Version classiqueVersion mobile

L’âge du Fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second-Âge du Fer. Volumes I et II

 | 
Philippe Barral
, 
Bernard Dedet
, 
Fabien Delrieu
, 
et al.

Volume II. Gestes funéraires en Gaule au Second Âge du fer

Les gestuelles funéraires au Second Âge du fer en Picardie

Estelle Pinard, Sophie Desenne, Stéphane Gaudefroy, Frédéric Gransar, Ginette Auxiette, Geertrui Blancquaert, Valérie Delattre, Jean-Paul Demoule, Marc Gransar, Bénédicte Hénon, François Malrain, Nathalie Soupart et Sylvain Thouvenot

Résumé

Cette synthèse régionale s’appuie sur l’analyse de 73 occupations funéraires réparties dans le quart nord-ouest du Bassin parisien, du littoral normand et picard aux confins de l’Aisne champenoise, du Ve au Ier siècle av. J.-C. Les données sont envisagées depuis les choix d’implantation jusqu’à la clôture de la tombe. L’approche méthodologique cherche à caractériser les espaces funéraires laténiens ainsi que leur évolution, et à mettre en évidence la hiérarchie interne des tombes monumentales. La population et les traitements des individus sont également abordés. Enfin, une grille de lecture constituée à partir des 4300 objets inventoriés autorise une présentation hiérarchisée des données et des différentes catégories fonctionnelles figurées dans les tombes.

Texte intégral

Introduction

1Un projet d’action scientifique Inrap a été initié en 2006 pour une durée de trois ans. Il a consisté à recenser et à caractériser l’évolution des pratiques funéraires au Second Âge du fer en Picardie et sur ses marges, depuis le choix de l’implantation des espaces funéraires jusqu’à la clôture des sépultures. Ce travail collectif, organisé autour de quatre grandes thématiques, a permis de mettre en évidence d’importantes variations chronologiques, de nature micro-régionale, sociale et culturelle. Le projet a débouché sur une table-ronde organisée à Soissons en novembre 2008 (Pinard, Desenne, dir. 2009). Compte tenu de l’espace imparti à cette synthèse, nous ne pourrons présenter ici l’intégralité des résultats mais nous caractériserons l’évolution des éléments les plus significatifs des chaînes opératoires identifiées.

2L’étude a été menée sur 73 ensembles funéraires rassemblant 683 sépultures. L’importance des effectifs nous assure ainsi d’une représentativité statistique satisfaisante.

1. Les rituels funéraires

3Les rituels funéraires concernent à la fois l’inhumation et l’incinération, à l’échelle chronologique du Second Âge du fer. On constate cependant des disparités régionales, avec une zone occidentale qui privilégie l’incinération et une zone orientale de la Picardie davantage marquée par le rituel de l’inhumation (fig. 1).

4Si dans notre zone d’étude la pratique de l’inhumation est quasi-exclusive à La Tène ancienne, le passage à l’incinération est beaucoup plus précoce en Picardie occidentale (à La Tène B2) qu’en Picardie orientale (à La Tène C2). À La Tène finale, le rituel de l’incinération devient quasiment exclusif pour l’ensemble de la Picardie (fig. 2).

5C’est à La Tène C1, dans le courant du IIIe siècle avant notre ère, que les disparités de rituel sont les plus frappantes, avec le secteur occidental de la Picardie qui ne pratique que l’incinération et le secteur oriental qui ne pratique que l’inhumation (fig. 3). La vallée de l’Oise semble marquer une limite culturelle stricte entre la Somme et la majeure partie de l’Oise, d’affinité atlantique, et l’Aisne et le sud-est de l’Oise, d’affinité continentale nord-alpine. Ce dernier secteur de la Picardie actuelle se rattache culturellement aux domaines champenois et francilien.

2. Les implantations funéraires

6La majorité des ensembles funéraires du corpus se situe sur les plateaux (67 %), près de 25 % en fond de vallée et 8 % le long du littoral (Desenne et al. 2009a). Plusieurs sites sont aujourd’hui localisés dans les terres, en raison du déplacement du rivage et de l’évolution marquée du paysage, alors qu’ils étaient en bord de mer à l’Âge du fer (Somme 1979).

7Les versants, rebords et replats sont les positions les plus fréquentes, avec chacun 20 % des effectifs, au détriment des terrasses et des buttes. Une dichotomie entre La Tène ancienne (sites de fond de vallée) et La Tène moyenne/finale (sites de plateau) est remarquable. Toutefois, les conditions de la recherche, fortement conditionnée par les impératifs économiques d’aménagement du territoire, conduisent à pondérer ce constat.

Fig. 1 : corpus et rituel au Second Âge du fer en Picardie. La base de données comprend 73 ensembles funéraires fouillés récemment, soit 683 tombes, 2086 vases et 4300 « objets ».

8Pour certains sites, l’existence de points marquants, naturels ou artificiels (point haut, tertre funéraire de l’Âge du bronze, etc.), a pu jouer un rôle attractif dans l’implantation. L’observation de l’environnement humain, dans lequel l’espace funéraire s’intègre, indique que près de la moitié des sites mis en place à La Tène C1 sont liés à un habitat.

9Différents critères s’appuyant sur le type d’implantation, l’organisation générale et la présence ou non d’éléments structurants, ont permis de définir la morphologie des espaces funéraires. Ainsi, trois grands groupes ont été définis : les espaces funéraires ouverts avec trois sous-groupes (tombe isolée, tombes groupées, tombes en noyaux), les espaces funéraires enclos avec deux sous-groupes (enclos isolé, enclos accolé ou adossé à une enceinte d’habitat) et les espaces funéraires « en bordure » avec deux sous-groupes (en bordure d’un chemin ou en bordure du fossé d’habitat).

10À La Tène ancienne, les espaces funéraires ouverts à sépultures groupées ou en noyaux sont les seules occupations reconnues. Les espaces funéraires implantés à La Tène B2 sont ouverts, groupés, de faible effectif, au sein desquels de riches sépultures se distinguent par la présence d’un char ou de mobilier métallique exceptionnel. La Tène C1 se différencie par le développement de nouveaux espaces funéraires et la multiplication des formes d’occupations, de l’espace ouvert à l’espace enclos ou implanté en bordure d’habitat. Les sites ouverts aux tombes groupées ou en noyaux, se rencontrent dans toute la région. À La Tène finale, les espaces funéraires ouverts, groupés, sont présents sur l’ensemble de la zone étudiée. Ainsi, La Tène C1 semble une période charnière où les sites funéraires montrent une plus grande variabilité et des spécificités micro-régionales marquées.

Fig. 2 : évolution des pratiques de l’inhumation et de l’incinération de La Tène A1 à La Tène D2. Le passage à l’incinération en Picardie occidentale a lieu à La Tène B2, en Picardie orientale, à La Tène C2.

Fig. 3 : répartition des pratiques de l’inhumation et de l’incinération à La Tène C1. Le secteur occidental de la Picardie ne pratique que l’incinération et le secteur oriental ne pratique que l’inhumation.

3. Les monuments funéraires

11Au sein du corpus retenu pour l’étude, on constate que 16 % des cimetières sont dotés d’au moins un monument funéraire (Gransar et Malrain 2009). Cependant, les sépultures monumentales restent relativement rares et ne représentent que 5 % des tombes. En outre, ces monuments ne sont pas répartis uniformément dans l’espace et dans le temps (fig. 4). On enregistre en effet une surreprésentation des tombes monumentales dans le département de l’Aisne, ainsi qu’un accroissement des effectifs à partir de La Tène C1, dans la seconde moitié du Second Âge du fer.

12Les monuments funéraires appartiennent à deux grandes catégories : la catégorie dite « simple », qui regroupe les édifices à trous de poteau et les enclos fossoyés, et la catégorie dite « complexe », qui associe plusieurs éléments (fig. 5). Il est évident que l’utilisation de plusieurs types d’éléments, faisant appel à des techniques variées, implique un temps de travail et un investissement supérieurs, ainsi qu’une monumentalité accentuée.

13Les monuments n’apparaissent, dans ce corpus, qu’à la transition entre La Tène A2 et B1. On enregistre également le passage de la morphologie circulaire à la morphologie quadrangulaire à la transition entre La Tène B1 et B2, avec un remarquable monument hybride en forme de bouchon de champagne provenant de la nécropole de Bucy-le-Long « la Héronnière », dans l’Aisne. On estime que la morphologie quadrangulaire s’impose dans le courant de La Tène B2 et c’est à La Tène C1 que l’on voit apparaître les édifices à trous de poteau, ainsi que les types complexes associant enclos fossoyé et bâtiment interne. C’est toujours à La Tène C1 que l’on enregistre pour la première fois, dans notre corpus, des monuments dans la partie occidentale de la Picardie, les monuments des étapes antérieures étant issus exclusivement du département de l’Aisne.

14L’évaluation de la gradation hiérarchique des monuments passe par l’appréciation empirique du degré d’effort, de temps et de matériaux consenti pour leur édification. La variable dimensionnelle ne semble pas complètement pertinente à elle seule, même si elle a sans doute joué un rôle non négligeable. Le degré hiérarchique le plus élevé semble être celui des tombes à char à monument complexe, mais il est difficile de préciser si les tombes à char à monument simple leur étaient subordonnées, ou si c’est la variable chronologique qui joue ici, les effectifs étant très réduits. Il semblerait que le niveau immédiatement inférieur soit celui des tombes à monuments complexes, qui concernent l’intégralité de la séquence laténienne, de La Tène A2 à La Tène D2. À La Tène A2 et B1, il n’existe pas d’autres types de monuments que les trois catégories évoquées plus haut. À partir de La Tène B2, jusqu’à la fin de la séquence laténienne, on voit apparaître d’autres types de monuments simples : les sépultures à enclos et celles à bâtiments simples. Concernant ces monuments simples, le degré hiérarchique le plus élevé semble être celui des très grands enclos et des grands bâtiments, probablement de statut à peu près équivalent. Viennent ensuite les sépultures à grands enclos et à petits bâtiments, enfin probablement les sépultures à petits enclos fossoyés. Il est remarquable de constater que le degré de richesse des dépôts n’est pas strictement corrélé à la gradation hiérarchique des monuments, ce qui correspond vraisemblablement à une sorte de « mesure compensatoire ». Le statut de la personne implique un type de monument particulier, visible de la communauté, mais la richesse et l’abondance des dépôts pourraient relever de la sphère familiale, plutôt que de la sphère sociétale.

Fig. 4 : les monuments funéraires en Picardie. Les sépultures monumentales sont très peu représentées.

Fig. 5 : typo-chronologie des monuments et leur relation aux pratiques de l’inhumation et de l’incinération.

4. Les défunts inhumés

15L’inhumation est pratiquée en proportions très variables, de La Tène A à la Tène D. Elle connaît une décroissance brutale à partir de La Tène B2 jusqu’à La Tène C1. À partir de cette étape, le déclin de cette pratique se poursuit mais beaucoup plus lentement et sans rupture profonde (Pinard et al. 2009).

16La pratique de la sépulture individuelle est quasi-exclusive et concerne plus de 95 % du corpus. De très rares exemples de sépultures doubles (associant deux sujets adultes) sont présents, comme à Bucy-le-Long « La Héronnière », « La Fosse Tounise » (Desenne et al. 2009).

17Les « enfants/sujets immatures » ne représentent qu’un peu moins de 25 % du corpus, ce qui est particulièrement peu conséquent. Cette sous-représentation est renforcée par la quasi-absence d’enfants de moins d’un an (dix-huit individus dans le corpus).

18La répartition « adultes » et « enfants/sujets immatures » par grandes phases chronologiques montre que les « enfants/sujets immatures » ne représentent jamais plus de 45 % des défunts inhumés. C’est seulement à partir de La Tène C1, que les « enfants/sujets immatures » sont moins sous-représentés.

19Les estimations du sexe des individus, possibles presque exclusivement dans le cas des sujets inhumés, concernent un peu plus de 64 % du corpus. Elles montrent une très légère surmortalité féminine (sex ratio = 0,904), qui n’est pas révélatrice de phénomènes démographiques spécifiques.

20L’utilisation d’enveloppe textile ayant ceint les corps est souvent mise en évidence. Des effets de compression latérale, le maintien en équilibre instable de certaines pièces osseuses, l’organisation des os libérés par la décomposition des chairs, sont observés sur les squelettes. Certaines observations taphonomiques permettent d’identifier que le défunt a été inhumé habillé, d’autres mettent en évidence l’existence d’une enveloppe textile souple enveloppant tout ou partie du corps (fig. 6). Les analyses ont montré que la présence de linceul décroît durant La Tène ancienne, pour semble-t-il, ne plus être en usage à partir de La Tène B2.

21Outre ces indices taphonomiques, la présence de fibules ou d’anneaux et leur répartition sur le corps reflètent des inhumations habillées ou en linceul. Si nombre de défunts ont été déposés habillés, souvent parés, seulement une cinquantaine d’entre eux présentent des fibules portées, principalement disposées sur les épaules, le thorax ou le cou. Ces fibules peuvent être en exemplaire unique ou en situation bilatérale. Il apparaît que peu d’entre-elles ont été utilisées pour fermer des linceuls plus ou moins contraignants. En règle générale, la fibule, unique ou doublée, mise au jour au niveau du crâne ou des membres, permet d’envisager que le corps a été enveloppé dans un textile. Outre ces fibules, il faut noter la présence de quelques anneaux dont la fonction semble être d’accentuer le maintien du linceul.

22La parure, essentiellement féminine, est abondante au début de la séquence, de La Tène A1 à La Tène B1. Elle se caractérise par la présence de torques et de parure annulaire simple de type bracelets, perles et pendeloques. À La Tène B2 et C1, l’abandon du torque et la diminution de cette catégorie de mobilier au profit des accessoires vestimentaires marque un changement radical dans l’ornementation et l’habillement des défunts (fig. 7). Ainsi, les ceintures, et plus encore les fibules au rôle polyvalent, deviennent l’élément de « parure » métallique utilisé de façon quasi-exclusive.

23Jusqu’à La Tène B1, le bronze, le verre et l’ambre sont majoritairement utilisés (fig. 8). On remarque parallèlement à cette pratique une grande diversité de matériaux dits « rares » comme l’or, le corail, l’os, le lithique, la céramique ou le coquillage, dans des sépultures féminines très riches ou des tombes à char (Pommepuy et al. 1998). Inversement, à partir de La Tène B2, le fer devient le matériau le plus utilisé auquel s’ajoute ponctuellement le lignite. L’emploi de l’ambre et du verre perdure, mais on remarque une utilisation de l’ambre surtout à La Tène C1, puis du verre à La Tène C2 et D1, qui révèlent une évolution de la mode, voire des réseaux d’échanges.

24Les modalités de dépôt des corps sont caractérisées par une très nette surreprésentation du dépôt en « espace vide » (95 % des défunts se sont décomposés alors que la fosse n’était pas comblée) et un agencement des corps en décubitus (94 % des individus). La décomposition des corps en « espace vide » couvre l’ensemble de la séquence. Quelques rares cas de décomposition en espace colmaté ont été répertoriés entre la fin de La Tène A2 et le début de La Tène B, à Limé « Les Sables Nord », dans l’Aisne (Soupart et al. 2005). Les dépôts en position latérale, qui sont très minoritaires dans le cadre des nécropoles (1,5 %), augmentent considérablement si l’on prend en compte les cas picards de dépôts en structure d’ensilage, où les individus sont souvent déposés dans cette position, les membres repliés. Dans la nécropole, une telle position revêt-elle un caractère discriminant par rapport au groupe, en lien avec le statut particulier de l’individu ou sa position sociale ?

Fig. 6 : Évolution des indices de linceul et de vêtement de La Tène A1 à La Tène B2. a : contrainte sur l’ensemble du corps, indice de linceul, b : effet de contention sur la cage thoracique indépendamment de celui exercé sur les humérus, indice de vêtement à "manches".
Toutes les inhumations présentent soit des indices de la présence de linceul, soit des indices de vêtement, et dans de rares cas les deux à la fois.

Fig. 7 : distribution proportionnelle de la parure et des accessoires vestimentaires.

Fig. 8 : distribution proportionnelle de la parure et des accessoires vestimentaires par grandes catégories de matériaux.

5. Les défunts incinérés

25Comme pour l’inhumation, la pratique de l’incinération des corps concerne l’ensemble de la séquence. Pour le Ve siècle avant notre ère, elle reste toutefois anecdotique et pourrait s’être appliquée à des individus particuliers. À partir de La Tène B2, elle est de plus en plus présente.

26Les « enfants/sujets immatures » ne représentent pas plus de 21,6 % des individus dont l’âge au décès est connu. Ils ne sont d’ailleurs attestés dans les incinérations qu’à partir de La Tène C1. La pratique de l’incinération, avant cette période, ne concerne que les adultes. Ce constat témoigne de particularités dans la pratique de l’incinération liées à l’âge et s’appliquant aux plus jeunes membres de la communauté.

27Les diagnoses sexuelles, pour les individus incinérés, sont rarement envisageables puisque la crémation a détruit les critères ostéologiques permettant l’estimation.

28Contrairement aux inhumations, où l’observation des processus taphonomiques nous renseigne sur la présence de vêtements ou d’enveloppes textiles souples, les sépultures à incinération ne livrent que des fibules dispersées ou agencées dans un amas osseux (fig. 9). Il est souvent difficile de préciser si ces fibules doivent être interprétées comme un moyen de fermeture ultime d’un contenant pour les os ou si elles impliquent que les individus ont été incinérés habillés.

29Les poids des restes osseux des dépôts individuels sont très variables. Très peu représentent l’intégralité d’un corps adulte incinéré. Les dépôts sont généralement faibles à très faibles, voire symboliques. Dans ce corpus, on note que les dépôts exhaustifs ne sont présents qu’à partir de La Tène C2, alors que les dépôts partiels couvrent l’ensemble de la chronologie.

Fig. 9 : distribution proportionnelle de la parure et des accessoires vestimentaires par grandes catégories de matériaux.

Fig. 10 : évolution des contenants des restes incinérés (basée sur 150 sépultures). Bien que l’utilisation de ces contenants soit concomitante, le contenant en matière périssable prédomine de La Tène A à La Tène C2, puis l’urne de La Tène C2 à La Tène D.

30Les modes de dépôt des restes incinérés correspondent à des dépôts en urne, en contenant périssable (enveloppe souple ou rigide), ou les deux à la fois. Le dépôt en contenant périssable est en usage pendant toute la séquence chronologique, la pratique s’accroissant jusqu’à La Tène C1 (fig. 10). La pratique du dépôt en urne progresse également, mais de façon plus irrégulière, jusqu’à La Tène C2. À partir de cette étape, les dépôts en urne se substituent aux dépôts en contenant périssable.

6. Les offrandes funéraires

31Dans les tombes, le « service funéraire » montre souvent une « préférence », avec une vaisselle privilégiant tantôt les récipients destinés à la préparation, tantôt les récipients destinés aux libations (Desenne et al. 2009b).

Fig. 11 : évolution de la fréquence des récipients.

Fig. 12 : proportion des espèces à La Tène ancienne (A1, A2, B1, B2), La Tène moyenne (B2, C1) et La Tène finale (C2, D1, D2).

32Les proportions des récipients déposés le plus fréquemment dans les tombes montrent deux évolutions majeures dans la composition des services (fig. 11). La première apparaît à La Tène B1 avec la présence plus fréquente de vases destinés aux libations, essentiellement les bouteilles, au détriment des assiettes servant à la consommation. Cette tendance s’accentue encore à La Tène B2. La seconde évolution se produit à l’étape suivante, à La Tène C1, avec cette fois la raréfaction des bouteilles qui s’oppose à l’accroissement très significatif des écuelles, et dans une moindre mesure, des jattes. Au cours de La Tène C2, cette tendance est à son apogée, avec cette fois la très nette augmentation des jattes, qui connaissent alors leur maximum. A La Tène D1, les bouteilles supplantent les jattes. À La Tène D2, la tendance semble nettement accentuée, mais la faiblesse de l’échantillon nous incite toutefois à une certaine réserve.

33La raréfaction de l’assiette peu profonde au profit d’une écuelle plus creuse, à La Tène B2, est probablement en relation avec un changement des habitudes alimentaires. Elle correspond d’ailleurs à l’augmentation des jattes de préparation, qui montrent sans doute un goût accru pour les plats semi-liquides.

34Les vases de préparation constituent toujours plus du tiers des vases du service funéraire tout au long de la période, ce qui montre peut-être l’importance de la confection des mets en relation avec le repas funéraire.

35L’accroissement du nombre de jattes, au détriment des pots fermés et des vases ouverts hauts, connaît son paroxysme à La Tène C2. Cette évolution remarquable peut être mise, encore une fois, sur le compte du changement des modes alimentaires.

36L’alimentation est aussi illustrée par les pièces de viande déposées dans les tombes, dans les récipients, mais le plus souvent à l’extérieur. Ces dépôts sont avérés dans 60 % des inhumations attribuées à La Tène A et B1, et chutent très nettement à partir de La Tène B2. Les offrandes animales se présentent sous la forme d’os frais, puis la pratique de l’offrande incinérée à partir de La Tène C1 s’ajoute aux offrandes fraîches, ou s’y substitue dans de rares cas. Le porc est l’espèce la mieux représentée. Ce sont dans la plupart des cas des sujets juvéniles. Le mouton occupe la deuxième place et devient de plus en plus discret au cours du temps. On voit alors s’affirmer le binôme « porc-poulet ». Le bœuf, discret, disparaît des offrandes funéraires à partir de La Tène C1 (fig. 12).

37Les rites de boissons sont illustrés par certaines formes céramiques, comme les gobelets, bouteilles, cratères, passoires, et amphores à la fin de la séquence. Les seaux en bois à cerclage métallique et les bassins en bronze participent également à cette représentation : on dénombre seize seaux (dans sept nécropoles) et trois bassins (dans une nécropole).

38La notion de « service à boire » est très nette dans les tombes de La Tène ancienne dans l’Aisne et l’Oise, où la bouteille et le gobelet ont souvent la même forme, et portent parfois le même décor. Les cratères de La Tène B1 montrent les plus grandes capacités de contenance, jusqu’à 150 litres (fig. 13). On y puisait au moyen d’un petit récipient, un gobelet parfois retrouvé à l’intérieur du cratère.

39À partir de La Tène B2, et surtout à La Tène C1, on dépose en grand nombre ces vases destinés à la boisson dans les tombes de la Somme. Mais les bouteilles sont d’une contenance plus réduite, une dizaine de litres au maximum. L’évolution des formes suggère que le déroulement du rituel évolue : changement des boissons consommées ou offertes, modification des façons de consommer, peut-être passage d’une manière collective à une manière individuelle ?

40Les seaux n’existent pas à La Tène A. On en compte un pour La Tène B, trois pour La Tène C et douze pour La Tène D. Pour cette dernière étape, neuf d’entre eux proviennent d’une seule nécropole, ainsi que les trois bassins. Il n’y a pas de correspondance stricte entre présence de seaux ou bassins et présence de céramiques liées à la boisson : seaux et bassins peuvent être associés ou non à des gobelets et des bouteilles.

Fig. 13 : récipients utilisés dans le cadre des libations (cratère, gobelet, ciste) et de la consommation (écuelle et jatte). Bucy-le-Long "la Héronnière" (Aisne). Cl. UMR 7041, ArScAn

Fig. 14 : Ustensiles représentant le foyer et la cuisson (landiers, chaudron, crémaillère, gril et fourchette).

Fig. 15 : Distribution proportionnelle des différents éléments du trousseau.

Fig. 16 : distribution proportionnelle des différents éléments de l’armement et évolution dans le choix des armes.

Fig. 17 : mise en scène des dépôts dans une tombe à char de La Tène A2. Bucy-le-Long "la Héronnière" (Aisne).
Cl. UMR 741 ArScAn "Protohistoire européenne".

41En plus de la céramique, certaines tombes renferment des mobiliers que l’on associe à la préparation et à la cuisson du repas, sans doute dans un contexte de banquet (Leman-Delerive 2007). Ce sont les chaudrons, landiers, crémaillères, grils, fourchettes et cuillères (fig. 14). Ces ustensiles restent exceptionnels car, sur l’ensemble du corpus, on dénombre seulement dix-sept objets de ce type, issus de sept nécropoles : deux dans l’Aisne et cinq dans la Somme.

42Le contexte de découverte le plus ancien remonte à La Tène B : il s’agit d’une fourchette, déposée dans une tombe à char de l’Aisne. Les chaudrons, crémaillères et landiers (qui évoquent le feu et le foyer) sont exclusivement représentés à La Tène C, et dans la Somme, dans des tombes moyennement ou richement dotées.

43Ils sont toujours en association avec d’autres éléments du banquet (céramiques et offrandes animales), et dans la tombe ces dépôts sont mis en scène, avec les landiers en position centrale et les autres objets alignés le long d’une paroi.

44Les trois grils connus datent de La Tène D1, uniquement dans des tombes richement dotées.

7. Les objets personnels et les armes

45Des objets personnels, souvent rassemblés en trousseau au sein d’un même dépôt, ou parfois isolés, évoquent les ustensiles utilisés pour la toilette ou un outillage ayant appartenu au défunt (Desenne et al. 2009b).

46Ces « trousseaux » se retrouvent dans 14 % des sépultures de La Tène ancienne, dans l’Aisne et l’Oise, mais d’importantes variations chronologiques sont enregistrées (fig. 15).

47Dans les riches tombes féminines de la seconde moitié du Ve siècle, on rencontre des éléments de bouclerie associés à des fusaïoles, des aiguilles à chas et surtout des petites trousses de toilette avec pince à épiler et scalptorium en fer. Dans les tombes masculines contemporaines, ces trousses de toilette s’accompagnent d’un rasoir.

48À la fin du Ve siècle, 44 % des sépultures possèdent ce genre de trousseaux, puis, jusqu’au milieu du IIIe siècle, cette proportion ne cesse de diminuer. À La Tène C1, quatre faits sont marquants : les scalptoriums disparaissent au profit des forces, les petites pinces à épiler sont supplantées par de grandes pinces, les rasoirs se diversifient et les premiers outils à vocation artisanale apparaissent.

49À La Tène C2 et surtout à La Tène D1, l’association des rasoirs et des forces, plus rarement des pinces à épiler, constitue le dépôt ordinaire, particulièrement dans les incinérations de la Somme. Comme ces dépôts se généralisent en même temps qu’apparaissent les trousses à outils, on peut douter qu’il ne s’agisse là que d’ustensiles de toilette. L’hypothèse d’une utilisation artisanale, par exemple liée au travail de la laine ou des peaux, semble aussi envisageable.

50Les couteaux, présents pendant toute la séquence, sont plus fréquents à La Tène B1 où ils se rencontrent dans plus de 20 % des sépultures. Trouvés préférentiellement associés au dépôt de viandes, ils sont, dans 10 % des cas, considérés comme un effet personnel, mis dans un étui et associé voire porté à une ceinture. Ces objets spécifiques sont des attributs masculins contemporains des poignards portés à La Tène A.

51Au début de la séquence, l’arme de poing des hommes adultes est constituée par le poignard, porté dans son fourreau à la ceinture (fig. 16). De une à quatre pointes de lances placées le long du corps complètent la panoplie militaire. À partir de La Tène B1, l’épée supplante le poignard, mais elle n’est plus portée. Le nombre de pointes de lances par individu tend alors à diminuer. Le bouclier apparaît lors de cette étape chronologique. À partir de La Tène C1, les armes deviennent rares, et le passage à l’incinération marque ensuite une modification sensible des gestuelles. Qu’il s’agisse d’épées, de pointes de lance isolées ou d’éléments de bouclier, ils sont brisés, pliés ou simplement représentés par un fragment. On note également la présence de fourreaux sans leurs lames, qui symbolisent peut-être la panoplie militaire.

52Les effets déposés dans les tombes présentent des stigmates récurrents d’utilisation qui révèlent un prélèvement direct sur les biens du défunt ou de ses proches. Pendant toute la séquence chronologique, on retrouve en effet des traces d’usure sur la parure, les récipients en céramique et parfois même des traces de réparation ou de modification sur les armes et sur les pièces de char.

8. La mise en scène funéraire

53La mise en scène des dépôts, au travers des objets présents dans les tombes, est identifiable dès le début de la séquence.

54À Bucy-le-Long « La Fosse Tounise », dans l’Aisne, un char a ainsi été déposé en position fonctionnelle, les roues encastrées dans de profondes fosses, le timon et le harnachement prenant place dans un appendice à l’avant de la tombe (fig. 17). La défunte, ornée d’une riche parure de bronze, était allongée sur la caisse du char, les pieds sans doute attachés au timon. À l’arrière du char, se trouvait le service céramique regroupant vaisselle de présentation et de consommation, tandis qu’à ses genoux était déposé un trousseau composé d’une aiguille à chas, d’un scalptorium et d’une pince à épiler. Autour, des vases de stockage étaient calés dans de petites fosses, et des pièces de viande étaient accompagnées d’un couteau. Ces éléments affichent une partition de l’espace, les objets personnels de la défunte placés à ses côtés (trousseau, vaisselle de consommation individuelle ou de présentation) et les objets d’usage plus collectif, légèrement éloignés (vases de stockage et offrandes alimentaires).

55Dans la Somme, dans l’une des sépultures à incinération de Poulainville, attribuée à La Tène C2, les observations taphonomiques ont permis de mettre en évidence la présence d’une litière organique sur le sol, d’un centimètre d’épaisseur, et d’un système de fermeture du plafond. En revanche, la position de certains vases au contact de la paroi de la fosse indique l’absence de coffrage. La fosse est partagée en deux moitiés, de part et d’autre de la paire de landiers qui occupe la position centrale : la moitié nord-ouest reçoit l’ensemble du mobilier céramique, les restes du défunt et des outils, alors que la moitié sud-est est aujourd’hui vide de tout vestige (fig. 18). Un des landiers est en position fonctionnelle sur le sol de la tombe, tandis que le second, couché à plat sur une dizaine de centimètres de sédiment, semble avoir été perturbé par des processus taphonomiques postérieurs au dépôt. Dans les autres exemples régionaux, les landiers occupent toujours le centre de la fosse.

56Les espaces vides, toujours importants dans ces tombes, correspondent peut-être à la présence d’objets en matériau périssable. Toutefois, une autre hypothèse est envisageable. La disposition des objets dans ce type de tombe est à confronter aux descriptions du repas chez les Celtes, rapportés par certains auteurs antiques, parmi lesquels Posidonios (Histoires, Livre XIII) et Diodore de Sicile (Bibliothèque historique, livre V), qui parlent de litières de paille, de litières couvertes de peaux et de tables basses, disposées près des foyers garnis de chaudrons et de broches où cuisent les quartiers de viande.

57Les espaces aujourd’hui vides de la tombe accueillaient ainsi peut-être symboliquement les convives au repas funéraire.

Fig. 18 : mise en scène des dépôts dans une sépulture aristocratique de La Tène C2. Tombe 641 de Poulainville “les Mottelettes” (Somme), Cl. N. Buchez, Inrap NP.

Fig. 19 : principales orientations des gestuelles funéraires au Second Âge du fer en Picardie. Dichotomie entre la partie orientale et la partie occidentale, la rivière Oise apparaît comme une frontière.

9. Conclusion

58Au premier regard, nous sommes frappés par l’homogénéité des pratiques funéraires concernant le costume, les panoplies et les dépôts alimentaires. Une analyse plus poussée met en évidence des différences dans l’évolution des pratiques et l’adoption de nouveaux gestes, qui révèlent des rythmes évolutifs différents selon les secteurs géographiques.

59Les choix de certaines pratiques funéraires ou leur adoption à des moments différents, accréditent la distinction de deux entités au sein de la région picarde, séparées par le cours de la rivière Oise (fig.19).

60Dans la zone occidentale (Somme et nord du département de l’Oise), on adopte le rituel de l’incinération dès La Tène B2, alors que ce même rituel ne s’impose qu’au début de La Tène C2 dans la zone orientale (Aisne et sud-est de l’Oise).

61À La Tène A et B1, les défunts sont regroupés dans des espaces funéraires ouverts qui rassemblent les populations de différents habitats pendant plus d’un siècle. À La Tène B2, les ensembles sont de plus petite taille, liés à un unique habitat sur une ou deux générations. À La Tène C1, cette organisation en espace ouvert semble perdurer dans tout le secteur oriental, à l’inverse, dans le secteur occidental on observe une plus grande variabilité, avec l’apparition d’espaces funéraires enclos ou en bord de chemin, associés à l’habitat.

62Les monuments funéraires n’apparaissent qu’à La Tène C1 à l’Ouest, alors qu’ils existent dès La Tène A2 à l’Est. Le trait commun aux deux zones culturelles demeure la rareté de ces monuments.

63L’évolution des mobiliers se fait de manière relativement synchrone. On enregistre par exemple un remplacement de la parure annulaire en bronze par des accessoires vestimentaires en fer à partir de La Tène B2 dans les deux zones picardes. On note aussi une évolution commune des trousseaux, avec la généralisation du dépôt « rasoir-forces » à partir de La Tène C1. Les deux zones partagent également l’évolution de la composition des services céramiques, et, en corollaire, celle des pratiques alimentaires.

64Certains phénomènes apparaissent en revanche exclusifs. Dans les nécropoles de la vallée de la Somme, la représentation centrale du foyer dans les tombes à partir de La Tène C1, constitue une mise en scène très particulière, qui n’existe absolument pas dans la zone orientale de la Picardie. Celle-ci se caractérise plutôt par une présence significative des panoplies d’armement au début de la séquence, qui diminuent nettement à partir de La Tène C1.

65Reposant sur un socle laténien commun, la dichotomie est-ouest de la Picardie est donc parfaitement perçue sur le plan des gestuelles funéraires. On sait dorénavant que cette partition culturelle existe à bien d’autres niveaux, que ce soit dans la morphologie, le statut ou la fonction des habitats ruraux, dans la présence ou l’absence des sanctuaires, ou encore dans la répartition et la fréquentation des oppida. La limite naturelle que constitue le cours de l’Oise devient d’ailleurs, à la fin de la séquence laténienne, une véritable frontière entre les peuples des Bellovaques, Ambiens et Viromanduens à l’Ouest, des Suessionnes et des Rèmes à l’Est.

Bibliographie

Bibliographie

Desenne S., Auxiette G., Demoule J.-P., Gaudefroy S., Henon B., Thouvenot S., avec la contribution de Lejars T., 2009b, Dépôts, panoplies et accessoires dans les sépultures du 2e âge du Fer en Picardie, in Pinard E., Desenne S. dir, Actes de la table ronde « Les gestuelles funéraires au second âge du Fer », Soissons les 6 et 7 novembre 2008, Revue archéologique de Picardie, 3-4, Amiens, p. 173-186.

Desenne S., Blancquaert G., Gaudefroy S., Gransar M., Henon B. et Soupart N., 2009a, Implantation et occupation des espaces funéraires au Second Âge du fer, in Pinard E., Desenne S. dir., Les gestuelles funéraires au Second Âge du fer, actes de la table-ronde tenue à Soissons les 6 et 7 novembre 2008, Revue archéologique de Picardie, n° ¾, p. 25-45.

Desenne S., Pommepuy Cl. et Demoule J.-P. (dir), 2009, Bucy-le-Long (Aisne). Une nécropole de Bucy-le-Long (Ve-IVe s. avant notre ère). Revue archéologique de Picardie, n° spécial 26, 3 volumes, 1100 p.

Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, Livre V, 28.

Gransar F., Malrain F., 2009, Les monuments funéraires en Picardie au Second Âge du fer, in Pinard E., Desenne S. dir, Actes de la table ronde « Les gestuelles funéraires au Second Âge du fer », Soissons les 6 et 7 novembre 2008, Revue archéologique de Picardie, 3-4, Amiens, p. 143-156.

Leman-delerive G., 2007, Inventaire des sites funéraires de l’Âge du fer contenants des ustensiles du feu, découverts en Gaule Belgique, in Kruta V., Leman-Delerive G. dir., Feu des morts, foyers des vivants, Actes du XXVIIe colloque international de HALMA-IPEL UMR CNRS 8164, Lille, Revue du Nord, p. 257-270. (Hors série. Collection Art et Archéologie 11).

Pinard E., Delattre V., Thouvenot S., 2009, La population ensevelie et les traitements des corps au Second Âge du fer en Picardie, in Pinard E., Desenne S. dir., Les gestuelles funéraires au Second Âge du fer, actes de la table-ronde tenue à Soissons les 6 et 7 novembre 2008, Revue archéologique de Picardie, n° ¾, p. 101-112.

Pinard E., Desenne S. dir., 2009, Les gestuelles funéraires au Second Âge du fer, Actes de la table ronde tenue à Soissons les 6 et 7 novembre 2008, Revue archéologique de Picardie, 3-4, Amiens, 272 p.

Pommepuy C., Auxiette G., Desenne S.,1998, Ruptures et continuités dans les pratiques funéraires de La Tène ancienne et moyenne/ finale à Bucy-le-Long (Aisne), in Brunaux J.-L., Leman-Delerive G., Pommepuy C. dir., Les rites de la mort chez les Celtes du Nord. Actes de la table ronde de Ribemont-sur-Ancre (Somme), les 4 et 5 décembre 1997, Revue archéologique de Picardie, 1-2, Amiens, p. 85-98.

Posidonios, Histoires, Livre XXIII, dans Athénée, Les Deipnosophistes, IV, 151e-152d.

Somme J., 1979, Quaternary coastlines in northern France. Annales Quing. Cel., 2, 1979, p. 147-158.

Soupart N. et Duvette L. avec la collaboration de Pissot V., 2005, Limé « les Sables » (Aisne). Les sépultures et les dépôts de La Tène, in Auxiette G. et Malrain F., dir., Hommages à Claudine Pommepuy, Revue archéologique de Picardie, n° spécial 22, p. 289-326.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : corpus et rituel au Second Âge du fer en Picardie. La base de données comprend 73 ensembles funéraires fouillés récemment, soit 683 tombes, 2086 vases et 4300 « objets ».
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6757/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Fig. 2 : évolution des pratiques de l’inhumation et de l’incinération de La Tène A1 à La Tène D2. Le passage à l’incinération en Picardie occidentale a lieu à La Tène B2, en Picardie orientale, à La Tène C2.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6757/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Fig. 3 : répartition des pratiques de l’inhumation et de l’incinération à La Tène C1. Le secteur occidental de la Picardie ne pratique que l’incinération et le secteur oriental ne pratique que l’inhumation.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6757/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Fig. 4 : les monuments funéraires en Picardie. Les sépultures monumentales sont très peu représentées.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6757/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 5 : typo-chronologie des monuments et leur relation aux pratiques de l’inhumation et de l’incinération.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6757/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Fig. 6 : Évolution des indices de linceul et de vêtement de La Tène A1 à La Tène B2. a : contrainte sur l’ensemble du corps, indice de linceul, b : effet de contention sur la cage thoracique indépendamment de celui exercé sur les humérus, indice de vêtement à "manches".Toutes les inhumations présentent soit des indices de la présence de linceul, soit des indices de vêtement, et dans de rares cas les deux à la fois.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6757/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 7 : distribution proportionnelle de la parure et des accessoires vestimentaires.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6757/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Fig. 8 : distribution proportionnelle de la parure et des accessoires vestimentaires par grandes catégories de matériaux.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6757/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Fig. 9 : distribution proportionnelle de la parure et des accessoires vestimentaires par grandes catégories de matériaux.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6757/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 9,0k
Légende Fig. 10 : évolution des contenants des restes incinérés (basée sur 150 sépultures). Bien que l’utilisation de ces contenants soit concomitante, le contenant en matière périssable prédomine de La Tène A à La Tène C2, puis l’urne de La Tène C2 à La Tène D.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6757/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Fig. 11 : évolution de la fréquence des récipients.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6757/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Fig. 12 : proportion des espèces à La Tène ancienne (A1, A2, B1, B2), La Tène moyenne (B2, C1) et La Tène finale (C2, D1, D2).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6757/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 13 : récipients utilisés dans le cadre des libations (cratère, gobelet, ciste) et de la consommation (écuelle et jatte). Bucy-le-Long "la Héronnière" (Aisne). Cl. UMR 7041, ArScAn
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6757/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 14 : Ustensiles représentant le foyer et la cuisson (landiers, chaudron, crémaillère, gril et fourchette).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6757/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Fig. 15 : Distribution proportionnelle des différents éléments du trousseau.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6757/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Fig. 16 : distribution proportionnelle des différents éléments de l’armement et évolution dans le choix des armes.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6757/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Fig. 17 : mise en scène des dépôts dans une tombe à char de La Tène A2. Bucy-le-Long "la Héronnière" (Aisne).Cl. UMR 741 ArScAn "Protohistoire européenne".
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6757/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Fig. 18 : mise en scène des dépôts dans une sépulture aristocratique de La Tène C2. Tombe 641 de Poulainville “les Mottelettes” (Somme), Cl. N. Buchez, Inrap NP.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6757/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Fig. 19 : principales orientations des gestuelles funéraires au Second Âge du fer en Picardie. Dichotomie entre la partie orientale et la partie occidentale, la rivière Oise apparaît comme une frontière.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/6757/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

Auteurs

Inrap Nord-Picardie, UMR 7041 ArScan équipe « Protohistoire Européenne », Centre archéologique de Passel, Avenue du Parc, 60400 Passel, estelle.pinard@inrap.fr

Inrap Nord-Picardie, UMR 7041 ArScan équipe « Protohistoire Européenne », Centre archéologique de Soissons, abbaye Saint-Jean-des-Vignes, 02200 Soissons, sophie.desenne@inrap.fr

Inrap Nord-Picardie, Inrap, Centre archéologique de Passel, Avenue du Parc, 60400 Passel, stephane.gaudefroy@inrap.f

Inrap Nord-Picardie, UMR 7041 ArScan équipe « Protohistoire Européenne », Centre archéologique de Soissons, abbaye Saint-Jean-des-Vignes, 02200 Soissons, frederic.gransar@inrap.fr

SRA Champagne-Ardenne, 3 rue du Faubourg Saint-Antoine, 51037 Châlons-en-Champagne, geertrui.blancquaert@culture.gouv.fr

Université de Paris I, UMR 7041 ArScan équipe « Protohistoire Européenne », UFR d’Art et d’Archéologie, 3 rue Michelet, 75006 Paris, MAE, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre cedex, jean-paul.demoule@univ-paris1.fr

Inrap Centre-Ile-de-France, UMR 7041 ArScan équipe « Protohistoire Européenne », Centre archéologique de Tours, 148 avenue André Maginot, 37100 Tours, marc.gransar@inrap.fr

Inrap Nord-Picardie, UMR 7041 ArScan équipe « Protohistoire Européenne », Centre archéologique de Soissons, abbaye Saint-Jean-des-Vignes, 02200 Soissons, benedicte.henon@inrap.fr

Inrap Nord-Picardie ; UMR 7041 ArScan équipe « Protohistoire Européenne », Centre archéologique de Passel, Avenue du Parc, 60400 Passel, francois.malrain@inrap.fr

Inrap Nord-Picardie, UMR 8164, Direction inter-régionale, 518 rue Saint Fuscien, 80090 Amiens, nathalie.soupart@inrap.f r

Inrap Nord-Picardie, UMR 7041 ArScan équipe « Protohistoire Européenne », Centre archéologique de Soissons, abbaye Saint-Jean-des-Vignes, 02200 Soissons, sylvain.thouvenot@inrap.fr

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search