la fin du Premier Âge du fer (Hallstatt D2-D3) mais peuvent encore apparaître de manière très marginale jusqu’à La Tène B. Les torques se rencontrent dans plus d’un cinquième des sépultures à parure (22 %), mais leur diffusion n’excède pas La Tène C1, période où ils peuvent encore se trouver dans d’infimes proportions. Les bagues attestées dans seulement 13 sépultures du corpus semblent n’apparaître qu’à partir de La Tène B. On notera que près de la moitié d’entre elles se trouvent dans des sépultures de guerrier, ce qui est loin d’être le cas pour les autres éléments de parure. Pour tentante que soit l’hypothèse d’une exclusive masculine, les données anthropologiques attestent que les bagues peuvent se trouver dans des sépultures des deux sexes.

55Représenté dans moins d’un dixième de la population (8 % du total et 12 % des sépultures à mobilier), l’armement constitue une catégorie plutôt rare. Sa répartition chronologique présente deux pics très nets aux alentours de 20 % de la population au cours de La Tène B2 puis de La Tène D2. Ce dernier repose sur un corpus relativement étroit de sépultures, mais semble significatif dans la mesure où il succède à une notable absence de ce type de dépôt dans les sépultures attribuées à La Tène D1, période par ailleurs légèrement mieux documentée. Il serait tentant d’identifier ces pics à des périodes de guerre ou pour le moins de forte instabilité ; hypothèse qui semble s’imposer d’elle-même pour La Tène D2. Comme attendu, les armes ne se trouvent pas dans les sépultures d’enfant (à deux exceptions près qui relèvent de la période gallo-romaine précoce) et semblent, dans la mesure où les déterminations anthropologiques le permettent, constituer une exclusive masculine. Un peu moins du tiers (28 %) des sépultures à armes ne contient pas d’autre catégorie de mobilier et plus de la moitié y associent des fibules (51 %). La parure y semble légèrement plus rare que dans le reste des sépultures à mobilier, puisqu’elle apparaît dans moins d’un quart des cas (22 % des sépultures à armes). En accord avec leur répartition sur l’ensemble de la population, les bracelets ou brassard s’avèrent les plus fréquents. Comme on l’a vu, les bagues, qui se trouvent dans un tiers des sépultures à armes et parures, paraissent volontiers associées aux sépultures de guerrier, malgré leur rareté générale. De manière très marginale, le torque peut se trouver avec des armes mais il s’agit toujours de cas particuliers caractérisés par la jeunesse de l’individu inhumé ou par des dépôts par ailleurs atypiques.

56Parmi ceux-ci il convient de signaler les tombes à char de La Tène B2 des environs de Paris (fig. 13) qui ne se distinguent pas nécessairement par de fortes quantités de mobilier mais dans lesquelles toutes les catégories d’objets peuvent se trouver représentées, sans que l’on constate d’association privilégiée. Sur l’ensemble de la période étudiée, les comportements élitaires signalés par des pratiques ostentatoires apparaissent sporadiquement. Dans le quart sud-est de la zone d’étude le tout début de la séquence, au cours du Hallstatt D2-3 et de La Tène A, se caractérise par des sépultures dans lesquelles le dépôt de l’incinération en urne métallique souligne le faste des funérailles (fig. 13) (Milcent 2004). Puis après une éclipse de plusieurs siècles, les élites de ce secteur géographique inscrit à l’intérieur de la boucle de la Loire, semblent à nouveau se signaler par des pratiques spécifiques. Le phénomène apparaît au cours de La Tène D2 et culminera avec les sépultures dites du groupe de Fléré (fig. 14).

Fig. 13 : localisation des tombes à char de La Tène B2 en région parisienne et des incinérations en urne métallique au sud de la région Centre (S. Marion, M. Gaultier).

57Ces dernières correspondent à un ensemble de tombes privilégiées, défini par A. Ferdière et A. Villard, localisées sur le territoire biturige et sur ses marges nord et ouest (Ferdière et Villard 1993). Ces tombes de grandes dimensions se caractérisent par le dépôt d’éléments liés au banquet, au service de la boisson, d’armes, et dans certains cas d’outils destinés au travail du fer. Elles sont datées pour l’essentiel du Ier siècle av. J.-C. et autour du changement d’ère à l’exception de celle de Neuvy-Pailloux qui relève du milieu du Ier siècle de notre ère. Ces sépultures rurales et a priori isolées sont interprétées comme des tombes d’aristocrates gaulois, propriétaires fonciers, dont certains contrôlent la production et le commerce du fer. Les tombes à armes pourraient signaler des auxiliaires indigènes de l’armée romaine (Ferdière et Villard 1993, p. 280-285 ; Riquier 2008a, p. 196-197). Au total, le groupe se compose de 7 sépultures avérées présentant des caractéristiques similaires, et d’une série d’autres structures moins bien documentées dont deux (Levroux « Le Bois Maussant » et Palluau « La Fosse Ronde ») sont comparables aux premières notamment en raison de la présence d’armes et d’amphores.

58Plusieurs découvertes postérieures à la publication de 1993 ont modifié la perception des pratiques funéraires de ces élites à partir du Ier siècle av. J.-C. La mise au jour d’un cénotaphe augustéen aux caractéristiques similaires aux sépultures du groupe de Fléré à Antran (86), aux confins des territoires picton et turon (Pautreau 1999), a élargi l’aire de répartition du phénomène vers l’ouest. L’intégration de la cité des Turons à la zone géographique considérée est confirmée par les récentes découvertes d’autres sépultures présentant certains caractères privilégiés (présence d’armes, d’amphores…) (fig. 14). Si ces tombes n’entrent pas strictement dans la définition du groupe de Fléré, elles correspondent certainement aux sépultures d’une élite guerrière de rang inférieur aux précédentes (Riquier 2008a ; Chimier 2010).

Fig. 14 : localisation des tombes du « groupe de Fléré » et assimilées en territoires bituriges, turons et carnutes (J.- Ph. Chimier, M. Gaultier).

59Si l’on suit l’hypothèse selon laquelle le service à boisson constitue un marqueur de hiérarchie sociale (Poux 2004, p. 121-125 ; 222-226) on peut distinguer quatre classes : celle des organisateurs du banquet (A) dont les tombes présentent des ustensÎles et de la vaisselle métallique à usage collectif et plusieurs amphores (tombes des aristocrates selon les critères de J. Metzler 2002, p. 182-185), celle des convives du premier cercle (B) avec des éléments de service à boisson métallique à usage personnel et également plusieurs amphores et celle du deuxième cercle (C) pour lesquels les dépôts funéraires se limitent aux vases à boire, mais associés à une amphore. La dernière classe (D), celle d’éventuels convives, présente des vases à boire mais pas d’amphores. C’est à cette dernière que se rattachent les découvertes les plus récentes.

60À l’image de celle de Neuvy-Pailloux, dont le contexte est bien reconnu, les tombes de rang A et B semblent isolées en milieu rural, localisées au sein de grands domaines. Le contexte des sépultures relevant des classes C et D est plus varié et si certaines sont aussi isolées, plusieurs cas particuliers sont à souligner (Ferdière et Villard 1993, p. 212 ; Riquier 2008a, p. 200). La tombe armée S.11 de Tavant reste isolée dans un premier temps, elle constitue l’élément fondateur de la partie fouillée de la nécropole le la « Rue Grande ». La documentation disponible au sujet du site du « Grand-Malleray » à Primelles traduit éventuellement un phénomène similaire (Ferdière et Villard 1993, p. 147, 155, 212) et la récente mise au jour d’une nécropole du Haut-Empire au « Bois-Maussant » à Levroux peut aussi le suggérer (Baguenier et al. 2008). L’environnement des tombes de Levroux et celui d’Esvres-sur-Indre est différent puisque les sépultures sont en relation directe avec une agglomération. Les sépultures de guerriers d’Esvres sont en contexte de nécropole mais elles intègrent un ensemble funéraire déjà établi et en constituent même les dernières phases d’occupation. Il s’agit toutefois d’un groupe de sépultures spécifique, bien distinct des autres ensembles de la même période (Riquier 2004 ; Chimier et Riquier 2010).

61Le phénomène des tombes de l’aristocratie guerrière, spécifique à La Tène D2 est à mettre en relation avec la période de forte instabilité de la Conquête et avec les recompositions politiques et sociales qui l’ont suivi (Riquier 2008a, p. 196-197). Il concerne l’aire géographique « bituriges-turons élargie » du groupe de Fléré mais aussi les territoires picton, lémovice, arverne et ségusiave et une partie de celui des Eduens situés en dehors de notre zone d’étude (Riquier 2008a). L’ensemble relève peut-être d’une aire culturelle plus vaste correspondant au sud-ouest de la Gaule (Ferdière, Villard 1993, p. 278-279).

62Il est intéressant de noter ici que les comportements funéraires ostentatoires, liés à ces pratiques élitaires, n’apparaissent qu’au cours de courtes périodes et se trouvent cantonnés à certains secteurs géographiques, en étroite relation avec les cités qui deviendrons « libres et exempts de tribut » du début du Haut-Empire (Riquier 2008a, p. 201). Cela ne signifie pas qu’en d’autres temps ou d’autres lieux les élites disparaissent mais plus vraisemblablement qu’elles n’éprouvent pas en continu le besoin de manifester aussi clairement leur statut.

Bibliographie

Bibliographie

Abert F., 2005, Les Hauts-de-Seine, Carte archéologique de la Gaule, 92, Paris, MSH, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 91 p.

Aubourg V., Josset D., 1994, Fréteval (41) – « Déviation de Fontaine - R.N. 10 » (41.095.003 AH) (Loir-et-Cher), Rapport d’opération, Orléans, SRA Centre. 97 p.

Augier L., Mennessier-Jouannet C., Milcent P-Y., Orengo L., Riquier S., 2007, La France centrale aux IVe-IIIe s. av. n. ère (Auvergne, Berry et Orléanais), in Mennessier-Jouannet C., Adam A.-M., Milcent P-Y. éds., La Gaule dans son contexte européen aux IVe et IIIe siècles avant notre ère, Actes du XXVIIe colloque de l’AFEAF, Clermont-Ferrand, 2003, Lattes, Association pour le développement de l’archéologie en Languedoc-Roussillon, p. 117-176. (Monographies d’archéologie méditerranéenne, Hors série).

Baguenier J.-Ph., 2008, Levroux « Le Bois-Maussant » (Indre), Rapport de diagnostic, Tours, Inrap, SRA Centre.

Baills-Talby N., Blanchard P., 2006, Sépultures de nouveaux-nés et de nourrissons du Premier Âge du fer au haut Moyen Âge découvertes hors des contextes funéraires traditionnels sur les territoires carnutes, turons et bituriges cubes : inventaire, synthèse et interprétations, in Ensembles funéraires gallo-romains de la Région Centre (vol. 1), Tours, FERACF/Inrap, p. 157-205. (Supplément à la Revue archéologique du Centre de la France, 29)

Baray L., 2003, Pratiques funéraires et sociétés de l’Âge du fer dans le Bassin parisien (dernier quart du VIIe s.- troisième quart du IIe s. av. J.-C.), Paris, Editions du CNRS, 454 p. (Supplément à Gallia, 56).

Batardy Ch., Buchsenschutz O., Dumasy F. dir., 2001, Le Berry antique, Milieu, Hommes, Espaces, Atlas 2000, Tours, 189 p. (Supplément à la Revue archéologique du Centre de la France, 21).

Boucher Th., 2004, Chronique archéologique et historique de l’arrondissement (2003), Bulletin des Amis du Vieux-Chinon, X, 8, p. 919- 925.

Boulenger L., 2005, Occupations du premier et du Second Âge du fer sur le plateau de Sénart (Seine-et-Marne). Cadre et données récentes sur la commune de Lieusaint, in Buchsenschutz O., Bulard A., Lejars Th. eds., L’Âge du fer en Île-de-France, Actes du XXVIe colloque de l’AFEAF, Paris et Saint-Denis, 9-12 mai 2002, Tours, FERACF, p. 127-144 (Supplément à la Revue archéologique du Centre de la France, 26).

Boussard J., 1960, Cartes et textes du département d’Indre-et-Loire, Paris, CNRS, 140 p. (Collection « Carte archéologique de la Gaule romaine »).

Bruant J., à paraître, Chilly-Mazarin (Essonne) « ZAC de la Butte au Berger IV », Rapport Final d’Opération, Pantin, Inrap, SRA Île-de-France.

Buchsenschutz O., Colin A., Firmin G., Fischer B., Guillaumet J.-P., Krausz S., Levéry M., Marinval P., Orellana L., Pierret A., 2000, Le village celtique des Arènes à Levroux : synthèses, Levroux, FERACF/ ADEL, 333 p. (Supplément à la Revue archéologique du Centre de la France, 19 ; Collection « Levroux », 5).

Buchsenschutz O., Ralston I. dir., 2001, L’occupation de l’Âge du fer dans la vallée de l’Auron à Bourges : installations agricoles, funéraires et cultuelles (Xe-Ier siècle avant J.-C.), Bourges, FERACF/Éditions de la ville de Bourges, 222 p. (Supplément à la Revue archéologique du centre de la France, 22 ; Collection « Bituriga : archéologie de la cité », Monographie, 2001-2).

Calvo J.-M., 1975, Une sépulture gauloise à Lumeau, Eure-et-Loir (28 221 01), Revue archéologique du nord du Loiret, 1, p. 28-40.

Cayol N., 2005, Sainte-Maure-de-Touraine, « Les Vignes de la Cornicherie » (Indre-et-Loire), Rapport de diagnostic, Orléans, Inrap, SRA Centre.

Cayol N., 2008, Commune de Corbeilles (Loiret) « Les Grands Réages » et « L’Aubier à Barnault » site A19 – J1 (n° 45-103-041 AH), Rapport Final d’Opération, Orléans, Inrap, SRA Centre.

Chimier J.-Ph., 2009, Les ensembles funéraires de la Haute-Cour à Esvres-sur-Indre (37), Ier s. av. n.-è./IIe s. ap. J.-C. Bulletin de l’association française pour l’Etude de l’âge du Fer, p. 19-20.

Chimier J.-Ph., 2010, Sépultures et ensembles funéraires du 2e Âge du fer, in Zadora-Rio E. dir., Atlas archéologique de Touraine, http://a2t.univ-tours.fr.

Chimier J.-Ph., Riquier S., 2009, L’organisation des espaces funéraires d’Esvres-sur-Indre (Indre-et-Loire). Etat de la question sur les hypothèses de topographie funéraire et sur l’organisation territoriale des occupations protohistoriques et antiques in Pinard E., Desenne S. dir., Les gestuelles funéraires au Second Âge du fer, Actes de la table ronde tenue à Soissons les 6 et 7 novembre 2008, p. 85-95. (Revue archéologique de Picardie, 2009, 3-4).

Colin A., Buchsenschutz O., 1984, Cercles et sépultures protohistoriques dans le Canton de Levroux, Revue archéologique du Centre de la France, 23, p. 197-208.

Cordier G., 2000, Le champs d’urnes de Chissay-en-Touraine (Loir-et-Cher), Antiquités nationales, 32, p. 59-96.

Creusillet M.-F., Frénée E., Juge P., 2002, Mer, ZAC « Les Portes de Chambord », Rapport d’évaluation archéologique, Orléans, Inrap, SRA Centre.

Cunault M., 2007, Une sépulture de guerrier celte vers -300 en territoire sénon (Treilles-en-Gâtinais : Gondreville-la-Franche, Loiret), Revue archéologique du Loiret, 30-31, p. 27-34.

Delattre V., 2000, Les inhumations en silos dans les habitats de l’Âge du fer du Bassin parisien, in Marion S., Blanquaert G. dir., Les Installations agricoles de l’Âge du fer en France septentrionale, Paris, Editions rue d’Ulm, p. 299-311, (Etudes d’Histoire et d’Archéologie, 6).

Delattre V., Bulard A. (coll.), Gouge P. (coll.), Pihuit P. (coll.), 2000, De la relégation sociale à l’hypothèse des offrandes : l’exemple des dépôts en silos protohistoriques au confluent Seine-Yonne (Seine-et-Marne), Revue archéologique du Centre de la France, 39, p. 5-30.

Delattre V., Séguier J.-M., 2005, Espaces funéraires et cultuels au confluent Seine-Yonne (Seine-et-Marne) de la fin du Ve au IIIe siècle avant J.-C. in Buchsenschutz O., Bulard A., Lejars Th. eds., L’Âge du fer en Île-de-France, Actes du XXVIe colloque de l’AFEAF, Paris et Saint-Denis, 9-12 mai 2002, Tours, FERACF, p. 241-260. (Supplément à la Revue archéologique du Centre de la France, 26).

Delattre V., Séguier J.-M., 2007, Du cadavre à l’os sec, in Barral Ph., Daubigney A., Dunning C., Kaenel G., Roulière-Lambert M.-J. dir., L’Âge du fer dans l’arc jurassien et ses marges. Dépôts, lieux sacrés et territorialité à l’âge du Fer, Actes du XXIXe colloque international de l’AFEAF, Bienne, 5-8 mai 2005, 2, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, p. 605-620.

Devillers C., 2006, Puiseaux, Le Chemin de Paris 1, 45 258 010, Rapport d’opération de sondage, Société Archéologique de Puiseaux, 46 p.

Djemmali N., Couvin F., Delémont M., Deloze V., Di Napoli F., 2007, Tours (Indre-et-Loire - Centre) ZAC de Monconseil. Sites de "Champ Chardon" et "La Petite Arche", Rapport de diagnostic, Tours, Inrap, SRA Centre. 46 p.

Drwila G., 2009, Commune de Courtempierre (Loiret) « Les Genièvres » site A19 – L1-3 (n° 45-114-041AH), Rapport final d’opération, Orléans, Inrap, SRA Centre.

Dupagne J., à paraître, Anet (Eure-et-Loire), ZA du Débucher (Tranche 2) Allée droite d’Oulons, Chartres, Service Archéologique départemental d’Eure-et-Loire.

Duplessis M., Auxiette G., Delattre V., 2006, Chilly-Mazarin (Essonne) « ZAC de la Butte au Berger III », Rapport de diagnostic, Pantin, Inrap, SRA Île-de-France.

Durand R., Maçon Ph., 2009, Un cas particulier d’inhumations collectives à la Tène B2/C1 : la structure F63-50 à Port Sec Sud, Bourges (Cher), in Buchsenschutz O., Chardenoux M.-B., Krausz S., Vaginay M. eds., L’Âge du fer dans la boucle de la Loire, Actes du XXXIIe colloque de l’AFEAF, Bourges, 2008, Tours, FERACF/AFEAF, p. 135-144. (Supplément à la Revue archéologique du Centre de la France, 35).

Ferdiere A., Villard A. dir., 1993, La tombe augustéenne de Fléré-la-Rivière (Indre) et les sépultures aristocratiques de la cité des Bituriges, Saint-Marcel, 316p. (Supplément à la Revue archéologique du Centre de la France, 7 ; Collection « Mémoires du musée d’Argentomagus », 2).

Frénée E., Aubier M., Baguenier J.-Ph., Baray L., 2008, A85 (Indre-et-Loire), Sublaines, Le Grand Ormeau, Rapport Final d’Opération, Pantin, Inrap, SRA Centre.

Frénée E, Millet E., Baray L. (coll.), 2009, La nécropole laténienne de Courtenay « Les Quatre Croix » (Loiret, Centre), Rapport final d’opération, Orléans, Inrap, SRA Centre.

Galinié H. dir., 2007, Tours antique et médiéval : lieux de vie, temps de la ville : 40 ans d’archéologie urbaine, Tours, FERACF, 440 p. (Supplément à la Revue archéologique du Centre de la France, 30).

Ginoux N., 2003, L’excellence guerrière et l’ornementation des armes aux IVe et IIIe s. avant J.-C., découvertes récentes, Etudes Celtiques, XXXV, p. 33-67.

Hamon T. dir., 1996, Saumeray « Le Bas des Touches », Document Final de Synthèse, Orléans, AFAN, SRA Centre.

Hamon T. dir., 2009, Alluyes « La Pierre Aigue », Rapport Final d’Opération, Orléans, Inrap, SRA Centre.

Issenmann R., à paraître, Buthiers « Le Champ Brodier », Rapport Final d’Opération, Pantin, Inrap, SRA Île-de-France.

Joly D. dir., à paraître, Chartres, Site Pasteur, Vieux Capucins (C219), Rapport Final d’Opération, Chartres, Service Archéologique Municipal de Chartres.

Josset D. dir., 2009, Commune de Neuville-aux-Bois (Loiret) « La Grande Route », site A19 - C1 (n° 45.224.036. AH), Rapport Final d’Opération, Orléans, Inrap, SRA Orléans.

Josset D., à paraître, Chevilly : Pièce de Chameul (Loiret), Rapport Final d’Opération, Orléans, Inrap, SRA Orléans.

Joyeux P., Herment H. (coll.), 2009, Quelques sépultures du Second Âge du fer à Orléans, in Pinard E., Desenne S. dir., Les gestuelles funéraires au Second Âge du fer, Actes de la table ronde tenue à Soissons les 6 et 7 novembre 2008, p. 265-267. (Revue archéologique de Picardie, 2009, 3-4).

Labat O. dir., 2008, Epieds-en-Beauce, « ZAC des Chantaupiaux » tranche 2 (Loiret), Rapport de diagnostic, Orléans, Inrap, SRA Centre.

Lardé S., 2008, Sainte Geneviève-des-Bois « La Plaine des Grands Ormes », « Les terres des Prieurs » et « La Belle Arable » (Loiret), Rapport de diagnostic, Orléans, Inrap, SRA Centre.

Laruaz J.-M., 2008, Une occupation laténienne sous la forteresse de Chinon (Indre-et-Loire), Bulletin de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du fer, 26, p. 37-40.

Le Béchennec Y., Le Forestier C., Marion S., 2008, Bonneuil-en-France (95), RD84 : une fouille en milieu humide, Bulletin de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du fer, 26, p. 45-46.

Leconte L., 1991, Les nécropoles celtiques de Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne), Antiquités Nationales, 22/23, p. 43-80.

Lejars Th., 2005, Le cimetière celtique de la Fosse Cotheret, à Roissy (Val-d’Oise) et les usages funéraires aristocratiques dans le nord du Bassin parisien à l’aube du IIIe siècle avant J.-C. in Buchsenschutz O., Bulard A., Lejars Th. eds., L’Âge du fer en Île-de-France, Actes du XXVIe colloque de l’AFEAF, Paris et Saint-Denis, 9-12 mai 2002, Tours, FERACF, 26e supplément à la Revue archéologique du Centre de la France, p. 73-80.

Liégard S., à paraître, Batilly-en-Gatinais : Les Pierrières (Loiret), Rapport Final d’Opération, Orléans, Inrap, SRA Centre.

Luberne A., 2008, Vierzon (Cher-Centre), « Rue de Bellevue – Rue Bernard Dumont », Rapport de diagnostic, Orléans, Inrap, SRA Centre.

Marion S., 2004, Recherches sur l’Âge du fer en Île-de-France, BAR international Series 1231, 2 vol., 1121 p.

Marion S., 2009, Des objets dans les tombes : éléments d’interprétation des assemblages funéraires du IIIe siècle avant J.-C. dans les sépultures des environs de Paris, in Pinard E., Desenne S., dir., Les gestuelles funéraires au Second Âge du fer, Actes de la table ronde tenue à Soissons les 6 et 7 novembre 2008, p. 233-244. (Revue archéologique de Picardie, 2009, 3-4).

Marion S., Le Béchennec Y., Le Forestier C., 2008, Nécropole et bourgade d’artisans : l’évolution des sites de Bobigny (Seine-Saint-Denis), entre La Tène B et La Tène D, Revue archéologique du Centre de la France, 45-46, 2006-2007, p. 44-48, 3 fig. [En ligne], mis en ligne le 30 mai 2008. URL : http://racf.revues.org//index654.html. Consulté le 20 juin 2008.

Méniel P., 2005, La sépulture humaine et le dépôt d’animaux de Varennes-sur-Seine, Le Marais de Villeroy (Seine-et-Marne), in Buchsenschutz O., Bulard A., Lejars Th. eds., L’Âge du fer en Île-de-France, Actes du XXVIe colloque de l’AFEAF, Paris et Saint-Denis, 9-12 mai 2002, Tours, FERACF, p. 181-192. (Supplément à la Revue archéologique du Centre de la France, 26).

Milcent P.-Y., 2004, Le Premier Âge du fer en France centrale, Paris, 718 p. (Mémoire de la Société Préhistorique Française, 34).

Milcent P.-Y. dir., 2007, Bourges-Avaricum : un centre proto-urbain celtique du Ve s. av. J.-C.. Les fouilles du quartier de Saint-Martin-des-Champs et les découvertes des établissements militaires, Bourges, Editions de la ville de Bourges, UMR 5608 - Équipe Cultures et sociétés de la Protohistoire (Toulouse), 342 p. (Collection « Bituriga : archéologie de la cité », Monographie, 2007-1).

Pautreau J.-P. dir., 1999, Antran. Un ensemble aristocratique du premier siècle, Poitiers, Musées de la ville de Poitiers et de la Société des antiquaires de l’ouest (collection « Regard sur les collections »).

Pion P., Guichard V. dir., 1993, Tombes et nécropoles en France et au Luxembourg entre le IIIe et le Ier siècle av. J.-C. Essai d’inventaire, in Cliquet D., Rémy-Watte M., Guichard V., Vaginay M. éds., Les Celtes en Normandie, les rites funéraires en Gaule (IIIe- Ier s. av. J.-C.), Actes du XIVe colloque de l’AFEAF, Évreux, 1990, Rennes, p. 175-200. (Supplément à la Revue archéologique de l’Ouest, 6).

Poux M., 2004, L’Âge du vin. Rites de boisson, festins et libations en Gaule indépendante, Montagnac, Editions Monique Mergoil (collection « Protohistoire européenne », 8) 637 p.

Rapin A., Zurfluh H., 1998, Le cimetière celtique de Cortrat (Loiret), Revue archéologique du Centre de la France, 37, p. 33-79.

Pueyo C. dir., 2007, Commune de Villereau (Loiret) « Climat de Laveau », site A19-B1 (45 342 011 AH), Rapport Final d’Opération, Orléans, Inrap, SRA Centre.

Quilliec B., Laruaz J.-M., Armitage P., Chanteux P., Cotté O., Gaultier M., Mauraige G. (de), Millet-Richard L.-A., Philippon S., Roux E., Sarreste F., Troubady M., Vaugham-William A., 2009, Couesmes « La Tesserie », aménagement de la déviation routière de Château-la-Vallière (Indre-et-Loire), site n° 37.084.001. AH, Rapport Final d’Opération, Veigné, Service Archéologique Département d’Indre-et-Loire, SRA Centre.

Riquier S., 2004, La nécropole gauloise de « Vaugrignon » à Esvres-sur-Indre (Indre-et-Loire), Revue archéologique du Centre de la France, 43, [en ligne], mis en ligne le 01 mai 2006, URL : //racf.revues.org/ index100.html. Consulté le 25 mars 2010.

Riquier, S., 2008a, L’armement républicain dans les sépultures de Gaule centrale, in Poux M. dir., Sur les traces de César. Militaria tardo-républicains en contexte gaulois, Actes de la table-ronde de Bibracte, du 17 octobre 2002 (Glux-en-Glenne-F/58), Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen, p. 182-202. (Collection « Bibracte », 14).

Riquier, S., 2008b, La céramique de l’oppidum de Cenabum et la cité des Carnutes aux IIe et Ier s. av. J.-C. : aspects typo-chronologiques et culturels, thèse de doctorat, université François Rabelais, Tours, 372 p.

Riquier S., Salé Ph. 2006, La nécropole du Haut-Empire de Tavant (Indre-et-Loire), in Ensembles funéraires gallo-romains de la Région Centre, 1, Tours, FERACF, p. 7-108. (Supplément à la Revue archéologique du Centre de la France, 29).

Scaon C. dir., 2009, Communes de Gondreville et Treilles-en-Gâtinais (Loiret) « Le Cocluchon »« Le Soy », site A19-L2-1 (45 158 005 AH), Rapport Final d’Opération, Orléans, Inrap, SRA Centre.

Seguain E., 2009, Amilly « Les terres des Châtelains et de Pisseux » (Loiret-Centre), Rapport Final d’Opération, Orléans, Inrap, SRA Centre.

Séguy I., 1997, Aspects religieux et profanes dans le traitement funéraire réservé au nouveau-né au Moyen-Âge et à l’époque moderne, in Buchet L. (dir.), L’enfant, son corps son histoire, actes des septième journées anthropologiques de Valbonne 1-3 juin 1994, Sophia-Antipolis, APDCA, p. 97-114.

Sellès H. dir., 2000, Allaines : carrefour routier de l’Antiquité à nos jours. Présentation des résultats de fouilles archéologiques menées sur la liaison RN 154 – Autoroute A 10, Plaquette réalisée à l’occasion de l’exposition à la Maison de la Beauce, Orgères-en-Beauce (6 février – 10 mars 2000), Orléans, Alpha Graphic, 12 p.

Sellès H., Morin J.-M. dir., à paraître, Chartres, Place des Epars (C190), Boulevard Chasles (C191), Rapport Final d’Opération, Orléans, SRA Centre.

Verger S., Milcent P.-Y., Moulherat C., 2002, La Butte Moreau à Mardié (Loiret) et les tombes aristocratiques du centre de la Gaule au Ve siècle avant J.-C., in Maranski D., Guichard V. dir., Les Âges du fer en Nivernais, Bourbonnais et Berry oriental. Regards européens sur les Âges du fer en France, Actes du XVIIe colloque de l’AFEAF, Nevers, 1993, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen, p. 117-150. (Collection « Bibracte », 6).

Viand A., 2004, Un quartier d’habitat groupé de La Tène finale sur une nécropole du IIIe siècle avant notre ère, Bulletin de l’association française pour l’Etude de l’âge du Fer, 22, p. 5-8.

Viand A., Auxiette G., Bardel D., Bertin P., 2006, Milly-la-Forêt (Essonne), « Le Bois Rond », Rapport Final d’Opération, Pantin, Inrap, SRA Île-de-France.

Wabont M., Abert F., Vermeersch D., 2006, Le Val-d’Oise, Carte archéologique de la Gaule, 95, Paris, MSH, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 91 p.

Annexes

Annexe 1 : tableau d’inventaire des sites.

(département, n° de département, commune, lieu-dit, catégorie (1 : isolée, 2 : petit ensemble, 3 : nécropole, 4 : indéterminé), datation, bibliographie).

(département, n° de département, commune, lieu-dit, catégorie (1 : isolée, 2 : petit ensemble, 3 : nécropole, 4 : indéterminé), datation, bibliographie).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : localisation des 242 sites funéraires inventoriés dans le Centre et l’Île-de-France (M. Gaultier).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6947/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Fig. 2 : données synthétiques sur la constitution du corpus de sites funéraires inventoriés dans le Centre et l’Île-de-France (M. Gaultier).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6947/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Fig. 3 : proportions d’adultes, d’immatures et d’individus d’âge indéterminé au sein des trois catégories de sites funéraires (M. Gaultier).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6947/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Fig. 4 : proportions, par département, de nécropoles et petits ensembles utilisables pour une analyse du ratio immatures/adultes (M. Gaultier).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6947/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig. 5 : ratio immatures / adultes au sein d’un échantillon exploitable de petits ensembles et de nécropoles (M. Gaultier).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6947/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Fig. 6 : localisation des enclos et des tumulus du second Âge du fer au seinde la zone étudiée.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6947/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 7 : localisation des sites avec crémations : expression du rapport entre nombre de crémations et d’inhumations au sein de chaque site. Les crémations sont en rouge (M. Gaultier).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6947/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 8 : évolution de la pratique de la crémation entre la Tène ancienne et le tournant de l’Ere au sein de la zone étudiée (M. Gaultier).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6947/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 9 : cartographie par périodes des sites avec crémations en Régions Centre et Île-de-France (M. Gaultier).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6947/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Fig. 10 : cartographie par périodes des sépultures en silos en Régions Centre et Île-de-France - distribution par classes d’âges et par sexes des individus inhumés en silos au sein de la zone étudiée (C. Villenave, M. Gaultier).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6947/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 11 : répartition de la population en fonction des catégories de mobilier les plus fréquentes (S. Marion).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6947/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Fig. 12 : projection dans le premier plan des résultats de l’analyse factorielle des correspondances réalisée sur les différentes catégories d’objets présentes dans les sépultures (en noir : les variables actives, en grisé : les individus (sépultures), en couleur : les variables explicatives) (S. Marion).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6947/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 13 : localisation des tombes à char de La Tène B2 en région parisienne et des incinérations en urne métallique au sud de la région Centre (S. Marion, M. Gaultier).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6947/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig. 14 : localisation des tombes du « groupe de Fléré » et assimilées en territoires bituriges, turons et carnutes (J.- Ph. Chimier, M. Gaultier).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6947/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre (département, n° de département, commune, lieu-dit, catégorie (1 : isolée, 2 : petit ensemble, 3 : nécropole, 4 : indéterminé), datation, bibliographie).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6947/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6947/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6947/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6947/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 161k

Auteurs

Ministère de la Culture DRAC de Lorraine, UMR 8546 ENS AOROC. stephane.marion@culture.gouv.fr

Archéologue anthropologue, Conseil Général d’Indre-et-Loire, CNRS - UMR 6173 CITERES LAT

Archéologue anthropologue, Inrap

Archéologue, Inrap, CNRS - UMR 6173 CITERES LAT

Archéologue anthropologue, Inrap

Archéologue, Inrap, UMR 8546 ENS AOROC

Archéologue anthropologue, Inrap

Archéologue, Inrap

Archéologue, Inrap, UMR 8546 ENS AOROC

Archéologue, Conseil général des Hauts de Seine, UMR 8546 ENS AOROC

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search