Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Volume II. Gestes funéraires en Gaule au Second Âge du fer

Les pratiques funéraires à l’Âge du fer en Basse-Normandie : premiers éléments de réflexion

Karine Chanson, Audrey Delalande, Ivan Jahier, Myriam Texier, Anne Ropars, Chris-Cécile Vauterin, Anne-Françoise Cherel, Dominique Corde, May Coussirat, Jean-Yves Langlois, Hubert Lepaumier et Sylvie Pluton

Résumé

Cet article vise à rendre compte du potentiel régional qui, depuis le dernier bilan effectué en 1990, a connu un profond renouvellement. Pourtant, les différents champs retenus lors de ce colloque restent inégalement documentés. Si une approche anthropologique globale est pour l’heure encore prématurée, en revanche un recrutement des défunts selon le genre ou l’âge est un critère parfois perceptible dans l’organisation des espaces funéraires, notamment à la fin du Premier Âge du fer et au début du Second. À l’échelle de la tombe, ce critère joue également un rôle dans la composition des sépultures doubles. Une première catégorisation des sites funéraires, selon leurs effectifs, leur relation à l’habitat et la présence de monument, distingue quatre groupes rendant compte de différentes formes d’agrégation des défunts. Sur cette base, sont suggérées des correspondances avec la forme des communautés rurales (village, famille…). Concernant le traitement des défunts, est examinée la posture donnée au corps en lien avec d’autres traits funéraires (organisation des espaces funéraires, âge, sexe…), puis est abordée la question de la crémation pratiquée dans un système funéraire basé sur la décomposition du corps. Et enfin la question des mobiliers funéraires traite des spécificités des objets trouvés dans les tombes à inhumation et à incinération.

Texte intégral

Fig. 1 A et B : état documentaire des sites funéraires de l’Âge du fer en Basse-Normandie (données extraites de Patriarche – DRAC, SRA de Basse-Normandie – A. Ropars)

Introduction : réalité historique et inventaire de sites (I. Le Goff, C.-C. Vauterin, A. Ropars)

1À l’occasion du colloque de l’AFEAF tenu à Évreux en 1990, A. Verney proposait une actualisation de l’inventaire des sites produit par Coutil à la fin du XIXe siècle, accompagné, pour chacun, d’un bref descriptif (Verney 1993). Avec le colloque tenu à Caen en 2009, s’offrait l’occasion de prolonger cet effort documentaire. Notre objectif vise à dénombrer les sites funéraires afin d’évaluer la documentation disponible aujourd’hui, le domaine du funéraire bénéficiant tout particulièrement des grands projets d’aménagements, implantés dans l’enfilade de plaines allant de Caen à Alençon. De ces découvertes, nombreuses et récentes - plusieurs opérations s’achèvent à peine -, il n’était par conséquent guère envisageable de présenter ici un descriptif. En revanche leur inventaire a conduit à questionner notre perception d’un site funéraire du Second Âge du fer.

2Parmi les acquis de ces dernières années, on constate que la documentation archéologique couvre maintenant tout l’Âge du fer, y compris La Tène moyenne et finale, tandis que lors du bilan précédent, ainsi que l’avait déjà constaté G. Verron en 1976, seule la période comprise entre le Hallstatt final et La Tène ancienne pouvait être réellement documentée (Verron 1976, Verney 1993).

3Le deuxième constat porte sur l’évolution de la masse documentaire. D’une quinzaine de sites identifiés en 1990, le corpus attribuable aujourd’hui avec certitude à tout l’Âge du fer est estimé à 88 sites. Le décompte proposé (fig. 1 carte B) repose sur les données de fouilles enregistrées par le Service régional d’archéologie (carte archéologique), actualisé par les données des sites en cours d’étude. Le critère de sélection repose sur la fiabilité et la précision de la chronologie des données, en l’état actuel des analyses. Sont ainsi retenus tous les indices funéraires dont la chronologie est précisément contenue entre le début du Premier et la fin du Second Âge du fer. Quatre ensembles documentaires se dégagent : les sites du Premier Âge du fer (25), les sites datés de la transition Premier Âge du fer/Second Âge du fer et du début de La Tène ancienne, Ve – IVe siècles, (10), les sites dont la durée d’occupation présente une marge d’incertitude, mais qui se situent globalement entre la fin du Premier Âge du fer et le début du Second (8), enfin les ensembles du Second Âge du fer (45). Sont exclus tous les sites dont la chronologie est imprécise au sein même de l’Âge du fer, ainsi que les ensembles dont l’implantation première est attestée au Bronze final ou ceux dont l’utilisation s’achève au début de l’époque romaine. Ce décompte de 88 sites correspond donc à une estimation basse du potentiel documentaire. S’il est exhaustif au regard du critère retenu, il reflète un instantané de la recherche, les attributions chronologiques ou la compréhension d’un site funéraire étant amenées à évoluer. En intégrant des marges d’incertitude plus fortes, liées à une attribution chronologique par défaut pour les fouilles anciennes ou par assimilation pour les sites repérés en prospection aérienne dans la plaine de Caen (Desloges 2009), une estimation haute, cette fois, du potentiel funéraire pour tout l’âge du Fer est évaluée à près de 420 sites (fig. 1 A). Si nous recentrons maintenant l’inventaire sur les sites attribuables avec fiabilité au Second Âge du fer et sa transition avec le Premier Âge du fer, le comptage aboutit à une estimation basse d’une soixantaine de sites funéraires (fig. 1 B). La plupart de ceux-ci ont été découverts au cours des deux dernières décennies (fig. 2).

Fig. 2 : distribution par décennie des découvertes concernant les sites funéraires attribuables au Second Âge du fer et à la transition 1er/2nd Âge du fer

4Outre les marges d’incertitudes chronologiques, le chiffrage des sites funéraires est un exercice révélateur d’autres difficultés liées cette fois à la forme complexe des ensembles funéraires régionaux. Effectivement, parmi les configurations possibles au Second Âge du fer coexistent des sites funéraires concentrant les tombes dans un espace donné avec de petits ensembles, voire des tombes dites « isolées ». Avec des sépultures éparses, parfois peu distantes les unes des autres, c’est la délimitation de l’espace funéraire qui pose alors question. La définition de l’espace funéraire ne s’impose pas d’emblée, elle résulte en fait d’une interprétation. Le présent décompte reflète cet état de la recherche, ce qui nous a conduits à prendre le parti de globaliser le nombre de tombes par site sauf lorsque les études, enregistrées par la Carte archéologique, ont différencié plusieurs unités funéraires. En revanche, la question de l’identification des unités funéraires au sein d’un site est abordée dans le chapitre de cet article consacré à l’organisation des espaces funéraires.

5Le troisième constat porte sur la détection des tombes éparses et des sites funéraires composés seulement de quelques tombes. Les surfaces occupées s’avèrent faibles et la répartition des tombes au sein de l’espace funéraire peut y être clairsemée (site linéaire…). Ce constat, d’une portée générale, trouve un écho particulier au Second Âge du fer, car le système funéraire semble en partie basé sur de petits groupes épars de tombes. L’expérience acquise en prospection aérienne montre que cette méthode n’est pas en mesure de détecter ce type de structures hormis celles qui bénéficient d’un monument (Desloges 2009, p. 14). Des simulations de détection systématique par sondage à la pelle mécanique suggèrent qu’une tombe isolée est détectée une fois sur dix (Achard-Corompt et al. 2006). Les choix méthodologiques de la fouille ont un impact tout particulier sur la reconnaissance des sites funéraires du Second Âge du fer. C’est à travers les exemples de Mondeville "l’Étoile" (Besnard-Vauterin 2009a) et d’Ifs "Object’Ifs Sud" (Le Goff 2000- 2002), situés tous deux dans le secteur sud-est de Caen, que l’on soulignera cet aspect (fig. 3). En effet, le décapage sur une grande surface, prescrit sur la ZAC d’Object’Ifs Sud, a permis de détecter de nombreux petits groupes funéraires ou tombes dispersées en bordure des champs et des chemins, dont la plupart étaient insoupçonnés à la suite du diagnostic. Quant à la ZAC de l’Étoile, qui a fait l’objet d’un vaste diagnostic suivi de fouilles sous forme de fenêtres de décapages restreintes aux sites mêmes, les données funéraires sont de moindre ampleur. En effet, si ce secteur a bien livré une petite nécropole pour le Ve siècle av. J.-C., les espaces funéraires font défaut pour la principale période d’occupation, qui va du IIIe au Ier siècle av. J.-C. Les découvertes pour cette période se limitent en effet à une vingtaine de tombes pour trois sites d’habitat. Cette rareté de vestiges funéraires s’explique probablement en partie par un mode d’inhumation caractérisé par la dispersion des tombes en petits groupes au sein des parcelles agraires. Comme cela apparaît à travers l’exemple d’Ifs, on peut supposer que le secteur de l’Étoile abritait également des ensembles funéraires dispersés, restés inaperçus malgré le maillage des tranchées de sondage. On soulignera encore que les surfaces sondées ou fouillées, pourtant conséquentes, ont livré peu d’indices funéraires de La Tène moyenne et finale au regard des sites de la fin du Premier et du début du Second Âge du fer, ce qui suggère que d’autres phénomènes, en dehors de la question du repérage archéologique, sont à considérer.

Fig. 3 : distribution en périphérie sud et sud-est de Caen des petits et grands ensembles funéraires des Premier et Second Âge du fer, reportés sur les surfaces ouvertes (données extraites de Patriarche – DRAC, SRA de Basse-Normandie – A. Ropars).

6Du point de vue de la distribution des sites funéraires à l’échelle de la région, leur présence est attestée dans les trois départements avec un déséquilibre géographique en faveur de la plaine de Caen. Induite par l’implantation des projets d’aménagements du territoire, comme le montre la distribution nord/ sud liée aux travaux autoroutiers et à de nombreuses ZAC, elle n’est sans doute pas représentative d’une réalité historique. Toutefois, la concentration géographique et la densité des découvertes autour de l’agglomération caennaise offrent suffisamment de cohérence pour envisager l’approche fine d’un territoire. L’explosion récente des découvertes y est parfaitement illustrée par une quarantaine d’unités funéraires qui s’égrènent dans une zone de quelques km2 seulement (fig. 3). Il est devenu possible d’examiner non seulement l’interrelation entre ensembles funéraires et habitats mais également l’interface ou l’emboîtement d’unités funéraires contemporaines.

  • 1 Nous remercions A. Alduc-Le Bagousse de nous avoir fourni la liste des études anthropologiques réal (...)
  • 2 La participation et le soutien de P. Giraud (SDAC) lors de la mise en route du groupe de travail on (...)

7Avec la multiplication des sites, l’intérêt porté au domaine funéraire se complexifie. Malgré la rareté des fouilles au cours des années 60, l’anthropologie biologique fut impliquée dans l’analyse des sites de Soumont-Saint-Quentin « Les Longrais » et d’Ifs « La Dronnière », (Dastugue 1961, 1966 ; San Juan G. et al. 1994)1. À partir des années 90, d’abord sur des sites néolithiques, s’est mise en place en Basse-Normandie une approche taphonomique du squelette accompagnée d’une attention plus soutenue à la gestuelle funéraire. L’accélération récente des découvertes confère à la recherche régionale une configuration particulière avec un profond renouvellement des connaissances dont quelques publications monographiques ou thématiques commencent seulement à témoigner (San Juan et Le Goff 2003, Hincker et Dron 2006, Delrieu 2009, Besnard-Vauterin 2009a, Lepaumier et Delrieu 2010, Jahier à paraître). Aussi, répondre à la thématique du colloque a nécessité de grouper une information dispersée, souvent indisponible car en cours d’étude2. Notre propos consiste finalement à montrer le potentiel global de la région et à mettre en relief des traits considérés, par les auteurs, comme significatifs. L’approche n’est donc pas exhaustive. Elle se concentre, par ailleurs, sur un corpus de base de 33 sites (fig. 4). Leur choix s’est essentiellement effectué sur la qualité des données disponibles. Les critères majeurs étaient bien évidemment l’exactitude de la chronologie et la fiabilité des données. Ainsi, les sites retenus concernent en premier lieu des fouilles réalisées ces quinze dernières années, augmentées des données significatives issues d’opérations de diagnostics et de fouilles de référence plus anciennes. La lecture du tableau des sites appelle quelques commentaires (fig. 5). Sous l’intitulé « site », il est entendu l’espace funéraire dans sa globalité sans distinction des différentes unités funéraires ou tombes « isolées » qui peuvent le composer. Le nombre d’individus est une estimation établie à partir de critères qui peuvent varier selon l’auteur de l’étude ou selon l’avancement de celle-ci de sorte que les comptages peuvent être fluctuants. Par ailleurs, ce décompte comprend le nombre minimum de squelettes identifiés mais également les sépultures dont il ne reste plus que la parure en place comme témoin du corps, voire seulement la fosse sépulcrale vide, la conservation osseuse étant souvent médiocre. De plus, nombre de tombes et nombre d’individus présentent des différences du fait de la fréquence des sépultures multiples ou des réductions de corps de sorte que le nombre d’individus est bien souvent plus élevé que celui des tombes. Les datations mentionnées dans la colonne « siècle » sont des indications chronologiques assez larges, susceptibles d’être revues pour les sites en cours d’étude.

Fig. 4 : distribution des sites funéraires de l’Âge du fer constituant le corpus de base de l’article.
(Données extraites de Patriarche – DRAC, SRA de Basse-Normandie – A. Ropars).

Fig. 5 : tableau des sites constituant le corpus de base de l’article.

1. La composition de la population des ensembles funéraires selon des critères biologiques (M. Texier)

1.1. La documentation disponible

8Aborder le thème de la composition de la population des ensembles funéraires de l’Âge du fer en Basse-Normandie nécessite d’établir un recensement des données exploitables. Les précédents travaux consacrés à l’inventaire des nécropoles de cette période se sont heurtés à plusieurs difficultés, qui demeurent actuelles. Face à une documentation inégale, parce qu’elle comprend des sites partiellement explorés, se posent également les problèmes d’attribution chronologique des sépultures. Enfin, l’évaluation du nombre de tombes, au sein de chaque ensemble, dépend essentiellement de l’état de conservation des ossements, qui est très variable.

  • 3 Les chiffres que nous présentons ici ont été établis à partir des recensements effectués par le Ser (...)

9Cette étude liminaire montre toutefois que nous sommes en présence d’une documentation qui s’est considérablement étoffée depuis les derniers recensements des années 1990. Elle comprend actuellement pas moins de 60 sites inventoriés3 qui s’échelonnent entre la fin du Premier Âge du fer (Hallstatt D1-D2) et le terme du Second Âge du fer. À l’heure actuelle, ce corpus représente près d’un millier de sépultures.

10L’objectif a été d’identifier, parmi cette abondante documentation, les informations relatives à la composition de la population constituant les ensembles funéraires. Ce recensement conduit à privilégier les études ayant fait l’objet d’une approche biologique visant à la caractérisation de la population inhumée selon des critères objectifs : l’âge, le sexe, la stature, la morphologie, les proximités biologiques… Notre champ d’investigation est par conséquent réduit puisqu’il dépend de l’état de conservation osseuse, qu’il ne prend pas en compte les sépultures isolées ou les tombes dont l’attribution chronologique est douteuse. Le corpus a donc été sensiblement réduit puisqu’il ne compte que le tiers des sites recensés.

1.2. Les principales caractéristiques des ensembles funéraires

1.2.1. Fluctuation des effectifs au cours du temps

  • 4 Cette dernière configuration se rencontre par exemple sur les sites d’Éterville (rapport en cours), (...)

11À partir de la notion d’effectif, l’analyse s’attache à dégager les grandes lignes de l’évolution des groupes funéraires au cours du temps. La période de transition du Premier au Second Âge du fer montre une tendance à l’augmentation du nombre de sépultures, tandis que la période précédente se caractérise par des groupes funéraires restreints (fig. 6). Les ensembles funéraires de la fin du Second Âge du fer (La Tène moyenne et finale), dans lesquels la pratique de la crémation se multiplie, sont numériquement plus modestes puisqu’ils ne comptent guère plus de 20 tombes. Cette approche globale à partir des effectifs masque en réalité des situations diverses et complexes. Les sites numériquement plus importants illustrent deux modes différents de développement de l’aire sépulcrale. Le premier se caractérise par le fractionnement en unités funéraires, groupes de moyenne à faible importance numérique, disséminées sur plusieurs hectares et sur une longue période d’occupation (fig. 7). Le second se manifeste par la formation d’un ou de plusieurs ensembles funéraires qui fédèrent géographiquement, sur plusieurs siècles, un nombre plus important de tombes4.

Fig 6 : corpus anthropologie : nombre global de sépultures par site funéraire distribué par période.

1.2.2. Analyse du recrutement : les limites d’une approche globale

  • 5 Le terme « recrutement » initié par C. Masset (1987) est employé ici dans la mesure où la reconstit (...)

12L’analyse « paléodémographique » d’une population archéologique est fondée sur la notion de « recrutement »5 de la population inhumée à partir de la structure par âge et par sexe. Nous nous sommes appuyés sur ces deux critères pour aborder les principales caractéristiques des ensembles funéraires de l’Âge du fer en Basse-Normandie. De ce fait, seuls les sites ayant fait l’objet d’une étude biologique aboutie des échantillons osseux ont été retenus. Le corpus étudié s’élève ainsi à 20 sites, soit au total 528 tombes, correspondant à un nombre minimum de 504 individus. Il révèle un effectif sexué relativement faible (42,86 %) essentiellement pour des problèmes de conservation des os, mais également pour des raisons liées aux pratiques funéraires. La pratique de la crémation ne permet que très rarement une diagnose sexuelle (Duday et al. 1997), et le pourcentage d’indéterminés est de 100 % dans les ensembles funéraires où ce rite est pratiqué. Concernant les nécropoles à inhumations, à l’exception du site de Basly où le rapport homme/femme est équilibré (San Juan et Le Goff 2003), et peut-être celui du site d’Éterville « Le Clos des Lilas » qui semble aller dans le même sens (un tiers des adultes non sexués), la faiblesse du taux de détermination interdit d’établir un ratio entre le nombre de femmes et le nombre d’hommes.

Fig 7 : détail du nombre de tombes par unité funéraire sur le site de Ifs « Object’Ifs Sud ». Exemple d’ensembles funéraires complexes (datation d’après mobilier, Le Goff 2000-2002).

13Les données relatives à la distribution par classe d’âge des adultes s’avèrent disparates. Les seuils des différentes classes (adulte jeune, mature ou âgé) rarement définis, compromettent les comparaisons précises. En revanche, les informations concernant les classes d’âge des sujets immatures permettent d’aborder les questions de la composition de la population selon l’âge au décès. Nous avons choisi d’illustrer notre propos à partir des données brutes (fig. 8 et 9). Les résultats montrent qu’il manque des enfants et que ce déficit concerne les classes d’âge des plus jeunes de moins de 5 ans. En réalité, la nécropole d’Éterville influe largement sur ces résultats puisqu’elle a livré la plus grande part des effectifs totalisés dans les deux premières classes d’âge, soit 100 % des sujets décédés avant 1 an, et 74 % des sujets décédés entre 1 et 4 ans. Au demeurant, les quotients de mortalité n’y traduisent pas une représentation conforme à un schéma de mortalité archaïque. Le quotient de mortalité infantile (1qO : 58, 33 ‰), correspondant à une espérance de vie à la naissance de 30 ans, est nettement inférieur à celui d’une population pré-jennérienne qui doit être supérieur ou égal à 188 ‰ (Ledermann 1969). Le quotient de mortalité de la classe suivante, entre 1 et 4 ans (176,99 ‰), proche de la valeur la plus basse (160, 90‰, Ledermann 1969), est faible. Ces « anomalies paleodémographiques » se retrouvent par ailleurs dans la grande majorité des nécropoles protohistoriques.

14Ces observations renouvellent le débat concernant le sort des plus jeunes enfants au sein des ensembles funéraires de l’Âge du fer. En effet, il n’existe aucune raison objective pour envisager un seuil fixé à 5 ans au-delà duquel le squelette des enfants se conserverait significativement mieux que celui des plus jeunes (Sellier 1996, p. 137). Dès lors, ces résultats orientent davantage la discussion vers l’hypothèse d’un filtre culturel (règle d’accès à l’espace funéraire), plutôt qu’un problème de conservation différentielle.

1.3. Caractérisation et organisation des espaces funéraires en fonction de l’âge au décès et du sexe

1.3.1. Organisation topographique : des situations contrastées La documentation anthropologique fait état de situations structurelles contrastées au sein des populations inhumées, qui prennent des formes variables dans l’organisation spatiale de l’aire sépulcrale.

15L’organisation topographique des ensembles funéraires fait ressortir des conditions de « recrutement » diverses qui ne suivent pas d’évolution chronologique linéaire. Parmi les ensembles funéraires de la transition du Premier au début du Second Âge du fer, certains offrent l’image d’une distribution des défunts en fonction de l’âge au décès et du genre. Le site d’Ifs « Object’Ifs Sud » (Le Goff 2000-2002) comporte plusieurs unités de sépultures dont les caractéristiques de recrutement sont variables. Ainsi l’ensemble 13, attribué à la fin du Premier Âge du fer (Ha D2-D3), se compose d’un groupement d’adultes majoritairement de sexe féminin, situé à proximité d’un secteur réservé aux enfants (fig. 10). L’ensemble 15, qui se développe au cours de la fin du Premier âge du Fer jusqu’à La Tène ancienne (indices chronologiques basés sur la similitude des traits funéraires avec les groupes funéraires de cette période), se définit par un secteur réservé aux enfants, séparé de celui des adultes dont le recrutement est ciblé cette fois sur une population masculine (Le Goff 2000-2002, p. 812). D’autres sites contemporains illustrent au contraire des regroupements de tombes sans distinction d’âge ou de sexe. Par exemple, la nécropole de Cagny (fig. 11) ne montre pas de répartition particulière des tombes en fonction de ces deux critères.

1.3.2. Le cas particulier des sépultures plurielles

16Entre la fin du Premier Âge du fer et le début du Second, l’inhumation individuelle est prédominante. Cependant, 22 sépultures plurielles sont recensées, tandis qu’un seul cas est avéré pour les sites de La Tène finale à Saint-Gatien-des-Bois. Ce décompte ne comprend pas les réductions de corps mais uniquement les dépôts simultanés ou successifs. Les sépultures doubles sont majoritaires (21 cas), à l’exception d’une sépulture triple à Basly « La Campagne » (San Juan et Le Goff 2003). Hormis la nécropole d’Éterville qui illustre plutôt des associations de sujets adultes (étude en cours), ces tombes se caractérisent par le rapprochement privilégié d’un adulte et d’un enfant (fig. 10). Le sujet adulte se révèle être, dans 57, 14 % des cas recensés, une femme. Ces résultats confirment une prédominance de l’association femme/enfant, déjà perçue à Ifs « Object’Ifs Sud » (Le Goff, 2000-2002). À Basly, il a été établi que deux des sujets inhumés au sein de la sépulture triple (1 adulte, 1 adolescente et un enfant) partageaient les mêmes variations anatomiques suggérant la possibilité d’un regroupement à caractère familial (Oudry 2007). L’état documentaire actuel ne permet pas d’interpréter les fondements de ces associations car la recherche de la parenté à partir des caractères discrets s’avère aujourd’hui discutable (Murail 2005).

Fig. 8 : classes d’âge des sujets immatures (transition 1er et 2nd Âge du fer à La Tène moyenne) (Corpus : Ifs « la Dronnière », Soumont-Saint-Quentin « les Longrais », Saint-Martin-de-Fontenay « La Coite », Cagny, Lasson « Les Collines de la Mue », Éterville « Le Clos des Lilas », Mondeville « l’étoile », Ifs « Objecr’Ifs Sud » 2000-2002).

Fig. 9 : classes d’âge des sujets immatures (La Tène finale) (Corpus : Bricqueville, Fleury-sur-Orne « les Mezerettes », Ifs « AR 67 », Ifs « Crédit Immobilier », Nécy, Saunt-Gatien-des-Bois).

1.4. Bilan et perspectives

17La documentation anthropologique des ensembles funéraires du Second Âge du fer est conséquente dans la région de Basse-Normandie qui possède une tradition de recherche sur le sujet à la suite de J. Dastugue. La documentation disponible se révèle néanmoins disparate parce qu’elle comprend les anciennes découvertes du XVIIIe et XIXe siècles pour lesquelles l’anthropologie biologique est très peu documentée. Pour les fouilles plus récentes, le constat est que ce domaine est abordé de manière très inégale. La question de la composition des populations selon les critères naturels de l’âge au décès nécessite une normalisation des classes d’âge des sujets adultes. En dépit de ces limites, les données paléodémographiques apportent déjà des résultats intéressants et renouvellent notamment la réflexion relative au traitement funéraire des plus jeunes individus (moins de 5 ans).

18L’inégalité de la documentation se fait davantage ressentir pour les questions morphologiques et sanitaires, encore très peu développées dans les études anthropologiques : la place accordée aux études biologiques, très restreinte, entraîne en effet un morcellement des informations qui s’oppose à une réflexion synthétique. Une des raisons est évidemment liée à l’état de conservation des ossements qui est très variable. De fait, la répartition de la population en fonction du genre est peu documentée. Ce manque de données souligne la nécessité de mettre en place des programmes d’envergure interdisciplinaires et interinstitutionnels. La réflexion relative aux groupes familiaux est encore balbutiante : seule la poursuite d’un travail de fond mené sur des squelettes dont les liens de parenté sont connus pourra fournir les clés nécessaires à l’application des caractères non métriques dans les populations du passé. La question des sépultures plurielles, souligne en tout cas l’intérêt de développer une telle démarche.

Fig. 10 : types d’associations rencontrées au sein des tombes plurielles (mise en forme G. Léon Inrap). 1 : Ifs « Object’Ifs Sud », groupe 13 tombes d’enfants à proximité des tombes de femmes et tombes doubles associant un adulte et un enfant (plan initial S. Jean). 2 : Basly, exemple de sépulture double simultanée (cl. SDAC, I. Le Goff). 3 : Fréquence des différents types d’associations.

2. Organisation et composantes de l’espace funéraire (I. Jahier)

19Sur la petite centaine d’unités funéraires de l’Âge du fer identifiées depuis le XIXe siècle en Basse-Normandie, environ soixante-quinze, pour l’essentiel fouillées ces vingt dernières années, peuvent être retenues pour une approche organisationnelle des espaces sépulcraux. Les groupes funéraires de 3 à 30 défunts par exemple établis entre les zones d’habitat de Ifs « Object’Ifs Sud » entre le VIe siècle av. J.-C. et la Conquête (Le Goff 2000-2002) (fig. 12), mis en regard des rassemblements de type nécropole de 100 individus et plus, ou des tombes isolées, rendent en effet très bien compte de la variété des formes données à l’espace funéraire à l’Âge du fer dans la région. On pourrait ajouter à cette variation de l’effectif des défunts par ensemble, la diversité des lieux d’implantation, la distance à l’habitat – lorsqu’elle est connue – et la présence ou non de monuments.

2.1. Catégorisation des unités funéraires

20Ainsi, le classement des soixante-quinze unités funéraires retenues pour cette étude en fonction des données accessibles permet, globalement, d’identifier quatre principales catégories (fig. 13), de la plus forte sur le plan numéraire à la plus basse, l’échelle des valeurs s’étirant alors d’un nombre approximatif de 140 défunts par unité, à un seul.

Fig. 11 : distribution des défunts selon le sexe et l’âge au décès, l’exemple de Cagny « Projet Décathlon » (plan initial, SDAC).

2.1.1. Les grands rassemblements de type nécropole

21Les rassemblements pouvant être qualifiés de nécropole au sens communément entendu de « cité des morts », c’est-à-dire ceux regroupant un assez grand nombre de défunts (autour d’une centaine et plus) mais présentant surtout de façon explicite le fait d’une communauté, ne représentent – au mieux – que 4 % des unités funéraires actuellement reconnues en Basse-Normandie (fig. 13). Ces sites sont donc à la fois peu nombreux et ne concernent, pour les dispositifs de cet ordre réellement avérés, que les phases anciennes de l’Âge du fer, la fin du Premier Âge du fer et les débuts du Second (seconde moitié VIe – début Ve siècle av. J.-C. pour leur date de fondation).

22Dans le détail, bien que ces gisements aient statistiquement les meilleures chances d’être repérés en raison de leur étendue, de leur nombre de sépultures et, parfois, de la présence de monuments, leur proportion au sein du corpus pourrait être encore plus faible. La plupart des données dont nous disposons à leur propos proviennent en effet de découvertes déjà anciennes et globalement mal documentées.

23La nécropole de Nonant-Le Pin (Orne), découverte en 1866 à l’occasion de l’ouverture d’une carrière, aurait compté d’après un premier compte-rendu rédigé plusieurs années après, plus d’une centaine d’individus (Vimont 1884). Dans la réalité, seules 15 sépultures mises au jour peuvent être attribuées avec certitude par leurs mobiliers à cette période (Verney 1993, p. 109). 8 autres - donc 23 au total - découvertes en 1929 lors d’une extension, sembleraient avoir pu compléter cet effectif.

24L’ensemble de Mondeville « La Vallée Barrey » (Calvados), découvert lui aussi à l’occasion de grands travaux au début du XXe siècle (Beaurepaire 1924), aurait compté une soixantaine de sépultures dans le seul espace de deux longues tranchées d’assainissement. On peut donc imaginer que l’effectif global de ce rassemblement, que l’on peut attribuer d’après ses mobiliers au Ve siècle av. J.-C., était nettement plus important.

  • 6 Autour de 160 si l’on prend en compte les résultats des sondages engagés à la périphérie du site po (...)

25Avec 142 inhumations avérées6 et au moins dix monuments répartis sur 1,2 ha, parmi lesquels cinq avoisinent les 400 m2, l’ensemble d’Éterville « Le Clos des Lilas » (Jahier 2005, Jahier 2009) offre sans doute dans l’immédiat l’une des meilleures illustrations de ce que pouvait être une nécropole à la transition entre les deux Âges du fer en Basse-Normandie. Son nombre de sépultures est toutefois à nuancer par un temps d’occupation de près de trois siècles (milieu VIe - milieu IIIe siècle av. J.-C.), abaissant ainsi l’effectif à 10 ou 15 personnes par génération. En dehors de cet aspect du nombre, c’est avant tout sa constitution à partir de trois groupes sépulcraux distincts, établis au Ve siècle av. J.-C. sur un espace exclusivement réservé à cet usage, qui valide le mieux le statut communautaire de ce rassemblement. La distance la plus courte aux zones d’habitat connues sur ce secteur est de 500 m. Peut-être cet isolement relatif du lieu funéraire est-il, en conséquence, à mettre en concordance avec la position du site sur un point relativement élevé du plateau, à la tête d’un interfluve à peu près visible de tous les environs.

26En dépit du nombre de monuments sur la nécropole, 11 au total, les sépultures à inhumation d’Éterville semblent avoir été essentiellement organisées à l’extérieur de ces larges constructions,

Fig. 12 : exemple de répartition des groupes funéraires par rapport à l’habitat sur le site de la ZAC de Ifs « Object’Ifs Sud »
(Calvados), (d’ap. Le Goff 2000-2002, DAO G. Léon Inrap).

27non tumulaires. Leurs caractéristiques architecturales déduites à partir de la stratigraphie des fossés les rapprocheraient en effet davantage d’une construction ouverte comme celle du sanctuaire de Vix « Le Mont Lassois » (Chaume 1997) que d’une construction tumulaire comme celle des monuments de type Bouranton (Villes 1999). Une seule de ces constructions portait la trace d’une sépulture interne éventuellement contemporaine de la fondation du monument (M. 1). Les autres, lorsqu’il y en a, se révèlent toujours tardives (M. 10). Sur ce plan, l’organisation des sépultures à l’extérieur des enclos à Éterville semble dépendre d’une logique bien différente de celle par exemple identifiée pour les monuments de Sergines « Le Gringalet » (d’après Parruzot et Delinon 1979, cités dans Baray 2003), de Villeperrot « Le Haut des Longues » ou de Pont-sur-Yonne « Le Bas des Renardières » (Prampart 1989, cité dans Villes 1999, p. 543. et Prampart 1981), dans l’Yonne tous les trois, qui regroupent en effet l’intégralité ou presque des inhumations. Ils deviennent ainsi à la fois le lieu et la structure funéraires pour la totalité du groupe. L’organisation des inhumations à l’extérieur des monuments à Éterville nous rapprocherait davantage de la configuration plus spécifique au nord du Bassin parisien (Baray 2003), tels que les ensembles de Manre « Le Mont Troté » ou de Aure « Les Rouliers » (Rozoy 1981), dans les Ardennes, la représentent.

28Pour autant, l’une des plus anciennes inhumations identifiées à Éterville se trouvait implantée dans le comblement du fossé d’un des trois grands monuments quadrangulaires. Sinon en ruine ou à l’abandon à cet instant, ce monument comptait donc déjà un certain temps d’existence derrière lui au moment de la mise en place des premières inhumations sur le site. La question du premier rôle de ces constructions autour desquelles la nécropole se serait organisée par la suite reste donc posée.

29En ce qui concerne l’organisation des défunts sur le site, il est important d’indiquer que la population d’Éterville se compose à 55 % d’immatures. Il s’agit donc d’un taux beaucoup plus élevé que ceux identifiés sur le reste du Bassin parisien (18 % pour le taux le plus élevé - à Pernant, Demoule 1982, Baray 2003). Les adultes pour lesquels la diagnose sexuelle a pu être établie s’équilibrent de façon exacte entre hommes et femmes (19 % d’hommes et 20 % de femmes). L’organisation des défunts ne fait cependant état d’aucune partition selon l’âge ou le sexe sur le site. À Éterville, hommes, femmes et enfants se voient mélangés sur toute l’étendue de la nécropole, sans autre phénomène de sectorisation. Il est toutefois possible de distinguer l’existence de rangées lâches à l’intérieur du plus grand des trois agrégats, ainsi qu’une lente progression de l’ensemble au fil du temps vers l’ouest.

Fig. 13 : identification des quatre principales catégories d’unités funéraires : effectif des défunts, chronologie, architecture monumentale et lieux d’implantation.
A : Groupes de 100 individus et plus ; B : Groupes de 40 à 65 individus ; C : Groupes de 3 à 30 individus ; D : Sépultures isolées ou réunies par paires.
Note : Pour des raisons de lisibilité, les sépultures isolées et les sépultures réunies par paire sont présentées sur une ligne indépendante dont l’échelle des effectifs a été démultipliée.
a : à l’intérieur de l’habitat ; b : à moins de 100 m de l’habitat ; c : à plus de 100 m de l’habitat ; d : effectif présumé (fouilles XIXe et début XXe siècle) à plus de 100 m de l’habitat ; e : en carrière ; f : sépultures isolées ou par paires.
Symboles à une couronne : groupes associés à un monument ou un enclos funéraire unique ;
Symboles à deux couronnes : groupes associés à plusieurs monuments.
1 - Basly / La Campagne ; 2 - Éterville / Allée de la Ferme ; 3 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2002, gp. 13 ; 4 - Cagny / Extension Décatlon ; 5 - Éterville / Le clos des lilas ; 6 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2008, gp. 1 ; 7 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2008, gp. 2 ; 8 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2008, gp. 3 ; 9 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2008, gp. 5 ; 10 - Saint-Martin de Fontenay / La Coite ; 11 - Éterville / Le Pré de l’Église ; 12 - Mondeville / Vallée Barrey ; 13 - Nonant-le-Pin ; 14 - RI / Le Moulin Foulon ; 15 - Soumont-St-Quentin / Le Mont Joly ; 16 - Ifs / La Dronnière ; 17 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2002, gp. 12 ; 18 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2002, gp. 26 ; 19 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2002, gp. 15 ; 20 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2002, gp. 18 ; 21 - Fontenay-le-Marmion / La Grande Pièce ; 22 - Falaise / Expansia Tranche 2 ; 23 - Mondeville / L’Étoile ; 24 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2008, gp. 4 ; 25 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2002, gp. 24 ; 26 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2002, gp. 23 ; 27 - Hérouvillette ; 28 - Soulangy / ZD 02, ZD 09 ; 29 - Mondeville / L’Étoile - Site I gp. A ; 30 - Mondeville / L’Étoile - Site I gp. B ; 31 - Cormelles-le-Royal / Gens du Voyage ; 32 - Soulangy / ZA 23 ; 33 - Object’Ifs Sud, 2002, gp. 22 ; 34 - Mondeville / L’Étoile - Site III ; 35 - Touffréville / La Saussaye ; 36 - Saint-Martin de Fontenay / D 562 ; 37 - Saint-Gatien-des-Bois ; 38 - Bricqueville / La Blouette ; 39 - Ifs / Crédit Immobilier ; 40 - Agneau / Bellevue et La Croix carrée ; 41 - Banville / La Burette ; 42 - Cerisé / Parc d’Activités ; 43 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2008, Tb Iso. (inh.) ; 44 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2008, Tb Iso. (inh.) ; 45 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2008, Tb Iso. (inci.) ; 46 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2008, Tb Iso. (inci.) ; 47 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2008, Tb Iso. (inh.) ; 48 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2008, Tb Iso. 724 (inci.) ; 49 - Courseulles-sur-Mer / La Fosse Touzé ; 50 - Courseulles-sur-Mer / La Fosse Touzé ; 51 - Courseulles-sur-Mer / La Fosse Touzé ; 52 - Courseulles-sur-Mer / La Fosse Touzé ; 53 - Démouville / La Malicorne ; 54 - Lasson / Les Collines de la Mue ; 55 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2002, gp. 28 ; 56 - Cormelles-le-Royal / N 513 - D 229 ; 57 - Falaise / Expansia, Tb Iso. ; 58 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2008, AR 67 ; 59 - Orval / Les Pleines ; 60 - Mondeville / L’Étoile - Site I gp. C ; 61 - Mondeville / L’Étoile - Site I, Tb Iso 1 ; 62 - Mondeville / L’Étoile - Site I, Tb Iso 11 ; 63 - Mondeville / L’Étoile - Site I, Tb Iso 12 ; 64 - Cormelles-le-Royal / Gens du Voyage Tb Iso ; 65 - Mondeville / L’Étoile - Site III, Fosse 195 ; 66 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2008, AR 67 ; 67 - Mondeville / L’Étoile - Site II, Tb Iso 128 ; 68 - Mondeville / L’Étoile - Site II, Tb Iso 171 ; 69 - Saint-Contest / Le Clos Bîtot ; 70 – Osmanville ; 71 - Fleury-sur-Orne / CD 120 ; 72 - Fleury-sur-Orne / CD 562 ; 73 - Nécy / La martinière - Tb Iso 1 ; 74 - Nécy / La martinière - Tb Iso 1 ; 75 - Mondeville / L’Étoile - Site III, Tb Iso 252.

30Pour autant, plusieurs éléments permettent de proposer le résultat de regroupements familiaux (éventuellement élargis) pour chaque groupe. C’est notamment ce que peut évoquer la superposition d’inhumations différées au sein de plusieurs tombes, l’exemple le plus parlant étant celui de quatre défunts (trois femmes et un immature au sommet) étagés entre le HD3 et la fin de La Tène A dans une très large fosse (8 m3) de type « caveau plein » (sep. 281). En dehors de statures constantes pour chacun des deux sexes sur l’ensemble de la nécropole (1,58 m pour les femmes avec un écart type de 0,056 ; 1,69 m pour les hommes avec un écart type de 0,050), les parentés génétiques relevées sur la structure dentaire des défunts achèvent le tableau d’une population extrêmement homogène (persistance d’une molaire de lait à l’âge adulte, agénésie des troisièmes molaires, fusion des racines des deuxièmes molaires pour former pivot, incisives « en pelle », cupside surnuméraire…).

31Comme à Pernant, on remarque également parmi ces groupes "la proximité topographique d’objets de style proche ou identique" (Baray 2003) encourageant encore cette idée de liens étroits entre les défunts de chaque agrégat. Les fibules à timbale du HD3 par exemple ne se rencontrent que sur le groupe A, et ce en dépit du fait que d’autres mobiliers contemporains, des fibules en bronze et en fer à pied vertical mouluré parfois décorées de perles de corail ou d’ambre, constituent les parures privilégiées des autres groupes. Il semble également que l’on ait préféré sur le groupe C, et à la même époque, les armilles et les bracelets de lignite que l’on ne retrouve que peu ou prou dans le reste de la nécropole.

32Sur le plan de la genèse de chacun de ces agrégats, la question de leur organisation par rapport à une tombe remarquable n’est pas totalement réglée à Éterville, mais peu d’indices l’évoquent. Dans les faits pourtant, les tombes les plus grandes et les mieux dotées en mobilier figurent parmi les plus anciennes. On citera pour exemple la tombe centrale du monument 1 (HD2/D3) dotée d’un cercueil déposé dans une très large fosse ou, encore, la première des quatre inhumations de la tombe 281 (HD3) qui bénéficiait à la fois de la fosse la plus volumineuse de la nécropole, d’un cercueil, ainsi que de parures et de mobiliers exceptionnels (fibules à coque d’argent dérivées du type des "Tutulus-fibeln", coffret de toilette, céramique…). Certes, de telles tombes peuvent donner à penser que les éléments fondateurs de ces groupes sépulcraux se situent bien parmi l’élite. Mais aucune répartition concentrique évidente autour de ces sépultures n’indique qu’elles aient fédéré durablement l’organisation des autres tombes à l’intérieur de chaque groupe.

2.1.2. Les groupements de 40 à 65 individus

33La seconde tendance en termes de nombre d’individus par ensemble que nous révèle l’inventaire actuel des unités funéraires de l’Âge du fer en Basse-Normandie est celui des groupes de 40 à 65 individus. Ils sont également peu nombreux, 3 au total (4 % de l’effectif des gisements), et concernent là encore exclusivement la période ancienne de l’Âge du fer, la fin du Premier Âge du fer et les débuts du Second (fig. 13). L’interprétation de ces ensembles reste délicate et sujette à bien des discussions.

34L’ensemble de Mondeville (Besnard-Vauterin et Guillon dans ce volume), qui comprenait une cinquantaine d’inhumations, a pu être réparti en deux agrégats contemporains, ce qui – selon nos propres critères – pourrait l’apparenter à une petite nécropole. Le site funéraire a a priori été implanté en aire ouverte, sur une zone certainement cultivée mais à une distance de 2 000 m du premier habitat contemporain identifié sur ce secteur. Même si la mauvaise conservation des ossements a considérablement limité les possibilités de l’étude anthropologique, les trois principales classes d’individus, à savoir hommes, femmes et enfants, y sont représentées.

35L’occupation du dispositif funéraire cependant a été longue, de deux siècles environ, couvrant le Ve et le IVe siècle av. J.-C. On y repère en outre un groupe sud, d’une douzaine d’individus, limité d’après les rares mobiliers dont nous disposons au Ve siècle av. J.-C., et un groupe nord, fort celui-ci d’une quarantaine de tombes, dont l’occupation, si elle a pu débuter sans certitudes au Ve siècle av. J.-C., s’est en tout état de cause prolongée durant le IVe siècle av. J.-C. (fibule fer de type Marzabotto). L’une des sépultures du groupe sud a été par la suite recoupée par un fossé tortueux, celui de la parcelle délimitant l’ensemble nord, voire éventuellement par le simple prolongement de cette limite agraire. On ne discerne par ailleurs aucune partition au sein du groupe nord. Il est donc difficile pour l’interprétation de cet ensemble de choisir entre le fait funéraire d’une communauté, dont un seul des deux groupes aurait perduré sur le IVe siècle av. J.-C., et le fait d’une seule unité funéraire ayant été déplacée au fil du temps vers le nord, dans l’angle peut-être d’une parcelle nouvellement aménagée. La première hypothèse nous rapprocherait en cela du phénomène de la nécropole tel qu’il a été retenu pour Éterville. La seconde nous limiterait au cadre d’une unité plus restreinte, à dimension familiale ou domestique probable, telle qu’elle se voit définie pour les groupes de 3 à 30 individus (infra).

36Dans ce domaine, l’ensemble de Cagny « Extension Décathlon » (Giraud 2009a), récemment étudié en périphérie caennaise toujours, complexifie encore notre perception des choses. L’ensemble funéraire, lequel comptait 34 inhumations et 3 incinérations relatives à une période s’étirant de la seconde moitié du VIe au milieu du Ve siècle av. J.-C., a été implanté là à une trentaine de mètres au devant d’un assez vaste enclos d’habitat (8 000 m2) mais à environ 75 m seulement au nord d’un second habitat enclos contemporain, celui-ci d’aspect plus modeste. Si l’étude anthropologique se voit également gênée sur ce site par une conservation médiocre des ossements, elle permet d’établir que les hommes, les femmes comme les enfants étaient constitutifs de cet ensemble. Compte tenu de l’exiguïté de la vue d’ensemble autour des enclos, il reste difficile de trancher entre le lieu funéraire de deux unités domestiques (ou plus ?) fédéré par l’habitat le plus vaste et le plus complexe (l’enclos nord), et celui d’une seule unité domestique un peu plus forte qu’à l’accoutumée en nombre d’individus inhumés.

37De ce point de vue, un autre ensemble récemment découvert sur la dernière tranche de la ZAC de Ifs « Object’Ifs Sud » (Besnard-Vauterin, en cours d’étude) suscite les mêmes questions. Sur cette zone densément aménagée en un réseau de petites unités agricoles ordonnées le long d’un chemin, un groupe de 65 sépultures a été aménagé au gré d’une période s’étirant du Ve au IIIe siècle av. J.-C. dans l’espace et le comblement d’anciennes carrières de loess. Pour autant, l’ensemble se voit environné à une distance de seulement 50 à 60 m de quatre autres groupes globalement contemporains, forts ces derniers de 15 à 26 sépultures. L’étude anthropologique en cours ne permet pas encore de statuer sur les proportions d’hommes, de femmes et d’enfants intégrées à ces ensembles. Mais, là encore, les trois principales catégories de défunts y sont représentées. Deux de ces groupes comprenaient en outre un monument, des enclos carrés de 7 et 15 m de côté dont un muni de deux sépultures internes. Dans ce contexte de zones funéraires très proches les unes des autres et intercalées entre les aires d’habitat, l’ensemble (groupe de 65 individus inclus), nous paraît davantage répondre à une organisation familiale, éventuellement élargie, qu’à celle d’une nécropole à proprement parler, telle que nous en avons posé les critères pour Éterville.

2.1.3. Les groupements de 3 à 30 individus

38En termes d’effectif, les groupements comptant de 3 à 30 individus sont les plus nombreux puisqu’ils représentent 44 % des unités funéraires reconnues en Basse-Normandie.

39En dépit des grands rassemblements évoqués précédemment, le phénomène est bien illustré aussi dès l’époque du HD3-LTA. Il s’agirait même, sous l’angle du nombre des unités funéraires reconnues, de l’une des premières tendances puisqu’elle représente 46 % (18 sur 39) de l’effectif identifié pour les VIe-Ve siècles av. J.-C. Ces groupements concernent alors pour 28 % d’entre eux (11 sur 39) des ensembles de 10 personnes et plus (fig. 13), atteignant ainsi une moyenne de 13,5 individus par ensemble (fig. 14).

40Si de tels groupements affichent un taux de représentativité à peu près constant par la suite au sein des unités funéraires bas-normandes (de l’ordre de 40 à 45 %), bien que leur nombre n’est plus que de 15 ensembles pour la période s’étirant du IVe au Ier siècle av. J.-C. Pour cette période, l’effectif des individus à l’intérieur de chacun d’eux s’y révèle aussi beaucoup plus bas, tombant à une moyenne de 7,1 individus par ensemble. Seulement quatre d’entre eux comportent alors plus de 10 individus, le maximum, avec 21 sujets incinérés, étant représenté par l’ensemble très tardif (LT finale / augusto-tibérien ?) de Ifs « Crédit Immobilier » (Chanson 2009).

41Comme ont pu le montrer les larges décapages prescrits à Mondeville « L’Étoile » (Besnard-Vauterin 2009a) ou à Ifs « Object’Ifs Sud » (gps. 12, 13, 15, 18, 22, 23, 24, 26, 28 pour ceux datés ; fig. 12 et Le Goff 2000-2002), ces ensembles sont généralement implantés à proximité des aires d’habitat, dans un rayon inférieur à 100 m. Ils se situent alors au débouché des chemins, dans l’angle des parcelles attenantes ou, encore, dans l’espace et le comblement des carrières environnantes, comme également à Fontenay-le-Marmion « La Grande Pièce » (25 sép., Giraud 2005) au Ve siècle av. J.-C. et à Soulangy « ZD02 ZD09 » au IIIe siècle av. J.-C. (≥3 sép., fouille Peuchet, Jahier 1993, inédite, Pion et al.1999). Le cas paraît d’ailleurs être à peu près toujours le même dès lors que les décapages s’étendent un peu au-delà de l’habitat lui-même (ou inversement, de l’ensemble funéraire), et ce quelle que soit la période à l’intérieur de l’Âge du fer et le secteur de la région considéré. On en citera à titre d’exemple, pour les VIe-Ve siècles av. J.-C., les ensembles de Basly « La Campagne » (San Juan et Le Goff 2003), dans le Calvados, et d’Agneau « Bellevue » (Marcigny et al. 2001) dans la Manche, ont peut évoquer pour le IVe siècle av. J.-C. et dans le Calvados, ceux de Hérouvillette (Hincker 2001) et de Ifs « Object’Ifs Sud » (gp. 23 et 24), ou encore, pour la toute fin de la période (Ier siècle av. J.-C.), celui de Bricqueville-la-Blouette (Lepaumier et Corde 2009), dans la Manche. Bien que ces groupes de sépultures y signalent de petites enclaves funéraires, la vocation par ailleurs agricole de ces espaces attenants aux habitats ne fait guère de doute.

42La distribution des sépultures à l’intérieur de ces ensembles leur donne le plus fréquemment la forme d’un agrégat diffus. Un tiers d’entre eux associent, intercalées dans l’intervalle des inhumations, une ou plusieurs incinérations. Le maximum de quatre atteint sur le groupe 24 de Ifs « Object’Ifs Sud », pour un effectif de 15 sépultures au total, ne révèle aucune organisation particulière hormis une implantation privilégiée dans la moitié sud de l’espace sépulcral. Les rares ensembles exclusivement constitués d’incinérations (Bricqueville, St-Gatien-des-Bois…), c’est-à-dire pour l’essentiel relatifs au Ier siècle av. J.-C., ne suggèrent aucune organisation différente liée à cette modification du rite funéraire. Lorsque les cadres de l’intervention l’ont permis, les études anthropologiques établissent que toutes les classes d’âge et les deux sexes sont représentés et mélangés au sein de ces unités funéraires. Les proportions entre adultes et immatures se révèlent d’ailleurs assez conformes à celles observées sur les grands rassemblements puisque les deux se situent là aussi dans des valeurs proches de 50 %. L’absence des périnataux en est l’une des principales nuances mais peut tenir à de simples problèmes de conservation de la tombe et des ossements. Un seul groupe dans l’immédiat, fréquenté durant « La Tène ancienne et moyenne », le groupe 24 de Ifs « Object’Ifs Sud » déjà cité, ne fait état d’aucun enfant au sein de son effectif. En ce qui concerne les adultes, l’état de conservation des ossements ne permet que rarement la réalisation d’une diagnose sexuelle significative des défunts. Quatre des cinq adultes du groupe 15 de Ifs « Object’Ifs Sud » cependant étaient des hommes. Au regard de la simplicité des mobiliers accompagnants ces sépulcres, généralement limités aux parures, on ne note pas non plus de marque évidente d’une hiérarchie quelconque entre les tombes. Les tombes se dégageant parfois de ces ensembles grâce à une fosse plus vaste comme à l’intérieur des groupes 22, 23 et 24 de Ifs s’étalant du IVe au Ier siècle av. J.-C., ne paraissent pas non plus avoir régi plus que d’autres l’espace sépulcral. Ces ensembles, que l’on pourrait qualifier d’ordinaires, peuvent s’apparenter, en fonction de leur position et de leur constitution, à des ensembles familiaux simples, organisés à proximité des habitats.

Fig. 14 : proportions des unités funéraires et des défunts par période et par ensemble.

43Certains rassemblements toutefois, très minoritaires (4 ens.), se voient mieux ordonnés ou sectorisés que d’autres. Parmi les plus simples, le groupe 15 de Ifs, probablement du Ve siècle av. J.-C. et fort d’une quinzaine de sépultures, présentait une partition flagrante entre adultes masculins d’un côté et immatures de l’autre. Le groupe 22, des IIe-Ier siècles av. J.-C., fort quant à lui d’une dizaine de tombes, s’organisait sur trois courtes rangées. C’est toutefois au sein des ensembles dotés d’un monument, lequel a pu servir de repère naturel à la disposition des tombes, que les traces de sectorisation et d’ordonnancement de l’espace sépulcral sont les plus nettes. Le plus représentatif dans ce domaine est sûrement le groupe 13 de Ifs « Object’Ifs Sud » (VIe-Ve siècle av. J.-C.) qui associe disposition en rangées et sectorisation probable des défunts selon l’âge et le sexe. La très grande majorité des femmes s’y voit notamment rassemblée sur deux rangées à l’intérieur d’un enclos d’une centaine de m2, tandis qu’un groupe de 5 enfants le jouxte au sud-est (fig. 10). Un troisième groupe de 8 défunts, respectant la même orientation des têtes au sud et ne comportant a priori que des adultes, fut établi à une demi-douzaine de mètres à l’opposé, au nord-ouest (fig. 15).

44Une organisation analogue sur trois espaces est identifiée sur l’ensemble très ostentatoire du VIe siècle av. J.-C. de Basly « La Campagne » (San Juan et Le Goff 2003). Le site est établi à environ 200 m de la pointe d’un éperon naturel supportant une petite fortification. Le monument, un enclos de très fortes dimensions (700 m) à clôture complexe (fossé, talus, palissade, porte monumentale) à partir duquel s’organisait l’ensemble, avait pour tombe centrale celle assez simple d’un enfant de 5 ans, accompagnée à quelques mètres de la tombe d’une femme âgée et d’une incinération (fig. 16). Les tombes les plus vastes et les mieux architecturées se trouvaient incorporées à un groupe de 6 sépultures placées au sud-ouest du monument tandis que 2 tombes plus simples jouxtaient la clôture au nord-ouest. Sans atteindre la dimension d’une communauté comme la représente le site d’Éterville, cet ensemble suscite la question du cimetière d’un « groupe restreint » lié à la résidence qui le jouxte.

45De fait, il est assez tentant de voir dans ces rassemblements les cimetières familiaux, éventuellement élargis, des classes sociales les plus élevées. À ce jour, aucun ensemble de cet ordre n’est identifié pour la séquence IVe-IIe siècles av. J.-C. en Basse-Normandie. On peut en revanche mentionner pour le Ier siècle av. J.-C., l’ensemble de Saint-Gatien-des-Bois « Le Vert Buisson » (Paris 1997), à la limite orientale du département du Calvados, constitué de deux monuments individuels - des enclos de 25 et 40 m établis aux côtés de l’habitat - et d’un groupe de six autres incinérations installées légèrement à l’écart. Néanmoins, la forme de ces édifices comme le dépôt d’ustensiles en fer et de céramiques associés aux sépultures nous renvoient à des traditions que l’on observe plus à l’est, dans les boucles de la Seine et sur les plateaux du Pays de Caux – sur les sites de Bois-Guillaume (Merleau 2002), de Cottévrard ou de Saint-Aubin-de-Routot (Blancquaert 2002) – et d’une façon générale, dans le reste du Bassin parisien.

46Il faut de fait attendre pour la zone privilégiée de notre étude qu’est dans les faits la Plaine de Caen, l’extrême fin de la période (LTD2 probablement) pour constater la présence de structures de cet ordre avec notamment le monument de tradition laténienne de Ifs « Crédit Immobilier » (Chanson 2009), un enclos de 4,50 m de côté muni d’une fondation de poteau à chaque angle et d’une cinquième au centre.

2.1.4. Les sépultures isolées ou réunies par paires, sépultures simples et sépultures d’exception

47Les sépultures isolées ou selon les cas réunies par paires concernent, toutes périodes confondues, 48 % (36 unités) de l’effectif. Ramenées au nombre d’individus, qui semble le mieux correspondre à la réalité de ces sépulcres que l’on a choisi de mettre à l’écart de lieux funéraires plus collectifs, elles ne concernent plus que 7,3 % (48 ind.) du nombre des défunts. Si elles sont donc sous cet angle très minoritaires, elles n’en sont pas pour autant totalement anecdotiques et certaines comptent d’ailleurs parmi les sépultures les plus remarquables de la région. En outre, si toutes les périodes en comportent, elles sont toutefois moins nombreuses sur les IVe, IIIe et IIe siècles av. J.-C. (fig. 12).

48À l’instar des autres ensembles sépulcraux, le mode funéraire dominant est de très loin l’inhumation. Cinq incinérations seulement, soit 12,5 % de l’effectif des sépultures isolées ont été mises au jour en Basse-Normandie. Quatre d’entre elles concernent la période des VIe-Ve siècles av. J.-C., la dernière le IIIe siècle av. J.-C.

49Les lieux d’implantation des sépultures isolées s’avèrent extrêmement variés. Il est toutefois possible de distinguer quatre principaux espaces, cinq si l’on considère comme à part le cas des inhumations en silos.

50Le plus fréquent est sans conteste l’espace agricole attenant aux habitats. Dans ce domaine, ce sont encore les ensembles de Ifs « Object’Ifs Sud » (IVe-Ier siècle av. J.-C..) (Le Goff 2000-2002) et de Mondeville « l’Étoile » (IIIe-Ier siècle av. J.-C..) (Besnard-Vauterin 2009a) qui offrent la meilleure image de la dispersion de ce type de sépultures autour des habitats grâce aux décapages extensifs engagés depuis les années 90. Tantôt attenantes aux fossés de la clôture, parfois dedans lorsque le comblement est suffisamment avancé, on les rencontre également un peu à l’écart, au bord ou dans les angles des parcelles cultivées, et quelque fois aussi dans leurs fossés. Le schéma s’avère tout à fait le même pour les VIe-Ve siècles av. J.-C., à Ifs même, sur la dernière tranche de la ZAC cette fois-ci (Besnard-Vauterin en cours d’étude), à Éterville « Les Près du Vallon » (Giazzon 2009) et Éterville « Allée de la Ferme » (Carpentier 2007), pourtant distants de seulement 500 m de la nécropole du Clos des Lilas, ou encore à Courseulles-sur-Mer (Jahier à paraître).

51À Ifs, les fouilles extensives ont également permis de constater une place privilégiée pour ces sépulcres le long des chemins, le plus souvent à la jonction des axes principaux desservant le terroir et des accès perpendiculaires accédant aux habitats, parfois même sur la bordure et dans les fossés de leur allée (ens. 5). Le phénomène paraît d’autant plus singulier que à Ifs comme à Mondeville, ces sépulcres voisinent de parfois quelques dizaines de mètres seulement des espaces funéraires bien établis (groupes de 3 à 30 individus) et a priori contemporains (groupe 22 de Ifs, enclos 1 et 3 de Mondeville…).

52Un autre espace d’ensevelissement assez fréquent est les carrières. À Démouville « La Malicorne », deux défunts datés du Ve siècle av. J.-C. étaient ensevelis côte à côte, l’un d’eux, la tête appuyée à la paroi de l’excavation (Jahier 1995). Une demi douzaine d’autres cas pour ce contexte chronologique est connue sur la ZAC de Ifs « Object’Ifs Sud » et à Mondeville « L’Étoile » (Besnard-Vauterin et Guillon dans ce volume), là encore à quelques dizaines de mètres seulement d’espaces funéraires contemporains. Le phénomène des ensevelissements en carrière paraît moins fréquent par la suite.

53Les sépultures intégrées à l’intérieur de l’habitat lui-même, c’est-à-dire à l’intérieur de l’espace délimité par les clôtures, représentent une part relativement importante de l’effectif (env. 30 %). La plupart d’entre elles cependant se rattachent à la fin de l’Âge du fer. L’un des rares exemples à notre disposition pour les périodes antérieures, en l’occurrence le Ve siècle av. J.-C., est celui de très jeunes défunts, un nouveau né avéré et un autre probable, intégrés à l’habitat de Courseulles-sur-Mer. Le premier était déposé dans une fosse de stockage en cours de comblement. Le second l’aurait été à l’angle d’une habitation, dans une petite fosse de 60 cm de long creusée à cet effet et aménagée d’un coffrage et d’un couvercle de dalles en pierre. À l’instar peut-être des défunts intégrés dans l’épaisseur des remparts de diverses fortifications de l’Europe celtique (Buchsenschutz et Ralston 2007), on peut penser qu’une incinération, retrouvée mêlée au remblai du fossé, était incorporée à l’origine dans la masse du talus. En définitive, il semble qu’il faille surtout attendre le IIe-Ier siècle av. J.-C. pour constater à nouveau l’intégration de sépultures dans l’habitat. Il s’agit alors, à Fleury-sur-Orne (San-Juan et al. 1994), à Soulangy « ZA 23 » (Peuchet inédit) comme à Mondeville « L’Étoile », de grands immatures et de jeunes adultes. Généralement dispersés sur l’habitat, la plupart de ces défunts ont été ensevelis dans des fosses creusées à cet effet. Leur disposition les unes par rapport aux autres paraît surtout aléatoire. À Nécy « La Martinière » (Orne), il s’agissait de la tombe assez particulière d’une femme adulte tuée d’un coup à la tête et ensevelie dans une cave (Besnard-Vauterin 2009e).

54Paradoxalement, assez peu de sépultures isolées dans la région ont été découvertes dans des silos. Cinq seulement, peut-être six en comptant la campagne de 2008, sont identifiées à Ifs malgré l’importance des décapages. Toutes sont placées à l’écart des habitats et attribuées à partir d’arguments stratigraphiques et topographiques essentiellement, aux périodes anciennes de l’Âge du fer, au Ve siècle av. J.-C. en général. Une sépulture analogue est également attribuée à cette période à Courseulles-sur-Mer.

55En termes de recrutement, toutes les tranches d’âge sont représentées au sein des sépultures isolées. À Courseulles-sur-Mer, au Ve av. J.-C., il s’agit plutôt d’une population jeune à très jeune qui inclut deux adultes pour quatre immatures et au moins un nouveau né sur l’aire d’habitat elle-même. Ce sont également deux immatures qui ont été ensevelis à la même époque sur le parcellaire de Lasson « Les Collines de la Mue » (Besnard-Vauterin 2004). Bien sûr, l’effectif des âges au décès connu reste trop réduit pour déduire une tendance à l’échelle de la région. Mais le cas semble par exemple bien différent entre le IVe et le Ier siècle av. J.-C. à Ifs « Object’Ifs Sud » où l’on ne compte plus que deux immatures pour dix-sept adultes au sein de cette catégorie de sépultures (Le Goff 2000-2002).

56La question du statut de ces sépultures isolées, notamment pour celles implantées en silo (Clunliff 1992, Delattre 2000) a déjà été longuement débattue sans pour autant trouver de réponse univoque et totalement satisfaisante applicable à tous les cas des figures que nous venons de survoler. Si l’interprétation se dérobe fréquemment en la matière devant le manque de données concrètes, il reste difficile de mettre sur un même plan les sépultures de nouveaux nés intégrées à l’aire résidentielle de l’habitat, que l’on pourrait juger à ce titre comme privilégiées, et les sépultures plus simples dispersées sur les espaces agraires environnants. Probablement, en effet, se dissimulent derrière ce dénominateur commun de l’exclusion du lieu funéraire consacré, des réalités diverses.

57Pour forcer le trait, on fera mention en marge de ces sépultures isolées simples, de plusieurs tombes isolées remarquables, voire fastueuses, qui à l’évidence répondent à d’autres critères que ceux du traitement funéraire auquel fut soumis la plupart des défunts évoqués précédemment au travers de leur lieu d’implantation. L’une des deux sépultures de Courseulles-sur-Mer écartées sur l’aire agricole attenante à l’habitat, celle d’une adulte jeune inhumée dans une large fosse architecturée, figurait par exemple parmi l’une des sépultures du début du Ve siècle av. J.-C. les plus parée de la région (Jahier 2009b). À Cerisé « Parc d’Activité » (Lepaumier 2004), dans l’Orne, une inhumation isolée se trouvait malgré tout intégrée à un monument d’une quarantaine de mètres carrés délimité par un fossé et appuyé à un chemin. À Orval « Les Pleines » enfin (Lepaumier et al. 2009), dans la Manche, la tombe isolée – au côté de laquelle fut déposée une incinération – était celle d’un membre de l’aristocratie militaire du IIIe siècle av. J.-C. inhumé, à une cinquantaine de mètres de son habitat, avec son char, son attelage et ses apparats sous un puissant monument tumulaire.

2.2. Organisation chronologique du corpus

58Au final, en se basant sur les résultats d’un classement des sites en fonction de leur constitution et de leur chronologie, les ensembles familiaux de 3 à 30 individus apparaissent comme le mode d’organisation le plus fréquent en Basse-Normandie, cela depuis le HD2/HD3 – période correspondant au retour du rite de l’inhumation dans la région (peut-être le HD1 à Basly) – jusqu’à la Conquête (fig. 13). Pour autant, l’approche chronologique des quatre principales catégories d’unités funéraires identifiées sur cet espace, ou plus réellement sur la zone centrale qu’en représente la Plaine de Caen, fait apparaître trois périodes.

59La première période, qui comprend la fin du Premier Âge du fer et les débuts du Second se révèle être en la matière la plus diversifiée. Elle regroupe les quatre grandes catégories de rassemblements identifiés au cours de ce survol (fig. 13). C’est au VIe-Ve siècles av. J.-C. que l’on peut effectivement attribuer la fondation des grands rassemblements de type nécropole comme celui d’Éterville « Le Clos des Lilas », et peut-être ceux de Nonant-le-Pin, dans l’Orne, ou encore de Mondeville « La Vallée Barrey ». C’est également à cette période que sont établis, sans qu’il soit toujours simple d’en identifier le statut, des ensembles de 40 à 65 individus qui, avec le soutien des nécropoles, confortent l’idée d’une certaine inclination à cette période pour les grands rassemblements. En effet, si le nombre de sites de cet ordre ne concerne que 15 % des unités funéraires identifiées pour cette période en Basse-Normandie, il concerne aussi près de 60 % des défunts inhumés à cette époque (fig. 14). Il s’agirait donc sous cet angle de la forme d’organisation sépulcrale concernant le plus grand nombre à ce moment. La plupart de ces gisements documentés par des fouilles récentes font état d’une occupation fréquente jusque dans la première moitié du IVe, voire le début du IIIe siècle av. J.-C. pour certains (Éterville).

60Paradoxalement, le groupement de 3 à 30 individus dits « à dimension familiale » (éventuellement élargie), reste un élément déterminant du paysage funéraire, puisqu’il représente 46 % de l’effectif des unités funéraires rattachées à cette première période. Cette forme d’organisation ne concerne en revanche que 37 % de ses défunts. Le degré d’ostentation qu’affichent ces ensembles y est variable, du plus simple au plus élaboré, et manifestement fonction de la qualité des habitats qui les environnent.

61Au cours de cette première période toujours, la proportion des sépultures isolées ou réparties par paires sur l’habitat et ses abords demeure elle aussi importante (38 %) si on la rapporte au nombre d’unités funéraires disponibles pour cette séquence chronologique. Ramenée au nombre d’individus recensés pour cette période (critère semblant le mieux convenir à cette catégorie de défunts que l’on a écarté des rassemblements les plus courants), leur proportion chute de façon vertigineuse à 2,7 % (18 ind.). Cependant leur sous représentation au sein de cette séquence du milieu VIe au milieu IVe siècle av. J.-C. est biaisée par les sureffectifs qu’y représentent les grands rassemblements par rapport aux périodes suivantes qui n’en comportent pas. Au sein de nos décomptes, numéraires, leur nombre reste en effet d’une dizaine de défunts par siècle, quelle que soit la période considérée (supra).

62On peut donc conclure que, d’une façon générale, cette première période couvrant la fin du Premier et les débuts du Second Âge du fer (milieu VIe au milieu IVe siècle av. J.-C.) est celle des grands rassemblements (fig. 13, 14). Un rapide calcul du taux d’individus par ensemble pour cette période (hors tombes isolées) révèle une moyenne de 17 individus par ensemble. Ce taux est encore de 13 ind./ens. pour les ensembles funéraires de 3 à 30 individus, soit trois à quatre fois supérieur à ce qu’il sera par la suite.

63La seconde période se trouve en effet définie en premier lieu par l’abandon des grands rassemblements, couplée à une raréfaction des sites et, d’une manière générale, à une baisse des effectifs sur chacun d’eux. Alors que notre première période s’étirant du milieu du VIe au milieu du IVe siècle av. J.-C. compte 39 unités funéraires, cette seconde période s’étirant du milieu du IVe au milieu du IIIe siècle av. J.-C., certes plus courte, n’en compte plus que 11, soit 14 % seulement des unités funéraires de l’Âge du fer découvertes sur la région. De fait, si l’ensemble d’Éterville est encore fréquenté de façon occasionnelle à ce moment, presque exclusivement pour l’inhumation d’enfants (< 15 ans), et ce dans des tombes très simples, on ne note plus aucune création de site de son envergure à cette époque sur la région. Au contraire, le taux d’ind./ens. chute à son tour de façon vertigineuse à 3,9 % (contre 17 % pour la période précédente).

64La proportion des tombes isolées (54,5 %) entre pour une large part dans ce résultat. Mais l’effectif moyen des individus au sein des ensembles dits « à dimension familiale », lesquels se maintiennent pourtant à un taux de 45,5 % (identique à celui de la première période), est lui aussi extrêmement réduit. Il n’est plus en effet que 6,8 ind./ens. au lieu de 13 ind./ens. à la période précédente. L’unité de cette seconde période à ce jour la plus fournie, laquelle marie 10 inhumations et 4 incinérations, est le groupe 24 de Ifs « Object’Ifs Sud » implanté aux côtés de l’habitat.

65Cette modification de la constitution et de l’organisation du site funéraire constatée au IVe - IIIe siècle av. J.-C. sur la région, s’accompagne en outre d’une simplification sensible dans la constitution du lieu funéraire. En dehors de la tombe à char exceptionnelle d’Orval « Les Pleines », implantée à plus de 100 km à l’ouest de la Plaine de Caen et à une plus grande distance encore du phénomène des tombes de l’aristocratie militaire, aucun autre monument n’est à ce jour identifié pour cette période en Basse-Normandie. Pour autant, se remarquent encore quelques grandes tombes architecturées, comme à Ifs sur le groupe 24.

66La troisième et dernière période qui s’étend du milieu du IIIe siècle jusqu’à la Conquête, un peu au-delà probablement, se voit définie par un léger regain des sites funéraires en général (25 sites, soit 33 % de l’effectif). Les tombes isolées ou réparties par paires représentent alors 60 % de l’effectif des unités disponibles pour cette période. Leur accroissement est proportionnel à celui des sépultures en général à ce moment puisque, comme à la période antérieure, elles représentent 20 % de l’effectif des d’individus. Si leur plus large part est encore implantée à la périphérie de l’habitat, dans un rayon inférieur à 100 m intégrant les fossés de clôture (54 %), elles sont plus nombreuses qu’auparavant (46 %) dans les aires domestiques et résidentielles elles-mêmes.

67L’ensemble « à dimension familiale », qui ne représente que 40 % du corpus des unités funéraires de cette troisième période, réunit donc malgré tout 80 % des défunts. Cela autorise à le considérer comme le plus commun. Les exemples à notre disposition sur la région montrent que la règle générale est celle de groupes restreints, d’une moyenne de 7,3 ind./ens. (11 sépultures pour le plus fourni : gp. 22 de Ifs « Object’Ifs Sud »), non hiérarchisés, implantés non loin de l’habitat, voire contre la clôture elle-même (0 à 50 m) et – d’après les rares résultats anthropologiques disponibles à leur propos – mariant hommes, femmes et enfants. Ces derniers d’ailleurs y occupent une place au moins aussi importante qu’au cours de la première période, voire un peu supérieure (58 % pour les ensembles globalisés de Ifs et de Mondeville). Un seul de ces ensembles associe des incinérations (Ifs, gp. 22).

68L’un des autres traits marquants de cette troisième période, mais ne concernant alors que les derniers temps de l’indépendance gauloise, est la réapparition, sur certains ensembles, de monuments. Il semble néanmoins que l’un des deux exemples à notre disposition en Basse-Normandie, celui de Saint-Gatien-des-Bois situé à la jonction de l’Eure, dépende d’autres faciès culturels plus proches de ceux observés en Bassin parisien (monuments individuels de petites dimensions, rite de l’incinération exclusif, dépôt de céramiques et d’ustensiles…). Il faut de fait attendre pour la zone privilégiée de notre étude qu’est la Plaine de Caen, l’extrême fin de la période (LTD2 probablement) pour constater à nouveau la présence de structures de cet ordre, avec notamment le monument de Ifs « Crédit Immobilier ».

69Toutefois, comme nous l’avons fait remarquer tout au long de cet exposé, l’essentiel de notre documentation pour les trois périodes provient de la Plaine de Caen connue pour être déjà à l’Âge du fer une zone de culture privilégiée. Les récentes découvertes concernant l’habitat, celles de petites agglomérations de plaine et celles aussi, sur les zones de collines environnantes, de sites de hauteur à la fois vastes et fortifiés, pourraient augurer de tendances bien différentes quant à l’organisation des espaces funéraires aux côtés de ces agglomérations ressenties comme les places économiques et politiques du moment.

3. Le traitement funéraire des défunts (I. Le Goff)

70Le contexte sépulcral n’est pas le seul lieu qui livre des restes humains. Dans les fossés d’enclos des habitats et ceux bordant les chemins, sont en effet régulièrement signalés des ossements erratiques. Leur présence peut être reliée au phénomène des défunts ensevelis hors espace communautaire, dont les sépultures isolées sont à l’origine creusées dans le talus associé au fossé ou dans le comblement des fossés eux-mêmes. Ils correspondraient alors à des reliquats de tombes perturbées. Le phénomène concerne des os brûlés (Courseulles-sur-Mer, fin du Premier Âge du fer et du début du Second - Jahier à paraître) ainsi que des os non brûlés, (Courseulles-sur-Mer, l’établissement laténien d’Ifs « Object’If Sud » ou celui de La Tène finale de Fleury-sur-Orne « CD 120 »- Le Goff E. et al. 2007, San Juan et al. 1994). Jusqu’à sept ou neuf personnes seraient concernées à Object’Ifs Sud dont les fossés présentent par ailleurs des dépôts particuliers d’animaux (cheval, cadavre de chien, nombreux quartiers de viande de bœuf), enfouis entre la fin de La Tène ancienne/ début de La Tène moyenne et La Tène finale. S’y observe aussi l’association d’une calotte humaine et d’objets dont 67 pièces de monnaie datées du 2e quart du Premier siècle av. J.-C.. Ces situations conduisent à rester attentif à d’autres hypothèses impliquant le corps des défunts. Si un traitement funéraire particulier est envisageable, d’autres contextes comme la reprise d’os ainsi que le suggèrent les auteurs de la fouille de Fleury-sur-Orne, ou encore l’exposition de corps et de carcasses d’animaux (Jahier à paraître) sont également possibles.

71Dans le cadre de ce travail, notre propos est centré sur le traitement funéraire, perçu au travers de l’exemple de l’opération d’Ifs « Object’If Sud » mis en perspective avec quelques autres situations régionales. Il se concentre sur les ensembles découverts lors de la première tranche de fouille menée sur plus de 50 hectares en 2000/2001, la seconde réalisée en 2008 étant en cours d’étude (Le Goff 2000-2002, Vauterin en cours d’étude). Il présente l’avantage d’un corpus (141 tombes environ) d’importance suffisante pour dégager des tendances significatives. Par ailleurs ce lieu, consacré à l’ensevelissement des défunts de la fin du Premier Âge du fer jusqu’au moins à La Tène finale (LT D1), offre l’opportunité de suivre sur la longue durée et sans hiatus les modifications des différents traits du système funéraire. En revanche, les comportements mis en évidence pour ce site ne documentent pas toutes les facettes des pratiques laténiennes dont les découvertes récentes, encore en cours d’étude, confirment la complexité.

72Nous proposons de saisir le traitement funéraire du défunt à deux moments de rupture ; le premier se produit à Ifs à la fin du Premier Âge du fer, au début de La Tène ancienne et concerne la forme de l’espace funéraire de sorte qu’il nous est donné d’observer ce trait funéraire en relation avec un environnement changeant. La seconde rupture concerne directement le cadavre, avec l’introduction de la crémation dans un système funéraire basé sur la décomposition du corps.

3.1. Le traitement du corps à la fin du Premier Âge du fer à Ifs « Object’Ifs Sud »

73L’espace funéraire prend d’abord la forme d’un groupe de 29 tombes (31 défunts) agencées en fonction d’un enclos quadrangulaire (groupe 13) (fig. 15). Le site est alors fréquenté au Ha D1/ D2. Puis vers le début de La Tène ancienne, l’on constate qu’une quinzaine de petits ensembles funéraires et des tombes dites « isolées » prennent le relais ; ils sont répartis au sein d’un réseau agraire et étroitement intégrés à l’habitat ; placés en avant de la ferme ou le long des enclos domestiques (fig 12) (Le Goff. 2009).

Les techniques liées au corps des défunts

74Les défunts sont tous inhumés dans des tombes primaires, aucune reprise d’os n’est identifiée de sorte qu’il est possible d’observer les techniques du corps, notion avancée par M. Mauss concernant à l’origine la succession des actions effectuées par un individu avec son corps, dans d’une finalité précise comme marcher, s’asseoir… etc (Mauss 1950). Nous retiendrons, pour intégrer cette notion dans le contexte funéraire, l’idée des gestes concernant cette fois le cadavre mis en œuvre en vue d’une efficacité pratique ou symbolique. Les techniques liées au cadavre se caractérisent par d’abord par la posture donnée au défunt. Homme, femme et enfant sont positionnés selon des principes récurrents : les membres inférieurs fléchis, le plus souvent sur le côté droit ou sur le dos avec un des membres supérieurs replié, voire les deux. La même posture est donnée aux défunts et ce quelle que soit leur place, aux alentours ou dans l’enceinte de l’enclos, ou encore dans le fossé même de l’enclos. Exceptionnellement, le corps est placé sur le ventre (1 fois). Peu de contraintes externes sont identifiées ; l’usage d’une enveloppe périssable ou la fosse sépulcrale contraignent peu le corps. Les techniques de positionnement du cadavre, fortement codifiées, perdurent à la transition du Premier et du Second Âge du fer comme le montre un groupe de sépultures (gp 12) localisé à moins d’une cinquantaine de mètres au sud-ouest du groupe 13. Ce constat dépasse le cadre du site « d’Object’Ifs Sud » 2000/2001. Ces faits vont dans le sens des observations faites par A. Verney à partir du corpus de sites disponibles avant 1990, notamment Ifs « La Dronnière » et Saint-Martin-de-Fontenay « La Coite » (Verney 1993, Varoquaux 1966, Pilet 1994). L’importance de la posture repliée à la fin du Premier Âge du fer se confirme à Basly « La Campagne » (San Juan et Le Goff I. 2003) dont l’organisation de l’espace funéraire présente des points communs avec le groupe 13. Un seul individu sur les 12 squelettes observables à Basly est inhumé sur le dos avec les jambes étendues ; un homme qui annonce peut-être les changements à venir au cours du Ve siècle. Cette pratique est donc attestée à l’échelle inter site y compris hors nécropole, dans des contextes différents comme celui des tombes isolées ou associées par paire (Courseulles-sur-Mer).

Fig. 15 : Ifs « Object’Ifs Sud », situation du groupe 13 au sein de l’habitat et orientation du corps des défunts (plan initial S. Jean, mise en forme I. Le Goff Inrap).

Le corps support de valeur

75Une autre technique, l’orientation, est mise en œuvre à la fois pour le corps et la tombe. Ainsi 23 des 25 fosses sépulcrales du groupe 13 sont orientées SO-NE. La tête est placée au SO, 19 fois (fig. 15). En quelque sorte, une normalisation des orientations est observée à la fois en partie souterraine de la tombe et en partie aérienne que l’on suppose visible aux yeux des vivants.

76Deux groupes d’individus se démarquent de ces normes. Les enfants, notamment, suivent une norme inversée. Leur corps est systématiquement en position contraire à celui des adultes, la tête étant orientée au NO. Le phénomène semble maintenu y compris dans une des tombes doubles associant adulte et enfant. À Basly, la posture inversée n’est pas pratiquée ; onze des 12 squelettes observables, y compris ceux des enfants, sont trouvés tête au sud ou quelques grades plus à l’ouest (S/SO : 2 cas). Dans une des tombes doubles associant adulte et enfant, c’est l’adulte, parce que placé sur le côté gauche, qui présente une légère variation à la norme. Au sein de l’enclos cette fois, s’observe à nouveau une autre des rares divergences à la règle impliquant une vieille femme ; la seule, tête au SE, déposée dans une tombe orientée SE/NO. Cette variation pourrait s’expliquer par la situation satellitaire de sa sépulture, qui s’intègre à une couronne de fosses polarisées autour de la tombe centrale de l’enclos, dédiée à un enfant. Elles pourraient border ce qui semble coïncider avec un petit tertre (fig. 16) (San Juan et al 1997). Dans ce cas, le critère de la localisation de la tombe semble primer sur celui de l’orientation.

77L’orientation de la tête vers le sud ou le SO est également prédominante sur d’autres sites comme Soumont-Saint-Quentin, Ifs « La Dronnière », Saint-Martin-de-Fontenay ou encore Cagny « Projet Décathlon » (Coussirat en cours). Ces situations codifiées suggèrent que la tête est support de valeurs qui se manifeste de manière bipolaire en fonction de l’âge au décès du défunt. De même, l’axe du corps et celui de la tombe, par les variations à la norme, pourraient exprimer les nuances du statut relatif des défunts.

78C’est ainsi que l’on pourrait comprendre, à « Object’Ifs Sud », le traitement de cinq défunts dont l’ensevelissement dans le fossé d’enclos, dépend d’une architecture funéraire destinée à d’autres défunts, suggérant une relation particulière (subordination dans la relation de parenté, politique, économique ou religieuse). Plusieurs d’entre eux semblent d’ailleurs ensevelis dans le fossé lui-même, sans bénéficier de fosse sépulcrale. Trois sont placés dans la branche SO du fossé d’enclos, les corps ou les fosses orientés N-NO / S-SE, c’est-à-dire perpendiculairement aux autres défunts. Pour ces défunts, le lieu d’ensevelissement semble prévaloir sur l’orientation du corps, pratique pourtant fortement homogénéisée par le groupe. On notera par ailleurs que le principe de la posture inversée de l’enfant est maintenu dans ce contexte particulier.

Fig. 16 : Basly « La Campagne », orientation des défunts (plan initial SDAC).

La tombe en lien avec son environnement

79Les normes funéraires inscrivent par ailleurs le corps des défunts dans leur environnement et ce, à deux niveaux pour le moins. L’organisation des tombes entre elles conduit à la création de rangées parallèles, les tombes hors et dans l’enclos se faisant écho. L’intégration des fosses sépulcrales dans l’environnement funéraire se manifeste par l’alignement des rangées sur les branches de l’enclos funéraire. À un second niveau, l’agencement de l’espace funéraire semble lui-même s’intégrer dans un environnement plus large ; l’enclos reprend en effet les axes SO-NE donnés aux fossés structurant l’habitat (fig. 15). La possible corrélation chronologique de la nécropole avec l’enclos d’habitat proche irait également dans le sens d’un principe commun organisant l’espace funéraire et l’espace domestique. L’émergence au cours du Hallstatt final de paysages agraires organisés à large échelle inclurait également l’espace funéraire de sorte que s’alignent les orientations données au corps, à la fosse sépulcrale, aux rangées, à l’enclos funéraire et aux fossés d’habitat. En quelque sorte, les postures données au cadavre semblent inclure le corps du défunt dans un imaginaire social qui structure par ailleurs, à une échelle plus large, le paysage.

3.2. Le traitement du corps inhumé au cours de La Tène à Ifs « Object’Ifs Sud »

La posture donnée au corps

80D’après les indices chronologiques, c’est au cours de La Tène ancienne que les techniques liées au corps se modifient en profondeur ; le cadavre est déplié et allongé. Reposant en décubitus dorsal, les jambes sont étendues ou combinent l’extension et la flexion. À Cagny (fin du VIe et début du Ve), les corps repliés sur le côté sont associés à des corps en extension. C’est « avec la mise en place des inhumations à Éterville « Le Clos des Lilas » au début du Ve siècle av. notre ère, que le défunt apparaît dans les sépultures étendu sur le dos » (Jahier 2009c, p. 12). On notera par ailleurs quelques exemples de corps déposé sur le ventre, pratique récurrente à l’échelle inter site déjà observée à la fin du Premier Âge du fer. Elle concerne peu de défunts à chaque fois. À titre d’exemple, sur le site I de Mondeville « L’Étoile » (La Tène moyenne ou début de La Tène finale), un adulte est placé en procubitus dans le groupe A (4 corps), un autre dans le groupe C (2 corps). Ces postures coexistent avec l’inhumation sur le dos, les jambes en extension et celle sur le côté, les jambes repliées, ce qui donne une impression d’hétérogénéité des positions de dépôt (Guillon in Besnard-Vauterin 2009a, p 70).

La relation du corps et du mobilier

81À Ifs « Object’Ifs Sud », l’habitude conduit à placer peu d’objets avec le mort. La plupart du mobilier, à la fin du Premier Âge du fer, concerne des parures portées, plus rarement déposées. Au début de La Tène ancienne, se retrouve le même type d’objets, les parures étant toujours portées. C’est à la transition entre La Tène ancienne et moyenne que s’opère un changement important : les parures disparaissent quasiment au profit des fibules. Les enveloppes concernant le corps (vêtement ou linceul) semblent alors s’être modifiées. Trouvées le plus souvent à l’unité sur l’épaule ou dans le cou, elles évoquent le port d’un vêtement. Plus rarement placé le long du corps, c’est un autre type d’enveloppe qui est suggéré (linceul ?).

L’orientation de la tête et de la fosse sépulcrale

82L’orientation du cadavre au SO, fortement codifiée à la fin du Premier Âge du fer, est encore en usage (28 %) à La Tène ancienne. mais elle coexiste avec d’autres tendances. Environ 18 % des fosses sont creusées selon un axe N-S ou N-NO S-SE. La place de la tête est également moins formalisée, trouvée à l’une ou l’autre extrémité de la tombe. On retrouve, dans certains groupes, l’orientation inversée des corps d’enfant. Ainsi, les 6 enfants du groupe 15 sont positionnés tête au S-SE, alors qu’une nouvelle orientation est adoptée pour les adultes (N-NO).

La tombe en lien avec son environnement

83La tombe s’intègre dans un espace funéraire composé de quelques tombes seulement (entre 2 et 13). Les différentes unités éparses sont néanmoins implantées dans le paysage agraire, leur emplacement soulignant une nouvelle relation habitat/espace funéraire, qui se caractérise notamment par une proximité avec l’habitation. Se développe par ailleurs le phénomène des tombes dites isolées, implantées le long des chemins ou dans le parcellaire ou encore au sein d’une carrière d’extraction de limon. Elles peuvent se trouver à moins de dix mètres d’un ensemble de tombes comme l’illustre le groupe 22 (fig. 17). Ainsi plus que la distance, c’est la logique d’implantation des fosses sépulcrales qui conduit à les considérer comme « isolées », c’est-à-dire hors d’un espace funéraire communautaire. Pourtant elles sont bien en lien avec d’autres tombes dites « isolées », formant un système parce qu’elles partagent la même relation à l’habitat, qui se manifeste par leur orientation parallèle au réseau viaire, aux enclos de l’habitation ou par le creusement des fosses dans l’axe du fossé lui-même.

84La relation des tombes et des défunts avec leur environnement est différente au sein des groupes funéraires. L’environnement (fossé, chemin…) ne semble pas influencer l’orientation des fosses sépulcrales ou des rangées de tombes. L’espace funéraire se construit par ajouts successifs de groupes d’orientation différente, distants de quelques mètres ou d’autres fois concentrés au point de se recouper (fig 17). En revanche pour cerner l’espace sépulcral, des fossés du réseau viaire ou des habitats déjà existants, peuvent être utilisés comme élément de délimitation renforçant alors l’intégration de l’espace funéraire à l’habitation. Le groupe 22 par exemple, est implanté au carrefour de la voie de circulation avec le chemin de desserte qui conduit à l’établissement, 60 m plus au nord.

85À partir de La Tène ancienne, l’espace domestique intègre donc les ensembles funéraires mais les éléments qui le structurent, semblent peu influencer l’organisation de tombes ou l’orientation des corps, sauf celles des tombes dites isolées.

3.3. Le traitement du corps incinéré à La Tène moyenne et finale

86Le passage de l’inhumation à la crémation au cours du 2d Âge du fer n’était pas observable en Basse-Normandie lors du bilan effectué en 1990. A. Verney soulignait même l’absence des signes véritables de crémation. Les quelques contextes alors connus documentaient la fin du Premier Âge du fer et se présentaient sous la forme d’os calcinés, mêlés à des tessons et du charbon associés à des tombes à inhumations (dans la tombe sous une couverture de plaquettes à Ifs « La Dronnière », entre deux tombes à Soumont-Saint-Quentin) (Verney 1993). Les trop rares contextes limitaient la compréhension d’un phénomène dont l’ampleur est soulignée depuis par plusieurs découvertes. Ainsi à Éterville « Le Clos des Lilas », la crémation serait pratiquée au VIe siècle ; « exclusion faite de l’inhumation centrale du monument 1, il reste difficile de rattacher autre chose à cette première période, que les restes d’incinérations éparses tantôt découvertes sous la forme d’esquilles ou de rejets dispersés dans le comblement des sépultures plus tardives et des fossés, tantôt sous la forme de quelques rares dépôts conservés dans des vases… » (Jahier 2009a, p. 11). La pratique de la crémation est également attestée à Basly par deux dépôts cinéraires, celui en urne étant attribuable de manière peu précise à la fin du Premier Âge du fer/ La Tène ancienne. L’un est associé à la couronne de fosses qui entoure la tombe centrale, assurant une forme de continuité avec les sépultures à inhumation. L’autre est enseveli dans le fossé d’enclos (fig. 16). Le site de Cagny, à La Tène ancienne, associe également sépultures à inhumation et à incinération. Puis plus avant dans le temps, le site d’Orval offre un autre exemple d’incinération de la fin de La Tène ancienne.

87Rare, la crémation est donc bien attestée à la fin du Premier Âge du fer. Les signes se font plus fréquents au cours de La Tène ancienne ; elle côtoie alors au sein d’un même espace, la pratique de l’inhumation (fig. 18). À La Tène moyenne, quelques exemples sont à nouveau observables (Soulangy ZD 02 ZD 09, Ifs « Object’Ifs Sud » 2000/2002, MIR). Le site d’Ifs « Object’Ifs Sud » illustre d’ailleurs la mise en place de la crémation à la fin du IIIe siècle dans 3 groupes fondés par des tombes à inhumation. Les tombes à incinération, toujours minoritaires (entre 1 et 4) coexistent au sein de l’espace funéraire avec des tombes à inhumation, de sorte que l’adoption d’une nouvelle pratique n’a pas suscité le déplacement topographique du site funéraire conduisant à la création de nouvelles unités funéraires. Ce fut le cas, par exemple, à Cottévrard « La Plaine de la Bucaille » (Eure) (Blanquaert 2002). Une même conception de la tombe est mise en œuvre dans chacun des trois groupes qui intègrent des tombes à crémation. Puis à la fin du Second Âge du fer, se multiplient les petites nécropoles composées, semble-t-il, exclusivement de tombes à incinération et parfois accompagnées de dépôts de résidus de combustion (Saint-Gatien-des-Bois, Bricqueville-la-Blouette, Ifs « Crédit Immobilier » (Chanson 1993) (fig. 18).

Fig. 17 : Ifs « Object’Ifs Sud », situation du groupe 22 au sein de l’habitat et orientation du corps des défunts (plan initial S. Jean, mise en forme I. Le Goff Inrap).

Mode d’ensevelissement des os

88À Ifs, la forme et la dimension des fosses sépulcrales s’adaptent au volume d’un unique dépôt cinéraire, souvent le seul élément constitutif de la tombe. Il est constitué des os, parfois de mobilier et de leur contenant, souvent une urne en céramique. Des os en apparence non contenus sont également observés dans des contextes plus tardifs, à Bricqueville-la-Blouette (1 cas - Lepaumier 2008) et surtout à Saint-Gatien-des-Bois (Paris 1996), où ce type de dépôt prédomine. Quelques indices évoquent des effets de contention, et le possible usage d’enveloppe périssable. Les modes d’ensevelissement mis en œuvre et la morphologie des amas rapprochent ce site des coutumes déjà observées pour quelques nécropoles de La Tène moyenne et finale en Haute-Normandie mais surtout dans le Nord de La France (Le Goff 2002, Le Goff 2009) où se pratique surtout le dépôt en contenant organique. Autre originalité, d’autres dépôts sous forme de déversement de nappes de cendres associées ou non à des os apparaissent dans les nécropoles alors que la tendance depuis la fin du Premier Âge du fer semble au contraire d’éviter l’association os et résidus du bûcher. On trouve par exemple une fosse charbonneuse à Bricqueville-la-Blouette qui pourrait relever de ce phénomène d’enfouissement des cendres. Elles sont encore signalées avec des tessons, notamment d’amphores, trouvés dans les fossés de l’enclos et les trous de poteau de l’édicule à Ifs « Crédit Immobilier ».

Poids osseux

89La présence physique du défunt dans la tombe se quantifie par les poids osseux ensevelis. Ils sont d’importance variable à Ifs : entre 271 g et 660 g pour les amas complets. L’ensemble osseux atteint les 876 g dans l’urne U2 de Soulangy RN 158 (Le Goff 1996a). L’on citera à titre informatif ces rares données qui ne permettent pas réellement de dégager des tendances, si ce n’est la forte amplitude pondérale des dépôts osseux. Les quelques exemples plus tardifs du IIe siècle ou du Ier siècle, montrent des situations encore plus contrastées avec plus de 1000 g d’os à Saint-Gatien-des-Bois (Dumont dans Paris 1996), ou plusieurs amas de moins de 100 g à Bricqueville-la-Blouette (Corde dans Lepaumier 2008). Une grande amplitude des masses osseuses se retrouve à Ifs « Crédit Immobilier », dont les amas pèsent entre 100 et 1173 g (sujet adulte) (Le Goff 1996a).

Relation restes osseux et mobilier

90À Ifs « Object’Ifs Sud », en dehors de l’urne qui a une fonction de contenant, peu d’objets accompagnent le mort selon un principe déjà en vigueur pour les corps inhumés. Lorsque c’est le cas (1 cas, tb 1394), plusieurs des objets renvoient à nouveau au corps (perles, bracelets). On soulignera ici la composition du dépôt d’objets qui témoignerait d’une continuité avec les habitudes de la fin du Premier Âge du fer et de La Tène ancienne. Aux os incinérés, selon la nouvelle pratique, sont ajoutées des parures « traditionnelles ». L’association du bracelet tubulaire en bronze et du bracelet en lignite, portés au bras gauche des défunts inhumés, est ici renouvelée dans l’assemblage des objets déposés à côté de l’urne. D’autres objets (lève-loquet) sans lien fonctionnel évident avec le corps, sont également présents (Cherel 2009). En règle générale, aux restes osseux sont associés des objets en rapport avec le corps : des objets de parure comme on peut le voir à Bricqueville-la-Blouette (bracelets en bronze), à Soulangy (fibule), ou encore à Ifs « Crédit Immobilier » dont une tombe comprend, plus exceptionnellement, une fiole en verre qui peut avoir un rapport avec les soins du corps. À Saint-Gatien-des-Bois, des situations inédites associent vases (autres que le contenant cinéraire) et os en étroit contact. Leur introduction contre ou sur le dépôt cinéraire nous renvoie à nouveau à des contextes bien connus dans le Nord. On signalera encore la probable présence d’objets en matière périssable perceptibles par des témoins négatifs au sein des amas osseux à Soulangy, ou à Ifs « Crédit Immobilier ».

Fig. 18 : rapport des sites à inhumation et/ou à incinération au sein des nécropoles de l’Âge du fer en Basse-Normandie. Seuls sont retenus les sites dont le décompte d’inhumations ou d’incinérations est possible. (Données extraites de Patriarche – DRAC, SRA de Basse-Normandie – A. Ropars).

91Parmi les autres composantes des dépôts cinéraires, notamment à Ifs « Object’Ifs Sud » et dans des contextes plus tardifs du Ier siècle à Bricqueville-la-Blouette et à Ifs « Crédit Immobilier », figurent régulièrement des os d’animaux brûlés accompagnant sans doute le défunt sur le bûcher. Collectés avec les restes humains, les faibles quantités en jeu et la dimension des fragments n’évoquent pourtant pas une volonté affichée d’association dans la tombe.

Bilan et perspectives

92Le traitement du corps des défunts connaît des modifications au cours de l’Âge du fer, dont quelques traits seulement ont été évoqués ici. L’articulation avec d’autres gestes funéraires, comme par exemple l’architecture de la tombe, reste à faire. En revanche, on soulignera les modifications de l’orientation des tombes et des corps au début de la période qui sont mises en relation avec des changements qui s’opèrent à une tout autre échelle, celle du paysage anthropisé.

93Au cours de La Tène, avec l’usage du feu pour traiter le cadavre, se met en place un deuxième changement du système funéraire qui touche au corps sans pour autant que d’autres traits du système s’en trouvent, semble-t-il, modifiés (principe de composition de la tombe, organisation de l’espace funéraire, implantation des tombes). Le cas de la tombe 1394, au riche dépôt d’objets accompagnant la défunte brûlée, semblerait même allier nouveauté (la crémation) et tradition (parures).

4. « Équipement » des défunts (K. Chanson et A. Delalande)

  • 7 En absence d’analyses métallographiques, le terme de « bronze » sera utilisé sans distinction pour (...)

94L’état des lieux proposé ici n’a pas été réalisé sur l’intégralité du corpus mis au jour dans la région, premièrement à cause d’une trop grande disparité dans les modes de prélèvements du mobilier entre les fouilles récentes et anciennes ou les découvertes fortuites. En effet, pour ces dernières, seuls les objets reconnaissables, notamment ceux en bronze7, ont été préférés et ramassés sans véritable distinction entre les entités sépulcrales. Deuxièmement par manque de données pour certaines opérations en cours d’étude ou plus anciennes, difficilement accessibles voire pas du tout. Une liste de 33 sites a donc été définie en raison de la fiabilité de leurs données et leurs possibilités d’utilisation pour les quatre thèmes abordés. Seuls 25 sites permettent une première approche du mobilier rencontré dans les ensembles funéraires de Basse-Normandie, compris entre la fin du Premier et la fin du Second Âge du fer, soit du VIe à la fin du Ier siècle av. J.-C.

4.1. Mobilier associé aux défunts inhumés

95Lors de cette étude, la notion d’individus a été préférée à celles de sépultures ou d’inhumations afin d’éviter les confusions possibles liées aux réutilisations, aux tombes doubles, ou aux recoupements de certaines tombes. Cette démarche permet, dans la mesure du possible, d’attribuer à chacun des défunts sa propre dotation funéraire.

Individus avec du mobilier

96Sur l’ensemble des 25 sites pris en compte, 491 individus inhumés ont été recensés dont 175 possèdent du mobilier associé, soit un peu plus d’un tiers pour l’intégralité de la période prise en compte. Le nombre d’individus dotés (fig. 19), ne serait-ce d’un seul objet, semble légèrement plus élevé pour les périodes les plus anciennes (Hallstatt final et La Tène ancienne). Cette constatation doit être cependant tempérée par le fait que de nombreuses sépultures sans mobilier ni recoupement stratigraphique sont datées de manière relative par leur orientation, leur environnement, ou encore leur contexte archéologique. Néanmoins, ces sépultures sans mobilier paraissent le plus souvent liées à des contextes récents (La Tène moyenne à finale).

Différences entre sépultures groupées et isolées

97Dans le cas des individus isolés, il n’apparaît pas de différence notable dans la dotation de mobilier par rapport à ceux groupés dans de petites unités funéraires ou en nécropole. En effet, en comparant par phases, il semble qu’une grande partie des individus isolés non dotés soit associée à des contextes récents (cf. paragraphe précédent). Cette absence de mobilier ne paraît alors pas être le fait d’une différenciation au sein des défunts (appartenance sociale, statut économique…), mais plutôt celui d’une transformation des pratiques cultuelles au cours du temps.

Organisation spatiale des sépultures et dépôt de mobilier

98Sur les deux types d’organisation des espaces funéraires rencontrés, c’est-à-dire individus isolés ou groupés, il ne semble pas qu’il y ait de véritable organisation spatiale qui transparaisse au travers des dépôts d’objets. Les groupements de tombes ne paraissent pas révéler d’emplacement privilégié, ou central, pour les sépultures « archéologiquement riches » par rapport à celles contenant moins de mobilier par exemple. De même, une inhumation isolée ou à l’écart d’un ensemble n’est pas obligatoirement synonyme de sépulture « pauvre » en mobilier et ce, quelle que soit la période

Relation entre dépôt de mobilier et architecture observable de la sépulture

99Très peu de relations semblent apparaître entre l’architecture observable des sépultures et le mobilier accompagnant le défunt. Si, pour les périodes anciennes notamment, une grande fosse quadrangulaire peut parfois laisser présager d’un mobilier important (quantitativement ou qualitativement, voire les deux) comme pour la sépulture 281D d’Éterville « Le Clos des Lilas » (Jahier à paraître), l’inverse ne se vérifie pas. Ainsi, une fosse étroite et irrégulière ou une structure n’ayant pas une vocation sépulcrale à l’originel (silo, fossé), peuvent abriter un individu « richement » paré comme le montre l’exemple de la sépulture 17 déposée dans un fossé à Éterville « Lotissement de la Ferme » (Carpentier 2007). Des sépultures sans ou avec très peu de mobilier peuvent également présenter un aménagement plus complexe telle l’inhumation d’Agneau (Giazzon et Guesquière 2003) où l’individu, pourtant placé dans une fosse située au centre d’un enclos fossoyé individuel, ne présente qu’un seul bracelet.

Existence de mobilier spécifique lié au sexe ou à l’âge

100Il n’apparaît pas, en Basse-Normandie, et tout au long de la période étudiée, de mobilier spécifique lié au sexe ou à l’âge des défunts. Ainsi, le torque et le bracelet par exemple, habituellement attribués à la parure « féminine » (Demoule 1999, p. 40 ; Marion 2004, p. 184) sont attestés sur certains sites bas-normands dans des sépultures masculines. Du point de vue des proportions, les femmes semblent bien être un peu plus nombreuses à le porter, mais la grande majorité des individus en étant dotée demeure non sexuée (fig. 20 et 21). Cette indétermination résulte soit du mauvais état de conservation des os, soit de l’immaturité des défunts. Les hommes peuvent donc porter ce type de parure ; reste à déterminer s’il s’agit d’un caractère exceptionnel ou non. Les pièces d’armement et de toilette sont, en revanche, communément attribuées aux hommes. Leurs présence, très faible en Basse-Normandie, est peut-être une caractéristique locale, puisqu’elle ne concerne que 4 sépultures. L’armement est représenté (fig. 22) par un poignard à antennes avec une pointe de lance à Soumont-Saint-Quentin (Edeine 1961), par un autre poignard à antennes à Ifs « Object’Ifs Sud » (Besnard-Vauterin 2009b), et par un fer de lance, une épée et un fer de hache à Orval (Lepaumier et al. 2009). Cette dernière pièce, rare, est ici inhabituellement associée à la panoplie du guerrier. Le corpus du mobilier de toilette est encore plus restreint (fig. 23) puisqu’il n’est retrouvé qu’à Éterville avec une pince à épiler et une pointe bifide, probable « scalptorium » (Demoule 1999, p. 25), et à Orval avec un rasoir associé à une paire de force. De plus, aucune de ces sépultures n’a pu bénéficier d’une détermination sexuelle de ces défunts en l’absence d’ossement conservés.

101Pour ce qui est des parures, il ne paraît pas que leur taille soit liée à l’âge de l’individu. Ainsi, si les enfants peuvent avoir des parures adaptées à leur taille, notamment pour les torques ou les bracelets, mais ce n’est pas systématique et celles-ci peuvent être de semblables dimensions que celles d’adultes. Ces modèles différents apparaissent sur le site d’Éterville « Le Clos des Lilas » (Jahier à paraître) où un enfant d’environ 8 ans possède un torque fermé de 15,6 cm de diamètre interne et un adolescent de 12-15 ans en porte un de 11,6 cm.

Composition du mobilier

102Dans l’ensemble du corpus considéré, les matériaux les plus fréquemment rencontrés sont le bronze et le fer. Le plomb, le verre, le lignite, l’ambre ou le corail sont également présents, mais de façon plus ponctuelle, souvent dans des sépultures à caractère plus « exceptionnelles », et très majoritairement au cours des périodes anciennes (Hallstatt final/La Tène ancienne). Le mobilier funéraire, pour l’essentiel, est composé de parures (fig. 24). Au cours des premières phases, ce sont surtout des parures annulaires comme les torques, qui sont exclusivement métalliques, les anneaux de cheville en métal également et les bracelets. Ces derniers peuvent être en métal ou en lignite. Des fibules, en alliage cuivreux surtout mais aussi en fer, ou des anneaux et pendeloques en matières diverses sont présents également, parfois en association avec les parures annulaires. En revanche, peu d’éléments liés à l’aménagement de la tombe tel que les crochets ou les plaques de jointement permettant de fixer entre elles des planches de bois, sont rencontrés. Ils deviennent un peu plus fréquents à partir de la fin de La Tène ancienne.

103À partir de La Tène moyenne, une diminution du nombre d’objets déposés dans les sépultures semble se dessiner. Les parures annulaires comme le torque tendent à disparaître. Les fibules prennent la place principale dans les mobiliers et sont, lors de cette période, essentiellement en fer. De plus, leur taille, qui avait commencé à augmenter à la fin de La Tène ancienne, continue à croître. Certaines matières se raréfient, tel le lignite, ou disparaissent, comme l’ambre ou le corail.

Fig. 19 : proportions des individus possédant du mobilier au cours du Hallstatt final/La Tène ancienne et au cours de La Tène moyenne /La Tène finale.

Fig. 20 : proportions homme/femme portant le torque.

Fig. 21 : proportions homme/femme portant le bracelet.

Fig. 22 : pièces d’armement rencontrées au cours de l’intégralité de la période considérée (VIe au Ier siècle av. J. -C.).

Fig. 23 : mobilier de toilette rencontré au cours de l’intégralité de la période considérée (VIe au Ier siècle av. J. -C.).

Fig 24 : exemples des différents types de mobilier rencontrés au cours du Hallstatt final/La Tène ancienne et au cours de La Tène moyenne /La Tène finale.

Fig 25 : exemples de parures bipartites.

Fig. 26 : proportions des individus déposés en urne cinéraire.

104À La Tène finale, les parures annulaires disparaissent des dépôts dont la fibule constitue alors l’objet principal. En parallèle, les éléments liés à l’aménagement de la tombe comme les clous ou les agrafes, attestant un coffrage ou une enveloppe rigide, semblent plus fréquents.

105L’évolution des dépôts de céramique est difficile à aborder en Basse-Normandie. En effet, les vases céramiques en tant que mobilier d’accompagnement sont extrêmement rares. À Éterville « Le Clos des Lilas » (Jahier à paraître) par exemple, sur 142 individus, un seul était accompagné d’un vase. Les autres céramiques retrouvées se sont révélées être des urnes cinéraires. Trois autres sites seulement ont livré ce type de dépôt ; l’un concerne un enfant à la fin de La Tène moyenne, sur le site 1 de Mondeville « l’Étoile ». Pour La Tène finale, ce sont un enfant à Nécy « la Martinière » (Besnard-Vauterin 2007) et deux individus dont un enfant dans le groupe 22 « d’Object’Ifs Sud » (Le Goff 2002, p. 872-873).

Existence de types « régionaux »

106La très faible représentativité, au sein des sépultures, des pièces d’armement, des objets liés aux soins corporels, et des céramiques d’accompagnement, semble déjà constituer une spécificité régionale.

107Un seul type de mobilier apparaît comme véritablement régional. Ce n’est pas un objet spécifique puisqu’il s’agit d’une parure annulaire, mais sa particularité réside dans sa mise en forme. Il est présent surtout sous forme de torque, mais également d’anneaux de chevilles comme dans la sépulture 15 d’Éterville « Le Clos des Lilas » (Hérard-Dumont 1996). Il se compose de deux joncs, le plus souvent simples, l’un en bronze et l’autre en fer (fig. 25). Les deux parties sont reliées entre elles soit par des crochets soit par des œillets. Plusieurs variations existent dans les proportions de chacun des joncs. Ainsi, il existe des pièces composées d’un jonc en fer de taille équivalente à celui du bronze, et d’autres où l’un des joncs, en bronze ou en fer, atteint les deux tiers de la circonférence de la parure. Il semble qu’au cours du temps, le système d’attache de ces parures se recouvre d’une « olivette » de bronze dissimulant ainsi les points de fermeture tout en apportant un effet décoratif à l’ensemble. Une troisième « olivette » est parfois rapportée sur la partie en fer, notamment sur les parures composées pour 1/3 bronze et pour 2/3 fer, créant ainsi un décor ternaire qui semble alors en « vogue » à La Tène ancienne. Cet assemblage particulier, relativement peu courant, semble apparaître dès le début du Ve siècle av. J.-C., mais ne perdure pas au-delà de La Tène A.

Fig. 27 : exemples de céramiques utilisées comme urne cinéraire.

4. 2. Mobilier associé aux défunts incinérés

108Parmi les 25 sites pris en compte, 60 sépultures à incinération ont pu être identifiées. Celles-ci sont réparties sur les six siècles de la période observée mais pas de manière équivalente. Si les périodes les plus anciennes offrent de petits groupes de 1 à 6 incinérations observées par site, le plus souvent en relation avec des inhumations, La Tène finale livre de véritables petites nécropoles entièrement dédiées au rite de l’incinération, avec des ensembles de 8 à 23 individus.

10945 incinérations parmi les 60 étudiées ont été déposées en urne, toutes périodes confondues (fig. 26), soit les 3/4 d’entre elles. Il ne semble pas que la période d’enfouissement soit déterminante pour ce type de dépôt. La quinzaine d’amas osseux restante a été retrouvée sans contenant observable, la présence d’un contenant en matière périssable de type sac ou coffre en bois ne pouvant être exclue dans certains cas.

Céramiques utilisées comme urne cinéraire

110Les céramiques retrouvées paraissent appartenir au domaine domestique, qu’elles soient de facture délicate et finement décorées ou plus simples et de réalisation grossière (fig. 27). Ainsi les vases de stockage sont souvent employés ou réemployés comme urne. Il n’apparaît pas qu’un contenant particulier ait été employé pour ce type de rituel, quelle que soit la période considérée. Cependant, seule une étude céramologique plus poussée pourrait peut-être apporter un éclairage nouveau sur ce point.

Mobilier associé au défunt

111En considérant les urnes en céramique comme mobilier associé, seules 4 incinérations sur 60 ne présentent aucun mobilier apparent au cours de la période étudiée. Au contraire, si ces urnes cinéraires ne sont pas prises en compte, seulement 17 individus ont bénéficié d’une dotation funéraire. Le matériel semble assez diversifié, surtout à La Tène finale, donnant l’image d’une évolution curieusement inverse de celle des tombes à inhumation. En effet, si la fibule reste l’objet de prédilection pour la fin de la période gauloise comme à Ifs « Crédit Immobilier » (Chanson 1993), des types d’objets ou de matériaux, disparus des tombes à inhumation (cf. chapitre précédent), ressortent ici. Ainsi, des anneaux et des perles en bronze, des bracelets en bronze et en lignite, ou encore des perles en verre et en ambre peuvent être déposés en sépultures, comme dans l’incinération 1394 de Ifs « Object’Ifs sud » (Le Goff 2000-2002, p. 866). Cependant, cette dernière semble revêtir un caractère assez exceptionnel au même titre que celui des inhumations particulièrement « riches ». Un nouvel objet, qui ne semble pas participer au mode de l’inhumation, apparaît à cette même période. Il s’agit de la clef laconienne, qui se trouve sur 2 sites, à Ifs « Object’Ifs Sud » et Saint-Gatien-des-Bois (Paris 1996), soit dans 5 sépultures sur 17. Cet objet apporte avec lui l’image de sa fonction, dans le sens qu’il réserve l’accès aux bâtiments à certaines personnes (Malrain et al. 2002, p. 138), voire aux animaux, et donc évoque peut-être une notion de propriété de bien immobilier ou de cheptel. Il pourrait alors, au même titre que certaines pièces d’armement, prendre un caractère symbolique et traduire le statut particulier de son propriétaire. Ce mobilier d’accompagnement peut se trouver dans l’urne ou dans la fosse d’enfouissement.

4.3. Bilan et perspectives

112Depuis une dizaine d’années, l’évolution des techniques de prélèvement des différents mobiliers sur le terrain et une amélioration des investigations dans ce domaine ont permis quelques avancées tant dans la connaissance des objets que dans celles des pratiques funéraires. Ainsi, le ramassage exhaustif du mobilier ferreux en conservant la position originelle de chaque pièce, la systématisation des radiographies, mais aussi le prélèvement conservatoire des éléments particulièrement fragiles, ont aidé à élargir le champ de vision sur ces ensembles. Au travers de ces différents objets, ce sont en fait plusieurs facettes des populations de l’Âge du fer qui sont abordées. Ainsi, cette première approche dans l’étude des dotations funéraires à l’Âge du fer permet d’avoir un regard nouveau sur certains points communément admis. Il a pu être constaté que la différence entre les individus dotés et les individus non dotés ne correspond pas forcément à leur appartenance à un statut social plus ou moins privilégié. En effet, si un peu plus d’un tiers des individus ont droit à une dotation funéraire, aucune autre différence n’apparait dans leur mode d’ensevelissement. Ces sépultures sont aussi bien isolées qu’insérées dans des ensembles funéraires au sein desquels elles ne bénéficient ni d’un positionnement particulier, ni d’une architecture distinctive. De plus, les adultes comme les enfants sont dotés, les hommes comme les femmes. Il ne semble pas non plus exister de mobilier attaché à un genre particulier puisque les hommes comme les femmes, toute proportion avec le nombre d’individus indéterminés gardée, arborent des torques et des bracelets, objets habituellement perçus comme un caractère féminin. La faible représentation de l’armement dans la région renforce cette indifférenciation.

113Les mobiliers rencontrés témoignent donc de parcelles de vie de la société gauloise en Basse-Normandie. La particularité de certaines pratiques, par exemple, ou les changements de « rituel » peuvent être entrevus. Le commerce et les échanges à longue distance sont également perçus grâce aux matériaux rencontrés ou à des types particuliers d’objets. Enfin, les techniques et savoir-faire locaux sont parfois subtilement approchés. Une image plus précise de ces populations pourrait être envisagée en regroupant et comparant ces données à une échelle plus large. Cependant, la datation de certains des objets reste encore imprécise. En effet, même si des éléments comme les fibules ou les céramiques sont généralement de bons marqueurs chronologiques, il existe encore des disparités dans leur datation à l’échelle régionale et plus encore interrégionale. Il s’avérerait donc nécessaire d’entreprendre des études typo-chronologiques des différents ensembles afin d’uniformiser les attributions chronologiques.

Bibliographie

Bibliographie

Achard-Corompt N., 2006, L’ACR “La plaine crayeuse champenoise”. Exemple d’intégration des données de fouilles de grandes surfaces dans un programme de synthèse historique”, in Brun P., Marcigny C., Vanmoerkerke J., Une archéologie des réseaux locaux. Quelles surfaces étudier pour quelle représentativité ?’, Les nouvelles de l’archéologie, 104-105, p. 64-72.

Baray L., 2003, Pratiques funéraires et sociétés de l’Âge du fer dans le Bassin Parisien (fin du VIIe s. - troisième quart du IIe s. avant J.-C.), 56e supplément à Gallia, CNRS éditions, 454 p.

Beaurepaire E., 1924, La Fonderie de Port-en-Bessin et le cimetière gaulois de Mondeville près Caen (Calvados), Bull. de la Société des Antiquaires de Normandie, Tome X, p. 505-529.

Besnard-Vauterin C.-C., 2004, Lasson "Les Collines de la Mue", Bilan Scientifique de la région Basse-Normandie 2003, DRAC, Caen, p. 46-47.

Besnard-Vauterinc.-C., 2007, Un habitat de la fin de la période gauloise et un sanctuaire du Haut-Empire à Nécy (Orne) "La Martinière" : présentation liminaire, Découvertes archéologiques récentes dans l’Orne, Bulletin de la Société historique et archéologique de l’Orne, Alençon, Tome CXXVI, n° 3-4, p. 117-128.

Besnard-Vauterin C.-C. dir., 2009a, En Plaine de Caen. Une campagne gauloise et antique. L’occupation du site de l’Étoile à Mondeville, Rennes, Publications Universitaires de Rennes, 312 p., 211 fig., XVI pl. (collection Archéologie et Culture).

Besnard-Vauterin C.-C., 2009b, Ifs "Object’Ifs Sud", fouille 2008, in Delrieu F. dir., Les Gaulois et la mort en Normandie. Les pratiques funéraires à l’Âge du fer (VIIe-Ier siècles avant J.-C.), OREP éditions, p. 19-20.

Besnard-Vauterin C.-C., 2009c, Un habitat clos à Falaise "Expansia" (Calvados), in Giraud P. dir., Gaulois sous les pommiers. Découvertes de l’Âge du fer en Basse-Normandie, IXe-Ier siècle av. J.-C., Conseil général du Calvados, service archéologie, Éditions Cahiers du Temps, p. 29-30.

Besnard-Vauterin C.-C., 2009d, Ifs "ZAC Object’Ifs Sud »- AR 67" (Calvados). Un habitat du Second Âge du fer, Rapport final de fouille archéologique préventive. Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, 69 p., 42 fig., inventaires.

Besnard-vauterin C.-C., 2009e, Nécy « La Martinère » (Orne), Delrieu F. dir., Les Gaulois et la mort en Normandie. Les pratiques funéraires à l’Âge du fer (VIIe-Ier siècles avant J.-C.), OREP éditions, p. 36

Blancquaert G., 2002, Cottévrard « La Plaine de la Bucaille » et Saint-Aubin-de-Routot « Le Four à Chaux 1 et 2 », Six nécropoles du Second Âge du fer en Haute-Normandie, Nord-Ouest Archéologie n° 13, 2002, p. 331-393.

Bocquentin F., Chambon P., Le Goff I. Leclerc J., Pariat J.-G., Pereira G., Thevenet C., Valentin F., à paraître, De la récurrence à la norme : interpréter les pratiques funéraires en Préhistoire, Bulletin de la Société d’anthropologie de Paris.

Buchsenschutz O., Ralston I., 2007, Dépôts et fortifications à l’âge du Fer, in Barral P., Daubigney A., Dunning C., Kaenel G., Rouliere-Lambert M.-J. dir., L’Âge du fer dans l’arc jurassien et ses marges. Dépôts, lieux sacrés et territorialité à l’Âge du fer, Actes du XXIXe colloque international de l’AFEAF, Bienne, 5-8 mai 2005, Presses Universitaires de Franche-Conté, Besançon, 2007, p. 757-776.

Carpentier V., 2007, Éterville "Lotissement de la Ferme" (Calvados). Du Mésolithique à nos jours. Aux origines d’un village de la plaine de Caen, Rapport final d’opération, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, 274 p.

Chanson K., 1993, Ifs « Crédit Immobilier » (Calvados), Rapport final d’opération, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, 12 p.

Chanson K., 2009, La nécropole à incinérations d’Ifs (Calvados). dir., Gaulois sous les pommiers. Découvertes de l’Âge du fer en Basse-Normandie IXe-Ier siècle av. J.-C., Conseil général du Calvados, service archéologie, Éditions Cahier du Temps, p. 105-106.

Chaume B., 1997, Vix, Le Mont Lassois : état de nos connaissances sur le site princier et son environnement, in Brun P., Chaume B., dir., Vix et les éphémères principautés celtiques. Les VIe-Ve siècles avant J.-C. en Europe centre-occidentale, Actes du colloque de Châtillon-sur-Seine (27- 29 octobre 1993), Errance, p. 185-200.

Cherel A-F., 2009, La parure de l’incinération 1394 d’Ifs (Calvados), in Giraud P., Gaulois sous les pommiers. Découvertes de l’Âge du fer en Basse-Normandie IXe-Ier siècle av. J.-C., Conseil général du Calvados, service archéologie, Éditions Cahiers du Temps, p. 81.

Cunliffe B. 1992, Pits, Preconceptions and propotiation in the British Iron Age, Oxford Journal of Archaeology, 11, 69-83 p.

Coulthard N., 2004, Déviation de la route départementale n° 562 (Calvados), Document final de synthèse de diagnostic archéologique. Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, 40 p., 58 fig., inventaires.

Dastuguej., 1961, Les sépultures de Soumont-Saint-Quentin « Les Longrais », étude anthropologique, Bulletin de la Société préhistorique française, VIII, p. 360-364.

Dastugue J., Torre S., 1966, Les sépultures d’Ifs, étude anthropologique, Annales de Normandie, 16, 4, p. 323- 332.

Delalande A., 2006, Les nécropoles du Hallstatt et de La Tène ancienne en Basse-Normandie. Approche typo-chronologique à partir des objets métalliques et en roche tendre, Master 1, Histoire et Archéologie, université de Haute-Bretagne, Rennes, 154 p.

Delattre V., 2000, Les inhumations en silos dans les habitats de l’Âge du fer du Bassin parisien, in Buchsenschutz O., dir., Les installations agricoles de l’âge du Fer en France septentrionale, Etudes d’Histoire et d’Archéologie, 6, éditions ENS, rue d’Ulm, 2000, p. 299-311.

Delrieu F. dir., 2009, Les Gaulois et la mort en Normandie. Les pratiques funéraires à l’Âge du fer (VIIe-Ier siècles avant J.-C.), OREP éditions, 40 p.

Demoule J.-P., 1982, L’analyse archéologique des cimetières et l’exemple des nécropoles celtiques, in Gnoli G., Vernant J.-P., dir., La Mort, les morts dans les sociétés anciennes, Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme / Cambridge, CUP, P. 319-337, 6 fig., 3 tabl.

Demoule J.-P., 1999, Chronologie et société dans les nécropoles celtiques de la culture Aisne-Marne du VIe au IIIe siècle avant notre ère, Revue archéologique de Picardie, n° spécial 15, 1999, 406 p.

Desloges J., 2009, La prospection aérienne dans la plaine de Caen, 1986-2006, in Delrieu F. dir., Les Gaulois et la mort en Normandie. Les pratiques funéraires à l’Âge du fer (VIIe-Ier siècles avant J.-C.), OREP éditions, p. 13-14

Duday H., Depierre G, Janin T., 1997, Validation des paramètres de quantification, protocoles et stratégies dans l’étude anthropologique des sépultures secondaires à incinération. L’exemple des nécropoles protohistoriques du Midi de la France, in Archéologie de la Mort, archéologie de la tombe au premier Âge du Fer, Actes du XXIe Colloque International de l’AFEAF, Conques-Montrozier, p. 7-29 (Monographie d’Archéologie Méditerranéenne)

Edeine B., 1961, Triple sépulture du Hallstatt final découverte en Normandie (Soumont-Saint-Quentin, Calvados), Bulletin de la société préhistorique Française, Tome LVIII, SPF avec le concours du CNRS, Paris, 1961, p. 347-359.

Giazzon D., Ghesquiere M., 2003, Agneaux "La Tremblaye", Document final de synthèse, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen.

Giazzon D., 2004, Agneaux "La Tremblaye", Bilan Scientifique de la région Basse-Normandie 2003, DRAC, Caen, p. 65-67.

Giazzon D., 2009, Éterville "Les Prés du Vallon" (Calvados), Rapport final d’opération, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, 240 p.

Giraud P., 2005, RD 562, Fontenay-le-Marmion "La Grande Pièce", Bilan Scientifique de la région Basse-Normandie 2004, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, , p. 54-55.

Giraud P., 2009a, L’occupation Hallstatt final de Cagny (14) "projet Décathlon", Bulletin de l’association française pour l’étude de l’Âge du fer, 27, p. 31-34.

Giraud P. dir., 2009b, Gaulois sous les pommiers. Découvertes de l’Âge du fer en Basse-Normandie IXe-Ier siècle av. J.-C., Conseil général du Calvados, service archéologie, Éditions Cahiers du Temps, 125 p.

Grevin G., 1992, Étude des tombes à incinération de Mondeville (Calvados), Contribution au rapport final d’opération, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, non paginé.

Herard-Dumont A., 1996, Éterville « Le Clos des Lilas », Bilan Scientifique de la région Basse-Normandie 1995, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 27.

Herard B., 2007, Falaise "Zone d’activités Expansia - 2e tranche", Bilan Scientifique de la région Basse-Normandie 2006, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 48-50.

Hincker V., 2001, Hérouvillette "Contournement RD 513", Bilan Scientifique de la région Basse-Normandie 2000, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 37-39.

Hinckerv., 2009, Cagny et Banneville-la-Campagne, "Contournement sud-est de Caen, barreau de raccordement A13-RN", Rapport final d’opération, Direction Régionale adjointe jeunesse, culture et territoires, service départemental d’archéologique du Calvados, Caen, 3 vol., 185 p.

Hincker V., Dron J.-L. dir., 2006, 7000 ans d’histoire. Gestes funéraires de la préhistoire à nos jours en Basse-Normandie. Éd. NEA, Condé-sur-Noireau, 155 p.

Jahier I., 1995, Démouville "La Malicorme", Bilan Scientifique de la région Basse-Normandie 1995, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 25.

Jahier I., 2005, Éterville, le Clos des Lilas, Bilan Scientifique de la région Basse-Normandie 2004, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 39-41.

Jahier I., 2008, Éterville, Le Clos des Lilas. Bilan Scientifique de la région Basse-Normandie 2007, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 38-39.

Jahier I., 2009a, Nécropole d’Éterville « Le Clos des Lilas » (Calvados), in Delrieuf. dir., Les Gaulois et la mort en Normandie. Les pratiques funéraires à l’Âge du fer (VIIe-Ier siècles avant J.-C.), OREP éditions, p. 10-12.

Jahier I., 2009b, Ensemble funéraire de Courseulles-sur-Mer « La fosse Touzé », in Delrieu F. dir., Les Gaulois et la mort en Normandie. Les pratiques funéraires à l’Âge du fer (VIIe-Ier siècles avant J.-C.), OREP éditions, 2009, p. 17.

Jahier I., 2009c, Evolutions des pratiques funéraires, in Giraud P., Gaulois sous les pommiers. Découvertes de l’Âge du fer en Basse-Normandie IXe-Ier siècle av. J.-C., Conseil général du Calvados, service archéologie, Éditions Cahiers du Temps, p. 99-103.

Jahier I. dir., à paraître, Entre résidence flamboyante et place de collecte monumentale, l’enceinte des Premier/Second Âges du fer de Courseulles-sur-Mer (Calvados), DAF, n° 104, à paraître.

Le Goff E. dir., 2000-2002, Les occupations protohistoriques et antiques de la Z.A.C. « Object’Ifs Sud" Ifs (Calvados), Document final de synthèse, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, 4 vol., 1227 p.

Le Goff E., Auxiette G. Le Goff I., 2007, Manifestations et pratiques cultuelles au sein des habitats et du territoire agraire laténien de la Zac « Objecf’Ifs Sud » à Ifs (Calvados), un exemple de l’Ouest de la Gaule, in Barral P., Daubigney A., Dunning C., Kaenel G., Roulière-Lambert M.-J. dir, L’Âge du fer dans l’arc jurassien et ses marges. Dépôts, lieux sacrés et territorialité à l’Âge du fer. Actes du colloque international de l’AFEAF, Bienne 5-8 mai 2005, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, p. 579-584, (Annales littéraires, série « environnement, sites et archéologie »).

Le Goff E., 2009, Étude d’un terroir agraire à Ifs (Calvados), in Giraud P., Gaulois sous les pommiers. Découvertes de l’Âge du fer en Basse-Normandie IXe-Ier siècle av. J.-C., Conseil général du Calvados, service archéologie, Éditions Cahiers du Temps, p. 23-25

Le Goff I., 1996a, La nécropole d’Ifs « Crédit Immobilier » (Calvados), Fouille et étude des urnes cinéraires, Contribution au Document final de synthèse de diagnostic archéologique. Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, non paginé.

Le Goff I., 1996b, Les sépultures à incinération de Soulangy « RN 158 » (Calvados). Fouille et étude des urnes cinéraires, Contribution au Document final de synthèse de diagnostic archéologique. Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, non paginé.

Le Goff I., 2002, Le traitement funéraire des défunts de Cottévrard et Saint-Aubin-Routot, in DILLY G. dir, Six nécropoles du second âge du Fer en Haute-Picardie, Berck-sur-Mer, CRADC, p. 395-400, (Nord Ouest Archéologie n° 13).

Legoff I., 2009, Le devenir du cadavre incinéré en Gaule Belgique ; méthodes et analyse de cas, in Pinard E., Desenne S. dir., Les gestuelles funéraires au Second Âge du fer, Actes de la table-ronde tenue à Soissons novembre 2008, p. 113-127.

Lepaumier H., 2004, Cerisé, "Parc d’Activités", Bilan Scientifique de la région Basse-Normandie 2002. Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 93-94.

Lepaumier H., 2009, Cormelles-le-Royal (Calvados) "Aire des Gens du Voyage". Un enclos du Second Âge du fer en Plaine de Caen, Document final de synthèse. Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, 218 p., 116 fig.

Lepaumierh., Giazzond., Chansonk., à paraître, Orval, Les Pleines (Manche). Habitats enclos et tombe à char en Cotentin, in actes du colloque AFEAF, tenu à Caen mai 2009, dans ce volume.

Lepaumierh. dir., 2008, Bricqueville-la-Blouette « La Butte au Long/La Roguerie » (Manche), Document final de synthèse, INRAP, DRAC Caen, 265 p.

Lepaumier H., Corde D., 2009, Bricqueville-la-Blouette (Manche), in Delrieu F. dir., Les Gaulois et la mort en Normandie. Les pratiques funéraires à l’Âge du fer (VIIe-Ier siècles avant J.-C.), OREP éditions, p. 39-40.

Lepaumier H., Giazzon D., Chanson K., 2009, Orval "Les Pleines" (La Manche), in Delrieu F. dir., Les Gaulois et la mort en Normandie. Les pratiques funéraires à l’Âge du fer (VIIe-Ier siècles avant J.-C.), OREP éditions, p. 25-26.

Lepaumier H., Delrieu F., 2010, L’Âge du fer en Basse-Normandie (- 800 à -52 avt), bilan de la recherche 1984-2004, in Bilan de la recherche archéologique en Basse-Normandie 1984-2010 : du paléolithique à la fin de l’Âge du fer, volume1, éd. MCC, direction des patrimoines, Paris, p. 143-168.

Maçon P., Giraud P., 2006, La nécropole de La Tène A de Fontenay-le-Marmion, Bulletin de l’association française pour l’étude de l’Âge du fer, 24, p. 77-78.

Malrain F., Matterne V., Meniel P., 2002, Les paysans gaulois (IIIe siècle – 52 av. J.-C.), Collection des Hespérides, Paris, éd. Errance - INRAP, 236 p.

Marion S., 2004, Recherches sur l’Âge du Fer en Ile-de-France. Entre Hallstatt final et La Tène. Analyses des sites fouillés. Chronologie et société, BAR international Série 1231, Oxford, 2 vol., 1121 p.

Marcigny C., Ghesquière E., Clement-Sauleau S., 2001, Agneaux-Saint-Lô, contournement de Saint-Lô, Bilan Scientifique de la région Basse-Normandie 2000, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 66-68.

Marcigny C., Flotte D., Desloges J., Renault V., 2006, Les petits ruisseaux font les grandes rivières ». L’exemple de la périphérie sud de Caen (Calvados), in Brun P., Marcigny C., Vanmoerkerke J., Une archéologie des réseaux locaux. Quelles surfaces étudiées pour quelle représentativité ?’, Les nouvelles de l’archéologie n° 104-105, novembre, p. 61-63.

Masset C., 1987, Le « recrutement » d’un ensemble funéraire, in Duday H., Masset C. dir., Anthropologie physique et archéologie. Méthodes d’étude des sépultures, CNRS éd, Paris, p. 111-134.

Mauss M., 1950, Les techniques du corps, sociologie et anthropologie, Paris, PUF, p. 363-386.

Merleau L., 2002, La mort à Bois-Guillaume (Seine-Maritime) du IIIe au Ier siècle avant J.-C. Découvertes archéologiques sur la rocade nord de Rouen, déviation de la RD 43, Six nécropoles du Second Âge du fer en Haute-Normandie, Nord-Ouest Archéologie n° 13, p. 41-329.

Murail P., 2005, Variations anatomiques non métriques : les caractères discrets, in Dutour O., J.-J. Hublin J.-J., vandermeersch B. dir., Objets et méthodes en paléoanthropologie, Comité des travaux Historiques et Scientifiques, Orientation et méthodes n° 7, Paris, p. 137-151.

Oudry S., 2007, Les inhumations de la nécropole Hallstatt final de Basly (Calvados), approche biologique et sociale, Revue archéologique de l’Ouest, 24, p. 73-87.

Paris P., 1997, Saint-Gatien-des-Bois "Le Vert Buisson », Bilan Scientifique de la région Basse-Normandie 1996, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 61-62.

Paris P., 1996, Saint-Gatien-des-Bois « Le Vert Buisson », Document final de synthèse, AFAN, DRAC Caen, p. 34

Peuchet C., Naizet F., 1994, Soulangy "Déviation de la RN 158, Bilan Scientifique de la région Basse-Normandie 1993, Direction Régionale des Affaires Culturelles, Caen, p. 39-40.

Pion P., Guichardv., 1993, Tombes et nécropoles en France et au Luxembourg entre le IIIe et le Ier siècle avant J.-C. Essai d’inventaire, in Clicquet D., Rémy-Waté M., Guichard V., Vaginay M. dir., Les Celtes en Normandie. Les rites funéraires en Gaule (IIIe - Ier siècle avant J.C.), Actes du 14e colloque de l’AFEAF, Evreux - mai 1990, Revue archéologique de l’Ouest, supplément n° 6, p. 175-200.

Pion P., Verney A., Villard A., 1999, Le monde des morts et les pratiques funéraires, in Nos ancêtres les Gaulois aux marges de l’Armorique, Nantes, Musée d’Obrée, 1999, p. 132-133.

Pilet C. dir., 1994, La nécropole de Saint-Martin-de-Fontenay (Calvados). Recherches sur le peuplement de la plaine de Caen du Ve s. avant J.-C. au VIIe s. après J.-C., Paris, 54e supplément à Gallia, 550 p.

Prampart J.-Y., 1981, Le monument funéraire du Bas des Renardières à Pont-sur-Yonne (Yonne) – Epoque de La Tène, L’Âge du fer en France septentrionale, Mémoires de la société archéologique champenoise – 2, suppl. au bulletin n° 1, p. 263-289.

Rozoy J.-G., 1981, Quelques structures de nécropoles celtiques à La Tène I dans la France du Nord, et leur signification, L’âge du fer en France septentrionale, Mémoires de la société archéologique champenoise – 2, suppl. au bulletin n° 1, p. 177-230.

San juan G, Meniel P., Alduc-Lebagousse A., Pilet-Lemiere J., 1994, Un établissement rural du Ier siècle avant J.-C. à Fleury-sur-Orne (Calvados), Revue archéologique de l’Ouest, n° 11, p. 131-164.

San Juan G., Le Goff I., Macario F., 1997, L’occupation de l’Âge du fer dans la basse vallée de la Seulles. Le site protohistorique de La Campagne à Balsy (Calvados). Rapport de fouille pluriannuelle, 1ere année de recherche, SDAC, 30 p.

San Juan G., Le Goff I., 2003, La nécropole du VIe siècle avant J.-C. de "La Campagne" à Basly (Calvados), Revue archéologique de l’Ouest, n° 10, p. 59-102.

Sellier P., 1996, Paléodémographie et organisation du tumulus, in Piningre J.- F., Nécropoles et société au premier âge du fer : le tumulus de Courtesoult (Haute-Saône), Documents d’archéologie Française, 54, Paris, MSH, p. 137-145.

Varoqueaux C., 1966, Fouille d’un cimetière du Hallstatt final à Ifs (Calvados), Annales de Normandie, 16, n° 4, p. 295-321.

Verney A., 1993, Les nécropoles de l’Âge du fer en Basse-Normandie. Bilan de trois siècles de découvertes, in Clicquet D., Rémy-Waté M., Guichard V., Vaginay M. dir., Les Celtes en Normandie. Les rites funéraires en Gaule (IIIe - Ier siècle avant J.C.). Actes du XIVecolloque de l’AFEAF, Evreux - mai 1990, Revue archéologique de l’Ouest, supplément n° 6, p. 95-113.

Verron G., 1976, Les civilisations de l’âge du Fer en Basse-Normandie, La Préhistoire Française, t. II, Civilisations néolithiques et protohistoriques, Paris, CNRS, p. 802-815.

Verron G., 2000, Préhistoire de la Normandie, Rennes, Éditions Ouest-France, 364 p.

Villaregut J., 2009, Ri "le Moulin Foulon" (Orne), in Delrieu F. dir., Les Gaulois et la mort en Normandie. Les pratiques funéraires à l’âge du Fer (VIIe-Ier siècles avant J.-C.), OREP éditions, p. 24.

Villes A., 1999, Les enclos funéraires et cultuels protohistoriques de "type Saint-Benoît". Fastes des Celtes entre Champagne et Bourgogne aux VIIe-IIIe siècles avant notre ère, Actes du colloque de l’AFEAF, Troyes, mai 1995, Mémoire de la Société archéologique champenoise, n° 15, suppl. au bulletin n° 4, p. 529-548.

Vimont E., 1884, Nonant, Clairefeuille, Le Merlerault. Buletin. de la Société Flammarion d’Argentan, II, p. 112-114.

Notes

1 Nous remercions A. Alduc-Le Bagousse de nous avoir fourni la liste des études anthropologiques réalisées par le CRAHAM concernant les sites de l’Âge du fer.

2 La participation et le soutien de P. Giraud (SDAC) lors de la mise en route du groupe de travail ont particulièrement été appréciés.

3 Les chiffres que nous présentons ici ont été établis à partir des recensements effectués par le Service Régional de l’Archéologie de Caen, le CRAHAM, l’Inrap. Pour la période du Premier Âge du fer, les travaux universitaires d’A. Delalande nous ont été précieux. Concernant les études en cours, nous remercions les différents intervenants qui ont bien voulu nous transmettre les informations nécessaires à cette approche, ainsi que F. Blaizot (Inrap) pour son aide lors de la relecture du texte.
L’estimation du nombre de sites comprend tous ceux qui ont livré au moins une sépulture avérée de l’Âge du fer. Devant l’ampleur de la documentation, cette étude ne prétend pas à l’exhaustivité, mais rend compte de l’état documentaire actuel.

4 Cette dernière configuration se rencontre par exemple sur les sites d’Éterville (rapport en cours), de Cagny (étude en cours), de Mondeville l’Étoile site II (Besnard-Vauterin 2009a), ou encore à Ifs « Object’Ifs Sud » (fouille 2008, rapport en cours).

5 Le terme « recrutement » initié par C. Masset (1987) est employé ici dans la mesure où la reconstitution de la structure par âge ou par sexe d’une population archéologique dépend de paramètres spécifiques dans lesquels rentrent en compte la conservation différentielle des restes osseux, les conditions de vie et aussi l’impact des pratiques funéraires qui conditionnent l’accès ou l’organisation des espaces funéraires.

6 Autour de 160 si l’on prend en compte les résultats des sondages engagés à la périphérie du site pour évaluer l’effectif global de cet ensemble (Jahier 2008).

7 En absence d’analyses métallographiques, le terme de « bronze » sera utilisé sans distinction pour tous les métaux en alliage à base de cuivre.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 A et B : état documentaire des sites funéraires de l’Âge du fer en Basse-Normandie (données extraites de Patriarche – DRAC, SRA de Basse-Normandie – A. Ropars)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6822/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Fig. 2 : distribution par décennie des découvertes concernant les sites funéraires attribuables au Second Âge du fer et à la transition 1er/2nd Âge du fer
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6822/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende Fig. 3 : distribution en périphérie sud et sud-est de Caen des petits et grands ensembles funéraires des Premier et Second Âge du fer, reportés sur les surfaces ouvertes (données extraites de Patriarche – DRAC, SRA de Basse-Normandie – A. Ropars).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6822/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 4 : distribution des sites funéraires de l’Âge du fer constituant le corpus de base de l’article.(Données extraites de Patriarche – DRAC, SRA de Basse-Normandie – A. Ropars).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6822/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 5 : tableau des sites constituant le corpus de base de l’article.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6822/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende Fig 6 : corpus anthropologie : nombre global de sépultures par site funéraire distribué par période.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6822/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Fig 7 : détail du nombre de tombes par unité funéraire sur le site de Ifs « Object’Ifs Sud ». Exemple d’ensembles funéraires complexes (datation d’après mobilier, Le Goff 2000-2002).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6822/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 8 : classes d’âge des sujets immatures (transition 1er et 2nd Âge du fer à La Tène moyenne) (Corpus : Ifs « la Dronnière », Soumont-Saint-Quentin « les Longrais », Saint-Martin-de-Fontenay « La Coite », Cagny, Lasson « Les Collines de la Mue », Éterville « Le Clos des Lilas », Mondeville « l’étoile », Ifs « Objecr’Ifs Sud » 2000-2002).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6822/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Fig. 9 : classes d’âge des sujets immatures (La Tène finale) (Corpus : Bricqueville, Fleury-sur-Orne « les Mezerettes », Ifs « AR 67 », Ifs « Crédit Immobilier », Nécy, Saunt-Gatien-des-Bois).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6822/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Fig. 10 : types d’associations rencontrées au sein des tombes plurielles (mise en forme G. Léon Inrap). 1 : Ifs « Object’Ifs Sud », groupe 13 tombes d’enfants à proximité des tombes de femmes et tombes doubles associant un adulte et un enfant (plan initial S. Jean). 2 : Basly, exemple de sépulture double simultanée (cl. SDAC, I. Le Goff). 3 : Fréquence des différents types d’associations.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6822/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Fig. 11 : distribution des défunts selon le sexe et l’âge au décès, l’exemple de Cagny « Projet Décathlon » (plan initial, SDAC).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6822/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Fig. 12 : exemple de répartition des groupes funéraires par rapport à l’habitat sur le site de la ZAC de Ifs « Object’Ifs Sud »(Calvados), (d’ap. Le Goff 2000-2002, DAO G. Léon Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6822/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Fig. 13 : identification des quatre principales catégories d’unités funéraires : effectif des défunts, chronologie, architecture monumentale et lieux d’implantation.A : Groupes de 100 individus et plus ; B : Groupes de 40 à 65 individus ; C : Groupes de 3 à 30 individus ; D : Sépultures isolées ou réunies par paires.Note : Pour des raisons de lisibilité, les sépultures isolées et les sépultures réunies par paire sont présentées sur une ligne indépendante dont l’échelle des effectifs a été démultipliée.a : à l’intérieur de l’habitat ; b : à moins de 100 m de l’habitat ; c : à plus de 100 m de l’habitat ; d : effectif présumé (fouilles XIXe et début XXe siècle) à plus de 100 m de l’habitat ; e : en carrière ; f : sépultures isolées ou par paires.Symboles à une couronne : groupes associés à un monument ou un enclos funéraire unique ;Symboles à deux couronnes : groupes associés à plusieurs monuments.1 - Basly / La Campagne ; 2 - Éterville / Allée de la Ferme ; 3 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2002, gp. 13 ; 4 - Cagny / Extension Décatlon ; 5 - Éterville / Le clos des lilas ; 6 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2008, gp. 1 ; 7 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2008, gp. 2 ; 8 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2008, gp. 3 ; 9 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2008, gp. 5 ; 10 - Saint-Martin de Fontenay / La Coite ; 11 - Éterville / Le Pré de l’Église ; 12 - Mondeville / Vallée Barrey ; 13 - Nonant-le-Pin ; 14 - RI / Le Moulin Foulon ; 15 - Soumont-St-Quentin / Le Mont Joly ; 16 - Ifs / La Dronnière ; 17 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2002, gp. 12 ; 18 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2002, gp. 26 ; 19 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2002, gp. 15 ; 20 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2002, gp. 18 ; 21 - Fontenay-le-Marmion / La Grande Pièce ; 22 - Falaise / Expansia Tranche 2 ; 23 - Mondeville / L’Étoile ; 24 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2008, gp. 4 ; 25 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2002, gp. 24 ; 26 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2002, gp. 23 ; 27 - Hérouvillette ; 28 - Soulangy / ZD 02, ZD 09 ; 29 - Mondeville / L’Étoile - Site I gp. A ; 30 - Mondeville / L’Étoile - Site I gp. B ; 31 - Cormelles-le-Royal / Gens du Voyage ; 32 - Soulangy / ZA 23 ; 33 - Object’Ifs Sud, 2002, gp. 22 ; 34 - Mondeville / L’Étoile - Site III ; 35 - Touffréville / La Saussaye ; 36 - Saint-Martin de Fontenay / D 562 ; 37 - Saint-Gatien-des-Bois ; 38 - Bricqueville / La Blouette ; 39 - Ifs / Crédit Immobilier ; 40 - Agneau / Bellevue et La Croix carrée ; 41 - Banville / La Burette ; 42 - Cerisé / Parc d’Activités ; 43 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2008, Tb Iso. (inh.) ; 44 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2008, Tb Iso. (inh.) ; 45 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2008, Tb Iso. (inci.) ; 46 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2008, Tb Iso. (inci.) ; 47 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2008, Tb Iso. (inh.) ; 48 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2008, Tb Iso. 724 (inci.) ; 49 - Courseulles-sur-Mer / La Fosse Touzé ; 50 - Courseulles-sur-Mer / La Fosse Touzé ; 51 - Courseulles-sur-Mer / La Fosse Touzé ; 52 - Courseulles-sur-Mer / La Fosse Touzé ; 53 - Démouville / La Malicorne ; 54 - Lasson / Les Collines de la Mue ; 55 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2002, gp. 28 ; 56 - Cormelles-le-Royal / N 513 - D 229 ; 57 - Falaise / Expansia, Tb Iso. ; 58 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2008, AR 67 ; 59 - Orval / Les Pleines ; 60 - Mondeville / L’Étoile - Site I gp. C ; 61 - Mondeville / L’Étoile - Site I, Tb Iso 1 ; 62 - Mondeville / L’Étoile - Site I, Tb Iso 11 ; 63 - Mondeville / L’Étoile - Site I, Tb Iso 12 ; 64 - Cormelles-le-Royal / Gens du Voyage Tb Iso ; 65 - Mondeville / L’Étoile - Site III, Fosse 195 ; 66 - Ifs / Object’Ifs Sud, 2008, AR 67 ; 67 - Mondeville / L’Étoile - Site II, Tb Iso 128 ; 68 - Mondeville / L’Étoile - Site II, Tb Iso 171 ; 69 - Saint-Contest / Le Clos Bîtot ; 70 – Osmanville ; 71 - Fleury-sur-Orne / CD 120 ; 72 - Fleury-sur-Orne / CD 562 ; 73 - Nécy / La martinière - Tb Iso 1 ; 74 - Nécy / La martinière - Tb Iso 1 ; 75 - Mondeville / L’Étoile - Site III, Tb Iso 252.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6822/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Fig. 14 : proportions des unités funéraires et des défunts par période et par ensemble.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6822/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 15 : Ifs « Object’Ifs Sud », situation du groupe 13 au sein de l’habitat et orientation du corps des défunts (plan initial S. Jean, mise en forme I. Le Goff Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6822/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Fig. 16 : Basly « La Campagne », orientation des défunts (plan initial SDAC).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6822/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Fig. 17 : Ifs « Object’Ifs Sud », situation du groupe 22 au sein de l’habitat et orientation du corps des défunts (plan initial S. Jean, mise en forme I. Le Goff Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6822/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Fig. 18 : rapport des sites à inhumation et/ou à incinération au sein des nécropoles de l’Âge du fer en Basse-Normandie. Seuls sont retenus les sites dont le décompte d’inhumations ou d’incinérations est possible. (Données extraites de Patriarche – DRAC, SRA de Basse-Normandie – A. Ropars).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6822/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 19 : proportions des individus possédant du mobilier au cours du Hallstatt final/La Tène ancienne et au cours de La Tène moyenne /La Tène finale.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6822/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Fig. 20 : proportions homme/femme portant le torque.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6822/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Fig. 21 : proportions homme/femme portant le bracelet.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6822/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Fig. 22 : pièces d’armement rencontrées au cours de l’intégralité de la période considérée (VIe au Ier siècle av. J. -C.).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6822/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 23 : mobilier de toilette rencontré au cours de l’intégralité de la période considérée (VIe au Ier siècle av. J. -C.).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6822/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig 24 : exemples des différents types de mobilier rencontrés au cours du Hallstatt final/La Tène ancienne et au cours de La Tène moyenne /La Tène finale.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6822/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Fig 25 : exemples de parures bipartites.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6822/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 26 : proportions des individus déposés en urne cinéraire.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6822/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende Fig. 27 : exemples de céramiques utilisées comme urne cinéraire.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6822/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

Auteurs

SDAC, delalande.audrey@gmail.com

Inrap, myriam.texier@inrap.fr

SDAC, may.coussirat@inrap.fr

Inrap, jean-yves.langlois@inrap.fr

Inrap, sylvie.pluton@inrap.fr

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search